Conseil Ressources

FORMATION DES SALESIENS EN COMMUNICATION SOCIALE

COMUNICATION SOCIALE

 

Pour les différentes phases de la formation

“ORIENTATIONS POUR LA FORMATION DES SALESIENS EN COMMUNICATION SOCIALE”

DIREZIONE GENERALE OPERE DON BOSCO
Via della Pisana 1111 - 00163 ROMA

Le Conseiller général pour la formation
Le Conseiller général pour la communication sociale

Contenus et Méthodologies
Pour les différentes phases de la formation

Roma, 8 décembre 2005

INTRODUCTION

Etant donné son énorme importance pour la vie et la mission salésienne, la communication sociale est toujours considérée comme un domaine nécessaire et urgent pour la formation des salésiens. Depuis les années 90 il y a eu des tentatives pour offrir à la congrégation des initiatives, et particulièrement aux maisons de formation, un programme de formation pour les différentes étapes de la formation initiale.
Une série de raisons justifie l’élan actuel donné par ces « orientations » :
· La promulgation de la nouvelle “Ratio” en l’an 2000
· La création d’un dicastère pour la communication sociale pendant le CG 25
· L’introduction dans le Projet du Recteur Majeur et de son Conseil de la proposition d’élaborer un itinéraire formatif en communication sociale pour les salésiens
· La demande explicite faite depuis la consulte mondiale de la communication sociale en 2004
· L’élaboration des lignes opérationnelles du “système salésien” de la communication sociale par le même dicastère pour la communication sociale au début de l’an 2005 et dernièrement la lettre du Recteur Majeur publiée dans les ACG 390.

Cet instrument est le fruit d’une consultation dans la Congrégation, spécialement entre les spécialistes de la communication sociale et les formateurs. Son inspiration est fondée sur les documents ecclésiaux relatifs à la communication sociale, sur nos Constitutions et Règlements, sur les interventions sous forme de lettre des Recteurs Majeurs : Don Vigano, dans l’ACG 289, Don Vecchi dans l’ACG 370 et 366, Don Chavez dans l’ACG 387 et 390. Enfin le document tient compte des expériences des différentes provinces et Régions de la Congrégation.

 

Les Destinataires

« Les orientations pour la formation des salésiens en communication sociale » sont destinées aux mêmes personnes et organismes auxquelles la Ratio fut consignées c’est-à-dire : à tous les salésiens, et de façon particulière, aux provinciaux et leur conseil, aux délégués et aux membres des commissions provinciales de la formation et de la communication sociale, aux formateurs et aux jeunes en formation, à tous ceux qui sont chargés de la formation permanente et initiale des salésiens.

Objectifs
Le but de ces « orientations » est de faire du salésien un bon « communicateur (FSDB 252) dans le domaine de la communication sociale ».
Etre un bon communicateur requiert un bon esprit critique et de production créative, d’informations et de messages. Cela demande en même temps la capacité d’animation et de gestion de la communication sociale dans le processus éducatif et pastoral ; ceci exige enfin la capacité d’interaction et de relation, de communication à l’intérieur et en dehors de la Congrégation. Le secteur de la communication sociale concerne les mass média et les secteurs tels que le cinéma, la radio, la télévision, l’Internet, le DVD, le cellulaire... ; ceci s’étend aussi aux interactions à l’intérieur d’une société ou d’un groupe culturel, tels que le théâtre, la musique, la publicité, les relations publiques ; et va jusqu’à tenir compte de la culture et surtout du modèle anthropologique que les médias et les interactions créent et diffusent.

