Conseil Ressources

Lecture des statistiques 2012

LETTRES AUX INSPECTEURS - SIX ANS 2008-2014

DIRECTION GÉNÉRALE DES TRAVAUX DON BOSCO
Via della Pisana 1111 - 00163 Rome

Le conseiller général pour la formation

 

Rome, le 15 mars 2013
Prot. 13/0081

Au révérend
délégué provincial de la formation,
votre foyer

Pour information au
révérend
M. Inspecteur à
son siège

Objet: Lecture des statistiques 2012

Chers délégués,

                               au début de chaque année au Conseil général, les données statistiques de la Congrégation concernant l'année précédente sont étudiées avec quelques observations.
Comme chaque année, je pense qu’il est utile qu’ils soient connus dans les provinces; ils nous invitent à réfléchir et à faire des choix concrets de manière ciblée; Je vous invite à les étudier au sein de la Commission de la formation provinciale et, si possible, du Conseil provincial et avec les directeurs, en prêtant attention à votre situation provinciale.

Formation initiale dans la congrégation

année

Novices
(*)

Novices
libérés

Neoprofessi
(*)

Utilisation temporaire

Les nouveaux demandeurs permanent

Nouveaux clercs perpétuels

Nouveau coadiutori permanent

Néo -
prêtres

2002

607

137

 

231

249

217

32

262

2003

580

111

470

225

254

221

33

218

2004

594

118

469

211

281

242 + 1P

38

203

2005

621

151

476

237

249

219 + 2P

28

230

2006

561

137

470

227

260

221 + 2P

37

192

2007

527

110

424

200

219

205

14

175

2008

557

121

417

216

220

200

20

222

2009

526

109

436

225

265

246

19

195

2010

532

125

417

222

177

161 + 1P

15

203

2011

414

40

407

185

231

210 + 1P

20

206

2012

480

 

374

174

262

237

25

189

* Pour lire les trois premières colonnes, vous avez besoin de cette attention. Les novices qui entrent dans une année donnée font leur premier métier l’année suivante; par conséquent, les novices qui sont sortis sont la différence entre les novices inscrits dans une année donnée et ceux qui professent l'année suivante. Exemple: en 2002, 607 novices sont entrés et en 2003, 470 nouveaux profès ont été professés. par conséquent, la différence entre les novices inscrits en 2002 et les novices professant l'année suivante 2003 est de 137 novices; ce numéro est placé dans la ligne "novices à gauche" pour l'année 2002. En 2012, 480 novices sont entrés; mais nous connaîtrons le nombre de nouveaux profès et donc de novices à la fin de 2013.

Formation en cours dans la congrégation

année

Clercs perpétuels à gauche

Frères perpétuels à gauche

Diacres célibataires distribués

Prêtres célibataires dispensés

Slave-strazione

Secolariz. expérience précédente

Secolariz.
simplement

décharge

2002

8

12

3

15

18

7

11

24

2003

10

14

4

11

10

3

10

25

2004

14

15

3

20

14

9

12

26

2005

11

15

1

15

10

9

10

26

2006

13

10

3

27

11

11

11

26

2007

15

11

3

18

9

12

18

24

2008

8

6

5

18

5

12

14

24

2009

12

13

2

9

6

14

10

36

2010

9

9

1

11

0

29

8

38

2011

10

12

3

11

3

17

11

30

2012

8

11

1

33

4

23

15

29

* Pour la lecture des colonnes concernant les dérogations au célibat, les sécularisations et les démissions, les chiffres ne concernent pas ceux pour qui la demande a été présentée une année donnée, mais ceux pour lesquels cette pratique a eu lieu conclusion.

