CG28

Profil du salésien aujourd'hui_Eunan McDonnel

Profil du salésien aujourd'hui

Quel salésien pour les jeunes d'aujourd'hui?

Fr Eunan McDonnel

 

RECONNAÎTRE

Leurs yeux se sont ouverts et ils l'ont reconnu (Luc 24:31)

 

UN MONDE EN FEU

"Aujourd'hui, le monde est en feu ... que faisons-nous pour cela?"i

Ces mots sont aussi actuels aujourd'hui que lorsqu'ils ont été prononcés par sainte Thérèse d'Avila en 1577. Vivant au moment de la réforme, des paysages politiques et religieux changeants, comment a-t-elle réagi? Allumer un autre feu, rassembler autour d'elle des femmes qui ont vécu une vie de contemplation à travers le développement de l'amitié avec le Christ.

Quelle carmélite recherchait-elle?

"Des femmes déterminées, si déterminées à effrayer les hommes" - après tout, écrit-elle, "ce sont les femmes qui sont restées fidèles au pied de la croix quand la plupart des hommes ont fui"ii. Elle savait qu'on avait besoin de cette persévérance et de cette résistance pour prendre au sérieux le chemin intérieur de la prière contemplative, comprise comme une amitié avec le Christ. Cette compréhension thérésienne de la prière, en tant qu'amitié avec le Christ, est la base d'une compréhension salésienne de la prière en tant que cœur à cœur. Saint François de Sales parle de Dieu comme "un ami de notre cœur"iii et Don Bosco vit les Exercices Spirituels comme "une série de méditations et d'instructions qui nous conduisent à l'amitié de Dieu"iv. C'est cette amitié avec le Christ que nous sommes appelés à cultiver et à partager avec les jeunes.

Aujourd'hui, le monde est en feu - Nous vivons nous aussi dans des temps difficiles, où dans le monde occidental une rupture inquiétante s'est ouverte entre la culture contemporaine et notre tradition de foi chrétienne, décrite par Saint Paul VI comme "le drame de notre temps"v. Cela est éminemment vrai dans la rupture entre la vision et la culture religieuse que nous avons hérité et l'expérience vécue par de nombreux jeunes aujourd'hui. Nous vivons à une époque de changements rapides, de sécularisation et d'incertitude. De nombreux pays qui étaient d'anciens bastions de valeurs chrétiennes ont subi un changement si rapide qu’ "il y a une refonte profonde de notre paysage moral".vi Les récents incendies en Amazonie capturent de façon vivante les menaces qui pèsent sur notre monde aujourd'hui: changement climatique, déplacement de personnes, réfugiés, instabilité politique, nettoyage ethnique, guerres, persécutions religieuses.

Reconnaissant cela comme le monde de la jeunesse d'aujourd'hui, nous nous demandons:

Quels salésiens pour les jeunes d'aujourd'hui?

 

DOUCEUR ET AFFECTION

Si la "détermination" était la plus haute qualité exigée des carmélites pour persévérer sur le chemin de la contemplation, qu'est-ce qui est fondamental pour nous salésiens? Revenons au rêve de neuf ans: "Pas avec des coups, mais avec douceur et charité, tu devrais gagner ces amis"vii. Le trait distinctif de la spiritualité salésienne est la douceur et la bonté affectueuse. (Travaillant à la commission pré capitulaire, j'ai cherché des mots sur les documents reçus des provinces et n'ai trouvé qu'une seule référence à la douceur. Je l'ai trouvée très intéressante). En tant que salésiens, nous sommes enracinés dans la douceur et la bonté affectueuse ou avons-nous été déracinés? N'oublions pas les intentions de Don Bosco avant l'ordination: "La charité et la douceur de Saint François de Sales me guideront en tout"viii. Il choisit spécifiquement Saint François de Sales comme patron "car ceux qui ont l'intention de se consacrer à ce type de travail doivent adopter ce Saint comme un modèle de charité et d'affabilité"ix. Nous voyons ici comment il y a une affinité spirituelle entre les deux grands saints, une affinité qui tourne autour de la douceur et de la bonté affectueuse - Don Bosco résonne avec saint François de Sales, et cela explique pourquoi ce n'est pas un choix arbitraire mais un discernement des esprits, révélant cet élément charismatique qui appartient spécifiquement au charisme salésien.