Les niveaux de formation
Les présentes « orientations » mettent un accent particulier sur la formation intégrale à la communication sociale et pas seulement sur le « training », parce qu’elles prétendent atteindre non seulement le sommet de la performance technique de la part du jeune en formation, mais aussi la transformation de toute sa personne, y compris sa disposition intérieure et son sens critique.
Il est important ici de rappeler deux points des lignes d’orientation du « Système salésien de communication sociale », qui ont des effets sur l’aspect formatif : le numéro 59, qui affirme que la communication sociale se développe à l’intérieur du cadre de référence de la pastorale des jeunes, et le numéro 89 qui parle des références de la formation en communication sociale.
Selon ce que le Magistère de l’Eglise et les documents de la Congrégation disent des lignes opérationnelles, concernant le Système salésien de communication sociale au numéro 90, cette formation présente trois niveaux.
Le premier niveau de base concerne la formation des récepteurs. Il s’agit de :
· éduquer le salésien à un sens critique et former sa conscience de façon à l’affranchir des suggestions faciles et manipulations des médias ; l’aider à faire des choix libres et responsables en utilisant les mass media pas exclusivement en fonction des divertissements mais surtout d’information et de formation, pour un choix harmonieux de croissance culturelle et sociale.
· instruire sur l’aspect technique des différents instruments, ceci est indispensable pour une « lecture » correcte et une compréhension objective de ce qu’il communique ; créer une prise de conscience des implications sociales, culturelles, politiques et économiques qui sont à la base des messages et des valeurs proposées par les médias avec une attention particulière aux rapports entre publicité et média, idéologie et média, pouvoir politique et média.
· soigner l’éthique de la communication au moyen de l’art, de la littérature et de la musique ; cela signifie qu’il faut promouvoir l’intérêt pour les manifestations culturelles en général ; et l’appréciation des beaux arts ; étudier la musique des jeunes pour comprendre les problèmes, les langages, les rêves et pouvoir ainsi dialoguer et chercher avec eux. Tout ceci demande la lecture de quelques pages de littérature moderne.
Le deuxième niveau met l’accent sur la préparation des agents pastoraux et éducatifs. Il s’agit de :
· former le salésien à l’utilisation correcte des instruments de communication sociale dans les activités éducatives et pastorales
· former un maître et un guide des autres à l’utilisation de la communication sociale dans l’enseignement et dans l’éducation, dans la catéchèse et dans la prédication, dans la promotion de la paix et du développement et dans le fait d’accorder une voix aux pauvres et aux nécessiteux
· sensibiliser et préparer le salésien à intégrer l’Evangile dans la nouvelle culture créée à partir de la communication moderne
Le troisième niveau concerne la préparation des spécialistes en communication sociale. Cela revient directement à la communauté provinciale et non à la formation initiale. La province a besoin de :
· spécialiser quelques confrères qui manifestent une inclination spéciale pour la communication et pour l’enseignement de cette discipline.
· préparer quelques personnes pour mettre leurs compétences au service de la direction ou l’animation des initiatives provinciales dans ce domaine.

Propositions pour les différentes phases de la formation
Pour chaque phase de la formation initiale comme permanente, cet instrument présente avant tout une synthèse de ce que dit la Ratio de la nature et du but de cette phase.
Il souligne ensuite certains aspects de la formation de la phase qui, de façon particulière ont un lien avec la communication sociale. Il s’agit des objectifs de la formation à la communication sociale, présents non de façon abstraite mais en forme d’un petit schéma qu’on souhaiterait pour le jeune en formation.
Il s’en suit la proposition au candidat de quelques thèmes à étudier pour promouvoir une réflexion théorique sur la signification des médias, sur leur rôle social, sur leurs langages, et sur les modalités selon lesquelles on peut mener une réflexion critique sur ces médias.
Enfin, certaines expériences à réaliser et compétences à acquérir, sont proposées en vue d’atteindre les objectifs indiqués. Il va de soi que les expériences proposées ne soient pas limitées à la phase de formation prise en considération, mais sont à approfondir dans les phases successives ; de la même manière les compétences doivent être acquises de façon croissante. Certaines des expériences et des compétences auront besoin d’être approfondies et surtout expérimentées. Ceci demandera la mise à disposition de subsides.
Pour chaque phase de la formation il faudra :
· une brève synthèse de la nature et du but de la phase
· les objectifs appropriés concernant la communication sociale dans la phase
· une mise à jour des études et des réflexions
· l’expérience et la compétence

