Conseil Ressources

RENCONTRE DES DIRECTEURS DES EDITIONS DU BULLETIN SALESIEN NAIROBI 23 MAI 2006 : CONCLUSIONS

COMMUNICATION

Les directeurs des éditions du Bulletin salésien

RENCONTRE DES DIRECTEURS DES EDITIONS DU BULLETIN SALESIEN
NAIROBI 23 MAI 2006

 

CONCLUSIONS

Les directeurs des éditions du Bulletin salésien se sont réunis à Nairobi dans le souhait de s'aligner aux décisions globales concernant la qualité et la collaboration promues en tant qu'élément du projet mondial salésien pour relancer le Bulletin salésien, mais également et tout particulièrement en raison du contexte africain salésien. En effet, dans le continent il existe actuellement cinq Bulletins salésiens, tous relativement nouveaux, publiés en trois langues franques (anglais, français, portugais), et plusieurs autres Provinces ont exprimé le désir d'avoir leur propre Bulletin salésien. En conséquence, ils expriment l’intention de:

· développer une équipe créative et capable en support de chaque directeur d’édition.
· prêter attention à la qualité “ salésienne ”, dont les caractéristiques sont clairement exprimées dans les documents existants (par exemple, Les conclusions de la Rencontre mondiale des Bulletins salésiens qui a eu lieu à Rome en 2005) et qui devraient être immédiatement évidentes.
· offrir une image de l’Afrique pouvant aider à corriger la vision générale du continent par les média, qui tend à être négative.
· (groupe anglophone) profiter d’une autre rencontre à tenir au niveau de la Conférence (CIVAM), par exemple de Formation ou de Pastorale des Jeunes, pour réunir les Délégués des Communications sociales et les directeurs des éditions du Bulletin salésien en vue de décider une approche éditoriale commune. La rencontre pourrait également permettre de concevoir un laboratoire pour ceux qui travaillent au Bulletin salésien (collaborateurs), leur offrant la possibilité d’affronter les éléments pratiques des tâches journalistiques de la revue.
· (groupe lusophone) chercher à organiser trois rencontres pour i) établir les lignes directrices pour un Bulletin salésien pouvant être partagé par l’Angola, dans le cadre de son désir de lancer une édition du BS; ii) toujours dans ce but, identifier les éléments locaux et communs; iii) concevoir un laboratoire semblable à celui proposé par le groupe anglophone.
· chercher à obtenir la meilleure qualité pour le BS, puisqu’il est à juste titre considéré comme un travail salésien, et le reste de notre travail manifeste déjà cette qualité en offrant le meilleur aux plus démunis.
· des copies des BS de l’Afrique SB envoyées à chacun – chaque directeur doit recevoir toutes les autres éditions.
· demander l’intervention du Conseiller général pour la CS (discussion avec le Conseiller pour la Mission, par exemple) pour voir s’il est possible de lier chaque édition du BS en Afrique à un Bureau pour le Missions et le Développement dans le monde salésien, et cela dans deux buts: en échange d’un soutien financier, ces éditions du BS pourraient garantir que l’un de leurs numéros chaque année serait dédié à une relation sur les activités du projet commanditaire (pour les bienfaiteurs/donateurs et en partie pour faire des relations au gouvernement, là où cela est possible).
· demander au Conseiller général de la CS d’écrire une lettre à tous les provinciaux de l’Afrique pour informer de ce projet ainsi que des conclusions du groupe élargi des délégués de la CS à la rencontre de Nairobi, et pour solliciter les provinciaux à encourager tous leurs confrères à considérer le BS comme un travail concernant chacun des confrères.
· demander au Dicastère pour la CS d’enquêter sur toutes les possibilités d’application du Système de gestion des contenus allemand-autrichien dans le contexte africain. (Il est établi qu’une telle approche, si applicable, signifierait une structure commune, quelques éléments communs et des éléments d’importance locale).
· demander à ANS d’offrir, au moyen de son produit “ Service ”, des interviews et des approfondissements pouvant être utiles au BS en Afrique. En outre, les directeurs des éditions sont également libres de faire des suggestions au directeur de ANS, susceptibles de l’aider dans sa planification annuelle à ce sujet.

Les directeurs des éditions du BS croient qu’une vigilance est nécessaire pour assurer que ces propositions soient fructueuses, et sont convaincus que la Conclusion n. 6 (délégué régional de CS et provincial CIVAM avec supervision de la CS) offre les meilleurs instruments pour parvenir à cette fin.