Comme le rappelle Saint François de Sales: "Il n'y a rien de plus fort que la douceur et rien de si doux que la vraie force"x. Alors, plus tard, dans le rêve, lorsque Marie conseilla le jeune Bosco, elle lui dit: "Rends-toi humble, fort et robuste". Ce faisant, il nous apprend le lien entre douceur et humilité. C'est simplement une élaboration de la douceur salésienne qui s'inspire de Jésus comme «doux et humble de cœur» (Mt 11,29), déclare saint François de Sales:

"Notre Seigneur avait fondé sa doctrine sur ces paroles: soyez mes disciples  parce que

 je suis doux et humble de cœur. Pourquoi Dieu nous attire-t-il? Parce qu'il est bon:

l'esprit de douceur est l'Esprit de Dieu "xi.

La douceur salésienne est l'esprit des béatitudes, un don de l'Esprit qui nous permet de vivre à l'imitation de l'humilité et de la douceur de Jésus, ce n'est pas, comme parfois mal compris, une manière d'être bon! Une telle douceur exige la maîtrise de soi et la discipline car elle exige que "nous supprimions les mouvements de colère, que nous soyons bons, cordiaux et pleins de douceur envers tous, que nous pardonnions à nos ennemis et que nous souffrions le mépris". C'est la douceur des Béatitudes. Il n'est donc pas surprenant que saint François de Sales conclue qu'une telle douceur "est difficile, surtout pour ceux qui ne sont pas des personnes de grande prière"xii. S'il y a un manque de douceur dans nos communautés, parmi les jeunes et nos collaborateurs, cela ne pourrait-il pas être le reflet du manque de prière? Je pose simplement la question. En tant que salésiens, nous sommes appelés à être gentils, humbles et forts - est-ce possible sans prière? La douceur, enfin, est une harmonie de notre volonté avec Jésus qui est doux et humble de cœur. Don Bosco écrit:

Mes enfants, dans ma longue expérience, j'ai souvent dû me convaincre de cette grande vérité: [Qu]'il est plus facile de se mettre en colère que de se retenir et de menacer un garçon qui le persuade ........ Nous devons être fermes mais doux et patients avec eux ...... C'est la méthode que Jésus a utilisée avec les apôtres. Il a enduré leur ignorance, leur rugosité et même leur infidélité. Il a traité les pécheurs avec une gentillesse et une affection qui a choqué certains, scandalisé d'autres et qui à des autres a  fait espérer la miséricorde de Dieu, et il nous a donc dit d'être gentils et humbles de cœur.xiii

Comment seraient nos communautés salésiennes si la douceur régnait sur la colère? À quoi ressemblerait notre relation avec les jeunes si elle était caractérisée par une douceur sans violence verbale ou une colère incontrôlée et non traitée? À quoi ressemblerait notre coopération avec les laïcs sans explosions ni agressions passives? Faisons nôtre la prière de saint Paul pour les salésiens d'aujourd'hui:

Soyez toujours en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant mutuellement avec charité, (Éph.4: 2)

 

INTERPRETER

Ceci est mon Fils, l'élu; écoutez-le (Lc 9, 35)

Quels salésiens pour les jeunes d'aujourd'hui?

Si vous attendez une réponse à la question, vous serez déçu! En tant que bons Irlandais, nous répondons aux questions en posant plus de questions !!! En réfléchissant aux données reçues des provinces sur le profil des salésiens d'aujourd'hui, la commission a noté une double tendance ou tentation:

1) Présenter une vision idéalisée du salésien comme une sorte de surhomme, un idéal impossible que personne ne pourra jamais atteindre;

2) ou, présenter une image plutôt négative qui semblerait souligner nos échecs et l'incapacité à être à la hauteur de l'idéal.

Comme nous le rappelle saint François de Sales, la vérité ne réside pas aux extrêmes - nous devons avoir une perspective équilibrée qui dérive de l'humilité qui cherche la vérité - la vérité est que nous avons à la fois des mérites et des défauts, Dieu nous a bénis avec des dons pour son service, mais il nous est toujours possible de développer et d'utiliser davantage ces dons.

