Dicastères

Cagliero11 et Intention Missionaire Salésienne - juin 2019

Cagliero11 et Intention Missionaire Salésienne - Juin 2019

Intencion Misionera  Scarica il file pdf    Cagliero11  Scarica il file pdf    

INTENTION MISSIONNAIRE SALÉSIENNE

À LA LUMIÈRE DE L’INTENTION DE PRIÈRE DU SAINT PÈRE

Pour les vocations religieuses et sacerdotales salésiennes en EUROPE

Pour que le Seigneur continue à envoyer des vocations saintes et nombreuses pour la moisson abondante de la mission salésienne, et accorde la persévérance et la sainteté à ceux quil a déjà appelés.

 

LEglise et la famille salésienne, riches en ministères, charismes et vocations, con-tinuent à avoir un impérieux besoin de personnes consacrées qui vivent et animent le charisme de Don Bosco dans des communautés fraternelles, qui témoignent de la primauté absolue de Dieu et du don total au service des jeunes. Prions pour que le Seigneur continue d’envoyer de nouveaux et généreux salésiens qui seront des signes de son amour pour les jeunes, en particulier en Europe.


CAGLIERO11_126, JUIN 2019

Chers confrères, chers amis.

Nous sommes déjà dans la 4ème béatitude, et toujours avec le pape François: "Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés"

"Chercher la justice avec faim et soif, cest la sainteté" [GE 79]

Il n’est pas normal que tant de jeunes soient sortis de parcours éducatifs stables et de qualité. Le quatrième objectif de développement durable (Nations Unies, Agenda 2030) le précise également. Les missions salé-siennes se sont toujours caractérisées par un engagement sérieux, créa-tif et inculturé dans léducation. Cest en ce sens que les missionnaires salésiens expriment leur manière typique de "coopérer avec ceux qui construisent une société plus digne de lhomme" (Constitutions 33). Don Bosco a besoin de missionnaires salésiens aujourdhui prêts à oeuvrer pour la justice et la paix dans le monde, comme le coadjuteur salésien, M. Matthew Thaiparambil († 01.02.2019), installé à Calcutta depuis plus de quarante ans, qui avec ténacité et créativité a servi des milliers de jeunes paumés. La route dorée salésienne nest rien dautre que léducation des jeunes. Des éducateurs mis-sionnaires salésiens qui ont faim et soif de justice!

Chercher la justice avec faim et soif, en particulier en éduquant les jeunes, voici le propre du missionnaire salésien

P. Guillermo Basañes, SDB
Conseiller pour les missions

 

Etre missionnaire au Japon, quelle joie!

On dit souvent quil est difficile dêtre missionnaire au Japon car il ny a pas de joie à voir des résultats visibles. Cest vrai. Javoue personnellement que la mission est difficile, mais je ne concède pas quil ny a pas de joie ni de résultats visibles. Pendant des années, jai formé deux groupes, chacun composé de 10 à 15 personnes qui, pour différentes raisons, ont pris contact avec léglise et ont participé à des cours de catéchisme.

Presque tous deviennent catéchumènes et au moment venu, ils reçoivent le baptême. Préparer au baptême et accompagner une personne qui ne connaît pas Dieu et ne sait pas quil s’est fait homme pour nous rendre heureux, mais qui en ressent un besoin urgent, c’est un long voyage, une aventure fascinante et joyeuse. Cela demande de la patience, mais il y a des résultats parce que la grâce du Seigneur fait ce que le missionnaire ne peut pas faire.

Il est important d’écouter les gens, mais il est essentiel de présenter la bonne nouvelle avec conviction, joie et même un peu d’habileté, toujours accompagnée d’un bon sourire. La plupart des Japonais nont pas besoin de pain matériel, mais ils ont fort besoin de nourriture spirituelle.

Si le missionnaire s’efforce de communiquer la beauté de vivre en bonne harmonie avec Jésus et son prochain, il pourra toujours dire que la mission au Japon est difficile, mais il ne pourra jamais dire que la joie dêtre missionnaire est absente, même si les résultats ne sont pas frappants.

P. Achile Loro Piana, SDB
DIAM du Japon

 

PRET A ATTENDRE ...

