CG28

CG28 Piste de réflexion sur le thème

2.2. PISTE DE RÉFLEXION ET DE TRAVAIL SUR LE THÈME DU CG 28

DB giovani 1

Scarica il file    Scarica il file    Scarica il file       

Cette piste de réflexion propose quelques suggestions pour l’itinéraire des Provinces en préparation au CG 28. Elles peuvent être utiles pour centrer l’attention des confrères, des communautés locales et des Chapitres Provinciaux sur le thème du CG 28, en orientant la réflexion et le travail de tous.

2.2.1. Lettre de convocation du CG 28

L’itinéraire vers le CG 28 commence par l’étude personnelle de la lettre de convocation du Recteur Majeur et avec le débat communautaire sur son contenu.

Le titre de la lettre du Recteur Majeur, « Quels Salésiens pour les jeunes d’aujourd’hui ? », laisse apparaître la volonté de donner une réponse aux jeunes, surtout les plus pauvres et les exclus, à la lumière d’une vision charismatique qui les veut au centre de notre vocation salésienne. Pour cela, on a besoin de Salésiens préparés et prêts à œuvrer avec l’esprit, le cœur et les mains de Don Bosco dans l’Église et dans la société, et qui accompagnent les jeunes dans le monde du travail, dans l’univers numérique, dans la défense de l’environnement, etc. En cette période précapitulaire, tout cela nous demande de nous situer en syntonie avec le chemin synodal de l’Église sur les jeunes, spécialement en étudiant le Document Préparatoire et le Texte de Travail du Synode des Évêques 2018 ; il sera important d’avoir aussi à l’esprit les Exhortations Apostoliques du Pape François : « Evangelii Gaudium » et « Amoris Lætitia  ».

Cela demande une formation renouvelée qui, comme réponse à la vocation personnelle de chacun, est par nature permanente ou continue. Cette réponse a évidemment ses racines dans la formation initiale, mais elle est destinée à grandir d’une manière dynamique dans le temps et à tracer un profil du Salésien conforme à Jésus-Christ et à Don Bosco, en réponse aux situations actuelles. Dans ce profil, l’attitude de l’accompagnement des jeunes est nécessaire, fruit de l’expérience directe de celui qui a d’abord mûri la nécessité d’être accompagné. Pour accompagner les autres sur le chemin de la vie, il faut vivre l’expérience d’être accompagné. Dans ce profil, il faudra aussi tenir compte de notre appel à la sainteté ainsi que le Pape François la présente pour tous les chrétiens dans l’Exhortation Apostolique «Gaudete et exsultate ».

Il s’agit d’une formation nécessaire pour renforcer notre mission en faveur des jeunes, mission partagée avec les laïcs de la communauté éducative et pastorale. Cela demande de façon urgente de dépasser les résistances qui considèrent encore comme optionnel le partage de la mission ; celle-ci est orientée vers le bien des jeunes et réclame une formation spécifique et conjointe entre Salésiens et laïcs. Il est actuellement opportun de reprendre le CG 24 et ce qu’il avait dit concernant le partage de l’esprit et de la mission avec les laïcs en vue d’une évaluation du parcours effectué et des pas qui restent encore à faire.

Le thème du Chapitre est unique ; il est tout à la fois articulé en trois noyaux thématiques : les priorités de la mission, le profil du Salésien, le partage de la mission et de la formation avec les laïcs. Il ne s’agit pas de thèmes séparés mais d’éléments reliés en sorte que le thème apparaisse unitaire. C’est inhabituel que le thème d’un Chapitre Général se présente sous forme interrogative : « Quels Salésiens pour les jeunes d’aujourd’hui ? ». Cette interrogation explicite le désir, la volonté et l’engagement de nous situer dans une véritable écoute des jeunes, des confrères en formation initiale, des laïcs.