N'oublions pas que la question

Quels salésiens pour les jeunes d'aujourd'hui?

elle ne nous est pas adressée en tant qu'individus mais, surtout, en tant que salésiens chargés d'une mission communautaire pour les jeunes. « Chacun de nous est appelé par Dieu à faire partie de la Société Salésienne. (chacun) met lui-même avec ses dons au service de la vie et de l’action communes (Const. 22)…. La charité fraternelle, la mission apostolique et la pratique des conseils évangéliques sont les liens qui façonnent notre unité et renforcent sans cesse notre communion. Nous formons ainsi un seul cœur et une seule âme pour aimer et servir Dieu1 et pour nous aider les uns les autres. » (Const 3 et 50) La question nous interpelle en tant que salésiens qui vivent, travaillent et prient ensemble en communauté. Elle n’est pas une question qui cherche le salésien idéal (qui, de toute façon, n'existe pas), ni un surhomme salésien, ni est une question qui nous demande de prendre un selfie salésien! La question ne concerne pas l'image, la façon dans la quelle nous nous voyons nous-mêmes, ou la façon dans la quelle les autres nous voient. Cette question est une question sur notre identité salésienne. Il me semble qu'il y a un triple accent dans cette question: les salésiens - les jeunes - aujourd'hui.

Revenons maintenant à la question: quels salésiens pour les jeunes aujourd'hui?

Sommes-nous en train de le demander aux jeunes? Ou de le demander à nos collaborateurs et aux membres de la Famille Salésienne? Le demandons-nous à nous mêmes? Il y a de nombreuses réponses et attentes différentes, mais qu'en est-il de Dieu? Je crois sincèrement que cette question change considérablement lorsque nous l'adressons à Dieu et lui demandons:

Seigneur, quels salésiens pour les jeunes d'aujourd'hui?

Au début, il peut sembler que je ne joue qu'avec les mots, mais cela change considérablement notre attention lorsque nous nous adressons au Seigneur avec cette question. Pourquoi? Parce que l'attention n'est plus sur nous-mêmes. Nous rendons le centre à Dieu et nous sommes invités à écouter et à réfléchir, comme Marie, pour qu'il nous enseigne. On ne nous demande pas de trouver la réponse, on nous demande de recevoir la réponse de lui, il nous met, comme Marie, dans la position de réceptivité où nous cherchons et nous soumettons à sa volonté. Tout comme Don Bosco, à qui, par l'intercession de Marie, la réponse a été montrée dans son rêve de neuf ans – « c'est ton champ de travail, rends-toi humble, fort et robuste ... etc. » Nous aussi, en tant que salésiens d'aujourd'hui, nous avons besoin de recevoir notre mission du Seigneur Il ne fait aucun doute que de nombreuses opinions seront exprimées pendant le Chapitre, mais nous espérons apporter ces points de vue dans la prière afin que le Seigneur nous surprenne par sa perspective.

Seigneur, quels salésiens veux-tu pour les jeunes d'aujourd'hui?

Qu'attend Dieu de nous? Savons-nous ce que Dieu veut que nous soyons? Laissons-nous que Dieu nous montre son champ de travail comme il l'a fait pour le jeune Bosco? Quand je pose cette question dans la prière, Seigneur, quels salésiens pour les jeunes aujourd'hui? Je ne peux pas obtenir de réponse, mais à la place, je reçois une invitation - Viens à moi. Cela a du sens parce que si nous voulons apprendre de Jésus, doux et humble de cœur, nous devons d'abord répondre à son invitation: «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et ployez sous le fardeau, et je vous soulagerai » (Mt 11, 28-30). Ce n'est qu'alors que nous pourrons apprendre de lui. Répondre à l'invitation du Seigneur est la première étape, non négociable, pour découvrir quels de salésiens pour les jeunes aujourd'hui? Quand je reste avec cette invitation - Viens à moi - une invitation plus profonde suit - Reste en moi - "Demeure en moi et moi en toi" (Jn 15, 4). Ce n'est que si nous sommes fidèles à cette invitation, comme Don Bosco, que nous découvrirons que "en cela mon Père est glorifié, que vous portez du fruit et devenez mes disciples" (Jn 15, 8).

Bibliquement, il me semble qu'il y a toujours un pas à franchir avant de pouvoir voir ou reconnaître. Cette étape consiste à écouter la Parole de Dieu. Si nous prenons les deux disciples d'Emmaüs, découragés parce qu'ils avaient espéré mais leurs attentes n'avaient pas été satisfaites, ils ne sont pas en mesure de voir ou de reconnaître le Seigneur. Ce n'est que lorsqu'ils entrent en conversation avec lui, en écoutant la Parole, qu'ils l'entendent  et que puis «leurs yeux s'ouvrent et ils le reconnaissent» (Lc 24, 31). En bref, nous devons écouter avant de voir; nous devons écouter la Parole, alors seulement nous pourrons interpréter et comprendre.

 

APPRENDRE À ÉCOUTER

Si vous ne changez et ne devenez comme les enfants,

vous n'entrerez point dans le royaume des cieux.  (Mt 18, 3).

