Don Bosco Ressources

Saint Jean Bosco (Don Agostino Auffray - 1929)


AGOSTINO AUFFRAY

Saint Jean Bosco

COMPAGNIE INTERNATIONALE D'ÉDITION DE TURIN

Agostino Auffray, né à Nantes (France) en 188z, décédé à Lausanne en 1955. Très jeune, il est accueilli dans la famille salésienne par Don Michele Rua lui-même, premier successeur de Don Bosco. Ordonné prêtre à Turin, il a été appelé à la Maison mère de Valdocco après une intense activité apostolique chez lui pour diriger l'édition en français du Bulletin salésien. Pendant plus de vingt ans, il resta fidèlement en place, relatant avec un amour passionné les développements rapides et surprenants de la Congrégation dans le monde.

Écrivain brillant et fructueux, Don Auffray a constamment accompagné le travail journalistique dans la rédaction de nombreux ouvrages sur l’histoire et la spiritualité salésiennes.

La facilité d’accès aux sources documentaires, la proximité avec les compagnons et les élèves du Saint, le besoin quotidien d’une biographie agile et "moderne" de Don Bosco, l’ont finalement décidé à mener à bien le projet de longue haleine de nouvelle vie du fondateur.

Le volume (qui avait pour titre italien Un géant de charité - Giovanni Bosco dans sa vie et dans ses œuvres), a pris des années de recherche patiente à Don Auffray, convaincu qu'il était "les saints ont droit à la vérité".

Publié pour la première fois en 1929, la nouvelle biographie connut un vaste succès: traduite dans de nombreuses langues, elle dépassa cent mille exemplaires et possédait (extraordinaire pour l'époque et le sujet) le prix de l'Académie française.

En traduisant le scrupule rigoureux d'un historien dans un langage adapté aux besoins du lecteur moderne, Agostino Auffray a été capable de parler efficacement à ceux qui, dans tous les pays, souhaitaient aborder la vie et le message de Don Bosco.

SEI a maintenant publié une édition basée sur une nouvelle traduction, soigneusement révisée en plusieurs parties, du célèbre opéra, qui est vendu depuis longtemps et qui est toujours demandé par beaucoup.

Il est apparu à l'éditeur que la figure de Don Bosco telle qu'elle ressort de ces pages (avec son sens religieux de la vie, son amour de l'Église, son optimisme, son ouverture au dialogue universel, son souci de la promotion la vie sociale des plus pauvres, sa synthèse entre valeurs religieuses et humaines), revêtait un intérêt particulier pour tous ceux qui vivent le temps de l’Eglise après le Concile Vatican II.

C'est donc dans l'esprit du "service" que l'éditeur propose à ses lecteurs cette nouvelle édition d'un ouvrage qui a contribué comme peu d'autres à faire connaître et aimer Saint John Bosco.

CHAPITRE I

Ai Becchi
Entre le Pô et le Tanaro, dans la région située entre Turin, Alessandria et Casale, se trouve Monferrato, la ville aux collines douces. De célèbres vignobles couvrent les pentes, donnant une apparence indéniable à la beauté de ce paysage, qui a encore très peu changé par rapport aux siècles précédents.

Castelnuovo d'Asti est situé au nord de la région historique, sur une colline à trente kilomètres de Turin. Les ruines d'un château couvrent le sommet de la colline et des vestiges de fortifications, souvenirs de sièges lointains, affleurent encore les rues de la ville.

Comme dans presque tout le Monferrato, même ici, la population diminue lentement mais régulièrement: au dernier recensement, elle ne dépassait pas trois mille habitants. Pourtant, Castelnuovo est un nom connu de partout. Ici, à quelques années d'intervalle, sont nés deux saints: Giuseppe Cafasso et Giovanni Bosco.

Ce dernier est né sur le territoire et non dans la capitale de la municipalité, appelée officiellement Caste / new Don Bosco en son honneur depuis 1930.

Les parents du futur saint habitaient en réalité à cinq kilomètres du centre du village, près du hameau de Morialdo, dans la localité de Becchi, à Bech dans le Piémont, du nom d'une famille Bechis qui y possédait des propriétés.

Giovanni Melchiorre Bosco est né ici, le 16 août 1815, année de la bataille de Waterloo, par Francesco Luigi et Margherita Occhiena. Francesco Bosco était un agriculteur qui, en plus de la maison pauvre, avait un petit terrain qui ne suffisait pas à garder les six personnes qui étaient à la maison. Il a donc été forcé de travailler comme ouvrier dans les champs voisins. La maison de la famille Becchi, outre son épouse, hébergeait le chef de famille, son fils de douze ans, Antonio, né d'un premier mariage et ses deux garçons, qu'il avait eu avec Margherita Occhiena, Giuseppe et Giovanni. La famille Bosco était jeune - trente et un ans
lui, vingt-sept ans, et le travail ne leur a pas fait peur. Ainsi, malgré le fait que les temps étaient particulièrement difficiles en Italie, qui venait de sortir de la tempête napoléonienne, la pauvreté de la maison ne dégénérait pas en misère, sauf dans les années où la grêle détruisait chaque récolte.

En 1815, les Becchi (devenus aujourd'hui le col Don Bosco) ne comptaient pas plus de dix maisons disséminées sur le sommet d'une colline: quelques taudis de salariés agricoles, la maison d'un paysan riche, un four, en toile de fond des collines couvertes de vignes et de bosquets, souvent des refuges pour les retardataires des armées napoléoniennes.

Dans ce coin reculé du monde, la famille Bosco a vécu sereine lorsque le malheur l'a soudainement bouleversée.

Un soir de mai, Francesco Bosco, après une journée de travail, entra toujours dans la cave du propriétaire où il servait, transpirant toujours. Une pneumonie violente en quatre jours l'a conduit à la tombe.

Trente ans plus tard, les premiers garçons de l'Oratoire de Turin entendent souvent le Saint rappeler l'événement tragique: «Je n'avais pas encore deux ans lorsque mon père est décédé et je ne me souviens même pas de son visage. Je ne me souviens que des paroles de ma mère: Vous êtes sans père, mon Qiovannino. Tout le monde a quitté la chambre du défunt, mais j'ai persisté à rester. "Viens, Qivanìn", ma mère a insisté doucement. Si papa ne vient pas, je ne veux pas venir non plus, je répondrais. "Allez, mon petit, tu n'as plus le père." Et avec ces mots la sainte femme, éclatant en sanglots, m'a emmenée. Je pleurais parce qu'elle pleurait. À cet âge, que peut comprendre un enfant? Mais cette phrase: vous voilà sans papa, mon fils, j'ai toujours gardé cela à l'esprit. Après cette première douleur et jusqu’à la

Un jour, priant à côté de la tombe du Saint, à Valsalice, le cardinal Begin, archevêque de Québec, commentera avec ses compagnons une ligne de l'épitaphe: Orphanor parer, père des orphelins. Combien d'orphelins ont accueilli John Bosco dans sa vie! Peut-être que la source de charité qui réconfortait tant de malheureux découlait de la douleur précoce d’un enfant qui, à deux ans, s’entendit dire: "Tu n’as plus de père! ».

Lorsque le chef de famille a disparu, la veuve a repris les rênes du commandement et a ensuite vu quelle femme était la paysanne illettrée. Le travail de ses bras, son courage, son optimisme et sa confiance en Dieu ont fait marcher la maison comme lorsque son mari était avec elle. La belle-mère, infirme et presque toujours clouée au lit, était entourée de tous les remèdes; les enfants, les trois enfants parmi lesquels Margherita Oc
chiena ne faisait aucune distinction, ont été élevés avec douceur et fermeté par elle, qui n'a eu aucune paix tant qu'elle ne les a pas vus démarrer sur son propre chemin.

Maman Margaret avait le sens inné d'élever des enfants. Cette pauvre femme analphabète avait parfaitement compris l’importance de la tâche de la mère, que l’instructeur ou le prêtre pouvait aider mais non remplacer.

À la base et au sommet de sa pédagogie intuitive, Margherita Occhiena avait placé le sens religieux de la vie. Chaque matin et chaque soir, les trois enfants et les deux femmes se sont agenouillés devant le crucifix pour demander du pain quotidien, du courage pour le devoir, le pardon de toute culpabilité.

Chaque occasion était bonne pour rappeler aux enfants la providence ou la justice de Dieu: une nuit étoilée, un jour de neige, une aube printanière, un orage de grêle dévastateur ...

«Dieu te voit, mes enfants - répétait-il souvent - Dieu te voit. Je peux être distant ou distrait: il est toujours présent ».

Cette femme ne savait ni lire ni écrire; mais il connaissait par cœur le catéchisme et l'histoire sacrée, ce qui était alors enseigné dans les paroisses du Piémont.

Avec un travail patient et quotidien, elle a pu transmettre cette connaissance à ses enfants, en leur évitant le voyage à Castelnuovo pour la leçon de catéchisme. Le curé de la paroisse n'avait qu'à vérifier et compléter le travail commencé.

Avant toute chose, Margherita voulait que ses enfants travaillent et que leur journée ne comptait même pas une heure de paresse. À l'âge de quatre ans, le petit Giovanni déjà effiloché du chanvre que l'on avait fait tremper; plus tard, ses frères et lui aidaient leur mère à faire le ménage: couper du bois, puiser de l'eau, éplucher des légumes, balayer les pièces, conduire les animaux au pâturage, nettoyer l'écurie, superviser la cuisson du pain, traire les vaches ... Nous travaillions de l'aube au crépuscule: maman Margherita voulait que ses enfants soient prêts à faire face à toutes les difficultés de la vie et qu'à leurs premières années, leur vie était austère. Dans l'humble cottage des Becchi, le soleil faisait se lever tout le monde, été comme hiver: aucun des enfants n'était autorisé à se lever après l'aube. Le petit déjeuner était réduit à la plus simple expression: une tranche de pain sec. Les longues marches n’ont pas effrayé les garçons et plus tard, Giovanni se rendra deux fois par jour à Castelnuovo pour l’école, parcourant ainsi une vingtaine de kilomètres. Dans la soirée, si un mendiant qui passe demande
l’hospitalité ou si un voisin malade faisait appel à leur charité, les garçons étaient immédiatement sur pied, prêts pour chaque service. Au lit, ils furent accueillis par le tapis de paille brut. Une éducation spartiate qui fera de ces trois garçons des hommes forts et vigoureux, des travailleurs infatigables.

Maman Margaret voulait être obéie et elle l'était. Chaque jeudi, il se rendait à Castelnuovo pour apporter le beurre et les œufs au marché. Avant de partir, il assignait à chacun des enfants le travail à effectuer dans la journée: à son retour, avant de distribuer aux garçons ce qu'il avait rapporté du pays, il demandait: vérifier si leur tâche a été bien effectuée.

Les Becchi étaient pauvres mais peut-être à cause de cela, il y avait toujours de la place pour les plus pauvres qui frappaient à la porte; dans la région, le message de cette hospitalité s'était rapidement répandu et les clients n'avaient jamais échoué. Le plus souvent, c'étaient des mendiants, des vagabonds ou des colporteurs, mais souvent des déserteurs ou des brigands pourchassés par les carabiniers. Quand la nuit tomba, ces gens allèrent frapper à la porte toujours ouverte.

Mère Margherita offrit l'assiette de soupe et la tranche de polenta à tous ceux qui demandaient l'hospitalité et prépara un lit sur la grange. Souvent, au pied de la colline, apparaissaient les panaches des carabiniers royaux, installés précisément à cette époque par Vittorio Emanuele I pour rétablir l'ordre dans le pays, bouleversé par les guerres, les révolutions, les occupations étrangères.

Tandis que l'invité de Bosco s'enfuyait par une porte, les gardes entrèrent par l'autre: un verre de vin, une conversation en toute amitié, sauvèrent la maison de nombreuses recherches. Pour Mère Margherita, tous les malheureux qui faisaient appel à sa générosité n'étaient que de "bons amis": de sa mère Giovanni, elle a appris la charité effective envers les exclus de la société.

À ces témoignages de solidarité humaine, la femme a ajouté l'exhortation continue à la pratique des vertus chrétiennes à laquelle elle cherchait à plier ses enfants plus avec la douceur des chemins que avec l'accent de l'autorité. Avec un grand sens de la mesure, elle sut se tenir à l'écart de la sévérité insoluble autant que des flatteries faites de flatteries, de caresses et de prières. Ni les caresses déplacées, ni plus encore les cris ou les reproches: le calme, la sérénité, la douceur étaient ses armes. Il n'a jamais frappé ses fils, mais en aucun cas il n'a cédé à leurs caprices; il menaçait d'être puni, mais il savait se rendre au premier signe de repentance.

Ses garçons étaient avant tout inspirés par une tendresse très vive à son égard et par une peur extrême de leur déplaire.

En grandissant, les garçons ont révélé des natures très différentes. Antonio, l'aîné, paraissait souvent violent, grossier, fier de sa supériorité des années et de ses muscles robustes. C'était presque l'antithèse de Joseph, doux, humble, très intelligent et ingénieux.

John a montré dès ces premières années un tempérament fougueux et volontaire. Il parlait peu et observait beaucoup. Cette petite tête ronde, solide et bouclée cachait une intelligence vive, une rare force de volonté et un sens inné du devoir.

En plus, un coeur, un grand coeur et cette imagination éveillée que de l’enfance à la fin de la vie concoctera toujours de nouveaux "trouvés".

Giuseppe e Giovanni erano uniti (lo saranno per tutta la vita) da grande affetto; con Antonio era tutt'altra cosa. Egli abusava del suo titolo di primogenito per imporre la sua volontà e della forza per dominare i fratellastri. Se quella di Giovanni fu una infanzia dolorosa, gran parte della responsabilità è da attribuire al carattere violento di Antonio. Dai nove ai quindici anni, il più piccolo dovette soffrire le imposizioni del maggiore, la cui invidia si ostinava a volerne fare un contadino, nonostante chiari segni lo mostrassero portato allo studio.

Molte volte la madre dovette intervenire per sottrarre i due figli minori ai pugni di Antonio o per consolarli dopo una zuffa in cui le loro forze, pur alleate, avevano avuto la peggio. In quei momenti, dominando il dolore, si limitava a rimproverare il ragazzo che abusava così della forza fisica. Ci furono persino dei giorni in cui fu visto Antonio stringere i pugni ed avanzare minaccioso verso la matrigna che, senza scomporsi, sapeva dominare quella furia con una calma fermezza, senza ricorrere mai al bastone.

Quando Giovanni Bosco, divenuto sacerdote, si vedrà circondato da una moltitudine di giovani, rievocherà tutte queste scene della sua infanzia, rivedrà sua madre alle prese con tre ragazzi spesso indocili, e, ricordando tutti i metodi di pazienza, di fermezza, di sorridente autorità che ella impiegava per vincerli, cercherà di imitare mamma Margherita.

Quell'umile donna analfabeta fu dunque la prima formatrice del suo pensiero; è Margherita Occhiena che sta alla base delle intuizioni di uno dei massimi educatori del XIX secolo.

Il cardinale Vives y Tuto, il primo difensore della causa di beatificazione di Giovanni Bosco davanti ai tribunali romani, dirà un giorno: « Nella mia vita ho esaminato tante cause ma non ne ho trovata alcuna che traboccasse letteralmente di soprannaturale come questa ».

Già nella prima infanzia di quest'uomo, ci imbattiamo in un episodio misterioso che avrà la sua parte nell'indirizzarlo verso il sacerdozio. Un sogno, un semplice sogno che, come una costante, si ripeterà nei momenti decisivi della vita, riempie di turbamento il fanciullo.

Aveva allora circa nove anni.

Il lui avait semblé, se dit-il en se réveillant, se retrouver au milieu d'une immense foule de garçons hurlant et maudissant. Giovannino voulait arrêter ce tumulte, en criant d'abord plus fort qu'eux, puis en recourant aux poings du paysan ferme. Mais un personnage mystérieux s'est approché de lui et a dit: "Non, non! Pas avec violence! C'est avec la douceur que vous pouvez gagner leur amitié ». Puis, ces gamins, qui pendant un moment se sont transformés en animaux de toutes sortes, sont devenus des agneaux timides et dociles, tandis que la voix d'une femme disait: "Giovanni, amenez-les paître. Plus tard, vous comprendrez le sens de ce que vous voyez maintenant ".

Dans la matinée, le rêve a été raconté à la maison et tout le monde a voulu l'expliquer à sa manière.

"Peut-être deviendrez-vous un gardien de bêtes", a déclaré Giuseppe.

- Non, non, un chef de brigand! - Antonio corrigea sarcastiquement.

"Nous n'accordons pas trop d'importance à un rêve", murmura la vieille grand-mère.

Mais la mère, la mère qui avait réfléchi à l’écoute, a déclaré: "Qui sait que Givanin n’est pas obligé de devenir prêtre?"
Son intuition était juste: dans les années suivantes, le garçon exprimera à plusieurs reprises à sa mère le désir de devenir prêtre. Et la mère à répéter:
- Prêtre! Prêtre! Est-ce facile à dire? Mais quelle raison avez-vous?
- Écoute maman - répondit Giovanni - si j'étais prêtre, je consacrerais ma vie aux garçons, je les aimerais et je les laisserais m'aimer. Pour eux, je donnerais toute ma force, tout mon temps ...

Il a déjà mis en œuvre ce programme au début de l'apostolat dans la Becchi et sous des formes d'une extraordinaire originalité.

Lors d'un séjour à l'âge de neuf ans chez une tante à Capriglio, une petite ville à quelques kilomètres de là, il avait appris à lire très souvent. cette capacité lui a permis d'animer
des veilles d'hiver. Dans les fermes environnantes, le petit lecteur était en concurrence, tant il pouvait donner de la couleur et de la vie à l'histoire. Debout sur un tabouret ou une chaise, il déclamait les Royales de France ou une autre de ces œuvres aventureuses et chevaleresques qui constituaient les lectures préférées de la campagne italienne au cours des siècles passés.

Les paysans écoutaient avec fascination et entre temps, Giovannino avait réussi, au début et à la fin de la lecture, à faire prier tout le monde. Lorsque le printemps est arrivé, le lecteur est devenu un jongleur, un magicien, un acrobate. Sur la pelouse devant la maison, il a tendu une corde allant du poirier au cerisier, il a expliqué un tapis au sol
et dimanche après-midi, devant de nombreux spectateurs, jeunes
et les adultes, a couru un programme complet de vctrietet. Gymnaste, elle a multiplié les sauts à cheval et a marché les jambes en l'air; magicien, il a doublé une paire d’œufs, transformé l’eau en vin, tiré des pièces du nez des spectateurs; jongleur, a sauté, a couru, a dansé sur la corde, tendu, il s'est suspendu d'abord avec un pied, puis avec deux ... Bref, il a joué aux mille jeux d'adresse et de dextérité qu'il avait appris des acrobates de Castelnuovo lorsqu'il accompagnait sa mère au marché qu'il répète secrètement, en s'entraînant, dans des moments libres du travail des champs.

La récitation commune du chapelet et l'écoute d'un fervorino constituaient le billet d'entrée original que le jongleur demandait aux spectateurs de son spectacle.

Esprit d'observation, corps agile et docile à la commande, don d'imitation rare, d'audace: il avait tout pour réussir.

L'audace l'accompagnera tout au long de sa vie et le soutiendra dans des entreprises jugées folles par le sens commun. Dans ces actes, il renverra le petit funambule des prés de Becchi qui avance courageusement le long de la ligne de danger, la traverse avec un rythme de plus en plus sûr et touche victorieusement au but.

Dans le diocèse de Turin, à cette époque, on n'était admis à la première communion que vers douze ou treize ans. Pour Giovannino Bosco, une exception a été faite et, à dix ans et demi, il pouvait s'approcher de la Sainte-Cène. C'était à Pâques 1826, dans l'église paroissiale de Castelnuovo. À
propos de ce grand événement, nous avons reçu le conseil de Mère Margherita ce soir-là à son plus jeune fils: «Giovannino, dit-il, je suis certain que ce matin, le Seigneur a vraiment pris possession de ton cœur. Promettez-vous de rester pur et bien jusqu’à la fin de votre vie. Communiquez souvent, mais guérissez
données des sacrilèges. Confessez donc sincèrement et souvent. Soyez obéissants: remplissez volontiers vos devoirs religieux et éloignez-vous de vos semblables autant que vous le pouvez ». Dans le manuscrit dans lequel John Bosco écrivit plus tard ces conseils maternels, nous lisons: "J'ai essayé de mettre ces recommandations en pratique et à partir de ce jour, il m'a semblé que ma vie s'était améliorée. J'ai surtout appris à obéir, à rester soumis, alors qu'auparavant je m'opposais souvent aux caprices des ordres et des conseils de ceux qui me commandaient ».

Quelques semaines plus tard, au début du printemps de cette même année 1826, il semblerait que Providence veuille placer l’enfant sur le but souhaité: une petite rencontre, une conversation le long d’une route, semblait devoir ouvrir l’accès à ses études. Jusqu'à ce jour, on ne pouvait même pas penser; la pauvreté des bois n'a certainement pas permis de supporter les dépenses d'un étudiant. Malgré la vivacité de l'intelligence et l'ardeur du désir, Giovanni continua de creuser la terre.

Il était sur le point d'avoir 11 ans et ne pouvait que lire. Cependant, ni lui ni sa mère ne perdirent espoir en des jours meilleurs et n'attendirent l'heure de la Providence.

Cette année-là, le jubilé proclamé par Léon XII, qui avait attiré quelques 400 000 pèlerins à Rome quelques mois auparavant, avait été étendu au christianisme universel et même le diocèse de Turin pouvait obtenir les indulgences accordées pour l'année sainte. La famille Bosco, plus proche de Buttigliera que de Castelnuovo, a décidé de participer aux exercices de cette paroisse, qui ont invité les fidèles pendant huit jours consécutifs. Buttigliera est à quatre kilomètres de la Becchi. Pour acquérir les grâces de l'année sainte, John n'hésitait pas à parcourir seize kilomètres par jour pour aller écouter les sermons de l'aube et du soir.

Après la dernière instruction, les fidèles sont revenus en groupes - quand le soleil était déjà couché - et au début des sentiers, certains ont pris la direction du Becchi, d'autres celui de Capriglio, d'autres encore celui de Morialdo.

Ainsi, un prêtre âgé de soixante-dix ans revint tous les soirs avec ses fidèles. C'était Don Giovanni Calosso, récemment retraité en tant qu'aumônier à Morialdo. Malgré son âge, il a également fait tous ces kilomètres pour mériter le pardon du Jubilé. En marchant, il a observé dès le début de la semaine ce garçon aux cheveux bouclés qui, un peu à part des autres, semblait méditer silencieusement sur la parole des prédicateurs. Il a essayé de l'interroger et a été stupéfait lorsque
le garçon a répété, de mémoire et en totalité, les quatre méditations de la journée.

- Comment tu t'appeles ? Qui sont tes parents? Où tu vas à l'école - demanda le vieux prêtre au comble de sa surprise.

- Je m'appelle Bosco Giovanni ... Mon père est mort quand il était petit et je reste avec ma mère qui doit nous garder en quatre. Je ne vais pas à l'école, mais je sais lire et même écrire un peu.

- Voulez-vous étudier?
- Oh oui, beaucoup!
- Pourquoi ne le fais-tu pas?
- Parce qu'Antonio, mon demi-frère, ne veut pas. Il dit que l'on en sait toujours assez pour travailler les champs.

- Pourquoi voudriez-vous étudier?
- Faire de moi un prêtre.

- Et pourquoi voudriez-vous devenir prêtre?
- Prendre soin des garçons. Je ne suis pas méchant, je les connais bien. Mais personne ne pense à eux ...

Le bref dialogue devait être décisif pour l'avenir de Giovanino. Don Calosso l'invita à faire la messe le lendemain. Gio • vannino y est allé et le dimanche suivant, sa mère aussi. L'aumônier l'avait bien convoquée pour lui proposer d'emmener son fils en classe tous les matins à partir de novembre. Le reste de la journée, Giovanni aurait continué à le dépasser dans les champs, car Antonio était toujours là pour surveiller, jaloux et arrogant, ce qu’il jugeait être le véritable intérêt de la maison.

C'était merveilleux pour le garçon l'année qu'il a passée avec l'aumônier de Morialdo; enfin, il avait trouvé non seulement le maître mais aussi le prêtre qu'il avait toujours souhaité: bon, simple, paternel et pieux, sage dans les conseils, austère dans les habitudes de la vie.

Après trois mois de grammaire italienne, l’étude du latin a commencé à Noël. Il a lui-même avoué que les premières déclinaisons étaient difficiles à gérer, mais il s'est tellement imposé qu'il avait déjà couvert, même à Pâques, même brièvement, toute la grammaire latine.

- Votre enfant a une mémoire de mémoire! - dit le bon Don Calosso à Margherita chaque fois qu'il la rencontrait. - J'ai besoin que tu continues à me l'envoyer! - Elle l'aurait volontiers fait, mais malheureusement, ces heures d'école consacrées au travail des champs ont inquiété Antonio à nouveau dès l'arrivée du printemps.

En vain Giovannino a travaillé pour deux personnes et a étudié en secret, en revenant de Morialdo ou le soir: la simple vue d'un livre rendait ce violent furieux. Un jour, il ne tint plus:
- Assez, je ne veux plus voir toutes ces grammaires dans la maison! Il n'est pas nécessaire que ces choses vivent. Je suis devenu gros et gros sans livres!
"Tu as raison, Antonio," dit Giovanni avec un air espiègle.

- Comme, comment?! L'autre répondit, surpris par la reddition imprévisible.

- Oui tu as raison. En fait, notre âne est encore plus gros que toi et pourtant il n'est jamais allé à l'école ...

À l'humour de son frère, Antonio, selon sa coutume, réagit en se servant de ses mains, mais Giovannino avec une pirouette esquiva le coup.

D'autres fois, le méchant a eu recours au sarcasme: regardez ce jeune homme qui veut étudier! Il veut la vivre confortablement pendant que nous continuons à manger de la polenta. Mais pensez-vous vraiment que nous voulons nous casser le dos pour continuer à ne rien faire? ».

La situation devenait si tendue qu'elle ne pouvait pas durer longtemps. Maman Margaret l'a compris. l’automne suivant, par souci de paix, il lui fit suspendre les cours et, comme cela ne suffisait pas pour calmer l’animosité du beau-fils, une soirée d’hiver fut décidée au grand sacrifice.

"Tu ferais mieux de partir, Giovanni," dit-il en pleurant. - Vous voyez bien qu'Antonio ne se calme pas. Allez chercher du travail dans les fermes voisines. Si vous ne le trouvez pas, arrivé à Moncucco, question de la famille Moglia: il est riche et bon et vous accueillera. Je pense que vous feriez bien de commencer demain ...

Février 1828. C'est l'aube, les collines sont couvertes de neige, retenues sous l'emprise de l'hiver piémontais. Giovanni Bosco, treize ans, un petit paquet avec deux chemises, deux mouchoirs, deux grammaires, quitte la maison où il est né en pleurant. Il part à la recherche d'un travail. Personne ne veut le prendre: même les Moglia luttent. Il y a peu de travail et beaucoup de travail, et ensuite les garçons de la campagne ne le supposent pas à la fin du mois de mars. Luigi Moglia semble inflexible:
- Patience, retourne chez toi.

- Pour l'amour du ciel, s'il vous plaît, M. Moglia! Prends-moi même sans payer. Ici, maintenant je suis assis ici par terre et je ne pars plus.

Maintenant, Moglia est perplexe: Giovannino pleure comme seul un enfant peut pleurer.

- Prends-le, Luigi, essayons de le garder quelques jours!
C'est la femme qui est arrivée à ce moment-là.

Giovanni doveva restare quasi due anni sotto quel tetto ospitale, come garzone modello che, entrato per le sole spese, vide la paga salirgli a quindici, a trenta, a cinquanta lire l'anno, tanto i suoi servizi erano trovati preziosi.

A Moncucco portò le abitudini dei Becchi: se .durante la settimana faceva il servizio di stalla, la domenica, nel fienile del podere, riuniva i ragazzi della zona per insegnar loro il catechismo o raccontare qualche parabola tratta dal Vangelo.

Lo seguiva anche qui, continuo, insistente, il desiderio di giungere al sacerdozio e se ne confidava con i padroni.

— Ma come farai a studiare, Giovanni ? — chiedevano quelli. — Ci vogliono quasi diecimila lire per diventare prete. Dove potrai trovarle?
— Non lo so: so soltanto che prima o poi ci arriverò...

É per non dimenticare ciò che Don Calosso gli aveva insegnato, mentre le bestie pascolavano ripassava le sue grammatiche.

Col dicembre del 1829 la dura prova sembrò finita. Un mattino, mentre conduceva al pascolo le vacche, Giovanni incontrò lo zio Michele Occhiena, contadino alquanto arricchito con il commercio del bestiame.

— E cosi, Giovannino, ci stai contento dai Moglia?
— Qui tutti mi vogliono bene, ma io vorrei studiare e intanto gli anni passano: tra poco avrò quindici anni.

— Senti, Giovanni — disse lo zio dopo averci pensato su qualche istante. — Lascia fare a me: prendi il tuo fagotto e ritorna ai Becchi. Penserò io a parlare a tua madre e vedrai che tutto si accomoderà.

A casa, la sera di quello stesso giorno, la madre non poté accogliere Giovanni per non far credere ad Antonio che quel ritorno a casa fosse stato voluto da lei; e il poverino dovette aspettare nascosto in un fosso l'arrivo dello zio Michele dal mercato di Chieri. Quando questi finalmente arrivò, a notte fatta, raccolse il nipote intirizzito e lo condusse in casa, dove riuscì a persuadere il terribile Antonio a riaccoglierlo in famiglia.

Pregati anch'essi da Michele Occhiena, i parroyi di Castelnuovo e di Buttigliera si schermirono quando fu loro chiesto di continuare le lezioni di latino al ragazzo: avevano già sin troppo lavoro, dicevano, per assumersi altre responsabilità. Allora ci si rivolse nuovamente a Don Calosso, sempre più vecchio e acciaccato. Egli accettò con gioia
di riprendersi il caro alunno e la sua carità si spinse anche oltre: « Non temere per il tuo avvenire, Giovanni. Finché sarò in vita ti aiuterò e se il Signore mi chiamerà presto a sé ho preso già le disposizioni per farti andare avanti sino alla fine dei tuoi studi ».

Ogni ostacolo sembrava dunque rimosso e la strada si apriva dritta e luminosa dinanzi alla fantasia del piccolo Bosco.

Purtroppo, Giovanni dovette per un'ultima volta vedere sorgere, tra il desiderio unico della sua vita e la realizzazione, la volontà ostinata del fratellastro. Ma questa volta intervenne la madre. Ella aveva pazientato sino a quel giorno, sperando che la sua tollerante dolcezza avrebbe finito con lo spezzare l'opposizione. Vedendo inutili tutti i suoi sforzi, prese la decisione che poteva assicurare ad un tempo, la vocazione del figlio, la tranquillità della casa e l'avvenire di tutti: chiese cioè la divisione legale del patrimonio. Antonio tentò di opporvisi., ma invano. Ella tenne duro e dopo qualche mese la spartizione fu fatta.

Alcuni giorni dopo, Giovanni prese alloggio anche per la notte presso il cappellano di Morialdo.

« Nessuno — scriveva più tardi — nessuno avrebbe potuto avere un'idea della mia felicità! Don Calosso era per me l'angelo del Signore. Io l'amavo più di un padre, pregavo continuamente per lui, era per me una gioia poterlo servire in tutto. L'unico piacere che provavo era di affaticarmi al suo servizio per attestargli la mia gratitudine. In un giorno, nella sua umile casetta, progredivo tanto quanto in una settimana ai Becchi ».

A troncare quella gioia, giunse ancora una volta la morte. Una sera di novembre che Giovannino era andato ai Becchi, alcune persone di Morialdo corsero ad avvertirlo che Don Calosso era stato colpito d'apoplessia. Quando giunse al capezzale del vecchio prete, la paralisi aveva fatto il suo effetto: Don Calosso non parlava più. A gesti poté tuttavia indicare che sotto il guanciale c'era una chiave, che quella chiave apriva il cassetto della sua scrivania e che tutto quello che stava dentro era per lui, Giovanni. Questo avveniva il 19 di novembre; la sera del 21 Don Calosso spirava all'età di settantacinque anni.

Dopo la morte del buon vecchio giunsero i parenti e Giovannino si senti attanagliato tra la volontà espressa con sufficiente chiarezza dal defunto e le pretese dei congiunti.

Giovanni condensò in pochissime parole lo scioglimento del dilemma scrivendo: « Quando vennero gli eredi di Don Calosso, consegnai loro la chiave della scrivania e tutto ciò che loro apparteneva ».

Nel cassetto c'erano seimila lire: quanto sarebbe bastato per permettergli di portare a termine gli studi per il sacerdozio.

Quella morte e quella volontaria rinuncia a un suo diritto, lo risospingevano in alto mare: e aveva ormai passato i quindici anni.

Quantunque l'anno scolastico fosse cominciato da tempo, la madre decise di fargli frequentare a Castelnuovo il corso di latino tenuto
da un sacerdote. Nell'entusiasmo per questa possibilità di continuare
in qualche modo gli studi, Giovanni percorreva venti chilometri a piedi ogni giorno, spesso scalzo per risparmiare le scarpe.

Le prime settimane a Castelnuovo furono piuttosto penose. Gli studentelli del luogo non la finivano di prendersi gioco di questo gio
vanotto quasi sedicenne che veniva dai Becchi ed era infagottato in un cappottone preso chissà dove.

A questa prova che egli sopportava sorridendo, se ne aggiungeva
una più dura che già altre volte lo aveva avvilito: non c'era modo di accostare i sacerdoti.

A Castelnuovo — scriverà Don Bòsco — io vedevo parecchi
buoni preti che lavoravano nel sacro ministero ma non potevo contrarre con loro alcuna familiarità... ».

Il le disait souvent à sa mère: "Si j'étais prêtre, je ne ferais pas quoi." Je voudrais approcher les enfants, les réunir, les aimer et me faire
aimer; et avec des exemples et des mots, je travaillerais pour leur salut. Don Calosso aussi.

- Que pouvons-nous faire, Giovanni? Pense qu'ils ont tellement d'autres choses à faire. Voulez-vous qu'ils perdent du temps avec les garçons aussi?
- Et peut-être Jésus l'a-t-il perdu avec les enfants qui se sont rassemblés autour de lui, même contre la volonté des apôtres? Si un jour
je deviens prêtre, les garçons ne me verront jamais passer par là, mais je serai toujours le premier à m'adresser à eux.

Le professeur de Castelnuovo, un prêtre âgé de soixante-quinze ans environ,
ne s'est jamais montré trop doux envers l'écolier venu de Becchi.

Pour Giovanni, c'était une année scolaire qui, a-t-il écrit, risquait de perdre ce qu'il avait appris les mois précédents.

Il a au moins et assez bien appris le métier de son tailleur invité: pendant les heures libres, on le voyait accrocher des boutons, faire des ourlets, coudre.

Une compétence qui au fil des ans lui sera aussi précieuse que la connaissance du latin.

Aux vacances de 1831, il rejoint la famille qui ne résidait plus dans la Becchi: dans la vieille maison, après la division de la propriété, résidait Antonio qui, en mars, avait épousé une fille du quartier. Il ne restait que quelques chambres pour les autres membres de la famille, mais sa mère et Giuseppe habitent maintenant à quelques kilomètres de Sus
sambrino, une ferme méticuleuse.

En cet été, Maman Margherita était si brigande qu'il trouva un emploi domestique à Chieri chez Giovanni, une mère d'élève. En plus du travail à accomplir, il devait également verser une pension de vingt lires par mois, mais il était déjà extraordinaire d’avoir trouvé l’occasion
de poursuivre ses études.

En août, Giovanni avait eu un rêve qui semblait prédire
cette fortune inattendue:
"J'ai vu une grande dame venir faire paître un grand troupeau.

Il m'a appelé par mon nom et m'a dit:
"Vois-tu ce troupeau, Giovannino?" Je te le confie.

- Mais comment vais-je, madame, élever autant de moutons et d'agneaux?
Je n'ai pas de pâturage où je puisse les mener.

- Ne t'inquiète pas, Giovanni. Je vais vous aider

Cela dit, ça a disparu ».

All'inizio di autunno del 1831 Giovanni Bosco, lo studente in partenza per Chieri, girava di casa in casa i dintorni di Castelnuovo chiedendo ai vicini una elemosina per comprare un vestito e pagare
un trimestre di pensione.

La carità dei contadini riempì di doni il sacco del ragazzo. Anche il prevosto di Castelnuovo diede un'offerta per quel parrocchiano
derelitto.

Giovanni parti un mattino dal Sussambrino con due sacchi di fariria di grano e di granturco sulle spalle. Fece 'tappa al paese vendendo qualcosa per comprare quaderni e penne e proseguì per Chieri con il resto
della farina.

Finivano quel giorno sette anni di scuola irregolare. Davanti al ragazzo si apriva finalmente la prospettiva di studi sistematici.

Era il 4 novembre del 1831.

CAPITOLO II '

Chieri
Chieri, dove il giovane Bosco doveva passare dieci anni della sua vita, è la prima città che incontra dopo avere valicato le colline chi da Torino si diriga verso Asti e Alessandria.

Popolosa città romana già dal II secolo a.C., sotto Augusto fu città fortificata. Al tempo dei liberi Comuni, nei secoli XII e XIII, fu potente e temuta: minuscola repubblica che aveva il diritto di battere
moneta ed estendeva il suo dominio su trenta fra villaggi e castelli della pianura.

La sua posizione è invidiabile: distesa ai piedi della collina di Torino, nel versante opposto a quello della vecchia capitale, guarda l'immensa pianura che si estende sino ad Asti.

Un tempo fu chiamata Chieri dalle cento torri, perché tutte le famiglie del luogo vi avevano innalzato quei segni della loro potenza. Al' tempo di Don Bosco non era ormai altro che la città dei conventi, degli studenti e dei tessitori, sfondo un po' sfumato della metropoli vicina.

La religiosità' dei Chieresi era testimoniata dal numero straordi, nario di conventi: Domenicani, Filippini, Gesuiti, Francescani, Clarisse, ed altri Ordini avevano allora in città (ed alcuni hanno ancora) le loro case, con centinaia di religiosi.

La cattedrale gotica, elevata sul principio del secolo XV, con le sue cinque navate e i ventidue altari, è la più vasta di tutto il Piemonte ed è costruzione ammirevole per ampiezza e maestà. Città di ricordi, città di pietà, città di studio, essa doveva essere la prima stimolatrice e animatrice dello spirito ardente del contadino che vi giungeva dai Becchi.

A quei tempi la vita degli studenti poveri era particolarmente dura. Borse di studio non esistevano, se non in forma estremamente ridotta e in ogni caso insufficiente al bisogno, sicché il giovane che
intendeva studiare doveva cavarsela con sacrifici talvolta eroici. I corsi erano semigratuiti, ma c'era tutto il resto da pagare; e non era poco. Ordinariamente gli studenti andavano a pensione da come paesani che offrivano loro la casa, il letto, il vitto; si pagava in denaro o in natura, con sacchi di cereali, di patate, di castagne o con brente di vino. Si pagava anche in lavoro, mettendosi, dopo la scuola, a disposizione del padrone di casa per ogni sorta di servizi.

Mamma Margherita ogni sabato arrivava da Chieri con il suo pagnottone di pane di segala per la settimana e la sua provvista di mais, di farina di grano, di castagne. Non occorre dire che nelle serate d'inverno — l'inverno tanto duro in Piemonte — s'ignorava troppo spesso la dolcezza di un po' di fuoco. Si soffiava sulle dita, si battevano i piedi e poi ci si rimetteva sopra i libri. E quei libri, quella carta, quel calamaio, quelle penne, bisognava comprarseli con mille espedienti, arrangiandosi con ripetizioni, con lavori di scrittura, con servizi manuali talora gravosi e umilianti.

A quella scuola di povertà gli studenti bisognosi tempravano però un carattere di uomini che più tardi avrebbero saputo guardare in faccia alla vita.

La parte di miseria toccata a Don Bosco studente non fu piccola. Per pagare la pensione accettò con gioia non solo il servizio di domestico presso la padrona di casa, ma anche quello di ripetitore presso il figlio di lei. Visse in questo modo due anni; poi, avendo il suo allievo terminati gli studi, Giovanni dovette trovarsi un altro tetto al medesimo prezzo. Andò ad alloggiare dal proprietario del caffè Pianta, presso la Piazza Grande. Gli ultimi due anni di ginnasio trascorsero lì, in quel locale che al mattino scopava prima di andare a scuola e dove la sera vegliava sino a tardi per scrivere e contare i punti dei giocatori di biliardo. Divenne presto abilissimo anche nel preparare la specialità della casa e il padrone gli propose più volte una carriera nel commercio. Erano proposte che lo facevano sorridere: nelle ore di riposo continuava a studiare assiduamente il latino. È ancora possibile vedere nel sottoscala del caffettiere il bugigattolo oscuro in cui alloggiava e dove, dopo aver chiuso le porte del locale, si chinava sui libri alla luce di una candela.

Era ormai sui diciotto anni. Lavorava dall'alba a notte inoltrata, il corpo e la mente non riposavano un attimo. Per sostenere quello sforzo avrebbe avuto bisogno di ben altro alimento che la minestra del padrone e quel po' di provviste che gli portava la madre.

Anche a Chieri, Bosco fu un allievo eccezionale. A scuola passò di successo in successo; superò sempre gli esami con il massimo dei voti, ogni anno fu dispensato dalle dodici lire di tasse.

Lo aiutava sempre quella memoria che aveva sbalordito Don Calosso.

Un giorno, chiamato per una interrogazione, si accorge di avere dimenticato nel sottoscala il libro di Cornelio Nepote usato come testo di lettura latina. Senza perdersi d'animo prende la grammatica e fingendo di leggere sul testo si mette a tradurre il brano assegnato per quel giorno. I compagni si sono accorti della cosa e bisbigliano tra loro. Innervosito, il professore chiede a Bosco di rileggergli il testo, facendone costruzione e analisi logica. L'allievo obbedisce provocando esclamazioni ad alta voce nei compagni che alla fine esplodono in un applauso. Quando l'insegnante comprende finalmente le ragioni dello schiamazzo, inaudito e intollerabile nelle scuole del tempo, lo stupore gli impedisce di pensare a un castigo.

— Felice memoria la vostra, amico mio! — dice a quel suo alunno tanto fuori del comune. — Per essa vi perdono di avere dimenticato il libro e di aver distratto la classe. Nella vita, cercate di fare buon uso di queste vostre doti...

A Chieri, come già ai Becchi, alla cascina Moglia, a Castelnuovo, i pensieri di Giovanni sono per i giovani, quei giovani di cui nessuno si occupa, che giocano per le' strade od oziano nei locali di ritrovo. Alcuni di questi cercano di trarre con loro l'impacciato studente arri, vaco dai Becchi: « Ne ho conosciuto più d'uno che tentò persino di avermi per compagno a rubacchiare pei campi; e uno di essi osò un giorno suggerirmi di rubare, del danaro alla mia padrona di casa per comprarmi dei dolciumi... ».

Da questo tipo di compagni si tenne lontano, non presumendo troppo, in quegli anni, della sua capacità di attirarli ad una vita più ordinata.

La sua tenace volontà di apostolato si indirizzò piuttosto verso la massa dei timidi, dei deboli, degli ignoranti, di tutti coloro che rischiavano di perdersi per l'abbandono in cui erano lasciati.

Cominciò col riunirli in una brigata di compagni che battezzò Società dell'allegria. Gli statuti sociali si componevano di due soli articoli: ogni membro doveva fuggire tutti i discorsi e tutte le azioni indegne di un buon cristiano e i soci dovevano distinguersi per diligenza nel compiere i loro doveri scolastici e religiosi. Oltre a questo, c'era l'ordine per tutta la brigata di fuggire la tristezza e la malinconia.

Mai ordine fu preso tanto alla, lettera! Sotto la guida di Giovanni, la chiassosa comitiva girava le colline e si spingeva talvolta sino a Torino. Quei trenta chilometri a piedi tra andata e ritorno non li spaventavano certo, ché si poteva poi magnificare ai compagni più pigri le meraviglie della capitale. Fu in una di queste occasioni che Giovanni Bosco vide per la prima volta Torino, la « popolosa città » che gli sarà mostrata in sogno come campo del suo apostolato.

Dans les chaudes soirées, sur une pelouse extérieure, l'inépuisable jongleur faisait encore ses preuves et, comme auparavant, toute cette joie s'est terminée par une prière. Une fois par semaine, la Joyeuse Société organisait la réunion à l'intérieur, où elle parlait de tout, mais surtout de questions religieuses. Le dimanche après-midi, tout le monde était prêt à se rendre à l'église des jésuites pour suivre une leçon de doctrine chrétienne. Cette coutume, que Giovanni tenait beaucoup, a provoqué un épisode dont Chieri a parlé pendant un moment.

Plusieurs jongleurs étaient réputés pour leur habileté dans la ville depuis plusieurs jours. Bosco n'était certainement pas inquiet de l'arrivée d'un "collègue"; ce qui l'inquiétait, c'était que l'acrobate risquait d'en retirer beaucoup du service du dimanche, ce qui se manifestait même au moment de la prédication par les jésuites.

Après des démarches inutiles pour parvenir à un accord, Giovanni décida de défier publiquement l'acrobate et de lui demander, en cas de victoire, de déplacer les horaires.

Le jour du challenge, une foule nombreuse s'est rassemblée sur place.

Premier tour: la course. Ils partent ensemble de la porte de Turin, mais pour le but, pour le chef opposé de la ville, Giovanni a un avantage remarquable.

Nous allons au saut et ici aussi, Bosco a l'avantage, entre la surprise de tous et la colère du jongleur.

"Et pourtant," crie, "je finirai par vous humilier!" Choisissez le jeu que vous préférez et que vous verrez.

- Je choisis le "stick dance"! - répond John.

- D'accord!
Et le bâton commence à sauter de la paume de la main de Bosco jusqu'au bout de chaque doigt, puis sur le coude, sur l'épaule, sur le menton, sur les lèvres, sur le nez, sur la tête, pour revenir ensuite doucement au point de départ.

C'était maintenant au jongleur professionnel. Il était très bon, il semblait imbattable, la foule se préparait déjà à applaudir, quand une petite
bosse avec le bout de son nez arrêta le bâton qui tombait au sol, sans gloire.

Le pauvre homme ne pouvait plus nous voir de l'humiliation.

- Cent lires! Cria-t-il alors. - Cent lires pour ceux qui arrivent plus haut sur cet orme!
Il jeta sa veste et se retrouva un instant parmi les premières branches du très grand arbre. Avec une agilité prodigieuse, en quelques minutes, il atteignit le sommet. Vous ne pourriez pas obtenir plus haut. Il est redescendu au milieu des acclamations.

- Cette fois, Giovanni, tu as perdu! - un compagnon amer lui a dit.

- On verra! - Et il a commencé à grimper aussi vite.

Quand il atteignit le sommet, la foule bouche bée vit ce corps adolescent agile se pencher avec les mains sur la branche la plus haute et levant la tête à l'envers dans une verticale parfaite. Les pieds ont maintenant passé le sommet de l'arbre; du sol grimpe le cri de la foule en liesse.

La Society of Joy n'abusait pas de la victoire: l'offre d'un goûter et la promesse de déplacer l'émission le dimanche après-midi étaient les conditions imposées au perdant, qui devint immédiatement un grand ami.

Une amitié a surtout marqué les années de. Chieri, influençant profondément l'âme de celui qui un jour l'Église proclamerait un saint. Un soir à Chieri, dans un pensionnat pour étudiants, la conversation a porté sur le témoignage de la vie chrétienne de certains jeunes de la ville.

«Je connais un garçon qui passe pour saint! Dit le locateur à ce moment-là. "Il s'appelle Comollo, c'est le neveu du curé de Cinzano".

À cette affirmation solennelle, Jean, qui était présent, ne put retenir un sourire. Un saint n'est pas une chose quotidienne et un saint si précoce était vraiment curieux ...

«Pourtant, c'est comme je le dis! L'homme a insisté. "En outre, même son oncle est très vénéré par les paroissiens du village."

Éveillé par la curiosité, Giovanni était impatient de connaître ce prétendu "saint", quand une circonstance émouvante le mit en face de lui.

Un matin, alors que le professeur était en retard, dans la classe de Bosco, le chahut habituel a éclaté à ces occasions. L'un des étudiants les plus bruyants, voyant qu'un nouveau compagnon était
silencieux à sa place, répétant les leçons, voulut l'entraîner dans les réjouissances générales.

- Allez, laissez les livres aller et - rejoignez-nous!
- Merci - répondit l'intimé - mais je préfère refaire la leçon.

"Tu dois venir quand même", cria l'autre. - Sinon, je te laisse venir!
- Fais comme tu veux, mais maintenant je ne peux pas et je ne veux pas venir jouer ...

Il n'avait pas terminé la phrase selon laquelle deux violentes gifles le frappaient aux joues. Un instant, il devint très pâle, puis la rougeur lui monta au visage; mais réussissant à se dominer, il dit d'une voix ferme entre le soudain silence de la classe: "Es-tu heureux maintenant?" Je te pardonne. Mais maintenant, laisse-moi tranquille.

Le garçon giflé était Luigi Comollo. Giovanni a été impressionné par la douceur qui semblait confirmer les descriptions faites par le neveu du curé de Cinzano. Il s'est approché de son compagnon et à partir de ce jour, une profonde amitié entre les deux jeunes hommes, réunis dans la même classe, même si Comollo était dans ses études un an avant son ami. Ils sont même devenus inséparables. Tout semblait les rapprocher: foi, amour des études, dévotion à Marie, inquiétude de l'apostolat, esprit de sacrifice.

Leurs personnages différents ont fini par être complémentaires. Luigi était timide, calme, absorbé, passionné de solitude et de méditation, de santé délicate. John était tout mouvement et vie; doté d'une force physique inhabituelle, il ne voulait rien d'autre que de les utiliser; avide d'action, il saisissait toutes les occasions pour aider les autres: instinctif, sanguin, bref opposé au calme de l'autre. Pourtant, peu d'amitiés ont porté de tels fruits. Devenu prêtre, Bosco laissera écrit que, de cette réunion, il "gagnait" davantage; il est certain que l'influence de Comollo sur Giovanni était profonde. Le tempérament de ce dernier, par nature impétueux et violent, au contact de la douceur de son ami, apprenait le calme et la maîtrise de soi.

La douceur n'était pas la seule vertu qu'il ait pu développer au contact du garçon de Cinzano, à tel point qu'il écrivait, quelques décennies plus tard, que, de Comollo, il avait "commencé à apprendre à vivre en chrétien".

Après l'éducation de la mère Margherita et les précieuses leçons de Don Calosso, la compagnie de Luigi Comollo fut l'élément qui contribua le plus à façonner le caractère du futur saint.

Une mère, un prêtre, un ami: trois âmes exceptionnelles pour une jeunesse extraordinaire.

Jusqu'à ce jour, pour le meilleur ou pour le pire, à force de privations et de sacrifices, Giovanni avait pu supporter les frais de ses études. Mais à la veille de son entrée au Grand Séminaire, il se demanda avec anxiété comment il pourrait payer les frais de scolarité. Il n'y aurait pas eu d'opportunités plus rentables, même modestes. Les ressources de la mère, bien que soutenues par quelques aumônes, n'auraient certainement pas été suffisantes. D'autre part, une certaine méfiance envers lui-même lui a fait penser que
«l'orgueil avait pris une telle racine dans son cœur» (comme il l'a lui-même écrit) qu'il exigeait qu'il s'échappe du monde. Peut-être que le plaisir naturel qui lui venait de l'admiration de ses compagnons pour ses succès dans ses études et ses activités physiques augmentait sa peur d'une tendance de son caractère à la vanité et à l'orgueil.

E certo, di natura ardente qual era, dovette impegnarsi seriamente per dominare l'amor proprio. «Bisogna pronunciare chiaramente la parola », scrisse un suo biografo «Don Bosco era portato all'orgoglio ».

Eppure seppe sempre vincerlo.

Giunto a quel bivio della sua vita, Giovannino cominciò a pensare che la soluzione migliore fosse per lui l'entrare in un Ordine religioso: non più preoccupazioni economiche né ansie spirituali. Sarebbe stato accolto nella sua miseria e gli sarebbero stati dati quegli aiuti esterni da cui sperava la salvezza dell'anima.

Pareva che l'attirassero di più i Francescani. A Chieri quei religiosi avevano un convento che egli talvolta frequentava: la loro vita semplice, frugale, fatta di penitenza e di preghiera gli piaceva molto e i frati guardavano a lui con simpatia. Prima di fare il passo decisivo, ne parlò al confessore che però non volle assumersi la responsabilità di quella decisione.

Il parroco di Castelnuovo, saputo di queste intenzioni, si mostrò contrario a tal punto da recarsi al Sussambrino ad avvisare la madre, « Voi non siete più giovane — le disse. — Fra qualche anno avrete bisogno di riposo. E allora chi vi accoglierà se vostro figlio sarà in convento ? Se invece sarà parroco o viceparroco potrà aiutarvi ».

La mamma lasciò dire il vecchio sacerdote e lo ringraziò anche dell'avvertimento; ma il suo pensiero lo tenne per sé.

Il giorno dopo era a Chieri dal figlio.

— Ieri venne Don Dassano a dirmi che vorresti farti frate. È vero ?
— Si, mamma e spero che voi non vi opporrete...

— Sentimi bene, Giovanni. Io voglio solo che tu ci pensi a fondo. Una volta deciso, segui la tua strada senza guardare in faccia nessuno. La cosa più importante è che tu faccia la volontà del Signore. Il parroco vorrebbe che io ti facessi cambiare idea perché in futuro potrei avere bisogno di te. Questo non c'entra niente, assolutamente niente. Guarda che io da te non aspetto nulla e non voglio nulla, se non che tu viva da cristiano. Sono nata povera, ho vissuto povera e voglio morire povera. Ricordati bene, Qiovannino: se ti facessi prete e per disgrazia tu diventassi ricco, non verrei mai più a trovarti. Per niente al mondo entrerei nella tua casa l
La mirabile donna si strinse nello scialle e se ne tornò a Castelnuovo. A piedi, com'era venuta. A settant'anni passati, Don Bosco ricordava ancora questo solenne avvertimento e rivedeva dinanzi a sé l'umile contadina dal cuore grande, in cui lo sguardo, il gesto, l'atteggiamento, il tono della voce davano risalto alle parole.

Alcuni giorni dopo, nell'imminenza della Pasqua del 1834, Bosco si presentava a Torino agli esami di ammissione dal superiore dei Francescani. Fu ammesso a pieni voti, e senza dubbio pochissimo tempo dopo sarebbe entrato nel Convento della Pace a Chieri se, recatosi a Castelnuovo per ottenere i documenti che gli occorrevano, qualcuno non gli avesse suggerito di rivolgersi per un ultimo consiglio a Don Cafasso.

Don Giuseppe Cafasso era compaesano di Bosco e più anziano di lui di quattro anni. Era stato ordinato prete da poco ma già dai tempi del Seminario si era acquistata tale fama di santità che da lui si recavano per consiglio molte anime inquiete o turbate. Viveva a Torino, nel Convitto Ecclesiastico, dove completava gli studi ed esercitava la carità assistendo i malati degli ospedali e i carcerati.

Giovanni andò dunque ad esporgli il suo caso.

Tutta un'esistenza — e quale esistenza! — si trovò a dipendere dalla decisione di quel prete di ventitrè anni.

« Continuate i vostri studi» disse senza esitare e con grande calma Don Cafàsso « ed entrate nel Seminario. Poi tenetevi pronto a seguire la volontà di Dio ».

Quindici mesi dopo quell'incontro, Giovanni Bosco riceveva l'abito di chierico nella chiesa di Castelnuovo in cui vent'anni prima era stato battezzato. Era il 25 ottobre del 1835. Cinque giorni dopo si accomiatava dalla madre per entrare nel Seminario di Chieri.

La vigilia della partenza, quando amici e conoscenti .venuti a salutare il seminarista se ne furono andati, ella prese in disparte il figlio e, con
un tono di voce che alla sera della sua vita Don Bosco ricorderà ancora, gli disse: « Tu sai la mia gioia in questo giorno in cui hai finalmente indossato l'abito del sacerdote. Ricordati però che non è l'abito che onora il tuo stato, ma il rispetto dei comandamenti di Dio. Se un giorno tu dubitassi della tua vocazione, per carità, non disonorare questa veste! Lasciala subito! Io preferirei avere per figlio un buon contadino piuttosto che un cattivo prete. Quando sei nato, ti ho consacrato alla Madonna. Quando hai cominciato gli studi, ti ho raccomandato di volerle sempre bene. Adesso ti scongiuro di essere tutto suo... ».

Qui si fermò perché i singhiozzi le impedirono di continuare.

La seri del giorno dopo, il chierico Giovanni Bosco varcava la porta del Seminario di Chieri, nel quale restò per sei anni, nutrito, mantenuto, spesato dalla carità di tutti. Questa l'aveva già vestito da capo a piedi il giorno in cui prese l'abito ecclesiastico: un benestante del paese aveva fornito la veste, il sindaco il cappello, il parroco il mantello, un altro parrocchiano le scarpe.

Il primo anno di seminario glielo pagò Don Guala, il direttore del Convitto Ecclesiastico.

Per gli anni seguenti, ecco come se la cavò: anzitutto ogni anno ebbe il premio di sessanta lire assegnate all'alunno che avesse meritato i migliori punti in profitto e in,condotta; fin dal secondo anno di filosofia gli fu concesso anche il posto semigratuito di cui godevano spesso i seminaristi diligenti e bisognosi; al secondo anno di teologia fu nominato sacrestanó e per quell'ufficio gli furono assegnate sessanta lire. Il resto della retta era pagato da Don Cafasso.

Come egli stesso scrisse, nel Seminario di Chieri il chierico Bosco ritrovò le orme ancora recenti del suo benefattore: « Oltre tutto il resto, ciò che mi affezionava di più a quelle mura era il nome di Don Cafasso. Il profumo delle sue virtù si spandeva ancora per tutto il Seminario. La sua carità verso i compagni, la sua obbedienza, la sua pazienza nel sopportare i difetti del prossimo, la sua attenzione a non offendere nessuno, il piacere che provava nel servire tutti, la sua indifferenza per il vitto, la sua rassegnazione dinanzi all'inclemenza delle stagioni, la sua prontezza nel fare il catechismo ai bambini, il suo contegno sempre edificante, tutte queste virtù rifulsero di cosa vivo splendore durante i suoi anni di Seminario, che lasciarono dietro di sé una durevole fragranza... ».

Quella santità precoce era tanto più meritoria in quanto non trovava in quella casa tutto l'appoggio sacramentale che avrebbe potuto
sperare. Certa severità eccessiva di impronta « giansenistica », che Don Bosco e Don Cafasso dovranno contrastare per tutta la vita, aveva lasciato traccia anche nel Seminario torinese.

Confessione ogni quindici giorni e Comunione permessa solo la domenica e i giorni di festa. Chi desiderava, accostarsi più sovente all'Eucarestia doveva recarsi in una chiesa vicina, quasi furtivamente, trasgredendo il regolamento e privandosi della colazione.

In questo, Giovanni Bosco infranse spesso la disciplina, pur di non stare lontano da ciò che egli stesso definì « il più efficace alimento della vocazione ».

Nel seminario si scontrò inoltre ancora una volta con l'atteggiamento estremamente riservato dei superiori verso gli alunni.

Egli non riusciva a persuadersi che quel comportamento fosse 'conforme ai bisogni dei seminaristi: troppo vivamente avvertiva la solitudine in cui la lontananza dei superiori lasciava tutti quei giovani ardenti e inesperti.

«J'ai beaucoup aimé mes supérieurs - a-t-il écrit dans ses Mémoires de l'Oratoire - et ils m'ont rendu mon affection; mais mon cœur a été affligé de les trouver si inaccessibles aux séminaristes. Il n'y a eu que deux visites à la supérieure: une au retour de vacances, l'autre au départ, en juillet. Après tout, il n'a jamais pénétré dans son bureau, à l'exception de quelques "lavages de tête". Les directeurs, un à la fois, sont venus assister au réfectoire ou à une promenade: après la semaine de service, nous ne les avons plus vus. C’est là, je peux le dire, le plus grand regret que j’ai ressenti au Séminaire. Combien de fois j'ai voulu leur parler, leur demander conseil, leur exposer un doute: impossible! Pire encore: si par hasard un supérieur traversait la cour au moment où les séminaristes en avaient profité, nous, sans savoir donner une raison, nous nous sommes précipités à gauche et à droite. Tous les maux ne font pas de mal: une telle façon de faire avait au moins ce bien de faire naître dans mon cœur le désir de venir bientôt au sacerdoce pour me jeter parmi les jeunes, pour les connaître intimement et pour les aider à chaque fois à s'échapper. le mal ».

Pour accomplir son ascèse spirituelle, cependant, il a reçu l'aide de Luigi Comollo, qui est entré au séminaire une année plus tard. Jusqu'à la fin, malheureusement très proche, cette amitié a porté tous ses fruits: il y a eu un échange continu d'aide et de bons exemples entre les deux jeunes. S'appuyant les uns sur les autres, ils ont progressé dans leur formation avec un rythme plus sûr et plus rapide.

Cela semblait vraiment. qui se complètent. Comollo a offert à Don Bosco l'exemple de son obéissance, de sa fidélité scrupuleuse aux moindres
devoirs, de son engagement attentif à ne jamais offenser les autres,
de sa piété intense, de sa pénitence continuelle. Bosco apporta à Comollo la lumière d'une intelligence prête et vive. et l'optimisme, la
bonne humeur constante , le sens exquis de la mesure, une sympathie naturelle.

"Si les quelques séminaristes exemplaires n'ont pas réussi à m'attirer, si j'ai pu progresser dans ma vocation, je le dois à Comollo", écrit-il immédiatement après le décès de son ami. Malheureusement, cela est arrivé très bientôt.

Deux ans après son entrée au séminaire, à la fin des vacances d'automne, Comollo avait déjà eu une prémonition. La saison a
été mauvaise pour la campagne et les vignes ont promis peu. Les deux amis, observant les vignes du haut d'une colline, ont commenté le malheur.

"L'année prochaine", a déclaré Giovanni, toujours optimiste. - L'année prochaine, la récolte sera meilleure.

"Je l'espère", répondit Luigi. - Bienheureux ceux qui goûteront le nouveau vin alors! Vous serez là.

- Et toi ? Voulez-vous continuer à boire de l'eau pure au séminaire?
- L'année prochaine, j'espère goûter un meilleur vin.

- Veux-tu partir pour le paradis? ...

- Bien sûr, je me sens très indigne, mais depuis quelque temps, je ressens un tel désir pour le Royaume de Dieu qu'il me semble impossible de devoir vivre longtemps sur la terre.

Six mois après cet entretien, Luigi était au lit lundi, attaqué par une fièvre devant laquelle les médecins ont immédiatement fait preuve de
pessimisme. Le soir du samedi saint, le délire commença, auquel s’ajoutaient d’impressionnantes crises d’angoisse. Suivez ensuite le calme de corps et âme et Comollo respira sereinement à l'aube de mardi. de Pâques, réconforté par Viaticum et Extreme Onction, serrant la main de son ami Bosco qui sanglotait à son chevet.

Questo avveniva il 2 aprile del 1839; il 3 a sera si faceva il funerale. La notte seguente accadde un fatto confermato da tanti testimoni, che non si può mettere in dubbio. Tutto il Seminario di Chieri, infatti,
con i suoi quasi cento studenti fu coinvolto nell'episodio pauroso. Quando Comollo era in vita i due amici— « molto imprudentemente », confessò più tardi Don Bosco — s'erano promesso che chi
dei due fosse morto prima sarebbe ritornato a rassicurare l'altro sulla sua salvezza eterna.

Il ricordo di questa promessa agitava la mente di Giovanni che, quella notte, non riusciva a prendere sonno.

Raccontò egli stesso ciò che avvenne verso mezzanotte nel dormitorio, in cui riposavano venti seminaristi, improvvisamente sconvolto da un fenomeno terrificante, Dal fondo del corridoio si udì un rumore che si faceva sempre più assordante: sembrava lo sconquasso di un carro trascinato a corsa pazza su una strada lastricata. Tutto tremava attorno ai giovani. La casa e il dormitorio, i soffitti e i pavimenti sembravano scossi da una gigantesca mano di ferro.

Ed ecco che tutto ad un tratto la porta si apre: il frastuono irrompe nel dormitorio accompagnato da una luce vacillante. Poi il rumore cessa e il silenzio che segue sembra di sepolcro; la luce acquista uno splendore straordinario e, in mezzo al terrore di tutti, una voce ripete per tre volte il grido: « Bosco, Bosco, sono salvo I ». Un immenso chiarore riempie allora il dormitorio; il frastuono riprende con nuova violenza come se la casa stesse per crollare sotto un ciclone, poi tutto si allontana e sparisce nella notte.

Solo allora i seminaristi, sino a quel momento paralizzati dal terrore, trovarono il coraggio di alzarsi, inciampando l'uno sull'altro e fuggendo in tutte le direzioni.