Novices selon les régions

année

Amérique
Cône Sud

Amérique
interaméricaine

Europa
Ovest

Italie
Moyen-Orient

Europe
Nord

Afrique
Madagascar

Asie Est
Océanie

Asia
Sud

2002

76

110

11

43

71

55

80

135

2003

69

111

6

27

59

84

79

144

2004

86

98

12

25

51

92

84

145

2005

97

92

14

18

71

95

74

160

2006

76

88

3

22

47

92

75

158

2007

76

97

6

22

51

94

73

108

2008

58

105

4

18

48

100

89

135

2009

64

91

8

24

40

89

64

146

2010

40

73

1

18

55

114

93

138

2011

46

46

7

15

29

94

60

117

2012

43

63

3

21

38

107

69

136

TOT

731

974

75

253

560

1016

840

1522

 

Evaluations et perspectives
1. Vocations à la vie consacrée salésienne

Considérez le nombre de novices dans la Congrégation au cours des deux dernières années . En 2011, nous avions 414 novices, ce qui était le nombre le plus faible des 11 dernières années. alors que l'année 2012 a vu une renaissance des vocations avec 480 novices, soit 66 novices de plus que l'année précédente, mais toujours avec 52 novices de moins qu'en 2010, dans laquelle les novices étaient 532. Cela devra être vérifié dans les années à venir si la diminution du nombre de novices en dessous du nombre de 500 en 2011 et 2012 représente une tendance ou s'il s'agit d'une situation temporaire.
Considérez le nombre de novices à long terme. Au niveau de la Congrégation, on constate que la situation des vocations reste préoccupante; en fait, de 2002 à 2006, les novices étaient en moyenne de 586 par an; de 2007 à 2012, la moyenne annuelle est de 506; sur la période 2007-2012, il y a donc eu une baisse du nombre de vocations d'environ 80 novices par an, soit 13,65% de moins que la moyenne des novices sur la période 2002-2006. Au niveau des régions, de 2002 à 2012, il y a une diminution continue et un faible nombre de novices, en particulier dans les deux régions d'Amérique et dans les trois régions d'Europe. dans la région Asie de l’Est et Océanie, le nombre de vocations a légèrement baissé, tandis que dans la région Asie du Sud, le nombre de novices est élevé, même s’il ya eu une légère diminution; la région Afrique et Madagascar, en revanche, montre une nette tendance à la croissance.
La diminution du nombre de novices, à long terme et surtout au cours des années 2011-2012, nous met au défi. Il est nécessaire de poser des questions dans les communautés salésiennes et dans les communautés pastorales éducatives, ainsi que dans les groupes et associations de jeunes, s’il existe et quel est l’engagement en faveur de la promotion des vocations, s’il existe une participation des laïcs et des familles, s’il existe et quelle est la proposition aux jeunes d'engagement apostolique et de vie consacrée salésienne. C'est pourquoi les provinces doivent se demander si, outre l'animation professionnelle provinciale, il existe un modèle d'animation professionnelle au niveau local; dans le même temps, ils doivent identifier des engagements concrets à prendre à cet égard.
Le charisme salésien a une capacité unique d’attirer les jeunes dans tous les contextes, pour la spiritualité qu’il propose, pour les relations fraternelles et l’esprit de famille, pour la mission qu’il accomplit auprès des jeunes les plus pauvres, pour le charme que la figure de Don Bosco se remue. Cependant, nous devons nous demander si la vie consacrée salésienne est également attrayante pour les jeunes. Le choix de la vocation est étroitement lié au témoignage de la communauté, ainsi qu’à la proposition explicite. La fécondité professionnelle dépend de notre témoignage radical et joyeux de l’Évangile; la réflexion de la CG27 nous aidera à faire des choix susceptibles de favoriser un témoignage authentique et donc aussi, comme fruit souhaité, une reprise des vocations à la vie consacrée salésienne.