Pour nous salésiens, sur les traces de Don Bosco, le monde des jeunes est un lieu privilégié où nous rencontrons Dieu. C'est notre «buisson ardent» où Dieu se révèle à nous, mais comme Moïse, nous devons enlever nos sandales, nous éloigner de nos affaires pour voir Dieu faire quelque chose de nouveau, "j'irai voir ce spectacle étonnant." Comme Moïse, nous devons nous laisser attirer par Dieu, avoir un sentiment d'émerveillement. C'est pour cela qu’il est si important pour nous d'écouter les jeunes, mais - il est plus important encore - nous devons écouter ce que Dieu nous dit à travers eux.

Ce sont les jeunes, en particulier les pauvres et les plus nécessiteux, qui nous apprennent à devenir comme des enfants. Si nous voulons "subir un changement de cœur" et "devenir comme des enfants", alors nous devons apprendre à recevoir de Dieu. Notre Dieu aime donner. Examinons maintenant la question sous un angle complètement différent. Et si Dieu nous posait la question:

 

Frères salésiens, que voulez-vous que je vous donne aujourd'hui?

Que demanderiez-vous? C'est la même question que Dieu pose à Salomon: "Demande-moi ce que je dois t’accorder" (1 Rois 3.5). Je me demande combien d'entre nous répondraient comme Salomon: "Seigneur, accorde-moi un cœur docile (un cœur qui écoute) .. ... afin que je sache rendre justice à ton peuple et que je sache faire la distinction entre le bien et le mal "(1 Rois 3: 9). Sans ce" cœur qui écoute ", nous ne pourrons pas entrer dans le royaume de l'Esprit, sans ce "cœur qui écoute", nous ne pourrons pas voir le plan de Dieu, parce que si nous n'écoutons pas la Parole, nous ne verrons pas et nos yeux ne pourront pas s'ouvrir.

Nous avons déjà entendu diverses voix lors de nos chapitres provinciaux, mais Dieu nous invite maintenant à écouter encore plus profondément ce Chapitre Général. C'est une «provocation» pour chacun de nous. C'est la voix de l'Esprit qui nous pousse à nous poser des questions, à "examiner nos œuvres", à "revoir", à "nous repentir et nous convertir". "Quiconque a des oreilles, écoute ce que dit l'Esprit". C'est l'Esprit qui nous parle aussi et nous invite à écouter (voir Apocalypse 2, 1-29).xiv

Marie, épouse du Saint-Esprit, qui nous a été donnée comme Mère et Maîtresse, est notre exemple. Elle nous apprend à nous préparer à recevoir un «cœur qui écoute», parce qu'elle a médité sur toutes ces choses dans son cœur. Prions pour que, par l'intercession de Marie, nous recevions la sagesse du Saint-Esprit pour nous guider lorsque nous extrayons de (notre) trésor de nouvelles choses et des choses anciennes "(Mt 13, 52).

Il est intéressant de noter que Salomon reçoit son «cœur qui écoute» quand il dort; Saint Joseph découvre la volonté de Dieu et change ses plans lorsqu'un Ange lui rend visite dans son sommeil. Nous avons d'innombrables exemples de Dieu se révélant à Don Bosco dans ses rêves pendant qu'il dort. Peut-être devrions-nous passer moins de temps à parler et plus de temps à dormir dans ce chapitre! Il me semble que lorsque nous dormons, nous résistons moins à Dieu. Parfois, ce sont précisément nos paroles et nos discussions qui entravent ce que Dieu veut nous dire. Un "cœur à l'écoute" nous permet de mettre de côté nos programmes pour recevoir la direction de Dieu. Si et quand nous écoutons Dieu, le scenario change. Nous ne marchons plus selon nos attentes, mais nous découvrons que Dieu nous offre encore plus de possibilités que nous n'aurions pu l'imaginer. Des possibilités qui n'ont jamais été dans notre scenario d'origine.