1. Le prénoviciat

1.1 Le prénoviciat est cette phase de la formation dans laquelle le candidat à la vie salésienne approfondit son option vocationnelle en mûrissant spécialement dans ses aspects humains et chrétiens, prouvant ainsi son idonéité pour le noviciat.
1.2 Comme condition de cette croissance humaine et chrétienne, il est nécessaire que le candidat :
· soit ouvert à la réalité sociale et culturelle de son milieu et du monde de la communication sociale ; il est particulièrement sensible aux problèmes des jeunes pauvres et marginalisés et aux situations de pauvreté, d’injustice et d’exclusion. Il développe son sentiment de compassion et de solidarité et le manifeste par une vie simple (cf. FSDB 338)
· ait une sérieuse formation critique qui rend capable de jugement respectueux et objectif sur les personnes et les événements et conduit à prendre position à propos des modèles culturels proposés par les médias ; il est important de savoir faire une lecture critique et une utilisation responsable des moyens de la communication sociale (cf. FSDB 69)
· soit mature et serein; et qu’il fasse preuve de vigilance dans sa vie, qu’il pratique la mortification et la garde des sens et fasse un usage conscient et discret des moyens de communication sociale (cf. FSDB 65)
1.3 Pour atteindre ces objectifs, il s’en suit la proposition de quelques thèmes d’étude au candidat comme introduction à la communication sociale : qu’est-ce que la communication sociale ; formes de communication ; modèles de communication ; langage des signes et des symboles ; communication sociale ; culture audio-visuelle ; histoire de la communication sociale
1.4 Il est suggéré enfin au candidat des expériences à réaliser et des compétences à acquérir :
· développer les propres aptitudes et capacités dans la communication sociale : écouter, parler, écrire, lire en public, recevoir un feed-back, acquérir des habiletés artistiques, dramatiques, musicales
· apprendre à utiliser l’ordinateur et l’Internet
· s’intéresser aux moyens tels que la presse, les revues, le journal étant donné que les jeunes en général sont plus penchés vers la lecture
· s’éduquer à l’utilisation adéquate du temps libre et au choix responsable des programmes de télévision et d’Internet
· savoir apprécier et évaluer les moyens et les produits de communication sociale
· s’habituer à faire bon usage des journaux, de la radio, de la télévision, des informations, des bulletins, pour écouter et découvrir les signes des temps
· s’engager dans l’analyse et dans le débat des nouvelles, sur les informations, particulièrement sur les questions de la jeunesse et les défis culturels et pluriculturels du temps présent pour l’Eglise, spécialement dans le domaine de la paix, de la justice, de la solidarité, du travail et de la famille.

2. Le noviciat

2.1. Le noviciat est le début de l’expérience religieuse salésienne comme une marche à la suite du Christ. Le novice commence à vivre la vie consacrée apostolique salésienne, en intériorisant les valeurs salésiennes.
2.2. Comme partie intégrante de cet exercice pratique salésienne, le novice:
· continue à cultiver la maîtrise soi et la tempérance, et à consolider les motivations de ses choix (cf. FSDB 359) ;
· développe un attachement fort à Don Bosco, à la Congrégation salésienne, à la Famille salésienne, et aux mouvements salésiens (cf. FSDB 362) ; retrouve dans la communication sociale un champ d’action significatif qui intègre les priorités apostoliques de la mission salésienne ;
· grandit dans une forte sensibilité pour la mission salésienne parmi les jeunes pauvres, pour lesquels il s’informe et réfléchit ; il porte aussi dans une sensibilité pour les besoins du monde, un sens profond de l’Eglise ; pour cela il nourrit en lui-même un vrai élan missionnaire (cf. FSDB 366)
2.3. Le développement des thèmes d’étude suivants, font partie de sa formation à la communication sociale : Don Bosco maître de communication ; les références des Constitutions et des Règlements sur la communication sociale; le chemin de la Congrégation dans le domaine de la communication du CGS jusqu’à nos jours
2.4. Il est suggéré au novice les expériences suivantes à réaliser et les compétences à acquérir :
· utiliser les « espaces » de liberté et de responsabilité accordés au noviciat, par rapport aux moyens de communication sociale pour une autoévaluation, en mettant en œuvre l’autonomie personnelle, en faisant preuve d’une utilisation consciente des médias avec un esprit critique et un détachement de l’esprit mondain en réfléchissant sur les choix opérés ;
· développer les aptitudes personnelles pour la communication sociale : photo, vidéo, théâtre, musique, journalisme, Internet, décoration ; utiliser les média dans l’écoute et la méditation de la Parole de Dieu, dans le partage de la foi et de la prière en groupe et dans la liturgie, dans l’expérience apostolique du noviciat
· se former aux moyens des forums et autres exercices analogues, discuter et porter un jugement critique sur les spectacles et leurs messages, spécialement ceux qui attaquent ou constituent un controverse vis-à-vis de l’Eglise, de sa mission, de la Congrégation ou envers les jeunes.
· prendre contact avec la communication sociale dans la Congrégation salésienne et dans la Famille salésienne : Bulletin Salésien, ANS, site de la Direction Générale des œuvres de Don Bosco www. sdb.org notiziari, etc. développer le sens d’appartenance à la Congrégation à travers les lectures des nouvelles salésiennes.