Inutilmente Giovanni tentò di calmarli, ripetendo loro la parola della apparizione: « Comollo è salvo I ».

Per tutta la notte si vegliò nel Seminario di Chieri, illuminato a giorno su ordine dei Superiori nel tentativo di rinfrancare i giovani ospiti.

Ancora una volta quel soprannaturale di cui parlava il Cardinale Vives y Tuto aveva fatto irruzione nella vita di Giovanni Bosco. Né fu quello il solo episodio che seguì la morte del chierico Comollo. Una notte del 1847 mamma Margherita udì, il figlio conversare a lungo nella sua stanza con uno sconosciuto di cui sentiva distintamente la voce.

— Con chi parlavi questa notte? — gli domandò al mattino.

— Con Luigi Comollo — rispose il figlio con tutta semplicità. Né volle dire. altro su quel colloquio misterioso che sembrò prolungare oltre la barriera della morte la loro amicizia.

Giovanni restò sei anni interi nel Seminario, compiendovi i due anni di filosofia e i quattro di teologia. La fama che vi lasciò fu perlomeno uguale a quella di Don Cafasso.

Quando, alla vigilia della sua ordinazione, i maestri dettero l'ultimo giudizio sopra di lui, scrissero accanto al suo nome, per qualificare il risultato dei suoi studi: Plus quam optime, più che ottimo; per apprezzare il suo carattere: Pieno di zelo, promette una eccellente riuscita. La sobria annotazione marginale traduce debolmente la realtà.

Il chierico Bosco fu davvero un seminarista esemplare. Fedele sino allo scrupolo nell'osservanza dei più minuti doveri, si lasciava docilmente guidare dal regolamento della casa, dall'orario, dalla campana. Gran lavoratore e intelligenza sveglia, faceva presto ad imparare la lezione del giorno; allora dedicava il tempo libero allo studio delle lingue o alla lettura, divorando una quantità incredibile di opere di Padri e Dottori della Chiesa. La Storia Ecclesiastica era forse il suo studio preferito: nelle controversie che più volte l'opposero ai protestanti, ai liberali, ai superstiti giansenisti, si mostrerà sempre sorretto dalla preparazione storica acquisita in Seminario.

Fu in ogni momento disponibile per i condiscepoli, si trattasse di aiutarli nell'apprendere le lezioni o di radere barbe, di ripassare tonsure, di rattoppare tonache e berrette.

Molto pio, non aveva però nulla di ostentato o di esagerato nella sua devozione, che era semplice e piuttosto sobria di pratiche: tale resterà per tutta la vita, rivelando anche in questo il suo equilibrio profondo.

Fu il più allegro e vivace dei seminaristi, sempre con un aneddoto, una battuta amena, un motto salutare... Il demonio ha paura della gente allegra, era già allora uno dei suoi motti preferiti. Si sarebbe detto che, entrando in quella casa austera, avesse preso specialmente per sé la scritta che si leggeva sotto la meridiana del cortile: Afflictis lentae, celeres gaudentibus horae, per chi è triste le ore stentano a passare, per chi è allegro fuggono veloci.

Quando però giungeva il momento dello studio, della meditazione, della preghiera, sapeva farsi grave e raccolto. Di lui i suoi compagni hanno notato anche questo, che indica una rara padronanza di sé: non fu mai visto in collera, mai fu sentito lamentarsi degli inconvenienti della vita comune. Prendeva tutto con il sorriso e nelle prove quotidiane, che tempravano la sua volontà, riconosceva ed accettava con gioia la volontà di Dio.

A questo livello di impegno e di testimonianza, egli non era certo giunto da un giorno all'altro. Più di una volta la natura aveva protestato e tentato di riprendere il sopravvento. La santità rimane pur sempre una dura conquista e non la si trova, come la regalità, nella
culla. Giovanni lo sentiva meglio di ogni altro e non dispiace sorprendere di tanto in tanto qualche movimento naturale che sfuggiva alla sua sorveglianza. Faticò a lungo, ad esempio, per rinunciare al gusto dei giochi di carte.

Et combien cela lui a coûté d'arrêter l'impétuosité de son personnage!
Un matin, se dit-il, il a été vu en train de poursuivre furieusement un lièvre exhumé de la tanière; excitante course de vitesse qui s'est terminée par la défaite de l'animal, saisie par les oreilles et immédiatement relâchée. Mais alors que les spectateurs applaudissaient la victoire, le coureur à bout de souffle était confus, il avait laissé la soutane près d'un arbre pour se déplacer plus facilement. Un souci que notre sensibilité jugerait excessif, mais qui révèle clairement quel scrupule il a mis pour respecter même les dispositions minimales du Séminaire.

A cette époque, les vacances des séminaristes étaient interminables: de San Giovanni à la fête de la Toussaint; plus de quatre mois, alors.

Pour le clerc Bosco, vivre pendant ces quatre mois était un problème qu’il résolvait en invitant des amis et des parents du Moglia, ses anciens maîtres, souvent de son frère Giuseppe, du curé bien et cultivé de Castelnuovo. Ici, avec l'hospitalité la plus cordiale, il trouva une bibliothèque bien fournie dans laquelle il pourrait puiser énormément pour achever ses études et poursuivre les lectures.

Une année que le choléra avait chassé les jésuites de Turin et d'une partie de leurs professeurs, il se voyait confier, pour la durée des vacances, une partie de leurs élèves comme répétiteur grec. Cette expérience fut doublement fructueuse pour lui: tout d'abord, il reprit confiance aux Grecs qui avaient étudié à la hâte à Chieri et fut convaincu que ces étudiants, enfants des familles les plus riches et les plus nobles de la capitale, n'étaient pas les jeunes; qui devrait remplir l'apostolat que vous avez rêvé.

Giovanni préférait, et de loin, les garçons des Becchi, de Castelnuovo, de Chieri (tous encore ses amis), qui ont envahi jeudi le parloir du Séminaire pour rester quelques heures avec l'ancien chef de la Société de la gaieté.

Beaucoup lui ont demandé des répétitions et en vacances à Castelnuovo, il n'a jamais cessé de déchiffrer les pages difficiles des classiques avec ses jeunes amis. Cette activité lui a sans doute été utile pour gagner de l’argent mais il en avait surtout besoin pour pouvoir s’approcher de ses pairs. "Bosco n'a vécu que pour les jeunes", écrit l'un de ses compagnons à l'époque; et les jeunes lui ont rendu la pareille avec une affection qui est venue
le manifester clamourement devant tout le Chieri dimanche matin lorsque Giovanni, en ligne avec les autres séminaristes, s'est rendu à la cathédrale pour la messe chantée.

Une nuit, à Chieri, le rêve de neuf ans est revenu.

Cette fois, il a été vu non pas sur la pelouse du Becchi, mais dans les rues d'une grande ville entre enfants et garçons qui, livrés à eux-mêmes, juraient et criaient. Ici aussi, comme alors, son premier mouvement fut de faire cesser cette fureur, mais il fut à nouveau arrêté par l’apparence d’une dame qui lui dit: "Si tu veux gagner des jeunes, ne les frappe pas et ne les frappe pas, mais gagnez-les. avec douceur et persuasion ».

C'était l'été de 1840, le dernier été de Giovanni Bosco, séminariste.

En septembre, il a été ordonné sous-diacre à Turin. au printemps de 1841, le samedi de la Passion, il reçut le diaconat et enfin, le 26 mai, fête de saint Philippe Neri, il commença les exercices spirituels en vue de l'ordination sacerdotale.

A cette époque de méditation, dans un cahier qu'il a gardé jusqu'à la fin de sa vie, il a noté son intention de toujours utiliser son temps scrupuleusement, d'inspirer tous ses actes à la charité et à la douceur de saint François de Sales, d'être toujours disponible pour souffrir , agissez, humiliez-vous pour le bien des autres ...

Il a reçu le sacerdoce de Mgr Luigi Fransoni, archevêque de Turin. Ce dernier le connaissait un peu et l'appréciait beaucoup après les déclarations du Recteur du Séminaire de Chieri, mais il était naturellement loin d'imaginer ce que cela aurait signifié pour l'Eglise l'ordination que ce samedi 5 juin, veille du SS. Trinité, conférée dans la chapelle de l'archevêché.

Le lendemain, dans l'église de San Francesco d'Assisi, à l'autel de l'Ange Gardien, assisté de Don Cafasso, désormais professeur de théologie morale au pensionnat ecclésiastique voisin de ce sanctuaire, Don Giovanni Bosco a célébré sa première messe. Il l'avait voulue très simple, solitaire et recueillie pour pouvoir remercier Dieu de l'avoir conduit au but qu'il rêvait depuis son enfance. Il est facile d'imaginer avec quelle piété il a dû réciter les textes de la liturgie de l'époque qui semblaient exprimer admirablement l'émerveillement et la gratitude du nouveau prêtre. Trois fois, à l'Introito, à l'Offertoire, à la Postcommunio, l'Église a élevé son hymne d'action de grâce à la Trinité pour la miséricorde infinie envers les hommes. En récitant ces mots, Don Bosco a dû
pensez à la longue chaîne de grâces qui avait facilité son ascension vers le sacerdoce.

O Dieu - la liturgie a dit - Dieu, la force invincible de ceux qui espèrent en toi!
Le célébrant devait alors se rappeler que pour surmonter tant d’obstacles humainement insurmontables, il lui suffisait d’attendre patiemment le temps de Dieu et d’espérer contre tout espoir, selon cette parole de saint Paul que l’Église voudra se rappeler un jour de la Messe du 31 janvier. , fête de saint Jean Bosco.

L'Apostolo delle genti, nell'Epistola di quel giorno, esclamava: O Dio, come sono imperscrutabili i vostri giudizi e le vostre vie piene di misericordia I
È come il grido dell'uomo che medita i disegni di amore del Padre, il grido che ben traduceva lo stupore commosso sino alle lacrime del piccolo pastore di un tempo che domani, nel nome del Signore, avrebbe guidato al pascolo ben altre pecorelle!
Al momento della Consacrazione, quando il sacerdote si raccoglie per chiedere grazie per sé e per i suoi cari, egli (lo ricorderà nelle Memorie) supplicò il Signore di concedere al suo ministero l'efficacia della parola. « Mi parve » scrisse con semplicità al termine della vita « mi parve di essere stato esaudito ».

La sua parola, pronunciata sul pulpito o sussurrata nel segreto di un confessionale, conoscerà la via di tanti cuori ma soprattutto di quello dei giovani.

Nel tempo fra l'Elevazione e la Comunione, quando già il pane e il vino sono divenuti corpo e sangue del Cristo, la liturgia inserisce il ricordo dei defunti. Qui il giovane sacerdote si fermò a lungo, riconoscente, per raccomandare a Dio il nome dei benefattori defunti. In quegli attimi Don Bosco vide, come in un lampo improvviso, il buon viso del caro Don Calosso, il suo primo maestro di latino, colui che con la sua generosità avrebbe voluto risparmiargli la dura strada delle elemosine.

Il giorno dopo celebrò la sua seconda Messa nel santuario della Consolata, « per ringraziare la S. Vergine », scrisse « delle innumerevoli grazie che mi aveva ottenute dal Figlio Suo ».

Il giovedì seguente, festa del Corpus Domini, appagò finalmente il desiderio dei compaesani celebrando a Castelnuovo la Messa cantata del giorno e portando in processione il SS. Sacramento. Ci fu, per solennizzare l'avvenimento, una festa in canonica dove il prevosto aveva invitato tutti i parenti di Giovanni, il clero dei dintorni e le auto
rità locali. Ma Don Bosco era impaziente di sottrarsi a quelle rumorose dimostrazioni di stima per trovarsi solo con sua madre. Sul far della notte partirono tutti e due, soli, per risalire ai Becchi.

S'indovina facilmente quale onda di sentimenti dovesse commuovere il cuore dell'uno e dell'altra. Quelle strade, quei sentieri, Giovanni le aveva percorse infinite volte rincorrendo il suo sogno; ed ecco che quella sera il sogno era realtà. L'ultimo tratto di sentiero attraversava il prato sul quale una notte Giovanni si era visto trasportato in sogno e aveva udito la voce della Madonna tracciargli la strada e promettergli quell'aiuto che mai gli era venuto meno.

Dopo pochi passi ancora varcarono la soglia della povera casa, testimone di tante scene di gioia e di lacrime. La madre accese la lucerna, andò a preparare ogni cosa per il riposo della notte, poi, come un tempo,. si inginocchiò con il figlio per la preghiera.

Quand ils se levèrent, Mère Margherita, qui était restée silencieuse toute la journée, prit les mains de son fils avec un accent très grave et très doux:
"Voilà, prêtre Giovannino. A présent, vous célébrerez la messe tous les jours. Souviens-toi bien des paroles de ta mère: commencer à dire la messe signifie commencer à souffrir. Vous ne le remarquerez pas tout de suite mais, avec le temps, vous verrez que j'avais raison. Chaque matin, j'en suis sûr, vous prierez pour moi. Je ne vous demande rien d'autre. Il ne songe plus qu'à sauver les autres et à ne plus penser à moi ».

CHAPITRE III

L'oratoire ambulant
Après son ordination, après avoir passé quelques mois à Castelnuovo pour remplacer le curé absent, Don Bosco a dû choisir l'adresse à donner à sa vie.

Quelle mission ecclésiastique accepter? Trois lui ont été offerts.

Une famille de nobles génois le sollicita comme tuteur pour enfants moyennant un droit de mille lires par an; ses camarades villageois le prièrent d'accepter le poste gratuit d'aumônier à Morialdo; enfin, l'archiprêtre de Castelnuovo, Don Cinzano, son grand ami et bienfaiteur, aurait aimé l'avoir comme coadjuteur. Pour couper court et ne rechercher, même dans ce choix, que la volonté de Dieu, Don Bosco a de nouveau recours à son compatriote, Don Cafasso, qui lui a dit: «N'acceptez rien. Viens ici à Turin pour compléter ta formation sacerdotale au pensionnat ecclésiastique ».

Le pensionnat ecclésiastique de Turin était l'œuvre d'un prêtre, Don Luigi Guala, qui, après les bouleversements politiques et sociaux de la Révolution française et de l'Empire, avait compris l'urgence de préparer de jeunes prêtres dotés de solides fondements spirituels et culturels. Don Guala avait appris ces idées à l'école de Don Bruno Lanteri, fondateur des Oblats de la Vierge Marie, convaincu qu'il fallait éliminer un certain esprit de jansénisme du Piémont, avec sa sévérité excessive et sa rigueur, qui beaucoup de catholiques, de prêtres et de laïcs.

Pour Lanteri et Guala, les Français qui avaient apporté leurs idées religieuses, souvent intolérantes à l'autorité romaine, étaient partis, le moment était venu de réagir en transfusant la doctrine traditionnelle dans l'esprit des futurs prêtres.

Dès que possible, Don Guala s'était mis au travail en ouvrant un cours gratuit de morale pratique chez lui. Nommé recteur de Saint-François d'Assise en 1808, il transféra sa chaise
dans cette église et poursuivit les travaux sans bruit, dans le Piémont toujours occupé par les Français. Finalement, en 1817, après le retour
du roi de la. En Sardaigne, Don Guala a pu mettre pleinement en œuvre son projet.

À côté de l'église de San Francesco se trouvait l'ancien couvent des frères mineurs transformé en caserne pendant l'occupation. Dans ce bâtiment
, restauré aux dépens de Don Guala, le pensionnat ecclésiastique commença à fonctionner avec une douzaine de pensionnaires qui atteignirent bientôt la soixantaine.

La nouvelle institution aurait surtout assuré un complément au jeune clergé de Turin, notamment en théologie,
rapportant à l'archidiocèse la doctrine bienveillante de saint Alphonse de
Liguori. De plus, il réunirait les prêtres sous le même toit et sous la même règle, les formant ainsi dans un esprit de communauté.

Enfin, il aurait permis aux maîtres d'observer de près les étudiants, au cours de ces deux ou trois années d'études, pour les diriger ensuite vers le bureau le mieux adapté à leurs attitudes.

Entre ses deux conférences sur la morale tenues le matin et le soir - le premier de Don Guala, le second de Don Cafasso - tous
ces nouveaux prêtres exerçaient les fonctions ordinaires du ministère sacerdotal: office de l'église, visites d'hôpitaux et aux prisons, aux catéchismes pour les jeunes ... Le travail a été placé sous la protection de deux saints qui avaient été les promoteurs d'initiatives similaires: saint François de Sales et saint Charles Borromée.

Un regolamento fatto di saggezza e di moderazione formava lentamente i giovani alle abitudini definitive 'di tutta la vita sacerdotale:
preghiere del mattino e della sera, visita al SS. Sacramento, recita
del Rosario, una mezz'ora di meditazione, un quarto d'ora di lettura spirituale. Tutto questo in comune. Inoltre, confessione setti
manale, penitenza moderata al venerdì, silenzio fuori delle ore di ricreazione, ritiro mensile, studio, passeggiata in due verso sera, divieto assoluto di assistere a spettacoli pubblici e di entrare nei caffè.

Ogni convittore pagava una retta modestissima ma il notevole patrimonio della famiglia Guala e i legati che la personalità civile dell'Opera procurava, permettevano all'Amministrazione di accettare gratuitamente diversi allievi.

Naturalmente Don Bosco fu del numero dei convittori gratuiti. Resterà per tre anni nel vecchio convento dei Minori Conventuali: anni provvidenziali e decisivi che lo arricchiranno di cultura e, soprattutto, matureranno la sua vocazione specifica, mettendolo a contatto con le miserie della gioventù della grande città. '
Fin dalle prime settimane della sua permanenza al Convitto, Don Bosco ebbe infatti occasione di toccare con mano lo stato di abbandono in cui era lasciata la maggior parte dei giovani poveri. La capitale del Regno di Sardegna era in un periodo di grande sviluppo demografico; gli abitanti, che nel 1838 erano 117.000, toccavano i 140.000 nel '48. La costruzione di nuove case, più di mille in quei dieci anni, faceva accorrere da tutte le Provincie dello Stato e dalla Lombardia una folla di fanciulli e giovani che, se non trovavano impiego in un cantiere come manovali, si adattavano ai lavori più umili. Alloggiavano dove potevano, a gruppi di cinque o sei, in miserabili scantinati o in soffitte malsane.

Ma se quella era una folla di giovani con un lavoro, per quanto incerto e misero, accanto ad essa, nei pressi della Cittadella, lungo le rive del Po, sui terreni incolti della periferia, viveva alla giornata una moltitudine di ragazzi oziosi, abbandonati dai genitori o spinti all'accattonaggio dagli stessi parenti.

Le jeune Bosco gravit les escaliers des greniers, découvrant le sombre spectacle de la promiscuité et le climat malsain dans lequel tant d’enfants étaient forcés de vivre. Ces lucarnes, ces sous-sols, fournissaient toujours de nouveaux invités aux quatre prisons de la capitale dans lesquelles passait souvent Don Bosco, accompagnant son Don Cafasso, que les Turinois appelaient depuis le prêtre de la potence, précisément à cause de l'apostolat extraordinaire des prisonniers. et ceux condamnés à mort. Les cellules débordaient de jeunes gens de plus en plus corrompus au contact de personnes âgées.

Giuseppe Cottolengo, dans les immenses ruelles de sa Petite Maison de la Divine Providence, recueillait chaque jour les fruits amers de ces jeunes dont ni les autorités civiles ni beaucoup de membres du clergé ne s'occupaient.

Si, au cours de ses promenades dans la ville, Don Bosco a essayé de se rapprocher de groupes de jeunes, certains se sont échappés, d'autres l'ont insulté, les plus insouciants restant dans leurs jeux équivoques ou dans leurs querelles.

Le jeune prêtre était profondément attristé et pourtant l'espoir continuait de le soutenir. Il connaissait cette scène dans les moindres détails. il trouva maintenant dans la réalité ce qu'il avait vu à plusieurs reprises anticipé dans le rêve. Les rêves, cependant, ne se sont pas arrêtés à cette première image sordide: les petits animaux féroces se transformaient en agneaux dociles si le berger les abordait avec cette gentillesse et cette tendresse qu’ils n’avaient jamais connues.

Tous les soirs, il revenait au Convitto, priant de plus en plus ardemment la Madone pour que les rêves enfin réalisés soient annoncés.

Le 8 décembre 1841, fête de l'Immaculée Conception. En ce jour consacré à la Vierge, l'Oratoire salésien est né dans la sacristie de saint François d'Assise à Turin. Don Bosco lui-même a écrit un matin mémorable avec l'accent et la simplicité d'une page ancienne, presque comme une fleur du XIVe siècle. :
«Le jour solennel de l'Immaculée Conception de Marie, à l'heure convenue, j'étais en train de m'habiller de vêtements sacrés pour célébrer la Messe. Le clerc de la sacristie, Giuseppe Comotti, voyant un jeune homme chantant dans une chanson, l'invite à venir me servir à la messe.

"Je ne sais pas," répondit-il, mortifié.

"Viens," répondit l'autre, "Je veux que tu sers la messe."

"Je ne sais pas", répéta le jeune homme, "Je ne l'ai jamais servie."

- Bête tu es! - dit le sacristain, tout furieux. - Si vous ne savez pas comment servir la messe, que venez-vous à la sacristie? - En disant cela, il attrape le pôle du plumeau et souffle les épaules et la tête du pauvre homme.

Pendant que l'autre s'occupait de lui:
- Que fais-tu? - J'ai crié à haute voix - Pourquoi le battre de cette façon? Qu'a-t-il fait?
- Pourquoi vient-il à la sacristie s'il ne peut pas servir la messe?
- Mais vous avez eu tort.

- Qu'est-ce qui compte pour toi?
"Cela compte beaucoup, c'est un de mes amis." Appelez-le instantanément, je dois lui parler.

- Tuder! Tuder! Je ... - il a commencé à appeler et, après lui avoir couru après pour l'assurer d'un meilleur traitement, il me l'a ramené. L'autre s'approcha tremblant et pleurant avec les sacs reçus.

- Avez-vous déjà entendu la messe? - Je lui ai demandé avec gentillesse pour moi que possible.

"Non", répondit l'autre.

- Viens et écoute-le; alors je dois vous parler d'un accord qui vous plaira.

Il m'a promis Je souhaitais ardemment atténuer l’affliction de ce pauvre homme et ne pas lui laisser une impression sinistre sur le recteur
1. Tuder (probablement une modification de tudèsc ---- allemand) est une voix de mépris et d’offense dans les dialectes du nord de l’Italie.

de cette sacristie. Ayant célébré la messe et rendu toute ma reconnaissance, j'ai conduit mon candidat dans une petite chorale au visage joyeux et, l'assurant qu'il ne craignait plus d'être battu, j'ai commencé à l'interroger:
"Mon bon ami, quel est ton nom?"
- Bartolomeo Garelli.

- De quel pays es-tu?
- Di Asti.

- Quel travail fais-tu?
- Le maçon.

- Votre père vit-il?
- Non, mon père est mort.

- et ta mère?
- Ma mère est aussi morte.

- Quel âge as-tu?
- J'ai seize ans.

- Pouvez-vous lire et écrire?
- Je ne sais rien.

- Pouvez-vous chanter? - Le jeune homme, s'essuyant les yeux, a regardé mon visage presque étonné et a répondu: - Non!
- Savez-vous comment siffler? - Le jeune homme a commencé à rire et c'est ce que je voulais, parce que c'était un signe de confiance accrue.

- Dis-moi: as-tu déjà été admis à la première communion?
- pas encore.

- As-tu déjà avoué?
- Oui, mais quand j'étais petit.

- Maintenant, va au catéchisme?
- Je n'ose pas.

- Pouquoi ?
- Parce que mes plus jeunes compagnons connaissent le catéchisme et que je n'en sais rien.

- Si vous faisiez un catéchisme séparé, viendriez-vous l'écouter?
- J'y retournerais avec plaisir.

- Voudriez-vous venir dans cette petite pièce?
"Je viendrai très volontiers, tant qu'ils ne me battent pas."

"Ne t'inquiète pas, personne ne te traitera mal." Vous serez mon ami et vous aurez à faire avec moi et personne d'autre. Quand voulez-vous que nous commencions notre catéchisme?
- Quand elle aime ça.
- ce soir?
- OUI

- Tu veux encore maintenant?
- Oui, même maintenant et avec grand plaisir ... ».

Dès le début de sa première leçon de doctrine chrétienne, Don Bosco a estimé que quelque chose de grand allait naître là-bas, à deux pas du tabernacle. Il tomba à genoux et récita un Hail Mary, un simple Hail Mary, mais dit avec toute la dévotion du cœur que la Madone l'aiderait à sauver cette âme. Quand il se leva de nouveau, il s'en souvient lui-même, il avait l'intuition précise que son travail d'apôtre de la jeunesse avait commencé à cette époque.

La première leçon de catéchisme fut brève. Une demi heure au plus. Le garçon partit qu'il sut faire le signe de la croix et il sut le sens de ce premier geste chrétien.

"Voulez-vous revenir, vrai Bartholomew?"
- Bien sûr, mon père!
- Alors ne reviens pas seul! Amenez des amis avec vous.

Le dimanche suivant, ils étaient neuf, dont six dirigés par Garelli et deux rassemblés par Don Cafasso, à écouter le mot simple, affectueux et persuasif de Don Bosco.

Quelques semaines plus tard, un dimanche soir, en traversant l'église au moment du sermon, Don Bosco a découvert des maçons qui somnolaient sur les marches d'un autel latéral, bien cachés dans l'ombre. "
- Que fais-tu ici, amis? Il leur a demandé avec l'affabilité habituelle.

- Nous ne comprenons rien à ce sermon! - répondit le plus courageux. - Ce prêtre ne parle pas pour nous ...

"Viens avec moi", répondit Don Bosco. Et dans la sacristie, il les persuada de rejoindre son petit troupeau; il avait donc déjà une douzaine de jeunes intéressés et attentifs. Quelques mois plus tard, ils étaient quatre-vingts et bientôt, ils étaient cent, apprentis ou apprentis et absolument ignorants, même des tout premiers rudiments du christianisme.

L'affection de ce jeune prêtre et le bien qu'il a fait pour eux ont rendu les jeunes gens très proches de leur grand ami qui les a vus revenir fidèlement dès qu'ils ont eu du temps libre.

Alors le problème s'est posé: où rassembler tous ces jeunes pleins de vie pendant des heures non consacrées au catéchisme? Don Bosco n'avait pas d'autre maison que sa chambre d'étudiant, d'autres ressources que la modeste aumône pour les masses. Avec ces moyens, une œuvre n'est certainement pas fondée ...

La Providence est venue à l'aide, par l'intermédiaire de Don Guala et Don Cafasso qui, hommes de Dieu, ont immédiatement compris la fécondité de l'initiative de leurs étudiants. Ils lui ont donc permis de rassembler les jeunes dans la même cour que l'internat. Une certaine permission méritoire, car cela impliquait d'abandonner tout le dimanche au calme et au silence. Plus d'une centaine de jeunes qui se sont amusés sous les fenêtres, dans une cour de quelques mètres de large, ont fait du bruit dans toute la maison, empêchant ainsi toute étude ou repos ...

Le travail a donc vécu près de trois ans, de 1841 à 1844, jusqu'au jour où, après avoir terminé ses études, Don Bosco a dû quitter le pensionnat ecclésiastique. Par intérêt pour Don Cafasso, qui, ne voulant pas que Don Bosco soit nommé commissaire adjoint dans le pays, pensait au nouvel oratorio si prometteur, le jeune homme a été nommé deuxième aumônier de l'orphelinat, Rifugio Santa Filomena, récemment fondé par la marquise de Barolo.

La marquise de Barolo! Ce fut la première rencontre de Don Bosco avec un personnage qui occupait à l'époque une position dominante dans la société turinoise.

Giulia Francesca Vitruvia de Maulévrier est née en Vendée de la famille de Giovanni Battista Colbert, grand ministre du Roi Soleil, exilée avec son père à l'étranger pour échapper à la guillotine dans laquelle plusieurs parents étaient morts, elle est revenue en France avec Napoléon. .

À vingt-deux ans, celle qui signera simplement Juliette de Colbert toute sa vie, elle épousera Carlo Tancredi Falletti, marquis de Barolo, alors page de l'empereur.

En 1814, le couple s’installa à Turin dans le grand palais de son mari, très riche propriétaire de la région productrice du célèbre vin Barolo.

Sans enfants, les époux se sont entièrement consacrés aux œuvres sociales et caritatives. Le marquis, maire de Turin depuis 1825, réalisa un vaste programme de développement de l'éducation populaire. À sa mort, frappé sur le chemin par des fièvres soudaines, il laissa une immense fortune, dont la marquise ne se servit que pour des œuvres de bienfaisance.

"Née dans la grandeur et la grandeur", comme on dit, Juliette de Colbert-Barolo créa des jardins d'enfants, des orphelinats, des hôpitaux, des écoles, venant
établir deux ordres religieux au service de ses œuvres.

Elle portait vêtement la chemise en cheveux sous ses vêtements, mais dans la vie sociale, elle savait être élégante, vive, spirituelle et d'une hospitalité exquise. Dans son salon, les intellectuels les plus éminents de l'époque passèrent: Silvio Pellico, qui était son secrétaire, écrivit dans son palais My Prisons; le comte de Cavour était son confident et son ami intime; Balzac et Lamartine étaient ses correspondants ...

En octobre 1844, Don Bosco vint rejoindre le premier aumônier du refuge, le bon théologien Giovanni Borel, qui devait ensuite lui rendre de si grands et nombreux services.

Sur la recommandation de Don Borel, la marquise avait accepté de laisser un bâtiment qui venait d'être construit pour ses filles pour les enfants de Don Bosco.

Le bâtiment avait également un passage de quatre à cinq mètres de large et une vingtaine de mètres de long: c’était la cour de l’Oratoire. Pour la chapelle, deux salles bien aménagées seraient utilisées. Dédiée à Saint François de Sales, cette première chapelle de Don Bosco a été inaugurée le 8 décembre, fête de l'Immaculée Conception. Dehors, il neigeait comme s'il n'avait jamais neigé. Mais à l'intérieur, où plus de cent cinquante jeunes ont été coincés entre ces murs, la chaleur a adouci l'environnement et les âmes.

Les choses ont peut-être été trop bonnes pour durer longtemps!
Au printemps, plusieurs plaintes ont commencé à arriver à la marquise, émanant en grande partie des religieuses des maisons qui, à droite et à gauche, avaient les murs d'enceinte dans la cour et qui trouvaient le bruit excessif de ces garçons.

L'Oratorio ricevette così l'ordine di sloggiare al più presto, il che fu fatto poche settimane dopo.

Dove potrò raccogliere il mio piccolo mondo ? » pensava Don Bosco un mattino di maggio mentre vagava attraverso i terreni incolti di quello stesso quartiere di Valdocco.

Improvvisamente si trovò davanti all'antico, semi-abbandonato cimitero di San Pietro in Vincoli. C'era una cappella abbastanza grande per il servizio del cimitero, circondato da prati sparsi di cardi. « Questo fa per me » pensò Don Bosco « Purché però il cappellano sia contento ».

Il cappellano era Don Tesi°, un vecchio sacerdote che, alle prime parole del confratello, si mise a sua disposizione. « Ma sì, ma si Don Bosco, venga pure con i suoi giovani. Mi divertirò a vederli giocare! ». La domenica dopo, 25 di maggio, verso le due del pomeriggio, una grande folla di ragazzi di ogni età andò difatti a rincorrersi
su quei terreni incolti. C'era spazio e la solitudine era profonda: che differenza dal corridoio stretto tra due muri! I ragazzi sembravano pazzi di gioia.

Ma si erano fatti i conti senza la domestica del cappellano! Disgrazia volle infatti, che quella domenica egli fosse fuori casa e che la padrona fosse lei.

Tutt'a un tratto la si vide comparire, sulla soglia dell'abitazione, in aria di sfida, con le mani sui fianchi e la voce minacciosa: al rumore
che avevano fatto alcuni giovani che si rincorrevano giocando alla
palla, una sua gallina che covava in una cesta era fuggita spaventata. Dire il furore di quella donna è impossibile. Urlava come un'ossessa,
stringeva i pugni di rabbia e gridava a Don Bosco: — Ah sì! Ne fa delle belle con i suoi farabutti! Ma aspetti Don Tesio. Se non vi manda tutti via, so bene li() che cosa devo fare. Si è 'mai vista una cosa simile! E lei, un prete, in questo modo alleva questi mascalzoni. Ah, questa è proprio l'ultima domenica che vi vedo qui!...

— Ma, buona signora — rispose calmo Don Bosco, — siete sicura di stare qui domenica prossima ? Noi siamo nelle mani di Dio 1... Poi, rivolto ai suoi ragazzi: — Smettete i giochi e andiamo in cappella per il catechismo e il rosario.

Terminata la preghiera, Don Bosco si imbatté in Don Tesio, ritornato da poco e premurosamente informato dalla governante con
mille esagerazioni. Ebbe così il dolore di sentirsi ritirare il permesso
di utilizzare il cimitero come campo da giochi per i suoi ragazzi. Il soggiorno dell'Oratoíio a San Pietro in Vincoli era durato appena
un pomeriggio di domenica. Bisognava ricominciare da capo. Per con
solare quel piccolo popolo afflitto, il buon teologo Borel, divenuto ormai stabile collaboratore di Don Bosco, fece la famosa predica dei
cavoli: « Guardate i cavoli, miei cari: non prosperano se non vengono spesso trapiantati. Lo stesso per voi: ad ogni trasferimento siete cresciuti: è aumentato il vostro numero ma anche il vostro ,desiderio di diventare buoni cristiani. Coraggio! Non affliggetevi! Il Signore veglia sopra di noi: abbandoniamoci a Lui con fiducia. Egli penserà al vostro nido futuro e presto ve lo mostrerà ».

Difatti, poche settimane dopo, si vide l'Oratorio trapiantato ai Molini della Dora.

1. Senza che Don Bosco lo sapesse, le sue parole erano una triste profezia. Difatti, nella settimana seguente, un'apoplessia portava via la domestica e il cappellano, a poche ore l'una dall'altro.

C'era in quella località una chiesetta dedicata a San Martino; ogni domenica vi si celebrava una Messa, poi la chiesa restava vuota per tutta la settimana. Dall'amministrazione municipale Don Bosco ebbe l'uso dell'edificio per il pomeriggio della domenica. Poteva tenervi il catechismo, ma le difficoltà non mancavano: la ristrettezza della chiesa, nessun locale coperto in caso di tempo cattivo, per unico luogo di ricreazione la piazzetta e la strada pubblica di fronte, continuamente attraversate da carri che interrompevano i giochi.

A questi disagi venne ad aggiungersi l'ormai prevedibile scontento dei vicini che vedevano in pericolo la loro quiete. Dopo insulti e minacce al « protettore dei discoli », fu scritta una lunga lettera al Consiglio Municipale, nella quale quell'orda di ragazzi era dipinta con i colori più neri. Bastò questo per spaventare il Sindaco che si affrettò a ritirare il permesso di utilizzare la chiesa di San Martino. Il primo di gennaio (si era allora in dicembre) Don Bosco doveva sloggiare...

La sua ingegnosità escogitò allora l'Oratorio volante. Radunava la domenica mattina i ragazzi in una piazza poi partivano in silenzio, per non disturbare il quartiere.

Appena fuori della città i ragazzi riprendevano vita e un po' cantando e un po' pregando arrivavano ad un Santuario vicino, alla Madonna di Campagna, al Monte dei Cappuccini, a Superga. Don Bosco vi confessava chi lo desiderava, celebrava la Messa, poi tutti ritornavano a Torino. Nel pomeriggio si ricominciava in un'altra direzione, ma questa volta per passeggiare, giocare, gridare, divertirsi. Ritornavano con le prime stelle e i più ferventi accompagnavano il loro padre ad una delle ultime benedizioni del Santissimo che si davano in città.

Quella vita nomade non durò molto tempo. L'inverno, che fu quanto mai cattivo, si incaricò di troncarla. Don Bosco capi che non avrebbe potuto più a lungo portare in giro così le sue tende e prese in affitto tre stanze in una casa di Valdocco. Quelle camere si aprivano durante la settimana per la scuola serale ai giovani più grandi e la domenica vi si faceva il catechismo a tutti. Sembra che, miracolossamente, la folla dei giovani riuscisse ad entrare al completo in quei locali angusti.

Andavano alle funzioni religiose in una parrocchia vicina e i giochi si svolgevano in alcuni prati sotto l'occhio vigile di Don Bosco. Non era l'ideale, ma alla fine si viveva.

Malheureusement, un nouvel ouragan s'est déchaîné sur le travail déjà si persécuté. Les locataires de la maison ont dit au propriétaire que le bruit de ces enfants et leurs
allées et venues pour les cours du soir les dérangeaient intolérablement. Ce qui, pour être honnête, pourrait être vrai. D'un commun accord, les locataires ont laissé au propriétaire le libre choix de leur choix avec Don Bosco: soit ils sont partis, soit le prêtre est parti. Le propriétaire n'hésita pas un instant et renvoya Don Bosco qui, pour finir, ne sachant plus où se réfugier, loua à des voisins une pelouse au milieu de laquelle se trouvait une hutte délabrée.

D’une étape à l’autre, d’une expulsion à l’autre, il n’avait même plus de toit pour se protéger des intempéries de l’hiver subalpin.

Bientôt le pire devait arriver. Jusque-là, l'Oratoire de Don Bosco n'avait été menacé que par des voisins troublés par le bruit des jeunes mais il devait maintenant tomber dans les soupçons des mêmes autorités. La tempête a éclaté simultanément de nombreux quartiers.

Tout d'abord, les curés de Turin n'ont pas accueilli favorablement le rassemblement de nombreux jeunes sous la direction de Don Bosco. "Ils appartiennent," ont dit les curés, "à différentes paroisses; alors, assistez-les au lieu de les abandonner pour assister à des cérémonies organisées ici ou là, et toujours par Don Bosco! Ils ne connaîtront bientôt ni leur curé ni le chemin de leur paroisse et ce sera grave! ».

Souhaitez-vous le faire dans vos paroisses? ».

Un discours logique qui, cependant, comme souvent, échoue à détruire les suspicions et les préjugés enracinés.

Alors que les bourgeois bien intentionnés, voyant Don Bosco se promener avec cette foule de traînards qui lui obéissaient au commandement, étaient convaincus d'être formés par lui en vue d'un soulèvement populaire.

Les voix atteignirent les oreilles du vicaire de la ville. Don Bosco a été convoqué à la mairie et, après un interrogatoire, on lui a ordonné de renoncer à ses activités "subversives".

- Je vais arrêter si je commande à l'archevêque! - le prêtre a répondu calmement.

"Je vais m'occuper de te donner cet ordre!" - le vicaire est devenu fou, surpris par la résistance inattendue.

Brigò en effet pour obtenir un appel de la curie; mais Mgr Fransoni n'a pas répondu à la demande. Ensuite, des policiers en civil ont commencé à marcher près de la pelouse où les jeunes se sont rassemblés. Immédiatement reconnues, elles sont devenues l'objet des frisottis des garçons. Don Bosco lui-même, au moment du sermon, n'a pas manqué l'occasion d'ajouter quelques mots pour ceux qui écoutent derrière les buissons.

"Étrange conspirateur, ce prêtre! »Un des policiers a apparemment dit un jour« Un autre dimanche de service ici et nous finirons par nous confesser! ».

La même année, pour avoir refusé de participer à une cérémonie officielle avec ses garçons, attachant le prétexte que, ses enfants étant trop mal vêtus, la solennité de la réunion leur aurait échappé, Don Bosco sera de nouveau convoqué par la police. Aucun des policiers ne connaissait Don Bosco sauf par sa renommée. Il en profitera pour se présenter avec l'air d'un homme bon, sa barbe mal rasée, ses chaussures non attachées, les réponses d'un homme distrait et sans intelligence; à tel point que les commissaires après l'avoir vu le renverront immédiatement à la maison; «Mais laisse tomber! Ce ne sera pas ce pauvre simplet qui mettra en danger les institutions de l'Etat! ».

Aux obstacles de la police s'ajoutaient le découragement que même les meilleurs amis tentaient d'insinuer dans son âme et les rumeurs insultantes qui se propageaient à propos de son état mental.

"Pourquoi persistez-vous? "Ils lui ont tous dit" Vous voyez bien que les circonstances sont contre vous! Limitez votre action à un groupe d’enfants, les meilleurs ou les plus démunis. Pour une vingtaine d’entre eux, vous pouvez toujours le trouver. Les autres attendront l'heure de la Providence ... ».

Certains alors l'entendant exposer tous ses projets d'apostolat murmurent entre eux: - Pauvre Don Bosco! Il a une idée fixe, il voit à la loupe. t un cas de mégalomanie. Le mal pourrait endommager votre esprit encore plus et alors ...

— Ma no, ma no, non vedo con la lente d'ingrandimento! -- rispondeva Don Bosco. — Vedo solo le cose come saranno. Sì, noi avremo, e presto, chiese, cortili, case; avremo sacerdoti, chierici, laici, che ci aiuteranno ad educare la gioventù; avremo migliaia di ragazzi; avremo...

— Ad ogni modo, adesso non hai nulla! — gli replicava Don Borel, l'amico più intimo.

— È vero: adesso; ma tra poco saremo alla testa di un grande Oratorio.

— Un grande Oratorio ?
— Proprio così. Io lo vedo. L'ho davanti agli occhi, in tutti i suoi particolari: chiesa, cortile, porticato, non manca nulla.

— Ma dove sarà tutto questo ?
— Ancora non posso dirlo. Ma ci sarà, l'avremo...

Intanto, in mezzo al clero torinese si andava spargendo la voce che Don Bosco vaneggiava in modo manifesto. Chi sa che non fosse opportuno procurargli qualche settimana di riposo, meglio se in luogo chiuso ?... Ci si pensava seriamente in alto, tanto che un giorno gli si presentarono due venerandi canonici inviati dalla Curia per sondare cautamente il terreno. L'impressione che i due anziani ecclesiastici ricavarono dalla visita dovette essere ben negativa, se qualche giorno' dopo furono seguiti da due altri sacerdoti con l'incarico di condurre Don Bosco in manicomio, con le buone o con le cattive.

Il teologo Ponsati e il canonico Nasi, fingendosi in visita di cortesia, dopo qualche chiacchiera sul tempo, proposero una passeggiata al confratello che, avendo fiutato il trucco, stava all'erta.

— Un po' d'aria fresca le farà bene, Don Bosco! Venga, venga con noi. Abbiamo giusto qui sotto una carrozza pronta...

— Perché no, cari signori ? Con molto piacere! Prendo il cappello e sono con' loro! Giunti allo sportello spalancato:
— Don Bosco, si accomodi...

— Oh, non sia mai! Conosco il rispetto che si deve a lor signori...

— Ma no, ma no, salga!
— Su questo non cedo!... Prego, prima loro!
Salirono di mala voglia. Il secondo si era appena infilato, che Don Bosco sbatteva violentemente lo sportello gridando al cocchiere:
— Presto, al manicomio! È un caso urgente!
I cavalli furono presto al gran galoppo mentre grida disperate, proprio simili a quelle dei pazzi, provenivano dall'interno della car
rozza. Il manicomio era vicino e il personale, avvertito dalla Curia, aveva spalancato i cancelli e stava in attesa. I due preti furono immediatamente afferrati e, quanto più protestavano, tanto più stretti con corde e camicie di forza. Solo l'intervento del cappellano dell'ospedale, arrivato dopo un bel po' di tempo, poté chiarire l'equivoco.

Da qijel giorno nessuno parlò più di ricoverare Don Bosco: lasciarono che si crogiolasse nella sua megalomania.

Si continuò a tormentarlo in altro modo, giungendo a togliergli anche l'uso del misero prato.

Al mattino della domenica, seduto sopra l'erba, Don Bosco accoglieva quelli che volevano confessarsi. Poi partivano alla volta di un Santuario vicino, per partecipare alla Messa, seguita sempre da una colazione gratuita. Il dopopranzo, quei quattrocento ragazzi si ritrovavano puntualmente sul prato per dare sfogo alla loro esuberanza. A un certo punto uno squillo di tromba interrompeva i giochi .e i giovani, divisi in gruppi, secondo l'età e il grado d'istruzione, ricevevano la lezione di catechismo, al termine della quale, dall'alto di un monticello, Don Bosco dava gli avvisi per la settimana, teneva un sermoncino e intonava quindi, a chiusura, le litanie della Madonna.

Dopo di che, ricominciavano le partite e i giochi, che duravano sino a notte inoltrata.

Ma un giorno, ahimé!, i fratelli Filippi, proprietari del campo, si recarono da Don Bosco e: «I suoi ragazzi, Reverendo », gli dissero « calpestano l'erba a tal punto che ne distruggono persino le radici. Fra poco questo non sarà più un prato, ma una strada. Ci dispiace molto ma siamo costretti a intimarle di partire entro quindici giorni ».

Quindici giorni per sloggiare! Don Bosco non voleva credere alle sue orecchie. Finì tuttavia per rassegnarsi, sperando che in quei quindici giorni sarebbe intervenuta la Provvidenza. Passarono otto giorni: nessuna novità. Passarono quindici giorni: ancora nulla. Si arrivò alla domenica in cui Don Bosco avrebbe dovuto separarsi dai suoi ragazzi, non avendo più alcuna possibilità di trovare un posto per loro. Al solo vederli arrivare quella mattina, il cuore gli sanguinava. Tuttavia la sua fede restava intatta.

— Via alla Madonna di Campagna! — gridò ai giovani appena finito di confessare. — Devo chiedere una grande grazia a Maria! Voi la chiederete con me...

Andarono al vecchio Santuario, dove tutti pregarono fervorosamente, sentendo che il cuore del padre era addolorato. Verso le due, i ragazzi si trovavano di nuovo sul prato, inconsapevoli dello sfratto che li minacciava. Alla solita ora ci fu il catechismo, poi il canto e la predica, indi ricominciarono i giochi: sembrava tutto come ogni altra domenica.

Don Bosco, però, affranto dal dolore, passeggiava solo sull'orlo del recinto. « Contemplando quella moltitudine di ragazzi » scrisse anni dopo « pensando alla ricca messe che essa preparava al mio sacerdozio, mi sentii scoppiare il cuore. Ero solo, senza aiuti, sfinito di forze, con la sarte scossa e non sapevo più dove riunire i miei poveri figli. Nascondendo il dolore, passeggiavo in disparte e, forse per la prima volta, mi sentii salire agli occhi le lacrime. Dio, Dio mio, supplicai levando al cielo lo sguardo, indicatemi il luogo dove possa riunirli domenica o ditemi che cosa debbo fare! ».

Quasi a risposta della preghiera desolata ma, malgrado tutto, fiduciosa, un povero balbuziente che si faceva capire a stento en
trò in quel momento nel recinto. La cronaca ci ha conservato il nome di quell'umile messaggero di speranza: si chiamava Pancrazio Soave.

— È vero che cercate un locale ? Ve lo domando perché ho un amico, un certo Pinardi, che possiede una magnifica tettoria da affittare. Vogliamo andare a vederla?
Don Bosco lo seguì,' troppo sbalordito per rispondere qualcosa. La « magnifica tettoia » era una specie di fienile col tetto molto basso
e pieno di fessure. Dopo qualche trattativa, Pinardi accettò di abbassare il suolo di mezzo metro e di affittare a Don Bosco tettoia e terreno circostante per trecento lire all'anno, con un regolare contratto. Tutto sarebbe stato pronto per la domenica seguente.

Don Bosco ritornò al prato dei Filippi con il cuore che sembrava scoppiare di gioia e di riconoscenza: quando annunciò ai ragazzi
che avevano ormai un asilo sicuro, fu un'esplosione di grida e di canti. Recitarono subito, tutti assieme, il rosario per ringraziare la Madonna.'
Ormai l'Oratorio aveva trovato una sede. Dopo diciotto mesi di peregrinazioni, stava per stabilirsi in quella casa Pinardi, attorno alla
quale doveva anche nascere, crescere, diffondersi per il mondo la Società Salesiana, nata dalle lacrime, dalla miseria, dal cuore di quell'umile prete.

Se l'Opera aveva ormai un asilo sicuro, fra poco non si sarebbe potuto dire altrettanto di Don. Bosco, ancora cappellano in seconda del Rifugio Santa Filomena.

Oltre il modesto salario — seicento lire all'anno — l'impiego gli assicurava vitto e alloggio: due preoccupazioni di meno in una vita movimentata quale la sua.

Ma, com'era forse prevedibile, presto la Marchesa di Barolo cominciò ad adombrarsi dell'apostolato trai giovani del suo cappellano. Non si poteva servire lei ed avere contemporaneamente altri pensieri: questo era per lei intollerabile!
Un giorno, Don Bosco se la vide arrivare con aria ancor più risoluta del solito:
— Caro Don Bosco, la sua assistenza alle mie figliole di Santa Filomena è davvero ammirevole. Ne sono molto contenta.

— Signora Marchesa, non mi ringrazi di nulla! Non faccio che adempiere il compito che mi è stato affidato dalla sua generosità...

— A proposito, Reverendo, non riesco a capire come potrà continuare a lungo a conciliare il mio incarico con la cura delle centinaia di ragazzi che le corrono dietro ogni domenica...

— Non si preoccupi, signora Marchesa! Il Signore mi ha aiutato sino ad oggi e spero che vorrà continuare ad assistermi.

— No, Don Bosco! Lei si rovinerà la salute e io non voglio. Oppure ci rimetterà la mia Opera. È proprio per questo che sono venuta a darle un avviso.

— Quale ?
— Lasciare la sua Opera o la mia. Non c'è fretta, Don Bosco! Ci pensi; mi darà la risposta tra qualche giorno.

- Ci ho già riflettuto, signora! Con le sue ricchezze ella può, senza la minima difficoltà, trovare non uno ma dieci sacerdoti che occupino il mio posto, mentre di quei poveri ragazzi, se non me ne occupo io, non si occuperà nessuno.

— E dove andrà ad abitare ? Di che camperà?
— Ci penserà la Provvidenza!
— Ma la sua salute è stremata. Anche la sua mente, a quanto mi si dice, non ne può più. Sia ragionevole! Vada a riposarsi il tempo che vuole: penserò io alle spese e quando sarà completamente ristabilito riprenderà il suo posto al Rifugio.

— Impossibile, signora! Glielo ripeto : la mia vita è tutta al servizio di quei poveri ragazzi e nulla e nessuno mi allontanerà dalla missione che il Signore mi ha indicata.

— Dunque lei preferisce i suoi vagabondi alle mie orfanelle! In tal caso si consideri esonerato sin da oggi dal suo incarico. Penserò io a trovarle un sostituto!
E la signora Marchesa se ne andò con il suo passo imperioso. Dopo i figli, toccava ora al padre restare sul lastrico.

Barolo n'a pas été trompé quant à la santé de Don Bosco: un seul coup d'œil sur son visage aurait suffi à montrer que le pauvre prêtre ne pouvait plus se lever.

La vie qu’il menait depuis vingt mois n’est pas menée impunément! Cinq expulsions et déménagements, les courses dans la ville pour trouver du travail pour ses garçons, les sessions sans fin dans le confessionnal, tout un petit monde non seulement pour éduquer et amuser mais souvent pour nourrir et habiller, les nombreuses visites chez les riches pour se faire plaisir 'de l'argent, le service religieux du Refuge, les tournées dans les prisons, l'enseignement du catéchisme au Cottolengo ... Une quantité impressionnante de travail avait indûment miné l'organisme. La bagatelle, une légère imprudence, aurait pu causer l’effondrement: c’est en fait, au début de juillet 1846, sous la forme d’une pneumonie violente.

Un dimanche soir, après une journée épuisante à l’Oratoire, Don Bosco s’évanouit de fatigue en rentrant dans sa chambre. Il a dû être porté sur le lit et à partir de ce moment, la fièvre ne l'a plus quitté. En huit jours, il atteignit le bord de la tombe.

Le dimanche suivant, Don Borel, accompagné des garçons plus âgés qui pleuraient sans retenue, lui apporta Viaticum. Mardi, il a reçu l'onction des malades.

La nouvelle de la maladie avait plongé les jeunes dans le désespoir; tout le monde a le sentiment qu'il risquait de perdre son père, son conseiller, son meilleur ami.

Devant la porte du malade, dans le couloir, en bas des escaliers, tout au long de la rue, la foule troublée des garçons était pressée: ils semblaient tous avoir un mot à dire ou à entendre avant sa mort.

Mais l'ordre des médecins était formel: seuls les intimes pouvaient entrer dans le lit du mourant. Et tous ces jeunes sont restés dehors, déçus, dans l’attente de nouvelles, le cœur inquiet. Le ciel a-t-il jamais été possible de les abandonner à eux-mêmes, sans ami ni défenseur? Ils ne pouvaient pas y croire. Et si nous voulions un miracle ... eh bien, ils l'auraient volé!
À ce moment-là, nous avons vu ces "malheureux", se relayer pour des prières sans fin à la Consolata, de l'aube jusqu'à la fin du sanctuaire et poursuivre leurs chapelets même la nuit, à genoux à découvert près de la maison du malade. Ils ont fait des voeux incroyables, des jeûnes, des pénitences, dans la volonté tenace de "déplacer" Dieu.

Et le miracle est arrivé. Il est arrivé dans la nuit que les médecins avaient indiquée comme celle de la crise fatale.

- Don Giovanni - le théologien Borel lui a dit un soir - Vous savez bien ce que disent les Ecritures: "Dans votre maladie, priez le Seigneur et il vous guérira".

- Que la volonté de Dieu soit accomplie.

- Dis au moins: "Seigneur, si ça te plaît, guéris-moi." Je lui demande, Don Bosco, au nom de ses garçons. Allez, répète ces mots avec moi.

Le mourant les a répétés.

- Maintenant, je suis sûr que ça va être sauvé! Cria Don Borel en se levant. - Seule sa prière manquait!
Le lendemain, les médecins ont déclaré que la crise était terminée et que, à l'exception des complications, le mal aurait été vaincu.

Quinze jours plus tard, un dimanche soir, Don Bosco est retourné triomphant à la canopée de Pinardi hissé sur son dos dans un fauteuil, dans une confusion indescriptible de jeunes gens criant, pleurant, chantant ...

"Mes garçons", dit le ravivé dès qu'il pourrait être placé sur le sol. - Mes garçons, merci, merci à tous pour cette preuve de votre affection! Merci en particulier pour vos prières qui m'ont ramené à la vie. Si je suis ici aujourd'hui, c'est à vous que je le dois. Et cela ne vous semble-t-il pas juste que je vous dédie tous les jours que le Seigneur me donnera? Comptez sur moi. Mais vous m'aidez à vous rendre encore meilleur.

Tout le monde pleurait, Don Borel plus que les autres. Quelques jours plus tard, Don Bosco partit en convalescence pour Castelnuovo.

Pendant son absence, l’Oratoire a eu recours à l’aide de quelques prêtres, dirigés par le théologien fidèle.

Ces bons amis ont alors compris quelle réserve de patience et de sacrifice il fallait pour vivre au milieu de cette "jeunesse brûlée", affectueuse et reconnaissante, bien sûr, mais si souvent grossière, bruyante, couverte de chiffons parfois moche. accueillir tout le monde, ceux qui sourient et ceux qui regardent avec
des yeux sinistres; organiser des journées entières pour que la ville mendie un travail pour les chômeurs; solliciter la charité de ceux qui auraient voulu empêcher que la pauvreté ne devienne de plus en plus désespérée; accepter ces dimanches épuisants, après une semaine d'engagements; être disponible pour tout le monde, toujours et partout. Recueillir, enfin, en récompense, les blagues du peuple du "sens commun", les critiques des conformistes, la suspicion des autorités.

Les amis se sacrifièrent pendant trois longs mois et l'Oratoire fut sauvé, tandis que Don Bosco poursuivait sa convalescence. Fin octobre, malgré l'avis du médecin et de ses proches, il ne resta pas immobile. le corps n'a pas encore été complètement restauré mais Don Bosco a trop souffert, loin de Turin. Il a décidé de partir début novembre.

Grandissant dans le nombre de ses garçons, il avait plus que jamais besoin de ne plus être seul, d'avoir quelqu'un à ses côtés pour l'aider matériellement à aider les jeunes et pas seulement à les instruire ou à les superviser pendant la récréation.

Aussi, laissé sans-abri après l'expulsion. du refuge, il avait loué quatre chambres au premier étage de la maison Pinardi. Ainsi, il aurait pu vivre au centre même de l'Oratoire. Cependant, la maison se dressait au milieu d'autres personnes à la renommée équivoque: le bâtiment adjacent, un hôtel, était même un lieu de rencontre dans lequel le vice ne craignait pas de se montrer en pleine lumière. Les autres locataires de la maison Pinardi étaient donc principalement des personnes au passé mouvementé. Un prêtre, en outre un "gardien spécial" comme lui, n'aurait pas pu vivre seul dans ces pièces sans provoquer des bavardages et des soupçons. Il fallait trouver une personne irréprochable avec qui partager le travail et le logement.

- Pourquoi ne prends-tu pas ta mère avec toi? le curé
de Castelnuovo a suggéré .

Don Bosco avait déjà pensé avoir sa mère avec lui, mais il n'avait pas eu le courage de lui en parler. Sa mère n'était plus jeune et avait bien mérité de se reposer un peu dans la paix solitaire des Becchi. Et il aurait dû lui demander le sacrifice extrême de quitter le village, la petite maison, les amitiés, les habitudes sereines parmi les joies des petits-enfants, pour la grande ville inconnue, le bruit, les exigences, la mauvaise éducation de centaines de garçons blottis sur la route ? Non, cela ne semblait pas possible ... Mais comment s'écarter sinon? Il a réfléchi, il a prié pendant un long moment et a finalement décidé de ne pas s'inquiéter et d'exposer la situation à sa mère.

Maman Margaret a écouté attentivement. Quand le fils eut fini de parler, il n'hésita pas: "Si vous croyez que telle est la volonté du Seigneur, comptez aussi sur moi! ».

Et, prévoyant quelle misère l'attendait à Valdocco, dans les jours qui suivirent, il vendit ce qu'il possédait encore du kit de mariage. Elle avait encore une chaîne en or et une alliance: à Turin, elle leur donnera également de quoi acheter du pain pour les garçons de l'Oratoire.

Ils étaient les seules richesses de ce vieux saint. Il les offrit à la mission de son fils avec le peu de vie qu'il lui restait.

Les deux sont partis le 3 novembre 1846, à pied. Elle avec le grand panier dans lequel elle transportait des draps et des ustensiles de cuisine, lui avec un missel sous le bras, des cahiers et un bréviaire.

La route était longue: trente kilomètres, sept heures de marche. Dans la rue, ils ont chanté pour tromper la fatigue. Maman Marguerite a entonné avec son fils son refrain d'humour paysan:
Malheur au monde si on se sent étranger sans rien ...

Ils sont arrivés épuisés aux portes de la capitale.

Au Rondò della Forca, au croisement de l'actuel Corso Regina Margherita et du Corso Valdocco, ils rencontrent Don Vola, un prêtre amical.

- Viens Becchi à pied? Et pourquoi
- Ils nous manquent - et Don Bosco glisse son pouce sur son index.

Le prêtre fouille dans sa poche mais n'a pas d'argent avec lui. Retirez ensuite la montre de la chaîne et remettez-la au frère.

- Tenga, Don Bosco. J'en ai un autre.

- Tu vois maman? Je vous ai dit que la Providence aurait pensé à notre dîner ce soir!
Quelques minutes plus tard, je suis chez les Pinardi, à quelques centaines de mètres du Rondò. Deux des quatre salles sont meublées, si l’on peut appeler une table, deux chaises en paille, deux lits.

Il fait nuit maintenant.

À la lumière d'une bougie, Don Bosco accroche sur le lit un bénitier, une branche d'olive, une image sacrée. Sous le balcon, un groupe de garçons s'est réuni: ils viennent tous les soirs, sachant que l'arrivée de Don Bosco est imminente. En voyant les fenêtres
faiblement éclairées, ils se demandent si leur ami n'est pas vraiment revenu, mais ils n'osent pas grimper. Soudain, dans le silence de la soirée de novembre, une forte voix de ténor se lève, immédiatement accompagnée d'une autre femme harmonieuse.

Ils chantent un hymne que Silvio Pellico a récemment composé et qui commence par les mots: Angioletto of my Dio ...

L'avenir est incertain, la seule richesse de la maison est la montre qui vient d'être donnée, mais les deux chantent avec goût ce chant de la foi.

Le diable - Don Bosco l'a souvent répété - le diable a peur des gens joyeux.

CHAPITRE IV


Le travail se consolide
L'une des premières idées de Don Bosco, à son retour à Turin, fut de développer davantage les écoles du soir qu'il avait commencées l'année précédente. Parmi les garçons qui ont assisté à l'opéra, un grand nombre ne savait même pas lire: ils étaient souvent les plus grands. Il s’agit d’un grave obstacle pour ceux qui veulent leur apprendre un travail et pour les jeunes d’une triste infériorité sociale qui les maintiendrait dans leur vie de citoyens de seconde zone, les exposant ainsi à l’exploitation des employeurs.

C'est pourquoi Don Bosco a ouvert une école de lecture avant tout autre événement. Pour ABC, il a inscrit ses élèves au Petit Catéchisme du diocèse de Turin.

À ce début de soirée, des cours d'arithmétique, d'italien, de dessin, de géographie, de diction, de musique ont également été ajoutés. Les écoliers se sont rassemblés (ou, mieux, se sont pressés) dans les deux salles proches de celles occupées par la mère Margherita et son fils. Don Bosco n'a pas tardé à occuper toutes les autres pièces disponibles dans le bâtiment et les salles de classe ont envahi la maison Pinardi si rapidement.

Au printemps de 1847, une commission d'État fut chargée d'inspecter les cours du soir à Valdocco, dont tout Turin se parle maintenant. Les inspecteurs n'ont pas caché leur admiration pour les résultats obtenus. Ils ont visité et interrogé les jeunes sur les matières enseignées: les réponses des illettrés d’hier étaient si prêtes et convaincantes que la Commission a demandé à l’unanimité que le Gouvernement octroie une subvention annuelle de trois cents lires à l’école de Don Bosco.

Combien étaient les garçons de Don Bosco en 1847? Il est difficile de déterminer exactement. Une seule chose était certaine: dans les salles trop étroites, il suffoquait de s'étouffer, il fallait donc s'étendre sur place ou ouvrir de nouveaux oratoires ailleurs. L'élargissement était pour le moment impossible, car les derniers locataires de la famille Pinardi ont tenu bon. Don Bosco a donc dû
penser à une nouvelle fondation et l'a fait avec enthousiasme pour tenter de récupérer socialement un autre quartier de la capitale et de s'approcher de la maison de nombreux jeunes venus de Valdocco de l'autre côté de la ville.

Sur la Viale del Re, l'actuel Corso Vittorio Emanuele II, entre Porta Nuova et le Parco del Valentino, a ouvert en 1847 l'Oratoire de San Luigi. Deux ans plus tard, celui de l'Ange Gardien dans la banlieue de V anchidia, aussi infâme que peut-être plus que Valdocco et infesté par de célèbres gangs de voyous qui parcouraient les rues et les champs terrorisant les habitants.

Le soir du jour où il avait loué le terrain pour le nouvel oratoire de San Luigi, Don Bosco donna ainsi la nouvelle aux jeunes:
"Quand une ruche est trop peuplée, les abeilles en excès essaient aussi
et vont chercher une nouvelle ruche. Nous allons donc le faire aussi. Nous sommes trop nombreux ici: en ce qui concerne les loisirs, nous sommes les uns sur les autres, dans la chapelle, je vous vois bourré d’anchois, il n’ya pas moyen de bouger. Et puis, mes garçons, imitons les abeilles et allons créer un nouvel oratoire! ».

Un cri de joie et des bonnets en l'air ont accueilli le discours du Grand Chef de l'assemblée tumultueuse ...

En 1848, Don Bosco avait trente-trois ans. Il aura cinquante-cinq ans en 1870, lors de la prise de Rome. Les années de sa maturité sacerdotale passèrent donc toutes dans le climat brûlant du Risorgimento. Au cours des années de consolidation des oratoires, entre 1847 et 1848, l'Italie traversait un moment politique unique de son histoire. Sous la formidable pression de l’opinion publique, les États de la péninsule se sont accordés un par un et ont doté le peuple d’une constitution garantissant les libertés politiques et sociales. Le roi Ferdinand II a commencé à Naples le 29 janvier 1848, suivi de Pie IX, puis d'autres dirigeants, jusqu'à Carlo Alberto qui, le 4 mars 1848, a promulgué le Statut qui devait un jour tenir toute l'Italie.

Une autre passion, non moins ardente que celle pour la liberté, couve dans l’esprit des hommes politiques et au fond de l’âme populaire: l’Italie aspire à son unité. Parmi les nombreux et petits États dans lesquels la péninsule était divisée à l'époque, la passion nationale souhaitait créer un seul et même grand État, entraînant ainsi les Autrichiens qui commandaient la région Lombard-Vénétie et exercaient une influence déterminante sur le reste de l'Italie.

Pas même le clergé n’a été épargné par la contagion de la fièvre patriotique: à Turin, malgré les appels de l’archevêque, des
séminaristes applaudissaient le Statut dans les rues et portaient la cocarde tricolore dans la cathédrale, à la messe solennelle de Noël.