Quand nous parlons, nous savons déjà ce que nous voulons dire, mais quand nous écoutons vraiment, nous pouvons changer, car nous pouvons apprendre quelque chose de nouveau. La spiritualité salésienne nous propose le défi suivant: écouter pour répondre ou pour comprendre? Comme nous le rappelle le pape François:

« Seul celui qui est disposé à écouter possède la liberté pour renoncer à son propre point de vue partiel ou insuffisant […]. De la sorte, il est vraiment disponible pour accueillir un appel qui brise ses sécurités mais qui le conduit à une vie meilleure, car il ne suffit pas que tout aille bien, que tout soit tranquille. Dieu pourrait être en train de nous offrir quelque chose de plus, et à cause de notre distraction dans la commodité, nous ne nous en rendons pas compte ».xv

 

CHOISIR

La mère dit aux serviteurs: "Faites tout ce qu'il vous dira" (Jn 2, 5)

Maria est capable de diriger les serviteurs grâce à son "cœur à l'écoute". Elle est capable de réfléchir sur les événements de la vie, de voir et de répondre avec compassion aux époux qui en ont besoin et de diriger les serviteurs vers leur Seigneur et Maître. C'est le même schéma du rêve de Don Bosco lorsque elle lui montre son champ de travail. Comme Don Bosco, nous aussi, nous sommes invités par Elle à cultiver un «cœur à l'écoute» pour discerner le plan de Dieu pour nous. Cette période d'attente peut être difficile pour nous les salésiens que nous aimons être actifs. Cependant, c'est une étape essentielle dans le processus de discernement et d'attente dans ce lieu où nous ne savons rien. Dans ce lieu "nous ne désirons rien, nous ne demandons rien, nous ne refusons rien" (Saint François de Sales). Cependant, ayant reçu les inspirations du Saint-Esprit, notre cœur à l'écoute, comme Marie, commence à voir et nous sommes invités à répondre avec compassion. Notre attente se transforme en action avec le même zèle que l'amant du Cantique des Cantiques qui "suivra le chemin de la bien-aimée" - l'attente anxieuse est remplacée par la volonté de Dieu.

Revenons à un épisode de la vie de Jésus. Les disciples viennent vers lui et lui disent: "Tout le monde te cherche!" Comment réagit-il? Pas de la manière qu'ils attendent - "Allons ailleurs pour les villages voisins, pour que j'y prêche aussi. Pour cette raison, je suis venu ». Pourquoi ne restes-tu pas avec ceux qui viennent de recevoir la bonne nouvelle? La réponse réside dans ce qu'il a fait avant de répondre à ses disciples - "Le matin, s'étant levé longtemps avant le jour, il sortit, s'en alla dans un lieu désert, et là il priait." (Mc 1,35). C'est une prière à son Père. qui permet à Jésus d'avoir "un cœur qui écoute", de discerner la volonté du Père et de se laisser aller à la mission de son Père. Peut-être pour nous, les salésiens, nous ne devrions jamais utiliser le mot ‘discernement’ sans qu'il soit précédé par le mot ‘prière’. Après tout, le discernement n'est pas seulement des arguments raisonnés. Rassembler des informations, comprendre le contexte, écouter et analyser la situation des jeunes est important, mais cela ne suffit pas, nous ne pouvons pas atteindre le plan de Dieu pour nous à un niveau de réflexion et de discussion purement rationnel. La prière est nécessaire, en particulier la prière contemplative d'où naît notre mission. Le discernement, pour nous, est toujours un discernement dans la prière.

 

DISCERNEMENT DANS LA PRIÈRE

La fidélité à la prière a permis à Don Bosco de revenir dans son cœur et de discerner les inspirations que l'Esprit de Dieu lui a inspirées. Le rêve récurrent du Pasteur a été un jalon dans sa spiritualité, mais même trois ans après l'ordination, au cours de la dernière année du Pensionnat, il a nourri le désir d'entrer chez les Oblats de Marie Immaculée et de consacrer sa vie à la prédication des Exercices Ignatiens.xvi Giulio Barberis note qu'il présente ce plan à Don Cafasso pour un discernement et celui-ci rejette complètement sa proposition. Il le vit comme "un coup terrible". Mais Don Cafasso, qui était aussi un homme de prière, s’est branché sur l'inspiration plus profonde de Don Bosco, qui s'était manifestée dans ses rêves.

Bien avant, au cours de sa première année de philosophie, Don Bosco avait raconté à Don Cafasso un rêve qui l'avait laissé perplexe. Il se voyait habillé en prêtre dans un atelier de couture, non pour coudre de nouveaux vêtements, mais pour réparer les vieux déchirés et remplis de patchs.xvii Don Bosco avait communiqué à Don Cafasso sa "propension" à travailler avec les jeunes comme "une impulsion intérieure": je me sens enclin à travailler pour les garçons ... "En ce moment, il me semble être dans une foule de gars qui me demandent de les aider"xviii. C'est en écoutant cette «impulsion intérieure» ou «voix» que Don Cafasso se rend compte qu'il est appelé par Dieu à une mission spécifique (et non par les Franciscains ou les Oblats de Marie Immaculée). Le symbolisme de la réparation de vieux vêtements n'est pas perdu chez Don Cafasso qui y voit clairement son appel aux jeunes pauvres et abandonnés.