Après l’engagement dans le témoignage de la radicalité évangélique vécue à partir du CG 27, il nous semble important maintenant de nous concentrer sur la prophétie évangélique. Le 21 novembre 2014, dans sa Lettre Apostolique « À tous les consacrés », à l’occasion de l’Année de la Vie Consacrée, le Pape François a écrit : « J’attends que "vous réveilliez le monde", parce que la note qui caractérise la vie consacrée est la prophétie. Comme je l’ai dit aux Supérieurs Généraux, "la radicalité évangélique ne revient pas seulement aux religieux : elle est demandée à tous. Mais les religieux suivent le Seigneur d’une manière spéciale, de manière prophétique". Voilà la priorité qui est à présent réclamée : "être des prophètes qui témoignent comment Jésus a vécu sur cette terre…Jamais un religieux ne doit renoncer à la prophétie" (29 novembre 2013). »

2.2.2. Processus de préparation du CG 28

Le Chapitre Général est précédé dans toutes les Provinces par le Chapitre Provincial. C’est explicitement demandé par les Constitutions (C 172). Il revient au Chapitre Provincial d’élire un ou plusieurs Délégués au Chapitre Général et leurs suppléants (C 171) et « d’envoyer des propositions au Régulateur du Chapitre Général. » (R 167)

Laccomplissement de ces tâches népuise pas la nature et la compétence dun Chapitre Provincial. Il serait erroné de croire que celui-ci doive se réunir dans l’imminence d’un Chapitre Général, seulement pour l’élection des Délégués ou pour l’envoi de propositions au Régulateur. Les articles 171 et 172 des Constitutions et l’article 167 des Règlements Généraux énumèrent un large éventail d’objectifs et de tâches qui ne doivent cependant pas être tous et toujours réglés à chaque Chapitre Provincial.

La réflexion sur le thème « Quels Salésiens pour les jeunes d’aujourd’hui ? » est prioritaire ; elle ne concerne pas seulement les confrères qui participeront au CG 28. La lettre d’indiction du CG 28 entend promouvoir une réflexion approfondie, orientée vers la conversion, de la part de chaque confrère, de toutes les communautés, de chaque Province. Un moment très important de cette démarche est l’« assemblée représentative des confrères et des communautés locales, qu’est précisément le Chapitre Provincial.

Le thème du CG 28 ne demande pas une réflexion académique ou doctrinale en vue de s’exercer à écrire des considérations théologiques, de nature spirituelle ou pastorale, à « envoyer au Régulateur ». C’est une « provocation » pour tous. C’est la voie de l’Esprit qui pousse à s’interroger, à « examiner ses propres œuvres », à « revoir », à « se repentir et se convertir ». « Celui qui a des oreilles, qu’il entende ce que dit l’Esprit ». C’est l’Esprit qui parle à nous aussi et qui nous invite à nous tenir à l’écoute (cf. Ap. 2, 1-29).

Le Chapitre Général se tiendra à Turin-Valdocco en 2020, et environ 250 confrères y prendront part ; mais plus exactement, on devrait dire qu’il a déjà commencé et que tous les confrères de la Congrégation y participent. Chaque confrère s’interroge sur le profil que lui demandent le changement des circonstances et la rencontre avec les jeunes, afin de répondre à l’appel de Dieu en ce moment précis de l’histoire. Le Salésien, fidèle au projet apostolique de Don Bosco contenu dans les Constitutions, revoit ses choix fondamentaux, son style de vie et son travail ; avec lui, la communauté et la Province vérifient leur crédibilité et leur fécondité dans les contextes où elles vivent.

La convocation du Chapitre Provincial est donc une grande opportunité pour chaque Province. On suggère, compte tenu de l’articulation du thème, de réaliser dans chaque communauté locale des temps d’écoute des jeunes, des confrères en formation initiale, des laïcs. Il serait ensuite important de tenir des réunions provinciales distinctes avec ces trois groupes et d’avoir leur représentation au Chapitre Provincial. Une contribution significative sera offerte par les jeunes confrères qui, dans les phases initiales de leur formation jettent précisément les bases pour construire le profil du Salésien et qui, étant jeunes, peuvent renvoyer une vision plus objective de ceux de leur âge [coetanei], étant donné la proximité de l’âge, de la culture, etc.

2.2.3. Articulation du thème du CG 28

La lettre d’indiction du CG 28 nous demande de nous concentrer sur trois noyaux thématiques qui sont maintenant proposés aux communautés salésiennes et aux Chapitres Provinciaux. Ces noyaux se réfèrent à ce qui doit caractériser le Salésien de l’avenir et qui lui permettra de répondre à la mission salésienne d’aujourd’hui avec les laïcs.