Comme prévu, le souffle belliqueux a également respiré les orateurs de Don Bosco. Un dimanche soir, un des jeunes prêtres qui l’a aidé à Valdocco a donné aux garçons un discours enflammé dans lequel ils parlaient de liberté, d’indépendance et de guerre contre l’Autriche. Alors que Don Bosco était sur le point de se calmer, le prêtre déploya un drapeau tricolore, plaqua une cocarde sur sa poitrine et sortit de la clôture avec un pas martial, entraînant avec lui cent garçons enthousiastes.

Jusque-là, Don Bosco, qui répétait souvent qu'il était "un prêtre et un bon citoyen", avait prudemment évité de favoriser
les esprits guerriers, toujours dangereux pour l'éducation des jeunes, en particulier des chrétiens. Maintenant, cependant, il était confronté à la preuve éclatante que sa jeunesse, aux bals et balançoires de l’Oratoire, préférait "le jeu de la guerre" à la périphérie de la banlieue.

Un certain Giuseppe Brosio, sous-officier pittoresque des Bersaglieri, a brillamment relevé le défi. Il choisit le plus belliqueux
parmi les garçons de l'Oratoire et forma deux équipes qui, appelées piémontaises et autrichiennes, s'affrontèrent dans des batailles épiques avec des fusils en bois dans l'enthousiasme des spectateurs.

La seule victime de cette campagne est le jardin que Mère Margherita a aménagé avec difficulté sur une bande de terre attenante à la maison ...

Un jour, en effet, la compagnie "piémontaise" entraînée par Brosio dans un assaut accablant contre l'arme blanche, piétina et détruisit tous les légumes.

La pauvre femme devait regarder impuissante de la porte de la cuisine, car ses cris désespérés étaient couverts de sons de trompettes et d’Avanti Savoia! du bersagliere sauvage.

- Regardez, voyez, Giovanni, ce que les bersagliere et ces garçons bénis m'ont fait! - Dit la pauvre femme désespérée à son fils qui était à côté d'elle.

- Pauvre mère, que veux-tu faire avec nous? Ils sont jeunes ... Etre jeune, aux yeux de Don Bosco, racheté des farces dans lesquelles Dieu n'a pas offensé.

«Mes chers garçons», écrit-il dans l'introduction d'un livre célèbre consacré à leur éducation «Mes chers garçons, je vous aime tous de tout mon
cœur; et il me suffit de savoir que vous êtes jeune parce que je vous aime beaucoup. Vous trouverez des écrivains bien plus vertueux et plus érudits que moi, mais vous ne saurez pas qui vous aime plus en moi en Jésus-Christ et plus que moi vous désirez votre vrai bonheur ».

Un soir de printemps, la même année, en rentrant chez lui, Don Bosco s'était vu entouré d'un groupe de vagabonds menaçants qui l'auraient laissé vexé s'il ne leur avait pas payé quelques verres de bon Barbera dans une taverne voisine. Après les avoir apprivoisés de cette façon, il leur avait même prêché.

- Puisque nous sommes maintenant de bons amis, vous aurez plaisir à ne pas jurer comme vous l'avez fait il y a quelque temps, en me voyant venir vers vous! Me promets-tu?
- Bien sûr, monsieur l'abbé, volontiers! Seulement, il comprendra, ce n'est pas notre faute, il nous échappe ... l'habitude ... mais à partir de maintenant il verra!
- Eh bien, maintenant rentre à la maison et dimanche je t'attendrai au fond de la maison Pinardi. - Rentrer à la maison - certains ont dit - ce serait difficile ...

- Mais où dors-tu la nuit?
- Un peu partout: refuge de nuit, dans une écurie, où vous pouvez. Jamais deux nuits d'affilée au même endroit.

- Dans ce cas, dit Don Bosco, ne suivant comme d'habitude que l'impulsion du cœur, viens avec moi.

Et entouré de ces visages, il descendit vers Valdocco où sa mère, ne le voyant pas revenir, l'attendait avec anxiété. Sous le toit de la maison, il y avait un grenier avec de la paille. Don Bosco y a conduit les jeunes, leur a donné des couvertures et des draps et, après avoir récité comme ils le pouvaient certaines prières, il leur a souhaité une bonne nuit.

Le matin, quand, tout heureux, il monta les inviter à déjeuner et à parler un peu avec eux, tout le monde s'était déjà enfui, emportant naturellement draps et couvertures.

La première tentative de réaliser son projet d'accueillir des jeunes à la maison même pour la nuit s'était résolu en une déception amère qui se reproduirait à d'autres moments.

"Quelqu'un", a-t-il écrit, "a pris à plusieurs reprises les draps, d'autres les couvertures, et finalement la même paille a été emballée et vendue".

Cette mauvaise récompense pour sa charité ne le dérangea cependant pas, selon son habitude. Un jour, sa mère courut vers lui à bout de souffle:
"Oh, Giovanni, si je le savais!" Votre nouveau manteau a été volé, le seul bien que vous ayez eu. Il était allongé au soleil pour sécher et a disparu!
- Patience, maman! Que veux-tu en faire?
- Nous devons chercher le voleur, bientôt! Il doit être près d'ici.

- Alors tu veux que je sois flic?

- Ici, toujours pareil, lui! Il s'en fiche Et maintenant,
comment allez-vous sortir?
- Oh magnifique! Je prendrai un de ces manteaux offerts par l'armée et je sortirai en tenue militaire. Je vais faire une belle figure.

- Un carnaval, en bref!
- Un petit carnaval ne fait pas mal, de temps en temps. Puis, changeant soudainement de ton:
"Regarde, maman, le voleur a probablement besoin de plus de moi ... Peut-être qu'il a déjà regretté." Et s’il venait à se confesser, je lui laisserais le manteau et j’aimerais bien qu’il ait l’intention de ne plus le faire. En attendant, vous priez la
Madone de m'en envoyer un autre!
Enfin, la même année, un orphelin pauvre se présente à la porte de la maison de Valdocco. C'était un maçon qui venait à Turin pour trouver du travail. Le peu d’argent qu’il avait au départ de Valsesia, où il est né, s’est terminé depuis longtemps sans qu’il trouve le moyen de gagner plus. Il était sur le point de devenir sombre, la pluie tombait à torrents, le garçon était trempé jusqu'à l'os et il ne pouvait plus rester affamé. Maman Marguerite a immédiatement allumé un grand feu pour sécher les vêtements du petit invité, lui a offert le dîner et a placé un matelas en paille dans la cuisine. Des draps et des couvertures complétaient le lit. En revenant sur les couvertures, Mère Margherita murmura de bonnes paroles à l'oreille du garçon, abasourdie et émue par la chaleur de cet accueil. Les quelques phrases simples de la mère, ayant entendu ce soir-là aussi de la part du fils, ils sont peut-être à l'origine de l'habitude des collèges salésiens de terminer la journée par des paroles paternelles des supérieurs envers les garçons. Cette bonne nuit, souhaitée à l’esprit de famille, fait partie, dans sa simplicité, des ressources les plus puissantes de la méthode.
Éducation salésienne

L'apprenti ouvrier de Valsesia fut donc le premier étudiant de l'Oratoire; bientôt une seconde a été ajoutée, puis une troisième, jusqu'à sept. À ce stade, Don Bosco a dû s'arrêter: pour créer un véritable collège, il aurait fallu acheter le bâtiment. La forteresse
est arrivée en 1851 et de la manière la plus inattendue.

Pinardi avait toujours répété qu'il ne livrerait pas sa propriété pour moins de quatre vingt mille lires. Un prix décidément
évalué.

Un jour, il s'approcha de manière inattendue de Don Bosco et
plaisanta à moitié:
"Alors, monsieur le théologien, vous ne voulez pas vraiment acheter ma maison?"
- Je l'achèterai quand il sera offert à un prix raisonnable.

- J'ai dit quatre-vingt mille.

- Alors on n'en parle même pas.

- Mais combien offririez-vous?
- Le bâtiment est estimé de vingt-six à vingt-huit mille lires. J'offre trente.

- Voulez-vous payer en espèces?
- Cash!
- Dans quinze jours?
- Dans quinze jours!
- Avec cent mille lires d'amende pour ceux qui se retirent?
- Très bien pour les cent mille lires d'amende.

Une poignée de main et le contrat a été fait.

Bien sûr, Don Bosco n'avait pas d'argent dans ses poches. Mais c'était l'intérêt de ses garçons et dans ces cas sa confiance est devenue absolue.

Quand sa mère Margherita l'a appris, elle n'a pas pu s'empêcher d'être effrayée, comme une bonne paysanne pleine de sens pratique.

- Mais où allez-vous obtenir cet argent? Nous n'avons que des dettes! Don Bosco sourit:
"Maman, si tu avais trente mille lires, me le donnerais-tu?"
- Bien sûr!
- Et ensuite, peux-tu penser que le Seigneur est moins généreux que toi? ...

La maison a été payée à Pinardi avant même la date limite. Un soir, Don Cafasso apporta dix mille lires qui lui avaient été offerts par une femme riche. Le lendemain, un père rosminien s'est rendu à Valdocco pour consulter Don Bosco sur l'utilisation optimale des vingt mille lires qui lui avaient été confiés pour des œuvres de charité. Inutile de dire, quel travail le saint a recommandé! Un banquier amical a rapporté trois mille lires qui ne servaient que pour les frais de notaire et de contrat. Le 19 février 1851, la maison Pinardi appartenait à l'Oratoire.

Bientôt, cette maison, semblable aux autres dispersées dans les champs, juste à l'extérieur des portes de péage de Turin, est remplie des trente artisans qu'elle pourrait contenir. Trente garçons doivent être hospitalisés, nourris, habillés, placés sur un chantier de construction ou dans un atelier. Don Bosco leur trouva sans peine un travail et tous les matins, après la messe, avec un pain dans la poche ou en grignotant dans la rue, ils partaient tous pour la ville. À midi, ils revinrent avec un appétit féroce; pour les nourrir, Don Bosco leur a donné une soupe ou une polenta très consistante, souvent préparée à la main; avec un gros pot était
main dans la main et un tablier sur les hanches tourné entre les garçons assis par terre ou sur une marche pour servir à nouveau ceux qui le désiraient. Chaque garçon a ensuite reçu cinq dollars pour acheter un plat et à ce moment-là cinq dollars n'étaient pas rares. Quand le repas fut fini, tout le monde lava la vaisselle et la coutellerie sous la fontaine, cette petite fontaine qui est aujourd'hui tout ce qui reste de la vieille maison. Même maintenant, les enfants sont assoiffés de jeux dans les vastes cours de la citadelle salésienne de Turin.

Chacun des pensionnaires a ensuite gardé les couverts lavés pour le dîner dans sa poche.

«Nous avons tout manqué mais nous étions si heureux! "L’un des jeunes invités, devenu avocat, écrira sur les années héroïques du Collège. Et en effet, dans cette ancienne maison Pinardi, une famille authentique a été formée, dans l’interpénétration totale des cœurs. Don Bosco aura toujours devant lui cet idéal de simplicité, de confiance dans l'abandon à la Providence, de joie, de cordialité. En tant qu’éducateur, tous ses efforts tendent à assimiler les futurs collèges salésiens à ce type de maison familiale qu’il avait construite avec ses premiers enfants entre 1851 et 1855 dans l’ancien bâtiment Valdocco.

Quand les garçons sont retournés au travail, Mère Margherita a nettoyé la cuisine avec l'aide de son fils, puis s'est assise près de la fenêtre pour réparer, coudre et réparer jusqu'au soir: même dans ces travaux, Don Bosco a pu l'aider après avoir appris à Castelnuovo il artisanat du tailleur.

Maman Margherita, à trente ans, n'avait plus que trois enfants à faire; à soixante-cinq ans, son fils lui en donna des dizaines à nourrir et à habiller comme il pouvait. La sainte femme ne s'en plaignit pas: elle regrettait de ne pas tout avoir. Une fois, cependant, une seule fois, il le vit claquer. Quelques blagues plus grosses que d’habitude ont dû faire déborder le vase et on l’a vu entrer avec enthousiasme dans la pièce où écrivait Don Bosco.

"Je n'en peux plus! Il a pleuré. - Vous voyez combien je travaille, mais mes efforts ont très bien porté fruit! Ces gars sont insupportables! Aujourd'hui, je trouve le linge mis à sécher sur le sol. Hier, ils ont couru au milieu de ce pauvre jardin! Certains reviennent le soir avec leurs vêtements en morceaux, d'autres sans cravate ni mouchoir, ceux qui cachent leur chemise et ceux qui viennent prendre les pots pour jouer, comme si c'était la chose la plus naturelle du monde ... Il me faut des heures pour trouve tout ... je suis fatigué! J'étais beaucoup plus calme devant les Becchi! ... Presque presque ... ».

Don Bosco avait laissé sa mère s'exercer. Quand il eut fini de parler, il leva la main pour indiquer le crucifix accroché au mur.

Que de grands chefs chrétiens. Les larmes ont rempli ses yeux. "Tu as raison, Giovanni," murmura-t-il. - Tu as raison ". Et il est allé là-bas pour remettre son tablier.

Don Bosco a procédé lentement mais sans relâche à la réalisation du projet qu'il envisageait: une fois les garçons logés, il a tout de suite pensé qu'il était
temps de construire une église. Les fonctions de l’Oratoire se déroulaient
depuis quatre ans dans une chapelle étroite et, en outre, très humide, en contrebas comme au niveau du sol. Le 21 juillet 1851,
la première pierre d'une nouvelle église dédiée à Saint François de Sales fut ainsi bénie . Les œuvres précédentes ont été envoyées grâce aux offres de nombreux amis, à des dons de la Maison royale et au produit d’une loterie, le premier des innombrables dons que Don Bosco organisera chaque fois qu’il aura besoin d’argent.

En juin 1852, soit moins d’un an après le début des travaux, saint François de Sales était ouvert au culte. L'archevêque de Turin,
Mgr. Fransoni, celui qui avait ordonné le prêtre Giovanni Bosco et qui avait favorisé l'œuvre, aurait dû présider la consécration. Mais depuis août 1850, l'archevêque était en exil à Lyon, expulsé du Piémont à la suite de conflits avec les autorités civiles.

En ces années troublées, toutes les autres difficultés étaient reliées par des problèmes politiques, pour le prêtre qui voulait servir le prochain
. L'anticléricalisme des dirigeants a parfois atteint des points de grande virulence. En quelques années, le Parlement subalpin avait sécularisé le Royaume de Sardaigne, qui jusqu’à présent était le fief du catholicisme.

Suppression des tribunaux ecclésiastiques; fermeture des couvents religieux; contrôle de l'Etat sur les écoles dirigées par des prêtres ...

Une longue série de lois qui modifia les relations établies par les siècles entre État et Église. Aux yeux de nombreux catholiques, ces lois semblaient être des conspirations sectaires, accompagnées d'une campagne de presse intense qui tendait à créer un sentiment de méfiance parmi le peuple envers l'Église.

Dans de telles circonstances, la tâche du prêtre engagé parmi les hommes devenait encore plus difficile. Un membre du clergé a préféré s'abstenir de toute initiative par peur du harcèlement.

Don Bosco ne le fit pas, sa nouvelle église était à peine ouverte au culte et il songeait déjà à construire le bâtiment destiné à remplacer la pauvre Casa Pinardi devenue trop étroite et inconfortable.

Même des orphelins sont venus jouer dans les oratoires, vivant de la charité d’un parent éloigné ou d’enfants qu’il était urgent de soustraire aux dangers de la famille elle-même. La punition de Don Bosco était indicible dimanche soir, de voir ces jeunes le quitter pour retourner dans leur environnement malsain. Il fallait se dépêcher, doubler, tripler les locaux, agrandir la maison autant que nécessaire.

En juillet 1852, les travaux ont commencé: une maison de deux étages a été construite à droite de la Casa Pinardi, qui a été couverte à la fin du mois de novembre. Cette précipitation, combinée à la mauvaise qualité des matériaux, peut expliquer l'effondrement qui a détruit tout le bâtiment dans la nuit du 2 au 3 novembre, après huit jours de pluie ininterrompue. La ruine a été soudaine et le terrible rugissement a semé la terreur dans le dortoir dans lequel Don Bosco a couché avec ses 30 garçons. Il a fallu attendre le printemps 1853 pour reprendre le travail.

Terminé en octobre, le nouveau bâtiment a pu accueillir immédiatement 65 étudiants. On a ensuite pensé à l’agrandir en démolissant la maison Pinardi, où se serait élevé un long bâtiment qui aurait doublé la capacité de la maison.

Ce nouveau bâtiment a également touché le désastre: une poutre s'échappant d'un maçon s'est effondrée sur le sol du dernier étage, provoquant l'effondrement de ce bâtiment et de tout ce qui se trouvait sous lui, jusqu'au sol. Sur le bâtiment presque terminé, seuls les murs du périmètre sont restés debout.

Il semblait vraiment que les forces des ténèbres conspiraient contre l'exploit de Don Bosco! Cependant, les travaux ont immédiatement repris et en hiver, 150 jeunes abandonnés ont trouvé une famille et une maison à Valdocco.

Ses garçons, Don Bosco, les divisaient en deux groupes: les apprentis qui allaient travailler en ville tous les matins, souvent visités par Don Bosco sur le chantier ou dans l'atelier, et les étudiants.

Fort de son expérience désormais remarquable, le Saint a vite su reconnaître qui était le plus amené à l'étude qu'au travail; pour ces derniers, il organisa des cours d'enseignement secondaire. Cependant, les professeurs ont disparu. Même les étudiants, quoi, devaient aller en ville, de professeurs sympathiques qui avaient accepté de les accueillir parmi leurs étudiants.

Les premiers supérieurs de la Société salésienne seront presque tous issus de cette génération de garçons qui, sous leurs bras et dans leurs
belles poches, se rendaient chaque matin à l'école pour traduire Sallustio ou marquer Horace.

Cette demi-pension a duré environ six ans. puis, petit à petit, les jeunes travailleurs et étudiants pourraient rester à Valdocco sans avoir à le quitter.

Pour écarter ses jeunes des dangers de la ville, Don Bosco avait décidé de créer un laboratoire et une école chez lui.

Des raisons d'économie interne - pour porter, c'est-à-dire pour habiller les garçons, ont ouvert en 1853 un atelier de fabrication de chaussures et de couture dans certaines pièces de la maison. Deux ans plus tard, il installe une menuiserie, une reliure et une forge dans les nouveaux bâtiments.

Quelque temps plus tard, une préoccupation pour l'apostolat l'a amené à créer une imprimerie modeste au rez-de-chaussée.

Plus tard, d'autres laboratoires ont été ajoutés, mais depuis 1856, tous les petits apprentis du stage avaient leur logement à Valdocco.

En octobre de la même année, même les étudiants n'étaient plus obligés de sortir pour aller en classe. ville. Les premiers élèves des classes supérieures étaient à leur tour devenus maîtres et avaient commencé les cours de gymnase un à un.

Le modèle de la maison salésienne est maintenant créé: lorsque le travail s'étendra à travers l'Italie et le monde, il ne suivra que le prototype formé lentement, sous la pression des événements, de 1846 à 1856, par un homme privé de moyens mais dotés du génie de l'organisation et de l'éducation.

Grâce à une succession d'améliorations presque imperceptibles, un organisme complexe et vital s'est développé à partir d'un petit embryon.

"Je me suis toujours laissé guider par les événements." Ainsi, invariablement, Don Bosco répondait à ceux qui étaient émerveillés devant ses œuvres grandioses. Et certes réaliste, homme attentif aux signes des temps, il savait tirer profit des événements, des moyens disponibles et des circonstances favorables. Mais souvent, en tant qu’homme d’action redoutable, il savait aussi diriger la vie, pliant les hommes et les choses à ses projets.

Il semblait que Maman Margherita n'attendait que la consolidation du travail de son fils pour quitter le monde. À présent, il devait penser, il pourrait même se passer d'elle. La maison était finie, un groupe d'amis a regardé avec sympathie à l'Oratoire, un groupe de dames, attirés par son exemple, était venu à son aide pour aider les jeunes. Encore une inquiétude: l’incertitude économique, la pauvreté
qui a accompagné le travail de son fils. Mais la Providence, comme toujours, aurait fourni.

C'est ce que pensait la bonne mère quand, fin novembre 1856, une violente pneumonie la saisit. Sa fibre solide a lutté une semaine contre le mal, mais le 25 novembre, à trois heures du matin, Margherita Occhiena est décédée. Il avait soixante-huit ans. L'Oratoire avait perdu la plus aimante des mères.

"Dieu sait" étaient ses dernières paroles à son fils "Dieu sait combien je t'ai aimé au cours de ma vie. J'espère que je peux t'aimer encore plus dans l'éternité. J'ai la conscience tranquille, vous savez. J'ai fait mon devoir dans tout ce que j'ai pu. Peut-être qu'il semble que j'ai utilisé la rigueur dans quelque chose, mais ce n'est pas le cas. C'était la voix du devoir qu'il commandait et imposait. Dites à nos chers enfants que j'ai volontairement travaillé pour eux et que je les aimais tellement, tout comme une mère. Je leur recommande également de beaucoup prier pour moi et qu’au moins une fois, ils reçoivent la Sainte Communion pour le bien de mon âme ".

Quelques heures s'étaient écoulées depuis la mort de sa mère, lorsque Don Bosco entra dans la Consolata, l'église où elle avait particulièrement aimé prier. Il a célébré la messe pour le reste de son âme.

«Et maintenant» murmura-t-il à la Vierge avant de quitter le sanctuaire «occupe maintenant cette place vide! De mère, mes enfants et moi ne pouvons pas nous en passer ... Tous mes garçons, je vous les confie: protégez-vous maintenant et toujours! ».

CHAPITRE V


Charité et apostolat
Le soin de son travail déjà remarquable - oratoire de 500 garçons, pensionnat pour 150 - n'a pas épuisé l'activité de Don Bosco, infatigable aussi dans d'autres directions; et plus l'activité était intense,
plus il était calme et souriant.

Tous ceux qui se sont approchés du Saint ont été impressionnés:
Don Bosco a accompli un travail extraordinaire, comme s’il trouvait du plaisir, sans aucune précipitation, toujours gai et souriant. Cette attitude d'esprit n'était pas innée en lui: il suffirait de penser, pour s'en convaincre, de son adolescence impétueuse. Le calme imperturbable, la parfaite maîtrise de soi découlaient également de l'empreinte qui, dans son âme, avait impressionné la douceur de Luigi Comollo et les efforts quotidiens qu'il déployait pour l'imiter. Pour son autre modèle, saint François de Sales, pour Don Bosco, la douceur et le sourire constant étaient une conquête. C'est une réalisation fatigante mais bénéfique. Grâce à cela, il pouvait disposer de toutes
ses forces et de toutes ses minutes.

La hâte brouille les idées et fait perdre du temps; calmement, ça va
beaucoup plus loin!
Don Bosco a ainsi pu accepter ou même rechercher, à
côté de ce qui découlait de son travail, un surplus de travail pour lequel d'autres personnes moins maîtrisées n'auraient pas trouvé le temps.

Ainsi, en 1849, Don Bosco fut l'initiateur d'une forme d'apostolat nouvelle et moderne à Turin. En effet, à Noël de cette année-là, il
envisagea de rassembler le plus grand nombre de jeunes travailleurs possible dans le centre-ville, dans l'église de la Confraternité de la Miséricorde, afin de les préparer au début chrétien de la nouvelle année.

Pour atteindre cet objectif, il commence par faire imprimer 1 500 affiches (une nouveauté vraiment révolutionnaire pour la coutume de l'Église de l'époque!) Qu'il affiche aux portes de toutes les paroisses, qu'il envoie aux propriétaires d'ateliers et de chantiers de construction qu'il a attachés aux coins les plus fréquentés. L’appel du manifeste s’adressait aux parents des garçons, à leurs maîtres et à ceux-ci, ainsi qu’à tous ceux qui auraient pu retenir les garçons d’une manière ou d’une autre, en leur demandant de laisser les jeunes libres aux heures fixées pour la catéchèse. Prédisant que de nombreux employeurs n'auraient pas accepté l'invitation, Don Bosco a passé des jours et des jours à les convaincre de l'utilité de ces réunions.

Le programme de la retraite a été intelligemment conçu. Tôt le matin, messe et instruction religieuse; à midi, chapelet et conférence; à dix-neuf ans, éducation et bénédiction eucharistique. La retraite dura huit jours et se termina par une communion générale.

Malgré l'heure matinale et l'heure glaciale où ils ont été convoqués, les jeunes se sont précipités par centaines. À midi surtout, à la conférence, l'église était trop étroite pour contenir ces garçons impatients de voir deux prédicateurs célèbres se débattre dans un dialecte piémontais animé.

Les résultats de l'initiative initiale ont dépassé le même optimisme que Don Bosco: dans les derniers jours de la retraite, les jeunes se sont massés autour des confessionnaux jusqu'à tard dans la soirée. Le 29 décembre, jour de la fermeture, la communion générale a été impressionnante pour le nombre de participants.

Pour se souvenir de cette époque, Don Bosco a distribué à chacun un morceau de papier gratuit qui, dans dix-huit paragraphes, énonçait les Avis d'un ami de la jeunesse.

Cette première expérience avait été victorieuse et on lui avait demandé de la répéter de tous les côtés. Ainsi, pendant de nombreuses années, l'église de la Misericordia a accueilli la foule toujours nombreuse de jeunes travailleurs de Turin vers Noël. Plus tard, au contraire, les travailleurs eux-mêmes se sont organisés pour organiser la retraite en la confiant à leur société d’assistance mutuelle.

Don Bosco, en tant que grand éducateur, savait que la meilleure défense de ses jeunes contre les dangers de l’âge et de l’environnement était leur engagement envers la charité jusqu’au sacrifice.

Il chercha donc toutes les occasions de lancer courageusement ses garçons sur la voie du témoignage chrétien: ce qui se passa de
façon grandiose quand, en 1854, le Piémont fut frappé d'une épidémie de coléra.

À la fin du mois de juillet d’un été très chaud, le fléau qui montait du sud de l’Italie donnait à Turin une virulence sans précédent. En trois mois, près de deux mille personnes sont mortes sur les trois mille infectées. La banlieue de Valdocco, royaume de la misère, a été frappée plus durement que d’autres: en octobre seulement, il y a eu 400 morts. L'Oratoire était entouré de maisons pleines de cholérose, souvent abandonnées par leurs proches, terrorisées par le risque d'infection.

Pour circonscrire le fléau, la mairie de Turin ouvrit deux lazarets dans lesquels devaient se concentrer les malades. Mais
personne ne voulait faire le tour des maisons pour identifier les victimes et les transporter à l'hôpital le plus tôt possible. Une cholérose a immédiatement créé le vide autour de lui et les mêmes parents et amis, pris de peur, ont oublié toute affection.

Don Bosco, qui travaillait au chevet des malades dès le début, a tout de suite compris que, compte tenu du fléau du fléau,
un groupe de jeunes prêts à tout sacrifice pourrait
apporter une aide efficace. Il a fait appel à ses garçons et immédiatement plus de quarante personnes se sont portées volontaires pour organiser
le sauvetage. Une partie des jeunes hommes a servi
dans les lazarets, une autre dans les familles; un groupe a été chargé de visiter les locaux du conseil pour découvrir les malades abandonnés, tandis que d'
autres montaient la garde à l'Oratoire, prêts à répondre à tous les
appels. Pendant la journée et la nuit, les Turinois ont couru jusqu'au Valdocco pour demander l'aide des enfants de Don Bosco. Pendant trois mois les garçons de l'heure
ils ont fait des merveilles d'héroïsme, d'abnégation et de charité chrétienne authentique. Selon la promesse faite par Don Bosco à l’aide de Mary, aucun des jeunes n’a été touché par le colera, alors que la nécessité les empêchait souvent de respecter les règles les plus élémentaires d’hygiène.

De nombreuses personnes malades, secourues par des volontaires de Don Bosco dans leurs taudis, se sont retrouvées dans la misère la plus complète. Pour eux, Mère
Margherita a vidé tous les placards de la maison: draps, couvertures, chemises, la réserve de linge, tout a été donné aux malades. Les étudiants du Convitto se sont spontanément privés de leur équipement déjà très pauvre, se réduisant à la seule chose qu'ils portaient.

Un jour, une petite infirmière court avertir qu’une cholérose gît sur la paille sans même un drap. Maman Margaret a déjà tout donné et scanne en vain son tiroir lorsque
l'œil tombe sur la nappe blanche de la table: remise immédiate au garçon qui s'enfuit, heureux du cadeau offert à son client.

D'autres petites infirmières arrivent, mendiant elles aussi du linge pour les infectés.

Que faire? Un autre coup de génie: Mère Margherita se rend à l’église, prend les toiles d’autel, les amies, les robes, tout ce qu’elle trouve et la remet aussi.

Jésus vit dans l'Eucharistie, mais aussi dans le cholérose, il est présent et souffre ...

Ces garçons ne sont pas nés comme des héros: certains d'entre eux, lors des premières expéditions, se sont évanouis à côté des lits horribles des malades les plus pauvres, mais Don Bosco a toujours été là pour les repousser avec le mot et surtout par l'exemple.

Ces trois mois de dur labeur et de danger ont valu aux Oratoires l'estime et le respect de tous: même les adversaires n'ont pas éludé l'hommage rendu à un tel témoignage de service fraternel.

Le 8 décembre 1854, Pie IX proclama solennellement dans la Basilique Vaticane le dogme de l'Immaculée Conception de Marie. Ce jour-là, déjà si cher à Don Bosco pour le souvenir de la rencontre avec Bartolomeo Garelli, fut également celui où se déroula la fonction solennelle d'action de grâce à Valdocco.

Malgré ses nombreux engagements, Don Bosco n'avait jamais arrêté l'apostolat dans les prisons. Parfois, à l'approche de Pâques, il apportait également sa charité aux jeunes prisonniers de La Generala, la grande prison de Turin pour mineurs. En 1855, sa prédication était si fructueuse que presque 300 invités se sont approchés des sacrements. Ému, Don Bosco songea à donner une journée de loisirs à ces pauvres garçons et les conduisit tous en pique-nique à Stupinigi, à dix kilomètres de Turin, où se trouve le célèbre pavillon de chasse de Savoy dans un parc magnifique.

L'idée d'un tel voyage ne pouvait venir que dans l'esprit de Don Bosco! En fait, quand il est allé en parler au directeur général des Instituts de la peine de la capitale, le projet a fait le saut officiel.

- Père - balbutia-t-il, peut-être pensait-il aussi qu'il était fou de ce prêtre imaginatif - Père, est-ce que tu te rends compte? ...

- Parfaitement, Monsieur le Directeur, je vous prie de bien vouloir prendre en compte ma demande.

"Regardez, cher révérend," répondit le directeur avec un sourire qui sourit de pitié
.

- Ensuite, si vous le permettez, je vais directement chez le ministre de l'Intérieur!
- Vas-y, Don Bosco. Et meilleurs voeux!
Urbano Rattazzi, ministre de l'Intérieur du Royaume de Sardaigne, était un anticlérical réputé, mais il connaissait Don Bosco qui avait même eu l'occasion de lui montrer les grandes lignes de sa méthode préventive d'éducation des jeunes. Rattazzi voulait se donner une fantaisie et autorisait le pique-nique sans précédent.

- Bien sûr, Don Bosco, vous me le direz à temps et un bon nombre de carabiniers en civil vous accompagneront pour écraser les désordres inévitables et les tentatives d'évasion.

- Peut-être, Excellence, je ne me suis pas bien expliqué. Ce que je vous demande, c'est un jour de liberté totale pour ces enfants. Je ne veux pas que quelqu'un m'aide, sans parler de ses excellents flics déguisés. Je serai seul avec les garçons et tout sera à mes risques et périls. Je promets de les ramener à tous les enfants. Quoi qu'il arrive, Votre Excellence me considérera comme responsable et me mettra en prison.

- Tu n'en ramèneras pas dix, Don Bosco!
- Faites-moi confiance, ministre.

Après avoir quitté le ministère, Don Bosco a couru annoncer la bonne nouvelle à ses jeunes amis.

«Mes garçons, leur dit-il, demain tout Turin aura les yeux rivés sur nous. Si quelqu'un se comportait mal, mais que je ne le crois pas possible, je me pardonnerais. Mais surtout, souvenez-vous de cela, vous viendriez devant le Seigneur, après les promesses que vous lui avez faites pendant les exercices.

Ainsi, par un nouveau dimanche de printemps, les deux lourdes portes de la Qenerala s’ouvrent pour laisser passer 300 jeunes gens qui se bousculent tendrement. un prêtre. Sur le seuil de la prison, les anciens gardiens secouèrent la tête avec moquerie:
"Ce soir, ils murmurent, ils seront un peu moins nombreux ...

La journée était magnifique. Ils avaient apporté le déjeuner avec eux et l'avaient chargé sur un âne qui ouvrait la voie. Ils sont venus à Stupinigi à cause de la grande avenue ombragée et des portes du parc royal ouvertes devant ces visiteurs exceptionnels. Des jeux joyeux étaient organisés sur les pelouses et, sans que personne ne s'en aperçoive, le moment était venu de reprendre le chemin du retour. Après tant de marches
et de jeux, Don Bosco était fatigué: les garçons le remarquèrent et voulurent, presque par la force, monter sur le dos de l'âne, maintenant libre de tout ravitaillement, en faisant une procession d'honneur bruyante et affectueuse
à la tête du pique - nique.

Ainsi, à la tombée de la nuit, les détenus du Qenerala regagnèrent leur prison sous les yeux ébahis des geôliers qui ne purent expliquer le miracle. Il n'en manquait pas un.

La ministre Rattazzi, quant à elle, attendait avec impatience et avec impatience les résultats de cette expérience risquée. C'est Don Bosco lui-même qui l'a
conseillé.

- Je suis ravi! - dit le ministre sans cacher son admiration. - Et maintenant, permettez-moi de vous poser une question, révérend: pourquoi l'État n'a-t-il pas le même ascendant sur ces jeunes?
- L’État, Excellence, a répondu Don Bosco - il ne peut rien faire d’autre que commander et punir; Nous, prêtres, par contre, nous parlons au cœur et
notre parole est la parole de Dieu.

Au cours de ces années, Don Bosco n'effectua pas seulement son apostolat collatéral dans la ville à l'époque de l'Oratoire. De partout dans le Piémont, il demandait sa parole en tant que prédicateur préparé et persuasif.

Neuvaines, triduums, prédications des Quarante heures, panégyriques, jubilés, missions au peuple: dans son angoisse pour l'apostolat, il a accepté toutes les
invitations qui lui étaient adressées par les Frères.

En parcourant les provinces, Don Bosco a pensé non seulement aux fruits de sa prédication, mais également aux amitiés (si utiles au travail naissant) qui seraient créées. Il a toujours eu l’espoir de susciter chez les jeunes des campagnes une vocation qui l’aiderait un jour dans sa mission. Et en effet, de ces races apostoliques, Don Bosco a amené avec lui à Valdocco de nombreux garçons dont certains ont laissé un très haut témoignage de la vie chrétienne.

Cet apostolat pratiqué par Don Bosco depuis plus de vingt ans parmi les ruraux faisait certainement partie des activités les plus pénibles: à cette époque, le Piémont n’avait pas deux ou trois lignes de chemin de fer et atteignait la plupart des endroits où il était utilisé diligence lente, glaciale en hiver et suffocante en été. Le pauvre prédicateur arriva épuisé
au but mais invariablement, quand il monta à la chaire, il trouva vivacité et enthousiasme. Don Bosco adorait la prédication (à sa première messe, il avait
demandé à Dieu le don de la parole) et s'y préparait depuis le séminaire, remplissant des cahiers de cahiers contenant des cahiers de notes pour diverses
possibilités de catéchèse.

Aucune trace d'éloquence rhétorique en lui: une conversation familière et populaire sans rien de solennel, de figé ni de doctorat. Presque
la conversation agréable et plaisante d'un père. Son geste était sobre,
le mot mesuré; la voix forte, ténor, permettant de prononcer clairement les syllabes. Le ton général aurait été appelé un mélange
indélébile de sérénité, de gravité et de conviction; une conviction, la
sienne, qui a fini par pénétrer le cœur des auditeurs. Sa prédication faisait souvent référence aux Écritures, que Don Bosco connaissait très
bien, mais la vérité biblique était présentée avec des exemples, des paraboles, et
qualités qui la rendaient présente et vivante aux oreilles des auditeurs. En effet, Don Bosco a tenu compte de la nécessité de se faire comprendre par un
public composé presque toujours de personnes simples. Un jour, il refusa de tenir la prière officielle lors d’une cérémonie solennelle en déclarant: "Mettez-moi au milieu d’une armée de garçons ou d’un groupe de paysans et de discours, je ferai tout ce que vous voudrez. Mais je n'ai pas envie de parler à un public instruit! ».

L'humilité est ressentie dans ces mots, mais il est certain que sa principale vocation était d'être un prédicateur populaire.

L'épisode dont il était le protagoniste à Montemagno d'Asti à l'occasion de la prédication du triduum pour la fête de l'Assomption restait célèbre.

Toute la région a souffert pendant plusieurs mois d’une sécheresse sans merci et la plus grande partie de la récolte - raisins, maïs, pommes de terre, légumineuses - était en grand danger; l'inquiétude des paysans était indicible. Ainsi, dès le premier sermon, animé par une force secrète qui l'envahissait,
le Saint n'hésita pas à promettre de la pluie sur les champs si les habitants de Montemagno avaient invoqué la Madone en état de grâce. "Venez
ces trois jours pour assister aux offices paroissiaux", leur dit-il en substance, "avouez-vous bien, préparez-vous mieux que vous ne le pourrez pour une fervente communion le jour de la fête et je vous promets, au nom de Notre-Dame, que la pluie viendra irriguer votre terre divisé par la sécheresse! ».

- Don Bosco, tu as vraiment beaucoup de courage! - le prêtre de la place lui a dit dans la sacrostia.

- Courage? Et pourquoi
- Tu me demandes pourquoi, après avoir promis de la pluie pour lundi?
- Je l'ai promis?
- Mais comment, Don Bosco, me prend pour un hallucinatoire? Demandez au sacristain ici de répéter ses phrases mot à mot. Ils ont été bien compris, je vous assure!
En effet, l'église de Montemagno n'a jamais vu afflux de fidèles comme à l'époque.

Les gens affluaient aux trois consignes quotidiennes: chaque soir, les confessionnaux étaient agressés et Don Rua et Don Cagliero, qui avaient accompagné le Saint, se souvenaient encore, de nombreuses années plus tard, des travaux qu’ils avaient dû subir dans le village d’Asti.

En attendant, dans toute la région, on parlait de la promesse "échappée du prédicateur de Montemagno.

- Don Bosco, va-t-il pleuvoir? - les gens lui ont demandé en le rencontrant dans la rue.

- Purifie tes cœurs! Il a répondu sans se fâcher. Finalement le soleil de l'Assomption s'est levé. Il n'avait jamais été aussi enthousiaste et le pauvre Don Bosco commença sérieusement à se demander
comment cela se terminerait. À midi, le ciel était plus calme
que jamais. Après le déjeuner, le prédicateur se retira dans sa chambre pour commander les idées pour l'homélie des vêpres; de temps en temps il
jetait un coup d'œil à l'horizon: clair comme un miroir. Finalement, la sonnerie retentit pour la fonction: "Que vais-je dire à ces gens", se demanda-t-il avec inquiétude, "si Notre-Dame ne fera pas la grâce?" ».

- Mon pauvre Don Bosco - le prêtre lui dit de le voir dans la sacristie - cette fois le fiasco est complet. Je ne sais pas comment il va le faire.

"Giovanni", dit alors le saint au sacristain, "Giovanni, s'il te plaît, monte au clocher pour voir si tu ne peux rien voir germer
à l'horizon."

"Rien, révérend", rapporta l'homme deux minutes plus tard. - Absolument rien!
Restant dans le calme habituel, le Saint finit de porter les vêtements alors que du fond du cœur l’appel de la
Vierge s’éleva : «Sainte Vierge, aidez-nous au secours de la misère de ces gens! Vous obtenez la promesse qui est venue de mes lèvres peut avoir la réalisation désirée! ».

Alors que les derniers versets du Magnificat se terminent à l'église, Don Bosco se dirige vers la chaire. Le temple, dédié à l'Assomption, est encombré et les fidèles occupent également les marches en face de l'autel principal.

De toute son âme, le prédicateur récite un Ave Maria avec les gens, puis il se lève et commence le début de la méditation. À ce
stade, à travers les fenêtres, on voit le ciel s'assombrir; le Saint continue
de parler mais n'a pas encore prononcé dix phrases qui font éclater un
formidable coup de tonnerre qui fait trembler les temps, suivies immédiatement après d'une seconde, d'une troisième! ...

Un murmure de joie traverse les allées; les éclairs se succèdent sans interruption et la pluie rugit fort, en martelant les fenêtres du temple.

On peut facilement imaginer comment Don Bosco a bien développé le thème du sermon: "La confiance que chaque chrétien doit avoir dans la bonté de Marie" ... Au terme de la bénédiction eucharistique, la pluie tombait toujours et les paysans, pour sortir, devaient attendre longtemps sous la colonnade ce temps-là s'éclaircirait.

Il y a dans la Valle di Lanzo, un lieu cher à la piété piémontaise et particulièrement à Don Bosco, qui passait chaque année une période de précieux apostolat.

Parmi ces montagnes de 900 mètres de haut, le sanctuaire de Sant'Ignazio di Loyola existe toujours, construit par la population locale qui l'a confié aux jésuites qui en étaient les gardiens jusqu'en 1773, année de la suppression temporaire de la Compagnie de Jésus.

Avec le départ des religieux, le sanctuaire et la montagne recouverte de chênes sur lesquels il se trouve sont passés à l'archevêque de Turin, mais peu à peu, également en raison du manque d'aumôniers fixes, les pèlerinages ont fini par cesser.

C'est Don Luigi Guala qui a ranimé ce foyer de foi. Il comprit immédiatement que le lieu solitaire, très frais en été, était propice à la collecte de prêtres et de laïcs pour des exercices spirituels.

Obtenu sans difficulté par l'église de l'archevêque, don Guala a dépensé quatre-vingt mille livres sterling pour restaurer le sanctuaire,
aménager de confortables chambres à coucher, aménager le cloître et surtout ouvrir une route qui, de Lanzo, menait les invités jusqu'au sommet de la montagne.

Nommé recteur, Don Guala donna des cours à Sant'Ignazio à partir de 1810, généralement quatre fois par an, deux pour les prêtres et deux pour les
laïcs. Ces derniers étaient fréquentés par des nobles et des riches bourgeois de Turin, mais aussi par des personnes de condition modeste pour lesquelles certaines des institutions les plus avantageuses de la ville assumaient les frais de subsistance.

À la mort de Don Guala, Don Cafasso poursuivit son travail et lui donna même un développement remarquable: tout au long de sa vie, le Saint se rendait chaque année au Sanctuaire pour prêcher deux retraites aux prêtres du diocèse, aidant souvent aussi aux exercices des laïcs. .

Pour ce bureau, Don Cafasso a sollicité la collaboration de son étudiant et compatriote Don Bosco, qui en juillet était docile à Sant'Ignazio où son confessionnal était parmi les plus populaires. Et il ne montait pas toujours seul: quand il sut qu'un soudain décidait d'abandonner son séjour, il amenait avec lui des jeunes qui prenaient des places gratuites gratuitement.

Dans la vie de Don Bosco, le sanctuaire de Saint-Ignace était d'une grande importance. 0, l'année où le grand éducateur vous a rendu sa force physique et morale; il trouvait chaque année dans cette solitude le temps de la réflexion qui précède les grandes décisions; là-haut, réunissant tant d'âmes qui lui ont confié, il a mûri et perfectionné son expérience du cœur humain; enfin, au cours de ces semaines consacrées à Dieu, il rencontra un grand nombre de prêtres et de laïcs qui lui furent d'une grande aide dans ses initiatives à Turin.

En fait, comme il est facile à comprendre, les trois oratoires et la grande maison, qui fonctionnaient déjà à l’époque, nécessitaient l’aide constante d’argent non seulement, mais aussi de temps et de volonté.

Lorsque Don Bosco a créé une famille religieuse autour de lui, cela ne suffira jamais et une autre aide sera nécessaire. Quelques prêtres volontaires viendront alors l’aider, notamment Don Leonardo Murialdo, proclamé saint en 1970 et qui, en fondant la Société pieuse de Saint Joseph de Turin pour l’éducation des jeunes pauvres et abandonnés, suivra les traces de Don Bosco, en ajoutant un autre lien à l'extraordinaire chaîne de "saints sociaux"
du
XIXe siècle à Turin.

Aux côtés de ces prêtres, de nombreux laïcs, y compris de nombreux aristocrates, offriront leur aide: des gens qui, pour la plupart pendant les semaines de retraite à Saint-Ignace, avaient demandé à l'homme de Dieu à qui ou de quoi dédier le leur volonté de faire le bien.

Parmi les nombreux épisodes qui témoignent de l'amour de Don Bosco pour les jeunes, certains témoignent particulièrement de son inquiétude pour les jeunes égarés.

Un matin de printemps, revenant à Valdocco après l’église de Crocetta, une banlieue de l’autre côté de la ville, il traversa la vaste zone non cultivée et déserte qui se trouvait derrière la gare centrale de Porta Nuova.

«Soudain, quatre jeunes hommes forts, au visage inquiet qui semblait l'attendre, apparurent devant eux. S'il les avait vues auparavant, Don Bosco serait revenu, mais il était maintenant trop
tard. D'un pas, il essaya de faire oser, il s'approcha d'eux. Ils ont immédiatement bloqué son chemin et l'un d'entre eux, avec un large et visiblement faux sourire, le pria d'arbitrer dans une dispute entre eux.

- Mon cher révérend, dites-nous si vous avez raison, mon partenaire ou moi avons raison! Il dit que la raison est la sienne, je dis que c'est la mienne: vous décidez, monsieur l'abbé!
Pendant ce temps, Don Bosco regarda autour de lui pour voir si quelqu'un apparaissait mais il n'y avait pas une âme vivante. Ensuite, il a pensé que la seule chose à faire, s'il ne pouvait pas s'en débarrasser, était de les amener dans des endroits moins déserts.

- Allez, décidez! - le chef de gang a insisté sans heurts sans faire la moindre allusion au sujet du différend. Le piège était trop ouvert.

"Mes bons amis," répondit Don Bosco, "Je ne peux pas résoudre votre question ici, en plein air, dans un si mauvais endroit." Asseyons-nous autour d'une bonne tasse de café sur la Piazza San Carlo et nous verrons.

- Mais tu vas payer pour ça, le café!
- Bien sûr, puisque je t'invite!
Les quatre vagabonds, attirés par l'invitation, suivirent Don Bosco et, le long du chemin, le prêtre causa avec eux comme s'ils étaient de vieux amis. Une fois sur la place San Carlo, en plein cœur de la ville, avant de tenir la promesse: - Écoutez - Don Bosco a dit - faites-moi plaisir: voici l'église de San Carlo, allons à l'intérieur pour dire Hail Mary et ensuite nous irons prendre café.

- Vous recherchez un moyen de sortir, révérend! Le chef du groupe grommela tristement.

- Voyons voir: ça viendra avec un 'Ave Maria et ensuite biaisera toute la couronne! - impropered un autre.

- Quand je vous dis qu'un Ave Maria est un Ave Maria seul! Allez!
Ils entrèrent et les mendiants répondirent le mieux aux prières du prêtre.

"Et maintenant," dit Don Bosco en partant, "allons au café." Ils se sont assis et ont bu en parlant d'anciennes connaissances,
- Ce n'est pas fini! - dit Don Bosco en payant l'addition. - Maintenant que nous sommes devenus amis, je ne refuserai certainement pas de venir chez moi: ma mère sera heureuse de t'offrir quelque chose.

- accepté! - les quatre compagnons s'exclamèrent en choeur. Ils sont descendus vers Valdocco.

Même au cours de ce quart d'heure de route, Don Bosco a essayé de pénétrer dans l'intimité de ces jeunes malheureux, de sorte que, dès leur arrivée à la maison, il se soit senti inspiré de leur poser à bout portant une question:
- Il y a longtemps, les gars, que vous n'avez pas avoué? Oui n'est ce pas?
Les quatre amis se regardèrent, ne sachant pas quoi répondre à ces mots inouïs pour eux. Finalement l'un d'eux s'exclama:
"Ah, Don Bosco!" Si tous les prêtres lui ressemblaient, nous n'attendrions pas une minute pour nous confesser.

- Pas besoin d'aller chercher les autres, puisque j'y suis!
- Oui oui, Don Bosco, mais nous ne sommes pas préparés.

- laisse-le moi ce ne sera pas difficile

Et sans rien dire d'autre, laissant trois d'entre eux dans cette pièce, il entra avec le quatrième dans son bureau. Aidé par le prêtre, le jeune homme a avoué facilement et, ce qui est plus important, avec sincérité. Deux des autres ont suivi son exemple. Seul le dernier se protégea en disant qu'il ne se sentait pas tout à fait disposé. Tous les quatre ont quitté Don Bosco, exprimant leur sincère gratitude et leur promettant de lui rendre visite. Ce qu’ils firent plus tard, faisant partie des plus assidus de l’Oratoire de Valdocco, suivis toujours avec discrétion par le regard paternel de Don Bosco qui, ayant risqué d’être volé par eux, était devenu son "directeur spirituel" ...

Une autre fois, c'était le soir, Don Bosco marchait le long de la Via Po, qui part de la rivière et montait vers Piazza Castello, le vieux centre-ville. Dans un coin sombre des arcades, il a été arrêté par un jeune homme masqué qui a menacé de demander son portefeuille. L'œil était sombre, le costume sale, l'ensemble de la personne dérangeante: un oisif qui préférait vivre avec des tours sombres au lieu du travail de ses mains. Don Bosco lui répondit de bonne manière, lui dit la douleur qu'il ressentait en le voyant poussé par le besoin de commettre des actes que sa conscience désapprouvait certainement et parvint, d'un mot à l'autre, à le faire raconter sa vie misérable. Quelques minutes plus tard, il était assis sur le muret qui ferme le fossé entourant le palais Madama, tandis que l'agresseur, s'étant jeté à ses pieds, a commencé à avouer. L '

"Ce prêtre ne peut être que Don Bosco! Pensa-t-il. Et en fait, alors qu’il s’approchait, il reconnut la silhouette indubitable de son frère et divulgua l’épisode qui, autrement, serait resté parmi les secrets du Saint.

Les mémoires de Don Bosco débordent de faits similaires; nous en rencontrerons beaucoup dans notre histoire. Celles mentionnées ici semblent toutefois suffisantes pour comprendre le zèle apostolique d'un homme qui, tout en effectuant un travail formidable, trouvait toujours le temps de profiter à tous ceux qu'il rencontrait au cours de son voyage.

CHAPITRE VI


Don Bosco, écrivain
Avec les trois oratoires festifs, interné florissant du Valdocco pour artisans et étudiants, prêchant dans les provinces, la parole et l'action de Don Bosco ont touché des centaines d'âmes, en particulier des jeunes. Mais d'innombrables autres ont échappé à l'infatigable apôtre. La situation politique et religieuse du Piémont exacerbait sa peine de ne pouvoir atteindre tout le monde, situation qui, à son époque, n'était certainement pas favorable à la préservation de la foi catholique parmi le peuple.

La vague de nouvelles théories politiques et sociales a déconcerté les masses; l'anticléricalisme était endémique et le clergé qui ne descendait pas dans la rue pour chanter les idoles du moment était souvent soupçonné.

En outre, le décret d'émancipation des Vaudois, signé en 1848 par Carlo Alberto, compliqua la situation religieuse, ajoutant à la réalité italienne, notamment dans le Piémont, le nouveau fait d'un prosélytisme protestant vivant.

Au service de ces causes, une presse agressive et largement diffusée dans les médias a chaque jour suscité l'hostilité du public envers l'Église.

Don Bosco, observateur attentif de la réalité sociale, a immédiatement remarqué la gravité du danger, en particulier pour les jeunes qui, avec sa curiosité et son inexpérience, risquaient de se tromper. Il pensa alors que son mot écrit arriverait là où il ne pourrait pas atteindre avec sa voix; et ceci dans les années où l'importance de la presse pour l'apostolat n'était pas encore complètement comprise.

Toujours dans son activité d'écrivain au service de l'Église, le futur patron des éditeurs s'est inspiré de saint François de Sales, patron des écrivains et journalistes catholiques, qui, ne pouvant rassembler autour de lui tous ceux dont il était évêque, la nuit, il introduisit des feuilles de papier imprimées avec l'exposé de la doctrine catholique sous les portes.

Giovanni Bosco a commencé sa carrière d'écrivain en publiant une biographie. Stimulé par les exhortations des anciens compagnons de séminaire, il dépeint la figure de Luigi Comollo dans ses traits principaux.

Il avait été le confident de ses secrets. leurs vies étaient ensemble depuis plus de trois ans; S'appuyant l'un sur l'autre, ils avaient rivalisé dans la ferveur du service de Dieu. Qui était alors plus que ce qu'il avait indiqué pour tenter ce portrait? Dès qu'il a mis la main au stylo, les souvenirs de la grande amitié se sont multipliés et les notes biographiques du jeune Luigi Comollo ont formé un livret de lecture édifiante et attrayante. À partir de ce moment, le stylo de Don Bosco ne devait être arrêté que par la mort.

Après cette biographie, Don Bosco a commencé à écrire sur l'exposition et la défense de la doctrine catholique. En fait, vers 1850, les Vaudois multiplièrent leur propagande.

L'Église vaudoise est issue du mouvement initié par Pietro, appelé Valdo du nom d'un lieu d'origine indéterminé, un riche marchand de Lyon qui, à la fin du XIIe siècle, s'est mis à la tête d'un groupe de pauvres afin de réformer les habitudes mondaines de l'Église. du temps. Un jour, le prêtre qui traduisit en lui l'Évangile répéta le conseil de Jésus: "Si tu veux être parfait, va vendre tout ce que tu as", Pierre distribua ses biens aux pauvres et partit dans la rue. les places pour prêcher le renoncement et la pénitence. Après quelque temps, il s'était déjà entouré d'une communauté de disciples qui suivaient son propre genre de vie. Aucune hiérarchie n'existait dans ce groupe mais le fondateur exerçait un ascendant, une dent remarquable, sur ses disciples. Sûr de l'orthodoxie de sa doctrine, En 1178, Valdo apparut à Rome chez le pape Alexandre III qui l'accueillit avec bienveillance, approuva son vœu de pauvreté et lui permit, ainsi qu'à ses compagnons, de prêcher sous la supervision de l'évêque de Lyon. Cette condition, cependant, était rarement observée et, dans leur ferveur, les pauvres de Lyon, comme ils s'appelaient eux-mêmes, commencèrent bientôt à répandre parmi le peuple leur interprétation de l'Évangile, intolérante aux appels répétés de l'autorité ecclésiastique, de sorte qu'en 1184 le Conseil de Vérone excommunication contre eux. En survivant à toutes les persécutions souvent féroces que l'intolérance des temps a déclenchées contre eux, les Vaudois se sont barricadés dans la Valle del Pellice, au-dessus de Pinerolo, en réussissant à obtenir avec une résistance courageuse le droit de professer librement leur foi, à condition de renoncer à chaque apostolat en dehors de leurs territoires de montagne. Au 16ème siècle, ils ont rejoint la réforme protestante, acceptant une grande partie de la liturgie
et le credo calviniste. Lorsque l'édit du 17 février 1848 arriva enfin de cette émancipation complète souhaitée par des catholiques tels que Gioberti et Roberto D'Azeglio, le premier grand moment d'expansion du protestantisme italien se produisit, les Waldois quittant leur ghetto alpin. Leur apostolat s'appuyait habilement sur l'anticléricalisme assez répandu parmi les masses populaires. Nombre de pasteurs vaudois étant alors des prêtres catholiques détachés des leurs: l'Église pour diverses raisons, notamment politiques, un certain prosélytisme protestant de l'époque était parfois empreint d'une virulence presque fanatique.

La presse laïque libérale elle-même, en conflit avec Rome pour des questions politiques bien connues, tendait à présenter le protestantisme, et en particulier le valdisme, comme un remède à tous les maux de l'Italie; le passage de grandes masses d'Italiens à la nouvelle religion aurait facilité, selon ces journaux, la destruction ou du moins l'affaiblissement de la papauté.

Cette convergence de raisons particulièrement favorables explique pourquoi, entre 1848 et 1870, le prosélytisme protestant a été si actif et a parfois connu des succès spectaculaires.

Don Bosco suivit avec une profonde inquiétude l'infiltration vaudoise parmi la population du Piémont, une infiltration qui utilisait principalement le journal ou une brochure distribuée gratuitement ou pour un prix modique.

À partir de 1850, le prêtre de Valdocco, comme on l'appelait, commença à opposer aux pamphlets protestants une publication catholique et, deux fois par mois, sa plume fertile ou celle d'amis qu'il incitait, lança une petite brochure parmi le peuple, animé, attrayant, tout à lire de la première à la dernière page.

Polémique controversé et agile, Don Bosco a tout traité: son programme journalistique était très varié. Aujourd'hui, il exposa sereinement la doctrine catholique, demain il accepta et s'opposa à l'objection opposée; maintenant il a raconté la vie d'un saint ou d'un grand pape dans un style populaire, maintenant il a composé une histoire ou un dialogue avec des fins morales.

Ces dossiers de lutte, que Don Bosco avait appelés par le nom significatif de Lectures catholiques, eurent un succès vaste et durable. " Le prix modique a constamment augmenté le nombre d'abonnés qui ont rapidement atteint 9 000, puis 14 000, un chiffre presque incroyable à cette époque.

1. Parmi les plus fidèles abonnés aux lectures catholiques se trouvaient les Roncalli de Sotto il Monte. Le pape Jean XXIII a déclaré un jour que les dossiers de Don Bosco étaient pour lui un garçon (il était âgé de sept ans à la mort du Sacré) "le premier et le plus efficace complément de sa formation religieuse et civile" (ndlr).

L'excellent résultat de cette initiative n'a pas découragé les Vaudois qui ont publié fin 1853 un almanach, l'ami de la maison, distribué gratuitement pour la porte, pour la porte ou aux portes des ateliers. Les gens, confiants et mal éduqués, le lisent volontiers et avec beaucoup plus de sécurité en voyant le nom de Dieu et du Christ invoqués ici et lisent l'histoire de conversions et d'autres faits édifiants présentés de manière à faire connaître la doctrine protestante. Pour repousser ce coup également, Don Bosco reprit le stylo et, dès le mois d'août de l'année suivante, il ajouta à l'assistance aux garçons en vacances la correction des preuves d'un almanach qu'il avait composé lui-même. Bon propagandiste, il songea à donner à son travail un titre efficace et l'appela Il Galantuomo. C ' c'était tout dans ces pages: calendrier, actualité de l'astronomie, liste des foires, recettes de cuisine, table des pièces, blagues et, le moment venu, réflexions morales et religieuses et anecdotes édifiantes. Plusieurs milliers d'exemplaires furent bravement tirés et précédant les protestants, ils furent publiés en octobre. Ainsi naquit le premier almanach catholique d'Europe, qui poursuivit pendant de nombreuses années son travail modeste mais précieux de diffusion de la doctrine de l'Église.

Éducateur passionné, Don Bosco a senti que son stylo était naturellement attiré par les manuels d’instruction populaires. Les travaux ont commencé dans cette direction par le calcul.

En 1845, le Gouvernement avait décrété l’introduction du système métrique décimal dans tous les États de la Sardaigne, ce qui laissait cinq ans pour remplacer progressivement les nouvelles unités de mesure de l’ancien Piémontais: la pinte, la brenta, l’once, le pied d'autres sans fin.

Don Bosco voyait dans ce décret législatif une occasion précieuse de montrer que le clergé catholique voulait encourager le progrès et ne pas le freiner, comme on le disait trop souvent. En 1846, il publia son système métrique, une brochure précieuse, extrêmement claire et concise. pour tous mais surtout pour les commerçants et les agriculteurs.

Ses efforts ne s'arrêteront pas là: entre les mains des enseignants du primaire, il mettra également une Histoire sacrée qui rédigera un texte pendant de nombreuses années, une Histoire tout aussi chanceuse de l'Italie et une petite Histoire ecclésiastique que les éducateurs catholiques, qui se sentaient manquants, accueillaient favorablement. .

Pour ceux qui veulent éduquer les jeunes, l’école est un moyen fructueux d’éducation et d’apostolat; mais le théâtre ne l'est peut-être pas moins.

Don Bosco le comprit rapidement et l'introduisit dans ses Maisons dès 1849, composant diverses œuvres théâtrales, notamment des scènes de dialogue, principalement des épisodes de marché joyeux, destinés à poursuivre l'enseignement du système métrique sur scène.

Inutile d'ajouter que parmi les nombreux genres tentés par le Saint, les œuvres de formation religieuse avaient toutes ses préférences.

Très nombreux furent les écrits avec lesquels il nourrit la foi de ses garçons et celle du peuple. Une grande partie de cette production est apparue dans la série de lectures catholiques: traités sur la piété, vies de saints particulièrement vénérés ou récemment canonisés, histoire de grandes dévotions catholiques, biographies de papes, vies de ses élèves exemplaires, telles que Domenico Savio, Michele Magone, Francesco Besucco. ..

Forcé par la pauvreté des moyens, Don Bosco avait dû faire imprimer toutes ces publications par des éditeurs turinois.

Mais le rêve chéri pendant tant d'années était d'ouvrir lui-même une imprimerie.

Au prix de grandes difficultés, il réussit à obtenir une autorisation ministérielle et s’en servit immédiatement, installant l’atelier tant désiré dans une salle située au rez-de-chaussée de l’Oratoire de Valdocco. Cette première typographie salésienne était très rudimentaire: deux vieilles machines à main, une presse usée, un comptoir et des disques pour les personnages construits par les apprentis menuisiers. Tout au long de la machine, les bras des jeunes. Ils trouvèrent la plante plutôt primitive mais Don Bosco les rassura: "Laisse tomber! Laissez-le à vous! Ceci est juste un principe. Nous aurons bientôt deux, trois, dix imprimeries ... ».

Et ses yeux semblaient déjà contempler ces grands ateliers que demain, en Europe et en Amérique, à Turin, à Marseille, à Paris, à Lyon, à Barcelone, à Buenos Aires, ils auraient travaillé à pleine vitesse, ces centaines de voitures massées en mouvement, non plus des bras des garçons, mais de l’électricité et de ces montagnes de livres, de brochures, de magazines qui, depuis un siècle, sont issues de typographies salésiennes.

Pour nourrir la production éditoriale, il a eu recours au début à la plume d'amis qui ont collaboré dans son effort et ont apporté à l'exposition de la vérité des attitudes diverses et originales.

Plus tard, il a fait appel à ses enfants. La passion de la presse qu’il a inculquée aux disciples, et certainement pas par hasard l’une des quatre tâches assignées à l’activité des salésiens, c’est précisément l’apostolat par la presse.

Les gens, pensa Don Bosco, puisaient dans le journal, le livre, la brochure, le roman, leurs aspirations religieuses, leurs conceptions
sociales, la règle de leurs coutumes: leur confiance dans le papier imprimé est absolue.

Nous devons donc lui présenter la vérité qui libère toutes les variétés d’imprimés possibles. Sentant l'urgence de la tâche, il a continuellement encouragé ses jeunes à se familiariser avec le stylo, en réveillant les attitudes et en stimulant l'énergie. Après avoir démarré tant de voitures, il rêvait d'une armée d'écrivains religieux qui fourniraient un bon matériel pour ces plantes.

En cela, comme dans tout le reste, Don Bosco a toujours voulu être à la pointe du progrès: il l'a dit lui-même à Achille Ratti, le futur pape Pie XI, qui en 1883, alors simple professeur au Séminaire de Milan, a visité les imprimeurs Valdocco et émerveillés par leur modernité.

On se souvient de Don Bosco comme d’un épisode très révélateur de sa passion pour la presse catholique et de la capacité (en tant qu’entrepreneur authentique de Dieu, tel qu’il a été défini) qu’il a défendue en faveur de cette cause.