Ne compliquons pas les choses. C'est assez simple. Il est très clair que Don Bosco participe à la mission du Bon Pasteur "de chercher les brebis qui étaient perdues,  et de  ramener celle qui était égarée,  panser celle qui est blessée, et fortifier celle qui est malade  " (Ez 34, 16). C'est le Seigneur lui-même " qui nous consacre par le don de son Esprit et nous envoie pour être apôtres des jeunes."(C. 3).

 

CONTEMPLATIFS DANS L’ACTION

Si vous me le permettez, je partagerai un témoignage personnel avec vous. Après ma première année en tant que provincial, j'ai entrepris les exercices spirituels annuels "dirigés". (A ce propos, je recommanderais fortement les Exercices Spirituels dirigés, ainsi que nos Exercices Salésiens, comme un choix qui serait extrêmement utile pour la formation continue). Peu de temps après les Exercices Spirituels dirigés, cependant, j'ai été troublé par la question suivante:

Étais-je devenu plus un serviteur qu'un ami de Dieu?

Après quelques jours de retraite, alors que je luttais pour entrer dans une voie plus contemplative, je me promenais le long du bord de la mer. J'ai vu un chien sur la plage, venant dans ma direction et traînant son malheureux propriétaire derrière lui. Il a continué son chemin, mais l'idée m'est restée: avais-je été comme ce chien pendant la majeure partie de ma première année en tant que provincial? J'ai continué à nourrir cette pensée pendant mon voyage de retour chez moi, ce qui était beaucoup plus agréable car j'avais maintenant le vent derrière moi qui me poussait. Soudain, un petit groupe de mouettes m'est apparu glissant sans effort juste au-dessus de la tête. Je les admirais et les enviais. Comme il leur était facile de se laisser capturer par la brise et de se laisser emporter. Quelle différence par rapport au chien haletant en laisse. Le contraste n'est pas resté sans effet sur moi. J'avais passé la majeure partie de ma première année à essayer de faire bouger les choses, mais le labeur ne garantit pas que tu fais la volonté de Dieu. Cela n'a aucun sens de battre frénétiquement ou de tirer la laisse si tu vas dans la mauvaise direction. Cela a provoqué les questions suivantes:

Suis-je vraiment en train de suivre le Seigneur ou suis-je en train de courir en demandant au Seigneur de me suivre?

Quel royaume se construit? Quels plans on est en train de réaliser?

J'ai immédiatement compris que je devais descendre du tapis roulant de l'activisme salésien où j'essayais de faire bouger les choses et apprendre plutôt à prendre la brise de l'Esprit et à laisser la volonté de Dieu se faire. Pour cela, je devais faire un choix: je devais choisir de donner la priorité à deux périodes de méditation chaque jour, une le matin et l'autre le soir.

Si nous avons expérimenté les fumées de l'analyse, de la planification et de la concentration sur les objectifs, il nous sera beaucoup plus difficile de capter la brise de l'Esprit. Cela nécessite un "cœur à l'écoute", un esprit contemplatif. Nous ne pouvons pas y arriver, mais nous pouvons nous disposer par la méditation et la contemplation pour recevoir un «cœur qui écoute». Le passage de l'analyse à la conscience nécessite un espace intérieur différent. C'est une manière contemplative qui ne se hâte pas mais qui apprend à attendre le rythme et le temps de Dieu. Sans elle, nous courons le risque de développer des projets et des objectifs qui sont les nôtres et non pas de Dieu. Nous ne discernons pas à l'extérieur de nos objectifs. Nous avons besoin d'un espace d'écoute où, à notre grande surprise, nous découvrons que Dieu a ses plans pour nous. Lorsque David a dit qu'il voulait construire le temple du Seigneur, son prophète Nathan a accepté au début. Cependant, après avoir dormi dessus (notez à nouveau comment Dieu fait irruption quand nous sommes moins résistants), il a transmis le message de Dieu - qui es-tu pour me construire une maison, je vais te construire une maison pour toi et pour tes ancêtres ? (voir 2Sam .7, 10-11).

