Conseil Ressources

Cagliero11 - August 2013

MISSIONS


Cagliero11

1      2

Titolo notiziario Nome società N. 56 - août 2013 Bulletin d'Animation Missionnaire Salésienne Une publication du Dicastère des Missions pour les communautés salésiennes et les amis de la mission salésienne C hers confrères et amis des missions salésiennes!

Un salut cordial en ce mois d’Août! Pour diverses provinces c’est une période de vacances et pour d’autres une période d’intense engage- ment apostolique. Pour certains missionnaires cela signifie aussi un temps de visite à leur province d’origine, temps de “vacances”: Chaque mission- naire pourra rentrer au pays périodiquement selon les normes de sa province. Son provincial le présentera au provincial de la zone où il demeurera et pourvoira au nécessaire pour son séjour. Les confrères de la Province qui le reçoit lui réserveront un accueil généreux et frat- ernel (Règlement art. 21) C’est une occasion précieuse de repos – en rechargeant les batteries phy- siques, psychiques et spirituelles. En même temps aussi une opportunité précieuse d’animation missionnaire parmi les Salésiens et les communautés catholiques de la terre d’origine! De même nous dépensons plus d’é- nergie pour chercher des fonds ou des projets qui concernent la vie missionnaire.

Les visites aux maisons de formation et interviews pour le Bulletin Salésien et autres moyens de Communica- tion Sociale salésienne sont très importants. Les interviews – grâce aux délégués de la communication sociale ou de l’animation missionnaire – servent pour partager l’expérience de vie et la vocation missionnaire avec les jeunes , avec la famille salésienne.

Quasi tous les nouveaux missionnaires disent, que le premier moment de leur chemin dans la découverte de l’appel de Dieu fut d’écouter le témoignage d’un missionnaire! L’humilité dans ce cas n’est pas une vertu! Evidemment, c’est différent quand un missionnaire rentre pour la visite en Espagne ( avec ses 300 mis- sionnaires salésiens dans le monde) ou quand rentre un missionnaire en Colombie qui ne compte que 3 mis- sionnaires salésiens.

Donc, le temps du retour au pays est un temps de bon repos pour recharger les batteries – mais c’est aussi un temps d’intense animation missionnaire. Rien ne pourra remplacer le témoignage personnel d’un mission- naire! P. Václav Klement, SDB Conseiller pour les missions D ans sa lettre ““La Pastorale Salésienne des Jeunes” le Recteur Majeur a souligné que “notre pastorale est encore peu missionnaire, c’est-à-dire qu’elle présente une attention insuffisante à la première annonce ou à l’annonce renouvelée de l’Evangile.” En ce qui concerne les Patronages - Centres de Jeunes, P. Pascual Chávez attire notre attention sur divers aspects à approfondir d’urgence, parmi lesquels il y a: *** on cherche une méthodologie pastorale qui réussisse à répondre aux besoins les plus immédiate de la grande masse des jeunes, sans ce pendant oublier de faire les propositions qui engagent et exigent davantage pour les jeunes disposés à suivre un chemin de formation en profondeur; *** faire du Patronage-Centre de Jeunes une vrai communauté éducative fortement marquée par une identité et une dynamique sur le plan de la formation, telles qu’elles apparaissent dans un milieu humain et chrétien qui comporte une présence des Salésiens et des éducateurs au milieu de jeunes, dans le partage de la vie de ces derniers, des propositions éducatives diversifiées selong la réalité et les besoins des jeunes eux-mêmes.

Lançons Lançons--nous vers une Patronage nous vers une Patronage -- Centre de Jeunes ... Centre de Jeunes ...

... qui soit plus Missionnaire! ... qui soit plus Missionnaire!M a vocation missionnaire est née au noviciat quand le Conseiller pour les Missions nous a rendu visite. Pen- dant la conférence, il nous a invités à réfléchir sur notre vocation missionnaire. Au post-noviciat j’ai en- tendu les récits des missionnaires vietnamiens qui venaient nous rendre visite.