En janvier 1876, un groupe de salésiens parla de la Patrologia grecque et latine de Migne et des collections bollandistes, des religieuses qui, depuis le XVIIe siècle, traitent les éditions de la vie de tous les saints de l'Église. Le Saint a écouté ses enfants qui ont commenté les énormes difficultés rencontrées pour réimprimer ces œuvres en plusieurs centaines de volumes, et enfin: "Entreprendre ces impressions est une oeuvre que j’aime vraiment! Il s'est exclamé, selon le témoignage d'un présent salésien. "J'aimerais beaucoup réimprimer les Bollancistes et je l'ai dit dans diverses circonstances. Mais je vois que vous riez presque de mon dos, comme s’il s’agissait d’une dépense énorme, et qu’une société du livre subventionnée par la générosité d’un roi pouvait le faire. Eh bien, Je maintiens qu'avec douze mille lires au fond, j'aurais envie de l'imprimer, certain que cela viendrait gagner beaucoup! Ce n’est pas que vous ayez tort de rire un peu de la mise en place de la société. En fait, je suis tellement opprimée par d’autres emplois que de me lancer maintenant dans ce projet serait une trahison. Mais je dis que la chose en elle-même est très viable. J'irais à Rome pour obtenir la bénédiction pontificale et un mémoire qui m'autoriserait et encouragerait cela; nous enverrions des manifestes et des invitations à tous les évêques du christianisme; nous contacterions tous les libraires italiens et les principaux ouvrages européens; nous enverrions des voyageurs qui traitent personnellement avec nos correspondants. Une association serait mise en garde que ceux qui s'associent à
Piuta; et ainsi, avec l'achat que beaucoup feraient du premier volume, nous pourrions faire face aux coûts du second. La condition de l'association ne serait pas de payer tout le travail dès le début, mais volume par volume, sous forme de beaucoup par feuille et chaque année -11n sortirait. volume. Je pense qu'avec ces précautions, il serait possible d'imprimer avec un avantage immense pour l'Italie et pour l'Europe le plus grand travail que l'on puisse posséder. Maintenant, il en coûte environ deux mille lires ou au moins quinze cents; et j'aurais l'impression de le donner à six cents lires, tout en maintenant mon bénéfice net d'environ la moitié ».

Ici Don Bosco fit une pause, puis ajouté avec son sourire: « Quand je peux faire ces calculs, ghiribizzare
dans
je reçois ces projets, je suis dans mon cœur. Certes, cependant, nous devrions faire un pacte avec la mort, que ce ne soit pas venu pour tromper les choses jusqu'à ce que cela soit fait. Soixante volumes, un pour l'année! ».

On est intrigué par son travail d’auteur-éditeur, qui aurait suffi à combler la vie d’un homme. Plus de 130 œuvres ont offert au public sa plume, notamment des livres, des pamphlets, des archives, des productions théâtrales!
Quand il a trouvé le temps d'écrire Don Bosco, lui qui avait tant de garçons à nourrir et à enseigner, tant d'églises à bâtir, autant de congrégations à fonder, autant d'œuvres d'apostolat à mener et d'âmes infinies à écouter, éclairer, consoler, guérir?
Mais si ses jours appartenaient à tout le monde, ses nuits étaient les siennes. Quand tous les garçons étaient endormis, il pouvait se refermer dans sa chambre et, au-dessus d’une modeste table, éclairé par la lampe à huile, remplissait des pages et des pages d’une grande écriture. Plusieurs fois, à l’aube, il le trouva alors qu’il achevait un manuscrit que l’imprimeur lui avait demandé la veille au soir de lui livrer immédiatement. Son travail d'écrivain est la fille de ses veilles: il n'y a pas de livre de Don Bosco qui n'ait pas coûté d'innombrables nuits sans sommeil.

Et le travail d'un écrivain lui a aussi coûté sa vie. Pendant environ trois ans, de 1853 à 1856, au début de la publication des Lectures catholiques, Don Bosco fut assailli à plusieurs reprises par des inconnus, probablement des fanatiques exaspérés par sa forte opposition au prosélytisme protestant. Ses pamphlets avaient tellement de succès auprès du public, ils avaient ramené tant d'âmes dans la religion catholique et beaucoup d'autres les protégeaient, ce que certains extrémistes avaient évidemment décidé de se débarrasser de ce prêtre inconfortable.

Et pourtant, Don Bosco, un homme de Dieu authentique, inspiré par un amour qui n'excluait personne et qui décida de se lancer sur le terrain qu'après une provocation continue, avait toujours suivi dans ses écrits une modération éloignée du fanatisme intolérant, même dans la vivacité du style. imposé à partir du moment.

En concluant sa publication, L'instruction catholique, il s'est adressé aux ministres protestants en leur disant: "Ce sont les paroles de ton frère qui t'aime et qui t'aime plus que tu ne le crois pas. Paroles d'un frère qui offre tout lui-même et tout ce qu'il peut avoir dans ce monde pour ton bien ».

Le fait que la défense ouverte de la foi catholique ne soit pas en conflit avec l'esprit de charité bienveillante est d'ailleurs attesté par ses relations avec les Juifs. Nous savons que, malheureusement, tous les catholiques de ce siècle n'ont pas su méditer sereinement sur le mystère d'Israël. Don Bosco, qui, même en matière politique et sociale, évitait tout fanatisme, contrairement à beaucoup d'autres, n'était pas moins en relations avec d'autres confessions, chrétiennes et juives, du moins dans la pratique de la vie.

Juif était à Chieri l’un de ses amis les plus proches, beaucoup de jeunes hommes qu’il a ensuite assistés, puis convertis et baptisés à l’Oratoire. En 1881, un Israélite de Milan vit le "Bulletin salésien" livré à son domicile et fut surpris par le Saint qui répondit: "Oui, c’est très singulier pour un prêtre catholique de proposer une association de charité à un Israélite! Mais la charité du Seigneur n’a pas de frontières et n’excepte aucune personne de tout âge, condition ou croyance. Parmi nos jeunes, qui sont au total 80 000 personnes, nous avons eu et avons toujours des Israélites. D'autre part, elle me dit qu'elle appartient à la religion mosaïque et que nous, catholiques, suivons strictement la doctrine de Moïse et tous les livres que ce grand prophète nous a laissés: il n'y a de disparité en cela que dans les interprétations de ces écrits ». La lettre concluait en indiquant que Don Bosco continuerait à envoyer le "Bulletin", car il n'y aurait rien trouvé qui puisse blesser sa conscience.

"Je me souviens que je lui ai accompagné un Juif de cinquante ans", écrit Giovanni Bisio, "qui m'avait exprimé le désir de le connaître. Qu'est-ce qui s'est passé entre eux, je ne sais pas; mais ce Juif sortant de l'Oratoire m'a dit que s'il y avait eu un Don Bosco dans toutes les villes, le monde entier se serait converti ».

Le témoignage est validé par celui du même rabbin d'Alexandrie qui écrivait: "J'étais déjà
allé voir Don Bosco à deux reprises et je n'y retournerai pas une troisième fois, car je serais obligé de rester avec lui".

Même de nombreux garçons arabes, musulmans religieux et réfugiés de la famine d'Afrique du Nord ont été reçus avec amour à l'Oratoire.

Malheureusement, l'esprit des temps empêchait les protestants d'accepter l'invitation sereine au dialogue, répétée à plusieurs reprises par le Saint.

Ainsi, en 1854, Don Bosco fut contraint d'écrire des mots qui traduisirent l'amertume devant l'impossibilité de débattre de questions religieuses sans tomber dans la controverse: "En publiant ce recueil de faits contemporains, nous estimons avertir nos lecteurs les protestants s'indignaient vivement, notamment des autres faits que nous avons déjà communiqués à la presse à leur sujet. Ils ont manifesté par des proverbes, des lettres privées et leurs propres journaux publics. Nous attendions qu'ils soient remis en question pour nous permettre de détecter certaines erreurs que nous avions imprimées. Mais ce n'était pas le cas. L'ensemble de leurs paroles, de leurs écrits et de leurs publications n'était qu'un tissu de méchants et d'insultes contre les Lectures catholiques et contre leurs auteurs. Pour dire des insultes et des méchants,

Et le Saint a conclu la déclaration avec des mots extraordinaires pour ces années et ce climat: "Nous avons toujours eu le plus grand engagement de ne jamais publier rien qui soit contraire à la charité, qui doit être utilisé par tout homme de ce monde. Donc, en pardonnant volontiers tous nos moqueurs, nous étudierons pour éviter les gens; mais pour révéler l'erreur partout où elle se cache ».

Un dimanche soir, alors que Don Bosco tenait le catéchisme pour les garçons plus âgés dans la chapelle du hangar de la Casa Pinardi, un inconnu a escaladé le mur bas qui entourait le bâtiment et lui a jeté le fusil par la fenêtre. L’assassin n’avait pas assez bien visé et la balle a touché les côtes de Don Bosco et levé le bras
pour aller s’écraser contre le mur opposé, le laissant indemne. Un cri de peur sortit de la bouche des élèves, suivi d'un silence
impressionnant. ces pauvres garçons n'en croyaient pas leurs
yeux et restaient immobiles, terrifiés par l'explosion. «Allez, acclamations! Dit Don Bosco avec le même calme et le meilleur
smile "Soit ce type était un mauvais musicien, soit c'est la Madone qui l'a fait sortir du temps! ... Le pire, c'est que c'est ma seule robe et maintenant tout est déchiré ...".

Une autre fois, après le coucher du soleil, ils sont allés l'appeler pour qu'il administre les sacrements à un homme mourant dans une maison voisine. Avant de partir, par précaution, Don Bosco a demandé à quatre de ses jeunes de l'accompagner.

- Ne prenez pas cette peine, révérend! - les deux hommes qui sont venus l'appeler ont pleuré avec impatience. - Nous vous ramènerons nous-mêmes.

- Oh, mais je ne fais que cela - répondit Don Bosco - pour donner une bouffée d'air frais à ces bons garçons! En arrivant à vous, ils vont m'attendre dehors ...

Dans la maison du présumé mourant, Don Bosco s'est retrouvé devant un groupe de types sombres qui buvaient du vin et mangeaient des châtaignes.

"Attendez une minute ici, au rez-de-chaussée", dit l'un des deux hommes, "alors que je vais préparer le patient."

- Un petit marron, mon père? Un des buveurs a demandé avec préoccupation concernée.

- Merci, mais je ne prends rien du repas.

- Puis un verre de vin! C'est Barolo, vous savez, et le bon!
- Non merci, n'insistez pas. Je ne mange pas et ne bois pas.

- Allez, allez, révérend, ne nous faites pas si mal! C'est pour nous tenir compagnie!
Et sans attendre de réponse, il remplit un verre. Don Bosco n'a pas échappé que, pour le remplir, l'homme avait pris une bouteille mise de côté, au-dessus de la cheminée.

- Pour ta santé, mon cher père!
- À toi les amis! - dit Don Bosco en levant son verre et en le plaçant immédiatement au-dessus de la table sans le porter à ses lèvres.

- Mais comment, tu ne bois pas?
- Je te l'ai dit, je ne prends rien entre les repas.

- Tu ne nous offense pas comme ça! - Ils ont tous maudit d'une seule voix.

- S'il ne la boit pas par amour, il la boira forcément!
Et déjà, les gestes commençaient à accompagner les mots trop clairement, lorsque Don Bosco sauta à la porte et l'ouvrit, faisant entrer ses compagnons dans la pièce. À la vue de ces jeunes hommes forts, tout le monde se rassit en silence.

- Ici - dit Don Bosco avec le ton le plus calme du monde
- voici un de mes jeunes qui ne refusera pas votre barolo ...

Et en disant cela, il reprit l'acte de ramasser le verre.

- Non, non! Cria les copains alors. - Nous l'avons invitée et pas les garçons! ...

La preuve du piège était assez éloquente et Don Bosco n'a pas voulu insister. Il a seulement demandé à voir le "mourant" pour lequel il était venu. Ils l'ont emmené dans une pièce du deuxième étage où, à demi caché sous une pile de couvertures, se trouvait l'un des deux étrangers venus l'appeler. Don Bosco, à ce moment-là, refusait encore de se prêter à un jeu déjà trop long et toujours escorté par des jeunes gens, il retourna à l'Oratoire, remerciant Dieu d'avoir échappé à une mauvaise fin pour avoir empoisonné ou battu des ils auraient été infligés s'il n'avait pas bu ce vin.

Un dimanche soir de l'été 1855, une attaque presque identique est venue mettre en danger la vie du Saint, qui n'a toutefois pas pu cette fois s'enfuir complètement, sans dommage. Un étranger était venu le supplier de venir apporter l'extrême-onction à une femme qui vivait non loin de là, dans la Via del Cottolengo, presque en
face du Refuge. de la marquise de Barolo.

La nuit était sombre et Don Bosco, désormais expert en embuscades, décida
d'emmener deux compagnons avec lui.

"Personne d'autre n'est nécessaire", a déclaré l'inconnu. - Ne dérange pas tes garçons, je t'accompagnerai.

Ces mots renforçaient les soupçons de Don Bosco qui, au lieu de deux, était escorté par quatre jeunes hommes choisis parmi les plus
courageux et les plus robustes.

Arrivés à la maison, deux des garçons restent au pied de l'escalier, tandis que les deux autres montent sur le palier et se placent devant la porte de la pièce dans laquelle Don Bosco entre seul. À son entrée, quatre hommes se lèvent et l'accueillent avec un air qu'ils essaient de rendre amical, mais le Saint ne peut s'empêcher de remarquer des clubs disposés ici ou là, comme s'ils avaient été oubliés. Il s’approche de la "femme mourante" qui, en vérité, n’a rien à voir avec une personne mourante et supplie les observateurs de s’éloigner un peu pour pouvoir parler à la femme malade et la préparer à une bonne confession.

- Alors, ma bonne dame, êtes-vous disposé à vous réconcilier avec Dieu?
- Mais oui, mais oui! - répond cela avec une voix qui est tout sauf faible. - Mais d'abord, ce coquin de mon beau-frère, ce scélérat qu'il voit là-bas, doit me demander pardon! - Et contre l'homme
jette un torrent d'injures effroyables.

- Tu veux te taire, escroc! Crie le "beau-frère", jetant la seule bougie au sol avec un revers et faisant tomber la pièce dans l'obscurité la plus totale. Au même instant, sur Don Bosco,
un gourdin le frappe et lui aurait tranché la tête s'il n'avait pas échoué, le coup se terminant sur une épaule.

Avec un empressement extrême, l'homme attaqué s'empare d'une chaise avec laquelle il se couvre la tête. Les coups pleuvent lourdement sur le casque de fortune qui assure une couverture suffisante pour atteindre la porte, bien que
mal
dissimulée, qui fait irruption dans la pièce déjà alarmée par les bruits de la lutte.

Lorsqu'ils se trouvèrent au milieu de la rue, les garçons s'aperçurent avec peur que Don Bosco était couvert de sang. Heureusement, les blessures n'étaient pas graves: une seule épaule était douloureuse et la main gauche blessée par un coup de bâton.

Dans la mesure du possible, Don Bosco préférait dans ces circonstances rester sur la défensive et ne pas utiliser sa force, qui était également exceptionnelle, ni celle de gardes du corps. Une fois, cependant, il a été vu en train de passer à une offensive rapide et heureuse. Rentré tard de Moncalieri, il marcha sur la route qui longe le Pô, puis, se tournant au son des pas précipités qui le suivirent, il vit une silhouette courir vers lui. il brandissant à nouveau un club. L'intention de l'étranger ne pouvait pas être plus claire et Don Bosco, après un rapide coup d'œil autour de lui, se prépara. Lorsque l'homme était presque au-dessus de lui, l'homme attaqué s'éloigna et, d'un geste éclair, donna une épaule vigoureuse à son adversaire, le faisant tomber sur la rive du fleuve où il avait mal.

Don Bosco a profité de l'occasion pour s'échapper et a rapidement rejoint un groupe de passants qui se dirigeaient également vers Turin.

Inutile d'ajouter que, après chacune de ces attaques, Don Bosco n'a même pas pensé à porter plainte à la police, mais a immédiatement oublié toutes les infractions et a poursuivi son chemin sans encombre. La seule "vengeance" qu'il se soit donné était de continuer la campagne de presse qui était peut-être la cause réelle de tant d'agressions.

Les qualités que Don Bosco a voulu inculquer dans son style d'écrivain sont la simplicité limpide et la vivacité. Pour mieux réussir, il a lu ses pages au concierge du pensionnat ecclésiastique avant de les remettre à l’imprimeur; plus tard, il les lira à sa mère. Certains chapitres de ses livres ont été entièrement refondus car le jugement de la mère avait été défavorable.

Une fois, voulant dire que Saint-Pierre est "celui qui détient les clefs du paradis", il a appelé l'apôtre le Clavigero céleste.

- Clavigero? - s'exclama la mère Margherita. - Où est ce pays?
- Ce n'est pas un pays, maman. Clavigero signifie portier.

- ah! Alors pourquoi ne dites-vous pas le portier?
Don Bosco a dirigé la leçon et, une fois de plus, annulé avec obéissance.

Vous écrivez pour vous faire comprendre mais aussi pour vous faire lire et, pour atteindre l'objectif, rien ne profite autant qu'un frisson de la page, quelque chose qui palpite, colore et réchauffe: la vie, en un mot. Don Bosco l'avait compris instinctivement. Deux procédures de son style le prouvent également: une approche continue du lecteur et l'utilisation du dialogue. Il n'y a rien qui empêche le lecteur de savoir comment s'y prendre. Le dialogue, quand il est naturel, est la vie, vie prise in vivo.

Don Bosco écrivait alors qu'il parlait et pratiquait tellement les garçons, il comprenait intuitivement quelle langue utiliser pour attirer l'attention des simples sur ses pages. Sa prédication paternelle habituelle, en bon ordre, a continué dans les livres. Voici peut-être l'origine du grand succès que toutes ses publications ont rassemblé.

Un hommage au style de Don Bosco est même venu de Niccolò Tommaseo. Le grand écrivain, qui estimait beaucoup le Saint et bénéficiait de la formation professionnelle de ses fils, lui a dit un jour: "Je suis heureux de pouvoir vous assurer que vous avez trouvé un style facile, la vraie manière d’expliquer au Poolo sa des idées pour que vous les compreniez. En effet, elle a réussi à rendre populaires et plats les sujets difficiles même ».

Et pourtant, au début de son travail d'écrivain, doutant de ses capacités, Don Bosco accompagnait souvent quelques manuscrits sous le bras dans le palais de la marquise de Barolo. Silvio Pellico, l'invité aristocratique qui a accepté volontiers la tâche de relecteur stylistique des dossiers de Don Bosco, lui a été très cher.

Une caractéristique de la vie des grands saints semble être leur pouvoir sur le monde de la nature, qui semble plier de manière docile à leurs ordres et à leurs besoins. Ainsi, par exemple, tout le monde se souvient de l'épisode du loup de Gubbio raconté dans le Fioretti de Saint François d'Assise.

Même dans la vie de saint Jean Bosco, on voyait apparaître
le bon museau d’un chien, appelé Gris Gris, sur le visage, en raison
des poils de cette couleur. Bête d'une race particulière, chien inconnu, sans beauté mais d'une force prodigieuse, chien qui a refusé le chenil et la nourriture et qui a dormi qui sait où, chien dont le collier n'a
révélé aucun maître, en équilibre sur les jambes et armé de crocs énormes contre maléfiques, mais doux et affectueux avec les garçons et avec un bon regard quand il a regardé Don Bosco.

Le Gris est apparu mystérieusement, on n’a jamais su où, un soir d’automne de 1852.

Des dernières maisons de la ville à la demeure de Don Bosco, il fallait emprunter un tronçon de route isolé.

La région de Valdocco était alors presque déserte et, parmi les terres en friche, il ne restait que très rarement une maison ou un hôtel ombragé. Sol troublé, coupé par la Dora, sur lequel se rencontrent à chaque instant des buissons épais et des mûriers et des acacias. Ce sol étudié, cette végétation, offrait l’abri le plus pratique pour les méchants d’attendre leur victime. Plus d'une fois, Mère Margherita avait tremblé de ne pas voir son fils revenir le soir.

Qui aurait pu le défendre dans cette partie dangereuse? La Providence réfléchit à cela en envoyant une nuit de 1852 à Don Bosco, une sorte de dogue qui, juste après l'asile de la Via Giulio, à l'extrême pointe de la ville, vint soudain à ses côtés. Don Bosco fit aussitôt un pas en arrière, effrayé par l'apparence imposante de la bête, mais lorsqu'il réalisa que l'animal le regardait avec de bons yeux et qu'il acceptait les caresses, il continua son chemin, talonné par le chien. À la porte de l'Oratoire, il ne voulait pas entrer dans la maison et disparaissait dans la nuit avec le même calme. Chaque soir que Don Bosco rentrait tard et seulement à la maison, ce fait était renouvelé: son compagnon

Cette entreprise n'a pas toujours été inutile. Un soir d'hiver, alors que Don Bosco rentrait chez lui très tard, un étranger caché derrière un arbre a tiré deux coups de pistolet à bout portant. Heureusement, les explosions ont échoué, mais l'assassin manqué s'est jeté sur Don Bosco avec une violence furieuse. Il l'aurait sans doute étranglé ou frappé si à ce moment-là il n'avait pas entendu un aboiement et une bête colossale n'avait pas sauté à la gorge de l'agresseur. Le misérable avait à peine le temps de s'échapper avec ses vêtements en lambeaux, tandis que Don Bosco, guéri de peur, caressait avec gratitude l'épaisse fourrure du chien que ses garçons avaient déjà surnommé 'le tris.

Une autre fois, dans une rue sombre près de la Consolata, deux hommes à l'air inquiétant le suivirent.

il est apparu clairement - ils ont ajusté leur rythme sur le sien. «Mauvaise affaire! Pensée Don Bosco. Il était sur le point de revenir sur ses pas pour atteindre un endroit plus populaire, quand les deux hommes se sont précipités sur lui et lui ont cagoulé la tête avec un sac. À force de se débattre, Don Bosco a réussi à se libérer mais le plus fort avait déjà réussi à lui mettre un bâillon dans la bouche qui le menaçait de l'étouffer et l'empêchait de toute façon de demander de l'aide. Il était sur le point de s'effondrer sur le sol sans force, à moitié asphyxié, lorsque le terrible grognement de Gray se fit entendre dans l'obscurité. En une minute, Don Bosco fut libre et, alors que l'un des assaillants était en train de fuir, l'autre était allongé sur le sol avec l'animal haletant à quelques centimètres de sa gorge.

- Appelle ton chien! Cria le misérable terrifié. - Appelle le! Bientôt Bientôt!
- Je le ferai si tu promets de partir!
- Tout ce que tu veux! Mais appelle la bête tout de suite! - L'escroc haletait avec ses yeux sortant de sa tête. Don Bosco a parlé au Gray, qui a laissé à contrecœur la proie qui a immédiatement disparu après le premier virage.

À une autre occasion, le formidable Gray s'est imposé contre une bande de bandits. Don Bosco venait de se faufiler dans l'avenue déserte qui, le long des dernières maisons de la ville, le conduisait de Porta Palazzo à l'Oratoire. La nuit était très tardive. Soudain, un individu est sorti d'un coin sombre avec sa canne levée. Don Bosco, qui n'était plus jeune, courait toujours très vite, mais l'attaquant semblait plus entraîné et il le rejoignit au bout d'un moment. Puis le Saint passa résolument à l'offensive, comme à Moncalieri, et donna à l'étranger un coup de poing dans le ventre si violent qu'il le fit tomber à terre en hurlant de douleur. À ce cri, des broussailles et des haies le long de la route apparurent d'autres brigands qui se cachaient pour apporter leur soutien au pape en cas de besoin.

Don Bosco se voyait perdu: quelques secondes de plus et ils l'auraient massacré si, même cette fois, les aboiements du Gray n'avaient pas été entendus inopinément. En quelques sauts, le chien était au milieu de la mêlée et commença à faire le tour de Don Bosco en grognant avec des yeux injectés de sang et en montrant ses crocs aux attaquants qui, l'un après l'autre, préféraient disparaître car la campagne environnante abandonnait la proie bête, le gris, dont le comportement a changé en fonction des circonstances.

Un soir, au lieu de lui offrir son escorte, il empêcha Don Bosco de sortir. Soudain, il sortit de la campagne, plongé dans les ténèbres
et, étendu sur le pas de sa porte, il ne voulait absolument pas partir. Pour la première fois, il se montra furieux contre son protégé, le repoussant avec son nez dans la maison.

Si vous ne voulez pas m'écouter, écoutez au moins cette bête! Dit Maman Margaret, qui s'était déjà montrée contre l'intention de son fils de sortir le soir même. Don Bosco se résigna à rester chez lui et cela lui fut bénéfique car un voisin vint bientôt le supplier de ne pas quitter la maison, après avoir surpris les paroles d'un groupe de personnages qui, depuis le coucher du soleil, erraient autour de la maison Pinardi préparant un attaque.

Puis, au fil des ans, les persécutions violentes ont pris fin et le gris ne s'est plus manifesté. Pendant vingt-sept ans, il n'a plus été entendu parler de lui. Mais en 1883, une nuit brumeuse lorsque Don Bosco, accompagné d’un de ses prêtres, revint à pied de Vintimille à Bordighera, n’ayant pas trouvé de voiture, le Gray apparut soudain en aboyant et les escorta dans l’obscurité jusqu’à meta. Cela semblait toujours la même bête extraordinairement agile et forte: pourtant, plus de trente ans s'étaient écoulés depuis sa première apparition et la vie d'un chien dépasse rarement 12,13 ans ...

Après cette dernière apparition, encore plus mystérieuse, qui a précédé la mort du saint de cinq ans, le Gray disparaît à jamais, englouti par ce mystère dont il est soudainement sorti à l’automne 1852.

L'histoire de cet animal prodigieux a le légendaire. La légende raconte que beaucoup, ainsi que les sceptiques qui considéraient les produits de fiction comme autant de fictions sur la vie de Don Bosco, ce réaliste piémontais, toujours soutenu par le solide sens commun de son peuple paysan, à qui il avait une existence marquée de la formidable pause du surnaturel.

Et pourtant, Don Bosco, ne l'oublions jamais, n'a pas vécu dans l'obscurité du Moyen Âge ni dans un pays lointain. Don Bosco a vécu dans le siècle de la révolution industrielle et de la science triomphante, dans la capitale de l'État italien le plus avancé, à Turin, où ils regardaient avec admiration et espoir les meilleurs esprits de la péninsule. Nous avons de nombreuses photographies de lui; à sa mort, en 1888, les premiers véhicules à essence craquaient déjà; ils sont toujours parmi nous, bien que de plus en plus rares, des témoins incarnés, des personnes qui le connaissaient ou du moins le voyaient.

Comme tous les autres épisodes relatés dans ce volume, les exploits de Gray s'appuient également sur des dizaines de témoignages et ont été
examinés lors des procès canoniques de l'Église catholique, dont la prudence est connue dans ces affaires.

Nous pouvons donc sincèrement croire aussi aux exploits du Gris, ce chien à la vue duquel la mère Margherita, apeurée, ne pouvait s'empêcher de crier à chaque fois: «Ah, la vilaine bête! ».

Dans les Mémoires de l'Oratoire de Saint François de Sales, écrit de sa propre main, Don Bosco, venant parler du Gris, dit sur un ton qu'il dirait qu'il est "allergique" à toutes les exagérations: diverses hypothèses: peu d’entre vous l’ont même caressé. Maintenant, laissant de côté les histoires étranges qui sont racontées à propos de ce chien, je viendrai à vous exposer ce qui est la pure vérité ... ».

De cette source autobiographique, nous apprenons également une autre apparition du chien, moins connue mais non moins mystérieuse. En 1866, Don Bosco passa de Morialdo à Moncucco pour se rendre à Moglia, son ancien employeur.

"Le curé de Buttigliera", écrit le Saint, "voulait m'accompagner d'un bout de la rue et c'est la raison pour laquelle j'ai été attrapé par la nuit à mi-chemin. "Oh, si j'avais mon gris", je me suis dit, "ça me conviendrait!" - Cela dit, je suis monté dans un pré pour profiter du dernier éclair. À ce moment-là, le Grey a couru vers moi avec une grande fête et il m'a accompagné le long du tronçon à parcourir, qui faisait encore trois kilomètres. Arrivés chez son ami, où je m'attendais, ils m'ont dit de m'installer dans un lieu isolé, afin que mon Gris ne vienne pas se battre avec deux gros chiens dans la maison. "Ils se déchireraient s'ils se mesuraient", a déclaré Moglia.

Nous avons beaucoup discuté avec toute la famille, puis nous sommes allés dîner et mon compagnon a dû se reposer dans un coin de la pièce.

Au bout de la table: "Nous devons aussi souper le Gris", dit son ami; et ayant pris de la nourriture, il apporta celle-ci au chien qu'il chercha dans tous les coins de la maison; mais le gris n'a plus été retrouvé.

Tout le monde était émerveillé, car ni fenêtre ni fenêtre ne s'étaient ouvertes, et les chiens de la famille ne donnaient aucun signe de sa sortie. Les enquêtes ont été renouvelées dans les chambres hautes, mais personne n’a pu les retrouver ".

Une histoire incroyable, ceci, pour le lecteur moderne exigeant? Pourtant, qui écrit quoi et avec des mots aussi calmes, est un saint, l'un des plus grands de l'histoire de l'Église, celui qui a fondé des œuvres qui défient le temps.

CHAPITRE VII

La Société Salésienne
Vers 1854, à l'époque où Don Bosco cherchait des collaborateurs animés par son esprit, des amis lui demandèrent:
- Mais quel besoin avez-vous de tant de prêtres? Trois oratoires de la ville ne sont pas nombreux et une douzaine de clercs pourraient vous suffire!
- Le besoin que j'ai pour ces collaborateurs - répondit Don Bosco - vous ne le voyez pas, mais je le vois. Laisse moi le faire! Ayez un peu de patience et vous verrez.

Il a toujours anticipé avec certitude l'avenir auquel son travail était appelé. De plus, les prévisions ne seront pas très longues: en 1863, le premier collège situé en dehors de Turin, à Mirabello Monferrato, ouvrira ses portes; puis une seconde à Lanzo en 1864; un troisième à Cherasco en 1869, transféré l'année suivante à Varazze. Une fois le travail salésien commencé, il ne sera plus interrompu: dans vingt-cinq ans, il se répandra dans le monde entier, surmontant des difficultés et des distances incroyables. Un succès préparé aussi par la providence du Fondateur qui avait réussi à obtenir les collaborateurs nécessaires à temps.

Déjà parmi ses premiers garçons, Don Bosco en avait choisi certains à qui il avait patiemment enseigné les premiers rudiments du latin. L'espoir était petit, la vocation de ces garçons pas très précise mais cela valait la peine d'essayer également le test.

Le résultat n'était pas encourageant: l'un après l'autre, ces premiers étudiants sont partis et ont dû recommencer.

Don Bosco a répété l'expérience deux fois, se heurtant au même échec. Il s'est ensuite tourné vers les prêtres du diocèse qui l'ont aidé aux oratoires, en essayant de fonder avec eux un embryon de communauté, sans réussir, même dans cette tentative. Cette vie commune, avec tous les inconvénients de la pauvreté et de la perte d’indépendance qu’elle entraînait, a vite effrayé les aspirants. Don Bosco revint ensuite pour la quatrième fois à l’idée primitive et chercha
un candidat possible à la prêtrise parmi ses étudiants de l’ Oratoire: en juillet 1849, il en avait trouvé quatre. C'étaient des artisans parmi lesquels les plus instruits avaient terminé les classes élémentaires tandis que les trois autres savaient lire et simplement écrire leur nom.

- Accepteriez-vous - leur demandiez-vous - de devenir mes collaborateurs à l'Oratoire?
- Comment pourrions-nous vous aider, M. Don Bosco?
- Un peu à tous points de vue! Si vous acceptez, je terminerai vos études primaires, puis je vous enseignerai le latin et, si Dieu le veut, vous pourrez peut-être un jour devenir prêtres également. Cela vous plairait-il?
- Certainement, monsieur Don Bosco! - s'exclamèrent les quatre qui, après avoir dit cela, quittèrent le travail le lendemain pour étudier. La chronique a conservé les noms de ces premiers "semis": Qastini, Buzzetti, Bellia et Reviglio.

Avec une ardeur encore plus vive que d'habitude, Don Bosco s'est mis au travail. Pendant dix-huit mois, il a travaillé avec ces intelligences plutôt rebelles. Un prêtre amical l'a aidé mais la plupart des leçons qu'il a données étaient éminemment pratiques. Un de ses biographes, parlant de ces cours intensifs, écrit une phrase qui révèle à quel point la méthode pédagogique de Don Bosco était d’une modernité déconcertante: "Il n’a presque jamais ouvert la grammaire à l’école, sauf pour résoudre les doutes soulevés plus haut Texte latin ».

Avec cette méthode, en un an et demi, le Saint conduisit ses étudiants dans les cours supérieurs et, le 2 février 1851, avec l'accord écrit de l'archevêque exilé de Lyon, il leur donna la robe des séminaristes. Cependant, même cette quatrième tentative doit avoir échoué les précédents. Après avoir suivi des cours de philosophie à l'Université de Turin, ces premiers étudiants ont abandonné Don Bosco: deux d'entre eux ont définitivement quitté l'habitude ecclésiastique tandis que les autres sont entrés au séminaire diocésain de Turin.

Sans perdre courage, le Saint se remit au travail et cette fois ses efforts devaient être récompensés.

En passant souvent à Porta Palazzo, il a rencontré un garçon de dix ans qui est allé à l'école voisine des Frères des Écoles Chrétiennes: Don Bosco, selon son habitude, n'a pas manqué de lui adresser une parole affectueuse. Une fois, le garçon, devenant son ami, demanda une petite photo; en le lui donnant, Don Bosco le coupa en deux et: "Prends-le, Michelino!" "Il a dit, surpris.

Cinq ans plus tard, le jour où le garçon de Porta Palazzo portait la soutane à Castelnuovo, Don Bosco lui a donné la clé
du petit mystère. "Cher Michelino," dit le Saint, "nous allons maintenant tout diviser en deux."

Ce jeune homme s'appelait Rua, Michele Rua. Il sera le premier successeur de Don Bosco et, après sa mort, l’Église ouvrira le processus d’information pour l’inscrire parmi ses saints.

Une Rua est venue rejoindre d'autres jeunes, des élèves de l'Oratoire ou des paysans vivant à la campagne et avec ce petit groupe pourrait commencer un autre cours de latin. Don Bosco, déjà trop occupé, ne s'occupait cette fois que du cours général des études; en fait, comme nous l'avons vu, des professeurs sympathiques ont ouvert leurs écoles à ces jeunes volontaires.

Le 5 juin 1852 est une date importante dans l'histoire salésienne. Pour la première fois ce jour-là, après les prières du soir, Don Bosco rassembla les disciples dans sa chambre.

Il leur a apparemment gardé une simple méditation spirituelle; en réalité, il a fait un pas prudent vers la création d’une nouvelle congrégation religieuse. Le chemin sera long et difficile, mais rien ni personne ne pourra arrêter le chemin de celui qui s'est senti appelé par Dieu à devenir le père de nombreuses personnes, pater multarum gentium, comme le proclame la liturgie de l'Église lors de la messe de son jour de naissance.

C'était déjà un mérite d'essayer l'entreprise: jamais, en un rien de temps, la religion et l'Église n'avaient été aussi discréditées dans le Piémont, qui était déjà très catholique.

Comme nous l'avons dit, la presse libérale, la plus répandue à cette époque, a constamment alimenté l'anticléricalisme de l'opinion publique.

Si toutes les robes noires étaient considérées avec suspicion, on se méfiait plus que jamais des habitudes et des connaissances des religieux. Il était maintenant agaçant d'entendre des mots comme noviciat, profession religieuse, vœux, congrégations ...

Peu de choses ont été faites pour former les jeunes hommes au sacerdoce, rien pour les diriger vers le couvent. Pourtant, dans le secret de la maison Valdocco, une nouvelle vie naissait, destinée à apporter une lymphe fraîche au corps de l'Église.

Don Bosco a laissé tomber avec précaution les premières graines de la future récolte dans l'âme de ses fils. Un mot de plus, une allusion trop claire pour révéler entièrement son projet, aurait peut-être suffi à conjurer ces voeux, déclenchant des réactions imprévisibles en dehors.

Au début, il n'a demandé qu'une chose à ses étudiants: être disposé
à l'aider. Rien de plus. Ses conférences du dimanche soir portaient sur les vertus chrétiennes et la vie religieuse, mais lorsque Don
Bosco en expliqua la beauté pour la faire aimer cette pratique, il sembla qu'elle visait uniquement à former avec lui des collaborateurs étroits pour son action caritative. Fondamentalement, la méthode est basée sur celle du Christ avec les apôtres, une méthode de révélation progressive qui montre peu à peu la profondeur de la pensée, alors que les âmes sont prêtes à la recevoir et que l'esprit la comprend.

Pendant plusieurs années, après la prière du dimanche, Don Bosco a poursuivi son travail de formation lente. Ses premiers disciples ont grandi, Rua avait pris la soutane le 3 octobre 1852 avec Rocchetti. Bientôt d'autres suivirent: Francesia, Cagliero, Bonetti ... Un petit groupe se forma autour de la tête et semblait promettre de persévérer. de mois en mois, le noyau s’est élargi et d’une semaine à l’autre, l’idée du Saint, qui prenait forme et se précisait, formait ces jeunes selon l’idéal désiré.

En 1854, le 26 janvier, lors de la neuvaine en préparation de la fête de saint François de Sales, le petit groupe prend un nom. Les quatre jeunes qui le composent s'appelleront désormais les Salésiens. L'acte de baptême de ce qui sera l'une des communautés les plus nombreuses et les plus importantes de l'Église a été conservé sur un petit cahier de notes de Don Michele Rua: «Le soir du 26 janvier 1854, nous nous sommes réunis dans la chambre de Don Bosco. Outre Don Bosco, il y avait Cagliero, Rocchetti, Artiglia et Rua. On nous a demandé de commencer, avec l'aide du Seigneur, une période d'exercice concret de la charité envers les autres. À la fin de cette période, nous aurions pu nous lier par une promesse et, plus loin, cette promesse aurait pu être transformée en un vote.

Salésiens: disciples de saint François de Sales.

Pourquoi Don Bosco veut-il que ses enfants prennent ce nom?
Son intention de mettre tous les travaux apostoliques sous la protection du doux évêque de Genève remonte à longtemps. Il venait de commencer son premier oratoire dans la cour du Convitto ecclésiastique qui, déjà en accord avec ses amis Cafasso et Borel, songeait à le confier à l'intercession du saint de Savoie. Culte de ce docteur de l'Église, Don Bosco l'a partagé avec la marquise de Barolo qui avait eu le projet de fonder une congrégation de prêtres à placer sous le patronage du Saint. En effet, au pied des marches menant aux chambres de ses aumôniers,
la marquise avait déjà fait peindre un médaillon à l'image du grand évêque.

Nous avons vu que les temps de Don Bosco étaient difficiles pour la foi catholique: libéralisme, protestantisme, vestiges du jansénisme et d’autres courants de pensée cherchaient à saper l’édifice doctrinal de l’Église. Dans ces circonstances, saint François de Sales, homme de toutes les controverses doctrinales, modèle du polémiste respectueux des hommes mais implacable face aux erreurs, le premier vulgarisateur de pamphlets religieux, le prédicateur infatigable, semblait à Don Bosco le Saint idéal pour inspirer une communauté qui a proposé la défense et la diffusion de la vérité chrétienne avec la parole, la plume, l’enseignement, la prédication, la presse.

Enfin, donnant à ses enfants le nom de l’évêque de Genève (le saint des douceurs), Don Bosco a indiqué que le même esprit de douceur, de patience et de charité confiante aurait dû inspirer leurs œuvres et leurs méthodes. Attirer les âmes vers soi avec bonté, sacrifice, compréhension, joie, les conduire naturellement à Dieu: telle est la méthode de l'apostolat savoyard. Saint Jean Bosco avait découvert son secret en méditant son travail et sa vie: souhaitant ainsi que ses enfants ne doivent le succès de leurs efforts en tant qu'éducateurs qu'au pouvoir de la charité, il pensait que rien ne pouvait être mieux que de se placer devant eux, patron, guide et modèle, le Saint dont ils auraient également apporté le nom.

Maintenant que leur groupe avait un nom, le procès du noviciat commençait pour les jeunes, même si le mot n’était pas encore prononcé ouvertement, avec trop de suspicion.

Un an plus tard, le soir de l'Annonciation, le 25 mars 1855, dans la salle de Don Bosco, le clerc Michele Rua, étudiant en philosophie, prononça les premiers voeux annuels entre les mains du Fondateur.

C'était un rituel très simple, accompli avec une grande discrétion: le prêtre, debout, écoutait le clerc qui prononçait une formule à genoux devant un crucifix. Pas de témoins; pas même le béguin de la liturgie la plus modeste, dans la pièce pauvre et nue où quelque chose de grand est né ce soir-là, même l’un des ordres religieux les plus importants de l’histoire, une congrégation qui aurait donné à l’Église des saints, des missionnaires, des cardinaux, des évêques pour des dizaines de par milliers.

Le clerc Rua, qui, par le triple vœu, s’est engagé à vivre avec Don Bosco pour l’aider dans sa mission, ne se doutait certainement pas du rôle décisif qui lui serait réservé dans la Communauté dont il était le
premier membre. Don Bosco avait bien vu: ce garçon de seize ans a été appelé pour partager avec lui les chagrins et les joies de la congrégation salésienne.

"Nous ferons tout en deux, Michelino", lui avait-elle confié un jour à Porta Palazzo, parmi les étals du marché. C'était vraiment tellement. Il n’est pas exagéré de dire que sans Michael Rua, Don Bosco n’aurait pas pu mettre en œuvre tous ses projets. Ce premier clerc de sa volonté incarne si profondément la pensée du Fondateur, si fidèlement reflétera son esprit, qu’un jour Don Bosco louera son premier disciple de cette louange:
"Si le Seigneur me dit: votre dernière heure approche, choisissez un successeur qui empêchez votre travail de périr et demandez-moi tous les dons et grâces que vous jugez nécessaires, mon embarras serait formidable. Je ne saurais pas quoi demander au Seigneur qui n'est pas déjà dans Don Rua! ».

Après le clerc Rua, à intervalles rapprochés, d'autres promesses ont été placées entre les mains de Don Bosco. Un par un, tous ces jeunes, presque sur la pointe des pieds, ont promis la fidélité à leur Père. Le jour viendra également où, tous réunis dans des bras solennels, ils offriront à leurs jeunes des vœux publics prononcés devant de nombreux témoins. Mais jusqu’à ce jour, les salésiens rejoindront Don Bosco un à un sous cette forme silencieuse et privée. Le Saint avança vers le but qu'il s'était fixé par étapes successives, par étapes mesurées et constantes: il savait que de grandes choses naissent dans la patience, le calme et la prudence.

Bien des années plus tard, après avoir obtenu l'approbation définitive du Saint-Siège, lorsque la congrégation s'installera définitivement, Don Bosco repensera à la pauvreté des débuts, à l'insuffisance des jeunes avec qui il a travaillé ou aux défauts de ces premiers compagnons et il sera heureux d'avoir été patient, de n'avoir pas voulu tout faire et tout réformer, d'avoir traité l'humanité comme un homme.

En effet, à soixante ans, le Saint sortira dans une émouvante confiance, retranscrite par ses enfants alors qu'il sortait de sa bouche:
"Il y a parmi vous ceux qui se souviennent encore des débuts de l'Oratoire. Combien de choses, lentement, insensiblement, ont été consolidées et améliorées! Don Bosco était alors complètement ou presque complètement seul. Il devait tout faire: enseigner le jour, enseigner le soir, écrire des livres, prêcher, aider, trouver de quoi vivre. Et à la maison, il n’ya certainement pas d’idéal de perfection! Des troubles y ont été découverts: querelles de clercs qui ne comprenaient pas le chemin
faire du bien; des différends littéraires ou théologiques poussaient parfois très loin; bruit dans l’étude lorsque les surveillants étaient absents. Plusieurs dans la matinée ne pouvaient pas sortir du lit; d'autres ne sont pas allés à l'école ou n'ont même pas averti la supérieure. Nous avons prié en compagnie des garçons, mais jamais lecture spirituelle, jamais méditation comme le demandent les maîtres de la vie spirituelle. J'ai remarqué tous ces désordres; de temps en temps, je mettais en garde l'un ou l'autre, mais la plupart du temps, je laissais les choses suivre leur cours parce que Dieu ne m'offusquait pas. Si je voulais éradiquer toutes ces habitudes à la fois, j'aurais dû quittez mes garçons et fermez la maison, car ces religieux ne se seraient jamais adaptés à un tel niveau de vie. Et puis, un vent a soufflé dans les airs indépendance qui rendait le commandement très difficile. Je ne dis rien des nombreuses attractions qui auraient pu être dévolues de moi au clergé séculier plus qu'un de ces jeunes ou des sollicitations urgentes des familles, désireuses de voir ces vocations s'installer de préférence dans le diocèse, avec quelle prudence il fallait agir! J'ai procuré qu'il y en avait assez, car j'ai trouvé tant de qualités chez ces bons clercs; ils étaient un peu inquiets, mais tellement travailleurs, si joyeux, si moralement solides! J'ai pensé: de ce premier feu de jeunesse, ils seront de précieux collaborateurs. Et je n'étais pas dupe. Les meilleurs salésiens d’aujourd’hui viennent de ces premières équipes; mais si ensuite j'avais voulu imposer une restriction à leur activité, ils m'auraient laissé tranquille. Si j'avais exigé la perfection, je n'aurais rien fait ou très peu. L'Oratoire aurait cinquante ou cent étudiants, pas plus ».

Les directives à proposer à l'activité de ses premiers enfants étaient dans les Règles de la nouvelle Congrégation qui, en plus des voeux, devaient unir les enfants au Père avec un lien fort. Il comptait depuis longtemps les écrire; enfin, en 1855, il en dessina un premier croquis. Pour le compiler, il s’appuie sur trois sources: il avait d’abord présenté les constitutions de divers ordres anciens et modernes (jésuites, rosminiens, oblats de la Vierge Marie, rédemptoristes), puis avait demandé conseil à de nombreuses personnes compétentes, mais avait surtout mis à profit son expérience. Les règles salésiennes, comme dira Pie IX, sont la transcription sur papier de vingt ans d’activité concrète, rien que de la vie codifiée. Leur auteur ne partait pas de considérations a priori, mais il résumait en articles tout ce que la sélection judicieuse de l’expérience avait permis de faire passer.

A cette époque, tout semblait mûr pour tenter le pas décisif: fonder officiellement une congrégation religieuse.

Plusieurs voix autoritaires lui ont dit qu'il était temps de réaliser ce qui avait été le rêve de toute sa vie.

"Etablissez donc une congrégation, mon cher Don Bosco", a conseillé Giuseppe Cafasso, son confesseur. "Fonder une congrégation si vous voulez établir votre travail de manière permanente".

L'archevêque de Turin ne pensa pas autrement et, de son exil à Lyon, lui suggéra d'aller à Rome prendre conseil auprès de Pie IX à ce sujet. Le théologien Borel, l'aide infatigable du Saint, était du même avis. Tout le monde a insisté pour qu'il pense à assurer définitivement l'avenir de son travail. Don Bosco, cependant, semblait encore hésiter; pour l'inciter à agir, il a pris l'avis inattendu de celui qui, en tant que ministre de la Justice, avait présenté les lois pour la répression des ordres religieux qui n'étaient pas clairement consacrés au service des autres. Comme nous l'avons vu, Urbano Rattazzi tenait Don Bosco en haute estime.

«Cher révérend, lui dit-il un jour de 1857, je vous souhaite une longue vie, pour l'éducation et l'éducation de tant de jeunes pauvres. Mais elle n'est pas immortelle. Que deviendra son travail quand elle sera partie? Avez-vous pensé à cela?
Et puisque Don Bosco regarda le ministre sans répondre:
- Vous devriez - continua Rattazzi - associer plus étroitement certains jeunes ou clercs qui vous aident à Valdocco, leur communiquer sa méthode et son esprit et enfin les réunir dans une société. cela vous permet de continuer votre travail.

- Votre Excellence - répondit Don Bosco en souriant - elle me parle de la Congrégation, alors que la loi ...

- Oh, la loi! Je connais très bien la loi et je connais sa portée. Il ne veut pas de mainmorte ni de ces anciens ordres qui, du point de vue de l'État, ne représentent qu'un fardeau pour la communauté. Finance une entreprise dans laquelle chaque membre conserve les droits civils, se soumet aux lois de l'État, paie personnellement des impôts, une entreprise qui n'est pas une association de citoyens libres qui vivent ensemble dans un but charitable et je garantis qu'aucun gouvernement va vous déranger. Au contraire, l'État devra le protéger comme il le fait pour d'autres entreprises, qu'elles soient commerciales, industrielles ou mutuelles. Alors décidons calmement. Vous aurez l'appui du gouvernement et du roi, car il s'agit d'un travail humanitaire de premier ordre.

- Monsieur le Ministre, répondit Don Bosco, je pensais déjà à quelque chose de similaire mais, après ses paroles, je travaillerai avec une nouvelle énergie!
Et effectivement, le matin du 18 février 1858, accompagné du clerc Rua et portant une lettre d'introduction de l'archevêque Fransoni, Don Bosco se rendit à Rome, apportant avec lui le texte du Règlement de la Congrégation.

Le 9 mars, il eut sa première audience au cours de laquelle Pie IX lui témoigna une très vive sympathie. Il a fait parler à l'apôtre de Turin de toutes ses activités et du stupa de leur développement grandiose.

- Combien de travaux fructueux avez-vous entrepris, mon cher Don Bosco! s'exclama le pape - Mais si tu meurs, comment ça va finir?
Ces mots ont dissipé l'embarras de Don Bosco, dont il a immédiatement profité:
- Très Saint-Père - répondit-il - Je suis à Rome avant tout pour parler de ce sujet. J'aimerais que votre Sainteté m'aide à fonder une congrégation adaptée à notre époque.

Et brièvement expliqué son projet.

Le pape, qui l'avait écouté avec intérêt, répondit sans hésiter: "Complétez les règles de cette société et compilez-les dans cet esprit: d'un côté, il n'est pas nécessaire qu'un gouvernement anticlérical harcèle votre jeune congrégation; d'autre part, il ne doit pas seulement y avoir de promesses, mais des voeux, des voeux simples, bien sûr, qui maintiennent les membres unis à leur Supérieur.

Pour être sûr de vos collaborateurs, vous devez placer cette contrainte. Enfin, il est nécessaire que les règles de la société (parce que je l'appellerais plutôt société et congrégation) soient faciles à observer; rien dans la robe ne doit distinguer vos religieux des autres prêtres, rien dans leurs exercices de piété ne doit les diriger vers l'attention du monde. En bref, essayez de faire de chacun de vos salésiens un véritable religieux dans l'Église de Dieu et un citoyen qui possède tous ses droits devant le monde. Le problème n'est pas facile à résoudre. Cependant, étudiez-le et venez ensuite me rapporter le fruit de vos réflexions ».

Douze jours plus tard, le 21 mars, reçu une deuxième fois en audience, Don Bosco remit au pape le manuscrit des Règles modifiées conformément aux directives reçues. Cet acte constituait la première étape pour obtenir l'approbation définitive de la Société et de ses règles du Saint-Siège.

Avant d’atteindre l’objectif, le Saint devra faire beaucoup d’autres démarches,
supporter tant de difficultés, supporter autant de luttes, avoir besoin de nombreux soutiens, détruire autant de préjugés. Cependant, un pas en avant avait été franchi et Don Bosco pourrait rentrer à Turin, convaincu qu'il avait entamé ce voyage qui se poursuivrait pendant seize longues années!
L'année suivante, le saint est passé de la phase des tests et des mots à voix basse à celui des réalisations concrètes.

Le 9 décembre 1859, il quitte la réserve et explique clairement son plan. Lors de la réunion du dimanche soir, il a déclaré, non sans émotion, à ses jeunes auditeurs qu’il était temps de prendre position sur l’idée qui lui tient à cœur: la fondation de la Société salésienne. Cela existait déjà, mais comme en germe; beaucoup de ceux qui l'écoutaient lui appartenaient en esprit, d'autres étaient liés par des promesses privées; le pape a approuvé et béni cette nouvelle forme de vie; un ensemble de règles était déjà établi, mais des règles que tout le monde pratiquait librement. Il s'agissait maintenant de savoir, de la part des jeunes, si l'institution aurait pu sortir de la semi-clandestinité dans laquelle elle avait vécu jusqu'à ce jour, si elle aurait pris un nom officiellement connu, si elle aurait ouvertement avoué son objectif et inclus les membres déclarés.

"Je vous laisse huit jours pour réfléchir", a déclaré Don Bosco, terminant son discours. "Celui qui n'assistera pas à notre réunion dimanche prochain déclarera avec cela qu'il n'a pas l'intention de rejoindre la société".

Le dimanche suivant, il ne manquait que deux religieux. Immédiatement le conseil de la nouvelle congrégation fut élu qui, aux côtés de Don Bosco comme supérieur général, avait comme préfet Don Alasonatti, prêtre du diocèse unissant Don Bosco, comme sous-diacre Michele Rua comme directeur spirituel, comme diacre Angelo Savio comme conseiller et économiste les prêtres Cagliero, Bonetti et Ghivarello.

Six mois plus tard, en juin 1860, pour inviter probablement Rome à examiner son règlement, Don Bosco demanda à l'archevêque son avis et ses corrections. La lettre qui accompagnait les Règles pour Mgr. Fransoni a été signé par les novices de la société. Lors de la réunion de ce soir-là, après avoir apposé leurs signatures, ces jeunes ont prêté serment solennel, exprimant clairement leur esprit et leur loyauté envers la communauté à laquelle ils appartenaient.

"Si par malheur", ont-ils tous juré "étant donné la tristesse du moment, nous ne serons pas obligés de voter avec des votes, chacun de nous promettant que, où qu'il se trouve, même si ses compagnons seront dispersés à travers
le monde, même s'il ne restera que deux Bien qu’il reste seul, il travaillera à la reconstruction de cette entreprise et respectera les «Règles autant que possible».

Pendant deux ans, Don Bosco s’emploiera à former ces jeunes selon son esprit: il sentait qu’il travaillait sur les fondations de sa congrégation et, désirant que le bâtiment défie les tempêtes et les années, il regardait lentement, avec amour et attention. pierres angulaires.

Enfin, le 14 mai 1862, il pensait que le moment était venu de lier les jeunes, impatients, au service de Dieu et des hommes. Dans la modeste chambre à coucher, lieu de toutes les réunions hebdomadaires, les vingt-deux premiers salésiens ont émis des vœux publics les liant pendant trois ans à leur père et fondateur.

Outre Don Bosco et Don Alasonatti, il y avait les clercs de Cagliero, le premier premier évêque salésien, Rua, qui devait être le premier successeur du saint, Albera un jour, la supérieure générale, Francesia, Cerutti, Bonetti, qui occuperait des postes importants société. Pendant que Michele Rua lisait à haute voix la formule voulant que tout le monde répète phrase par phrase, Don Bosco, agenouillé au pied du crucifix, s'abandonna aux larmes de joie et de gratitude.

Quand les derniers mots de la profession furent prononcés, le Saint adressa à ses fils des paroles émouvantes et prophétiques: "Mes enfants, nous vivons dans une période très troublée et il semblerait insensé de fonder une nouvelle société religieuse à une époque où le mal n'épargne rien à détruire ceux qui existent déjà. Cependant, nous n'avons pas la probabilité, mais la certitude que Dieu bénit nos efforts et souhaite que cela continue. Ce qui n'a pas déjà été fait pour entraver notre conception! Mais quel était le but? À rien. Ce serait déjà une raison de nous faire confiance dans l’avenir. Mais j'ai d'autres raisons encore plus solides. La principale est que nous ne cherchons que la gloire du Seigneur et le bien des âmes. Qui sait qu'il ne veut pas utiliser notre humble congrégation pour accomplir de grandes choses dans l'Église de Dieu? Qui sait que, d'ici vingt-cinq ou trente ans, notre petit troupeau béni par le Seigneur ne se répandra pas sur la terre et ne deviendra pas un groupe d'au moins mille Salésiens? ».

La prophétie sera plus que confirmée par les événements. Chaque année, l'adhésion de nouveaux membres viendra grossir, lentement mais sûrement, les lignes de la société. En janvier 1863, il y avait 39 salésiens;
61 en janvier 1864; 80 en 1865; 90 en janvier 1866, 320 en 1874, à la publication du décret d'approbation définitive du règlement; 768 à la mort de Don Bosco en 1888; 3996 à la mort de Don Rua en 1910; 23.015 avec 1166 novices en 1969.

Il ne restait plus maintenant que l'approbation de Rome, qui devait attendre plus longtemps que prévu. Ainsi, afin d'attirer l'attention des commissions pontificales chargées d'étudier les constitutions de la nouvelle société, Don Bosco leur envoya, en août 1863, un autre exemplaire manuscrit du Règlement. On lui a dit que pour obtenir la première approbation qu'il souhaitait du Saint-Siège, le soi-disant décret de louange, il était nécessaire que la demande soit appuyée par une certaine personne. nombre de recommandations des évêques et surtout du Placet de l’Autorité diocésaine. Don Bosco multiplie alors ses pas avec
l'Epi
Baisé dans le Piémont, il obtint rapidement les documents de recommandation des évêques d'Acqui, Cuneo, Susa, Mondovì et Casale et enfin - mais non sans difficulté - du placet du vicaire au chapitre de Turin, qui remplaça Mgr Fransoni, décédé deux ans plus tard. avant. Le 12 février 1864, soutenu par ce dossier, le règlement de la Société partit pour Rome. Cette fois, les choses vont plus vite: six mois plus tard, le 23 juillet, la Congrégation romaine compétente publie le décret de louange en faveur de la Société salésienne. Certes, l'approbation finale n'était pas encore certaine, mais une autre étape obligatoire a été dépassée.

À Turin, la joie était grande, mais le décret attendu était accompagné d'un mémorandum de la Commission romaine qui indiquait dans treize articles autant d'ajustements à apporter au Règlement.

Pour neuf de ces corrections, Don Bosco s'inclina sans difficulté; mais pour les quatre autres, il a estimé qu'il ne pouvait pas céder à sa société sans subir de graves dommages. Le supérieur général avait la faculté de dispenser les siens, sans recourir à Rome, avec des voeux de trois ans; la faculté d'accorder aux candidats aux Ordres lesdites lettres de démission; la dispense de recourir au Saint-Siège pour contracter des dettes ou disposer d'actifs et enfin la possibilité de s'adresser simplement à l'évêque du lieu, et non directement à Rome, pour l'ouverture de nouvelles maisons.

Parmi ces quatre articles, il était particulièrement préoccupé par le deuxième, car il aurait garanti à son gouvernement une totale liberté d'action. En fait, s’il ne pouvait pas, sous sa responsabilité personnelle, présenter ses religieux aux ordres sacrés en tant que membres de la société Sale
Siana, c’est-à-dire leur remettre des lettres de démission, cela signifiait qu’ils restaient toujours sous la juridiction de leurs propres évêques. ce qui pourrait, selon les besoins du diocèse, les éloigner de la congrégation quand ils le voudraient.

De plus, après le décret de louange donné par Rome à la Congrégation, de nombreux évêques considéraient la Société salésienne comme une Congrégation définitivement constituée; mais entre-temps, à cause des ordinations, ils se sont trouvés perplexes devant les candidats présentés. Avec quelles garanties les commandez-vous? D'un côté, Don Bosco ne pouvait pas encore les présenter sous sa responsabilité personnelle; de l'autre côté, les évêques, ne connaissant pas ces clercs, dont la vie morale et intellectuelle se déroulait loin d'eux, ne pouvaient pas, en toute conscience, les juger dignes de l'ordre qu'ils avaient demandé à recevoir.

En pratique, ils sont presque tous retournés à Don Bosco, qui a signé un certificat attestant de l’aptitude du sujet; mais cette procédure n'était pas du tout régulière et risquait d'avoir des conséquences graves. Cela aurait été suffisant si les deux autorités étaient entrées en conflit et que Don Bosco n'aurait pu faire autre chose que d'accepter la volonté de l'évêque, peu importe ce que c'était.

Parfois, le cas s'est présenté et le prix payé par Don Bosco était trop élevé. Par exemple, un an, l'archevêque de Turin décida soudainement que tous les prêtres de Valdocco suivraient pleinement les cours du séminaire diocésain, dont le calendrier ne correspondait en rien à celui de l'Oratoire. Il s'ensuivit une perturbation grave des progrès de la maison et une perte de temps importante pour les étudiants, obligés de se rendre quatre fois par jour de Valdocco au centre de Turin et vice-versa. Cela ne pouvait pas durer longtemps, car dans cette tourmente conflictuelle entre le diocèse et la congrégation salésienne, beaucoup de jeunes ont fini par se perdre. "L'année dernière" écrivait Don Bosco à Pie IX en 1868 "sur dix de mes étudiants de théologie ayant suivi des cours de séminaire, aucun d’entre eux n’est resté dans la Société ».

Le procès était intolérable et nous verrons pendant de nombreuses années Don Bosco s'efforcer de sauver sa jeunesse en obtenant du Saint-Siège la faculté de libérer lui-même les fameux dimissoires. En 1867, il revint pour la deuxième fois à Rome.

Trois raisons l'avaient amené à cela: le problème de l'ordination de ses prêtres; question délicate à régler entre le gouvernement italien et le Vatican, question que nous exposerons dans un chapitre suivant; la nécessité, enfin, de solliciter une aide pour la construction de la basilique
Marie-Auxiliatrice à Turin. Sur les deux derniers points, ses pratiques ont été couronnées de succès, mais sur le premier point, elles se sont avérées inutiles, car Don Bosco a rencontré une ferme détermination de la part de la Congrégation des Évêques et des Régiaires de ne pas accorder le privilège demandé.

À cette époque, un courant très puissant émergeait à Rome, qui voulait étendre la juridiction des évêques aux congrégations religieuses. De plus, parmi les thèmes proposés au prochain Concile Vatican I, il y en avait un qui proposait de réunir les Congrégations en un seul, celles qui étaient mises au point si elles n'étaient pas identiques ou du moins très similaires. L'atmosphère du moment ne semblait donc pas la plus propice à la fondation d'une communauté religieuse: Don Bosco rentra chez lui attristé, même s'il n'était pas découragé et plus que jamais déterminé à poursuivre son entreprise.

Intanto, la giovane Congregazione non solo aumentava in numero, ma cresceva anche in età e in sapienza presso Dio e presso gli uomini (Lc. 2, 52). Nel 1862, Don Bosco aveva consacrato a Dio e legato alla Società con voti triennali' i suoi primi discepoli; nel 1865, al termine di quest'ultima prova, avendo ricevuto da Roma il Decreto di Lode, si credette autorizzato a fare emettere la professione perpetua ai suoi figli migliori. Il 10 novembre pronunciò i primi voti perpetui Don Lemoyne, il futuro biografo del Fondatore; il 15 fu la volta di Don Rua, Don Cagliero, Don Francesfa, Don Bonetti, Don Ghivarello e di due coadiutori, Gaia e Rossi; il 6 di dicembre toccò ad un ultimo gruppo di cui facevano parte chierici e laici. Sembrava dunque che il vento spirasse favorevole all'ancor fragile.barca di Don Bosco e invece una nuova, grave tempesta stava preparandosi.

A Roma, prima di lasciare la città, gli era stato detto: «Presto avrete un nuovo Arcivescovo; sarà Mons. Riccardi di Netro, l'attuale Vescovo di Savona. Cercate di propiziarvelo per la questione delle dimissorie; servirà a facilitare tante cose! ».

Mons. Riccardi di Netro, torinese di nascita, era amico di Don Bosco. Di passaggio a Roma durante l'ultimo soggiorno del Santo, era stato a trovarlo e gli aveva parlato della sua intenzione di affidargli i Seminari Minori di Giaveno e di Bra e il Seminario di Chieri. Pertanto, il Santo era tornato a Torino convinto che il nuovo Arcivescovo sarebbe stato per la sua Società un protettore e un padre; una seconda e cordiale visita che Mons. Riccardi di Netro volle fare all'Oratorio di Valdocco lo confermò nella sua persuasione. Quel giorno Don Bosco non era in casa e il mattino dopo si fece premura di ricambiare la visita
per ringraziare del gesto cortese. Durante la conversazione, l'uomo di Dio chiese per la sua Società l'appoggio del prelato, che non aveva ancora preso possesso dell'Arcidiocesi e per la lunga assenza non ne conosceva bene la situazione.

— Come, Don Bosco! — esclamò Mons. Riccardi sorpreso — Lei ha fondato una Congregazione religiosa ?
— Si, Monsignore...

Si mise a raccontare tutte le difficoltà incontrate per portare avanti l'impresa, ma l'Arcivescovo l'ascoltava distratto, quasi ostile. Aveva contato su Don Bosco per esserne aiutato a vantaggio della Diocesi ed ecco che ora gli veniva a parlare di una Società destinata ad una larga diffusione in Italia e forse nel mondo e a pregarlo per giunta di aiutarlo ad esimerla dalla dipendenza dal Vescovo!
I due si lasciarono con parole distaccate che mal nascondevano la freddezza che d'ora innanzi avrebbe contraddistinto i loro rapporti. Un giorno del settembré del 1867, Don Bosco ricevette dall'Arcivescovo un biglietto col quale gli si proibiva di impiegare al servizio della sua Società i chierici originari della Diocesi di Torino e lo si avvisava che per l'avvenire Mons. Riccardi di Netro non avrebbe conferito gli Ordini se non agli studenti che vivessero nel Seminario Maggiore. Era una disposizione che, se applicata, avrebbe potuto essere mortale per la giovane Congregazione! Lo disse egli stesso all'Arcivescovo:
— Monsignore, in questo modo ella vuole la fine della mia Opera! I miei chierici in Seminario! I miei sacerdoti novelli al Convitto Ecclesiastico! Ma allora chi mi resterà per occuparsi dei miei ragazzi? Resterò solo e senza aiuti,
— Mio caro Don Bosco, è l'interesse stesso degli studi dei giovani che m'impone questa misura. Del resto, si tratta di una piccola questione...

