CG28

Homélie du Recteur Majeur au cours de l’Eucharistie d’ouverture du CG28

Homélie du Recteur Majeur au cours de l’Eucharistie d’ouverture du CG28

Dimanche, 16 février 2020

Mes bien chers confrères,

Nous nous sommes déjà salués et j’ai souhaité à chacun la bienvenue au Valdocco ! Et maintenant, je le fais ici, dans ce lieu saint salésien qu’est la Basilique de Marie Auxiliatrice.

Bienvenue au Valdocco dans cette basilique où notre Père a si souvent prié avec ses jeunes.

Bienvenue au Valdocco où l’Esprit Saint a fait fleurir et mûrir l’esprit salésien en Don Bosco pour le bien de l’Église.

Bienvenue au Valdocco où nous sommes tous nés comme Salésiens. Les Becchi, village natal de notre Père Don Bosco, et le Valdocco, lieu du premier Oratoire stable et de la naissance de notre Congrégation, sont pleins de signification et ont beaucoup de sens pour chacun de nous. J’ai plus d’une fois déclaré, en différentes occasions, qu’ici, au Valdocco, tout nous parle.

Bienvenue au 28ème Chapitre Général ici, au Valdocco, où le dernier Chapitre Général célébré remonte à 62 ans.

Aujourd’hui le Seigneur nous appelle et nous bénit, l’Auxiliatrice nous accueille dans sa maison et Don Bosco est, sans aucun doute, heureux de voir une représentation de ses fils provenant de toutes les parties du monde pour un nouveau Chapitre Général beaucoup plus nombreux par rapport au premier que lui-même a présidé à Valsalice, avec 23 capitulaires.

Sans aucun doute, nous sommes venus ici avec de nombreuses expériences et attentes dans le cœur. Et nous venons pour être médiation humaine de l’action de l’Esprit Saint au cours de ces sept prochaines semaines. Si ce n’était pas le cas, ce ne serait pas le Chapitre Général de la Société de saint François de Sales ; ce serait simplement un congrès comme tant d’autres, comme ceux qui se déroulent chaque jour pour des milliers d’Institutions de tous genres.

Cette présence de l’Esprit fonde notre espérance de continuer à être fidèles à Don Bosco et à sa mission. Celui qui a suscité et guidé Don Bosco est activement présent parmi nous : c’est l’Esprit Saint. Sa présence nous permettra de réaliser notre union avec Don Bosco et notre communion dans la « salésianité ». De même qu’il a guidé notre Père pour réaliser la mission à laquelle il a été appelé dans l’Église et dans le monde de son temps, l’Esprit nous accompagnera, nous tous, pour répondre aux exigences de notre temps. L’Esprit Saint de Dieu nous aidera de son souffle, et nous rendra disponibles, à nous laisser modeler par lui, à « être avec Don Bosco dans notre temps », comme l’a écrit le Père Albera. Ou mieux encore, cela nous aidera à être avec Don Bosco aujourd'hui, à être les Salésiens dont ont besoin aujourd'hui les jeunes, les familles et la société.

C'est de cela que la Parole de Dieu parle aujourd'hui à travers saint Paul qui fait référence à la vraie sagesse qui n'est pas celle de ce monde, ni celle des dirigeants de ce monde, ni celle des hommes de pouvoir. Au contraire, c'est la Sagesse de Dieu qui est restée cachée et que Dieu a révélée pour notre bien.

Saint Paul lui-même poursuit en disant que cette Sagesse nous a été révélée par l'Esprit ; en effet, « l'Esprit scrute le fond de toutes choses, même les profondeurs de Dieu. »

Et cela nous obligera, en tant que capitulaires en ce moment de l'histoire de notre Congrégation, à reconnaître notre insuffisance pour nous tourner vers l'Esprit sans qui nous ne pouvons rien faire de valable pour le Royaume de Dieu, et à nous mettre dans une attitude de supplication, d'écoute et de docilité. Comme l'affirmait le CGS20 : « Pour opérer le discernement et le renouveau nécessaires, les historiens ne suffisent pas, ni les théologiens, ni les politiciens, ni les organisateurs : il faut des hommes dits "spirituels", des hommes de foi, sensibles aux choses de Dieu et prêts à l'obéissance courageuse, tout comme l'a été notre Fondateur. La vraie fidélité à Don Bosco ne consiste pas à le copier extérieurement, mais à l'imiter dans sa fidélité aux mouvements du Saint-Esprit. »[1]

Nous nous demanderons, dans les prochaines semaines, comment être Salésiens de Don Bosco aujourd'hui, consacrés par Dieu, capables de témoigner de son Amour, en particulier envers les jeunes, les plus pauvres et les plus désavantagés aujourd'hui. Nous savons que la mission que le Seigneur nous a confiée vise un objectif qui dépasse nos pauvres forces ; mais nous ne sommes pas seuls. C'est Sa généreuse initiative. Il nous appelle à la mission salésienne dans la vie religieuse et établit avec nous son pacte d'Alliance dans la consécration qui pénètre notre manière d'être et d'agir.

Notre Père a été appelé par Dieu pour accomplir, dans l'Église, un service apostolique en faveur des jeunes et des couches populaires ; il a ainsi vécu son état de prêtre, son charisme de fondateur et aussi sa totale remise de lui-même au Seigneur. Éclairé par l'Esprit et se laissant conseiller par ceux qui l'ont aidé à son époque, il fonda la Société de Saint François de Sales (18 décembre 1859) : une Société de personnes consacrées qui n'eût d'autre but que d'offrir à l'Église des apôtres totalement consacrés au service des jeunes.

Notre CG28 entend aider la Congrégation à montrer comment continuer à être aujourd'hui ces apôtres dédiés au service des jeunes dans le monde d'aujourd'hui et dans les contextes d'aujourd'hui. Et tout au long du chemin que nous allons emprunter, nous savons qu'avec le Saint-Esprit, nous aussi, comme ce fut le cas pour notre Père, nous aurons une Maîtresse de vie, Marie, Femme de foi, qui – comme l'écrit Romano Guardini – « une foi qui persévère dans l'incompréhensible, en attendant que vienne la lumière de Dieu. » Marie nous prend par la main en ce Chapitre Général. En la regardant, nous expérimenterons que Dieu nous surprend, qu'Il nous demande d’être fidèles et qu'Il est notre force.

J’y vois un programme pour notre Chapitre :

  • Je crois vraiment que dans la docilité que nous aurons envers l'Esprit Saint, notre Dieu nous surprendra comme Salésiens de Don Bosco pour les jeunes d'aujourd'hui.
  • Dans la fidélité avec laquelle nous continuerons à répondre, notre Dieu assurera le bon chemin de notre Congrégation.
  • Dans l'espérance avec laquelle nous envisageons l'avenir, dans la lumière de la foi, notre Dieu nous donnera la force de continuer à rêver, comme Don Bosco, le meilleur pour nos jeunes, surtout ceux qui ont le plus besoin de nous

Docilité, fidélité et espérance : Seigneur, que ta volonté soit faite en nous. Amen!

 

[1] CGS20, 18.