Etrenne 2017 - reflections

Amabilité, joie salésienne           juillet

Dans notre monde, dans nos familles, avec ceux qui nous entourent nous avons besoin d’amabilité, mais aussi avec les jeunes; nous avons besoin de la demander comme un don et l’accroitre comme vertu et par des gestes qui favorisent la communication, la relation et rendent évident l’amour de Dieu. Tout commence par une parole gentille, un détail, petit, gentil, courtois, aimable.

Déjà St Paul dans sa lettre à Thimotée considérait importante et reccomandait à tous les chrétiens l’amabilité envers tout le monde. Aimable est une personne qui, par son attitude affable, gentille, prémoureuse et affectueuse, est digne d’être aimée. Don Bosco, pédagogue des jeunes, savait par expérience qu’il ne suffisait pas d’aimer. La « Charité pédagogique » demande plus ; « se faire aimer : c’est-à-dire traduire l’amour en attitudes de bonté, amabilité, en méthodologie d’amitié, dans la familiarité du dialogue et dans la joie de vivre ensemble » (ACS 310, pp 11-12).

Il s’agit, en fin de compte, de « se faire aimer » qui est le résultat d’une spiritualité et une méthodologie apostolique particulièrement originale.

Ce sera la désir de Don Bosco pour les Salésiens :  « étudie de te faire aimer » devant les jeunes, un aspect fondamental de sa proposition éducative.

L’amabilité produit paix et elle est contagieuse, elle a le pouvoir de « désarmer les cœurs » ; en d’autres mots, la courtoisie a la capacitè de libérer les autres des émotions négatives, car devant un geste gentil l’autre baisse les mains, se tranquilize.