Una piccola questione, quella, che doveva durare anni ed anni e trascinarsi da un Pontificato all'altro trafiggendo amaramente il cuore di Don Bosco prima di giungere a una soluzione positiva.

Trois mois après cet entretien, le problème est devenu immédiat en raison de l'ordination imminente d'un jeune salésien du diocèse de Turin, le clerc Albera. Cette fois, Don Bosco a chargé Don Cagliero de se présenter à Mgr Riccardi pour tenter de mieux comprendre.

- Cette ordination est impossible - a déclaré immédiatement Mgr Riccardi di Netro.

- Mais pourquoi, Monseigneur?
- Parce que le clerc Albera appartient à mon diocèse.

- Mais cela appartient aussi à la société salésienne!
- Quelle société salésienne? Je l'ignore totalement! Je sais seulement que Albera est de None et que None se trouve sur le territoire de l'archidiocèse de Turin.

- Mais elle, Monseigneur, sait bien que Rome a loué, depuis 1864, l'existence de cette congrégation avec un décret conservé dans les archives de l'archevêché.

- Alors, selon toi, que dois-je faire?
- Observez si le travail de Don Bosco et de sa famille est positif. Dans ce cas, il peut l'encourager. Sinon, il prendra les mesures appropriées.

- Je veux que mes clercs soient au séminaire!
- Alors elle décrète la fin de notre travail!
- Mais non, mais non, Don Cagliero! Tous vos clercs ne sont pas de Turin ...

- Mais, Monseigneur, comment voulez-vous que les autres évêques du Piémont n'imitent pas le métropolite quand ils connaissent son attitude?
Le désaccord entre deux puissances qui, pour le bien de tous, auraient dû se dérouler en harmonie, a eu de lourdes conséquences à Valdocco.

Certains religieux, conseillés par des parents, des amis et des prêtres, ont fini par entrer au séminaire de Diócesan; les autres sont restés avec Don Bosco mais avec des sentiments d'anxiété faciles à comprendre. Vraiment, le Saint semblait très mal récompensé de ce qu'il avait fait en 1850, lorsqu'il avait retrouvé sous son toit les clercs de Turin, des traînards et plus d'école ou de professeurs après la fermeture de l'autorité du Grand Séminaire de Turin!
À Turin, il se méfiait de "l'esprit d'indépendance" du Valdocco. À Rome, il examinait avec une certaine méfiance les "nouveautés" de l'oeuvre. Don Bosco avait envoyé de nombreuses recommandations et certificats à la Congrégation des Évêques et Réguliers, y compris ceux des archevêques cardinaux de Pise, Ancône et Fermo; des archevêques de Lucques et de Gênes; des évêques d’Alessandria, Novara, Suse, Mondovì, Saluzzo, Albenga, Guastalla, Reggio Emilia, Asti, Parme, Alba, Aoste. En dépit de riò, le secrétaire général de la Congrégation, Mgr Svegliàti, a estimé que le Saint-Siège devait encore différer l'approbation: trop peu de religieux, règles trop simples et sommaires, vœu de pauvreté apparemment impossible avec
ciliaire avec le maintien du droit de possession, des études hâtives, l’obstination de ce Don Bosco qui n’a accepté que neuf des treize corrections suggérées par la Congrégation ... L’excellent Secrétaire Général a trouvé cent bonnes raisons pour justifier son avis contraire. Le jugement négatif fut partagé par les autres dirigeants de la Congrégation et fut notifié à Don Bosco dans une lettre du 2 octobre 1868. Le Saint comprit alors que s'il n'était pas retourné au Vatican pour s'adresser directement à Pie IX, la question de l'approbation elle se serait traînée pendant un nombre indéterminé d'années. Le 8 janvier 1869, vous partez seul pour Rome, apportant à nouveau le livre de règles légèrement retouché. Toutes les parties ont déconseillé cette étape: "Allons-y, Don Bosco! Il n'y a pas ce n'est rien à faire pour elle maintenant à Rome. Les humeurs là-bas ne lui sont certainement pas favorables et elle sait très bien quels sont les rapports sur elle, sa société et sa congrégation qui l’a précédée de Turin ... Le temps est un excellent remède, Don Bosco ... ».

L’homme de Dieu n’écoute pas ces discours qui parlent d’une prudence trop humaine; une force intérieure le poussa à partir. Les hommes et les événements semblaient conspirer contre lui. Pourtant, il faisait confiance à Marie Auxiliatrice, à la gloire de laquelle il venait d'élever un temple grandiose, et beaucoup à Pie IX, dont la bienveillance ne l'avait jamais manqué.

Sa confiance ne le trompa pas.

Dès son arrivée à Rome, il se retourna mais ses premiers contacts confirmèrent les craintes de ses amis à Turin.

"Quand j'ai exploré le terrain", a-t-il écrit, "j'ai remarqué que très peu de prélats étaient favorables à mes projets. Dans presque tout, il y avait de la perplexité ou du moins de la froideur envers l'opéra. Je sentais avant tout que j'avais contre moi les plus hautes personnalités de l'Église ».

Que faire? Pour changer ces volontés contraires, il ne lui restait plus qu'un moyen: prier Dieu que, si sa cause était juste, il intervienne pour l'aider.

Et la situation changea rapidement en sa faveur, grâce à une série de "rebondissements" spectaculaires.

L'un des adversaires les plus intransigeants de l'opéra de Valdocco, le cardinal Berardi, avait un petit-fils de onze ans réduit à l'extrême par la fièvre typhoïde.

Il était le seul enfant et le désespoir de grands parents. Loué par son oncle et supplié par le père du malade de rendre visite au garçon,
Don Bosco semblait avoir oublié l'invitation, lorsqu'un soir il apparut soudainement chez le petit malade. Il a été accueilli avec joie par toute la famille et immédiatement conduit au chevet du mourant.

- Don Bosco, prie aussi pour notre fils! - se
plaindre
papa et maman.

- Nous faisons confiance à Marie Auxiliatrice et ensemble nous commençons
une neuvaine en son honneur!
Immédiatement, suivi des autres, il a récité les premières prières de la neuvaine et après avoir béni l'enfant, il est sorti. Il venait de quitter le palais, lorsque les fièvres qui troublaient les petits malades ont
complètement et soudainement disparu .

Trois jours plus tard, le Saint revenait chez lui après Berardi, où le garçon assis sur le lit parlait et jouait avec bonheur: le danger était largement évité, sa convalescence avait commencé. Les parents ne savaient pas comment témoigner de leur gratitude et le bon cardinal
Berardi était profondément reconnaissant.

— Che posso fare per lei, Don Bosco ? Desidererei tanto esserle utile per mostrarle la nostra riconoscenza per questa grazia che ci ha
ottenuta dal Cielo!
— Eminenza, una solo cosa le chiedo: spendere la sua autorevole parola presso il Santo Padre per l'approvazione della Congregazione
Salesiana.

— Lei può contare sul mio pieno appoggio! — promise il Car
dinale. E mantenne la parola.

Disarmata un'ostilità, molte altre ne restavano negli ambienti di Curia. « Se arrivo a convincere il Cardinale Segretario di Stato » pensava Don Bosco « la sua influenza potrà molto per mandare avanti
la questione... ».

Difatti si recò subito dal Cardinale Antonelli che trovò immobi
lizzato da un attacco di gotta.

- Eminence, j'étais venu vous demander votre soutien pour
enfin obtenir l'approbation de ma société.

- Mais, mon cher Don Bosco, vous voyez dans quel état je suis; il m'est
impossible de quitter la pièce.

- Et pourtant, laissez-moi insister, Eminence. Et il verra qu'il ira
mieux.

- Que pourrais-je faire, Don Bosco?
- Parlez au Saint Père en notre nom.

- Très volontiers, dès que je peux bouger.

- Confie-toi à Marie Auxiliatrice, Éminence et reprendra bientôt ses activités; mais promettez-moi de penser à la pauvre congrégation salésienne!
- D'accord, d'accord, Don Bosco. Dès que je pourrai bouger, j'irai chez le pape.

- Alors demain, Eminence?
- demain? Mais cela semble-t-il possible?
- Bien sûr! Confie-toi dans Marie Auxiliatrice, je lui dis, et demain elle sera avec le Saint Père.

En fait, le lendemain matin, le cardinal Antonelli se sentait beaucoup mieux: la douleur était passée, il pouvait marcher, la crise semblait être évitée. Inutile de dire qu'il n'avait rien de plus urgent que d'aller informer Pie IX de son rétablissement rapide et du prix auquel il l'avait acheté.

Impressionné par ces deux faits prodigieux, quelques jours plus tard, le bon pape convoqua Don Bosco et passa une heure et demie à lui parler du problème qui l'avait conduit à Rome. À la fin, il lui promit son soutien le plus ferme et lui assura que tout serait aussi confortable qu'il le souhaiterait.

"Vous, cependant", a conclu le pape, "vous devriez tirer de votre Monseigneur Svegliàti, qui est le critique le plus irréductible de votre travail. Convainquez-le et la partie sera gagnée ».

Quelques heures plus tard, Don Bosco se trouvait dans l'antichambre du secrétaire général de la Congrégation des évêques et des fidèles. Introduit par Mgr Svegliàti, il le trouva allongé sur un canapé, tourmenté par une influence perverse.

- A très mal! - dit Don Bosco à ce point de vue. - Je suis venu, Monseigneur, pour vous demander de m'aider à résoudre les difficultés relatives à l'approbation de la Société salésienne.

- Il n'est pas si facile de surmonter toutes ces difficultés! D'ailleurs, il voit dans quel état je suis réduit, je n'ai même plus la force de penser.

"Et pourtant, Monseigneur, j'ai tellement besoin de vous pour rendre visite au Saint-Père!"
- Mais comment voulez-vous que je fasse ça?
- Comme, comment ? Ici, je vous dis: recommandez votre santé à Marie Auxiliatrice, et vous verrez que la Madone la guérira bientôt.

- Il faut un peu pour le dire!
- Essayez, monseigneur et vous verrez! Ayez foi en Marie Auxiliatrice.

- Ah, Don Bosco, si demain, contre toute attente, je peux me présenter en audience avec le Saint-Père, je vous assure que je parlerai en votre faveur.

Le lendemain matin, la terrible toux qui a secoué Mgr Svegliàti a disparu avec la fièvre. Et, après l’audience avec le pape, le secrétaire général de la Congrégation a rendu visite à Don Bosco avec enthousiasme, n’a pas manqué de lui promettre son soutien le jour où la question a été débattue.

La riunione decisiva ebbe luogo il 19 di febbraio. Quel giorno a Torino, nella chiesa di Maria Ausiliatrice, tutti i ragazzi di Don Bosco si alternarono davanti al SS. Sacramento esposto, pregando per ottenere la grazia desiderata.

La Congregazione dei Vescovi e Regolari, esaminata un'ultima volta la causa, concluse secondo i desideri dei Salesiani e in data 1° marzo 1869 il Prefetto emetteva un Decreto che approvava la Società e concedeva per dieci anni al capo di essa la facoltà di fare ordinare, con il solito titolo della Congregazione, i giovani entrati prima dell'età di quattordici anni. L'approvazione definitiva delle Regole era rimandata ad altro tempo.

Appena ottenuto il documento, frutto di fatiche e miracoli, Don Bosco ripartì per Torino, dove giunse la sera del 5 marzo; non era ancora la fine di tante lotte ma era certo l'alba della vittoria. Se tutti gli amici di Don Bosco esultavano con lui, nessuno era più felice del buon Don Borel. Questi era a letto, colpito da un male inesorabile, ma quando seppe del ritorno dell'amico da Roma non si tenne più; ad onta dei consigli di tutti, volle alzarsi e vestirsi per andare ad abbracciarlo. Appoggiandosi con una mano al bastone e con l'altra ai muri di via Cottolengo, si trascinò febbricitante sino all'Oratorio e vi giunse proprio mentre Don Bosco stava per salire in camera.

— Oh, Don Bosco! — gridò vacillante sulle ginocchia malate.

— Caro Don Borel, che bellezza che sia venuto a trovarmi, quanta bontà!
— È approvata la Congregazione ?
— Si, Don Borel, è approvata!
— Deo gratias ! Ora muoio contento! — esclamò con voce rotta da un singhiozzo e facendo fronte indietro ritornò a casa piangendo di gioia.

Per trent'anni Don Borel era stato accanto a Don Bosco, condividendo con lui gioie e pene. I Salesiani non dimenticarono mai l'umile
prete che, nella buona come nella cattiva sorte, stette fedele accanto al loro Padre, dando il più prezioso degli aiuti alla nascente Congregazione.

Con l'approvazione ufficiale della Società e la facoltà limitata di dare le dimissorie, Don Bosco non era certo al termine del suo doloroso travaglio. Gli rimaneva da ottenere l'approvazione definitiva delle Costituzioni e la facoltà illimitata di rilasciare le famose lettere. Più di quaranta tra Cardinali, Arcivescovi e Vescovi avevano attestato a Roma che la Congregazione Salesiana sembrava loro poggiare su solide basi, ma colui la cui testimonianza doveva pesare di più, il nuovo Arcivescovo di Torino, Mons. Gastaldi, già Vescovo di Saluzzo, non deponeva la sua diffidenza nei riguardi di Don Bosco e della sua Opera, manifestando la propria avversione con misure spiacevoli, nelle quali i diritti di Valdocco erano apertamente misconosciuti. Le vecchie accuse contro la nascente Società, cento volte ripetute e cento volte confutate, si rimettevano in campo.

«Da Don Bosco, — si diceva — regna il disordine; gli studi dei chierici sono più che sommari; i professori di teologia non possiedono la scienza necessaria; il noviziato praticamente non esiste; le pratiche di pietà si riducono a ben poco; la formazione ascetica dei giovani Salesiani è incompleta; i chierici, dovendo pensare ai propri studi, all'ufficio di educatori e agli esercizi del noviziato, finiscono col non fare nulla bene... ».

Avanzati com'erano dal Vescovo locale, questi giudizi non potevano non impressionare sfavorevolmente i giudici romani.

Per dissipare anche questi sospetti, Don Bosco affrontò altri due viaggi a Roma, nel 1871 e nel 1873; come voleva la Congregazione dei Vescovi e Regolari fece aggiunte e soppressioni alle sue Regole. Infine, ai primi del 1874, fece stampare a Roma un opuscolo che in venti pagine rispondeva alle più gravi obiezioni mosse alla sua famiglia ed esponeva le ragioni per le quali insisteva nel chiedere l'approvazione definitiva delle Regole è la facoltà illimitata di rilasciare le dimissorie. L'opuscolo fu distribuito ai Cardinali di Curia e a tutti i membri influenti delle Congregazioni romane.

Nell'udienza di congedo che aveva avuto nel 1869, Pio IX gli aveva detto: «Un passo per volta, Don Bosco, un passo per volta! Chi va piano, va sano. Quando una cosa è buona, la Santa Sede è abituata ad aggiungere, non a togliere! ».

Don Bosco se souvenait très bien de ces paroles et espérait une fois de plus, dans la bienveillance du pape, qu’il pourrait donner à sa cause, au bon moment, la poussée décisive.

Une circulaire envoyée de Rome le 16 mars 1874 demandait à tous les garçons salésiens et orateurs trois jours de prière spéciale
du 21 au 23 mars. Ce triduum de prières, il a de nouveau demandé à tout le monde pour les jours du 26 au 28 du même mois. La première réunion des quatre cardinaux appelés à se prononcer sur l'approbation finale du Règlement s'est tenue le 29 et a semblé favorable; la deuxième et dernière a eu lieu le 31 et a duré trois heures et demie. Seuls trois cardinaux ont voté pour l'approbation finale tandis que tous les quatre ont accepté d'approuver temporairement ad experimentum. Le 3 avril, vendredi saint, Mgr Vitelleschi, secrétaire de la Congrégation des évêques et des fidèles, en a fait rapport. Au pape, quand Pie IX eut entendu la lecture du procès-verbal de la réunion, il s'écria: "Alors, il n'y a pas de vote pour l'approbation finale! Ok, je vais le mettre! ».

Le soir du même jour, Don Bosco, impatient de connaître le résultat final de l'affaire, était à la construction de la Congrégation. Le secrétaire venait de rentrer:
- Allegro, Don Bosco! Il lui cria de loin dès qu'il le vit. - Ses règles sont définitivement approuvées 'et vous aurez le droit de libérer inconditionnellement les dimissoires de
Don Bosco, un homme d'esprit en toutes circonstances, car il prit un bonbon de sa poche et le tendit à Mgr Vitelleschi:
- Prenez, Monseigneur! Il le méritait ...

Cette approbation est venue après seize ans de luttes, d'inquiétudes, de difficultés, de souffrances intimes: la fille bien-aimée de Don Bosco, la congrégation salésienne, triomphant des derniers obstacles, pouvait enfin avancer seule. À ce jour, l’Opéra a été fondé sur des fondations sûres qui garantissent sa continuation.

Un jour, presque à la fin de sa vie, Don Bosco laissa échapper une phrase révélant le travail de ces années: "Si, sachant ce que je sais maintenant, je devais commencer tout le travail qui m'était imposé par la fondation de la Société et soutenir tous les travaux qu'elle ça m'a coûté, je ne sais vraiment pas si j'ose! ».

Deux ans auparavant, au début de 1872, il avait jeté les bases d'une Congrégation féminine pour l'éducation des filles, en particulier celles appartenant aux classes les plus pauvres et les plus abandonnées.

De nombreux amis, y compris des évêques, l'avaient poussé à aller dans cette nouvelle fondation. Ils auraient aimé que les filles reçoivent une éducation qui avait été si fructueuse pour les jeunes.

À partir de 1866, Don Bosco commença à exprimer à Don Cagliero et Don Lemoyne son désir de fonder une société féminine de vœux simples dans le but d'accueillir et d'éduquer les filles du peuple. En 1870, il exprima de nouveau la même pensée à un autre de ses premiers fils, Don Francesia. En 1871, à l'occasion de son quatrième voyage à Rome, il demanda l'avis de Pie IX qui accueillit immédiatement le projet:
"Il me semble", a déclaré le pape, "il me semble que votre conception est excellente; ces futurs religieux pourraient être comme la réponse féminine des salésiens. Ils feront pour les jeunes femmes ce que les salésiens font pour les jeunes; et quant à l’esprit, ils seront sous la dépendance de vous et de vos successeurs, comme les sœurs de Saint Vincent de Paul sont sous la dépendance des Lazaristes ".

Ainsi, la volonté de Dieu semblait claire; il ne restait plus qu'à attendre le moment le plus propice pour se rendre au travail.

En 1861, dix ans avant la rencontre avec le pape, qui rentrait d'Acqui à Turin en train, Don Bosco avait rencontré un prêtre de Mornese, une petite ville de la région d'Alessandria, dans une caravane de troisième classe. Ce prêtre s'appelait Don Domenico Pestarino et était animé par un vif désir d'apostolat. Dans sa paroisse, une association de jeunes filles est née en 1856 et a pris le nom de l’Union pieuse des Filles de Marie Immaculée. Cela avait pour but de réunir, dans le même esprit et sous le même régime, au service des ouvrages paroissiaux, ces jeunes femmes qui, sans vouloir se marier, n’avaient même pas l’intention d’entrer au couvent. En d'autres termes, comme ils l'ont dit eux-mêmes, ils étaient des religieuses dans le monde.

Un petit groupe se sépara de cette petite communauté de jeunes dévots en 1861. Un soir de cette année, Maria Mazzarello, une jeune fille de Mornese âgée de 24 ans, se rendit à l'église où le curé rassembla les jeunes femmes pour le chapelet et la lecture spirituelle. Maria, qui dans ces mois avait été réduite à l'extrême par la typhoïde contractée pour venir en aide à une personne infirme, avait imaginé un nouveau programme caritatif à l'époque de l'immobilité. Il en parla pour la première fois à une fille du même âge qu'il avait rencontrée ce soir-là à la porte de l'église.

"Je ne peux plus travailler dans le pays après ma maladie", a déclaré Maria à son amie. - Quant à toi, tu es libre. Si vous y croyez, le tailleur pourrait nous apprendre son métier: cela pourrait nous prendre un jour pour faire du bien aux filles. Nous leur apprendrons à travailler et à prier!
L'ami était immédiatement enthousiasmé par le projet.

— Allora — soggiunse Maria — entriamo in chiesa a pregare il Signore che ci illumini e ci aiuti, perché ogni nostra attività sia un atto d'amore!
L'indomani Maria e l'amica cominciavano il tirocinio presso il sarto del villaggio e alla fine dell'anno erano già in grado di lavorare per conto proprio. Altre amiche v'ennero pian piano ad unirsi a loro. Ricevevano anche bambini in custodia e fanciulli da istruire. Ben presto, cominciarono a prendere i pasti assieme, a pregare assieme, a vivere insomma in comunità, in una casa vicinissima alla chiesa, già costruita da Don Pestarino con l'intenzione di cederla un giorno alle Figlie di Maria Immacolata per tenervi le adunanze.

Erano sette le giovani raccolte attorno a Maria Mazzarello, dai quattordici ai venticinque anni di età. Sarebbero rimaste tutte mera
vigliate e forse confuse, umili e semplici com'erano, se qualcuno avesse detto loro che da quella povera comunità si sarebbe sviluppata una Congregazione destinata a spargersi nel mondo con migliaia di religiose.

Don Bosco, intanto, continuava a maturare lentamente la sua idea, stando in continua relazione con l'associazione di Mornese, sulla quale
aveva già formato i suoi progetti; varie volte, tra il 1864 e il 1870, recatosi in quelle zone per .altri motivi di apostolato, aveva visitato le giovani il cui numero era ormai salito a quindici.

Nel 1871 si decise all'improvviso e, riunito il Capitolo salesiano per una comunicazione urgente, « Da molto tempo », disse ai suoi
figli adunati, «da molto tempo persone autorevoli mi consigliano
di cominciare per le giovani quello che, con l'aiuto del Signore, stiamo già facendo per i giovani. Se volessi seguire soltanto la mia inclinazione,
vi confesso che non mi lancerei in questo campo, ma le istanze altrui
si fanno così incalzanti che crederei di sottrarmi ai disegni della Provvidenza se non le prendessi in considerazione. Riflettiamo dunque
dinanzi al Signore su questa impresa: domandiamoci che cosa richiedono la sua gloria e il bene delle anime. In questo mese tutte le nostre preghiere, private o pubbliche, non abbiano altro fine che di ottenere dal Cielo i lumi necessari ».

Un mese dopo il Capitolo, nuovamente riunito, deliberò all'unanimità di procedere a una nuova fondazione che, parallelamente alla prima, apportasse alla gioventù femminile i benefici della educazione salesiana.

A causa di una grave malattia che alla fine di dicembre dello stesso
anno immobilizzò per qualche tempo Don Bosco, l'attuazione del progetto subì un ritardo. Ma appena scampato al pericolo, il Santo chiamò a Varazze, al suo capezzale, Don Pestarino e lo pregò di far procedere all'elezione della Superiora e del Capitolo della piccola comunità di Mornese. Quest'incontro aveva luogo il 6 gennaio 1872, festa dell'Epifania; il 29, festa di San Francesco di Sales, le future suore, che raggiungevano già il numero di ventisette, si riunirono per la votazione; al primo scrutinio fu eletta con ventun voti Maria Mazzarello. Non restava che dare a quelle giovani l'abito delle religiose e un nome alla loro famiglia.

Il 5 agosto, festa della Madonna della Neve, dopo otto giorni di ritiro, il Vescovo di Alessandria impose in presenza di Don Bosco l'abito alle nuove monache. Quattordici ragazze presero l'abito, undici delle quali pronunciarono i voti triennali, Maria Mazzarello aveva allora trentacinque anni. Alla piccola Congregazione che nasceva quel giorno, il Santo diede il nome che da gran tempo le riservava in segreto :
«Vi chiamerete Figlie di Maria Ausiliatrice », disse alle suore novelle.

Nel suo pensiero, questo nome doveva testimoniare la gratitudine verso Maria, Aiuto dei Cristiani, che aveva colmato di benedizioni la sua Opera, le sue fatiche, i suoi figli. Poco dopo, nello stabilire le religiose in una nuova casa, all'estremità del paese, Don Bosco diceva loro: « Avrete delle fanciulle, ne avrete tante da non sapere neppure dove ospitarle! Ora siete poche e tanto povere! Ma coraggio, mantenetevi fedeli alla Regola che vi ho tracciata e vedrete crescere prodigiosamente il vostro numero. Per mezzo vostro la SS. Vergine vuoi venire in aiuto alle figlie del popolo ».

Restarono a Mornese nove anni, il tempo per soffrire molto, e per aumentare in modo considerevole il loro numero: in poco tempo la comunità contò settanta suore. Le domande di fondazioni giungevano numerose e le giovani cominciarono a sciamare a Torino, a Chieri, a Biella. Nel 1874, per ordine del Santo, la Casa Madre si trasferì da Mornese a Nizza Monferrato. Quella cittadina, nota sino ad allora quasi soltanto per la qualità dei suoi vini, fu letteralmente trasformata dalla invasione del pacifico esercito. Accanto all'antico convento dei Cappuccini, riscattato dalle suore, sorse tutta una serie di opere dalla vitalità sorprendente: scuole elementari, oratorio festivo, istituto magistrale, noviziato...

La fécondité merveilleuse ne se limitait pas à la ville où se situait la Maison-Mère, elle se prolongeait au-delà. Nous avons déjà vu ces humbles œuvres religieuses ouvertes à Turin, Biella, Chieri, mais leur désir d'
expansion a suscité des rêves bien plus vastes et, bientôt, il n'y a presque plus aucun coin d'Italie qui n'ait vu les Filles de Marie Auxiliatrice à l'œuvre.

Pour aider et multiplier d'une certaine manière ces deux groupes d'éducateurs, Don Bosco complétera sa famille religieuse en créant, avec l'Union des coopérateurs salésiens, une institution véritablement révolutionnaire pour l'époque.

Il était fermement convaincu que le moment était venu d'organiser l'apostolat des laïcs d'une manière nouvelle.

Lorsqu'il s'était retrouvé parmi des centaines de jeunes en manque de tout, débordé par le travail, il avait demandé de l'aide. Les prêtres généreux de Turin se sont précipités, mais l'aide était toujours insuffisante: l'Opéra prenait des dimensions inattendues. Il s'est ensuite tourné vers les laïcs, les catholiques de la ville. "Pourquoi," leur dit-il, "pourquoi ne pas mettre une partie de votre temps, de votre expérience, de vos multiples capacités, de votre argent, au service du Seigneur qui souffre dans ces petits malheureux? ».

L'appel a été reçu et toutes les classes de la société turinoise sont venues collaborer avec des collaborateurs qui ont accepté de tenir le catéchisme au désormais célèbre vilain Valdocco.

Ces laïques généreux se sont également prêtés à d'autres tâches urgentes: enseignement dans les écoles du soir, assistance dans la chapelle, préparation à la première communion, recherche d'emploi pour les chômeurs, visites chez de jeunes ouvriers, aide à la détente, etc.

Bientôt, les mères, les épouses et les sœurs de ceux qui le souhaitaient se sont réunies, collaborant dans la même tâche de la manière la plus simple et la plus pratique, mais aussi la plus utile. En fait, beaucoup de garçons n'ont pas pu trouver de travail car ils ont révélé leur misère à la personne entière. Ce qui était censé les accueillir, au contraire, les a fait rejeter malheureusement: du linge sale, des vêtements en lambeaux, des chaussures minables, des cheveux emmêlés et souvent infestés de parasites. Les femmes, alors rassemblées dans la maison de Don Bosco, commencèrent à confectionner des chemises, à rhabiller des pantalons, à réparer, à enlever des taches, à agrandir des vêtements ou à en créer de nouveaux, pour finalement enseigner l'art de laver et de peigner ces garçons qui et presque méconnaissables, ils pourraient plus facilement trouver un maître bienveillant.

La collaboration de ces bons chrétiens avait permis à Don Bosco de développer son œuvre de manière inattendue, mais il cherchait le moyen d’exprimer sa gratitude de manière concrète et "juridique".

En effet, lorsqu'il revint à Pie IX avec le texte du Règlement en 1864, un chapitre très spécial (le seizième) fut consacré à ses collaborateurs laïcs.

Il les a certainement incorporés à la Congrégation salésienne dont seraient constitués les membres extérieurs, les "Salésiens du monde".

Le texte que le Saint avait dédié aux nouveaux membres de la Communauté était extraordinairement nouveau pour la seconde moitié du XIXe siècle. En fait, il a dit ce chapitre connu du seizième chapitre:
1. Toute personne, même vivant dans sa propre maison, au sein de sa propre famille, peut appartenir à la Société salésienne.

2. Il ne votera pas mais tentera de mettre en pratique la partie de la réglementation compatible avec son âge, son statut et sa condition.

3. Pour participer aux biens spirituels de la Société, le membre fera au moins une promesse au recteur de s’engager envers ce qu’il jugera nécessaire pour revenir à la plus grande gloire de Dieu.

Comme on peut le constater, c’était une nouvelle façon de comprendre la "vie religieuse": chrétiens dans le monde et religieux au sens réel du terme, liés par une promesse formelle à une congrégation approuvée par le pape, des confrères au sens plein. des prêtres salésiens.

Purtroppo, come vedemmo, Roma chiese tredici correzioni al testo presentato da Don Bosco e tra quelle tredici modifiche c'era anche la soppressione del capitolo XVI, quello intitolato De externis nell'originale latino e dedicato ai cooperatori. La ragione addotta era l'anticlericalismo dei tempi che, stando a Roma, sarebbe divenuto ancor più virulento qualora si fosse creata quella nuova organizzazione di cattolici.

L'insuccesso del progetto addolorò molto il Santo che non si diede però per vinto. Questa idea dell'unione compatta del laicato attorno ai religiosi e alla gerarchia era divenuta quasi la sua « idea fissa ».

« Che c'è di più debole di un filo di spago ? » diceva spesso a coloro che lo attorniavano, « Ebbene, provate a moltiplicarlo per tre e non lo romperete più! ». Le forze del male, ripeteva, non si arresteranno che davanti a forze eguali, decise, audaci, raggruppate attorno a un preciso programma di apostolato cristiano.

E allora, ancora una volta, tornò alla carica: costante dei Santi è proprio il non scoraggiarsi mai, soprattutto quando li sorregge la cer
tezza che la loro idea è ispirata da Dio. Si pose pertanto al lavoro per ricostituire i quadri della sua schiera di collaboratori da indirizzare verso il settore allora più esposto: l'educazione della gioventù povera.

Fu tra il 1873 e il 1875 che venne rielaborando in forma definitiva un altro progetto di mobilitazione dei laici. Da uomo prudente qual era, volle tuttavia consigliarsi ancora una volta con persone fidate. L'occasione propizia giunse durante una riunione a Lanzo di tutti i suoi collaboratori, tra cui i direttori delle case salesiane. Dopo che ebbe esposto il suo piano e sollecitato i pareri dei presenti, tutti manifestarono la loro perplessità.

— No, Don Bosco, è meglio lasciar perdere! Associazioni religiose ? Confraternite? Nessuno ne vuole più sentir parlare, nemmeno gli stessi buoni cattolici. Solo una parte del clero, e proprio quello meno aggiornato, le difende ancora. Ed è giusto, perché le esigenze dei tempi sono cambiate: occorrono strumenti nuovi di apostolato, soprattutto in questi tempi in cui la violenza anticlericale è scatenata. Se realizzassimo il progetto rischieremmo un grosso fallimento.

— Evidentemente non ho saputo spiegarmi bene! — ribatté paziente il Santo. — Il mio progetto non mira a creare una nuova confraternita, come voi dite: sono anch'io d'accordo che non sarebbe ben accetta. La vasta associazione che io medito è di una specie di terz'ordine, ma molto diverso da quelli di un tempo che nel Medioevo, quando sorsero, si collegavano all'Ordine che li aveva creati con dei vincoli religiosi: recita dell'Ufficio, determinate pratiche di pietà, riunioni spirituali. Il nostro sarà invece un terz'ordine di azione, legato a noi dalle stesse finalità e dagli stessi ideali di bene e troverà la propria salvezza nel promuovere come noi quella della gioventù povera e abbandonata.

Chiarito meglio il progetto, non tardò a venire l'approvazione dell'assemblea. E Don Bosco continuò cosi sulla strada iniziata da tempo: possediamo almeno quattro minute, piene di correzioni, che testimoniano del progressivo precisarsi del progetto.

Il Santo non aveva completamente rinunziato al testo del 1864, a quel famoso capitolo sedicesimo. Ne fa fede la duplice osservazione che troviamo sul primo dei quattro manoscritti:
« Si vorrebbe creare questa associazione per soddisfare il desiderio di molte persone che vivono nel mondo. Lo scopo è duplice: primo, offrire un mezzo di perfezione spirituale a tutti i cristiani che non possono abbracciare la vita religiosa; secondo, farli partecipare alle
opere di bene che i Salesiani compiono per la gloria di Dio e il bene delle anime ».

Il pensiero di Don Bosco era dunque chiarissimo: questa terza schiera, composta da laici, si collegava volontariamente all'azione salesiana e all'osservanza delle sue costituzioni nella misura possibile a dei cristiani che non potevano « abbracciare la vita religiosa » — per dirla con le parole del Santo — o per l'età o per la condizione sociale o per mancanza di vocazione o per ragioni di salute.

Se si volesse sintetizzare la visione del Santo su questa sua ultima creatura, la si potrebbe raccogliere in questa espressione: « Salvarsi salvando le anime, dei giovani soprattutto, lavorando in stretta cooperazione con i figli di Don Bosco e adoperando gli stessi metodi che si ispirano alla scuola di San Francesco di Sales ».

Don Bosco assegnava obiettivi estremamente concreti ai cooperatori: l'insegnamento della dottrina cristiana; la ricerca delle vocazioni; la diffusione della stampa cattolica; la cura dei fanciulli con tutti
i mezzi utili e necessari; la preghiera; l'aiuto economico per sostenere le opere a favore della gioventù. Ma sarebbe stato non conoscere Don Bosco pensare che il suo animo dagli ideali grandi come il mondo limitasse a questo il programma di apostolato dei nuovi figli.

Un giorno del 1884 il Vescovo di Padova aveva affermato in un articolo che Don Bosco, con i suoi cooperatori, mirava a raggiungere tutta intera la gioventù e insieme a lavorare per una totale rigenerazione cristiana della società. « Ecco, è proprio questo il mio pensiero! » esclamò il Santo nel ripiegare il giornale dove aveva letto quelle affermazioni. E continuò: «Ho riflettuto a lungo sull'istituzione dei cooperatori: il loro fine principale non è solo quello di aiutare i Salesiani, ma di portare aiuto alla Chiesa di Dio, ai Vescovi, ai Parroci, sotto la direzione dei Salesiani, in qualunque opera di bene per la gioventù povera. Noi faremo appello a loro, in caso di necessità, ma essi sono soprattutto a disposizione dell'episcopato dei loro Paesi ».

Papa Pio XII, ricevendo in una memorabile udienza il 12' settembre del 1952 i cooperatori e le cooperatrici convenuti a Roma per il loro Congresso, diceva tra l'altro:
« Apostolo e suscitatore di apostoli, Don Bosco divinò, or è un secolo, con l'intuizione del genio e della santità, quella che doveva essere più tardi nel mondo cattolico la mobilitazione del laicato contro l'azione del mondo nemico della Chiesa. Cosi, un giorno del lontano 1876, l'uomo di Dio, parlando dei suoi cooperatori, poté uscire in
questi audaci pensieri: — Finora pare una cosa da poco; ma io spero che con questo mezzo una buona parte della popolazione italiana diventi salesiana e ci apra la via a moltissime cose. — Il suo zelo lungimirante cosa preconizzava, sotto i segni della istituzione salesiana, un nuovo provvidenziale movimento del laicato cattolico che si preparava a scendere in campo, ordinato nei suoi quadri, formato all'azione, alla preghiera e al sacrificio, affiancandosi alle forze di prima linea, cui per divino mandato spettano la direzione e la parte primaria nella
santa battaglia ».

Terz'ordine d'azione, dunque, quello di Don Bosco, dalle attività molteplici secondo le esigenze locali, con tre principali legami di unità:
1. Un capo, innanzitutto: il Rettor Maggiore dei Salesiani. Dal 1947, un Superiore è stato aggiunto nel consiglio del Rettor Maggiore per la direzione generale dell'Unione. Nelle Diocesi l'Unione dei Cooperatori è raccomandata a un Direttore diocesano.

2. La vita spirituale che circola nelle membra di questo organismo e che si alimenta con speciali e brevi preghiere quotidiane, con il ritiro, mensile, con il corso di esercizi annuali e con due conferenze all'anno.

3. Un periodico mensile, il « Bollettino Salesiano », che tiene tutti gli associati al corrente delle attività salesiane nel mondo intero e li forma sempre più allo spirito del Fondatore. Il « Bollettino Salesiano » si pubblica ormai in diciassette lingue e raggiunge una tiratura complessiva di circa un milione di copie per i cooperatori sparsi in ogni Paese della terra.

Il 4 maggio del 1876 Don Bosco era ritornato a Roma per fare approvare definitivamente l'Unione dei Cooperatori e il relativo regolamento e per ottenere dal Papa importanti favori spirituali per i
membri.

Pio IX lesse con la consueta cura, parola per parola, il regolamento dell'Associazione e, prima di approvarlo, convocò il Santo.

"Comment pouvez-vous oublier les femmes, mon cher Don Bosco? Demanda-t-il dès qu'il la trouva devant lui. "Pourquoi ne parlez-vous pas des coopérateurs? C'est un grave écart. Non, non, vous ne devez exclure personne. Votre syndicat doit également inclure les femmes. Quelle tâche magnifique ils ont assumée dans l'Église pour l'évangélisation des peuples! Parcourez l'histoire et vous constaterez que, dans le domaine de la charité, les femmes ont toujours été à la pointe. Par inclination naturelle, ils sont bénéfiques, entreprenants, prêts à se sacrifier.

Et vous, mon cher don Bosco, vous en priver, vous vous priveriez de la plus grande aide! ».

Derrière ces paroles du pape, le saint s'est empressé de faire place également aux femmes de son Union; quoi sur le bref pontifical du 9 mai 1876 qui avait approuvé le pape et accordé de larges indulgences en faveur de l'Union, on pouvait lire: Omnibus utriusque sexus christifidelibus, à tous les fidèles des deux sexes,
Don Bosco il ne voulait pas quitter le monde sans laisser un dernier signe de gratitude à ceux qui avaient bénéficié de son travail et surtout aux Coopérateurs et Coopérateurs.

Il a écrit ce document, qui porte précisément le titre de lettre aux coopérateurs. Et que nous rapportons dans son intégralité:
"Mes bons bienfaiteurs et mes bons bienfaiteurs,
j’ai le sentiment que la fin de ma vie approche et que le jour viendra où je devrai payer le tribut commun à la mort et descendre dans la tombe.

Avant de vous laisser à jamais dans ce pays, je dois dissoudre une dette envers vous et ainsi satisfaire un grand besoin de mon cœur.

La dette, que je dois dissoudre, est celle de la gratitude pour tout ce que vous avez fait en m'aidant à éduquer tant de jeunes garçons à la vertu et au travail, afin qu'ils puissent avoir la consolation de la famille, utiles pour eux-mêmes. et à la société civile, et surtout pour sauver leur âme et se rendre ainsi éternellement heureux.

Sans votre charité, je n'aurais fait que peu ou rien; avec votre charité, nous avons plutôt coopéré avec la grâce de Dieu pour essuyer de nombreuses larmes et sauver de nombreuses âmes. Avec votre charité, nous avons fondé de nombreux collèges et hospices, où des milliers d'orphelins ont été retirés de l'abandon, du danger de l'irréligion et de l'immoralité et grâce à une bonne éducation, à l'étude et à l'apprentissage d'un art, de bonnes actions Chrétiens et citoyens sages.

Avec votre charité, nous avons établi les missions jusqu'aux extrémités de la terre, en Patagonie et dans la Terre de Feu, et envoyé des centaines d'ouvriers évangéliques pour étendre et cultiver la vigne du Seigneur.

Avec votre charité, nous avons installé des presses à imprimer dans différentes villes et pays, publiées parmi la population avec plus de millions d’exemplaires de livres et de papiers pour la défense de la vérité, en faveur de la piété et en faveur de la moralité.

Avec votre charité, nous avons encore élevé de nombreuses chapelles et églises dans lesquelles, pendant des siècles et jusqu'à la fin du monde, les louanges de Dieu et de la Sainte Vierge seront scandées chaque jour et de nombreuses âmes sauvées.

Convaincue que, après Dieu, tout cela et bien d’autres choses encore ont été accomplis grâce à l’aide efficace de votre charité, j’ai ressenti le besoin de l’extérioriser. Par conséquent, avant de clore les derniers jours, une profonde gratitude s’en dégage et merci du plus intime du coeur.

Mais si vous m'avez aidé avec tant de gentillesse et de persévérance, je vous demande maintenant de continuer à aider mon successeur après ma mort. Les travaux que j'ai commencés avec votre aide n'ont plus besoin de moi, mais continuent d'avoir besoin de vous et de tous ceux qui, comme vous, aiment promouvoir le bien sur cette terre. Je les confie à tout le monde et les recommande.

Pour vos encouragements et votre réconfort, je laisse à mon successeur le soin de faire figurer dans nos prières ordinaires et privées, qui se dérouleront dans les maisons salésiennes, nos bienfaiteurs et nos bienfaiteurs, et qu'il mettra toujours l'intention que Dieu accorde le centuple de leur charité. dans la vie présente avec la santé et l'harmonie dans les familles, avec la prospérité à la campagne et dans les affaires, avec la libération et l'éloignement de tout malheur,
Sous vos encouragements et votre réconfort, je remarque encore que le travail le plus efficace pour obtenir le pardon des péchés et assurer la vie éternelle est la charité donnée aux petits enfants: Uni ex minimis, à un enfant abandonné, ainsi que le assure le Divin Maître Jésus. Je tiens également à souligner que, de nos jours, manquant cruellement de moyens matériels pour éduquer et éduquer les enfants les plus pauvres et les plus abandonnés en matière de foi et de bonnes mœurs, la Sainte Vierge devint elle-même leur protectrice; et par conséquent, il obtient de nombreuses grâces spirituelles et extraordinaires temporelles pour leurs bienfaiteurs et ses bienfaiteurs.

Moi-même et tous les salésiens, comme moi, sommes témoins du fait que beaucoup de nos bienfaiteurs, qui auparavant étaient malchanceux, sont devenus très riches après avoir commencé à se répandre dans la charité envers nos orphelins.

Face à cela, et formés par l'expérience, beaucoup d'entre eux, certains d'une manière et d'autres d'une autre, m'ont répété plusieurs fois ces mots et d'autres similaires: je ne veux pas que vous me remerciiez lorsque je donne la charité à vos pauvres enfants; mais je dois vous remercier, qui me le demande. Depuis que j'ai commencé à subventionner ses orphelins, mes substances ont triplé.

Un altro Signore, il comm. Antonio Cotta, veniva sovente egli stesso a portare limosine, dicendo: Più le porto danaro per le sue opere, e più i miei affari vanno bene. Io provo col fatto che il Signore mi dà il centuplo di quanto io dono per amor suo. Egli fu nostro insigne benefattore fino all'età di 86 anni, quando Iddio lo chiamò alla vita eterna per godere colà il frutto della sua beneficenza.

Sebbene stanco e sfinito di forze, io non lascerei più di parlarvi e raccomandarvi i miei fanciulli che sto per abbandonare; ma pur debbo far punto e deporre la penna.

Addio, miei cari Benefattori, Cooperatori Salesiani e Cooperatrici, addio. Molti di voi io non ho potuto conoscere di persona in questa vita, ma non importa: nell'altro mondo ci conosceremo tutti e in eterno ci rallegreremo insieme del bene, che colla grazia di Dio abbiamo fatto, in questa terra, specialmente a vantaggio della povera gioventù.

Se dopo la mia morte, la Divina Misericordia, per i meriti di Gesù Cristo e per la protezione di Maria Ausiliatrice, mi troverà degno di essere ricevuto in Paradiso, io pregherò sempre per voi, pregherò per le vostre famiglie, pregherò per i vostri cari, affinché un giorno vengano tutti a lodare in eterno la Maestà del Creatore, ed inebriati delle sue divine delizie, a cantare le sue infinite misericordie. Amen.

Sempre vostro obbl.mo servitore Sac. Giovanni Bosco
Il grande albero a tre rami della Famiglia Salesiana che estende le sue radici in sessantacinque nazioni della terra, ha prodotto nel tempo frutti meravigliosi di santità.

Oltre a Don Bosco, la cui statua scolpita dal Canonica guarda dall'alto e al posto d'onore l'interno della Basilica di San Pietro, Maria Domenica Mazzarello e Domenico Savio già sono iscritti nel Canone dei Santi della Chiesa. Altre quindici cause di beatificazione sono in Corso.

Tra questi futuri Beati e Santi, ricordiamo Don Michele Rua e Don Filippo Rinaldi, il primo e il terzo successore del Fondatore; Don Beltrami e Don Augusto Czartoryski, principe polacco fattosi salesiano; Mons. Luigi Versiglia e Don Callisto Caravario, martirizzati in Cina; il piccolo Zeffirino Namuncurà, l'aspirante salesiano venuto dalla Patagonia; la Serva di Dio Dorotea de Chopitea, spagnola, madre di cinque figli, cooperatrice salesiana; la Serva di Dio Laura Vicufia, giovane alunna delle Figlie di Maria Ausiliatrice; Mons. Luigi Olivares,
Vescovo di Sutri e Nepi; Don Luigi Variara, l'apostolo dei lebbrosi in Colombia; Don Rodolfo Komorek, polacco, l'instancabile soccorritore degli emigrati in Brasile; il Coadiutore Simone Srugi, di Nazareth...

A queste cause di beatificazione sono da aggiungere quelle che interessano novantasette tra sacerdoti, chierici, coadiutori, Figlie di Maria Ausiliatrice, aspiranti, cooperatori, uccisi per la fede in Spagna nella guerra civile del 1936-39.

San Pio X, infine, San Qiuseppe Cafasso, San Leonardo Murialdo, il Ven. Federico Albert, furono uniti a Don Bosco come cooperatori salesiani.

A questa fioritura impressionante di santità germogliata dall'umile prete dei Becchi, devono aggiungersi i nomi del Beato Luigi Quanella, di Don Luigi Orione, di Don Qiuseppe Allamano e Padre Qiuseppe Picco, usciti dalla famiglia sterminata degli ex-allievi salesiani.

Les anciens étudiants! Il y a maintenant plus d'un million de jeunes qui, dans les trois mille foyers des fils et filles de Don Bosco dispersés dans le monde, ont reçu une éducation, ont appris un métier et ont été envoyés à une vie chrétienne.

En 1911, l'Union des anciens élèves salésiens, réunissant son premier congrès international à Turin, lui donna un statut et voulut ériger un monument en bronze à Don Bosco devant la basilique Marie-Auxiliatrice.

Les membres de ce groupe de pères et de mères, de professionnels et d’ouvriers, de Blancs et de Noirs, portent dans leur engagement quotidien dans la vie sociale le souvenir du mot que Don Bosco a adressé à la première d’entre eux.

"Où que vous alliez", leur dit le Saint, "souvenez-vous que vous êtes des enfants de Don Bosco. Que le monde entier sache que vous pouvez être à la fois de bons chrétiens et de bons citoyens ".

 

CHAPITRE VIII

Trois grandes basiliques
Les pratiques sans fin, les voyages répétés, la correspondance abondante avec l'épiscopat et le Saint-Siège, les épreuves sans nombre, les obstacles apparus à chaque initiative n'ont pas empêché l'avancée de l'Oratoire d'élargir ses murs, les étudiants se multiplièrent: en 1860, ils étaient déjà plusieurs centaines.

Un jour l'église de San Francesco di Sales a été construite parce que la chapelle Pinardi était devenue trop petite: même la nouvelle église semblait désormais insuffisante. Des provisions devaient être prévues, d'autant plus que Don Bosco a noté avec souffrance que dans le district de Valdocco, éparpillés sur les deux rives de la Dora, plusieurs milliers de citoyens n'avaient aucune assistance religieuse.

Il y avait au nord la paroisse de San Donato et au sud la paroisse de Borgo Dora, mais entre les deux églises distantes de presque trois kilomètres, il n'y avait que la chapelle de Cottolengo et la petite église de San Francesco di Sales. C'était trop peu: un vaste temple était nécessaire entre les deux paroisses pour faciliter la vie chrétienne de cette population dispersée.

Indépendamment des raisons pastorales, Don Bosco voulait depuis longtemps construire une grande église et la dédier à Marie, celle qui éclairait son chemin depuis de nombreuses années, soutenait son bras et le poussait vers de nouveaux objectifs.

Le projet a pris de nombreuses années à préciser. Dans la soirée du 6 décembre 1862, le saint avait confessé tard dans l'église de San Francesco; vers onze heures, il vit le dernier pénitent s'éloigner et, quelques minutes plus tard, avec le clerc Albera, il pouvait enfin s'asseoir pendant un moment. Contrairement à l'habitude, il paraissait fatigué, inquiet, absorbé par une pensée qui l'absorbait complètement. Soudain, il sortit de son silence en disant: "Ce soir, j'ai
avoué tellement que finalement je ne savais plus ce que je disais, mais une pensée me tourmentait constamment l'esprit: quand allons-nous construire une église plus grande que celle-ci, une église à dédier à Marie Auxiliatrice? L'actuel est trop étroit, les garçons sont entassés là-bas. Je sais, la tâche est difficile et je n'ai pas d'argent. Mais qu'importe? Si Dieu le veut, l'église se lèvera >>.

Le titre glorieux de Marie Auxiliatrice, Marie Auxilienne, était une idée récurrente chez Don Bosco. Deux jours plus tard, les paroles à Albera, lors de la fête de l'Immaculée Conception, dirent au clerc Cagliero, après les vêpres:
- La fête s'est bien déroulée, je suis heureux. C'est le jour où nous avons commencé la plupart de nos travaux. mais la
Madone veut maintenant que nous lui honorions le titre d'Aide aux chrétiens.

Les temps ne sont pas bons: nous avons besoin plus que jamais que sa puissante aide nous aide à préserver et à défendre la foi. Par conséquent,
pour elle, invoquée avec ce titre, je pense à élever une grande église. Et puis j'ai encore une autre raison d'entreprendre cette nouvelle aventure!
- Lequel, Don Bosco? Demanda Cagliero, qui l'écouta attentivement et ému.

- Ce temple de Marie Auxiliatrice sera l'église mère de notre Congrégation, l'église à partir de laquelle toutes nos actions en faveur de la jeunesse vont rayonner. Marie Auxiliatrice sera la véritable fondatrice et le soutien permanent de nos œuvres.

- Mais où va-t-il construire le temple? - C'est le clerc Anfossi, entré dans la sacristie à cette époque, pour poser la question.

- Près d'ici, juste en face de la chapelle de Saint François de Sales.

E con un gesto ampio Don Bosco indicò un vasto spazio davanti a sé.

- Allora, come faremo per passare dalla chiesa alla casa, se c'è
di mezzo la via della Giardiniera?
— Questa verrà soppressa. La via del Cottolengo sarà invece prolungata e passerà davanti alla chiesa che formerà una cosa sola con i nostri fabbricati.

— E sarà grande la chiesa ?
— Certo! E vi accorrerà la gente da ogni parte ad onorare e invocare la potenza della Madonna.

— Ma il denaro ?... •
— È una chiesa voluta dalla Madonna. Ci penserà lei!
Ancora una volta la sua fiducia era ben riposta: appena sei anni dopo quel colloquio, si consacrava il grandioso Santuario di Maria Ausiliatrice che ogni anno, nei giorni attorno al 24 maggio, vede accorrere da ogni parte grandi folle di pellegrini.

Le Sanctuaire de Marie Auxiliatrice, avec une façade inspirée du style néoclassique, occupe une superficie de douze cents mètres carrés, élevant la statue de la Vierge en cuivre doré à soixante mètres du sol, au sommet d'un dôme éclairé par seize fenêtres immenses. Il y avait quatre chapelles latérales et deux autres aux extrémités de chaque bras de la croix latine formée par la basilique. Derrière l'autel principal, un choeur semi-circulaire pouvant accueillir cent fidèles disposait de cinq autres autels. Après avoir franchi le seuil du portail, une vaste tribune pouvait réunir autour de l'orgue trois cents chanteurs. Cependant, malgré sa taille, la capacité de l'église s'est rapidement révélée insuffisante pour attirer les fidèles et le problème de l'élargissement s'est imposé. construit en 1938, doublant presque la superficie de l'édifice. Et pourtant, lors de sa conception, le Sanctuaire avait de nouveau fait accuser le constructeur de la folie pour sa taille!
Parmi les nombreux obstacles rencontrés par Don Bosco lors de la construction de Marie Auxiliatrice, ce sont les propriétaires du pays. Cette région lui avait déjà appartenu, achetée à bas prix un jour de bonne fortune et revendue au cours d’une journée difficile. Donné par Don Bosco à son ami et bienfaiteur, l'abbé Rosmini (le philosophe qui était également fondateur d'une congrégation), il est passé entre les mains de ses religieux qui, ne l'utilisant pas, ont essayé de la revendre.

Mais, pour des raisons qui restent inexplicables, parmi les conditions imposées par les Rosminiens à leur représentant, il y avait la non vente à Don Bosco, qui a donc été contraint de faire appel à une tierce personne pour acheter le terrain nécessaire!
Enfin, ayant la terre, voici les oppositions du conseil municipal de Turin. Il consentit volontiers à la construction d'une église dans ce quartier abandonné, mais il ne voulait pas la voir dédiée à Marie, Auxiliatrice. Certains pensaient en effet qu'un titre similaire attribué à la Madone cachait des significations politiques: les relations entre le royaume de Sardaigne et la papauté demeuraient difficiles. Pour contourner cet obstacle également, Don Bosco a été obligé, dans sa demande à la municipalité, de ne pas indiquer le nom du sanctuaire qu’il avait l’intention de construire, demandant uniquement l’
autorisation de construire une église dans un quartier de la ville qui en était privé. Après un certain temps, la permission souhaitée est arrivée.

Les travaux ont commencé en mai 1863. Premièrement, le sol a été creusé à une profondeur de deux mètres et demi parce qu'il était destiné à utiliser le sous-sol du temple pour différents services: mille deux cents mètres carrés de terrain à fouiller à une profondeur similaire à celle des soleils. Pelles de l'époque était un travail qui nécessitait des sommes importantes. Et pourtant, entre l'achat du sol et celui des planches nécessaires à la clôture, toutes les ressources de la Société salésienne avaient été jetées dans l'entreprise: quatre mille lires. Il n'y avait plus d'argent dans la caisse.

- Je n'ai même pas l'occasion de me débarrasser du courrier d'aujourd'hui! - • le trésorier s'est plaint.

- Vas-y quand même! - Don Bosco répondit imperturbablement. - Personne ne m'a jamais vu commencer quelque chose avec de l'argent en poche ... Il faut laisser ça à la Providence!
Les travaux de terrassement étaient maintenant bien avancés, lorsqu'il est devenu évident que tout le bâtiment aurait dû reposer sur une plaine inondable où il était impossible de construire sans planter des pieux d'une profondeur allant jusqu'à vingt mètres. La dépense inattendue était énorme; pourtant, il était possible de le recouvrir, mais en avril 1864, lorsqu'il s'agissait de remonter du sol et de relever les murs, l'affaire était à nouveau vide et cette fois d'une manière qui semblait irrémédiable.

Don Bosco répondit à l'impresario qui lui demanda une avance: "Ouvre tes mains, prends tout ce que j'ai, ce sera un acompte!" ». Et ainsi dit, il a versé la bourse dans les mains de l'homme: huit dollars sont tombés, pas un de plus. Face à l’étonnement de l’autre, Don Bosco est sorti dans une de ses phrases d’optimisme invincible: "Ne craignez pas! Notre-Dame va penser à obtenir l'argent nécessaire à la construction de son temple! Je ne serai que le caissier. Vous verrez! ».

Et avec le sourire habituel, il repoussa l'imprésario égaré.

La confiance de Don Bosco dans l'heureuse issue de l'entreprise reposait également sur le rêve d'une nuit de mars en 1846, alors qu'il était sur le point de le retrouver dans la rue avec tous ses jeunes. Avec son âme angoissée, il se demandait où il pourrait trouver un abri quand, s'endormant, un spectacle ahurissant lui apparut: devant lui, à perte de vue, s'étendit une plaine. Des groupes de jeunes y ont joué; mais ce jeune! Certains ont juré, d'autres ont bricolé, se sont disputés, ont jeté des pierres. Ils étaient des garçons abandonnés par leurs familles et maintenant profondément induits en erreur.

"A côté de moi", dit le saint à plusieurs reprises, une voix de femme me dit:
"Va vers eux et mets-toi au travail.

Je me suis dirigé vers ces jeunes, mais que faire? Il n'y avait pas d'endroit pour les rassembler, il n'y avait pas d'aide. Puis je me suis tourné vers la mystérieuse Dame qui m'a dit:
"Cherchez-vous une place pour ces garçons?" En voici un!
- Mais ce n'est qu'un pré! - je me suis exclamé.

- Qu'importe? Mon fils et les apôtres n'avaient même pas de pierre sur laquelle poser la tête.

Je suis ensuite allé au travail, mais j’ai eu une belle confession, une prédication, un avertissement! Je sentais qu'on ne ferait rien de durable tant que je n'aurais pas un endroit fermé pour rassembler les malheureux. Puis la Dame me conduisit un peu plus au nord:
"Regarde!" - il m'a dit.

J'ai vu une modeste chapelle avec un toit très bas, une cour et un grand nombre de garçons. Je suis retourné au travail avec ferveur et Dieu l'a béni pour cela. de sorte que bientôt tous ces endroits étaient trop étroits.

La dame découvrit alors à mes yeux une deuxième église plus grande et une maison voisine assez spacieuse. Me prenant par la main et me conduisant devant l'église: - Ici, dit-il, les martyrs de Turin, Solutore, Avventore et Ottavio ont trouvé la mort glorieuse pour leur foi. Je veux que Dieu soit honoré ici d'une manière spéciale.

À ce moment-là, je me suis vu entouré d'une multitude de jeunes dont le nombre ne cessait d'augmenter alors que, parallèlement, mes moyens d'action semblaient se développer. Pendant ce temps, j'ai vu un temple grandiose entouré d'immeubles devant lequel un grand monument se dressait devant moi, juste sur le site du martyre. "

C'étaient ceux-là entrevoyés dans le rêve, les trois étapes par lesquelles l'opéra de Don Bosco devait passer avant d'atteindre le dernier port: la chapelle au toit très bas était celle obtenue du toit de Pinardi; la deuxième plus grande église était l'église de San Francesco di Sales qui existe toujours entre les cours de l'Oratoire; le temple grandiose était donc la basilique Marie-Auxiliatrice.

Le grand monument, que Don Bosco n'a pas vu de son vivant, est celui des anciens élèves de la Piazza Maria Ausiliatrice, tous entourés des bâtiments de l'opéra salésien.

Le passé, épanoui point par point, était donc une garantie pour l'avenir et la confiance de l'homme de Dieu, sereine et inébranlable, instillait la sécurité même dans son entourage.

À plusieurs reprises, en cinq ans, les travaux de l'église ont été suspendus, repris, interrompus à nouveau, repris à nouveau, en raison de l'arrivée ou de la fin de l'aide financière. ,
En 1867 , le saint , il écrit à un ami à Rome: «J'avais quarante travailleurs de la construction sur place, et maintenant je n'ai que six. Et même pas un sou dans la boîte! ». Il y avait un coût total de deux cent mille lires, mais la construction entière a pris plus d'un million! Il fut un temps où même l’idée de supprimer le dôme, dont la construction nécessitait une énorme somme d’argent, était examinée.

La vie de Don Bosco a été pendant cinq ans une chasse à l’argent tourmentante: son imagination a toujours inventé de nouvelles initiatives pour forcer l’ouverture des sacs. Heureusement, après avoir obtenu l’autorisation du gouvernement, il interdisait une loterie dont le tirage devait souvent être prolongé car il était difficile de vendre des billets; maintenant, il envoya une circulaire aux fidèles de Marie de toute l'Italie pour les prier de l'aider. Un an, il demanda au conseil municipal 30 000 lires en raison des pauvres paroisses en construction et, s’il ne les obtenait pas, il demandait au moins qu’il ne fût pas poursuivi en justice si, pour élever son église, il devait légèrement endommager une bande de terrain public adjacente à la sienne. Une autre année a même frappé à la porte du roi et du pape, obtenant de lui une offre et une bénédiction encourageante.

Plus tard, en 1867, n'ayant plus de ressources ni d'autre moyen de les obtenir, il parcourut le nord et le centre de l'Italie. voyage rentable, au cours duquel il a vu le peuple, la bourgeoisie, les aristocrates en concurrence pour l'aider.

En attendant, il ne donna aucun répit aux bienfaiteurs habituels. Voici, par exemple, le texte d’un de ses billets pour son ami le marquis Fassati:
«Les murs de notre église atteignent déjà la hauteur de deux mètres et notre cour est pleine de vie. J'entends la marquise demander: «Et le cas, quelle est sa hauteur? ". Hélas, depuis qu'elle est partie, cela diminue considérablement! Mais j'espère que le Seigneur, qui jusqu'à présent nous a visiblement aidés, ne laissera pas le travail s'arrêter".

Et celle-ci à la comtesse Callori:
"La statue de la Vierge qui doit couronner le dôme de notre
église nous coûtera plus cher que nous le pensions. Il faut que vous mesuriez quatre mètres de haut, que ce soit un cuivre très épais et traité dans les moindres détails. On me dit que la facture s'élèvera sûrement à douze mille lires. J'ai déjà trouvé une bonne dame. cela me promet huit. Mon intention est certainement de ne pas demander le reste, à moins que ... sauf si cette bonne Mère a fait pleuvoir du marenghi à la maison ces derniers temps ... ».

Enfin, après avoir épuisé toutes les ressources humaines capables de lui procurer de l'argent, il recourut avec le plus grand naturel au "moyen" surnaturel, révélant ainsi les facultés thaumaturgiques.

Après la construction de la basilique, Don Bosco pouvait dire avec humilité mais en vérité qu’il n’y avait pas une seule pierre "qui ne représentait pas une faveur accordée par Marie Auxiliatrice".

Ici (pour ne citer qu'un seul exemple célèbre) tel que le dôme, auquel il avait presque décidé d'abandonner, il trouva le bienfaiteur qui permit sa construction.

Commendatore Cotta, un vieil ami des salésiens, était en train de s'éteindre à Turin, à l'âge de 83 ans.

- C'est vraiment fini pour moi! Il murmura à Don Bosco qui était allé lui rendre visite. - Encore quelques jours et je partirai pour l'éternité.

- Non, Commendatore! Répondit le saint. - Notre-Dame a toujours besoin d'elle pour la construction de son église!
- Comment je vous aiderais volontiers! Mais voyons bien ...

- Et que feriez-vous si Marie Auxiliatrice se soignait?
- Je paierais deux mille lires par mois pour la construction de sa basilique!
- Faites-nous confiance, Commendatore, et vous ferez de nouveau l'expérience du pouvoir de la Madone!
Trois jours plus tard, alors qu'il était dans la salle en train d'écrire une lettre, Don Bosco vit son mourant guéri apparaître sur le seuil et il était très heureux de payer lui-même le premier versement; Cotta vécut encore trois ans et, jusqu'à sa mort, il ne manqua jamais d'aider le Saint dans ses exploits.

Une autre fois - c'était le 16 novembre 1866 - Don Bosco devait payer les mêmes 4 000 lires aux entrepreneurs ce soir-là et, comme d'habitude, il n'avait pas de lire.

Dès le matin, Don Rua, alors trésorier de la Chambre, et quelques frères s'étaient lancés à la poursuite: Dieu sait combien de routes ils ont
empruntées et combien d'escaliers ils ont gravi en ces heures! Mais à midi, ils sont revenus avec seulement mille lires.

Ils se regardèrent désolés et sans mot dire. En les voyant, Don Bosco se mit à sourire:
- Courage! Après le déjeuner, j'irai chercher le reste!
En fait, à une heure, il prit son chapeau et sortit à la recherche de la Providence. Marchant au hasard dans la ville, il se retrouva devant la gare de Porta Nuova.

Alors qu'il était encore en train de se demander où aller, un serviteur de la livrée s'approcha de lui:
- Pardon, révérend! Est-ce Don Bosco?
- Comment puis-je vous aider?
- Mon maître m'envoie te prier de venir le voir immédiatement.

- Allons chez ton maître alors! Est-il loin?
- Non, il habite ici dans la rue. Mon maître est M. ... Et il prononça le nom de l'un des hommes les plus riches de la ville, lui indiquant le grand palais situé non loin de sa résidence. Peu de temps après, ils arrivèrent dans une belle pièce où un homme âgé, couché, manifesta une grande joie à la vue de Don Bosco.