Ainsi, l’appel à être mission- naire s’est fait plus fort et plus clair. Après maintes prières, j’ai exprimé mon désir d’être missionnaire ad gentes. Le Recteur Majeur a accepté ma demande et m’a envoyé travailler parmi les indiens de l’Amazonie brésili- enne.

Beaucoup de jeunes m’ont demandé: “Pourquoi veux-tu devenir missionnaire alors qu’au Vietnam il y a tant de gens qui ne connaissent pas encore le Christ ?” Pour beaucoup cela semble para- doxal. Mais ma motivation est claire: Nous avons eu de la chance parce que de nombreux missionnaires sont venus au Vietnam. La Parole de Dieu qu’ils ont se- mée a déjà des racines et continue à croître. Je veux devenir missionnaire parce que je voudrais partager ce don de la foi avec ceux qui ne connaissent pas le Christ afin qu’ils puissent avoir la joie et la lumière de Jésus- Christ, ce qui pour moi est une bénédiction. Je ne leur porte rien d’autre que l’unique don, et le plus pré- cieux, que je possède, ma foi!

Avant de partir pour le Brésil j’ai eu la très bel- le opportunité de fréquenter le cours pour les nouveaux missionnaires à Rome et Turin. Cela m’a aidé à mettre un terme à mes expériences précédentes, à prier, étu- dier et réfléchir sur ce qui nous attend comme mission- naires. J’ai beaucoup apprécié la rencontre personnelle avec don Vaclav Klement – Conseiller pour les Missions – avec chacun de nous au début et à la fin du cours.

Dieu m’a appelé à travailler au Brésil, pour mes chères peuplades indigènes de l’Amazonie. Je suis vrai- ment heureux de ma vocation en tant que missionnaire salésien. J’ai été accueilli les bras ouverts par les con- frères de Manaus. Je me suis senti tout de suite chez moi, ici. Toute- fois, l’étude du portugais fut un grand défi pour moi. J’ai travaillé dur parce que j’avais peur de le par- ler. La culture était aussi totale- ment nouvelle pour moi. Plus tard, j’ai été envoyé à un cours introduc- tif de trois mois pour les nouveaux missionnaires, organisé par la Con- férence des Religieux du Brésil, sur la culture, la société et l’Eglise Brésilienne.

Pour le moment, je suis l’assistant au Collège Don Bosco où je cherche à pratiquer le système préven- tif dans mon activité missionnaire quotidienne et dans mes rapports avec les jeunes. Quelquefois, j’ai peine à maintenir la discipline dans ma vie spirituelle et reli- gieuse. C’est indispensable pour moi. La vie missionnai- re n’est certes pas facile, mais ma foi m’assure que Dieu n’abandonne jamais celui qui donne généreuse- ment.

Ch. Jean-Baptiste Dinh Viet Tien vietnamien, missionnaire au Brésil Intention Missionnaire Sal Intention Missionnaire Sal Intention Missionnaire Sal Intention Missionnaire Salésienne sienne sienne sienne Avec les peuples indigènes Avec les peuples indigènes de l’Amazonie, je ne parta- de l’Amazonie, je ne parta- ge rien d’autre que ma foi! ge rien d’autre que ma foi!

L'Exhortation apostolique post-synodale Africae munus nous a clairement de- mandé de nous mettre au service de la réconciliation, de la justice et de la paix.

Que le trésor de l'expérience spirituelle et éducative de Don Bosco dans le pre- mier Oratoire, devienne une occasion unique de consolider en Afrique y Mada- gascar des pistes d'éducation et d'évangélisation qui fassent naître la paix et la justice tant attendues.

Région Afrique et Madagascar Région Afrique et Madagascar Pour que la Famille salésienne en Afrique et Madagascar sache proposer en qualité les richesses du Système préventif de Don Bosco, inculturé dans les cultures locales, comme levain fécond de justice et de paix pour les peuples d'Afrique, en particulier pour les jeunes.

Interview du P. Jorge Mario Crisafulli, Supérieur de la Vice-Province de l'Afrique de l'Ouest .

Originale en anglais avec sous-titres en français http://vimeo.com/70631345 Tous les numéros précédents de "Cagliero 11" se trouvent sur purl.org/sdb/sdl/Cagliero