Conseil Ressources

Cagliero11 janvier 2015

MISSIONES


MISSIONES - Cagliero 11

1 2

Titolo notiziario Nome società N. 73 - Janvier 2015 Bulletin d'Animation Missionnaire Salésienne Une publication du Dicastère des Missions pour les communautés salésiennes et les amis des missions salésiennes
Chers amis! M a i n t e n a n t , nous sommes entrés « avec les deux pieds » (comme on dit en Angola) en 2015, l'année du Bicentenaire.

Le mois de janvier est toujours pour nous un mois rempli de Don Bosco. Un mois rempli de la lumière du 31 janvier, qui est le dies natalis, le jour de la vraie et définitive naissance de notre cher Père, sa naissance à l'éternité. Il n’a toujours voulu qu’une seule chose : que les jeunes soient heureux maintenant et dans l'éternité ! C’est impressionnant de voir comment les grands missionnaires salésiens ont toujours relié avec tant de naturel ces deux naissances : en prenant soin de promouvoir le respect pour la vie, la tendresse envers les plus petits et les nouveaux-nés, et en même temps, en enflammant tout le monde et toute chose par le témoignage de la joie infinie d'une vie totalement enracinée en Dieu.

Je vous recommande en ce sens de voir et de faire voir aux autres le témoignage de Don Luigi Bolla, missionnaire au Pérou, présent dans la vidéo de la Journée Missionnaire Salésienne 2015.

Bonne fête de Don Bosco ! P.Guillermo Basañes, SDB Conseiller pour les Missions
Tous les Recteurs Majeurs depuis le Chapitre Geénéral Spécial (1972) ont constamment insisté sur le fait que « l'action missionnaire est un élément caractéristique essentiel qui touche la vie et l'essence même de notre Congrégation » (D. Ricceri, ACS 267, p.14). Cela signifie que « la dimension missionnaire est un élément essentiel de notre charisme » (D. Viganò, AGC
336, p.11), et donc « qu’elle fait partie de notre identité » (D. Fernández, AGC 419, p.22). Autrement dit : « le sens missionnaire n'est pas en
option, mais il appartient à l'identité de l'esprit Salésien à chaque époque et situation » (D. Vecchi, ACG 362, p.8).

Etre un trait essentiel de l'esprit salésien, cela veut dire que chaque salésien partout où il se trouve – à l’école, à l’université, en paroisse, en centre professionnel, à l’oratoire, dans la brousse, en ville, dans son pays, éloigné de sa terre – doit vivre de cet esprit missionnaire s'il veut être fidèle au charisme de Don Bosco. Ceci est exprimé concrètement par sa « passion pour le salut des autres » et « la joie de partager l'expérience de plénitude de vie de Jésus » (D. Chávez, AGC
401, p.148). En effet pour notre fondateur « la source d’où jaillissait son activité missionnaire était … son zèle apostolique ardent, son désir de sauver les âmes » (D. Ricceri, ACS 267, p.16).

Aujourd'hui le pape François nous éclaire sur le fait que vivre cette dimension missionnaire de notre charisme, signifie vivre notre vie salésienne en état permanent de mission et de cette manière garder vive notre passion pour Jésus et son peuple, ce qui nous fait surmonter la nonchalance pastorale, la mesquinerie, la psychologie de la tombe et retrouver la joie d'évangéliser ! (Evangelii Gaudium 25, 82
-83, 268).
Par ailleurs, cet esprit missionnaire que chaque salésien doit vivre, n'exclut pas mais, en réalité, implique qu'il y a des salésiens qui ont une vocation spécifique de missionnaire envers ceux qui ne connaissent pas le Christ ou l'ont abandonné, hors de leur pays, pour toute la vie.

Voici donc le sens de la Journée Missionnaire Salésienne 2015 : soutenir l'esprit missionnaire en chaque salésien, et aider le discernement des salésiens qui se sentent appelés à la vie missionnaire ad gentes, ad exteros, ad vitam.

P. Alfred Maravilla, SDB Dicastère pour les missions
La dimension missionnaire du charisme de Don Bosco: vivre la vie salésienne « « « « en état permanent de mission »»»»
À partir de 2015 la video pour la Journée Missionnaire Salésienne sera disponible uniquement en ligne (/fr/Dicasteres/Missions/JMS_2015&lista=video_2015).