- Révérend, j'ai vraiment besoin de vos prières! Tu devrais me laisser aller bien!
- Es-tu malade depuis longtemps?
- Je n'ai pas quitté ce lit depuis trois ans! Je ne peux faire aucun mouvement et les médecins ne me donnent aucun espoir. Si j'avais un peu de répit, je ferais volontiers quelque chose pour ses œuvres.

- C'est bon! Nous avons besoin d’ici à trois mille lires pour l’église Marie Auxiliatrice.

- Trois mille lires sont nombreux, Don Bosco! Mais fais-moi sortir du ciel un peu de souffle de mes maux et je t'assure, je ne l'oublierai pas à la fin de l'année.

- à la fin de l'année? Mais nous avons besoin de cette somme pour ce soir!
- Ce soir! Trois mille lires, vous l'aurez compris, ils ne sont pas détenus à la maison. Vous devez aller à la banque, remplir des formalités ...

- Tu ne pourrais pas aller à la banque toi-même?
- Vous rigolez! Je ne suis pas au lit depuis trois ans! C'est impossible!
- Rien n’est impossible pour Dieu, et l’intercession de la Madone est puissante ... C’est ce que dit Don Bosco
à la trentaine de personnes de la maison. Suggérez-leur une formule de prière et récitez-la avec eux.

Après cela, il ordonne d'apporter les vêtements au patient.

— Gli abiti! — rispondono i domestici costernati. — Ma il padrone non ne ha più. Sono tre anni che non si alza! Durante questa scena entra il medico che a tutti i costi vuole
im
pedire quella che definisce una « insigne pazzia ». Ma intanto i vestiti si sono trovati. Il malato li indossa e comincia a camminare su e giù per la camera in mezzo all'indicibile stupore dei presenti, del medico innanzitutto. Comanda poi di attaccare i cavalli alla carrozza e intanto chiede di rifocillarsi: gli portano uno spuntino e lo divora con un appetito non più conosciuto da anni. Quindi, tutto arzillo scende le scale rifiutando ogni sostegno e monta in vettura.

Mezz'ora dopo era di ritorno portando tremila lire per Don Bosco.

- Je suis complètement guéri! ... Je suis complètement impoli
- répéta -t-il presque obsessionnellement.

- Vous récupérez votre argent à la banque et Maria Ausiliatrice la sort du lit! - Don Bosco lui dit entre temps, souriant d'un air compréhensif.

Ainsi, entre deux miracles, après de nombreuses arrestations et de nombreux réveils, le Saint vit son rêve se réaliser. Lorsque le bâtiment a été achevé dans ses grandes lignes et au-dessus des autres bâtiments de l’opéra salésien, il a soulevé son volume majestueux, dans l’esprit de celui qui le souhaitait, a émis une idée suggestive. Vingt-quatre heures de plus et le dôme aurait soudé ses arches de manière hermétique: Don Bosco souhaitait que
la
dernière pierre y soit placée par la main d'un enfant.

Une foule nombreuse de fidèles, d'amis et de jeunes gens se sont précipités sur la place et ont vu l'homme de Dieu monter lentement et avec précaution la série d'escaliers en métal qui menait au sommet de l'édifice ce soir de septembre. Devant Don Bosco, Emanuele Fassati, fils du marquis Fassati et de la comtesse de Maistre, grand bienfaiteur de l'œuvre salésienne, a fait l'ascension.

D'en bas on suivait l'angoisse de l'ascension du prêtre et de l'enfant; quand les deux se penchèrent pour fermer enfin le dôme en posant la dernière pierre, une immense acclamation s'éleva de la foule vers le groupe qui à ce moment semblait symbolique. "
Cette scène a eu lieu à l'automne de 1866; Il a fallu presque deux ans pour terminer les travaux de finition et de décoration et pour meubler l'église.

L’aube du jour tant attendu est enfin arrivée: le 9 juin 1868, Mgr Riccardi di Netro, archevêque de Turin, a procédé à la consécration du sanctuaire de Marie Auxiliatrice. Quand, vers dix heures du matin, la dédicace fut terminée, les portes s'ouvrirent pour les fidèles. La foule assaillit la foule qui envahit la grande nef en quelques minutes et l'archevêque célébra la messe devant une foule fervente. Cela a suivi immédiatement la messe de Don Bosco, qui était comme un hymne d'action de grâce à la puissante et bonne Vierge, dont l'aide continue avait permis l'érection de la basilique en cinq ans.

Pendant plus de vingt ans, Don Bosco avait vu, avec les yeux de la foi, s'élever au-dessus du pré où jouaient ses garçons, le té surmonté d'un dôme qu'il devait relever jusqu'à la Vierge Marie. Combien de fois, dans un rêve, l'avait-il vu comme il aurait fallu une journée!
Le soir de la consécration, toutes les fenêtres de l'Oratoire étaient bien éclairées et la cour résonnait de musique et de chants: une foule de garçons sortait, se précipitant des maisons salésiennes de Lanzo et de Mirabello Monferrato. Le vent chaud d'une soirée de printemps a passé sur cette jeunesse: à soixante mètres de haut, la Vierge Auxiliatrice, couronnée par un halo de lumières, domine la coupole surmontée d'un miracle.

"Don Bosco, tu te souviens? Dit un étudiant adulte en regardant la statue. "Il y a vingt ans, vous aviez déjà indiqué cette statue dans les airs! ».

"C'est vrai", répondit Don Bosco d'une voix brisée. "C'est vrai! Ce que je t'ai vu alors, tu le contemples maintenant. Combien nous aimons la Madone! ».

Que 1868 n'était pas encore fini et le Saint pensait déjà à transporter son activité de constructeur à un autre point de la ville. En 1847, nous l'avons déjà vu, pour faire face à l'augmentation extraordinaire du nombre d'invités du Valdocco, il avait ouvert une deuxième œuvre dans le quartier de Porta Nuova en faveur de la jeunesse abandonnée: il s'agissait de l'Oratoire de San Luigi Gonzaga. La région, peu peuplée presque autant que Valdocco, était alors le siège de toutes les lavandières de Turin. La rivière coulait à proximité, avec ses eaux peu profondes et ses berges boisées, et tout autour s'étendait de vastes prairies pour suspendre au soleil le linge lavé. Des personnes équivoques erraient dans la région, attirées par les cachettes faciles offertes par la brousse dans laquelle les carabiniers se hasardaient rarement. Tout semblait attendre le travail de jeunesse que Don Bosco y ouvrit le 8 novembre
Décembre de cette année. Cependant, il n'est pas le seul à avoir compris l'avenir du quartier: même les Vaudois y ont établi leur principal centre d'apostolat. Au bord de cette avenue du Platani ou du Roi, l'actuel Corso Vittorio Emanuele II, sur lequel de nouvelles villas et de nouveaux palais se dressaient sans cesse, les protestants construisirent un imposant temple auquel ils ajoutèrent des écoles et des œuvres sociales.

Pour cette raison, dès que Don Bosco eut achevé la construction du mur de maître de la basilique Marie-Auxiliatrice, il songea à ériger le clocher catholique à côté des flèches protestantes. Même pour cette nouvelle entreprise, les difficultés à surmonter, surtout pour l'achat du terrain, n'étaient pas rares: il fallait même obtenir un décret royal déclarant la construction d'une église catholique dans ces lieux d'utilité publique.

Une fois que les travaux d'excavation ont commencé, ils n'ont toutefois pas duré très longtemps et le 14 août 1878, le vicaire général de l'archidiocèse pouvait procéder à la bénédiction de la pierre angulaire de l'église: elle aurait été de style roman-lombard, capable de contenir près de quatre mille personnes. Merci encore une fois à la générosité des bienfaiteurs, suscitée par les appels répétés du "Bulletin salésien", quatre années ont été nécessaires pour achever la construction, qui a également été bénie et encouragée par Pie IX qui n'a pas manqué de lui apporter son aide précieuse. L'église a été dédiée par Don Bosco à saint Jean l'évangéliste, patron de l'homme qui, avant de monter sur le trône papal, s'appelait Giovanni Mastai Ferretti. À la

Cette dernière entreprise a à peine terminé et le successeur de Pie IX, Léon XIII, faisait déjà peser sur les épaules du bâtisseur une église qui aurait été excessive pour quiconque.

En 1878, quelques mois avant la mort de Pie IX, un comité de catholiques romains avait décidé de construire une église sur l'Esquilin, dédiée au Sacré-Cœur. Rome n'avait pas encore de temple dédié à cette dévotion et l'ancien pontife avait non seulement béni l'initiative mais avait acheté la terre avec son argent. Dans cette zone, très proche de la gare Termini, se développait un quartier très peuplé, habité par ceux qui venaient chercher du travail dans la nouvelle capitale: une paroisse pour leurs besoins religieux semblait plus appropriée que jamais, puisqu'entre Santa Maria Maggiore et San Lorenzo Il n'y avait pas d'église catholique dans les murs.

Léon XIII qui, en tant qu'archevêque de Pérouse, avait été le premier évêque d'Italie à consacrer son diocèse au Sacré-Cœur, a repris le projet en chargeant le cardinal vicaire de le faire rapidement. Il a envoyé aux évêques du monde entier des lettres expliquant le projet et leur demandant de l'aider à mener à bien la construction qui serait dédiée à la mémoire du pape décédé. Les offrandes rassemblées ont permis de commencer les fouilles et le 17 août 1879, la première pierre a été posée. Cependant, peu de temps après, la compagnie s’arrêta faute de véhicules: là aussi, les fondations, qui devaient atteindre une profondeur de 18 mètres pour ne pas recouvrir les galeries d’anciennes carrières de pierre, avaient épuisé les fonds. Léon XIII a parlé un jour de la question aux cardinaux après un consistoire,
- Nous devons continuer le travail du Sacré-Cœur à l'Esquilin, a-t-il déclaré - mais les rapports des techniciens préviennent que les travaux vont coûter très cher et que les fonds sont maintenant épuisés!
- J'aimerais qu'une idée vous soit suggérée, Saint-Père, de mener à bien ce travail - a déclaré le cardinal Alimonda à ce moment-là.

- Lequel, Eminence?
- Confiez l'affaire à Don Giovanni Bosco: je vous assure qu'il sera en mesure de l'exécuter!
- Mais accepteras-tu? Je sais si occupé parmi ses enfants ...

- Je le connais bien! Un désir du pape sera un commandement pour lui!
Léon XIII ne perdit pas de temps et, comme le saint était à Rome à cette époque, pour discuter avec les congrégations compétentes des missions salésiennes en Patagonie, une audience fut fixée au 5 avril 1880. C'est dans cet entretien que le pape le proposa. la première fois la possibilité de prendre la lourde entreprise.

À son retour à Turin, Don Bosco a rencontré son chapitre pour obtenir son avis. La discussion fut longue: les six conseillers craignaient de voir leur fondateur, déjà si fatigué et si malade, se charger d'un fardeau qui pourrait s'avérer insupportable. Cette troisième construction, pensaient-ils, allait abréger sa vie, d’autant plus que l’église de San Giovanni Evangelista, qui n’était pas encore entièrement payée, continuait de peser sur les finances non florissantes de la Société. Au moment du scrutin, qui était secret, il y avait six non et un seul oui: celui de Don Bosco. Qui, pas du tout surpris par le résultat du vote, s'adressant à ses enfants:
"Vous avez voté", a-t-il déclaré, "alors qu'il conseillait la prudence humaine et qu'il va bien. Mais croyez-moi: si maintenant, au lieu de voter contre, vous voterez
en faveur, je peux vous assurer que le Cœur de Jésus, à qui ce temple sera consacré, nous enverra les moyens, paiera nos dettes et ... il nous fera aussi un beau cadeau! ».

Le ton de conviction profonde avec lequel Don Bosco a prononcé ces paroles a convaincu le Chapitre: au deuxième tour de scrutin, autant de oui que d’électeurs. Au contraire, il a été décidé de proposer au pape une modification du plan, en ajoutant une grande institution pour les jeunes pauvres et abandonnés de la capitale, à côté du sanctuaire. La nouvelle conception a plu à Léon XIII et les salésiens ont tout d’abord acheté cinq mille mètres carrés de terrain et se sont mis au travail. Don Bosco, comme le cardinal vicaire, a également envoyé une lettre aux évêques du monde entier et aux rédacteurs en chef de journaux catholiques afin de recueillir les fonds nécessaires à la construction. Elle expliquait ainsi l’origine et le but de l’entreprise; une loterie colossale a apporté une autre contribution financière importante.

A l'initiative du comte Balbo de Turin, le journal "L'Italia Cattolica", encouragé par l'archevêque de la capitale piémontaise, a accepté d'offrir le montant des frais pour la façade. Le même Léon XIII est venu plusieurs fois au secours de celui à qui il avait confié une entreprise aussi laborieuse.

- Les emplois sont-ils en cours? - demandé en avril 1881 au pape Don Bosco reçu en audience.

- Votre Sainteté, nous avons actuellement plus de cent cinquante maçons sur le chantier. La charité des fidèles encourage nos efforts, mais j’avoue que cette entreprise commence à peser lourdement sur mes vieilles épaules.

- Alors accepte ceci, Don Bosco! - Léon XIII lui dit de bouger en lui remettant un billet de cinq mille lires reçu quelques minutes auparavant. - Je viens de recevoir cet argent et je vous le donne volontiers, en espérant que vous imiterez l'exemple d'un travail si cher au pape!
Le grand pontife a été imité, mais pas dans la mesure requise par l'entreprise: plus d'une fois, les travaux ont dû être suspendus pour attendre des fonds. En acceptant la mission, Don Bosco espérait pouvoir terminer dans quatre ans, mais en 1883, il avait à peine atteint le toit du bâtiment.

C'est alors qu'il a eu l'idée d'aller en France pour solliciter la charité de ce peuple.

Dès les premiers jours, il trouvera dans ce pays, comme nous le verrons, une générosité encore plus grande que prévue. Le comte Colle di
Tolone, un bienfaiteur, lui ouvrira sa poitrine sans conditions; à Paris, il recueillera des dizaines de milliers de francs.

Alors que de temps en temps les salésiens de Rome et le même architecte l'interrogeaient sur un détail du projet ou sur une modification des projets primitifs, Don Bosco a clos sa réponse par ces mots: «Ensuite, ce temple est digne du Sacré Coeur et digne de Rome! ». Et digne, du moins pour la grandeur, c'était certainement le cas: soixante mètres de long, trente de large, il imitait le plan des grandes basiliques romaines à trois nefs. La porte principale et les deux portes latérales ont des montants en marbre de Carrare finement ciselé; à l'intérieur, douze colonnes à chapiteaux corihzi, en granit turquoise, marquent les grandes lignes du sanctuaire; plus de cent cinquante fresques décorent les murs et six autels latéraux, tous en marbres précieux, enrichissent la maison du Seigneur. Enfin, à droite de l'entrée, une statue majestueuse, reproduction exacte de celle placée à San Giovanni Evangelista à Turin, soulève la figure de Pie IX en marbre de Paros. La main droite du pontife est levée dans le geste de bénédiction, tandis que la gauche présente le mémoire d'approbation de la congrégation salésienne. Sur le piédestal on lit:
PIO IX P.

ALTERI SALESIANORUM PARENTI
FILII POSUERUNT
Au pape Pie IX Massino - Deuxième Père des Salésiens - Les enfants dédicacés.

Aucun titre n'était plus mérité et aucune reconnaissance plus sincère que celle exprimée par l'inscription.

Le 14 mai 1887, la consécration solennelle a été célébrée par le cardinal Parocchi, vicaire du pape. Don Bosco était impatient. voir ce jour-là apparaître car de son pauvre corps épuisé, il sentit lentement sa vie s'échapper. «Si tu veux que j'assiste à la consécration» répétait-il souvent à son «fais-le avant la fin du mois de mai: plus tard, il sera trop tard! ...».

Afin de rehausser la splendeur du parti, la Schola Cantorum de l'Oratoire de Turin s'est complètement rendue à Rome. C’était une cérémonie grandiose, la consécration ouverte au peuple chrétien, dans un quartier déjà peuplé de vingt mille habitants, le temple «digne de Rome et digne du Sacré-Cœur». Plus d'une fois, pendant le rite sacré, on a vu Don Bosco pleurer d'émotion: il n'a eu que quelques mois de cette vie au cours de laquelle il avait pu élever pratiquement seul trois grandes églises destinées à défier le temps.

CHAPITRE IX


Au seuil du mystère
Nombreux sont les faits prodigieux obtenus par la prière de Don Bosco et évalués avec la sévérité habituelle des processus de béatification, de canonisation et de canonisation. En examinant les témoignages des salésiens des étudiants, des contemporains qui l'ont approché, il est évident que la mort, la vie, le diable, la maladie, toute la nature semblaient souvent se plier à la voix de l'homme de Dieu.

Don Bosco était l'un des plus prodigieux miracles et voyants de l'histoire de la sainteté.

Même les miracles (on ne pouvait pas trouver un autre mot) ont permis de confirmer aux contemporains la mission providentielle confiée à Don Bosco. Les travaux extraordinaires réalisés en un demi-siècle par l'humble prêtre n'auraient pas pu être réalisés si le pouvoir du faiseur de miracles n'avait pas valu à ses projets l'émotion des foules et le cœur des individus à qui il avait rendu la santé, la joie, la vie.

On peut dire que non seulement la basilique Marie-Auxiliatrice, comme nous l'avons vu, mais aussi l'ensemble du travail du «grand apôtre» ont été accompagnés d'événements extraordinaires.

Lors d'une réunion d'anciens élèves salésiens tenue au collège de Valsalice le 19 juillet 1883, Don Bosco déclara:
"Depuis quelque temps, une rumeur circule et les journaux la reproduisent, disant que Don Bosco fait des miracles. Quelle grosse erreur! Don Bosco ne fait pas de miracles. Il prie et fait prier les gens pour ceux qui lui sont recommandés. C'est tout. Le Seigneur fait des miracles et souvent par l'intercession de la Sainte Vierge Marie. Elle voit que Don Bosco a besoin d’argent pour éduquer et éduquer des milliers d’enfants au christianisme et lui fait bénéficier de bienfaiteurs grâce aux grâces qu’il répand sur eux ".

Conscient des facultés prodigieuses dont il était doté, Don Bosco s'est toujours efforcé d'empêcher un climat de fanatisme ou, pire, de créer de la superstition autour de lui.

Cette préoccupation est également évidente en ce qui concerne les rêves, que nous évoquerons dans ce chapitre. Le Saint écrivit le 10 février 1885 à Mgr Cagliero: "Je vous recommande néanmoins de ne pas faire très attention aux rêves, etc. Si cela aide l'intelligence des choses morales ou de nos règles, c'est bon; prends le. Sinon, il n'y a pas de mérite ».

Pour dissimuler ses dons surnaturels aux curieux, l’humour le soutenait également, l’un des traits les plus constants de son tempérament.

L’attitude souriante et sereine de Don Bosco, même face aux faits choquants dont il était le protagoniste, nous semble la meilleure preuve de la fermeté de son esprit, étrangère à tout fanatisme ou atelier de peinture enfumé.

Alors un jour, Don Bonetti, l'un des premiers salésiens, lui demanda "comment pouvait-il voir les choses au loin".

— Ecco! — rispose sornione il Santo. — È come se ci fosse un filo telegrafico che parte dalla mia testa...

— Ma questo non si può capire! — replicò Don Bonetti perplesso. E Don Bosco, allora:
— Ah, per forza! È perché voi non sapete la mia furberia, non conoscete la ginnastica e neanche il gioco dei bussolotti!
Una gran risata che seguì quelle parole dissolse per incanto l'inquieta tensione dei discepoli.

A chi gli chiedeva come potesse sapere cose che tutti ignoravano, invariabilmente rispondeva, con tutta serietà, di adoperare una sua formula magica, 1' otis botis pia totis che, a sentire lui, avrebbe significato: le tue botte prendile tutte I ...

Questo lato faceto del carattere di Don Bosco era un'arma efficace anche per sdrammatizzare le inquietudini pseudo-religiose di tante anime del suo tempo.

Un giorno Madre Daghero, Superiora delle Figlie di Maria Ausiliatrice, gli condusse una suora tormentata da una scrupolosità patologica. Don Bosco ascoltò pazientemente la religiosa e alla fine, chiamata Madre Daghero, le consigliò di acquistare subito una copia del Bertoldo, Bertoldino e Caccasenno, e di farne leggere un capitolo al giorno alla malata, aumentando la dose a due o tre capitoli se l'avesse vista particolarmente pensierosa...

Tra le tante operate del Santo, particolarmente commovente è la guarigione istantanea avvenuta il giorno dopo la consacrazione della Basilica di Maria Ausiliatrice.

Era il 10 giugno 1868: una giovane paralitica si era fatta portare sino al Santuario sopra un carretto tirato da un asinello. Giunto nei pressi del tempio, il misero veicolo dovette fermarsi, pressato della folla fittissima. Il conducente tentò invano di aprirsi un varco in quella diga umana,
A un tratto la malata scorge Don Bosco nel cortile, circondato dai fedeli che chiedono la sua benedizione. A quella vista la ragazza si alza, scende a terra, si avvicina al Santo e solo in quel momento si accorge di essere guarita. Un grido di gioia le erompe dal petto. I genitori che l'hanno accompagnata, passati dallo sbalordimento alla commozione, vogliono ricondurla subito a casa, ma la ragazza continua a gridare:
— Sono guarita ! Sono guarita !
- Nous le voyons - les parents répondent - mais maintenant allons-y, venez avec nous à la maison.

- Non - le miracle répond fermement. - Je veux d'abord aller remercier Marie Auxiliatrice. - Et rejoignant la foule, un pèlerin parmi d’autres, avec ses propres jambes, atteint l’intérieur de la grande église et se réunit pour prier.

Un samedi soir de mai 1869, une fille aux yeux couverts d'une épaisse bande noire et soutenue par deux autres femmes entra dans le sanctuaire de Marie Auxiliatrice. Elle s'appelait Maria Stardero, elle venait de Vinovo.

Elle souffrait depuis deux ans d'une maladie des yeux qui lui avait complètement enlevé la vue. La tante et une voisine l'accompagnaient
dans le pèlerinage qu'elle avait voulu faire à Valdocco. Après une longue prière, les trois femmes ont demandé à parler à Don Bosco, qu'elles ont trouvé dans la sacristie.

- Depuis combien de temps êtes-vous malade? Il a demandé. Don Bosco avec sa douceur habituelle.

"Je souffre depuis longtemps", a déclaré la jeune femme, "mais je n'ai rien vu depuis un an."

- Avez-vous consulté des médecins? Avez-vous pris soin de cela?
- Nous avons - a répondu aux larmes, ma tante - • avons fait tout ce que je pouvais faire sans même obtenir une amélioration. Les médecins disent que les yeux sont en ruine et qu'il n'y a pas d'espoir.

- Voyez-vous au moins un peu d'ombre? Le saint a insisté.

"Je ne vois absolument rien", murmura la jeune femme.

- Enlève ton bandeau! - alors ordonné par Don Bosco. Et posant la fille devant la fenêtre bien éclairée: - Vois-tu la lumière de cette fenêtre?
- non, rien.

- Si vous retrouvez la vue, utiliserez-vous vos yeux uniquement pour de bon?
- Bien sûr, Don Bosco! Je promets de tout mon coeur!
- Alors fais confiance à la Sainte Vierge et elle t'aidera.

- J'espère bien, mais en attendant je suis aveugle ...

- À la gloire de Dieu et de la Sainte Vierge, dis-moi le nom de l'objet que je tiens dans ma main!
La jeune femme a fait un grand effort avec ses yeux et, regardant l'objet, a crié:
"Je te vois!"
- Que vois-tu?
- Une médaille de la Madone!
- Et de ce verset de la pièce?
- Il y a un vieil homme avec un bâton dans la main, c'est San Gitiseppe! - Sainte Vierge! Cria la tante. - Tu es guéri!
À ce stade, la jeune fille tendit la main pour prendre la médaille qui, tombant, roula dans un coin sombre de la sacristie. La tante et le voisin se sont précipités pour le ramasser, mais Don Bosco les a retenus.

- Laissez-le: maintenant vous pouvez le faire vous-même!
En fait, la jeune femme a immédiatement trouvé et serré la médaille dans son poing; comme saisi par le délire, il se dépêcha de rentrer immédiatement à Vinovo pour annoncer la bonne nouvelle à ses proches. Cependant, il revint bientôt remercier Marie Auxiliatrice dans son sanctuaire. Quelques années plus tard, il entra effectivement dans la Congrégation des Soeurs de Don Bosco.

Un an, un vieux général turinois fut frappé d'une maladie qui le réduisit à l'extrême. Il avait confessé à Don Bosco mais ceux-ci, à la surprise de la famille, ne mentionnaient pas le viatique, même si, selon les médecins, le danger était très grave. C'était le 22 mai.

"Général", a déclaré Don Bosco, "nous célébrerons après-demain la fête de Marie Auxiliatrice. Vous priez beaucoup et en remerciement pour la guérison, venez ce jour-là assister à la messe dans son église ».

Le 2.3, l'état du général s'est détérioré. La mort semblait imminente. Nous ne voulions certainement pas le laisser mourir sans les sacrements, mais la
famille était embarrassée, car Don Bosco avait recommandé de ne pas administrer l'onction aux malades sans son consentement.

À huit heures du soir, il courut l'avertir de l'état grave dans lequel il se trouvait et de la peur qu'il ne vienne pas en vie le lendemain. À la veille de la fête si chère à la famille salésienne, Don Bosco était au confessionnal dès le matin: quand ils sont allés l'appeler, il était entouré d'une petite foule de garçons qui attendaient leur tour.

- Viens bientôt, Don Bosco! Ils ont crié dans le souffle. - Le général est sur le point de mourir et ce sera déjà de la chance si elle a le temps de le voir.

"Vous voyez que je suis en train d'avouer", répondit tranquillement Don Bosco. - Je ne peux pas remettre ces pauvres garçons à plus tard. Dès que je serai libre, je viendrai.

Et en disant cela, il a repris l'aveu de sa jeunesse. Quand il a fini, il était onze heures. Les parents du général l'attendaient à la porte avec une voiture.

- Faites-le vite! Ils ont crié. - Faites-le vite!
"Je le ferai bientôt," répondit-il à nouveau, très calmement. -
Sol
donc je vais vous dire que je n'ai rien pris depuis ce matin et je suis épuisé. Si je ne dîne pas avant minuit, je devrai m'abstenir du peu de nourriture dont j'ai vraiment besoin: demain, je serai au confessionnal à partir de cinq heures du matin.

- Mais viens chez nous, bientôt, bientôt! Vous trouverez tout ce dont vous avez besoin! Et, tandis que le saint montait dans la voiture, presque avec un ton de reproche:
- Il n'aura pas le temps d'administrer le viatique: le malade est aux extrêmes ...

- Les gens de peu de foi! Je ne vous ai pas dit que le général fera la communion demain, fête de Marie Auxiliatrice (il est parfois minuit), laissez-moi vous donner un dîner.

Consommé un repas frugalissimo, il alla dans la chambre du malade qui dormait profondément. Le lendemain matin, de bonne heure, le général, qui croyait déjà être mort, se réveilla et demanda à son fils de lui apporter ses vêtements: se sentant très bien, il voulait aller recevoir la communion des mains de Don Bosco.

Vers huit heures, il s'habillait pour la messe dans la sacristie, quand une silhouette pâle lui apparut:
- Révérend, me voilà!
- Ah, général! Loué soit Marie Auxiliatrice,
- Don Bosco, je vous demanderais de vous confesser car je souhaite vous communiquer lors de votre messe.

- L'autre a avoué hier et cela peut suffire.

- Pas du tout! Je veux au moins m'accuser du manque de foi dont je me sens coupable, moi avec toute ma famille et mes amis!
Le Saint l'a avoué, l'a communiqué, puis l'a renvoyé en bonne forme à la famille émue et assommée.

Nel gennaio del 1867, Don Bosco era ospite a Roma della famiglia De Maistre. Un figlio del Conte Eugenio, Paolino, di appena diciotto mesi, soffriva di un pericoloso ascesso alla gola che minacciava l'intossicazione del sangue. I chirurghi esitavano ad operare l'infermo, sia per la sua età tenerissima sia perché l'infenzione era già molto estesa. Il mattino del 16 gennaio, prima di recarsi a celebrare la Messa, il Santo benedisse il bambino promettendo speciali preghiere.

Al ritorno dalla chiesa di San Carlo al Corso, Don Bosco trovò il piccolo malato notevolmente migliorato: pochi giorni dopo cominciava la convalescenza.

« Il loro bambino non può morire » aveva detto il Santo ai genitori affranti. « Il Signore vuol farne un sacerdote ».

Les De Maistre ont caché cette prédiction à leur fils jusqu'à ce qu'il reçoive son ordination sacerdotale. En effet, le père Paolo De Maistre est devenu un professeur apprécié des collèges français de la Compagnie de Jésus.

À maintes reprises, Don Bosco a prédit l'avenir des enfants qui lui étaient présentés, prophétisant un avenir religieux pour certains d'entre eux.

Un jour (c’est un exemple parmi tant d’autres, mais particulièrement significatif car un prélat bien connu a joué un rôle de premier plan dans l’épisode), le Saint a visité Lu, la ville de Monferrato qui hébergeait également Don Filippo Rinaldi, second fondateur fondateur du guide de la société salésienne.

Don Bosco était déjà très avancé dans les années et proche de la mort; sa réputation de sainteté était maintenant tellement répandue que même à Lu, toute la population allait à la rencontre de l'apôtre, emmenant avec lui les enfants et les malades.

Don Bosco a à peine progressé au milieu de cette foule en liesse et suppliante, lorsqu'une femme lui a présenté son fils âgé de quelques années, qui se tenait la main. Le Saint s'arrêta un instant et, caressant l'
enfant, dit à sa mère, ému: "Votre fils deviendra prêtre et occupera un jour une place importante dans l'Église".

Cet enfant s'appelait Evasio Colli. En novembre 1905, il sera ordonné prêtre. Consacré évêque en 1927, il occupa à partir de 1932, avec le titre d'archevêque, ce diocèse de Parme qui, avec plus de trois cents paroisses, compte parmi les plus importantes d'Italie.

En janvier 1879, la guérison d'un enfant obtenue par le Saint suscita une grande émotion à Marseille. Don Bosco s'est plaint de ce que la maison d'artisans qu'il avait fondée dans la ville française pendant quelques mois n'était pas encore solidement établie. Un jour, lors d'un séjour là-bas, une femme du peuple se présente, accompagnée de son fils âgé de huit ans qui, tout rétréci, jambes tordues, rampe avec des béquilles. Don Bosco fut ému de compassion et bénit l'enfant avec un sourire paternel. Immédiatement après le geste de bénédiction, les membres du petit paralytique ont commencé
à bouger, ses jambes se sont redressées et le garçon, remuant ses béquilles, a commencé à courir autour de la pièce comme fou de joie.

La nouvelle du miracle se répandit en un éclair pour la ville: tous les bons voeux, jusque-là rétrécis également, étaient libérés de la paralysie. L'institut de Marseille a pris une impulsion que rien ne pouvait arrêter.

Six mois plus tard, le Saint, invité par des amis proches à raconter comment le miracle avait été accompli, raconta qu'il avait simplement dit à Notre-Dame, pleine de confiance: "Commençons par 1".

Auprès du Saint, un autre enfant marseillais a immédiatement retrouvé l'usage des jambes, de l'ouïe et de la parole. Son père et sa mère l'avaient emmené à Rome dans l'espoir d'un pèlerinage miraculeux dans la Ville éternelle.

Pie IX avait voulu recevoir ses parents en audience et, leur disant au revoir, il leur avait dit:
- Va voir Don Bosco à Turin. Il a effectué des guérisons incroyables. Qui sait qu'il ne peut pas guérir même pour votre fils ...

Les deux hommes étaient alors partis pour Turin avec leurs infirmes: il aurait pu avoir quatre ou cinq ans, il ne pouvait pas se tenir debout et il n'avait jamais entendu ni prononcé un seul mot.

En le voyant, Don Bosco fut profondément ému et invoqua la Madone pendant qu'il bénissait l'enfant. Puis, le prenant par la main, il l'invita à marcher avec ses yeux. L'enfant a vraiment commencé à
marcher, d'abord avec un pas incertain, puis de plus en plus sûr. Le Saint s'assit alors derrière lui et frappa dans ses mains. Le garçon se retourna: il avait entendu.

"Mon cher", a déclaré Don Bosco en français, "Père, Mère." Et aussitôt l'enfant répéta ces mots, avec difficulté et hésitation.

Les parents pleuraient encore de joie alors qu'ils descendaient les escaliers de la chambre de Don Bosco pour se rendre au Sanctuaire afin de remercier Marie Auxiliatrice.

Que pouvons-nous dire sur les épisodes extraordinaires que nous allons raconter, si ce n’est pour le contenu et la chaleur qu’ils semblent nous ramener il ya quelques siècles, à l’époque de la Légende dorée? À la lecture, certains incroyants vont sourire. Pourtant, chacun des épisodes a eu ses témoins qui ont confirmé à plusieurs reprises la véracité des faits devant des commissions sévères et sous le lien sacré du serment.

Après un mois d'école, un nouvel élève de l'Oratoire a écrit à sa mère qu'il ne pourrait jamais s'habituer à ce genre de vie: il est donc venu le reprendre.

Maman arrive et prépare tout pour le départ. Le matin du jour fixé, le garçon veut confesser une dernière fois à Don Bosco, mais les pénitents sont si nombreux que son tour ne le touche pas jusqu'au moment où tous les pensionnaires se rassemblent pour le petit-déjeuner. Dalmazzo - tel était le nom du garçon - est sur le point de commencer ses aveux lorsque le compagnon chargé de distribuer le pain s'approche de Don Bosco, lui murmurant à l'oreille:
"Il n'y a pas de pain pour le petit-déjeuner!"
- Impossible! - le Saint répond, surpris. - Regarde bien. Demandez aux gars qui sont en charge. Après quelques minutes, le messager revient:
- Nous avons fouillé tous les placards mais n’avons trouvé que quelques pains! Don Bosco semblait de plus en plus émerveillé.

- S'il n'y en a pas, dirigez-vous vers le boulanger pour l'avertir que vous apportez ce dont vous avez besoin.

- Le boulanger? Monsieur Don Bosco! C'est inutile ... Nous avons un crédit de
douze mille lires et refusent de nous donner encore quelque chose s'il n'était pas payé auparavant.

- Et bien, bien ... Si c'est le cas, mettez ce que vous pourriez collecter dans le panier. Le Seigneur enverra le reste. Je ferai moi-même bientôt la distribution,
Dalmazzo, qui n'avait pas perdu une seule syllabe dans le dialogue, a été particulièrement frappé par les derniers mots de Don Bosco et lorsqu'il l'a vu se lever de son fauteuil, il l'a suivi. Sa curiosité était d'autant plus vive que les jours précédents, on avait beaucoup parlé d'événements merveilleux qui avaient eu lieu à l'Oratoire et auxquels Don Bosco avait pris part.

Le garçon se tenait derrière le saint et comptait les pains qui étaient dans le panier. Il y en avait quinze et les garçons qui attendaient pour manger étaient trois cents.

"Quinze pour trois cents! Trois cent pour quinze! ... »se dit le garçon, incapable de comprendre comment le prêtre aurait pu y arriver.

La ligne a commencé. Chacun passait et recevait son pain. Le témoin a regardé Don Bosco avec des yeux égarés qui n'ont renvoyé personne avec les mains vides. Servi le dernier élève, Dalmazzo compta ce qui restait dans le fond du panier: quinze pains, ni plus ni moins. Quinze pains, comme au début de la distribution prodigieuse. En conséquence, le petit Dalmazzo a dit à sa mère qu'il ne voulait plus partir d'un lieu où se déroulaient des événements similaires. Devenu prêtre, Don Dalmazzo fut le premier curé de la paroisse du Sacré-Cœur à Rome et le premier procureur général de la congrégation salésienne près le Saint-Siège.

Au cours des dernières années de sa vie, le Saint avait l'habitude de réunir chaque semaine les élèves de cinquième année pour une courte conférence spirituelle. Le 1er janvier 1886, après la conversation, les garçons voulurent présenter au père leurs meilleurs voeux pour la nouvelle année. Il y avait environ trente-cinq ans, comme l'a dit l'un des témoins de la scène, Don Saluzzo, alors assistant. Don Bosco, après les avoir écoutés et remerciés, soupira, ému: "Comme j'aimerais vous donner quelque chose! ». En disant cela, il chercha autour de lui quand il vit sur la table un sac contenant des noisettes que lui avait donné un garçon venu de la campagne. Il a immédiatement commencé à dessiner dessus à deux mains, en donnant une poignée à l'élève qui était le plus proche de lui.

Les autres se mirent à rire: il était évident que s'il avait continué avec cette largeur, les noisettes auraient suffi et difficilement pour trois ou quatre d'entre elles. Au lieu de cela, à la grande surprise de tous, la distribution a continué et tout le monde en avait autant que leurs mains unies pouvaient en tenir.

Quand tout le monde fut satisfait, Don Bosco fut informé que trois étudiants étaient absents de la réunion et qu’ils seraient attristés de
ne pas avoir reçu leur part. Immédiatement, il remit sa main dans le sac et en sortit autant de noisettes que possible.

Tant qu'ils ont vécu, ces garçons n'ont jamais oublié la nouvelle année des noisettes, au cours de laquelle ils ont témoigné à l'unanimité des procès canoniques.

Don Bosco (nous l'avons vu) était loin d'être fier de la puissance prodigieuse avec laquelle il avait commandé la nature, recommandant plutôt le silence, comme écrasé par un poids surhumain.

Ainsi, un jour, un salésien, Don Stefano Trione, revenant d'une mission prêchée autour de Turin, se rendit chez le Saint pour lui raconter comment les choses s'étaient passées. Don Bosco, se réjouissant presque avec lui, lui dit:
"Que dirais-tu si tu avais le don de miracles?"
- Oh, volontiers, Don Bosco! - a répondu Don Triòne. - De cette façon, je serais sûr de convertir facilement les pécheurs les plus endurcis ...

- Tais-toi 1 - répondit le Saint qui devint soudain pensif et grave. - La ferme! Si vous aviez ce cadeau, bientôt, en pleurant, vous imploreriez le Seigneur de le retirer.

Un jour, il avait lui-même demandé à Domenico Savio comment il aurait pu connaître l'existence d'un événement occulte.

"Savio", écrit Don Bosco, "Savio me regarda douloureusement, puis se mit à pleurer. Je ne lui ai plus posé de questions. "

Don Bosco a bien compris le désarroi du petit Dominique: ils partageaient, professeur et élève, le poids de facultés mystérieuses, inconnues des autres mortels, et la conscience choquante que Dieu utilisait leur peuple pour faire éclater sa gloire.

Dieu a permis à Don Bosco de subir un autre fardeau énorme.

Même dans sa vie, en fait, nous trouvons des traces de ces manifestations diaboliques qui manquent rarement dans l'affaire terrestre des saints.

Les sensibilités modernes préfèrent souvent ignorer le problème du prince de ce monde, comme l'appelait Jésus, qui a parlé de Satan des dizaines de fois dans son Evangile.

Et pourtant, même pour ce chapitre de la biographie de Don Bosco, nous nous trouvons face à de nombreux témoignages précis, détaillés, donnés par le saint lui-même et par ses proches.

Parmi ces témoignages, nous rapportons d’abord que, dédicacé, par Giovanni Cagliero, particulièrement proche de son père lors de ce procès épouvantable.

"Dans les premiers jours de février 1862," a écrit le futur cardinal, "nous nous sommes rendus compte que la santé du Serviteur de Dieu allait de jour en jour, nous l'avons vu pâle, abattu, fatigué plus que d'
habitude et ayant besoin de repos. Il se demandait quelle était la cause de quel grand épuisement et s'il ne se sentait pas bien. Puis il a répondu:
"J'ai besoin de dormir!" Je ne ferme plus les yeux depuis quatre ou cinq nuits. - Et dors! - On lui a dit. - Et la nuit tu quittes tous les boulots.

- Ce n'est pas que je regarde volontairement, mais il y a ceux qui me font veiller contre ma volonté.

- Et comment ça va?
— Da parecchie notti -- rispose — lo spirito folletto si diverte a spese del povero Don Bosco e non lo lascia dormire; e vedete se non ha proprio buon tempo. Appena addormentato, mi sento un vocione all'orecchio che mi stordisce, ed anche un soffio che mi scuote come una bufera, intanto che mi rovista e disperde le carte e mi disordina i libri. Correggendo a sera tarda il fascicolo delle Letture Cattoliche intitolato La potestà delle tenebre e tenendolo perciò sul tavolino, levandomi all'alba, talora lo trovai per terra e tal'altra era scomparso e dovevo cercarlo or di qua or di là per la stanza. È curiosa questa storia. Sembra che il demonio ami di starsene con i suoi amici, con quelli che scrivono di lui! — A questo punto sorrise e poi continuò: — Sono tre notti che sento spaccare le legna che stanno presso il carni-netto. Stanotte poi, essendo spenta la stufa, il fuoco si accese di per sé e una fiammata terribile pareva che volesse incendiare la casa. Altra volta, essendomi gettato sul letto e spento il lume, incominciavo a sonnecchiare, quand'ecco le coperte tirate da mano misteriosa muoversi lentamente verso i piedi, lasciando a poco a poco metà della mia persona scoperta. Benché la sponda del letto alle due estremità sia alta, pure sulle prime volli credere che quel fenomeno venisse prodotto da causa naturale; quindi, preso il lembo della coperta me la tiravo
addosso, ma non appena l'avevo aggiustata, di bel nuovo sentivo che essa andava scivolando sulla mia persona. Allora, sospettando ciò che
poteva essere, accesi il lume, scesi dal letto, visitai minutamente ogni angolo della stanza, ma non trovai nessuno e ritornai a coricarmi abbandonandomi alla divina bontà. Finché il lume era acceso, nulla accadeva di straordinario; ma, spento il lume, dopo qualche minuto
ecco muoversi le coperte. Preso da misterioso ribrezzo, riaccendevo la candela e tosto cessava quel fenomeno, per ricominciare quando la stanza ritornava al buio. Una volta vidi spegnersi da un potente soffio la lucerna. Talora il capezzale incominciava a dondolare sotto il mio capo, proprio nel momento che stavo per pigliare sonno; io mi facevo il segno della Santa Croce e cessava quella molestia. Recitavo qualche preglaiera, di nuovo mi componevo sperando di dormire almeno per qualche minuto; ma appena cominciavo ad assopirmi, il letto era scosso da una potenza invisibile. La porta della mia camera gemeva e pareva che cadesse sotto l'urto di un vento impetuoso. Spesso udivo __insoliti e spaventosi rumori sopra la mia camera, come di ruote di molti carri correnti; talora un acutissimo grido improvviso mi faceva trasalire ».

Si decise allora che Don Angelo Savio andasse ad appostarsi nell'anticamera di Don Bosco per vegliare sul suo sonno ed accertarsi della natura del fenomeno, ma verso la mezzanotte uno spaventoso rumore che andava sempre più crescendo lo mise in fuga. « Eppure », nota sempre Mons. Cagliero, « Don Savio era un uomo fra i più coraggiosi e si era dimostrato impavido in molte occasioni, uomo che non temeva ostacoli e nemici, sempre pronto ad affrontare qualsiasi pericolo ».

La sera dopo si provarono a ripetere l'esperienza i chierici Bonetti e Ruffini ma quando i rumori puntualmente ricominciarono, un tremito fortissimo che li colse li costrinse a ritornare alle loro camere.

Così Don Bosco se ne rimase solo, ad aspettàre pazientemente che finisse la persecuzione. Questa continuò tutto il mese di febbraio: Don Bonetti ce ne ha lasciato la cronaca particolareggiata, così come fu udita dalla bocca di Don Bosco.

« Vi assicuro », diceva il Santo dopo aver narrato una delle sue notti, « che se io avessi udito raccontare quanto ho veduto e sentito, non avrei certamente creduto. E non ci pare di vedere i fatti delle streghe che ci raccontava la nonna ? Se io narrassi mai simili Cose ai giovani guai!, morirebbero di paura ».

Si rifiutava 'di soddisfare l'ansiosa cutiosità dei Salesiani, dicendo: « Quando si ha da raccontare qualche cosa, bisogna anche vedere se quel racconto sia di gloria a Dio e vantaggioso per la salute delle anime: ora questo mio racconto sarebbe inutile ».

Pur in mezzo al pandemonio notturno che si scatenava nella sua stanza, il Santo se ne stava tranquillo aspettandone la fine: « Paura non ne ho proprio » diceva. « Ribrezzo sì, ma paura no. Faccia pure
quello che vuole Satana; ora è il suo tempo; ma verrà pure anche il mio! ».

Dopo quasi un mese di insonnia completa, decise di rifugiarsi in casa di Mons. Moreno, Vescovo di Ivrea, « per vedere se lassù il demonio perdesse le sue tracce ». La prima notte, infatti, poté dormire, ma la seconda ripresero i rumori che continuarono per tutte le notti seguenti facendo accorrere nella sua stanza tutto l'episcopio, Vescovo compreso. Di ritorno a Torino, la notte tra il 3 e il 4 marzo, una mano misteriosa afferrò verso l'alba un cartello appeso al muro sul quale aveva fatto scrivere una delle sue massime e lo sbattacchiò per terra col rumore di una fucilata. Subito levatosi, Don Bosco trovò il cartello in mezzo alla stanza.

I giovani cominciarono allora speciali preghiere perché il Padre potesse ritrovare un po' di riposo: pian piano la persecuzione andò attenuandosi ma non cessò definitivamente che nel 1864.

Un soir, le Saint raconta à un groupe de jeunes les tragédies de ces nuits:
"Je n'ai pas peur du diable!" - s'exclama l'un des garçons.

- La ferme! - a déclaré Don Bosco avec une voix sévère qui a frappé tout le monde. - Vous ne savez pas quel pouvoir aurait le diable si le Seigneur lui donnait la licence pour opérer.

- Pas du tout! Si je le voyais, je le prendrais par le cou et je le lui montrerais.

- Ne dis pas de bêtises, mon ami. Vous mourriez de peur juste en le voyant.

- Mais je ferais le signe de la croix!
- Cela l'arrêterait un seul instant.

- Et comment l'avez-vous rejeté?
- Je connais le moyen de le mettre en fuite maintenant. Depuis le congé me laisse tranquille.

- Et qu'est-ce que c'est, monsieur Don Bosco? Peut-être de l'eau bénite?
- Parfois, même cela ne suffit pas.

- Lequel alors?
- Je le connais, je l'ai utilisé et je sais à quel point il est efficace! ... Il ne voulait rien dire de plus à ce sujet. Mais après un moment de silence:
- Ce qui est certain, c'est que je ne souhaite pas que quiconque soit dans les terribles moments dans lesquels je me suis trouvé. Et vous devez tous prier pour que Dieu ne permette plus jamais à notre ennemi de faire de telles farces sur nous!
Des milliers d'autres témoignages, cependant, attestent de la manière dont Dieu a parlé à cet humble prêtre la nuit, dans un rêve, et de la confirmation ponctuelle des rêves dans la réalité.

"Parler de Don Bosco et ne pas parler de ses rêves", écrit Don Lemoyne, "susciterait une vague de protestations. - Et des rêves? - demandaient tous les anciens étudiants, émerveillés par cette omission ... ».

En fait, pendant plus de soixante ans, Heaven a montré sa volonté avec ce moyen unique.

Le premier et le plus important des rêves du Saint remonte, on le sait, à l'âge de neuf ans. La dernière date du 8 décembre 1887, un mois et demi avant sa mort: la Vierge lui apparut dans un rêve suggérant l’ouverture de la maison salésienne de Liège, en Belgique.

Au début, Don Bosco se méfiait de ces messages nocturnes qui soulevaient les voiles du futur sous ses yeux, lui révélaient les profondeurs de ses consciences, lui indiquaient le chemin à suivre, la méthode à suivre ou le danger qui les entourait. Parfois, en effet, il considérait ces rêves comme de simples jeux d'imagination. Pourtant, trop souvent, il a été obligé de réfléchir à nouveau.

Souvent, la parole rassurante de Don Cafasso, son confesseur, n’a pas suffi à calmer les doutes et le Saint, dans la mesure de ses moyens, a mis le rêve à l’épreuve. Ainsi, après une nuit au cours de laquelle on lui a montré dans un rêve l’état de conscience des garçons du Collège, il a appelé l’un des jeunes visités pendant la nuit, puis un deuxième et un troisième. "Ton âme n'a-t-elle pas été blâmée pour ceci ou cela?" Il a demandé à chacun. Tout le monde a avoué étonné qu'il ne soit pas trompé et le voyant a dû conclure que le rêve lui avait montré la vérité.

Au fil des années, voyant la réalité indéfectible de ce que la nuit lui montrait, il ne ressentit plus aucune incertitude et poursuivit, convaincu que le Ciel avait choisi cette façon mystérieuse de lui révéler ce qu'il voulait.

Uno dei segreti della gigantesca attività svolta da Don Bosco a dispetto di ogni ostacolo sta dunque nella sua ferma determinazione di piegare le circostanze e gli uomini a tradurre in pratica le visioni balenategli nel cuore della notte.

« I disegni di Dio, ben conosciuti » rivelava un giorno ai suoi figli di Valdocco « mi hanno spinto sempre avanti; ecco perché né le avversità, né le persecuzioni né i peggiori ostacoli hanno potuto abbattere il mio coraggio ».

Verso il 1854 cominciò a narrare ai ragazzi, nella buona notte, i suoi sogni: non occorre descrivere l'attenzione con cui erano ascoltati e la commozione che destavano, soprattutto quando annunciavano morti imminenti, manifestavano con parole velate i segreti delle coscienze, indicavano mezzi per perseverare nel dovere o predicevano pubblici avvenimenti. Il sermoncino della sera spesso non bastava ad esaurire il racconto di quei sogni di cui pure Don Bosco non dava che le
grandi linee.

Una gran parte delle visioni si riferiva alla missione del Santo e
all'avvenire della sua opera.

A nove anni, infatti, intravide in sogno l'apostolato cui era chiamato; a sedici presagì. che Dio avrebbe messo a sua disposizione i mezzi indispensabili per compierlo; a diciannove una voce misteriosa gli fece intendere che non aveva il diritto di sottrarsi ai disegni di Dio; a ventuno un'altra rivelazione notturna ribadì che la sua carità e il suo apostolato dovevano avere per oggetto la gioventù povera e abbandonata; a ventidue anni vide chiaramente che a Torino avrebbe dovuto
compiersi la sua opera...

Nel 1861, poi, si vedrà trasportato in sogno in una grande piazza di Torino: qui un personaggio misterioso girava una ruota di cui ogni giro, come subito comprese, rappresentava dieci anni di storia della sua Opera. Al primo giro, sembrò a Don Bosco che il rumore prodotto dalla macchina fosse udito soltanto da lui e da qualche altro che gli era accanto; al secondo giro, l'udiva tutto il Piemonte; al terzo giro tutta l'Italia; al quarto l'Europa e al quinto il mondo intero.

La profezia era chiara: la Società Salesiana era destinata da Dio ad
estendersi • su tutti i continenti.

C'è, fra i moltissimi, un sogno che sembra staccarsi dagli altri nei quali il messaggio era per lo più coperto da simboli. Una notte, Don Bosco vide che gli regalavano a Marsiglia una sontuosa villa di cui poté osservare i minimi particolari. Ne scrisse allora ai suoi amici residenti in quella città, descrivendo l'edificio e pregandoli di indi
viduarlo.

Si credette ad una trovata scherzosa; tuttavia, per fargli piacere, si batté la città e i dintorni senza riuscire a trovare nessuna proprietà che corrispondesse, anche parzialmente, alla descrizione. Qualche anno dopo, nel 1884, Don Bosco passeggiava in località Sainte-Marguerite, alla periferia del grande porto francese in compagnia del canonico Guiol, curato della parrocchia marsigliese di San Giuseppe. Quel sacerdote, ad un tratto, indicò al Santo una casa che apparteneva
ad una benefattrice; la proprietà era chiusa ed impossibile vedere all'interno, essendo sbarrato il cancello del giardino. Soltanto una parte della facciata era visibile.

All'indicazione distratta del canonico Guiol, Don Bosco si fermò di colpo, mentre il suo volto assumeva l'espressione di uno stupore indicibile. « Ci siamo! » esclamò davanti all'ecclesiastico sbalordito. « È proprio questa! Dietro quel muro c'è un gran viale di platani disposti a semicerchio; in fondo, due colonne massicce sormontate da statue di leoni; a sinistra c'è un prato, poi un ruscello ed una grande quercia. Dio sia lodato! L'abbiamo trovatal... ».

I particolari erano naturalmente esatti e poco dopo, in seguito ad una serie di avvenimenti imprevedibili, la villa di Sainte-Marguerite era donata ai Salesiani perché vi stabilissero un collegio.

Poco tempo prima della morte del Santo, il 7 dicembrès,1887, giungeva a Valdocco Mons. Doutreloux, Vescovo di Liegi, venuto espressamente dal Belgio per chiedere che nella sua città si stabilisse una Casa salesiana.

Il Capitolo Superiore, riunito da Don Bosco la sera stessa, non vedeva altra risposta che una dilazione illimitata, non avendo la Congregazione religiosi sufficienti per procedere ad una nuova fondazione.

Anche Don Bosco sembrava essersi arreso alla realtà quando il giorno dopo, festa dell'Immacolata, con sorpresa generale promise all'illustre visitatore che entro pochi mesi si sarebbero trovati i Salesiani da inviare a Liegi.

Perché quell'improvviso cambiamento di decisione ?
È che ancora una volta, misteriosamente, « voci » soprannaturali avevano spinto Don Bosco in una direzione diversa da quella consigliata dalla 'prudenza umana, come attestano le righe che, appena alzato, dettò al suo segretario: « Parole testuali pronunciate dalla Vergine Immacolata che mi apparve questa notte: Piace a Dio ed alla Madre Sua che i figli di San Francesco di Sales aprano a Liegi una casa in onore del SS. Sacramento. In quella città furono resi i primi onori pubblici all'Ostia Santa. Da quella città si spargeranno i Salesiani per propagare il culto dell'Eucarestia nelle famiglie e particolarmente in mezzo ai giovani che in tutte le parti del mondo saranno affidati alle loro cure ».

Jusqu'à la fin de son existence, le Ciel sembla donc intervenir pour lui montrer le chemin de la plus grande gloire de Dieu.

Et lorsque cette intervention devint plus évidente et impressionnante, Don Bosco se troubla au plus profond de son âme.

Ainsi, à Pinerolo, dans le silence du jardin de l'évêque, ses proches le virent pleurer. Il avait ouvert une lettre dans laquelle, avec des peines péremptoires, il lui était dit de lui payer immédiatement
trente mille lires.

Une somme gigantesque. Cependant, il ne s'est pas énervé, comme d'
habitude.

Il ouvrit la seconde des lettres qu'il tenait: c'était le billet d'une dame belge qui annonçait qu'il avait envoyé le même jour trente mille lires pour les besoins de l'œuvre salésienne.

À cette lecture, même son calme proverbial ne tint pas. Les deux lettres à la main, Don Bosco pleurait sans retenue, murmurant à son voisin: "Comme Madonnal nous aime ..."

CHAPITRE X


Pour l'Eglise et le pape
À la fin d'une audience que Pie IX accorda au Saint en janvier 1875, à la demande de Don Bosco de lui donner un mot de passe à donner à ses salésiens et à ses jeunes, le pape se rassembla un instant et a dit: Recommander à tous l'obéissance et la fidélité au Vicaire du Christ.

- Je dirais que c'est vrai! S'exclama Don Bosco. - Je devais dire à Votre Sainteté une chose que j'avais notée sur ce papier:
Pie IX voulait voir et lire: «Lors de la dernière audience, avant de partir, assurez Sa Sainteté de l'obéissance et de la fidélité de tous les Salésiens et de tous les étudiants ».

- Alors tu vois comme on s'entend bien! S'exclama Pio IX.

L'obéissance et la fidélité au Pontife romain ont été parmi les vertus que le Saint s'est efforcé tout au long de sa vie de transmettre à ses enfants. Sa vie entière d'apostolat pourrait être symboliquement enfermée entre deux épisodes qui disent en quoi consiste son dévouement à la présidence de Pierre.

En 1848, la révolution éclate à Rome. Le pape Pie IX, qui était, quelques mois auparavant, l'idole des patriotes, doit se réfugier à Gaeta, sur le territoire du royaume des Deux-Siciles.

L’exil forcé a ému le monde catholique qui pensait aider le Pontife en fondant l’œuvre du Pence de Saint-Pierre. Les souscriptions ont été ouvertes partout et à Turin, le Comité spécial n'a pas été un peu surpris de voir un jour l'Oratoire de Don Bosco figurer parmi les souscripteurs pour la somme modeste et fabuleuse à la fois de trente-trois lires. Ces pauvres garçons, qui recevaient cinq dollars du Saint pour acheter quelque chose à manger après la soupe ou la polenta, avaient économisé leur misère pour collecter ce don dont Pie IX, ému aux larmes, remercié quelques semaines plus tard, par le son nonce à Turin.

L'épisode s'est produit au tout début de l'apostolat du Saint. Et voici ce qu'il a murmuré le 23 décembre 1887 sur son lit de mort à son archevêque, le cardinal Alimonda, qui était allé
lui rendre visite:
"Des temps difficiles, Eminence! Nous traversons des moments difficiles ... Mais l'autorité du pape ... J'ai expliqué à Mgr Cagliero pourquoi il l'a répété au Saint-Père: les Salésiens se tiennent pour la défense de l'autorité du pape où
qu'ils travaillent ".

Cette vie qui, à la fin, pouvait à juste titre se vanter d'avoir bien servi le Vicaire du Christ, a passé sous deux pontificats: ceux de Pie IX et de Léon XIII.

Don Bosco conobbe per la prima volta Pio IX nel 1858. Era andato a Roma, come sappiamo, nella primavera di quell'anno per gettare le basi del riconoscimento canonico della sua Congregazione. Il Papa lo conosceva solo di fama e, volendo vedere alla prova l'uomo che Torino già considerava come un grande apostolo, gli chiese di predicare alle detenute delle carceri romane. Il Santo accettò di buon grado e la sua parola semplice, ma ricca di dottrina e di esempi, commosse il cuore di quelle infelici; l'esito della predicazione fu consolante. Il Papa se ne rallegrò alcuni giorni dopo in una seconda udienza e, a segno della sua gratitudine, comunicò. a Don Bosco che l'avrebbe insignito del titolo di Monsignore, nominandolo « cameriere segreto ». A quelle parole l'uomo di Dio sobbalzò: « Santo Padre, di grazia, riserbi questo onore ad altri più degni! Bella figura farei in mezzo ai miei birichini con una veste paonazzal... Quei poveri ragazzi non mi riconoscerebbero più, perderei tutta la loro confidenza. E poi, i benefattori della mia Opera mi crederebbero diventato ricco; non avrei più il coraggio di andare a stendere la mano per i miei figlioli. No, no, Santo Padre 1 Mi lasci restare il povero Don Bosco... ».

Dalla benedizione papale ricevuta prima di partire, Don Bosco e Don Rua capirono che ormai l'Opera salesiana aveva a Roma un grande amico, un amico che non cessò mai di dispensare i suoi benefici sulle imprese del Santo.

Con Don Bosco, Pio IX fu prodigo di consigli, di favori, di stima,
di fiducia.

Abbiamo già veduto quanto le esortazioni, i consigli, gli interventi del Papa giovassero non solo alla nascita ma allo sviluppo e al consolidamento delle due Congregazioni Salesiane.

La benedizione del Papa era assicurata per ogni nuova iniziativa di
Don Bosco. Fin dal primo incontro con il Santo, il Pontefice gli dette facoltà di confessare in mini loco Ecclesiae, in ogni luogo della Chiesa e; senza che' Don Bosco gliel'avesse domandata, gli concesse la dispensa dalla recita del Breviario nei giorni di lavoro eccessivo.

E non era meno generoso davanti alle necessità materiali di quel povero prete di Torino sempre assillato dalle scadenze finanziarie! Nella prima visita di congedo che gli fece il Santo, Pio IX gli regalò qualche centinaio di lire per pagare una merenda ai ragazzi degli Oratori. Per l'erezione delle due chiese costruite a Torino, non mancava di inviare somme cospicue. Alla seconda partenza di missionari salesiani, tirò fuori dal cassetto un altro buon gruzzolo. Un giorno che Don Rua era stretto da bisogni urgenti, gli dette ventimila lire in una volta sola...

Testimonianze di bontà che accompagnavano le prove di stima e. di fiducia di cui il Papa onorava il Santo. Oggi lo incaricava di una missione sommamente delicata: assicurarsi che il clero delle parrocchie di Roma impartisse regolarmente l'istruzione catechistica; domani, e a due riprese, l'accoglieva benevolmente quale plenipotenziario incaricato di risolvere lo spinoso problema della nomina dei Vescovi in più di cento Diocesi vacanti.; alcuni giorni dopo lo pregava di collaborare alla compilazione delle liste dei candidati all'Episcopato e accettava tutti i nomi che egli aveva proposti; un'altra volta gli affidava la riforma di un Istituto romano che avrebbe voluto fosse incorporato nella Società Salesiana...

Regnante Pio IX, per quattordici volte Don Bosco andò a Roma e quasi ad ogni viaggio il buon Papa gli dette prova di una stima che avrebbe fatto insuperbire chiunque altro. Arrivò sino al punto di mettere a sua disposizione la carrozza pontificia o di concedergli udienza mentre era a letto, malato. Da quella visita, avvenuta nel 1877, il Santo riportò un affettuoso ricordo: « Figurati » riferiva a Don Rua scendendo le scale del Vaticano « Figurati che il Santo Padre mi ha ricevuto stando a letto. Quel letto, se l'avessi visto! Povero e basso come quello dei nostri ragazzi. Nemmeno un piccolo tappeto per posare i piedi, scalzandosi. La camera ha il pavimento di mattoni tutti vecchi, tanto che bisogna guardare bene per non inciampare. Pio IX, sapendo che ci vedo poco, mi guidava con la voce: Non da quella parte, Don Bosco I C'è un buco ! Di qua ! Un bell'esempio di povertà, nel capo della Chiesa! Che spettacolo vedere il Vicario di Cristo vivere in quelle strettezze! ».

Perché, da parte del Papa, tanta benevolenza per l'Apostolo di Torino ? Evidentemente Pio IX, con l'intuito degli autentici uomini di
Dio,' aveva subito compreso quale devoto servitore avesse in Don Bosco la Chiesa e quale fosse l'importanza storica dell'opera da lui
intrapresa.

Da parte sua, Don Bosco manifestò sotto mille forme, durante
tutta la vita, la propria fedeltà al Papato.

Scrittore popolare e direttore delle Letture Cattoliche, le biografie dei Pontefici Romani ebbero sempre le preferenze della sua penna: nei primi otto fascicoli del periodico pubblicò le biografie di ventun Papi della Chiesa primitiva. Scriverà poi la Storia della Chiesa, destinata
a ispirare nei giovani l'amore per i successori di Pietro.

Nel novembre del 1859, egli scriveva una lettera nella quale esprimeva la sua partecipazione alla prova del Papa per le conseguenze della seconda guerra d'indipendenza italiana nei territori dello Stato Pontificio. Nel gennaio dell'anno seguente, Pio IX rispondeva con un Breve traboccante di paterna riconoscenza. In quei mesi di tensione non ci voleva molto per appiccare fuoco alle polveri, tanto più che il numero di aprile delle Letture Cattoliche riportava la traduzione della
risposta del Papa al Santo. Da qui alla conclusione che la casa di Don Bosco era un focolaio di cospirazione e che essa albergava uomini che tramavano con l'Arcivescovo esiliato, con Pio IX e con i Gesuiti, mancava solo un passo. Così il 26 di maggio e il 9 di giugno del 1860 l'Oratorio salesiano fu per sette ore continue sottoposto a perqui
sizione.

Sui dolorosi fatti, primi di una serie di misure poliziesche, Don Bosco scrisse di persona una « Memoria che servisse di norma qualora la Divina Provvidenza permettesse che talun nostro socio dovesse tro
varsi in casi simiglianti ».

Quelle pagine scritte « a caldo » sono una preziosa, commovente testimonianza del modo di agire di Don Bosco. Le riportiamo dunque in parte perché in esse il Santo sembra rivivere con la sua carità che non esclude la difesa aperta del proprio diritto, con il suo humour, la sua tollerante esperienza di uomini, in una parola col suo stile incon
fondibile:
« Erano le due pomeridiane, in giorno di sabato », dice dunque la Memoria, « quando mi si presentò una caritatevole persona che con
1. à noto che tra i più vivi desideri di Giovanni XXIII fu la proclamazione della santità, da parte del Concilio Vaticano II, di papa Pio IX, il cui processo di beatificazione è aperto dal 1897 (N.d.R.).

une lettre du ministre de l'Intérieur accompagnait un pauvre garçon. Alors que je la lisais au sommet du deuxième escalier, voici trois messieurs vêtus comme ils le disent:
- Nous devons parler à Don Bosco.

- Je suis patiente un instant. En ce qui concerne ce garçon, je serai à leur commandement.

- Nous ne pouvons pas attendre.