Priorité de la mission avec les jeunes  

Attentes des jeunes. Le CG 28 entend mettre au point le pivot du « projet de vie fortement unitaires » de notre père Don Bosco : « le service des jeunes » (C 21). Les éléments de ce projet sont toujours nouveaux, toujours divers, de génération en génération, de culture en culture. Dans cette diversité, la Congrégation discernera et « vérifiera périodiquement si ses œuvres et ses activités sont au service des jeunes pauvres » (R 1). Il faut donc évaluer nos options et indiquer quelques orientations prophétiques afin que les jeunes pauvres, dans les différentes typologies de pauvreté, d’exclusion et de rejet soient au centre de nos choix. Il faut, en outre, indiquer comment concentrer notre attention et nos efforts sur les priorités des jeunes d’aujourd’hui, leurs préoccupations et leurs problèmes, comme le manque de travail, les défis de l’univers numérique, les droits humains, l’écologie, etc.

Accompagnement des jeunes. Aujourd’hui, les jeunes nous demandent d’être présents parmi eux et de rester avec eux ; c’est une occasion pour redécouvrir l’assistance salésienne comme le fait d’être avec et pour les jeunes. Ils nous demandent à être accompagnés, donc à ne pas être laissés seuls ; ils réclament auprès d’eux des guides compétents qui soient maîtres dans l’art de l’accompagnement. La qualité de l’expérience d’accompagnement spirituel des jeunes par chaque Salésien est donc aujourd’hui une tâche cruciale pour une pastorale des jeunes rénovée. Nous nous demandons quels pas nous devons encore faire pour que chaque Salésien soit un accompagnateur du cheminement de chaque jeune.

Famille et pastorale salésienne. Ne peuvent être absents de la mission salésienne les parents qui sont les premiers accompagnateurs naturels des jeunes. La réalité des familles est « un collage qui interpelle, constitué de nombreuses réalités différentes, remplies de joies, de drames, et de rêves. » (AL 57) Une fois de plus, un Chapitre Général de la Congrégation attire l’attention sur la famille, comme sujet et objet des processus de la pastorale des jeunes et sur les modalités concrètes d’implication des familles et de l’aide que nous pouvons offrir.

Profil du Salésien aujourd’hui

Formation salésienne. Ces dernières années, nous avons plusieurs fois exprimé la nécessité d’une référence plus explicite à Don Bosco, à sa figure et à son histoire pour que notre pastorale et notre spiritualité ne soient pas génériques ; nous y avons été aidés spécialement par la célébration du Bicentenaire de la naissance de Don Bosco et de ses trois années de préparation. Nous devons maintenant nous demander quels pas supplémentaires nous pouvons faire dans notre « repartir de Don Bosco » afin que notre vocation salésienne soit encore davantage marquée de son charisme.

Formation permanente. Le profil du Salésien aujourd’hui place au centre une réalité souvent oubliée : toute la vie est une réponse au Seigneur qui appelle. Le Seigneur appelle toujours en situation et pendant qu’il fait entendre Sa voix à travers de nombreuses médiations, il demande notre réponse personnelle. Il y a donc besoin d’autoformation et de formation permanente. La présence de guides qui sachent accompagner les pas de chacun permet de répondre dans le temps aux nombreux appels que nous recevons. Nous devons nous demander comment donner de l’élan à notre formation pour qu’elle soit permanente.

Formation en mission. La formation advient dans les événements de l’histoire et non seulement en prévision d’un objectif à atteindre et pour lequel est nécessaire une préparation particulière. Vu seulement comme préparation en vue d’une mission, le profil du Salésien finit facilement par tomber dan le fonctionnalisme et dans l’apprentissage superficiel qui n’implique pas réellement l’esprit et le cœur et, donc, l’existence. Voilà pourquoi il est important de reconnaître que l’on se forme dans des situations et à travers des situations, et de trouver des voies pour que cela se réalise concrètement. Pour répondre aux situations et savoir lire les signes des temps, il faut faire d’autres pas pour apprendre l’art du discernement.