2. Formation initiale

Les novices qui sont sortis au noviciat de 2002 à 2011 étaient 1 159 sur un total de 5 491 novices inscrits; cela signifie que sur une moyenne annuelle de 549 novices, en moyenne 115 sont sortis, ce qui correspond à 21% des novices inscrits. De 2002 à 2006, sur une moyenne annuelle de 586 personnes, 130 novices par an en moyenne, soit environ 22%; de 2007 à 2011, sur une moyenne de 511 novices, 101 en moyenne par an sont sortis, soit environ 19%; Enfin, il convient de noter une situation particulière: en 2011, 414 novices sont entrés et 40 sont sortis, ce qui correspond à 9,6%. Par conséquent, au cours des années 2002 à 2011, les sorties au noviciat ont tendance à diminuer proportionnellement; si cette baisse se poursuivait, cela constituerait un indicateur positif d'une nouvelle tendance.
Le profès temporaire est sortisont les suivantes: entre 2002 et 2012, il y avait en moyenne 214 profès temporaires qui partaient; de 2002 à 2006, la moyenne annuelle était de 226; de 2007 à 2012, la moyenne annuelle était de 203. Sur la période 2007-2012, même si le nombre moyen de profès temporaires qui ont quitté a diminué, la situation des sorties de profès temporaires s'est aggravée, en raison de la diminution de cette profession temporaire due à de la diminution des novices. On peut le constater en comparant le nombre de nouveaux profès: entre 2003 et 2006, il restait un total de 1 885 nouveaux profès et au cours de la même période, il restait 900 professions temporaires, ce qui correspond à 47,75%; de 2007 à 2012, nous avons un total de 2 475 nouveaux profès et une production de 1 222 emplois temporaires, soit 49,37%. Par conséquent, le nombre de profès temporaires qui quittent chaque année la Congrégation continue d’augmenter. Considérons la situation particulière en 2011 et 2012; au cours de cette période, le nombre de profès temporaires qui sont partis a légèrement diminué: d'une moyenne annuelle d'environ 220 départs entre 2003 et 2010, le nombre de sorties est tombé en 2011 à 185 et en 2012 à 174, et donc dans le 2011-2012, il en reste en moyenne 180 par an. Cette baisse du nombre de profès temporaires sortants est également confirmée par la comparaison du nombre annuel de profès temporaires qui sont partis avec le nombre annuel de nouveaux profès: dans les années 2003-2010, 1763 profès temporaires sont sortis et 3579 nouveaux profès sont entrés, puis la perte annuelle de confrères moyenne de 49,2%; au lieu de cela en 2011-2012, 359 sont sortis et 781 sont entrés, réduire le pourcentage moyen de pertes annuelles à 45,9%; il faudra vérifier dans les années à venir si ce qui se passe en 2011 et 2012 est un renversement de tendance.
Les profès perpétuels offrent une considération supplémentaire Alors que la moyenne annuelle des profès perpétuels pour les dix années comprises entre 2002 et 2011 était de 241, l'année 2012 enregistrait 262 profès perpétuels. De 2002 à 2006, il y avait une moyenne annuelle de 258 et de 2007 à 2011, de 229. En 2010, nous avions 177 profès perpétuels, mais nous avons connu une reprise en 2011 avec 231 et en 2012 encore plus avec 262 profès perpétuels. . Aussi, pour le nombre de profès perpétuels, il faudra attendre les prochaines années pour confirmation ou démenti.
Comme nous l’avons vu, le grave problème d’incohérence professionnelle subsiste en général au cours de la formation initiale; en revanche, en 2011 et 2012, certains signes positifs sont à noter. Il est possible qu'avec une amélioration de l'aspirantat et du prénoviciat et du processus de discernement, et avec une plus grande attention portée à l'accompagnement des formateurs, en particulier pendant le stage, il soit possible de réduire le nombre de sorties tant au noviciat que pendant la période. de profession temporaire. Cependant, il est trop tôt pour parler d'un redressement; nous en saurons plus dans les années à venir, surtout si nous continuons à personnaliser les processus de formation.