- En quoi puis-je les servir s'ils ont un tel soin?
- Nous devons parler en toute confiance.

- Ils viennent dans la chambre du préfet.

- Pas dans la chambre du préfet, mais dans sa chambre.

- Mais qui es-tu?
- Nous sommes ici pour une visite à domicile.

Ensuite, j'ai clairement compris ce dont je doutais depuis le début. Alors j'ai commencé à parler comme ça:
- As-tu des papiers avec toi?
- non mais il est l'avocat Tua, délégué à la sécurité publique.

- Ces deux sont l'avocat Grasselli et l'avocat Fumagalli qui représentent le Fisco.

À ce moment, plusieurs gardes de la sécurité publique se sont dispersés dans les escaliers, dans la cour, à la porte, tandis qu'un corps d'autres gardes bien armés se tenait en garde devant l'établissement. Le délégué à la sécurité publique a dit haut et fort: "Est-ce qu'il
nous conduit dans sa chambre?"
- Je ne peux pas et ne veux pas vous emmener dans ma chambre, tant que vous ne me laissez pas voir qui vous envoie, avec quelle autorité et pour quelle raison. Veillez à ne pas venir au travail, car dans ce cas, j'appellerais mes enfants, je ferais sonner les cloches et, en vous considérant comme des agresseurs et des violateurs chez d'autres personnes, j'essaierais de vous éloigner d'ici. Vous pouvez, il est vrai, essayer de me conduire en prison avec violence, mais dans ce cas, vous commettriez un acte répréhensible devant Dieu et devant les hommes, et peut-être avec de mauvaises conséquences et avec vos dommages.

A ces mots, un garde s'approche pour me poser la main, mais le délégué l'en empêche en ajoutant:
- Dans la mesure du possible, nous faisons les choses sans problème. Allez chercher le décret qui existe dans le bureau du questeur.

Durant cette période, j'ai terminé l'entretien avec le garçon recommandé qui, tout étonné par cette discussion, qu'il n'a certainement pas comprise, attendait une réponse définitive. Il a été
accepté et, si je ne change pas le nom, je pense que c'était le jeune Rattazzi, neveu du célèbre Urbano Rattazzi.

C'est alors qu'une rumeur se répandit dans tout l'établissement, persuadant nos garçons qu'ils voulaient m'emmener en prison. Une agitation et une sorte de fureur les envahirent tous, tandis qu'un choix des plus courageux et des plus audacieux s'approchait et me murmurait, ils disaient:
- Cela permet-il? ...

- Non, j'ai répondu rapidement, je vous interdis tout mot, tout trait susceptible d'offenser qui que ce soit. N'aie pas peur Je vais tout ajuster, et vous allez tous remplir vos fonctions.

Giunse finalmente il commesso, e allora il Delegato si cinse della sciarpa questurale; e con cinque poliziotti ai fianchi il rappresentante del Fisco con voce orribile disse:
— In nome della legge io intimo la perquisizione domiciliare al Sac. Giovanni Bosco.

Nel terminare queste parole mi dava a leggere il famoso decreto, in cui era ordinata la perquisizione anche al Can. Ortalda, a Don Cafasso Giuseppe, al Conte Cays ed altri. La parte che mi riguardava era concepita come segue: D'ordine del Ministero dell'Interno si proceda a diligente perquisizione nella casa del Sac. Bosco e siano fatte minute indagini in ogni angolo dello stabilimento. Egli è sospetto di relazioni compromettenti coi Gesuiti, coll'Arcivescovo Fransoni e colla Corte Pontificia. Trovata qualche cosa che possa gravemente interessare le viste fiscali, si proceda all'immediato arresto della persona perquisita.

Ritornato quello scritto a chi me lo aveva dato soggiunsi:
— Così stando le cose vi concedo pieno diritto di esercitare la vostra autorità e ciò fo unicamente perché mi è imposto dalla forza: andiamo in mia camera.

Pervenuti all'uscio di quella, nell'atto che io lo apriva, l'avvocato Tua in tono burlesco lesse le parole scritte al sommo delle medesima: Lodato sempre sia il nome di Gesù e di Maria.

Ho giudicato bene di arrestarmi dicendo: — E sempre sia lodato il nome... — Poi mi volsi a tutti con dire: Toglietevi il cappello! Ma vedendo che niuno obbediva ho replicato: — Voi avete incominciato: adesso dovete terminare col dovuto rispetto e comando ad ognuno di scoprirsi il capo! — Giudicarono bene di accondiscendere, ed io ho conchiuso: ... il nome di Gesù Verbo incarnato.

Entrati in mia camera, io mi abbandonai al loro arbitrio. Cominciarono a mettermi le mani addosso: quindi ogni saccoccia, il taccuino, il porta monete, le brache, il giustacore, la sottana, gli orli degli abiti,
lo stesso fiocco della berretta furono soggetto d'indagini, a fine di trovare, essi dicevano, il corpo del delitto. Siccome queste operazioni si facevano in modo grossolano, spingendomi in tutti i versi, io mi lasciai sfuggire le parole:
— Et cum sceleratis reputatus est.

— Che dice? — chiese un di loro.

— Dico che voi mi fate il servizio che altra volta alcuni prestarono al Divin Salvatore.

In un angolo eravi un cestone di carta straccia, di, cenci, di spazzatura, e simili. L'avvocato Grasselli, avendo portato su quello lo sguardo, vide una busta di lettera col francobollo pontificio:
— A me questo! — esclamò. Niuno tocchi!
— Guardie attente! — aggiunse il Delegato. — E custodite ogni cosa. Ciò detto si mise a far passare ad una ad una le buste delle lettere e i pezzi di carta.

— Olà, ripigliò il Delegato, è bene di abbreviare le cose. Ci dia le carte che cerchiamo e subito ce ne andremo.

— Abbiate la compiacenza di dirmi quali carte desiderate.

— Quelle che possono interessare le viste fiscali.

— Non posso darvi quello che non ho.

— Ma ella può negare di avere carte che possano interessare le viste fiscali ? Scritti riguardanti ai Gesuiti, a Fransoni o al Papa ?
— Vi do piena soddisfazione, ma ditemi prima se voi credete a quello che vi dirò.

— Si, purché ci dica la verità.

— Ciò vuol dire che voi non siete disposti a credermi, perciò è inutile ogni mia asserzione. -- Ma si che ci crediamo — disse l'avvocato Fumagalli.

— Crediamo come al Vangelo — aggiunsero gli altri.

— Se voi mi credete, — risposi — andatevene pure pei fatti vostri, che né in questa camera, né in alcun angolo della casa, voi troverete cosa che non convenga ad onesto sacerdote, perciò niente che, in questo senso, vi possa interessare.

— Eppure, — ripigliò l'avvocato Tua — fummo assicurati che esiste il corpo del delitto e che a forza d'indagini lo troveremo.

— Se non volete credermi, perché interrogarmi? Ora ditemi in buona grazia: siete persuasi che io sia uno sciocco?
— No certamente.

— Se non sono uno sciocco, non ho certamente lasciate cose compromettenti che potessero cadere nelle vostre mani, e le avrei
prima d'ora stracciate o trafugate. Ora continuate pure la vostra perquisizione.

Allora ogni armadio, baule, cancello, forziere, venne aperto, ed ogni minuta carta od altro oggetto confidenziale e non confidenziale si andava visitando.

Io mi sono messo ad uno scrittoio per soddisfare ad alcune lettere, la cui risposta era in ritardo.

— In questo momento, — mi disse il Grasselli — ella non può scrivere alcuna cosa senza che sia da noi veduta.

— Padronissimi — risposi — vedano pure e leggano quanto io
scrivo.

Io adunque scriveva, ed essi in numero di cinque, leggevano, uno dopo l'altro, tutte le mie lettere. Ma avveniva che prima che una lettera fosse letta da ciascuno io ne aveva già un'altra preparata da presentare: onde il Delegato ebbe a dire:
— Che facciamo noi qui? Perdiamo il tempo a leggere le lettere che scrive Don Bosco e non terminiamo quanto forma lo scopo della nostra visita.

Si stabili pertanto che uno solo leggesse le mie lettere e gli altri continuassero le perquisizioni.

Nel visitare una specie di guardaroba trovarono chiuso un cancello:
— Che c'è qui? — chiesero con premura.

— Cose confidenziali, cose segrete, — risposi. — Io non voglio che alcuno apra.

— Che confidenza, che segreto! Venga tosto ad aprire.

— Non posso assolutamente. Credo che ognuno abbia diritto di serbare in segreto quelle cose che gli possono tornare a onore o a infamia, perciò vi prego di passare ad altro: rispettate i segreti di
famiglia.

— Che segreti d'Egitto! O viene ad aprire, o scassiniamo il forziere.

— Minacciando la forza, io cedo a quanto volete.

Aprii il forziere e l'avv. Tua volle impadronirsi di tutte le carte là entro contenute. Ma quale non fu la sua meraviglia, o meglio la sua vergogna, quando si accorse che quelle carte non erano che note di olio, di riso, di paste, di pane, o del ferraio, del sarto, del calzolaio, note tutte da pagarsi.

— Perché mi corbella così? — mi disse l'avv. Tua.

— Non corbello nessuno: non volevo che i miei affari, i miei debiti, fossero a tutti palesi. Voi avete voluto sapere e veder tutto. Pazienza! Almeno Dio vi ispirasse di pagarmi alcuna di queste note!
Si rise da tutti e si passò ad altro.

Tra le varie carte trovarono una lettera che qualche tempo addietro avevo ricevuto dal Santo Padre. Volevano prenderla e portarsela seco.

— Non voglio, — loro dissi — perché è l'originale: ve ne darò copia. Il giudice Grasselli verificò ogni cosa, parola per parola, e poi disse:
— Per noi è meglio questa copia, in cui vi è latino ed italiano, quindi assai più facile a intendersi.

Intanto che si andava rovistando in tutti i nascondigli, uno si mise a leggere un volume dei Bollandisti.

— Che c'è in questi libri? — disse.

— Sono libri dei Gesuiti che per niente loro riguardano: si passi ad altro.

— Oh? Libri dei Gesuiti? Siano tutti sequestrati.

— No! — disse un altro — si osservi che cosa contengono. Si continuò a leggere oltre mezz'ora e poi disse:
— Vadano alla malora questi libri e chi li ha scritti, io ne capisco niente. Sono tutti latini. Se io fossi imperatore, io vorrei abolire il latino e proibire di stampare libri in questa lingua. Insomma che cosa contengono questi libri?
Risposi:
— Questo che voi andate leggendo contiene la vita di San Simone Stilita. Quest'uomo straordinario, atterrito dal pensiero dell'inferno, pensando che aveva un'anima sola e temendo di perderla, abbandonò patria, parenti ed amici, ed andò a fare vita santa nei deserti. Visse molti anni sopra una colonna gridando sempre contro gli uomini che soltanto pensano a godersela, senza pensare alle pene eterne che nell'altra vita stanno preparate a coloro che vivono malamente sopra la terra.

— Basta, basta: se continua un poco questa predica, dovremo andarci tutti a confessare.

— Appunto, appunto. Oggi è sabato. Alle cinque di sera incominciano le confessioni dei miei cari giovani.

— Quest'oggi dunque ci confesseremo noi tutti.

- Bien, optime; se préparer; Je les emploierai très volontiers toute la soirée et avec un plus grand avantage que ce n'est pas la recherche.

À ce moment, le clerc Roggero a apporté une bouteille que nous avons tous bue avec la santé des fouilles. J'ai alors répété que j'étais en retard dans mes aveux, alors laissez soit mes jeunes gens se confesser, soit ils commenceraient à faire leur propre truc ...

- J'en ai besoin! Dit un.

- Moi aussi! - ajouté un autre.

"Surtout", a conclu Fumagalli.

- Alors confession! - j'ai répondu.

- Si nous faisions cela, - répondit le délégué - que diraient les journaux?
- Et si vous allez chez le diable, les journaux et les journalistes pourront-ils vous libérer?
- Il a raison, mais ... cuntacc ... ça suffit! Nous viendrons alors spécifiquement pour cela.

Cependant, ils ont promis de manière la plus formelle de venir se confesser le samedi suivant. Deux supérieurs étaient en fait avec trois gardes, et il semble qu'ils soient venus avec bonne volonté, car ils sont venus plus souvent, il était
sept heures du soir. Il avait fouillé dans tous les coins de ma chambre et dans la librairie voisine: mais leurs demandes de renseignements échouèrent. Ils étaient tous stimulés par l'appétit: beaucoup de membres de ma famille m'appelaient avec insistance: en effet, les jeunes de l'établissement, venus habituellement dans ma chambre à cette heure-là pour se confesser, ont commencé à changer avec des gardes qui voulaient les repousser. . Laonde avait intérêt à prendre des dispositions et à conclure ce jour-là, c'est-à-dire à partir. Je me suis opposé:
- Faites un compte rendu de votre travail, alors vous partirez ...

Ils obéirent et déclarèrent avoir accompli, avec l'aide du sac. Don Giovanni Bosco "une visite diligente dans tous les coins, les magasins, les papiers et les livres existant dans les deux salles, qui servent de demeure à la même chose et que, face aux recherches les plus précises, rien n'a été trouvé qui puisse intéresser les vues fiscales".

. En plus de ces faits, Don Bosco a également beaucoup souffert de voir
pendant de nombreuses années les diocèses italiens sans leurs pasteurs. Quarante-cinq évêques étaient en exil; dix-huit, déjà élus par le pape, n'avaient pas pu entrer dans les villes où ils avaient reçu une charge pastorale; beaucoup d'évêques sortis n'auraient pu avoir de successeur.

Au Piémont, depuis quinze ans, aucune nomination épiscopale ne pouvait être faite.

Dans le chapitre suivant, Don Bosco travaillera avec le gouvernement italien pour mettre fin à cet état de fait. Nous ne retiendrons ici que de l’engagement avec lequel le Saint accomplit la délicate
tâche de relier, à titre personnel, le Vatican au Quirinale. Combien de pas et combien de pratiques, combien de réflexion et combien de discussions ce bureau lui a coûté! Ensuite, il a fallu, par ordre du pape, collaborer à la formation des listes des futurs évêques; une très grave responsabilité que Don Bosco aurait volontiers retirée. Mais Pie IX avait exprimé un désir et docile le Saint avait toujours obéi.

Vers la fin de 1869, le 8 décembre, lors de l'ouverture des sessions du Concile Vatican II, Don Bosco avertit qu'il aurait pu jouer un rôle modeste mais utile, aux côtés de cette grande assemblée dont les débats devaient mener à la proclamation de dogme d'infaillibilité papale. Puis part pour Rome le 20 janvier 1870 et, se rendant aux lieux de rassemblement des pères en dehors des séances générales, multiplie son action en faveur du nouveau dogme, auquel certains pères s’opposent. Parmi ceux-ci se trouvait l'évêque de Saluzzo, Mgr Gastaldi, qui occupera plus tard, sur proposition de Don Bosco, la présidence épiscopale de Turin. Le saint a su être si convaincant avec son ami qu’un jour, en séance plénière, Mgr Gastaldi a pris position tout à coup en faveur de la définition du dogme du

Parfois, Don Bosco a raconté au pape l'histoire d'une vision ou d'un rêve qu'il aurait fait et qui pourrait intéresser le vicaire du Christ.

En 1856, par exemple, il raconta à Pie IX sa vision de Domenico Savio, le futur saint, qui mourrait l'année suivante à l'âge de quinze ans. Au cours de la messe, il avait eu des révélations sur certains événements de l'Église catholique en Angleterre.

Tandis que Don Bosco parlait, le pape le regardait avec des yeux perçants et quand il eut fini: "L'avertissement de cet enfant", m'a-t-il dit, "me conduit à travailler encore plus vigoureusement pour la cause du catholicisme en Grande-Bretagne. Mais avez-vous, Don Bosco, vous-même jamais eu de communications extraordinaires? ».

La question, qui fut soudainement posée, déconcerta le Saint qui partageait la vérité et raconta à Pie IX ses rêves principaux. "Ecrivez-les - dit le pape - écrivez-les avec tous les détails. Ils seront un atout précieux pour vos enfants ».

Don Bosco a promis; mais de nombreuses années plus tard, en 1867, il n'avait encore rien fait.

- Et ce travail que je vous ai proposé? Demanda le pape.

- Je n'avais pas le temps, Saint Père.

- Eh bien, maintenant je ne te souhaite plus, mais je te donne un ordre: tu dois écrire! Tout autre travail doit y céder.

Don Bosco obéit cette fois. L'injonction de Pie IX a donné à la Société salésienne ces six grands cahiers pour le 8e cahier, dans lesquels le Saint a rassemblé une mine d'informations sur sa vie et ses œuvres sous le titre de Mémoires de l'Oratoire de Saint François de Sales de 1815 à 1855. La lecture de ces pages (que Don Bosco avait précédées par un préambule dans lequel il disait entre autres: "Je dois tout d'abord vous avertir que j'écris pour mes chers fils salésiens avec l'interdiction de faire de la publicité à ces choses avant et après après ma mort "), il a confirmé le pape à ce stade, convaincu que le Saint était favorisé par des lumières particulières, de vouloir suivre ses conseils dans des circonstances dramatiques.

Immédiatement après la brèche de Porta Pia, en effet, alors que le pape était invité à quitter Rome de toutes parts, Pie IX hésitait. Finalement, il décida de demander conseil à Don Bosco. Le Saint, après avoir longtemps prié, envoya sa réponse au pape dans laquelle, dans un langage allégorique à la saveur biblique, il conseilla de rester dans la ville occupée: La sentinelle, l'Ange d'Israël reste pour garder la forteresse de Dieu et la sainte arche!
Un jour, Pie IX alla jusqu'à faire une proposition à Don Bosco qui révélât l'affection et l'estime pour lui: - Ne pourrais-tu pas quitter Turin - a demandé le pape - et s'installer à Rome? Votre congrégation souffrirait-elle?
L’intention de Pie IX, at-on appris plus tard, était de créer Don Bosco comme cardinal s’il acceptait de s’installer à Rome.

- Saint Père, ce serait sa chute! - fut la réponse rapide de l'apôtre. Le pape n'a pas insisté. Don Bosco a confié à un ami proche qu'il ne pourrait jamais se résoudre à abandonner ses enfants. L'amitié des deux hommes a également été mise à l'épreuve par la malice des envieux et par les complots des ennemis. «Mais que sera-t-il arrivé à Don Bosco? "Pie IX s'est demandé fin 1877." Je lui ai écrit trois fois et il ne me répond pas! ».

Pendant ce temps, à Turin, Don Bosco se demandait pourquoi certaines de ses importantes lettres au pape étaient restées sans réponse. L'explication de l'énigme était malheureusement très simple: la correspondance des deux était surveillée et interceptée.

Le person' a Torino, come vedremo, perseguitavano Don Bosco,
si erano proct . dei complici sin dentro ai palazzi vaticani e per molto
tempo Pio IX non ebbe notizia di quei maneggi sotterranei.

Così, per tre volte, nel dicembre del 1877, quelle manovre riuscirono a far negare all'Apostolo di Torino l'udienza che aveva chiesto al Papa.

Il colpo fu tanto più duro per il Santo perché egli sapeva che Pio IX non aveva più tanto da vivere: «Da qui a poco » prediceva Don Bosco in quel dicembre del '77 « assisteremo ad avvenimenti che commuoveranno il cuore di tutti ». Il 9 di gennaio del 1878, quasi a conferma, moriva al Quirinale Vittorio Emanuele II e il 7 di febbraio, all'alba, si spargeva per Roma la notizia che Pio IX stava per morire. La sera stessa di quel giorno il grande Papa spirava: il giorno prima del trapasso egli aveva ancora parlato di Don Bosco agli intimi che lo assistevano.

La devozione di Don B'osco per Pio IX non diminuì dopo la morte. In memoria del Pontefice defunto, come vedemmo, fu eretta a Torino la chiesa di San Giovanni Evangelista in cui la statua del Papa in piedi sembra eternare nel marmo la gratitudine di Don Bosco.

Alcuni giorni dopo la scomparsa di Pio IX, mentre in Vaticano un esercito di operai si affrettava a predisporre gli appartamenti per
l'imminente Conclave, spinto tra quelle mura da un affare delicato, Don Bosco incontrò il Cardinal Pecci, Camerlengo della Chiesa. Il Santo si fermò di colpo, fissò in volto il prelato, e, con tutta semplicità:
— Vostra Eminenza mi permetta di baciarle la mano! — disse.

— Chi è lei,? — chiese il Cardinale stupito.

— Sono un povero prete, che oggi bacia la mano di Vostra Eminenza e di qui a pochi giorni spera di baciarle il piede...

— Le proibisco di pregare per questo!
— Ma non può proibirmi di domandare a Dio ciò che a Lui piace!
— Ma chi è aunque lei che parla in questo modo ?
— Sono Don Bosco!
A quel nome che da molti anni, ormai, correva per tutta la Chiesa, il Cardinal Pecci non poté frenare un movimento di sorpresa. Ma, subito ripres9si:
— Andiamo, bon Bosco! È il momento di lavorare, non di scherzare!
E il Cardinal Camerlengo continuò la sua strada.

Otto giorni dopo, il 20 di febbraio del 1878, il Cardinal Vincenzo Gioacchino Pecci era eletto Papa e prendeva il nome di Leone XIII.

Per alcune settimane, il Santo non poté avvicinare il nuovo Pontefice se non in udienza generale. Finalmente, il 16 di marzo, si trovò il tempo di riceverlo privatamente.

Leone XIII non era Pio IX che, con un'accoglienza semplice e cordiale, dopo qualche minuto sapeva far scomparire ogni soggezione nel visitatore. Ma nonostante l'aspetto aristocratico, lo sguardo da cui traspariva l'intelligenza vivacissima, il tono grave della voce, le maniere che rivelavano la nobiltà della nascita, anche il nuovo Pontefice sapeva, seppure in modo diverso, soggiogare i cuori. Già in quel primo colloquio fu con Don Bosco di una straordinaria bontà; si informò minutamente di tutte le sue opere, gli dette consigli opportuni e gli ripeté quello che già gli aveva detto tante volte Pio IX: esserci cioè la benedizione di Dio in tutte le sue imprese.

,« Coloro che negano il miracolo », disse testualmente il Papa, «si troverebbero assai imbarazzati se dovessero spiegare come, umanamente parlando, un povero prete possa riuscire a dare il pane quotidiano a migliaia di ragazzi. Bisogna confessare che lì c'è il dito di Dio ».

Due anni dopo, come vedemmo, Leone XIII ricorreva all'aiuto di Don Bosco, constatando con dolore che i lavori per la chiesa del Sacro Cuore all'Esquilino erano fermi per mancanza di fondi. Nonostante l'età,e i crescenti acciacchi, Don Bosco accettò il formidabile peso, imponendo anzi la sua v9lontà ai suoi Salesiani riluttanti: come aveva detto il Cardinal Alimonda, un desiderio del Papa era per lui davvero un comando.

Questa leale e fedele devozione ricevette una delle più consolanti ricompense nella primavera del 1884. Il Santo era ritornato per l'ennesima volta a Roma, allo scopo di ottenere finalmente quei privilegi che, equiparando la sua Congregazione ad altre della Chiesa, l'avrebbero resa del tutto indipendente e libera, tra l'altro, di presentare i suoi membri agli Ordini sacri. Nel 1874 Don Bosco aveva ottenuto questa concessione ma solamente per un periodo di dieci anni. Un lungo memoriale, steso dalla mano stessa del Santo, elencava i privilegi concessi a diversi Ordini nel passato. Gli era sembrato che la sua richiesta, basata su così solidi argomenti, avrebbe ricevuto buona accoglienza. Purtroppo, Don Bosco si sbagliava.

Appena il Santo giunse a Roma, il Prefetto della Congregazione dei Vescovi e Regolari gli fece sapere che il memoriale doveva essere completato con indicazioni, più precise, specificando in quale data, da quale Pontefice e a quali Istituti fossero stati concessi direttamente e in origine quei, privilegi. Quando Don Bosco apprese che si esigeva da lui tutto questo, fu assalito (forse per la prima volta) dallo scoraggiamento. Egli era il solo a potere fornire le indicazioni supplementari,
perché da solo e con grande fatica aveva redatto il memoriale; ed ecco che doveva ricominciare lunghe ricerche in archivi e biblioteche!
« La testa non mi regge più! » diceva ad un confidente in quelle ore di sconforto. « Mi vedrò costretto a rinunciare ai privilegi. Ne chiederò alcuni, i principali, e poi ritornerò a Torino. Se' me li vorranno concedere, tanto meglio. Se, no, pazienza! Si andrà avanti così! ».

Fu lo stesso Leone XIII, che con un intervento personale risolse la spinosa questione. Il 9 di maggio Don Bosco veniva ricevuto in udienza privata durante la quale il Papa fu con lui di una gentilezza ancor più spiccata del solito: volle che il Santo si sedesse su una poltrona accanto a lui e con i segni della più premurosa sollecitudine gli domandò notizie della sua salute.

— Bisogna che vi curiate! — disse il Pontefice. — Non risparmiate nulla per questo. Finitela di strapazzarvi così! La vostra vita appartiene alla Chiesa tutta, e non solo alla Congregazione che avete fondata. Vedo che la vostra Opera si diffonde dappertutto, in Francia, in Spagna, nelle Americhe, persino in Patagonia. La vostra vita, i vostri consigli, sono necessari a tutti questi figli. Se io fossi malato, voi fareste, ne sono sicuro, l'impossibile per ridarmi la salute. Ebbene, io voglio che vi trattiate allo stesso modo. Lo voglio, capite? Anzi, ve lo comando... La Chiesa ha bisogno di voi.

— Vostra Santità mi confonde — rispose Don Bosco sopraffatto dalla commozione. — Le prometto di obbedire ai suoi ordini.

— Benissimo! E ora che cosa avete da domandarmi? Non abbiate timore: sono disposto a concedervi tutto quanto mi è possibile.

- Santo Padre — rispose prontamente Don Bosco, deciso a non
perdere l'occasione preziosa — voglia coronare l'edificio della Società Salesiana concedendole i privilegi che essa le domanda. Questi privilegi sono posseduti da altre Congregazioni con un numero di religiosi assai più limitato. I Salesiani sono già più di cinquecento e da parecchi anni chiedono questi favori senza poterli ottenere.

— Sta bene! — disse il grande Papa dopo un, istante di riflessione. — Comunicate al Segretario della Congregazione dei Vescovi e Regolari di preparare i documenti e io li firmerò senza che seguano la procedura normale. Mi sarà tanto più facile questo sistema insolito in quanto alcuni vostri avversari in Vaticano non sono viù qui. Il Papa, vedete, non sempre fa quello che vuole, ma adesso sarete oddisfatto. Caro, caro Don Bosco! Io vi amo di tutto cuore. Voglio essere tutto per i Salesiani, voglio che mi abbiate come il primo dei vostri Coope
ratori. Chi è nemico vostro è nemico di Dio: ne ho ora più che mai la certezza. Con mezzi meschini voi compite imprese grandiose. Coraggio! Coraggio! Il Papa, la Chiesa, il mondo cattolico vi ammirano e vi incoraggiano. Iddio stesso vi guida, vi sostiene, regge la vostra Congregazione. Ditelo, scrivetelo, predicatelo! In questa ispirazione e protezione divina risiede tutto il segreto delle , vostre vittorie sopra gli ostacoli e i nemici che incontrate.

Gli ostacoli e i nemici, cui il Papa faceva allusione, da ormai dieci anni tormentavano il Santo e i suoi discepoli. Come vedremo in un
prossimo capitolo, la croce che egli dovette portare fu spesso schiacciante e tanto più dolorosa in quanto coloro che lo tormentavano erano « quelli stessi che avrebbero dovuto aiutarlo », secondo le parole di Pio XI.

A un certo momento gli avversari erano quasi riusciti a guadagnare alle loro vedute il Papa, sollevando come una nube di diffidenza attorno
all'Apostolo di Torino. Ma ora ogni malinteso era dissipato e le parole di Leone XIII erano come una giusta riparazione delle sofferenze eroicamente sopportate da Don Bosco dal 1872 al 1882.

— Santità, — rispose Don Bosco al Papa in quel memorabile giorno — non ho parole per ringraziarla. Una cosa le posso assicurare:
noi abbiamo sempre lavorato per sviluppare nei giovani l'affetto, il rispetto, l'obbedienza alla Santa Sede e al Vicario di Gesù Cristo. Quel po' di bene che abbiamo fatto, lo attribuiamo alla benedizione e alla protezione del Papa.

Nel corso del colloquio si affrontarono ancora diversi argomenti: in modo speciale si parlò delle missioni salesiane. Poi, dopo avere
ricevuto un'ultima benedizione del Pontefice, Don Bosco uscì dallo studio del Papa appoggiato al braccio di Don Lemoyne, il fedele segretario e biografo. Per le scale gli uscì una parola rivelatrice del calvario che aveva dovuto salire in quegli anni.

— Mi ci voleva davvero questa accoglienza! — mormorò. — Non ne potevo più!
Don Bosco doveva accostare un'ultima volta il Papa alla vigilia della consacrazione della chiesa del Sacro Cuore, il 13 maggio 1887.

Quell'udienza doveva essere come il suo congedo definitivo dal Vicario
di Cristo. L'ultimo compito che questi gli aveva affidato era stato
durissimo: più di una volta le sue stanche spalle erano state sul punto
di piegarsi sotto il peso. Aveva potuto reggere sino alla fine, ma si sentiva ora sfinito ed aveva la certezza che i suoi giorni erano ormai contati.

Prima di lasciare il mondo, voleva rendere omaggio un'ultima volta a colui che agli occhi della fede rappresentava quel Cristo che tra poco avrebbe raggiunto.

« Prima di morire », disse il Vegliardo entrando nello studio papale, « volevo rivedere ancora una volta Vostra Santità e ricevere la sua benedizione. Eccomi oggi esaudito ».

Ad ogni elezione del Superiore Generale dei Salesiani, si rileggono pubblicamente le norme confidenziali lasciate da Don Bosco per regolare questo atto importantissimo. Agli elettori che stanno per deporre la scheda nell'urna, il Santo ricorda che l'eletto deve possedere per lo meno tre qualità, di cui la terza è un'indiscutibile devozione alla Santa Sede e a tutto ciò che ad essa si riferisce.

Don Bosco non è più su questa terra con il suo corpo mortale; eppure, per mezzo dei suoi successori, egli continua il suo instancabile servizio alla sede di Pietro.

CAPITOLO XI


« Sempre e soltanto prete »
È naturale che, riflettendo sulle date tra le quali si svolse l'attività del Santo, ci si rivolga questa domanda: « Quegli anni così tormentati del Risorgimento, tra la prima guerra italiana per l'indipendenza, sino alla celebre breccia del 1870, che significato ebbero per Don Bosco ? ». Già facemmo qualche accenno alla crisi attraversata dagli Oratori nel 1848.

L'opera grandiosa di Don Bosco aveva bisogno almeno delle neutralità dei potenti: il prodigioso aumento dei suoi religiosi e delle sue case, infatti, richiamava l'attenzione degli uomini politici, le sue relazioni con il Vaticano stimolavano la curiosità inquieta del potere rivale. Quale fu l'atteggiamento del Santo in quelle difficili circostanze?
Ebbene, si può riassumere la posizione di Don Bosco dicendo che fu quello della indipendenza.

Lo disse un giorno egli stesso scrivendo: « In politica, io sono di nessuno ».

Egli era al di sopra di ogni partito: « La mia politica » ripeteva spesso.« è quella del Pater Noster ». Si occupava cioè solo che « il Regno di Dio » fosse annunciato tra i figli del popolo. Tutto il resto non gli rubava né un pensiero della mente né un minuto di tempo. Il sacerdote (Don Bosco lo sapeva e lo affermava spesso) deve essere di tutti. Par, parte di un partito (anche se sedicente « cristiano » o « cattolico »), prendere una tessera politica, significa precludersi irrimediabilmente il dialogo con gli uomini della sponda opposta, significa farsi « parte tra le parti », significa avvilire il Vangelo facendone un'ideologia tra tante.

Ora, quante volte lo disse!, per compiere la sua opera egli aveva bisogno di tutti. Cavour, Crispi, Ricasoli, Rattazzi, tutti i capi irreligiosi o anticlericali del Risorgimento italiano furono suoi amici e benefattori, al pari di un Pellíco, di un Gioberti, di un Rosmini. Nel suo
zelo di apostolo, egli pensava anche al destino eterno degli uomini che, completamente presi dalle passioni politiche, abbandonavano
ogni preoccupazione religiosa. Non si chiama al capezzale di morte il
prete partigiano, il prete politicante, ma quello che è stato conosciuto come pieno di carità e di comprensione verso tutti, qualunque Sia
stato il loro credo politico. « Il prete appartiene a tutti » scriveva
Don Bosco. « Egli appartiene anche a quei liberi pensatori che hanno fatto la nuova Italia, quell'Italia che manifestamente si mostra oggi anticlericale. Non dobbiamo volgère loro le spalle. Restando in contatto con quegli uomini si può provocare in loro l'inquietudine, il
rimorso ».

Eppure, gli fu fatta una colpa di quelle amicizie nel mondo liberale, di quelle relazioni con avversari notori della Chiesa. Nella seconda metà del XIX secolo, Don Bosco fu infatti tra i pochissimi preti che, pur nell'assoluta fedeltà alla Santa Sede, seppero stare in costante contatto con i fondatori della nuova Italia.

Dopo i primi avvenimenti che prepararono la formazione dell'Unità, la grande maggioranza del clero, seguendo le indicazioni della Gerarchia, prese un atteggiamento di riserbo e talvolta di ostilità nei riguardi del grandioso moto nazionale. Molto rari furono i sacerdoti che osarono restare in contatto con coloro che, nella prospettiva limitata del tempo, sembravano diabolici usurpatori dei diritti della Chiesa e del suo Stato. Fra quei pochi preti coraggiósi fu Don Bosco. Egli, dovendo contare su tutti per assicurare la sopravvivenza della sua Opera, doveva appoggiarsi anche agli anticlericali pur di compiere il bene. Diceva anche con un'immagine che dipinge bene la sua ansia apostolica: « Se tra me e un'anima da salvare si mettesse di mezzo il demonio in persona, aspettando da me una scappellata per lasciarmi passare, non esiterei un istante a fargli quell'omaggio! ».

En 1866, à Florence, invité par Beffino Ricasoli, alors président du Conseil, à se prêter comme intermédiaire pour pouvoir nommer les évêques dans cent diocèses, il expliqua très clairement qu'il ne se prêtait que comme prêtre et non comme citoyen piémontais. «Diplomate».

"Excellence", a-t-il dit à Ricasoli, "Don Bosco est un prêtre à l'autel, un prêtre au confessionnal, un prêtre parmi ses jeunes hommes, un prêtre à Turin, un prêtre à Florence, un prêtre au grenier des pauvres, un prêtre au palais du roi 'et des ministres'.

La prise de conscience du problème du Risorgimento et de la solution concrète formulée par Don Bosco est clairement résumée dans un discours de
au Chapitre général de 1877 (sept ans après la capture de Rome), il déclara: "Notre objectif, a-t-il déclaré, est de faire savoir que l'on peut donner à César ce qui est à César, sans jamais compromettre qui que ce soit: cela ne nous empêche pas du tout de donner à Dieu ce qui appartient à Dieu. Aujourd'hui, on dit que c'est un problème et j'ajouterai, si vous voulez, que c'est peut-être le plus grand des problèmes, mais qu'il a déjà été résolu par notre divin Sauveur. Jésus Christ. Il est vrai que, dans la pratique, des difficultés sérieuses se présentent: on essaie donc de les dissoudre non seulement en laissant le principe intact, mais en exposant des raisons et des démonstrations et démonstrations dépendant de ce principe et expliquant le principe lui-même. Ma grande pensée est la suivante: étudier la manière pratique de donner à César ce qui est de César en même temps que Dieu est donné à ce qui est de Dieu ... Personne ne voit pas les mauvaises conditions de l'Église et de la religion en ces temps. Je crois que de Saint-Pierre à nous il n’a jamais eu de temps aussi difficile. L'art est raffiné et les moyens sont immenses. Et avec ça? Et avec cela, nous rechercherons la légalité en toutes choses. Si des taxes sont imposées, nous les paierons; si les propriétés collectives ne sont plus admises, nous les garderons individuellement; si des examens sont requis, ils doivent être pris; si des licences et des diplômes sont délivrés, tout sera mis en œuvre pour les obtenir; et ainsi de suite. Nous devons avoir de la patience, savoir supporter et au lieu de remplir l'air de lamentations gémissantes, nous ne pouvons plus travailler, car les choses se passent bien. Ce principe, avec la grâce du Seigneur et sans dire beaucoup de mots,

Comme on le sait, une attitude aussi réaliste lui a valu les attaques des anticléricaux qui l'auraient voulu moins lié au pape et l'accusation de libéralisme et de jacobinisme de la part de catholiques réactionnaires, mais il a néanmoins gagné la confiance des intéressés agir en tant que conciliateur et médiateur entre le gouvernement et le Saint-Siège.

Dans le contexte politique et social complexe du Risorgimento, Don Bosco est devenu une force politique justement en ne voulant pas "faire de la politique": inquiet seulement pour le salut religieux des individus et de la société, il a pris note des leçons de l'histoire et a réduit son action de manière profiter pleinement de la nouvelle situation.

Les premières relations de Don Bosco avec le tribunal de Turin remontent à 1854. Ils eurent l'occasion de présenter et de voter la loi contre la propriété ecclésiastique: c'était la fameuse loi Rattazzi que Cavour, ministre des Finances, appuya vigoureusement. Un jour de
décembre 1854, entrant au réfectoire pour le déjeuner, Don Bosco tenant un paquet de lettres s'exclama à haute voix:
"Aujourd'hui, j'ai écrit à trois personnalités importantes: le pape, le roi et ... la boial. .

En entendant ces trois noms réunis, les clercs ont éclaté de rire. Que Don Bosco ait écrit au pape et au bourreau, personne n'a été surpris. On savait qu'il était en correspondance avec le Saint-
Siège et ses relations fréquentes avec le personnel pénitentiaire à Turin étaient également très connues. C'est la lettre au roi qui a stimulé la curiosité de chacun.

- Qu'as-tu écrit au roi? A demandé à un clerc,
"Un rêve que j'ai fait la nuit dernière", il a répondu. - Je semblais être sous les arcades de Turin lorsqu'un soudain un valet de chambre
vêtu de rouge vint crier: "Bonne nouvelle!" - Quel est ? J'ai demandé. - Grand deuil à Corte 1 grand deuil à la Cour! - il m'a crié tout essoufflé et a disparu. Alors ce matin, j’ai écrit à Sa Majesté pour lui dire sans aucun doute son rêve ".

Cinq jours plus tard, le rêve se répétait et cette fois, le valet de pied rouge répéta deux fois: "Grand chagrin à la Cour I". Pour la deuxième fois, le saint communiqua au roi la vision nocturne qui, dans sa pensée, ressemblait à un mystérieux avertissement. Cependant, le double avertissement n'a pas été entendu. La loi sur la suppression des couvents a été présentée à la Chambre le 28 novembre 1854 et définitivement votée par le Sénat le 24 mai 1855. Entre temps, la Reine mère était décédée presque subitement, le 12 janvier. Le 20 janvier, l'épouse du roi, Maria
Adélaïde d'Autriche , est décédée . Le 11 février, le frère du souverain, Ferdinando di Savoia, duc de Gênes, est décédé.

L'affaire a alors suscité beaucoup de rumeurs et tous ceux qui ont accusé Don Bosco d'être accusés d'ingérence dans la vie politique et de pressions illicites sur Victor Emanuel, dont le tempérament émotionnel est connu. Pourtant, le Saint n'avait rien fait d'autre que de communiquer au roi, selon sa conscience, le contenu de deux de ses rêves dont il connaissait la valeur prophétique.

Alcuni anni dopo, nel 1865, la Corte, il Governo e il Parlamento si trasferirono a Firenze, semplice tappa in attesa dell'occasione propizia per giungere a Roma. Proprio a Firenze il Santo fu incaricato della sua prima missione politica per tentare di risolvere lo spinoso
affare della nomina dei Vescovi nelle sedi vacanti. Don Bosco, sensibilissimo al problema, alla cui soluzione vedeva legato il destino religioso dell'Italia, lavorò energicamente per adempiere la missione ricevuta. Saggiate a mezzo di amici le intenzioni del Governo italiano, gli fu riferito che questo sembrava disposto a intraprendere negoziati che ebbero difatti inizio con una lettera di Pio IX a Vittorio Emanuele II. Il Papa chiedeva al Re di « asciugare le lacrime della Chiesa d'Italia » offrendosi ad un accordo generoso.

Da lì a poco, Don Bosco era convocato a Firenze quale intermediario ufficioso, mentre il Governo inviava a Roma un suo incaricato
d'affari. Le trattative procedettero rapidamente e a mezzo di concessioni reciproche si giunse presto a un progetto di accordo accettabile
da entrambe le parti: per i Vescovadi del Piemonte il Re stesso, secondo
il Concordato Sardo, avrebbe presentato i suoi candidati; per le Diocesi delle altre regioni italiane, il Papa avrebbe nominato direttamente i
Presuli, presentando tuttavia la sua lista al Re prima della Consacra
zione episcopale; tranne qualche eccezione, ai Vescovi esiliati era data facoltà di ritornare subito nelle loro Diocesi. Il Papa respingeva però
l'Exequatur governativo alle Bolle pontificie e il giuramento di fedeltà dei Vescovi a tutta la legislazione piemontese. Si era persuasi che su queste basi non sarebbe stato difficile giungere ad un accordo definitivo.

Disgraziatamente, però, trapelarono indiscrezioni premature e parte degli accordi venne a conoscenza di giornali irriducibilmente anticlericali che scatenarono una campagna di stampa contro il progetto di intesa.

Sotto la pressione dell'opinione pubblica cosa aizzata, il Governo fu costretto a ritornare sui suoi passi e il tentativo di pace riuscì soltanto a fare ritornare i Vescovi esiliati.

Un anno dopo ci fu maggiore fortuna. Per consiglio dello stesso Napoleone III nuove conversazioni ufficiose furono intraprese tra
Firenze e Roma. Il Commendator Tonello, l'intermediario scelto dal
Presidente del Consiglio Bettino Ricasoli, era uomo abile e bene intenzionato; da un primo contatto riportò l'impressione che la Santa Sede
avrebbe dato carta bianca al Governo per la scelta dei candidati nelle
Diocesi nel territorio dell'antico Regno di Sardegna e anche in quello che era stato il Lombardo-Veneto, ma non avrebbe ceduto sulla nomina
dei candidati alle Diocesi delle altre regioni né sulla presentazione delle bolle al Governo italiano. Le trattative si erano ormai arenate quando Don Bosco giunse a Roma. Egli aveva capito chiaramente che non si
sarebbe mai giunti a un accordo se entrambi le parti avessero continuato a considerare il problema sotto il solo aspetto politico.

— Bisogna cambiare il punto di vista! — dichiarò a Pio IX sin dal primo incontro.

— Non sarà cosa facile, mio caro Don Bosco — rispose il Papa profondamente amareggiato.

— Proviamo ugualmente! — ribatté il Santo, che non cominciava nulla per leggerezza ma nulla abbandonava per scoraggiamento.

Subito, infatti, si recò a fare visita al Cardinale Antonelli, Segretario di Stato, esponendogli un piano che rivelava una notevole accortezza e senso della realtà:
«Partiamo dal presupposto », disse Don Bosco, «della necessità di arrivare ad un accordo a qualunque costo: il bene delle anime prive
dei loro Pastori nelle Diocesi vacanti conta più di ogni altra cosa. Pensiamo dunque aa una soluzione che, con qualche concessione da
entrambe le parti, salvi gli interessi fondamentali. Ecco la mia solu
zione: il Governo Italiano e la Santa Sede compileranno, ciascuno per conto proprio, una lista di candidati alle sedi episcopali senza distin
zione di territori di antichi Stati. Saranno indicati, così, nomi per i Vescovadi di Toscana come per quelli del Piemonte, delle Romagne, del Napoletano e di ogni altra regione. Si confronteranno poi le due liste e i nomi che saranno stati, indicati da entrambe le parti formeranno l'oggetto di una prima scelta per il prossimo Concistoro ».

Pio IX dette subito il suo assenso al progetto mentre Tonello, dal canto suo, rinunciò ad esigere la presentazione delle Bolle pontificie
al Governo. Su tali basi cominciarono nuove conversazioni per le quali Don Bosco faceva da intermediario accettato volentieri da Roma e da Firenze. Si approdò cosìrapidamente a un pieno accordo, reso possibile soprattutto dall'amabilità e dal realismo del mediatore.

Al momento del confronto tra le due liste, ci fu qualche rifiuto, qualche spostamento da una sede all'altra, ma alla fine ci fu pieno
accordo su trentaquattro nomine che furono proclamate nei Concistori del 22 febbraio e del 27 marzo 1867. Purtroppo, il 4 aprile il Ministero Ricasoli cadeva, per dare il posto a Rattazzi che andava al potere con un programma nettamente anticlericale: bisognò aspettare quattro anni prima di potere riprendere le trattative.

Sul finire della primavera del 1871, Don Bosco ricominciava i contatti con pieni poteri da parte di Pio IX che giunse a dirgli: «Compilatemi la lista completa dei futuri Vescovi e io l'approverò senz'altro ». Nel mese di agosto la lista era pronta. Per procedere con assoluta
serietà, Don Bosco aveva chiesto informazioni un po' dappertutto; un, giorno a Nizza Monferrato, riunì attorno a sé diciotto tra Vicari generali e Capitolari per avere suggerimenti sui nomi. Nel Concistoro del 27 ottobre 1871 quaranta dei candidati proposti erano consacrati dal Papa. L'intervento del Santo si chiudeva quindi con un larghissimo attivo ma egli avrebbe desiderato un successo ancor più completo, ottenendo dal Governo anche la restituzione dei beni vescovili confiscati.

Nella primavera del 1873 era nuovamente a Roma: le trattative stavano per concludersi positivamente quando ancora una volta la caduta del Governo rimise tutto in discussione. Don Bosco non si perdette d'animo per questo: nel dicembre dello stesso anno ripartiva per la Capitale.

Il nuovo capo del Governo, Minghetti, si prestava abbastanza volentieri all'accomodamento e Pio IX continuava ad incoraggiare gli sforzi dell'umile prete-contadino trovatosi a giocare una parte decisiva in questioni di tanta importanza per la Chiesa. Purtroppo la sua presenza così frequente a Roma scatenò un'altra campagna di stampa, condotta soprattutto dai massoni, allora molto potenti.

Il clamore che seguì quella campagna intimidatoria, finì per avere addirittura conseguenze internazionali.

La Germania era retta allora dall'onnipotente Bismarck e il « Cancelliere di ferro » fu sempre convinto che, per ripetere una sua espressione famosa, « l'anticlericalismo dovesse essere per la Germania merce di esportazione ». L'uomo della Kulturkampf pensava che l'indebolimento del sentimento cattolico nei paesi latini ne avrebbe scosso tutta intera la struttura sociale a vantaggio dei popoli nordici e protestanti.

Non meraviglia dunque vedere le conversazioni tra il Vaticano e il Quirinale arrestarsi un giorno per qualche « autorevole suggerimento » giunto da Berlino. «Non possiamo, fare nulla, mio caro Don Bosco », confidò una sera il Ministro al suo interlocutore « Bismarck si oppone e le nostre sorti politiche sono troppo legate alla Prussia ». L'iniziativa tedesca pose termine alla missione di Don Bosco prima che avesse potuto raggiungere il suo obiettivo. Tuttavia non era stata inutile: malgrado la rottura ufficiale delle trattative, il Governo continuò a permettere nuove nomine episcopali, decretò il suo placet a un gran numero di parroci e concesse un modus vivendi che permetteva ai Vescovi nominati dalla Santa Sede di entrare in possesso dei loro beni.

In un'altra circostanza, nel 1878, la partita fu vinta completamente. Subito dopo la morte di Pio IX, il Vaticano chiese a Don Bosco di fare passi presso il Governo per sapere se il primo Conclave in Roma italiana avrebbe potuto svolgersi liberamente. Il Santo, docile come sempre all'appello della Santa Sede, si recò dapprima dal Ministro di Grazia e Giustizia ma l'accoglienza che gli riservò Pon. Mancini, capo di quel dicastero, non fu incoraggiante. Si rivolse allora a Francesco Crispi, Ministro dell'Interno, che si mostrò evasivo fino a quando quel prete dalla tonaca logora non chiese risolutamente, a nome del Collegio dei Cardinali, una risposta precisa ed immediata, affermando che il Conclave, se non a Roma, si sarebbe tenuto a Venezia, a Vienna o magari ad Avignone, con le gravissime conseguenze internazionali del caso.

Crispi restò un poco pensieroso poi, tendendo la mano a Don Bosco:
— Dica ai Cardinali che il Governo rispetterà e farà rispettare la libertà del Conclave e che nulla verrà a turbare l'ordine pubblico. — E, divenuto improvvisamente affabile: — Non ho ancora di-. menticato, — disse — la Torino del 1852 e la mia misera camera ammobiliata di via delle Orfane, vicino alla Consolata. Non ho dimenticato neppure che venivo qualche volta a confessarmi da lei all'Oratorio.

— Se lo desidera, signor Ministro, sono anche ora a sua disposizione!... — replicò pronto Don Bosco con un sorriso amichevole.

Passarono poi a parlare di diverse cose, da vecchi amici quali erano. Lo statista conservava un ricordo venato di nostalgia degli anni della gioventù povera e ardente, passata nella Capitale piemontese. Si rivedeva giovaniàsimo deputato di Palermo eletto dalla Rivoluzione del 1848, poi misero rifugiato politico a Torino, tra la folla dei profughi di tutti gli Stati italiani. Aveva cercato di vivere come giornalista, poi come segretario comunale di Verolengo, ma non aveva raccolto che insuccessi e rifiuti.

Don Bosco, che lo aveva incontrato in misere condizioni e affamato per le strade di Torino, gli aveva offerto ospitalità a Valdocco, trovandogli poi una camera d'affitto nella via delle Orfane. Un giorno, il Santo era giunto a fare dono anche di un paio di scarpe pesanti a quel povero esule, giunto dall'estremo sud a tremare di freddo e di fame nell'inverno piemontese.

Anche al più grande artefice del Risorgimento, Camillo di Cavour, Don Bosco fu legato da amicizia cordiale. Per,più di un aspetto, i due uomini si assomigliavano: passione per il laVoro, calma ostinazione, carattere allegro, rifiuto di ogni posa, senso pratico, realismo...

Ambedue, lo statista e il Santo, erano rappresentanti significativi di quella terra piemontese nella quale affondavano le radici.

Ascoltiamoli esporre il loro modo di agire quando un ostacolo si poneva, sulla loro strada: l'identità di pensiero è davvero sorprendente.

« Quando incontro una difficoltà », , diceva Don Bosco, « faccio come chi camminando trova il passaggio impedito da un macigno. Cerco prima di allontanarlo ma, se non ci riesco, lo scanso o gli giro attorno. Cosi, quando ho cominciato a fare una cosa, se mi si para davanti un ostacolo, la sospendo per mettere mano ad un'altra; ma tengo sempre d'occhio la prima. E intanto le nespole maturano, gli uomini cambiano e le difficoltà si appianano ».

« Per arrivare a un punto determinato », diceva a sua volta Cavour nel 1860, « io vedo benissimo la linea retta che vi conduce. Ma se a mezzo del cammino incontro un impedimento insuperabile, io non vi sbatterò la testa per il gusto di rompérmela, ma non ritornerò neppure indietro. Guarderò a destra e a sinistra e, non potendo seguire la linea retta, prenderò la curva. Girerò l'ostacolo se non potrò attaccare di fronte ».

L'inizio dell'amicizia tra i due uomini risaliva al 1848, al tempo cioè in cui i fratelli Cavour, Gustavo e Camillo, gareggiavano in devozione e andavano a edificare con il loro contegno il primo Oratorio di Don Bosco. La cosa non durò molto, per Camillo almeno, il quale, pur cambiando direzione al proprio impegno, rimase in affettuoso
contatto con il Santo. 4
Abbiamo su ciò la testimonianza dello stesso Don Bosco: « Il conte Cavour », scrisse, « mi annoverava tra i suoi amici. Diverse volte mi sollecitò ad adoperarmi perché l'Oratorio fosse dichiarato Ente Morale. Un giorno giunse persino a offrirmi un milione per le mie necessità. Vedendomi silenzioso di fronte alla sua proposta, insisté:
—• Dunque, Don Bosco, che cosa decide?
— Di non accettare.

— Ma perché ? I suoi bisogni non sono immensi?
— Certo, signor Ministro. Ma se io accettassi oggi il suo milione, domani in un modo o nell'altro, lei stesso forse verrebbe a riprendermelo! ».

Tuttavia la benevolenza del grande statista per l'opera di Don Bosco si mantenne costante.

È sempre Don Bosco che scrive: « Il Conte di Cavour mi ripeteva spesso che, se avessi avuto qualche favore da chiedergli, ci sarebbe stato sempre un posto per me alla sua tavola.

— Nel mio ufficio al Ministero non c'è modo di parlare — diceva. — Dopo poche parole bisogna lasciarsi. A tavola è un'altra cosa: si sta con tutta libertà ».

Una volta almeno, però, Cavour dovette abbandonare l'amico per permettere al Ministro dell'Interno Farini di perquisire l'Oratorio.

La questione ebbe il suo epilogo al Ministero e fu Cavour, l'accorto Cavour, che trasse d'impaccio Farini al quale Don Bosco era andato a chiedere con qual diritto si violasse il domicilio di un cittadino, che, come aveva dimostrato l'inchiesta, non aveva nulla da rimproverarsi.

— Prove, — disse Cavour — prove tangibili contro di lei non ce ne sono; è lo spirito che regna nella sua casa che è incompatibile con la nostra politica. Ha un bel dire o fare, Don Bosco, ma lei sta con il Papa e quindi contro di noi!
— Caro Conte — rispose il prete — è verissimo: io sto con il Papa e ci starò sino alla morte. Ma questo non mi impedisce di essere un buon cittadino. Di politica, non voglio occuparmene, lei lo sa bene. Sono ormai vent'anni che vivo e lavoro a Torino. Ho scritto, ho parlato, ho agito senza mai nascondermi. Mi si citi una riga, una parola, un atto che la sua autorità possa condannare.

— Ha détto bene, reverendo — interruppe Farini. — Le sue idee non sono le nostre e allora...

— Sono forse obbligato a pensarla come loro ? No, ma lei non è un uomo da pensare senza agire.

— Allora, signori, faccio di nuovo la domanda: si può citare di me una riga, una parola, un atto che si allontani dal rispetto dovuto all'autorità? Mi pare che, raccogliendo centinaia di ragazzi e istruendoli, io abbia piuttosto collaborato a „mantenere questo vostro « ordine pubblico »!
I due ministri non avevano ormai più nulla da controbattere. Sulla soglia dello studio, Farini credette bene, tuttavia, di aggiungere un consiglio:
— Prudenza, prudenza, reverendo carissimo! Attraversiamo periodi difficili! Una mosca, ai giorni nostri, può prendere le proporzioni di un elefante...

— Tante grazie, Eccellenza! — ribatté Don Bosco. — E restiamo intesi che quando avrà da darmi un consiglio me lo darà in confidenza, senza mandarmi i poliziotti a casa a spaventare i ragazzi.

Dopo l'ultima stretta di mano, anche Cavour volle aggiungere qualche cosa:
— Dunque, caro Don Bosco, ci siamo capiti. Amici come prima. E... — soggiunse a voce bassa — e non si dimentichi di noi nelle sue preghiere!...

Don Bosco lo sguardo fisso in volto e quasi scandendo le parole:
— Pregherò per lei, signor Ministro, perché Dio l'assista sempre in vita e soprattutto in punto di morte.

I due uomini non dovevano più rivedersi. Un anno dopo Cavour moriva, dopo aver ricevuto gli ultimi sacramenti dal curato della sua parrocchia, dal quale aveva ottenuto anni prima la promessa di essere assistito in punto di morte nonostante le censure ecclesiastiche che l'avevano colpito. La preghiera di Don Bosco per una assistenza divina all'amico « soprattutto in punto di morte » non era stata dunque vana.

Anche Urbano Rattazzi, lo statista che già incontrammo qualche volta nella nostra storia, più volte Presidente del Consiglio e noto fautore di leggi anticlericali, fu legato a Don Bosco da una salda amicizia.

Subito dopo la seconda perquisizione dell'Oratorio, Rattazzi si recò da Don Bosco per comunicargli che avrebbe presentato un'interpellanza alla Camera per ottenere pubblica disapprovazione del brutale provvedimento di polizia. « Io non sono certo un pretofilo », disse lo statista, « ma amo il bene da chiunque si faccia e a qualunque classe egli appartenga. Il Governo, andando a disturbare simili Istituti, commette un'iniquità che merita di essere denunziata a tutta l'Europa! ».

Don Bosco lo ringraziò della buona intenzione, ma lo pregò di astenersi, preferendo trattare direttamente la cosa con i ministri competenti.

Rattazzi aveva con Don Bosco una tale familiarità da domandargli un giorno all'improvviso:
— Crede lei, reverendo, che come Ministro di Stato e fautore di leggi che la Chiesa non approva, io sia veramente incorso nelle censure ecclesiastiche?
Don Bosco chiese alcuni giorni di tempo per riflettere e al primo incontro:
— Avrei desiderato molto poter tranquillizzare la sua coscienza, signor Ministro, — disse — ma non ho trovato nessun teologo che mi permetta di farlo.

— Bravo, Don Bosco! — esclamò Rattazzi. — La sua franchezza mi piace. Lei è il primo che mi parla in questo modo. In cambio, lasci che io le offra i miei servigi: quando ne avrà bisogno per i suoi ragazzi non abbia timore di richiederli!
t interessante la conversazione che Don Bosco ebbe il 6 agosto del 1876 con un gruppo di parlamentari, tra i quali i ministri Depretis, Nicotera e Zanardelli, in occasione dell'inaugurazione della linea ferroviaria tra Torino e Lanzo. Dopo il vermut d'onore offerto agli statisti nel Collegio salesiano di Lanzo, gli ospiti espressero il desiderio di scendere nel giardino dell'Istituto per ammirare il panorama.

Don Boàco acconsentì molto volentieri a guidarli; dopo una breve passeggiata, si sedettero sulle panchine del parco e uno dei ministri, il Nicotera, cominciò a stuzzicare il Santo.

— Si dice, Don Bosco, che lei è in relazioni piuttosto intime con il Papa...

— C'è molta esagerazione: di vero vi è questo, che ogni volta che mi trovo a Roma, Sua Santità mi riceve con grande bontà. D'altronde, conosco anche molti ministri del Regno che fanno altrettanto. Mi sono trovato, come loro sanno, ad aiutare a regolare un affare tra il Vaticano e la Direzione dei 'Culti. Dappertutto ho trovato grande cortesia. Non dovetti fare anticamera né al Ministero né al Vaticano.

— Una domanda, Don Bosco! — interruppe il senatore Ricciotti. — Il suo Istituto non'sforna troppi preti e troppi professori clericali?
— Il numero dei preti usciti dall'Oratorio è ben poco in confronto ai nostri bisogni. Tuttavia, dalle nostre scuole escono soprattutto degli operai qualificati, degli impiegati, dei tecnici, dei professionisti. Troppi professori? Ma sono loro, signori deputati, che ci costringono a formarne con le loro leggi, esigendo il diploma accademico per dirigere un Collegio e per fare scuola!
— Don Bosco —' esclamò a questo punto l'on. Ercole — ci dica lei che, a quanto si dice, sa leggere nel fondo dei cuori, ci dica lei chi tra noi è il più grande peccatore!
- Non sarei davvero capace di risolvere la questione — rispose
paziente il Santo alla domanda indiscreta. — Per dare un giudizio sulla loro anima, bisognerebbe che lor signori venissero qui non per un'ora di conversazione ma per una settimana di ritiro, per meditare sulla vanità delle cose di questo mondo, sul valore delle promesse divine,
sulla giustizia e misericordia di Dio, sull'eternità; e che, dopo di questo, facessero una buona confessione generale. Allora, credo, sarebbe possibile pronunziarsi sullo stato della loro anima.

Crede lei, Don Bosco, che noi la salveremo quest'anima ? chiesero due o tre deputati che avevano ascoltato pensierosi.

— Lo spero, la misericordia di Dio è infinita...

— Ma, vede, noi non abbiamo gran voglia di « convertirci » subito!
— Lei vuole dire — corresse Don Bosco — che vorrebbero sì « convertirsi » ma manca loro il coraggio di cambiare modo di vita e pareri su molte questioni religiose.

— Credo sia proprio cosa — confermò uno dei ministri.

La conversazione continuò a lungo nella stessa atmosfera di distesa cordialità.

Si trattarono molti argomenti e Don Bosco seppe ricordare con discrezione qualche principio cristiano a quegli uomini abituati a ben altri discorsi, ora con una battuta spiritosa, ora con un apologo, un aneddoto, una riflessione, una domanda...

Verso sera si separarono come vecchi amici. Il buon umore, la cordialità, la franchezza, avevano sorretto tanto bene la lunga conversazione che, sulla soglia del Collegio, Nicotera disse a Don Bosco, esprimendo un pensiero comune:
— Abbiamo passato una giornata magnifica! Per me è stata tra le più memorabili della mia vita.

— Per gustarne una simile — aggiunse Zanardelli — bisognerebbe tornare quassù, nella pace del Collegio di Don Bosco.

— Poveri ministri! — diceva quella sera il Santo ai suoi Salesiani, — Non hanno forse mai ascoltata una predica come quella di oggi. Io non ho nascosto loro la verità, ma l'ho detta con il cuore e in modo tale che non hanno potuto offendersene. Questa conversazione è stata per loro quasi un corso di esercizi spirituali. Oggi essi hanno visto e avvicinato il prete non come è stato loro descritto o come lo immaginavano, ma quale è in realtà: uomo cordiale, paterno, preoccupato solo della salvezza della loro anima. Chissà che nell'ora estrema questo ricordo non li spinga a chiamarlo al loro capezzale di morte ? Purtroppo questi uomini hanno finora incontrato di rado persone che sappiano parlare con loro non con adulazione o con astio ma con franchezza e cordialità.

Fu questo lo « stile » di Don Bosco nell'avvicinare i grandi e i potenti della terra: schiudere con la bontà la loro anima per farvi cadere
accortamente il seme che un giorno, sotto il calore della grazia, avrebbe potuto germogliare in frutti di carità e di pentimento.

Egli fu sempre lontanissimo, nelle sue relazioni con il potere, da ogni traccia di adulazione, sapendo al momento opportuno comportarsi con fermezza, pur nella costante, perfetta educazione dei modi.

Dal ministro Lanza seppe ottenere l'impegno di non molestare le Case di Ordini religiosi stabiliti in Roma. Da un Ministro dell'Interno ottenne un deciso intervento a favore del riposo domenicale, per nulla rispettato nell'Italia del tempo. A Vittorio Emanuele II recò talvolta personalmente lettere confidenziali del Papa, rispettoso ma mai intimorito, neppure nell'avvicinare il Re.

Don Bosco « politico », Don Bosco « diplomatico », Don Bosco amico e confidente dei grandi... Nelle sale dei palazzi dei potenti, come tra i muri scrostati dell'Oratorio, egli, che volle essere sempre e soltanto prete, fu spinto solo dal programma espresso dal suo motto: «Da mihi animas, coetera tolle, dammi, Signore, le anime, toglimi ogni
altra cosa ».

CAPITOLO XII


Don Bosco educatore
Nel 1886, Don Bosco ricevette dal Rettore del Seminario Maggiore di Montpellier una lettera in cui lo si pregava insistentemente di sve
lare il segreto della sua pedagogia. Era la seconda volta che quell'ec
clesiastico si rivolgeva a Don Bosco. Rispondendo la prima volta, il Santo• aveva scritto tra l'altro: « Dai miei giovani ottengo tutto ciò
che voglio grazie al timor di Dio infuso nei loro cuori ». Il suo corri
spondente ora replicava: «Il timor di Dio non è altro che il principio della sapienza, initium Sapientiae timor Domini, è la Bibbia stessa che
lo dice. Ora, come portare l'opera a compimento, dopo questo inizio ? La prego, Don Bosco, mi dia la chiave del suo sistema di educazione perché possa adoperarlo a vantaggio dei miei seminaristi! ».

«Il mio sistema! Il mio sistema! — esclamava Don Bosco ripiegando la lettera. — Ma se non lo conosco nemmeno io! Io sono sempre an
dato avanti come il Signore mi ispirava e le circostanze esigevano! ».

Era vero. Quest'uomo, universalmente considerato un grandissimo educatore, non pensò mai di teorizzare un vero e proprio sistema
pedagogico. Verso il termine dei suoi anni raccolse in brevi e chiari principi il frutto di mezzo secolo di esperienza tra i giovani; fu tutto. Si astenne sempre dal comporre un trattato didattico di pedagogia. Il suo libro fu la vita: egli applicò giorno per giorno la pedagogia che l'intuizione gli suggeriva e l'esperienza gli confermava.

