Conseil Ressources

Délégués Provinciaux laïques

DOCUMENTS DU DICASTÈRE DE LA COMMUNICATION SOCIALE


ORIENTATIONS POUR DÉLÉGUER A UN LAÏC OU A UNE LAÏQUE L'ANIMATION PROVINCIALE
DE LA COMMUNICATION SOCIALE

Père Filiberto GONZÁLEZ PLASENCIA

Conseiller général pour la Communication Sociale

   La mission[1], les nécessités concrètes et la lecture que fait le Magistère salésien sur la nouvelle culture et sur la communication sociale[2] nous font voir, d’une part, la relation intrinsèque entre éducation – évangélisation – communication sociale et, d’autre part, le changement d’époque que nous sommes en train de vivre.[3] Ces motifs m’ont porté à réfléchir, avec l’équipe du Dicastère, pour offrir un certain nombre de considérations et de critères en vue de faire entrer en ce domaine, d’une manière ouverte et actuelle, des Délégués Provinciaux laïques (hommes ou femmes), qui partagent avec nous l’esprit salésien et la mission salésienne : cette manière de procéder est justifiée dans l’Eglise (cf. Vatican II) et par le charisme (cf. CG24). Ne pas entrer avec décision dans ce domaine de la Communication Sociale est non seulement effectuer un retour en arrière, mais se tenir en dehors de la route, en nous limitant à être des personnes qui se contentent simplement d’observer ou qui critiquent facilement l’évolution culturelle et technologique dans laquelle se trouvent nos destinataires.   

   L’Eglise s’est rendu compte de l’importance de la communication dans la nouvelle culture ; c’est pourquoi le Pape Benoît XVI a institué un nouveau Conseil pontifical, celui “pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation”, en mettant au centre l’évangélisation de la nouvelle culture numérique avec ses nouvelles technologies et ses nouveaux langages. Lui-même, le P. Pascual Chávez, Recteur majeur, quand il traite le sujet, cite le texte du CG26 (nn. 104-105) : « il est nécessaire de convertir les mentalités et de modifier les structures, en passant […] d’une attitude timide et d’une présence sporadique dans les médias à un usage responsable et à une animation éducative et évangélisatrice de plus grand poids ». Je fais remarquer, et non comme un fait secondaire, que le Pape a nommé le Recteur majeur comme consulteur dans ce nouveau Dicastère, parce que l’Evangile, les jeunes et la communication sont fondamentaux pour l’avenir de l’Eglise. 

   C’est un fait que la diminution progressive du nombre des Salésiens pousse la majeure partie des confrères à rechercher un plus clair témoignage, qu’il soit personnel ou communautaire, et qu’elle les porte à une restructuration des Provinces et des œuvres afin d’être présents parmi les jeunes ; d’autres se sentent amenés à multiplier le travail par manque de personnel, en se remplissant d’anxiété jusqu’à arriver à une usure sur le plan de l’esprit, de l’état physique et de la vocation, avec beaucoup d’autres conséquences ; certains s’adaptent à la situation et s’en accommodent, en laissant les choses aller peu à peu vers une mort, car ils ont perdu l’élan et la créativité de leur vocation, la passion pour Dieu et pour le salut des jeunes. D’où la nécessité de donner au laïc la possibilité de développer ses valeurs dans sa consécration baptismale et dans la complémentarité et la collaboration pleines de richesse qu’il peut offrir dans le domaine religieux et dans la mission salésienne, surtout quand on n’a pas de personnel salésien préparé dans le secteur de la communication sociale. Assumer la mentalité du CG24 [“Salésiens et Laïcs : communion et partage dans l’esprit et la mission de Don Bosco”] est une manière actuelle de construire l’Eglise et de marcher avec Don Bosco et avec notre époque. 