C’est la tâche du DPAM de télécharger la video et de l'envoyer aux communautés qui n'ont pas accès à l'Internet. S'il y a des communautés qui veulent la video sur DVD, le DPAM doit envoyer la demande au Dicastère pour les Missions. Le coût de production et d'expédition seront à charge de la Province.Intention Missionnaire Sal Intention Missionnaire Sal Intention Missionnaire Sal Intention Missionnaire Salésienne sienne sienne sienne Pour que, en tant que Congrégation “en sortie” dans une Église sans frontières, la Journée Missionnaire Salésienne 2015 suscite en chaque salésien l’audace missionnaire pour sortir dans les périphéries.

Au nom de Don Bosco, dans le mois de Don Bosco, dans l’année bicentenaire de Don Bosco... prions dans pour tous les fils de Don Bosco afin qu’ils aient le même cœur missionnaire que notre Fondateur, toujours ouvert à tous pour porter Dieu à tous.
Ma vocation missionnaire ad gentes, ad intra parmi les Xavante
Pour tous les Salésiens de Don Bosco
Témoignage de sainteté missionnaire salésienne Des lettres du Vénérable Mons. Vincenzo Cimatti (1879-1965), missionnaire au Japon : « Don Bosco ! Ce nom doit me rappeler les engagements pris devant Dieu lors de ma profession ; il doit me rappeler la vie de mon Vénérable Père ; et les chemins à travers lesquels il forma notre Société ; cela doit me rappeler son immense amour à Jésus dans le Saint Sacrement, à Maria Auxiliatrice, au Pape, aux âmes » (25 décembre 1925).

C’est pendant mon noviciat en 2003, que j’ai eu mon premier contact avec la population indigène : cela faisait partie de cette phase de formation que de connaître les communautés indigènes Bororo et Xavante, la Mission Salésienne du Mato Grosso. Ce fut un contact très significatif : à ma demande je fus envoyé faire la seconde annnée de stage parmi la communauté Xavante de San Marcos. Cette expérience missionnaire continua pendant les vacances de mes années d’étude de théologie.

En 2011 j'ai été ordonné diacre à San Marcos et j’ai rejoint la communauté salésienne missionnaire de la Paroisse “personnelle” de Saint Dominique Savio, à Nova Xavantina. Le but était de travailler pour la population indigène Xavante de la région. En 2013 je fis partie de la communauté salésienne de Sangradouro, où vivent les indigènes Bororo et Xavante. J'étais là comme enseignant ; coordonnateur du groupe de jeunes, animateur de la liturgie, des fêtes culturelles et de l'Oratoire ; je me suis mis à écrire l'histoire de la Mission Salésienne dans les missions des 50 dernières années, l'entretien de la centrale hydro-électrique, le travail agricole et la vie quotidienne de la communauté.

Aujourd'hui je suis à nouveau dans la Paroisse Personnelle de Saint Dominique Savio. La paroisse couvre deux Diocèses et une Prélature, quatre terres indigènes ; plus que 150 villages ; une énorme étendue territoriale ; et une population d’environ 15.000 indigènes. Je me vois comme une personne qui, par le baptême, est appelée à vivre comme Don Bosco dans l'Esprit de Jésus-Christ. Le pape, dans son Evangelii Gaudium, note cette importante dimension missionnaire de Jésus, qui devrait caractériser aussi la communauté de ceux qui le suivent.

Don Bosco, qui comprenait bien cet appel, envoya des missionnaires parmi les Indiens d'Amérique. Beaucoup de missionnaires, laissant leur terre natale, se sont voués à ce travail avec foi et amour. Ainsi, dans cette réalité indigène, je me vois comme une partie du rêve de tant d'autres rêveurs… et comme défi du CG27, qui nous appelle à être Don Bosco dans les frontières réelles des périphéries, là où une présence prophétique et évangélisatrice est le plus nécessaire. Conscient de mes limites, mais aussi avec le coeur ouvert et disponible à Dieu et aux autres, je sais que quelque chose de bon peut naître ici. Cela est démontré par Don Bosco et tant de missionnaires qui ont donné leur vie pour les peuples indigènes.

Il y a certes des défis : connaître la langue et la culture Xavante ; une évangélisation inculturée ; le changement de la mentalité pastorale ; l'ouverture à la nouveauté qui nous interpelle ; le dépassement des conflits internes et extérieurs (entre les indigènes et les non indigènes) par le dialogue et l'accueil réciproque ; le manque de ressources matérielles et humaines pour un travail plus significatif.

Mais positivement , le travail missionnaire salésien effectué avec les Indiens, produit ses fruits. Je suis content surtout des efforts de la Mission Salésienne : cela montre que la lutte et les rêves continuent ; le ‘peu’ que nous avons, lorsqu’il est partagé, devient ‘beaucoup’.

Le diacre José Alves de Oliveira
Brésilien, missionnaire parmi les Xavante