3. Le Postnoviciat

3.1. Le postnoviciat est la phase dans laquelle le néo profès salésien consolide sa propre croissance vocationnelle et se prépare pour le stage, en intégrant progressivement foi, culture et vie à travers l’approfondissement de la vie de foi et de l’esprit de Don Bosco, ainsi qu’une préparation philosophique, pédagogique et catéchétique appropriée, menée en dialogue avec la culture (cf. C115).
3.2. La formation d’un postnovice tient compte :
· de sa préparation à un sérieux rapport avec la culture, avec le monde des jeunes, avec les problèmes éducatifs, avec la vision chrétienne (cf. FSDB 401) ;
· de l’acquisition d’une compréhension ample et critique de tout le secteur de la communication sociale, sachant lire, évaluer, et interagir avec les médias, avec l’information et la publicité moderne, capable de comprendre leurs effets psychologiques et sociologiques sur les masses populaires et en particulier sur les jeunes ;
· d’atteindre une certaine compétence dans les techniques des différentes formes de communication sociale afin de les utiliser au service de la mission salésienne, c’est-à-dire pour éduquer et évangéliser les jeunes (cf. FSDB 410) ;
3.3 La formation intellectuelle étant l’aspect caractéristique de cette phase, le postnoviciat s’engage dans les études en matière de la communication sociale : théorie de la communication et problèmes psychologiques et sociologiques de la communication sociale ; les différentes formes de communication, en particulier, les nouvelles technologies de la presse, radio, TV, Internet ; la communication sociale comme « moyen d’éducation intégrale » : lecture et écoute critique ; application de la communication sociale dans les divers domaines de la catéchèse, liturgie, action pastorale en générale, didactique et animation culturelle.
3.4. Toutes ces études s’accompagnent de diverses expériences à réaliser et compétences à acquérir qui servent à mettre en pratique ce qui est acquis en théorie :
· développer les aptitudes personnelles pour la communication sociale : photo, vidéo, théâtre, musique, journalisme, les programmes d’informatique, décoration, posters, musique, audio-visuel ;
· participer dans les groupes d’analyse et de discussion avec un esprit critique chrétien sur les mass media et en particulier sur le contenu et le langage des informations, des publicités, des journaux, des films, de la vidéo, d’Internet et sur la globalisation de l’information;
· connaître le langage et l’argot des jeunes ; réaliser à travers eux la tradition salésienne du théâtre, des fêtes, des académies et des concours, s’investir dans la production de services informatiques locaux ou provinciaux.

4. Le stage pratique

4.1. Le stage pratique est une phase de confrontation vitale et intense avec l’action salésienne dans une expérience éducative et pastorale pour aider le jeune confrère à grandir dans sa vocation salésienne et vérifier son idonéité vocationnelle en vue de la profession perpétuelle (cf. FSDB 428-429).

4.2. Précisément en raison de sa nature, le stage pratique n’a pas un véritable curriculum d’étude. C’est une expérience, ou un ensemble d’expériences diverses de la vie et de l’activité salésienne à travers lesquelles il y a aussi l’utilisation responsable de la communication sociale pour la formation personnelle et pour le travail éducatif et d’évangélisation des jeunes.
En particulier on peut considérer et vérifier les lignes opérationnelles du « Système salésien de la communication sociale » au n° 68 et 92 qui font référence aux sujets responsables de la communication sociale et à l’animation de la communication sociale dans les processus éducatifs.

4.3. Il est utile en outre, de mener une réflexion sur les expériences faites et peut-être, quand c’est possible, d’élaborer un programme qui traite de la communication sociale à l’intérieur d’un cadre de formation pédagogique, méthodologique, éducatif et catéchétique (cf. FSDB 433).
Il serait utile, par exemple, de mener une réflexion sur certains aspects : la présence au milieu des jeunes selon la vision de Mc Luhan dans le « Medium as message » ; l’ « éducommunication » dans l’expérience éducative et pastorale ; la globalisation des médias et son influence sur les choix et le style de la vie religieuse.

 

5. Formation spécifique

5.1. La formation spécifique est la période qui complète la formation de base du salésien comme éducateur-pasteur selon sa vocation spécifique de coadjuteur ou prêtre.

5.2. Dans cette phase, le salésien doit :
· avoir une base de convictions solides dans le domaine de la communication sociale
· être préparé comme éducateur, maître et guide des autres, qui initie à l’utilisation des instruments, qui comprend et évalue les textes et messages proposés et souvent imposés par les mass media
· être capable d’être un pasteur dans le domaine de la communication sociale, en utilisant avec sagesse et compétence dans les activités pastorales, les techniques de la communication moderne dans les groupes et les mass media en intégrant l’évangile dans la culture des médias,

5.3. D’une part, ceci demande des études qui offrent un cadre de référence théorique : théologie de la communication, documents ecclésiaux sur la communication sociale ; pastorale de la communication sociale : éthique dans la communication et les problématiques pastorales liées aux cultures des jeunes (cf. FSDB 468)

