Conseil Ressources

Rencontre Délégués pour les Communications sociales de Afrique-Madagascar (CIVAM)

NOUVELLES - ÉVÉNEMENTS

 

Rencontre Délégués pour les Communications Sociales

 

Nairobi - Rencontre Délégués pour les Communications sociales des Provinces et des Vice-Provinces de la Région salésienne Afrique-Madagascar (CIVAM)

CONCLUSIONS RENCONTRE DES DELEGUES DE LA COMMUNICATION SOCIALE - NAIROBI 19-22 MAI 2006

 

Kenya - Du cœur de l’Afrique on relance l’engagement des salésiens pour les Communications sociales

(ANS - Nairobi: 23 mai 2006) - Le 22 mai se sont terminés les travaux de la IIème rencontre des Délégués pour les Communications sociales des Provinces et des Vice-Provinces de la Région salésienne Afrique-Madagascar (CIVAM), commencés le 19 mai auprès du Don Bosco Young Educative Service (DBYES) de Nairobi. La rencontre, coordonnée par le père Tarcisio Scaramussa, Conseiller pour la Communication sociale, et par les membres du Dicastère, a vu la présence de 18 salésiens provenant de presque toutes les Provinces de la Région salésienne Afrique-Madagascar. La rencontre de Nairobi suit celle de Addis Abeba du mois d’octobre 2003. Au cours des journées de travail, les participants ont pu vérifier la réalisation des engagements pris lors de la rencontre de Addis Abeba, de partager la réalité de la communication sociale des différentes Provinces, de connaître et d’approfondir le Système salésien de Communication sociale (SSCS). Cette rencontre, comme d’autres qui l’ont précédée, rentre dans le cadre des activités prévues par la programmation du Dicastère pour la Communication sociale pour le sexennat 2002-2008. En introduisant les travaux, le père Scaramussa a rappelé le père Valentin De Pablo, Conseiller pour la Région salésienne Afrique-Madagascar, décédé le 16 avril dernier, avec qui on était en train d’organiser la rencontre de Nairobi. Les différentes relations ont été présentées par le père Scaramussa lui-même, par le père Julian Fox, secrétaire du Dicastère, et par le père Donato Lacedonio, directeur de ANS. Une place particulière a été consacrée à la présentation des logiciels ‘open source’ et ‘free open source’ à utiliser dans les différents bureaux et centres de communication sociale. Au terme de la rencontre, des engagements pratiques ont été choisis pour le renforcement et la collaboration entre les différentes réalités de communication sociale présentes dans le continent. Les conclusions seront présentées prochainement à l’Assemblée des provinciaux CIVAM.

 

RENCONTRE DES DELEGUES DE LA COMMUNICATION SOCIALE

NAIROBI 19-22 MAI 2006

CONCLUSIONS

En reprenant les conclusions de la rencontre du CIVAM à Addis-Abeba en 2003, les délégués présents à la rencontre de Nairobi offrent une évaluation de ce qui a été réalisé et des propositions concrètes pour aider à réaliser ce qui doit encore être fait. En considérant la croissante appréciation pour la Communication sociale dans la pensée et les actions de la Congrégation, les délégués ont ajouté une sixième proposition aux cinq de Addis-Abeba.