 

LE CHOIX CONTEMPLATIF

Comme je l'ai déjà dit, nous ne pouvons pas créer un "cœur à l'écoute" car c'est un don de Dieu, le don de la contemplation, mais nous pouvons préparer nos cœurs à le recevoir par la méditation et la contemplation. Ce n'est que de cette manière, comme le conseille saint François de Sales, que nous pouvons "appartenir à Dieu au milieu de tant de dur labeur". Si Jésus, fatigué de sa mission, a ressenti le besoin de se retirer pour communiquer avec le Père dans la prière, alors nous devons sûrement faire de même. Si saint François de Sales a développé la pratique contemplative du «sommeil sacré» dès ses premières années d'étude pour écouter le rythme cardiaque de Dieu, ne devrions-nous pas faire de même? Lorsqu'on lui a demandé combien de méditation était nécessaire si vous êtes occupé à travailler pour le Seigneur, il a répondu: "Cela prend une demi-heure, mais si vous êtes occupé, alors, une heure".

 

LE TÉMOIGNAGE DE DON BOSCO

Et Don Bosco? Comme le rappelle le bienheureux Philippe Rinaldi: "Si vous voulez vivre selon l'esprit de Don Bosco, vous ne devez jamais perdre de vue sa vie intérieure ... continuellement unis à Dieu dans la prière". Don Bosco a favorisé les moments de communion solitaire avec Dieu, a encouragé les retraites et les périodes de silence parmi ses garçons, et a fait des exercices spirituels chaque année au Sanctuaire de Saint Ignacexix. Le cardinal Cagliero déclare avec éloquence: "L'amour de Dieu a brillé sur son visage et dans toute sa personne et dans toutes les paroles qui sont venues de son cœur quand il a parlé de Dieu en chaire ou au confessionnal, dans des conférences publiques ou privées, ou dans conversations amicales. Cet amour était le seul désir de son cœur et le désir le plus ardent de toute sa vie"xx.

Quand il parlait de Dieu ... cet amour était le seul désir de son cœur. Il est évident que Don Bosco a communiqué avec un Dieu vivant parce qu'il était dans une relation vitale avec Dieu, ce qui n'est possible que par la prière comme amitié avec le Christ qui nourrit le feu entre nous. Sans cette intimité alimentée par la prière, "... Dieu disparaît au loin. Il devient lentement une" idée "sans signification et sans vie .... Si nous arrêtons de prier pendant une longue période de temps, Dieu ‘meurt’! ... non en lui-même, mais meurt dans nos cœurs. Dieu ‘meurt’ comme une plante flétrie que nous avons négligé d'arroser ."xxi

Le souffle intérieur de la prière et le souffle extérieur de l'activité ont permis à Don Bosco de réaliser l'œuvre de Marta avec le cœur de Marie. xxii Avec l'approfondissement de l'amitié avec le Christ par la prière, son activité infatigable s'est accrue en tant qu'expression de son amour pour Dieu. Je crois que notre hérésie salésienne fondamentale est de se tourner vers Don Bosco pour essayer d'imiter le travail qu'il a fait sans avoir l'union avec Dieu dont il jouissait. Nous sommes souvent simplement actifs, alors que pour Don Bosco son travail était le débordement de sa relation avec Dieu (l'extase de l'action).

 

LES SALÉSIENS AUJOURD'HUI

Communiquons-nous le Dieu vivant aux autres?

Comme le dit saint Jean-Paul II:

L'avenir de la mission dépend en grande partie de la contemplation. Le missionnaire, s'il n'est pas un contemplatif, ne peut annoncer le Christ d'une manière crédible; il est témoin de l'expérience de Dieu et doit pouvoir dire comme les Apôtres: « Ce que nous avons contemplé..., le Verbe de vie..., nous vous l'annonçons » ( 1 Jn 1, 1-3). xxiii

Pourquoi est-il si important pour nous, les salésiens, aujourd'hui, d'avoir un «cœur à l'écoute» ou un esprit contemplatif? Notre monde aujourd'hui valorise l'humain, mais perd de vue le transcendant. Notre tradition salésienne a aussi l’homme à cœur et nous croyons que la grâce est fondée sur la nature. Pour cette raison, dans de nombreux feedback reçus, nous reconnaissons la valeur et l'importance du counseling pour répondre aux difficultés que rencontrent les jeunes. Cependant, si nous restons à ce niveau, nous aurons échoué avec les jeunes d'aujourd'hui. La soif et la faim la plus profonde sont spirituelles. Le psychologique est important, mais il ne peut pas remplacer le spirituel. Si nous ne faisons pas ce parcours en nous-mêmes vers le spirituel par la prière, la méditation et la contemplation, nous ne pourrons pas accompagner les jeunes dans leur cheminement. Si nous échouons dans ce sens, nous serons jugés par les générations futures pour avoir fait du tort au réel et au spirituel, en étant en contact avec le psychologique  qui n'est pas assez profond.