 

En août 2015, à loccasion de la célébration du bicente-naire de la naissance de saint Jean Bosco, jai senti que lappel missionnaire ad gentes devenait de plus en plus fort. J’étais alors le délégué provincial pour lanimation missionnaire de notre province FIN. Je ne savais pas que pendant que je pêchais des personnes qui étaient amoureuses des missions et qui étaient missionnaires, lappât m’était destiné. Au fil du temps, je suis devenu le premier poisson pêché.

En août 2016, inspiré par les missionnaires salésiens rencontrés, notamment par le p. Peter Zago et P. Luis Iriarte, dont jai personnellement fait lexpérience de la gentillesse et du soin et dont jai personnellement été témoin du zèle et de la joie, surtout lorsque jétais jeune salésien à Don Bosco Tondo dans les années 80, jai murmuré à Dieu cette prière: "Oui Seigneur, envoie-moi sil te plaît comme missionnaire". Don Bosco ma tellement donné. Cétait ma façon de répondre: "Merci Don Bosco. Bon anniversaire! Je moffre comme un humble cadeau pour toi". Auparavant, jétais lun des nombreux bénéficiaires de la grande bonté et de la générosité des missionnaires. Maintenant, je me sens comme l’un des rares appelés à le transmettre. Comme si Dieu mavait dit: "Ramon, il est temps de rendre ce que tu as reçu! Deviens missionnaire-donateur".

Ainsi, en août 2017, à lâge de 45 ans, jai été envoyé en tant que missionnaire dans larchidiocèse de Kuching, Sarawak, en Malaisie. Le père André Belo, du Timor oriental, et le coadjuteur Manuel Ruperez, dEspagne mont été affectés. Avec nos compagnons missionnaires envoyés dans divers pays, faisant tous partie de la 148ème expédition missionnaire salésienne, nous avons rejoint cette partie de la Malaisie pour être des disciples de Dieu dans lesprit de saint Jean Bosco.

Le projet est que nous, les salésiens, gérions une école de formation professionnelle appartenant à l’archidio-cèse et destinée aux jeunes pauvres de la localité. Mais pour des raisons compréhensibles, ce projet est en-core loin d’être réalisé. Sur la recommandation de larchevêque de Kuching, notre provincial nous a demandé daider les ministères de larchidiocèse en attendant la fondation de lécole. Nous, deux prêtres salésiens, servons à la Commission de la jeunesse de larchidiocèse, nous aidons dans les paroisses environnantes, notamment lors des messes, des sacrements et des sessions de formation. Notre frère laïc consacré enseigne à l’école internationale St. Joseph, une école catholique de la ville de Kuching.

Nous sommes ici en Malaisie depuis 2017 et pourtant notre présence salésienne na pas encore été établie. Nous navons même pas de résidence et décole que nous pourrions appeler notre chez nous, où nous, salésiens, pourrions vivre et prier ensemble, où nous pourrions servir les jeunes en les éduquant et en les évangélisant à notre manière salésienne. Cependant, nous restons dans lespérance et la prière, la confiance et l’espoir qu’à un certain moment et avec la grâce de Dieu, par lintercession de Marie, nous le ferons. Comme celui qui est follement amoureux dirait et ferait: "Nous sommes prêts à attendre ... peu importe le temps que cela prendra". Il ma fallu quarante-cinq ans pour dire «oui» à linvitation de Dieu pour être mis-sionnaire. Et Dieu était disposé à attendre. Je souhaite seulement que cela ne prenne pas quarante-cinq ans pour quune présence missionnaire salésienne soit établie ici. Mais peu importe quoi et quand, comme Dieu la fait, moi aussi je suis vraiment disposé à attendre.

P. RAMON G. BORJA, SDB, missionnaire aux Philippines en Malaisie

TÉmoignage SalÉsien de SaintetÉ Missionnaire

P. Pierluigi Cameroni SDB, Postulateur Général pour les Causes des Saints

Le Serviteur de Dieu, Mgr Oreste Marengo (1906-1998), grand missionnaire du nord-est de lInde est le fondateur de trois diocèses. En 1923, il commence lannée du noviciat à Fogliz-zo. Suite au décès dun clerc destiné aux missions en Inde, il obtint lautorisation de le rem-placer. "C’était le plus grand désir de ma vie. Javais demandé à devenir salésien à condi-tion de pouvoir consacrer ma vie à lapostolat en terre de mission. Peu importait la partie du monde où je serais envoyé. " J’étais le plus jeune des partants: seulement 17 ans! J’ai vécu un chemin de sainteté inspiré par la Parole de Jésus: "En vérité, je vous le dis, qui-