3. apprentissage tout au long de la vie

Les frères salésiens perpétuellement professés de 2002 à 2006 étaient en moyenne de 33 ans par an, alors qu’entre 2007 et 2012, ils étaient en moyenne de 18 ans; dans ce cas également, une diminution est constatée. En outre, les frères salésiens perpétuels qui ont quitté la Congrégation de 2002 à 2006 en ont en moyenne 13 par an, contre 10 par an entre 2007 et 2012. En considérant les profès perpétuels entrés, on pense au nombre de frères salésiens perpétuels, qui augmente proportionnellement aux revenus de la deuxième période: de 39% à 55% de ceux qui sont partis.
Les prêtres salésiensqui ont été commandés de 2002 à 2006 ont été une moyenne annuelle de 221 par an; de 2007 à 2012, ils étaient en moyenne 198 par an. De plus, le tableau des prêtres quittant la Congrégation s'est détérioré en 2012: si l'on ajoute le nombre de sorties dispensées du célibat, de la laïcisation et du licenciement, on enregistre une moyenne annuelle de 70 et de 6, et au cours des 6 dernières années, 2007 -2012 une moyenne annuelle de 77; le nombre de prêtres qui ont quitté en 2012 a atteint le chiffre de 100, dont 33 ont demandé une dispense de célibat, 38 sont entrés ou entrent dans le clergé diocésain, 29 ont été démobilisés.
Ces données soulèvent diverses questions. Comment pouvons-nous expliquer le nombre si élevé de frères salésiens qui sont professés perpétuellement? Pourquoi tant de prêtres salésiens abandonnent-ils la vie consacrée salésienne au profit de la vie laïque du prêtre diocésain? Ce n’est pas simplement un phénomène cette année: la moyenne annuelle des sécularisations pour les onze années de 2002 à 2012 est de 25 ans. Comment expliquer les dérogations au célibat, pour lesquelles la moyenne annuelle pour les mêmes 11 années est de 17 et les démissions dont la moyenne annuelle pour la même période est de 28?
Il est possible que, dans certains cas de sortie, le discernement vocationnel n'ait pas été bon pendant la période de formation initiale. Il est également possible que dans certains cas, une crise soudaine ne soit pas surmontée. Cependant, il est très probable que, dans la plupart des cas, la crise de la vocation ait duré un certain temps et ses signaux étaient peut-être déjà visibles dans le comportement du confrère à l'intérieur de la communauté et à l'extérieur. On peut donc se demander si, avec peut-être un peu plus d'attention fraternelle, il n'aurait pas été possible d'empêcher ou d'aider certains confrères en difficulté.
Je reconnais à quel point il est difficile de répondre clairement à ces questions et à d’autres, car de nombreux facteurs entrent en jeu dans le domaine de la vocation. Certaines situations sont probablement passées et ce n'est que maintenant que les provinces ont régularisé. Il est important que les commissions provinciales pour la formation et les conseils provinciaux réfléchissent à ces résultats, car ce sont des confrères qui ont vécu plusieurs années dans la Congrégation.

4. Conclusion

Dieu nous parle également à travers la vie de la Congrégation: les situations (1) de déclin de la vocation, (2) de fragilité de vocation dans la formation initiale et (3) surtout d'infidélité de vocation dans la formation permanente sont encore des problèmes qui doivent être affrontés avec patience , continuité et détermination. Écouter les appels de la situation, savoir faire une lecture "radicale" et identifier la voie à suivre sont les étapes d'une méthodologie à appliquer également à la situation professionnelle et formatrice des provinces.
Il est nécessaire d’appliquer cette méthodologie en tenant compte de l’inculturation, c’est-à-dire de tenir compte de la culture du contexte dans lequel nous vivons et de la culture de notre propre province; sans cette "attention inculturée", écouter, lire et marcher seront incomplets et inefficaces.

Confiant dans votre collaboration, je vous salue avec gratitude et cordialité.
À Don Bosco

Don Francesco Cereda