5.4 D’autre part, le jeune en formation est invité à s’enrichir de certaines expériences à réaliser et des compétences à acquérir. Se former dans l’usage de la technologie de l’information et de l’Internet
· utiliser les techniques de la communication sociale dans l’homilétique, dans la pratique liturgique, dans la pastorale, dans la catéchèse, mais en général dans le monde du travail et le service ministériel, s’engager à réaliser des programmes de « médiaéducation » pour les jeunes
· apprendre à communiquer à la radio et à la télévision, à réaliser la presse écrite, interviews, à élaborer des pages ou sites web, à écrire des articles et publications variés. Il n’est pas nécessaire que le jeune en formation possède toutes ces capacités, mais il suffit de maîtriser une ou deux de ces techniques, afin d’approfondir à partir d’un point de vue précis les lois qui régissent le langage audiovisuel, qui en réalité est le même dans toutes les techniques de communication sociale
· faire usage des instruments et des moyens modernes de communication sociale pour annoncer l’Evangile mais aussi pour transmettre le message évangélique dans la culture des médias modernes ; l’Evangile devient ainsi plus compréhensible aux jeunes d’aujourd’hui et inséré dans leur culture (cf. FSDB 466)
· favoriser le dialogue avec les professionnels de la communication par exemple à l’occasion de la journée mondiale des communications sociales ; le jeune en formation a ainsi la possibilité de connaître directement les difficultés rencontrées par ceux-ci, leur monde intérieur, leurs idéaux et leurs limites, les problèmes éthiques, leurs attentes vis-à-vis de l’Eglise.

6. Formation permanente

6.1. La formation permanente est la suite, le complément et le recyclage de la formation initiale : elle a pour objectif l’engagement à vivre le projet apostolique salésien dans une dimension de fidélité créative et joyeuse.

6.2. Un tel engagement demande que le confrère :
· vive de façon ouverte et intelligente la réalité de la communication sociale, s’habitue aux nouveaux langages et à l’écoute plus attentive du monde et de la culture des jeunes, qu’il possède des critères solides de discernement cohérent avec la vision chrétienne, avec les orientations ecclésiales et le charisme salésien (cf. FSDB 528-529).
· soit qualifié et recyclé dans le domaine de la communication sociale jusqu’au point nécessaire pour affronter de façon adéquate son service éducatif et pastoral avec la capacité d’animation et d’orientation des personnes, des projets et des œuvres (cf. FSDB 523, 528). Il lui revient de former des laïcs et de se former avec eux (cf. FSDB 529, 548)
· au cas où il aurait les qualités nécessaires et en fonction des besoins de la province, il accueille la demande des supérieurs et se spécialise dans la communication sociale pour un service qualifié à la province et à la Congrégation (cf. FSDB 542, 556).

6.3. Dans cette période, il n’existe pas de cours formels, en dehors des cas de spécialisation ou de qualification en matière de communication sociale. Par contre, dans la plupart des cas, il s’agira d’organiser pour les salésiens et pour les collaborateurs laïcs, les enseignants, les catéchistes, les animateurs, les parents d’élèves, et ceci au niveau provincial, des journées d’étude et de réflexion sur les orientations de l’Eglise universelle ou locale, de la Congrégation, en matière de communication sociale et sur des thèmes importants relatifs à ce secteur. Il s’agit d’organiser des cours de recyclage concernant les nouvelles technologies éducatives ; catéchèse, évangélisation, langages, psychologie et sociologie de la communication sociale…Ceci est conforme au plan de formation permanente du projet provincial de formation et conforme à la programmation annuelle de la formation permanente.

6.4. Les initiatives apostoliques dans le domaine de la communication sociale sont identiques aux expériences formatives pour le confrère, spécialement quand elles tiennent compte de la réflexion sur l’activité réalisée. Voici quelques unes des plus importantes :
· participer ensemble avec les laïcs de la CEP et de la Famille Salésienne à la réflexion et à l’approfondissement de certains aspects de la communication sociale, et au partage des expériences ;
· s’engager dans la formation spécifique des animateurs, surtout entre les laïcs de la Famille Salésienne, dans le champ de la communication sociale par les cours, le temps libre et les associations, organisant des groupes de réflexion, des journées d’étude et d’activités spécifiques pour les aider à apprendre la lecture et l’évaluation critique des médias de communication sociale ;
· s’insérer, selon la propre compétence et les besoins de la province dans le monde des mass media, en créant, en renforçant, ou en animant nos maisons d’édition, de production et de diffusion des livres et revues, en assurant selon notre esprit la gestion des moyens de communication sociale qui sont propriétés de la Congrégation : stations de radios, chaînes te télévision, « vidéoclubs » avec une attention particulière aux familles et à la pastorale