Formation en communauté. L’expérience de Don Bosco dit que, pour pouvoir être « artisans et constructeurs de communion », il est nécessaire de se former en communauté. Ensemble, nous apprenons à appartenir à Dieu, aux confrères, aux jeunes. Dans notre formation, est nécessaire la vérification des critères de discernement vocationnel concernant l’aptitude à vivre en communauté et l’apprentissage de modalités communautaires de vie. Pour mûrir la conscience de cette appartenance communautaire, spécialement au début de la vie salésienne, des équipes de qualité sont nécessaires, composées de personnes qui, faisant sans cesse l’expérience des valeurs de la vocation salésienne (cf. C 98) sont en mesure de la communiquer aux autres. En outre, l’écoute attentive d’accompagnateurs valables et préparés conduit à assumer progressivement les traits de Jésus Christ, comme Don Bosco les a assumés et fait siens. Notre question est alors de savoir comment assurer la formation et la composition d’équipes de formateurs de qualité.

Mission partagée par les Salésiens et les laïcs 

Réalisations et résistances dans le partage de la mission avec les laïcs. À plus de vingt ans de la célébration du CG 24 sur les laïcs, on considère comme important, avant tout, de relever les expériences qui ont conduit à des réalisations positives dans le partage de la mission avec les laïcs et les motivations ou les situations qui ont facilité ces acquisitions. On estime en outre nécessaire de déterminer les résistances, parfois inconscientes, qui ont empêché jusquà présent un chemin de partage de la mission avec les laïcs, afin de supprimer les obstacles ; des changements de mentalité et d’attitude sont souvent nécessaires mais aussi des décisions de planification et des décisions institutionnelles.

Réciprocité dans les relations entre Salésiens et laïcs. Le Salésien se comprend lui-même à la lumière de la relation quil établit avec dautres vocations de lÉglise. Ces dernières années, la contribution et la réflexion offertes par les laïcs ont augmenté, et cela a enrichi les choix de la Congrégation; nos vocations sont complémentaires. La présence des laïcs dans nos œuvres, non seulement en tant que collaborateurs, mais en tant que coresponsables de la même mission en faveur des jeunes, nous a permis de développer un nouveau sujet: la communauté éducative et pastorale. Elle constitue une expérience réelle de lÉglise dans laquelle les jeunes sont réellement entendus et accompagnés; et pour que cet accompagnement soit efficace, les Salésiens seuls ne suffisent pas. À côté des éléments communs existant dans les relations entre Salésiens et laïcs, et la conscience de la spécificité des différentes vocations, nous devons trouver des moyens denrichir et dadopter des attitudes de réciprocité.

Formation conjointe des Salésiens et des laïcs. Dans le cheminement des communautés éducatives et pastorales émergent, à côté d’expériences positives, des improvisations et des difficultés aussi dans la formation conjointe avec les laïcs. Est donc nécessaire une formation spécifique pour les laïcs et ensuite une formation conjointe des Salésiens et des laïcs. La formation au sein de la communauté éducative et pastorale présente différentes vitesses de fonctionnement et détapes franchies; dans ce cas aussi, il est nécessaire de trouver des voies pour continuer le cheminement.

Œuvres à gestion partagée ou à gestion laïque. Différents modèles de gestion émergent, parfois à partir de la non-compréhension des états de vie du chrétien et de la non-valorisation de la personne consacrée et du laïc dans une vision juste et synergique. Des modèles patronaux se chevauchent, où les Salésiens sont chefs et détiennent le pouvoir, avec des modèles pastoraux « charismatiquement » corrects dans lesquels les Salésiens se positionnent en tant que guides et formateurs. Parmi les différents modèles, méritent attention les œuvres à gestion partagée et les œuvres à gestion laïque sous la responsabilité provinciale.

2.2.4. Méthodologie du discernement communautaire

Dans les trois derniers Chapitres Généraux, nous avons adopté la méthodologie du discernement communautaire. Dans « Evangelii Gaudium », dans « Amoris Laetitia », dans le « Document Préparatoire » pour le Synode des Evêques sur les Jeunes, dans « Gaudete et Exsultate », le Pape François nous invite à adopter la pratique du discernement. Nous croyons que, conformément au parcours actuel de lÉglise et à lexpérience acquise dans nos Chapitres Généraux, nous devons poursuivre cette méthodologie.

