Dicastères

Cagliero11 et Intention Missionaire Salésienne, Février 2024

Scarica il pdf

 

 

Chères amies,       

chers amis,

Je m'appelle Mateo del Blanco et j'ai été nommé chef de la Délégation Nationale d'Animation Missionnaire en Espagne.

Ma vie salésienne a été centrée sur l'école, sur les tâches éducatives et didactiques, c'est pourquoi le thème des Missions a été peu présent dans mes occupations. Faisant partie de la Procure Missionnaire de Madrid et assumant cette année la responsabilité de la Délégation Nationale, je suis pleinement immergé dans cet engagement et, tout en essayant de faire de mon mieux, j'encourage ceux qui sont déjà impliqués, à continuer à promouvoir les Missions, chacun dans son environnement, comme moyen de mieux vivre la vie chrétienne dans la monotonie du quotidien.

Un salut  fraternel.

▀ P. Mateo Del Blanco SDB

Délégué National de l'Animation Missionnaire pour l'Espagne

Notre engagement envers les peuples autochtones            

Pendant des milliers d’années, les peuples autochtones ont suivi des modes de vie témoignant d’un grand respect pour la création. Pour eux, la terre est un don du Créateur et des ancêtres qui y reposent, un espace sacré avec lequel ils ont besoin d'interagir pour alimenter leur identité et leurs valeurs (Laudato Si', 146). Leurs croyances traditionnelles, leurs pratiques culturelles et leur vision du monde expriment la reconnaissance d'un Être suprême. Certaines de leurs pratiques culturelles et leurs superstitions pourraient  porter atteinte à la dignité humaine, alors que leurs nombreuses coutumes et traditions accordent une grande importance aux valeurs sociales centrées sur le souci des autres.

Tout au long de l'histoire, de nombreux évêques, prêtres, religieux et fidèles laïcs ont donné leur vie pour défendre la dignité des peuples indigènes, afin qu'ils puissent connaître Jésus-Christ et son Évangile. Cependant, il est vrai que des actes immoraux à leur encontre ont parfois été perpétrés sans l’opposition des chefs religieux. Pour cette raison, « il est nécessaire de reconnaître en toute sincérité les abus commis en raison du manque d'amour de la part de ces personnes qui n'ont pas su considérer les peuples indigènes comme leurs frères et sœurs, comme les enfants du même Père »  (Saint Jean-Paul II, Saint-Domingue, 13 octobre 1992).

Notre préoccupation pour les peuples autochtones ne consiste à soutenir aucune idéologie ou aucun groupe de pression. Au lieu de cela, elle est enracinée dans notre identité fondamentale créée à l’image et à la ressemblance de Dieu, qui est plus profonde que toute identité autochtone. C’est pourquoi l’Église embrasse les peuples autochtones avec leurs cultures afin qu’ils puissent découvrir les points d’accord entre leurs valeurs et traditions autochtones et les enseignements de Jésus-Christ. Ce dialogue nous apprend à apprécier notre responsabilité inaliénable dans la préservation de l'environnement, de notre culture et de nos traditions d’une  manière excellente  comme eux  l'ont fait. À leur tour, ils sont aidés à découvrir les reflets du « rayon de cette Vérité qui éclaire tout » (Nostra Aetate, 2) dans leurs valeurs, cultures et traditions autochtones.

Don Bosco envoya ses missionnaires auprès des peuples indigènes de la Patagonie. Aujourd'hui, les Salésiens promeuvent et préservent activement l'identité des peuples indigènes en créant des musées culturels, en écrivant des dictionnaires et des livres et en promouvant des programmes qui favorisent leur évangélisation intégrale. En effet, notre travail auprès des populations indigènes est une expression importante de l'engagement salésien envers les pauvres et les marginalisés.

 P. Alfred Maravilla SDB

Conseiller Général pour les Missions

CONFRÈRES MALADES – EXEMPLE VIVANT DE DON BOSCO

Cher Père Antonio, quelle est la situation des frères malades dans votre maison et comment les aidez-vous à ne pas se sentir inutiles et rejetés ?

Au sein  de la maison salésienne d'El Campello se trouve la maison de retraite El Mirador. Il y a actuellement 8 confrères qui ont besoin d'une assistance quotidienne. La maison est gérée par une équipe d'infirmières qui travaillent en trois équipes, 24 heures sur 24. Nous, six frères actifs de la communauté, collaborons très directement avec nos frères malades de la maison de retraite El Mirador. Jesús s'occupe des affaires pharmaceutiques, des visites chez les médecins et de l'assistance à l'hôpital. Félix les accompagne dans les promenades quotidiennes autour de la maison, assistant à leurs visites. Manolo Bellver célèbre quotidiennement l'Eucharistie et prie avec eux. Moi, en tant que directeur, je m'occupe quotidiennement des visites, des conversations, de l'écoute et de l'attention à leurs besoins, avec les autres frères de la communauté. Pour qu’ils se sentent actifs, nous leur assignons des tâches spécifiques. Ensuite, quand un frère fête son anniversaire, nous nous réunissons tous et faisons un repas. Nous le faisons également lors des grandes fêtes salésiennes, Noël et Pâques.

Quelle est la plus grande contribution des confrères âgés et malades à la mission salésienne ?

Nous avons toujours soutenu - et nous le savons par expérience directe - que les confrères malades ont donné toute leur vie pour la Congrégation, ils se sont donnés corps et âme et ont contribué à la croissance de la présence salésienne dans la Province,  partout où ils ont  fait partie des communautés salésiennes. Ce sont des confrères avec un grand parcours missionnaire : ils ont suscité des vocations, ils ont accompagné des jeunes dans leur croissance de foi et continuent à être un authentique exemple vivant de Don Bosco par leur présence.

Comment apprendre à accepter le vieillissement, nos limites et nos incapacités ?

Faire partie de cette présence salésienne, avec une petite communauté de confrères qui vivent avec d'autres salésiens malades, est une bénédiction, un cadeau que le Seigneur nous accorde. J'apprends beaucoup d’eux au cours de ma vie communautaire quotidienne  et, sans aucun doute, c'est une véritable école qui nous apprend à être des Salésiens âgés, malades et dépendants des autres. Ce sont des leçons que nos frères nous offrent chaque jour, sans se décourager, avec une espérance chrétienne, en offrant toujours  leur situation personnelle à Dieu-Père.