1. Il est souhaitable qu’il y ait un délégué de la CS à plein temps
EVALUATION: il existe actuellement de nombreux délégués de la CS au niveau provincial, mais pas à plein temps.
PAS A ACCOMPLIR POUR REALISER L’OBJECTIF:
1. Le provincial doit envoyer un confrère convenablement préparé faire le tour des maisons pour expliquer la nature et le rôle de la CS dans la mission de la Congrégation.
2. La question d’un délégué à plein temps doit être inscrite dans l’ordre du jour d’une prochaine réunion du Conseil provincial, et doit recevoir l’attention qu’elle mérite.
3. Prenant acte du fait que les circonstances actuelles peuvent pour l’instant rendre impossible une désignation à plein temps, il faut qu’au moins une désignation à mi-temps soit faite dans les rares cas où il n’y a pas encore de délégué de la CS.
4. Le délégué doit avoir une équipe, quitte à ce que cette équipe soit partagée avec une autre secteur.
2. Réaliser une planification de la CS en particulier pour la période de la formation initiale
EVALUATION: Dans la plupart des cas, il n’y a encore aucune formation à la CS.
PAS A ACCOMPLIR POUR REALISER L’OBJECTIF:
1. Le Lignes directrices.... doivent constituer un sujet de discussion et de considération pour la Commission de Formation avec la participation du délégué de la CS.
2. Un paquet de formation complet comme celui qui a récemment été préparé par BEAMS (ou d’autres ‘paquets’ semblables, par exemple Shepherds for an Information Age, BOSCOM India, avec les opportunes adaptations) doit être offert à toutes les étapes de la formation.
3. La supervision de la formation à la CS doit rester au niveau régional (cf le point 6 qui a été ajouté) pour assurer une approche complète et progressive comprenant un moment de formation spécifique (théologie ou Frères).
4. Puisque la formation à la CS des Recteurs est fondamentale pour assurer la conscience et l’action au niveau de la communauté, des initiatives concrètes doivent être entreprises pour garantir cette formation.

3. Encourager le partage et l’échange d’information par groupes dans la Province
EVALUATION: Le désir de ce partage et cet échange est évident, et quelque chose a déjà été réalisé.
PAS A ACCOMPLIR POUR REALISER L’OBJECTIF:
1. Rendre les confrères plus conscients du fait que la CS est l’un des cinq points clé de la mission salésienne (cela peut également être lié à d’autres recommandations, par exemple 2.4 plus haut)
2. Chaque communauté doit avoir un coordinateur local de la CS désigné par le provincial.
3. Chaque Province doit avoir une lettre d’informations provinciale.
4. Dans le but de (a) conserver notre héritage salésien et (b) assister la lettre d’information provinciale, ANS et les autres ‘agences’ (par exemple, ces organismes ou individus qui financent nos projets), toutes les communautés devront chaque mois envoyer, ou mettre en ligne, là où il existe un site Internet, une série d’éléments – informations, photos – qui formeront une sorte de chronique de la Province.

4. Développer un plan provincial pour la CS (PICS)
EVALUATION: De nombreuses Provinces n’ont pas de plan pour la CS.
PAS A ACCOMPLIR POUR REALISER L’OBJECTIF:
1. Un plan provincial pour la CS doit être développé en faisant référence au SSCS, aux Lignes directrices, et au Manuel de CS.
2. L’on suggère qu’il est suffisant de se concentrer sur un ou deux éléments significatifs.
3. L’on suggère une approche simple consistant à demander (a) quelles sont les ressources que nous avons déjà? et (b) quels sont les besoins de nos confrères en ce domaine?

5. Former un spécialiste salésien en CS
EVALUATION: Maintenant, il y en a quelques-uns en action, et leur travail a été fructueux; d’autres sont en préparation.
PAS A ACCOMPLIR POUR REALISER L’OBJECTIF:
1. Se concentrer davantage sur l’idée de former un animateur et une personne clairvoyante en CS.
2. Considérer les différentes possibilités déjà offertes par la formation en Afrique.
3. Il est temps de donner la responsabilité aux jeunes locaux, aussi bien salésiens que laïcs, dans ce domaine.

6. Nouvelles propositions, étant donné la croissante réflexion et action dans le domaine de la CS
1. Il est temps de désigner un délégué régional de la CS en Afrique*. Nous proposons que la première pas à faire comprenne:
i) la participation du délégué désigné aux rencontres des Commissions régionales pour la Pastorale des Jeunes, pour la Formation, ainsi qu’à la rencontre du CIVAM.
ii) la désignation de l’un des provinciaux de la CIVAM pour suivre ce domaine à travers le travail du délégué.
2. Le Dicastère pour la CS basé à Rome devra continuer à assister la Région, en particulier par des aides spécifiques et concrètes pour donner une suite à l’expérience fructueuse de la rencontre de Nairobi et au contenu des propositions ci-dessus.

* Les délégués proposent un nom, celui de frère Tom Kunnel de AFE, non pas pour lier les mains du CIVAM dans cette désignation, mais pour suggérer le genre de personne que le délégué devrait être à notre avis: une personne travaillant déjà dans le domaine de la CS dans l’une des Provinces, et capable d’y consacrer la plupart de son temps.