Dans le processus de discernement pour létude du thème du Chapitre, les temps suivants sont proposés: écoute, interprétation, choix. Pour chaque noyau thématique, les Chapitres Provinciaux sont invités à faire un discernement selon ces trois étapes. En ce qui concerne le CG 27, pour sadapter aux expressions que le Pape François utilise, les noms des trois étapes ont été changés, mais il sagit de la même méthodologie.

Écoute. Le premier temps nous demande de reconnaître la situation, laffronter dans ses aspects prioritaires, voir ce qui nous défie le plus, écouter ce qui nous interpelle. Il est nécessaire de mettre en évidence ce qui est le plus prometteur pour les confrères, les communautés et la Province, pour les jeunes et les laïcs et qui demande à être développé, mais aussi ce qui est le plus risqué et demande à être affronté et maîtrisé. Il sagit de reconnaître les expressions prometteuses et risquées concernant les priorités de la mission, les exigences de la formation et limplication des laïcs.

Interprétation. Dans le second temps, à partir des aspects reconnus à travers lécoute, il sagit de lire la situation, didentifier les causes profondes de bien-être ou de mal-être, de savoir interpréter les défis et les risques. Linterprétation de la situation doit nous conduire à une compréhension approfondie de celle-ci. Les clés dinterprétation de la situation sont lÉvangile, la vie de lÉglise, les Constitutions, les signes des temps. Ce deuxième temps du processus de discernement sest jusquici avéré le plus difficile pour nous à mettre en œuvre.

Choix. La troisième étape consiste à identifier les choix à faire. Il sagit de trouver et, donc, de choisir ce qui nous pousse vers de nouvelles façons de vivre la mission pour les jeunes, de réaliser le profil du Salésien, dimpliquer les laïcs. Les choix doivent correspondre aux situations entendues et interprétées. Ce sont des choix prophétiques et audacieux qui renforcent ce qui est déjà présent mais encore inachevé, surmontent ce qui est faible et risqué, trouvent de nouvelles voies. Ces choix doivent être essentiels et fondamentaux et peuvent concerner les processus et les pas à franchir.

Le processus de discernement nous demande de nous concentrer sur certaines priorités, à la fois dans lécoute et par conséquent dans linterprétation, et dans les choix. Le document écrit constituera la contribution du Chapitre Provincial au CG 28. Pour chaque noyau thématique, il convient que le document écrit à envoyer au Régulateur comme contribution du Chapitre Provincial au CG 28 ne dépasse pas deux pages.

Au Chapitre Provincial, il est conseillé déviter le plus possible des documents papier et dutiliser plutôt la technologie numérique afin dencourager ladoption dune mentalité écologique et de réaliser des économies. Cela aussi peut être un progrès dans la réalisation du Chapitre.

2.2.5. Contributions à envoyer au Régulateur du CG 28

Au plus tard le 15 juillet 2019, les différentes contributions doivent parvenir au Régulateur du CG 28; elles peuvent être de quatre types différents:

§  des contributions des Chapitres Provinciaux sur le thème du CG 28 : « Quels Salésiens pour les jeunes daujourdhui? ». Ces contributions se réfèrent aux trois noyaux thématiques, chacun dans une fiche distincte;

§  des contributions des Chapitres Provinciaux sur des sujets concernant la vie de la Congrégation, les Constitutions ou les Règlements; ces contributions ont aussi leur fiche distincte; chaque fiche doit contenir une seule proposition;

§  des contributions personnelles ou de groupes de confrères sur le thème du CG 28 : « Quels Salésiens pour les  jeunes d’aujourdhui? ». Ces contributions se réfèrent aux trois noyaux thématiques, et ont leur fiche spécifique;

§  des contributions personnelles ou de groupes de confrères sur des sujets concernant la vie de la Congrégation, les Constitutions ou les Règlements. Ces contributions ont leur propre fiche; chaque fiche doit contenir une seule proposition.