   Je présente tout d’abord quelques considérations générales ;  

  • Nous sommes conscients de l’importance du Secteur de la Communication Sociale et de la Délégation pour ce Secteur en faveur de la mission de toute la Province ; 
  • Il y a chez nous tous un vif désir de vivre pleinement l’esprit et les enseignements de Vatican II et du CG24, y compris en ce domaine et dans cette dimension, et, pour cela, de partager l’esprit et la mission avec les laïcs ;  
  • Nous reconnaissons avec réalisme qu’il y a peu de salésiens spécialisés dans ce secteur et que ceux-ci disposent d’un temps trop maigre pour s’y employer à temps plein ;  
  • Nous sommes conscients que faire porter la responsabilité par un seul salésien produit une fragmentation de la présence personnelle, la faiblesse de l’image donnée, la superficialité des interventions, la maigreur des résultats ; 
  • Nous développons les valeurs des laïcs en leur apportant des bases chrétiennes et salésiennes, une préparation et une expérience en ce domaine et une capacité de travailler en synergie réciproque avec les autres délégués et les autres secteurs de la mission salésienne : Pastorale des Jeunes et Missions, sans oublier le secteur de la Formation et l’Economat.[4]  

   Sur la base de ces orientations générales je vous offre quelques critères concrets qui peuvent aider au moment d’accorder la Délégation provinciale de la Communication Sociale à un laïc ou à une laïque, pratique qui est de plus en plus commune dans nos Provinces. 

1. Toute Délégation est de la compétence du Provincial, c’est pourquoi elle s’effectue sous sa direction, son animation et sa responsabilité. Donc, la Communication Sociale, en tant que Secteur de la Mission Salésienne, dépend directement du Provincial. 

2. Les Délégués pour la Communication Sociale doivent agir en accord avec les principes du Charisme et de la Congrégation qui sont présentés dans les Constitutions et les Règlements, dans les Chapitres Généraux, dans les documents du Magistère (Recteur majeur et son Conseil) de la Congrégation, et d’une manière particulière dans le nouveau Système Salésien de Communication Sociale (SSCS 2011) et les autres publications du Dicastère pour la CS. 

3. Le Provincial délègue l’animation de la CS en tant qu’elle est un secteur, un domaine et une dimension culturelle, sociale et pastorale de la Mission, mais ne délègue pas la responsabilité de gouvernement, à des personnes qui, à un niveau satisfaisant, sont connues et identifiées, qui ont une formation et une participation salésienne, et pas seulement une compétence dans la CS. 

4. La Délégation pour la CS, tout comme les Délégations pour les autres secteurs, est en fonction de la mission de la Congrégation dans une Province déterminée et en lien avec la structure et le projet organique (POI) de cette Province. De là dérivent d’autres projets spécifiques, parmi lesquels il y a le Projet Provincial pour la Communication Sociale (PICS) et à l’intérieur de celui-ci, avec une importance particulière, le Projet Provincial pour la Formation à la Communication Sociale (PIFCS). 

5. Le service des Délégués pour la Communication Sociale est accompli dans des structures et des processus non parallèles, mais en synergie réciproque avec les autres Délégués au service de la Mission provinciale. Tous les dicastères  et tous les secteurs sont au service de la mission : de là naît la nécessité de la synergie réciproque. L’autonomie, au contraire, est nécessaire pour ce qui concerne les contenus, les méthodologies et les processus spécifiques. 

6. Le Provincial, avec l’accord préalable de son Conseil, peut déléguer l’animation provinciale de la CS à un laïc (une laïque), de préférence de la Famille Salésienne, en fixant pour commencer un temps d’essai, et, après un essai concluant, en établissant un contrat à durée déterminée, avec la convention que la charge peut être retirée au cas où le travail ne se déroulerait pas selon ce qui a été stipulé dans le contrat. Egalement le Provincial, à l’expiration du contrat qui avait été passé, peut confier le travail de nouveau à la même personne ou se tourner vers quelqu’un d’autre (laïc, laïque ou salésien consacré), qui soit à même d’assurer la marche du service dans la Province à temps plein.  