Cela nous ramène à nous-mêmes en tant que salésiens d'aujourd'hui. Sommes-nous, comme Don Bosco, guidés par l'Esprit et remplis de l'Esprit? C'est « dans cette présence active de l’Esprit, nous puisons l’énergie de notre fidélité et le soutien de notre espérance. » (C. 1).

Ce qui est important pour nous salésiens "n'est pas de se précipiter dans une multitude d'œuvres extérieures, mais de découvrir et de pratiquer les attitudes et les comportements qui nous ouvrent à l'œuvre de l'Esprit ". Tout le reste en résultera et nous pourrons accomplir " bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions, "(Eph 2, 10).

La vie spirituelle ne consiste pas tant à faire, mais à laisser que soit fait, à laisser Dieu agir en nous, à travailler à travers nous. xxiv C'est par l'union avec Dieu, arrivée par sa fidélité à la pratique contemplative, que l'Esprit « a forma en lui un cœur de père et de maître, capable de se donner totalement: « J’ai promis à Dieu que ma vie, jusqu’à son dernier souffle, serait pour mes pauvres garçons’ » (C.1)

 

Prions

Père Gracieux, donne-nous un esprit de sagesse et de perception pour voir et répondre aux besoins des jeunes d'aujourd'hui, en particulier ceux qui en ont le plus besoin.

Seigneur Jésus, Pasteur de nos cœurs, renouvelle en nous le même esprit de dévouement qui a éclairé le cœur de saint Jean Bosco, apôtre des jeunes.

Esprit d'Amour, couvre-nous de ton ombre. Donne du feu à nos cœurs avec ton amour

et remplis-les à nouveau de la force et du zèle de la Pentecôte.

Marie, Epouse du Saint-Esprit, obtiens-nous la grâce de faire la volonté de Dieu et de devenir une autre humanité pour Jésus, où il pourra renouveler tout son mystère.

Vivez Jésus.

Que Jésus vive en nous, travaille avec nous et aime à travers nous, afin que nous puissions vraiment devenir des signes et porteurs de l'amour de Dieu pour les jeunes.

Que le Père soit glorifié dans l'œuvre qui nous a appelés à faire avec la puissance de son Esprit et au nom de son Fils, Jésus.

Amen.

 

iThe Way of Perfection, ch.1, par.5 in E. Allison Peers (trans), The Complete Works of St Teresa of Jesus Vol. 2 (London: Sheed & Ward, 1963), 5.

iiIbid, 229

iii François de Sales, Oeuvres Éditions Annecy, Vol. IV: 189. Hereafter, OEA.

iv(Salesian Central Archives) ACS A 225.02.01. cited in Giuseppe Buccellato, The Roots of the Spirituality of Saint John Bosco (Bolton: Don Bosco Publications, 2019), 11.

vEvangelii Nuntiandi, n.20.

vi J. Sacks, The Persistence of Faith (London: Weidenfeld and Nicoloson, 1991), 50.

viiSt John Bosco, Memoirs of the Oratory (New Rochelle: Don Bosco Publications, 1984), 18.

viiiMB.1:518.

ixMB.3:91.

xThe Spirit of St Francis de Sales, as cited by C. F. Kelley, in The Spiritual Maxims of St Francis de Sales (London & New York & Toronto: Longmans, Green & Co., 1954), 124.

xiAdrienne Fichet, Premier Proces Remissorial d’Annecy, 32, as cited by Lajeunie, in St Francis de Sales, 2:133.

xiiOEA IV:303.

xiiiEpistolario, Torino, 1959, 4, 201-203.

xivCG28 outline of reflection on the theme, see 2.2.2. Preparation process for the GC28.

xv Christus Vivit, n.284.

xvi9Memorie Biografiche, Vol.2, 203-207.

xviiB.M, Vol.1:285.

xviiiEBM II, 177.

xixG. Buccellato (ed) San Giuseppe Cafasso: Il Direttore Spirituale di Don Bosco (Roma: LAS, 2007) 28.

xx Ibid, 220.

xxi Ignacio Larrañaga OFM Cap, Sensing Your Hidden Presence: Toward Intimacy with God (Quebec, Editions Paulines, 1992), 27-28.

xxiiSee Introduction to The Devout Life, Part III, n.10.

xxiiiRedemptoris Missio, n.91

xivJacques Philippe, Fire and Light: Learning to Receive the Gift of God (New York: Scepter, 2016), 3.