7. Il n’y a pas de personnes toutes prêtes pour une Délégation, comme cela se produit pour les salésiens. Les laïcs se forment progressivement, et l’on ne doit pas leur demander d’être “comme les religieux”, mais de collaborer, avec la richesse de leur baptême et leur spécialisation, à la mission salésienne : c’est une pratique déjà commencée par Don Bosco et maintenant encouragée par le Magistère salésien. 

8. Le Provincial et le Conseil offrent un appui effectif, au moyen de la formation salésienne et de l’acquisition d’une aptitude professionnelle, au Délégué (à la Déléguée) pour la CS, en vue de sa préparation personnelle, du secteur qui lui est confié et de la mission salésienne conduite dans la Province. Le monde est plongé dans la communication et dépend d’elle. Il ne s’agit pas seulement des moyens de communication, mais du domaine social, culturel, pastoral et technologique dans lequel nous habitons. 

9. Le Provincial fournit au Délégué (à la Déléguée) une équipe, pour qu’avec cette équipe, ce Délégué (cette Déléguée) puisse remplir de la meilleure façon son rôle situé au niveau provincial ; il apporte son appui au Délégué (à la Déléguée) en effectuant les nominations qu’il considère comme nécessaires. 

10. Le Délégué (la Déléguée), en accord avec son équipe de CS, élabore et présente les projets provinciaux de Communication Sociale (établis en partie avec le Délégué pour la Pastorale des Jeunes et le Délégué pour les Missions) et les projets de Formation en Communication Sociale (établis avec le Conseiller pour la Formation) : ils entreront dans le POI (Projet Organique Provincial), le PEPSI (Projet Educatif et Pastoral Salésien Provincial] et le SSCS (Système Salésien de Communication Sociale : service, animation, formation, information et entreprises-production) après avoir été révisés et approuvés par le Provincial avec son Conseil. 

11. Le Délégué (la Déléguée) rendra compte trimestriellement au Provincial et à son Conseil du projet, du travail et de l’emploi du temps personnels, selon un calendrier établi, comme aussi toujours à un moment que le Provincial jugera opportun (réglementation dans le contrat de travail). 

12. Il convient que travaillent en étroite relation le Délégué (la Déléguée) provincial(e) pour la CS, le Délégué pour la Pastorale des Jeunes et le Délégué pour les Missions, ainsi que le secteur de la Formation et l’Economat, en suscitant toujours de la synergie et en constituant une équipe robuste au service de la mission de la Province, mais en sachant aussi reconnaître et respecter la diversité et l’autonomie des secteurs, des milieux, des méthodologies, des rôles et des tâches, dans un consentement mutuel, selon des critères écrits, sans dépendre du goût des personnes dont c’est le tour de service. 

13. Si le Provincial met le laïc (la laïque) seulement comme Coordinateur (Coordinatrice) et un salésien comme Délégué, il est nécessaire que même le coordinateur (la coordinatrice) participe aux rencontres nationales et internationales de CS, et qu’il (elle) ait une tâche de collaboration qui ne soit pas seulement nominale, dans le travail ordinaire avec le Délégué.  

14. Le Provincial expliquera à la Province (sdb et laîcs de nos œuvres) la décision prise, en la motivant par une référence aux critères du Magistère sur lesquels elle est basée : il présentera le Délégué (la Déléguée), ainsi que son rôle et ses fonctions à l’intérieur de la structure et de l’organisation de la Province, du POI, conjointement et en synergie avec les Délégués provinciaux qui sont au service de la Mission. 

   Il est souhaité que ces orientations puissent aider les Provinces, et en particulier les Provinciaux et leurs Conseils, pour un service toujours amélioré rendu à la Mission Salésienne. Le Dicastère de la Communication Sociale, avec son personnel salésien et son personnel laïc, est toujours disponible à apporter son aide. Que Marie Auxiliatrice continue à nous guider dans notre service envers tous ceux qui nous sont confiés par le Seigneur.