Quando i Salesiani, prima di lasciarlo per le loro destinazióni, gli chiedevano qualche norma da seguire, egli rispondeva: « Fate come
avete visto fare da. Don Bosco 1 ». Allorché uno dei suoi non riusciva a cavarsela da un impiccio con i ragazzi, egli accorreva, risolveva praticamente il problema e concludeva semplicemente: « Adesso hai capito come si deve fare ».

Se lo si interrogava sul suo modo di formare i discepoli, rispondeva di fare come si fa per insegnare ai cuccioli a nuotare: gettandoli nell'acqua...

Pour comprendre les prodigieux succès de Don Bosco parmi les jeunes, nous devons reconnaître qu’il était doté de qualités exceptionnelles. Si certains sont nés des poètes, d'autres artistes, d'autres scientifiques, Don Bosco est né éducateur. C'est comme si, en lui confiant une tâche spécifique, Dieu lui avait également donné les moyens de la mener à bien. Les circonstances et l'angoisse apostolique ont conduit Don Bosco à traiter un nombre incroyable de problèmes: on peut même dire que peu d'hommes, dans l'Église et à l'extérieur, ont accompli beaucoup de choses différentes. Et pourtant, celle d'éducateur était la vocation qu'il croyait être plus sienne que toute autre. Sur le passeport qui lui a été délivré en 1850 pour un voyage à Milan, la profession déclarée par le Saint est la très éloquente "institutrice".

Même en tant que vieillard, sa fascination pour les jeunes était immense. "Si un jour", écrit l'un de ses anciens élèves, "Don Bosco nous avait dit: - Enfants, nous descendrons au Pô et ses eaux s'ouvriront comme celles du Jourdain, nous aurions suivi immédiatement, sûr de traverser la rivière avec les pieds secs derrière lui ».

Pas pour rien, un vieil sous-officier de police, envoyé pour surveiller l'Oratoire, voyant comment il commandait et était obéi par les jeunes hommes jouant de la trompette, s'exclama avec étonnement: "Ce prêtre aurait pu devenir le plus grand des généraux!" ».

Invité en 1861 à prêcher les exercices spirituels au petit séminaire de Bergame, il accepte avec l'enthousiasme habituel, malgré le travail déjà considérable qui l'a déjà opprimé à Turin. Entre méditation, au lieu de s’isoler selon la coutume des prédicateurs de l’époque, il est allé jouer avec les garçons et parfois, assis à terre avec eux, il racontait des anecdotes qui attiraient l’attention des jeunes.

Le recteur du séminaire, inquiet pour la défense de la "dignité sacerdotale", a été stupéfait lorsqu'il a vu ce prêtre assis sur les pierres de la cour et a murmuré à lui-même: "Je ne pense pas que ça aille! Il me semble que ça ne va pas! ».

Et au lieu de cela, cela s'est très bien passé, du moins pour Don Bosco, car à la fin des exercices, tous les jeunes voulaient le suivre au Valdocco et le vieux recteur devait travailler dur pour les garder.

Lorsqu'il se rendit pour la première fois à Rome en 1858 pour discuter un jour de l'éducation des jeunes avec le cardinal Tosti, il répéta au prélat son grand principe:
- Croyez-moi, Éminence, il est impossible de bien élever des enfants si vous ne possédez pas le leur confiance.

- Leur confiance! Mais comment l'obtenir, mon cher Don Bosco?
- S'approcher d'eux, les connaître, se plier à leurs goûts et
nous rendre semblables à eux en un mot. Mais pardonnez, Eminence, pourquoi ne passons-nous pas de la pratique à la théorie? A quel endroit de Rome peut-on trouver beaucoup de jeunes?
- sur la piazza delle Terme ou sur la piazza del Popolo.

- Eh bien, allons à la Piazza del Popolo!
En fait, ils montèrent dans une voiture et arrivèrent peu de temps après sur la grande place, lieu de rencontre quotidien de centaines de garçons romains abandonnés à eux-mêmes, comme leurs contemporains à Turin.

Mais laissez Don Lemoyne nous raconter ce qui s’est passé dans ses Mémoires biographiques.

«Don Bosco», écrit le célèbre biographe, «est sorti de la voiture et le cardinal est resté observateur. Ayant vu un groupe de jeunes garçons jouer, il s'approcha mais les vilains s'enfuirent. Puis il les a appelés avec de
bonnes manières et les jeunes sont revenus après quelques hésitations. Don Bosco leur a donné quelques petites choses, a demandé des nouvelles de leurs familles,
demandé dans quel jeu ils jouissaient, les a invités à le reprendre, s'est arrêté pour présider leur divertissement et il y a participé lui-même.

Puis d'autres jeunes gens qui regardaient au loin couraient nombreux aux quatre coins de la place autour du prêtre, qui les accueillaient tous avec amour et avaient un bon mot
et un petit cadeau pour tout le monde ; ils ont demandé s'ils étaient bons, s'ils disaient les prières, s'ils allaient se confesser. Quand il a voulu partir, ils l'ont suivi
pendant un moment et ne l'ont laissé que lorsqu'il est remonté dans la voiture. Le cardinal était émerveillé.

- vous avez vu? - a déclaré Don Bosco.

- Vous aviez raison, s'exclama le cardinal ... ».

Et pourtant, c'est toujours comme ça que Don Bosco s'est approché des garçons!
Voici un autre épisode.

Entrato un mattino da un barbiere, mentre attendeva il suo turno attaccò discorso con il piccolo garzone incaricato di spazzolare gli abiti ai clienti. Seppe così che il fanciullo era orfano ed aveva a malapena
imparato a leggere e a scrivere; inoltre, non avendo avuto alcuna educazione catechistica, non si era ancora accostato alla prima Comu
nione. Bastava molto meno a Don Bosco per desiderare di « catturare »
un ragazzo per le sue scuole serali! Venuto il momento di essere servito:
— Mi farai tu la barba! — disse al fanciullo.

— No, reverendo, per carità, ché quello non è buono neanche a tosare un cane! Si accomodi qui, la raderò in un attimo — esclamò il padrone.

— Niente affatto! Se il bambino non ha ancora imparato il mestiere deve impararlo. Ho una barba come le scope! — continuò Don Bosco passandosi la mano sotto il mento. — Ma non importa. L'importante è che il piccolo impari. E a meno che non mi porti via il naso non mi lagnerò.

Il garzone, che all'inesperienza aggiungeva il tremito per l'emozione della sua prima barba, si mise all'opera, raschiando la pelle del paziente che rideva e gridava quando il piccolo carnefice lo scorticava troppo.

Finalmente l'operazione giunse al termine e Don Bosco rispose alle scuse del padrone facendosi promettere che avrebbe lasciato in libertà
il ragazzo alla domenica. Dal ragazzo ottenne invece l'assicurazione che in quel giorno sarebbe andato a trovarlo a Valdocco. Vi andò, infatti, fece un'ottima riuscita e spesso Don Bosco gli diceva che era ben valsa la pena di' accettare qualche graffio per la sua istruzione: a tal punto giungeva l'ansia del Santo educatore.

A base di ogni educazione cristiana, come fondamento solido seppure insufficiente, Don Bosco poneva una vigilanza ininterrotta.

Il salesiano, egli diceva, deve mettere il fanciullo quasi nell'impossibilità materiale di peccare, accompagnandolo con lo sguardo ma soprattutto con la premura affettuosa: egli deve vivere continuamente con i suoi alunni, non come « superiore » né tanto meno come « guardiano » ma come padre che mai abbandona i figli finché la loro libertà non sia educata.

Questo metodo preventivo, da lui prescelto in opposizione all'altro — il metodo repressivo — basato sulla punizione, cerca di evitare il male all'origine evitando l'occasione o mettendo paternamente in guardia contro di essa.

Al pari della scienza moderna, questo metodo ha più fiducia nell'igiene che nella medicina.

Mentre il metodo repressivo ha per base il timore reverenziale, quello preventivo è fondato sull'affettuosa vigilanza. L'uno tiene il « superiore » lontano dagli alunni in un assurdo isolamento, dal quale esce solo per minacciare o punire, creando le famose rette parallele sulle quali camminano maestri e scolari senza pericolo di incontrarsi; l'altro fa scendere l'autorità dal suo seggio, spezza le barriere che sepa
rano l'educando dall'educatore, chiedendo a quest'ultimo di farsi « tutto a tutti ».

Nel sistema repressivo si può ostentare un viso impassibile, un atteggiamento austero e così vivere in pace. Con il sistema preventivo,
che vuole il maestro continuamente accanto all'alunno, c'è sole. un mezzo per riuscire: portare testimonianza delle virtù che si insegnano.

Per fare penetrare nell'animo dei suoi Salesiani questo metodo basato sul sacrificio, il Santo assicurava che, praticandolo, si ottengono
risultati sicuri: gli allievi restano affezionati ai loro maestri per tutta la vita, nessuno di essi può diventare peggiore nelle loro mani, il contagio del vizio si arresta sulla porta del collegio e, una volta guadagnato il cuore, anche l'intimo dell'anima si lascia penetrare e trasformare.

Questo insegnamento egli cercava di farlo entrare per mezzo dell'esempio nell'animo dei suoi collaboratori, non risparmiando mai
se stesso. Soprattutto al momento della ricreazione si poteva ammirare la sua passione di educatore. Un suo alunno ha detto che Don Bosco
era l'anima di tutti i giochi: pochi elogi furono tanto meritati. Lo si vedeva in tútti gli angoli del cortile moltiplicare la sua presenza secondo i bisogni. Se si accorgeva che un gioco degenerava in litigio, si avvici
nava pian piano, individuava il capo della baruffa e, con bel garbo: « Senti, va' a giocare con quel gruppo là in fondo che ha bisogno di
un giocatore: prendo io il tuo posto! ». E si metteva a giocare ai birilli, alle bocce, alla palla, alla corsa, ritornato fanciullo tra i fanciulli.

Se poi scopriva in un altro punto del cortile, in un gruppo, un ragazzo le cui parole e il cui atteggiamento non gli piacessero: « Vieni
un po' qui a prendere il mio posto! », gli gridava allegramente, « vengo
io nel tuo! ». E lo scambio si faceva con la maggior naturalezza del mondo.

« Che gioia », raccontava un suo vecchio alunno, « che gioia avere
Don Bosco in mezzo a noi! Egli non badava né all'età, né all'abito, né al carattere, né ai modi. Egli apparteneva a tutti noi. Tuttavia le sue
preferenze andavano ai peggio vestiti, a coloro che portavano più
chiari i segni della miseria. Per i più piccoli poi, aveva un cuore di mamma ».

Molto spesso allineava i suoi giovani in due campi opposti, si metteva alla testa di uno e cominciava una partita di barra I tra l'en
1. La barra era tra i giochi più frequenti in molti Oratori salesiani: due squadre in campi opposti, cercano di mandare uno dei loro componenti nel territorio avversario senza che venga « preso ». I rispettivi campi sono delimitati da una linea orizzontale, la barra, appunto, che dà nome al gioco (N.d.R.).

tusiasmo dei giocatori e degli spettatori. In un campo ci si sforzava di vincere Don Bosco e mostrargli così quanto si era bravi, nell'altro si era certi che con lui non si poteva perdere: la partita toccava così momenti di incredibile accanimento.

Il n'était pas rare de le voir même défier tous les garçons à la course. Il a pointé vers un but, a remonté sa soutane, a donné le signal, un, deux, trois! Et aussi vite qu'une flèche, se libérant à quelques mètres de la foule haletante, atteignant le but en premier. Son dernier défi à la course est en 1868, alors qu'il avait déjà cinquante-trois ans. Les jambes, pleines de varices, étaient enflées et douloureuses, mais qu'importait-il? L'important était de rendre ses jeunes heureux. Et il était capable, même à cet âge et avec ces maux, de les laisser derrière et d’arriver le premier à la ligne d’arrivée. Et souvent, le dernier raffinement, après avoir atteint la ligne d'arrivée, a trouvé une poignée de bonbons dans les poches et les a distribués aux perdants pour atténuer leur amertume de défaite.

Avec tout son enthousiasme et son zèle, Don Bosco ne pouvait toutefois éliminer aucune culpabilité chez lui. Quelle était la peine dans de tels cas? Que dit le "chapitre" de la peine? Le Saint a admis que dans certains moments, même si beaucoup moins souvent que certains ne le pensent, il est nécessaire de penser à une punition. Cependant, dans ces cas douloureux, il souhaitait que les punitions soient inspirées par le principe même du système: faire attention à ne pas fermer le cœur de l'enfant au travail positif de l'éducation. En vertu de ce principe, les punitions dans les maisons salésiennes ont été retardées autant que possible, n’étaient ni humiliantes ni irritantes et, surtout, le caractère raisonnable est apparu. Jamais donc les punitions publiques, jamais les punitions corporelles qui ont poussé les âmes à la rébellion; jamais une punition pour simple légèreté, ni une punition générale pour un coupable qui n'a pas pu être découvert; pas de punition infligée sous le régime de la colère; même la démission de l'Oratoire, décrétée exclusivement pour des raisons très sérieuses, s'est faite avec beaucoup de respect et de discrétion.

Une utilisation abondante, oui, de ce type de "punition" qu'une mère sait comment appliquer avec amour: une expression douloureuse, une parole douloureuse, un silence prolongé. Et surtout, des corrections que la raison du jeune coupable pourrait approuver.

"La punition n'est pas rentable", répète souvent le saint, "si l'enfant ne comprend pas le caractère raisonnable".

«Pour les jeunes, a-t-il ajouté, tout ce qui sert cet objectif est une punition ou une récompense. Un éloge à ceux qui le méritent, un
reproche à ceux qui ont échoué constituent souvent des récompenses ou des punitions très efficaces ». "Un jour où je suis allé saluer Don Bosco, a écrit un
aristocrate de Turin, je l'ai trouvé assis devant un bureau en train de lire une liste de noms.

- Ici, me dit-il, ici, parmi mes étudiants, tous ceux à qui je dois reprocher quelque chose.

Moi qui ne connaissais que les grandes lignes de sa méthode éducative, je lui ai demandé quelle punition il leur infligerait. Il me regarda avec étonnement:
"Mais pas de punition, évidemment!" Regardez comment je vais le faire. Le plus indiscipliné est celui-ci: un cœur d'or mais désordonné, impétueux, quelque chose qui n'est pas obéissant. Eh bien, dans quelques instants, je vais passer à la récréation et, le prenant à part, je lui demanderai des nouvelles de son état de santé. Je suis sûr qu'il répondra qu'il va très bien. - Es-tu complètement content de toi? - Je vais lui dire alors, en le regardant dans les yeux.

Cette question à laquelle il ne s'attend pas restera un moment de
perplexité, puis ses yeux fixeront le sol, vireront au rouge et garderont un silence forcé.

Puis, avec un ton affectueux, je vais continuer:
- Allez, allons-y! Je vois que le corps va bien, mais l'âme est peut-être malade. Depuis combien de temps n'avez-vous pas avoué? Ne réponds pas!
Votre silence en dit long. Donc, vous promettez de réparer les choses dès que possible, n'est-ce pas?
Quelques minutes plus tard, vous trouverez ce garçon dans le confessionnal et je parie que personne ne se plaindra plus de lui. "

Un soir, les garçons ne pouvaient pas rester silencieux pour laisser le Saint parler après les prières pour la bonne nuit habituelle. Sans se fâcher, Don Bosco a attendu longtemps, mais les conversations et les affrontements se sont poursuivis. Puis il a adressé ces mots simples aux étudiants: «Je ne suis pas content de toi. Allez dormir: pour ce soir je ne vous dirai rien ».

Dalla sera dopo all'Oratorio non ci fu bisogno neppure del campanello che si suonava di solito per ottenere il silenzio.

Qualcuno potrebbe pensare che una vigilanza continua, seppure paterna, potrebbe favorire nel ragazzo la tendenza a una certa ipocrisia. Invece il sistema, se correttamente esercitato, permette al fanciullo
di aprirsi e di manifestare la sua personalità, lasciando piena espansione alla sua libertà.

Della disciplina conserva ciò che è necessario all'andamento regolare della vita comunitaria, mostrandosi estremamente tollerante su tutto il resto. Non ha l'idolatria dell'ordine, di quel famoso ordine,.
esterno (spesso identificato con l'immobilità e il silenzio) che agli occhi di. certuni sarebbe l'ideale dell'educazione. Il Santo voleva una disciplina che servisse alla formazione della persona e non una disciplina fine a se stessa, magari per la tranquillità che avrebbe procurato al maestro.

I cuori e le anime dei fanciulli, nel metodo di Don Bosco devono espandersi liberamente e rivelarsi nel libero gioco delle attività, poiché l'educatore ha bisogno di conoscere a fondo coloro che gli sono affidati. La spontaneità non deve essere soffocata da una malintesa disciplina. D'altronde, la natura umana non è né radicalmente pervertita né istintivamente portata a compiere il bene in ogni circostanza. Occorre quindi guardarsi da ogni eccesso: non frenare severamente la libertà giovanile né scioglierla da qualsivoglia freno: questa la convinzione
pedagogica di Don Bosco.

Alleggerendo la disciplina dal peso inutile che l'ingombra, si diminuirà considerevolmente il numero delle infrazioni e quindi quello delle punizioni e si sarà cosi liberato il maestro da fatiche vane e resa
più attraente la vita del collegio.

Anche in cortile, libertà completa. Tutti devono giocare, ma liberi di giocare in una estrema varietà di giochi: questa la sola regola di
disciplina per la ricreazione.

In classe, nulla di compassato, né di severo. Come in ogni scuola si esige naturalmente che le lezioni siano apprese e i compiti sono corretti con serietà, ma l'atmosfera è tutta improntata a una paterna comprensione. La spontaneità dell'allievo si espande liberamente, con riflessioni, obiezioni, domande, sollecitata dallo stesso educatore; la battuta spiritosa, il racconto interessante, l'intervallo allegro sono
all'ordine del giorno.

Ogni volta che all'Oratorio si pregava, si lavorava, si giocava, sempre il visitatore poteva ammirare l'arte con cui Don Bosco sapeva conciliare l'autorità con la libertà, la disciplina con la spontaneità
giovanile.

Il fine cui mirò sempre il suo sforzo di educatore fu di riprodurre per quanto possibile la famiglia, di ristabilire attorno al fanciullo quell'atmosfera domestica di cui nessun ragazzo può fare a meno.

Uno spettacolo davvero commovente fu offerto ogni sera, per molti anni, dal refettorio in cui Don Bosco consumava una frugale cena coni suoi collaboratori. Il Santo, trattenuto da mille parti, giungeva qualche volta in ritardo. I ragazzi, finito ormai di mangiare, spiavano il suo arrivo nascosti vicino alla porta, pronti a fare una tumul
tuosa irruzione nel refettorio appena Don Bosco fosse entrato. Quei folletti occupavano tutti gli angoli della sala e una volta preso posto, si accomodavano nelle pose più svariate, godendo della presenza del padre.

I primi entrati gli si pigiavano attorno, accostandosi tanto che le loro teste poggiavano sulla sua spalla; gli altri gli si mettevano dietro, con i gomiti appoggiati alla spalliera della sedia, impedendogli così persino di appoggiare la schiena; altri ancora prendevano d'assalto i tavoli con la massima disinvoltura e vi si accomodavano con la fierezza di chi ha conquistato una preziosa posizione; intanto, altri folletti prendevano banchi e sedie, li mettevano in fila accanto al muro e vi salivano sopra; gli ultimi venuti poi, si pigiavano nel poco spazio rimasto libero tra i banchi e la tavola, sedendosi a gambe incrociate. Sbaglierebbe chi pensasse che nessuno poteva più avvicinarsi al buon maestro: i più piccoli si infilavano sotto la tavola e le loro testoline sbucavano all'improvviso accanto a Don Bosco che sorrideva all'apparizione e accarezzava loro i capelli.

Quadro stupendo, questo grappolo di fanciulli stretti attorno a colui che li aveva raccolti dalla strada e nutriti, vestiti, alloggiati, istruiti, meglio del padre più amoroso e ricco.

Quella scena di tenerezza era in fondo la realizzazione vivente del salmo, filai tui sicut no vellae olivarum in circuitu mensae tuae , i tuoi figli sono come pianticelle d'olivo attorno alla tua mensa.

A un certo punto, Don Bosco faceva cenno di voler parlare: ces
sava allora ogni rumore e in mezzo al silenzio generale il padre raccontava una bella storia, un aneddoto curioso, proponeva un indovinello, un problema, faceva domande. La sua parola teneva tutti incantati fino a quando la campana che annunciava le preghiere della sera faceva alzare tutti per recarsi in chiesa.

Afin de pouvoir retrouver la chaleur et la lumière dont il avait besoin autour de lui, le Saint a essayé de maintenir ses enfants dans une atmosphère de joie permanente. Avec joie, en effet, il visait à ouvrir les âmes, à balayer l'ennui, à secouer la torpeur, à aider le travail de l'intelligence, à associer à l'esprit de l'enfant l'idée de plaisir et celle de devoir et ouvrez votre cœur avant tout à la confiance.

Don Bosco n'hésitait pas à recourir à un expédient pour entretenir la joie qui régnait parmi les siens: à l'Oratoire, le souvenir des "trouvailles" amusantes qu'il avait imaginées lors d'une récréation avait été maintenu en vie pendant des années.

Quelques exemples: il a parfois aligné une centaine de garçons sur deux rangées, s’est mis à leur tête et a chanté un refrain de
discours animé . Tout le monde s'est mis en marche en combinant leurs voix avec les siennes, en arpentant les lignes en applaudissant fort et en talonnant les dalles de granit. Le long serpent formé par la foule de garçons exerçait presque partout son esprit: chantant toujours, il sortait maintenant dans la cour, il rentrait maintenant sous le porche, à un moment donné il montait une échelle, montait dans un couloir et descendait par un autre escalier contourner un arbre en décrivant les motifs les plus bizarres. Finalement, souvent après plus d'une heure, tout le monde s'est jeté au sol avec une voix enrouée et des pieds
douloureux, fatigué de rire, de chanter, de crier.

Parfois, Don Bosco a fait autrement. Il commença par
aligner son armée pittoresque, puis: "Attention! "Il a dit:" Faites ce que je fais! Qui ne m'aime pas fera
pénitence i. "

On voyait alors multiplier les gestes les plus étranges: il frappait dans ses mains,
sautait sur un pied, marchait le dos plié et les bras levés, il commençait à courir pour s’arrêter brusquement, ses genoux et ses mains touchant le sol, il se retourna. un bras en l'air, il a arrêté au pied d'un arbre, l'embrassa un instant et a couru à nouveau ... les gars qui l' ont suivi dans une seule file, en essayant de répéter un par un ses coups tandis que d' autres qui regardaient
vous tordu de rire au spectacle curieux.

Souvent, la marche mouvementée se poursuivait dans tous les
coins de l’Oratoire, pénétrant dans les endroits les plus reculés, chassant dans les endroits les plus sombres, rassemblant les groupes isolés qui ne participaient pas à la récréation du passage. De cette manière, Don Bosco a atteint son objectif de divertir les garçons et de patrouiller dans l'Oratoire, libérant ainsi les garçons qui vivaient seuls.

Il la voulait partout, même à l'école. Si, comme on dit, le théâtre effrayait ses ecclésiastiques contemporains qui ne représentaient que des œuvres en latin et en grec, il n'effrayait pas Don Bosco, l'un des premiers éducateurs modernes à avoir monté sa propre scène, en 1847. La musique aussi, sous toutes ses formes, il occupait une place importante dans l'Oratoire. Don Bosco voulait que les jeunes grandissent et soient éduqués, comme le disent les Écritures, in hymnis
et canticis, entre hymnes et chants de joie.

À cette fin, il s'efforça également de rendre la chapelle attrayante avec
l'exactitude de la liturgie et avec la participation active de tous aux fonctions et chants sacrés. Ceux de l'Oratoire n'étaient jamais des liturgies «écoutées» en silence, mais des prières récitées à haute voix et entrecoupées de chants: pas de «dévotions» longues et monotones, mais de
courtes liturgies avec musique, fleurs et lumières, beaucoup de lumière. Même dans ce cas, audacieux précurseur, Don Bosco n'a pas hésité à informer la chapelle de l'actualité, histoire de ne pas déranger l'attention de ses enfants.

Mais surtout, avec confiance et amour, fondement de sa piété, il a fait de l’église un lieu de prière où il était agréable d’aller passer un peu de temps à côté du Seigneur.

Il est facile de comprendre que l'atmosphère joyeuse et joyeuse de la Maison a ouvert l'âme de l'enfant et suscité sa confiance. Maintenant, la confiance, a répété le Saint, est entièrement dans l'éducation. Rien de solide ne peut être construit si l'enfant n'a pas ouvert pleinement et librement son cœur. Tout le reste prépare, arrange ce qui est essentiel: gagner le cœur de l'enfant. Cela touche au problème central de chaque système éducatif, le problème de l'autorité.

Quelle place Don Bosco a-t-il assignée à l'autorité? 0 mieux, sur quelle base était-il placé? Sur la force? Sur la peur de la punition ou de l'humiliation?
Ni sur la force ni sur la peur, autant que possible. Sur la raison et la foi dès que possible. Mais comme cela n’était pas toujours réalisable, du moins au début, avec de jeunes enfants contrariés, distraits ou avec des adolescents maintenant marqués par le vice et souvent incapables de distinguer clairement le bien du mal, Don Bosco a parfois pris la résolution de commander au nom de l’amour. . C'était l'autorité du père qui a le cœur des enfants, du frère aîné qui sait se faire entendre et comprendre en quelques mots. "Sans affection, il n'y a pas de confiance", il ne s'est jamais lassé de répéter, "et sans confiance, il n'y a pas d'éducation".

Affection et confiance qu'il demandait à ses fils et enseignait à ses disciples, mais il méritait avant tout des deux avec l'exemple de sa vie.

«Veux-tu être aimé? "Il a dit:" Amour! "
Et certainement quelques éducateurs ont été aimés autant que lui: c'était un signe indéniable de son amour. Pas de barrière entre l'élève et l'enseignant, pas de loi des distances, pas de colère, pas de coups, pas de
Ma l'interpénétration des cœurs; l'esprit de famille; bonté toujours prompte, toujours active, toujours compatissante pour la faiblesse et l’ignorance; l'indulgence qui sait fermer les yeux et qui ne punit pas toujours ni tout, mais qui pardonne facilement; la pensée continue de l'enfant qui fait sa santé, ses proches, ses besoins, ses douleurs, son progrès, ses joies intérêts; la vigilance maternelle, qui sait comment le protéger du scandale comme du climat de la saison;
l'im
la magination est toujours à la recherche de ce qui peut encourager, instruire; élargir la vie étudiante; la douceur qui ne lève pas la voix, qui garde le sourire au milieu des plus grandes difficultés et qui sait punir avec un simple regard triste; la confiance, démontrée de mille manières et capable d'attirer infailliblement la confiance; la cordialité qui ouvre la porte de la salle à tout le monde sans délai; l'humilité authentique qui associe les jeux d'enfants, leurs amusements, leurs excentricités enfantines; ceci, tout cela et d'autres choses, mais tous enfermés dans un mot profané, banalisé, gonflé, mais toujours divin: l'amour.

Il grande educatore ha come compendiato i suoi metodi in due frasi spesso ripetute. A se stesso ha detto: Fatti amare se vuoi essere obbedito. Ai suoi figli: Non siate superiori, ma padri.

E padre fu davvero per tutti, quest'uomo del quale un altro educatore scrisse: « A Torino, in via del Cottolengo 32, vi è qualcosa
ché non si trova in nessun'altra parte del mondo. È una camera da cui esce raggiante, di gioia il fanciullo che vi era entrato con il cuore gonfio di tristezza o di umiliazione. È la camera di Don Bosco ».

Della confidenza dell'alunno, ottenuta con tanta pazienza, che uso faceva Don Bosco ? In nome dell'autorità che viene dall'amore, egli guidava sapientemente il fanciullo nel mondo della fede. Il suo obiettivo era di fondare la pratica religiosa sopra una fede cosciente, istruita, nella quale la ragione avesse sempre il suo posto.

Il comportamento religioso dei suoi figli, infatti, egli lo voleva
consapevole.

C'est pourquoi chez lui, la catéchèse a occupé la première place. Pour vaincre les jeunes, il a essayé de leur donner des instructions solides, vivantes, imaginatives et pratiques; catéchismes bien préparés; discours de cinq minutes, pour clore les prières du soir et placer une pensée dans le cœur des enfants, ce qui a nourri leur sommeil; courtes lectures après la messe ou avant la bénédiction eucharistique; des allusions religieuses et morales laissent tomber naturellement, en récréation ou en classe, un texte de Virgil ou une anecdote racontée dans la cour. Tout a été essayé, tout a été essayé et essayé de former les enfants à une vie de foi assez riche et authentique pour leur permettre de • faire face au temps du procès.

Le Saint avait tendance à mettre l'enfant en contact précoce et fréquent avec ceux qu'il considérait comme les piliers de la vie spirituelle: confession, communion, dévotion à la Vierge Marie.

Il a insisté, a insisté toute sa vie sur la pratique de la confession. Pour lui, c'était le grand médium éducatif. Dans les sermons de la bonne nuit, il revint très souvent sur le sujet.

Sous les arcades de l'Oratoire, il avait écrit en gros caractères des phrases tirées des Écritures qui faisaient largement référence au besoin de confesser et de se repentir de leurs péchés.

Joris-Karl Huysmans, l'écrivain français qui a écrit des pages touchantes sur Don Bosco, nous a laissé cette description de son incessant office de confesseur: «Il a avoué à l'église, à l'extérieur, dans le coin d'une pièce; il y a aussi le souvenir de cet admirable prêtre qui s'est confessé sur une pelouse louée, alors que tous les propriétaires l'avaient expulsé l'un après l'autre. Il était assis sur une élévation de terre et à une certaine distance, les garçons se concentraient autour de lui, se préparant à lui avouer les fautes qui n'avaient pas été effacées ni oubliées. Et puis, avec l'aspect bon enfant d'un vieux vicaire de campagne, il posa une main sur l'épaule du pénitent qui avait terminé l'examen de conscience, l'attira à lui-même avec son bras gauche et posa légèrement la tête de l'enfant sur son cœur.

En contemplant une photo du saint, Paul Claudel, qui l’aimait beaucoup, s’écria: "Don Bosco! Il suffisait de le regarder. Il n'était pas nécessaire d'inventer une confession avec un visage comme le sien! Il est devenu nécessaire, oui, nécessaire, un réel besoin de l'âme! ».

Même dix heures par jour de confessionnal, souvent dans le froid le plus intense, n'effrayaient pas Don Bosco: l'important pour lui était que tous ses enfants puissent recevoir le pardon de Dieu.

Plusieurs nuits, on l'a vu sortir de l'église vers onze heures sans avoir dîné. Il a ensuite consommé ce qui restait: une soupe, un petit plat qui attendait depuis des heures, froid et presque immangeable. Plus d’une fois il trouva le réfectoire fermé; ils étaient tous partis, oubliant que Don Bosco était encore à l'église a. confesser. «Voilà un bon moyen de briser la monotonie des jours! "Il a dit calmement à ces occasions," Chaque nuit, vous allez vous coucher le corps rafraîchi: une petite exception ne fait pas mal. Demain je me réveillerai plus léger et avec un meilleur appétit! ».

"A la veille d'une fête importante", écrit Don Francesia, "nous l'avons accompagnée dans la pièce avec la bougie allumée après plus de neuf heures de confession. À ce moment précis, voici un petit artisan
qui a demandé à se confesser. Nous nous sommes regardés avec désespoir: juste le temps d'imposer cet autre effort à lui? Nous avons tous eu la même prière sur nos lèvres: "N'insistez pas, revenez demain!" - Mais Don Bosco lui prit la bougie et, face au garçon avec le sourire le plus paternel: - Attends-moi dans ma chambre, dit-il. "Je te rejoins tout de suite."

"Je n'ai jamais entendu parler", a confirmé Mgr Costamagna, "Je n'ai jamais entendu Don Bosco dire à un pénitent de revenir."

Une fois invité à passer la journée avec un ami à Monferrato, il est arrivé avec vingt-quatre heures de retard car, arrivé en
train à Asti, il avait rencontré une demi-douzaine d'anciens étudiants qui, émus par ses avertissements paternels, l'avaient promis d'aller demain matin confesser et communiquer. Cette promesse était suffisante pour que Don Bosco reste dans la ville et attende les plus jeunes.

Sa grande joie (tant que ses activités lui donnaient le temps) était alors d'écouter les confessions des jeunes prisonniers dont certains accompagnaient même jusqu'à la potence, gagnant avec un effort surhumain son horreur pour la peine barbare.

Una sera di autunno se ne andaya a piedi lungo la strada che, attraverso fitti boschi, conduceva da Castelnuovo ai Becchi. All'improvviso da dietro un albero sbucò un uomo armato di pistole.

— La borsa o la vita! — ringhiò il malvivente.

— Di borse non ne ho — rispose calmo il Santo. — Quanto alla vita, non è mia e non te la posso dare!
In quel momento, nel rapinatore pur mezzo mascherato da una sciarpa attorno alla bocca, Don Bosco riconobbe un detenuto che tante volte aveva confessato nelle carceri di Torino.

— Giuseppe! — esclamò con voce accorata. — Tu fai ora questo
mestiere I
E cominciò a sgridarlo amorevolmente, tanto che il giovane, buttate le pistole e la maschera, fini per abbracciarlo piangendo. Sedutosi sul ciglio della strada, Don Bosco lo confessò e gli regalò quel po' di denaro che aveva in tasca. Portatolo poi a Torino gli trovò un lavoro di operaio; qualche tempo dopo l'ex-bandito si sposava, divenendo non solo un buon padre, ma uno zelante cooperatore salesiano.

Spesso il Santo usciva dalle galere stranamente « ricompensato » per il suo zelo. Un giorno che, dopo una di quelle visite, si recò a cena da un barone suo amico, si sentì dire con voce concitata dall'aristocratico scandalizzato:
— Ma Don Bosco, che cosa porta con sé ?
— Io ? Semplicemente appetito...

— Ma no, sulla tonaca!
— Sulla tonaca ?
— Si, ecco, guardi un po'. •
— Ah, mio caro Barone, che cosa vuol farci ? Esco ora dalla prigione, questa è la prova più chiara!
— D'accordo, Don Bosco, ma se è per me un piacere averla alla mia tavola, non tengo affatto ad invitare questi parassiti.

E il povero Don Bosco dovette subito recarsi in disparte per sbarazzarsi degli ospiti sgraditi.

Per mantenere sulla via del bene i giovani che confessava, Don Bosco faceva affidamento sulla forza dell'Eucarestia e sull'aiuto della Madonna. Fin dai primi tempi del suo sacerdozio, fu propugnatore convinto della comunione precoce e frequente. Oggi, queste sembrano a noi pratiche abituali; ma non era cosa ai suoi tempi. Fin dal 1847 egli scriveva: « Quando un fanciullo sa distinguere il pane ordinario dal pane eucaristico, quando è sufficentemente istruito, non si deve badare all'età: è necessario che il Re del Cielo venga a regnare in quell'anima ». Parole che solo nel 1910 un Papa, Pio X, doveva far sue nel celebre decreto:
« Quam singulari Christus amore ».

Se l'Eucarestia fu per Don Bosco una colonna di salvezza, un'altra fu l'amore filiale verso la Madonna.

Questo amore egli lo predicò per tutta la vita. Il consiglio di sua madre il mattino della vestizione: « Se ti fai prete, propaga la devozione alla Madonna », fu da lui seguito fino sul letto di morte. Tre giorni prima di morire, sulla soglia dell'agonia, mormorava ai suoi discepoli:
« Quando predicate, quando parlate, insistete sulla devozione a Maria
e sulla comunione frequente ».

Dans son rêve de mai 1862, ces pierres angulaires de sa piété avaient reçu confirmation, il fait maintenant l’objet d’une fresque dans la basilique Marie-Auxiliatrice. Cette nuit-là, il avait semblé voir un grand nombre de petits bateaux, symbole de sa jeunesse, dispersés dans le monde entier, battus par une mer agitée et assaillis par des ennemis furieux. Le naufrage ne pouvait échapper à l'ennemi que s'il s'était réfugié derrière le grand navire de Peter, ancré entre deux gigantesques colonnes sortant de la mer agitée: l'une de ces colonnes était surmontée d'un Monstrance, l'autre à l'image de la Vierge.

Si, comme le dit l'Évangile, c'est à partir des fruits que l'arbre est connu, quels ont été les fruits de l'éducation donnée par Don Bosco et ses
salésiens?
En premier lieu, il a réussi à réunir avec un lien durable les jeunes qui l'ont reçu à la maison dans laquelle il leur a été donné. Pour ces garçons, le Collège n’était pas la prison des jeunes prisonniers dont parlait Montaigne, mais la maison qui réussissait à remplacer la famille, souvent même pas trop connue ou trop méconnue dans ses défauts. Malheureusement, il y avait aussi des étudiants de Don Bosco qui n'ont pas persévéré sur le chemin tracé par l'éducateur. Cependant, il restait toujours calme sur le résultat final de la lutte, sachant pertinemment qu'il était au moins inquiet. Christ et sa mère n'ont pas été aimés en vain à l'âge de l'innocence; cet amour, on le retrouve un jour ..

Et presque toujours, en fait, le moment est venu où ces fils prodigues sont revenus s'agenouiller devant le tribunal de la pénitence.

Parmi ces jeunes oublieux, le Saint en avait peut-être plus qu'on ne le croit. Après la tempête de 1848, de nombreux jeunes ont
quitté l' Oratoire .

Et dans les meilleurs moments où, selon la confession de Don Bosco, les murs de Valdocco cachaient «des miracles de sainteté», l'un des premiers disciples, Don Francesia, a parlé de «ces pauvres égarés qui refusent obstinément de profiter des leçons et des conseils
de celui qui est pour leur père ».

Malgré les ombres, un soir de septembre 1862, le Saint pourrait
donner cette confiance à certains religieux:
"Je vous assure que certains de nos garçons seront élevés aux honneurs des autels. Si Dominic Savio, décédé il y a cinq ans, continuera à obtenir des miracles, je suis persuadé qu'un jour, l'Eglise reconnaîtra
sa sainteté ".

Comme nous le savons, ces mots se sont réalisés presque quatre-vingt-dix ans plus tard,
lors de l’année sainte de 1950.

Si nous passons de la qualité des résultats à l'efficacité quantitative, nous entendons le Saint qui nous répond avec les mots mêmes avec lesquels il a répondu à
Urbano Rattazzi dans une interview célèbre.

"Pour quatre-vingt-dix jeunes sur cent - a déclaré Don Bosco au ministre, ce système réussit à avoir un effet réconfortant; sur les dix autres, cependant, il exerce une influence bénéfique pour les rendre moins obstinés et moins dangereux; j'ai donc rarement besoin de chasser un jeune homme aussi indomptable et incorrigible. À la fois dans cet oratoire, comme dans ceux de Porta Nuova et de Vanchiglia, sont présentés ou sont parfois
exécutés des jeunes qui, par mécontentement ou par indocilité ou même par malveillance, étaient déjà le désespoir de parents et ne semblaient plus après quelques semaines les; des loups, pour ainsi dire, ils se transforment en agneaux ».

François Coppé, dramaturge et poète, académicien de France, lançant en 1903 un appel aux salésiens de Ménilmontant menacé d'expulsion comme tout autre religieux, il écrit au gouvernement français: "Don Bosco était destiné à donner à l'Europe et aux deux Amériques des milliers et des milliers de bons citoyens. Tu veux essayer? Depuis vingt-cinq ans que les salésiens sont en France, aucun de leurs étudiants n’a comparu devant un tribunal! ».

La méthode préventive en éducation n'était certainement pas une nouveauté de Don Bosco. L’affirmer, à l’instar de certains biographes, fasciné par le pouvoir suggestif de sa personnalité privilégiée, irait à l’encontre des paroles de Don Bosco lui-même, qui a ainsi commencé les brèves remarques sur sa pédagogie:
"Deux systèmes sont utilisés dans l’éducation des jeunes: la prévention et répressif ... ».

À chaque époque: essayer d’atteindre l’éducation des jeunes,
• est donc un effort de tous les temps.

Ce qui est vraiment nouveau, et qui fait de Don Bosco un éducateur inimitable, est le fuoCo de la charité avec lequel il renouvelle au sein de ceux qui jusque-là n’étaient que des systèmes impeccables de manuels scolaires pédagogiques.

Un jour, le Saint, entouré d'un grand groupe de jeunes, demanda à l'un d'entre eux:
"Quelle est la plus belle chose que vous ayez vue au monde?" Et le garçon répondit soudainement:
- Don Bosco!
Le bel épisode donne, plus et mieux que tout commentaire, la mesure du "succès" pédagogique d'un homme qui aime agir plutôt que théoriser, tendu, même chez les jeunes, de changer le monde plutôt que de l'interpréter.

"Il n'est pas facile de former les Italiens", écrivait Giovanni Giolitti (qui avait pu observer de près le travail du Saint) en méditant sur sa longue expérience d'homme d'État ", mais Don Bosco a réussi. t un grand triomphe pour lui et une immense fortune pour la nation ".

Dans son travail inlassable d’éducateur, Don Bosco était animé non seulement par des motivations religieuses (le "salut de l’âme"), mais aussi par des raisons sociales. "Don Bosco" a écrit le fondateur de Jeunesse Ouvrière Chrétienne, le célèbre JOC français "a été le premier de l'Église à se consacrer entièrement au jeune ouvrier".

Come hanno chiarito studi recenti egli, con la sua azione in sospetto alle polizie e alle marchese benefiche, fu la guida riconosciuta della gioventù povera in ascesa sociale. Espresso egli stesso dalla classe popolare, se ne fece guida, offrendole gli strumenti per l'elevazione sociale: istruzione e qualificazione professionale. Lo stésso strumento della sua azione educativa, la Società Salesiana, salvo rare e tarde eccezioni fu compdsta omogeneamente da figli del popolo, tanto che un giorno Don Bosco poté dire: « Fra noi non è ancora entrato uno di famiglia nobile o molto ricco o di grande scienza... ».

Tra i giovani operai dell'Oratorio, Don Bosco fondò una delle prime società di mutuo soccorso di Torino.

« Non tuttavia un semplice pensiero di opportunità gli aveva consigliato questa novità », commentava un vecchio biografo del Santo ,1 « ma un alto pensiero sociale. Egli fu tra i pochi che sin dal principio capissero e ripetessero non doversi trattare come passeggero il movimento rivoluzionario, perché tra le speranze che il popolo ne aveva tratte, ve n'erano delle oneste, corrispondenti alle aspirazioni universali dei proletari verso una maggiore giustizia. D'altra parte vedeva le ricchezze incominciare a divenire monopolio di capitalisti senza pietà che all'operaio isolato, bisognoso e senza difesa, imponevano patti ingiusti nel salario, nella durata del lavoro, nel precetto festivo, Da tutto ciò sarebbe venuta negli operai la perdita della fede, la miseria e lo spirito sovversivo. Quindi fin da allora raccomandava al clero di avvicinarsi ai lavoratori e di divenirne guida e freno ».

Ai ricchi del suo tempo Don Bosco, come qualcuno ha giustamente notato, non chiese mai consigli, ma sempre e soltanto soldi. E spesso senza tanti complimenti, forte della parola di Sant'Ambrogio: « Non del 'tuo avere tu fai dono al povero; tu non fai che rendergli ciò che gli appartiene. Poiché quel che è dato in comune per l'uso di tutti, è ciò che tu ti annetti. La terra è data a tutti e non solamente ai ricchi ».

Ecco come si espresse un giorno, rivolgendosi ai notabili di Lione che erand andati a salutarlo: « La salvezza della società, signori, è nelle vostre tasche. Se voi adesso vi tirate indietro, se lasciate che questi ragazzi
1. Filippo Crispolti, Don Bosco, pagg. 134, 1914, Torino. „
diventino vittime delle teorie comunistiche, i benefici che oggi rifiutate loro verranno a domandarveli un giorno, non più con il cappello in mano, ma mettendovi il coltello alla gola e forse insieme con la roba vostra vorranno pure la vostra vita ».

Con quelle parole coraggiose, il « moderato » Don Bosco centrava in pieno l'esigenza attualissima della democrazia sociale.

Lorsqu'il a trouvé un emploi d'apprenti qualifié, Don Bosco établissait des contrats avec son employeur, qu'il signait ensuite en tant que garant. Les archives salésiennes conservent encore certains de ces documents de la vigilance du Saint envers ses jeunes. On en déduit qu’il exigeait que la période d’apprentissage ne dépasse pas
les trois années, avec une augmentation de salaire. Le garçon ne devait être employé que pour le travail spécialisé pour lequel il avait été employé et non pour d’autres services, comme serviteur ou membre du maître, comme cela arrivait souvent. L’employeur s’est alors engagé par écrit à limiter les corrections éventuelles aux mots, à l’exclusion des châtiments corporels, à toujours accorder les congés fériés et même, aux nouvelles choquantes pour la pratique du temps, d’accorder quinze jours de congé annuel.

Souvent, dans les boutiques d'artisanat de Turin, on voyait arriver Don Bosco et, sous prétexte de saluer son ex-élève, il veillait au respect des conditions contractuelles.

Voici le texte complet de l’un des contrats signés par Don Bosco en tant que directeur de l’Oratoire, d'où ressortent clairement les innovations véritablement "révolutionnaires" introduites par le Saint pour la sécurité de ses enfants:
"En vertu de cette écriture privée pouvoir insinuer à la simple demande d'une des pièces, faite à la Chambre de l'Oratoire de S. Francesco de Sales entre le sig. Carlo Aimino et le jeune Giuseppe Bordone, élève de l'Oratoire, assisté de son avertissement, M. Ritner Vittorio, ce qui suit a été convenu:
1) Monsieur Carlo Aimino reçoit comme apprenti dans son art de verrier le jeune Giuseppe Bordone, originaire de Biella, promet et s'engage à lui enseigner la même chose dans l'espace de trois ans, qui se terminera avec la fin du premier mille huit cent cinquante-quatre, le premier décembre, et lui donner au cours de son apprentissage les instructions nécessaires et les meilleures règles relatives à son art, ainsi que les avertissements appropriés concernant sa bonne conduite, en le corrigeant, le cas échéant, avec des mots et non autrement; et il s'oblige également
à l'occuper continuellement dans des œuvres connexes de son art et à ne pas lui être étranger, en veillant à ce qu'elles ne dépassent pas ses forces.

2) Le même maître doit laisser tous les congés de l'année gratuits à l'apprenti pour qu'il puisse s'acquitter des fonctions sacrées, de l'école du dimanche et d'autres fonctions en tant qu'élève de cet oratoire. Si l'apprenti s'absente de son devoir pour des raisons de maladie (ou pour toute autre raison légitime), le capitaine aura le droit de compenser tout le laps de temps qu'il lui restera pendant toute l'année. Cette indemnité sera faite par l'apprenti avec autant de jours de travail à la fin de l'apprentissage.

3) Le même capitaine est obligé de payer l'apprenti tous les jours au cours des années susmentionnées, à savoir le premier lires, le deuxième lires un sur cinquante et la troisième lires deux par semaine; selon la coutume, 15 jours de vacances sont accordés chaque année.

4) À la fin de chaque mois, le même propriétaire est obligé d'indiquer clairement le comportement de son apprenti sur une feuille qui lui sera présentée.

5) Le jeune Giuseppe Bordone s'engage et s'engage à prêter ses services au maître, son maître, avec rapidité, diligence et attention tout au long de la période d'apprentissage; être docile, respectueux et obéissant à la même chose et se comporter à son égard comme le devoir de l'apprenti l'exige, et par souci de prudence et de garantie de cette obligation qui lui incombe, prêter le présent et accepter M. Ritner Vittorio Orefice, qui est tenu de réparer tout dommage causé au capitaine, si ce dommage est dû à l'apprenti.

6) S'il arrive que l'apprenti encourt une faute pour laquelle il a été renvoyé de l'Oratoire (cessant toute relation avec le directeur de l'Oratoire), alors toute influence et relation entre le directeur de l'Oratoire et le maître maître cesseront également; mais si la faute de l'apprenti ne reflète pas particulièrement le maître, il doit néanmoins exécuter le présent contrat passé avec l'apprenti et cela s'acquitte de tous ses devoirs envers le maître jusqu'à la date convenue sous la seule garantie donnée ci-dessus.

7) Le directeur de l’oratoire s’engage à apporter son aide à la réussite de la conduite de l’apprenti et à saluer
rapidement toute plainte adressée au capitaine concerné à la suite de l’apprenti dans son hôpital. Qui, tant le maître que l'apprenti assisté comme ci-dessus, dans la mesure où chacun d'entre eux est et appartient, promettent d'attendre pour observer sous peine de dommages et intérêts.

Turin, novembre 1851
Signé: Carlo Aimino Giuseppe Bordone - Don Giovanni Battista Vola, théologien Ritner Vittorio, avertissement Don Bosco Giovanni, directeur de l'Oratoire ».

CHAPITRE XIII


Tra le prove
Ricordiamo le parole di mamma Margherita la sera del giorno in cui il figlio celebrò la prima Messa: « Ricordati bene, Giovanni: cominciare a dir Messa vuol dire cominciare a patire ».

Tutta la vita di Don Bosco sembrò dare ragione all'avvertimento della madre. Forse pochi cristiani parteciparono tanto intimamente, nella loro vicenda terrena, alla passione del Cristo. Questa sofferenza fu un altro segno indubbio della benedizione di Dio sull'opera dell'Apostolo.

Tra mille altre, ébbero parte non piccola nell'angustiare la sua vita le sofferenze causate dalle continue ristrettezze economiche e dall'assedio dei creditori.

Don Bosco, morto senza possedere nulla, per tutta la vita tormentò se stesso e i suoi collaboratori per cercare denaro. Persino sul letto di morte non poteva liberarsi dal pensiero delle cambiali in scadenza: poco prima di spirare si scusava con Don Rua di lasciargli in eredità tanti debiti, specialmente quelli per la costruzione della chiesa del Sacro Cuore.

Egli ebbe tra le mani decine di milioni dell'epoca, miliardi in lire d'oggi, ma i soldi non restavano mai più di qualche ora nelle sue tasche e nei suoi cassetti.

«I bisogni di Don Bosco », disse un salesiano testimone di quei miracoli economici, «erano sempre superiori alle sue entrate, costituite solo dalle meschine pensioni di una piccolissima parte di alunni, dalle offerte di benefattori e... dal credito di fornitori pazienti. Non appena aveva un soldo, quell'uomo si impegnava per due! ».

Sempre gli occorsero somme enormi: per costruire l'Oratorio di Torino, per aprire collegi dappertutto, per innalzare tre enormi chiese, per stampare a centinaia di migliaia libri e giornali, per pagare i continui viaggi suoi e dei suoi collaboratori, per equipaggiare, spedire e mante
nere schiere di missionari, per vestire, nutrire, istruire i suoi figli, per offrire un aiuto a tutti i bisognosi che facevano appello alla sua carità.

Per arrivare a tutto, dovette ben presto diventare maestro nell'arte di « arrangiarsi ». Oggi scriveva al Ministro della Guerra per ottenere vecchi cappotti e coperte usate per i suoi ragazzi; domani alla direzione delle ferrovie per ottenere una riduzione; un'altra volta al padrone di una fornace per farsi regalare un po' di mattoni. Al Re, ai Principi, inviava suppliche per muovere il loro cuore e con questo la loro borsa; ai Ministri ricordava le funzioni sociali della sua opera, chiedendo sussidi o almeno alleggerimenti di tasse. Nei casi disperati, spediva circolari ai benefattori, ai lettori dei suoi giornali, ai devoti della Madonna.

Nel 1886 arrivò a stampare una lettera circolare in cinque lingue sull'attività dei suoi missionari e la spedì in tutto il mondo facendo scrivere ben centomila indirizzi.

Alla sua attività, nota di scrittore, sono da aggiungere queste migliaia di pagine scritte unicamente per ricordare i bisogni dei suoi assistiti: nel suo Epistolario non vi è quasi lettera che non contenga una richiesta, almeno implicita, di aiuto.

A coloro che nel 1852 volevano insignirli? della Croce di Cavaliere dell'Ordine dei Santi Maurizio e Lazzaro, rispose di non accettare « perché di croci ne aveva già troppe! ». Se tuttavia la croce di cavaliere avesse potuto essere sostituita da qualche offerta per i suoi ragazzi, egli ne sarebbe stato molto obbligato...

Fu così che da quell'anno l'Ordine Mauriziano gli concesse un assegno di cinquecento lire annue, regolarmente pagate per molto tempo.

Quelque temps après la rencontre orageuse avec le vicaire de Turin sur la question de l'assistance aux "jeunes scélérats", Don Bosco est retourné à sa recherche pour ne pas rester immédiatement sous l'impression désagréable du revers. Le Vicaire, après avoir reçu un peu de soulagement par cordialité, mais peut-être aussi en raison de son intérêt pour la police, lui a demandé où il avait trouvé tout l'argent dont il avait besoin.

- Qu'est-ce que tu veux, j'ai confiance en la Providence! - soupira Don Bosco et, avec le plus innocent des sourires: - En effet, si la Providence à cette époque inspirait le Vicaire à m'accorder un peu d'aide, je le remercierais de tout cœur!
Souriant, le vicaire ouvrit le tiroir et sortit quelques pièces de monnaie ...

Une autre fois, il fut invité à dîner par un baron. Très souvent, les aristocrates subordonnaient leur aide à la condition qu'il acceptât leur hospitalité. Ces pactes étaient très lourds pour Don Bosco, "une véritable torture" comme il l'appelait, qu'il n'acceptait que pour les garçons. Ce soir-là, cependant, le baron ne s'est pas levé à la mi-soirée, comme il le faisait auparavant, pour annoncer à tous les convives l'offre qu'il avait l'intention de faire à Don Bosco. En vain, ils avaient fait allusion discrètement à la bonne habitude. Quand les tables furent levées, le saint n'alla pas avec les autres dans le salon mais, prenant sa valise, il commença à la remplir avec le précieux argent de la table.

- Mais, mais révérend, je ne comprends pas! - le baron a balbutié avec stupéfaction parmi l'embarras des présents.

- Combien vaut cet argenterie? - Don Bosco répondit calmement en continuant de remplir sa valise.

- Je l'ai acheté pour dix mille lires, mais si je le vendais, je ne pense pas qu'ils pourraient en avoir plus de trois mille.

- Bien, plutôt que d'autres, je préfère te le vendre. Trois mille lires, s'il vous plaît; M. Baron!
L'argent a été immédiatement versé, parmi les rires de tous. Même le baron a ri mais on ne nous a pas dit combien son plaisir était sincère ...

Une dame très dévouée a un jour supplié Don Bosco de lui donner un autographe. «Je suis content avec ça maintenant! Répondit le saint. Et après une minute, il remit une note sur laquelle il avait tracé l'écriture suivante: "Aujourd'hui, je reçois de la part de la Dame ... la somme de mille lires. Signé: Sac. Qiovanni Bosco ».

A une autre dame riche qui lui demanda son avis sur la meilleure utilisation d’une grosse somme d’argent, il répondit en tendant les mains ouvertes et en disant: "Le voici! ».

Son imagination a inventé d'innombrables astuces pour garder les enfants. Et si une grande partie de son temps précieux a été dévoré par le besoin de se quereller, il ne faut pas croire qu'il en a subi une perte
excessive.

Avec autant de jeunes à élever, il trouvait très naturel que le poids difficile pèse sur ses épaules. Et quand l'inquiétude du pain quotidien devint plus pressante, lorsque la misère devint tragique, on la vit plus sereine que d'habitude. Lorsque les garçons l’entendirent rire plus joyeusement, ils dirent: "Sans aucun doute, Don Bosco a de grandes contrariétés aujourd’hui! Sinon, il ne serait pas si joyeux. " Ils ont rarement été trompés. Cette joie n'était pas le résultat d'un effort de sa part pour ne rien laisser filtrer des angoisses internes: c'était
plutôt la manifestation de la conviction intime profonde que, après avoir épuisé les moyens humains, la Providence était sur le point d'entrer en scène.

Qui, à vrai dire, n'a jamais manqué de se rencontrer. Si le Saint s'est doté de toutes ses forces et de toutes ses ressources pour se sortir des difficultés économiques, même la Providence l'a toujours et merveilleusement aidé à équilibrer son budget: sur ce point, les exemples sont innombrables.

Un mois, l'Oratoire devait trente mille lires à un entrepreneur qui, après avoir attendu longtemps, finissait par se lasser des ajournements continus. Un matin, le voilà enragé à Valdocco, déterminé à faire une scène sensationnelle. Interrogé sur l'économe, il crie qu'il ne partira pas sans avoir au préalable reçu la somme due. L'économe est obligé de
déclarer qu'il n'a même pas un sou dans la boîte et invite à nouveau l'homme à faire preuve de patience.

- J'ai déjà été assez patient! Cela ne finira pas comme ça. Laisse-moi parler à Don Bosco!
Ils le conduisent dans l'antichambre où bon nombre de personnes attendent leur tour et s'assoient en grommelant au bord d'une
chaise. À ce moment, un monsieur élégamment vêtu entre, l'air impérieux et impatient.

- Je veux voir Don Bosco! De suite!
- Monsieur, désolé, mais vous devez vous asseoir et attendre votre tour.

- Je n'ai pas le temps d'attendre!
Cela dit, il se dirige et va frapper à la porte de la pièce dans laquelle Don Bosco parle à une personne. Don Bosco ouvre:
- Tu veux?
- Je veux te parler tout de suite!
- Excuse-moi, quand ce sera ton tour. Je ne peux pas le recevoir avant toutes ces personnes qui sont ici depuis un moment.

- Je suis pressé et j'ai peu de choses à te dire.

Bon Bosco, après avoir regardé les personnes présentes avec son regard, le laisse entrer et, montrant un fauteuil:
- Asseyez-vous.

- Je ne veux pas m'asseoir.

"Bien, mon cher monsieur, que voulez-vous?"
- Une seule chose, que tu acceptes ça.

En disant cela, posez un paquet sur la table et sortez:
- Au revoir et priez pour moi!
Le visiteur dont l'interview a été interrompue revient:
- Est-ce que rien ne t'est arrivé, Don Bosco? Cet homme avait
peur.

- Ici, - répond Don Bosco en souriant - c'est ce
qu'il m'a donné.

Et en ouvrant le colis, il compta trente billets sur mille.

Quand l'impresario prit son tour, Don Bosco lui donna les trente mille lires qu'il devait tout naturellement. Le créancier, confus, fit mille
excuses pour justifier sa véhémence:
- On m'a dit qu'elle n'était pas en mesure de payer, révérend, mais maintenant je vois bien qu'ils ont eu tort de parler ainsi! ...

En mars 1880, Don Bosco se rendit à Nice, installée en France depuis vingt ans. Pour fêter cela, M. Hamel, fidèle ami du saint de Nice, a offert un déjeuner aux amis de l'oratoire salésien local. Juste avant de s'asseoir à la table, l'avocat Michel, bien connu pour son activité caritative,
s'est entretenu avec Don Bosco qui lui a dit:
- La chapelle de l'institut de Nice est vraiment petite et minable: nous devrions le prévoir. Voici un projet qui m'a été présenté par l'architecte: le budget s'élève à trente mille francs.

- Trente mille francs! s'écria l'avocat. - Je doute que vous
puissiez les trouver maintenant à Nice. Cet hiver, nous avons eu tellement de conférences de charité, beaucoup de loteries, tellement de quêtes de toutes sortes que les bourses sont maintenant fermées.

"Et pourtant", murmura Don Bosco, se parlant presque tout seul,
mais j'ai vraiment besoin de cette somme!
Il a joué à cette heure-là et tout le monde est allé à la table. À la fin du déjeuner, le notaire qui assista l'Oratoire se
leva:
"Je dois dire à Don Bosco qu'une personne charitable qui souhaite garder l'anonyme m'a donné trente mille francs ce matin pour lui." Vous pouvez les envoyer à mon bureau quand vous le
souhaitez.

Confus parmi les nombreux convives, l'avocat Michel se demanda si par hasard il ne s'était pas senti mal…

En 1869, Don Rua reçut l'avis de paiement d'une lettre de change expirant le lendemain. La somme n'était pas très considérable,
mais il fallait la trouver.

Nella casa non si faceva nulla senza che fosse avvertito Don Bos'éo: quando poi appariva all'orizzonte una tratta, l'Economo correva ad avvertirlo con una diligenza straordinaria. Quel giorno Don Bosco
era occupatissimo e si limitò a rispondere quasi distrattamente:
— Pensaci tu!
Don Rua, piuttosto abituato a questo genere di consigli, fa il giro dell'Oratorio: va nella libreria, nella tipografia, nella sacrestia, vuotando coscienziosamente tutte le casse. Tutto ben contato e ricontato,
non c'era per intero l'ammontare necessario. Ricorre allora di nuovo a Don Bosco:
— Don Bosco, mancano trenta lire!
— Pensaci tu!
— Ma Don Bosco, lei parte domattina, vuol proprio lasciarci in questo imbarazzo ? Passato mezzogiorno ci sarà il protesto.

- Je ne peux rien faire, ma chérie. Je dois y aller, pense à ça.

Le lendemain matin, ces trente lires n'étaient pas encore apparus à l'horizon de l'Oratoire. Don Rua, qui avait de nouveau atteint Don Bosco, s’apprêtait à lui faire comprendre les inconvénients d’un
texte, lorsque Cavalier Occelletti, bienfaiteur habituel de la Maison, arriva.

- Bonjour, Don Bosco, je dois vous parler.

- Impossible! Je dois partir en train.

- Mais: c'est pour lui donner de l'argent.

- Don Rua est autorisé à le recevoir. Donnez-le-lui, mais dépêche-toi et viens avec moi. Nous parlerons dans la rue.

Dans la rue, l'honnête homme a déclaré qu'il avait
insisté pour qu'il se rende à Valdocco pour payer des billets de loterie ce matin-là .

Au début, il avait rejeté cette idée car son jour de visite était le samedi et non le mercredi. Mais alors, tourmenté comme par une obsession
qui grandissait avec les heures, avoir la paix devait venir sans tarder pour payer la petite dette.

- Et quel est le montant d'une dette si importante? demanda Don Bosco.

- Oh, une petite chose: trente lires et quelques centimes. Don Bosco sourit:
- Et pour cette raison, Cavaliere, tu voulais que je manque le train?
À ce moment, dans l'administration de l'Oratoire, Don Rua a pensé différemment!
Les harcèlements à payer des créanciers, bien qu'incessants, n'ont jamais, comme nous l'avons vu, secoué le Saint de son calme imperturbable.

Tout à fait différemment, cependant, cela s’est passé en 1867, quand un procès d’un genre très différent est tombé sur Don Bosco. Pour le XVIII centenaire de la date traditionnellement indiquée pour le martyre de saint Pierre à Rome, il avait publié dans le Collier des lectures catholiques un livret destiné à faire revivre la dévotion des fidèles envers le premier pape. Le dossier s'intitulait Le centenaire de l'apôtre Saint-Pierre. et contenait, en plus de la vie de celui qui s'était appelé Simon, une annexe sur son arrivée à Rome.

Pour être plus précis, il s'agissait de la réimpression d'une brochure publiée par Don Bosco dans le même recueil en 1854 avec les
matures de l'évêque d'Ivrée; Les journaux catholiques ont immédiatement reçu
des critiques élogieuses et les libraires de Rome ont vendu un bon nombre d'exemplaires. En 1858, le cardinal vicaire recommanda
de manière très spéciale la série de lectures catholiques à laquelle faisait partie le volume sur Pierre; et de cette même série de volumes avait été écrite par Pie IX, remerciant l'hommage que l'auteur lui avait rendu: "Nous ne voyons rien de plus utile, ni mieux, de faire revivre et d'accroître la piété du peuple chrétien".

De plus, la réimpression de 1867 s'épuise rapidement, parmi les éloges renouvelés, cette fois aussi par l'autorité "Civiltà
Cattolica", qui fait autorité lorsqu'un groupe de théologiens romains dénonce soudain le livre du malheureux Don Bosco à la Congrégation de l'Index. Quelles sont les raisons de cette initiative impopulaire et très sérieuse?
que sur p. 192 de la brochure sur la querelle, alors très vive, sur la venue de saint Pierre à Rome, les théologiens très zélés
découvrent cette phrase: «... douter de la venue de saint Pierre à Rome revient à douter s'il y a de la lumière quand le soleil brille à midi; par conséquent, seule l'ignorance ou la mauvaise foi peut en être la cause.

Je tiens pour un autre bien de passer ici un avertissement à tous ceux qui écrivent ou parlent de ce sujet, de ne pas le considérer comme un point dogmatique ou religieux; et ceci est dit à la fois pour les catholiques et pour les protestants; car Dieu a établi saint Pierre le chef de l'Église et c'est là le dogme et la vérité de la foi. Que Saint Pierre exerce alors son autorité à Jérusalem, à Antioche, à Rome ou ailleurs, il s’agit d’une discussion historique étrangère à la foi ... ».

Un consulteur du Saint-Office, le chanoine Delicati, professeur d'histoire de l'Église à l'université Apollinaire, accusé après avoir examiné le livre, s'est conclu par une condamnation condamnée,
exprimée par la formule latine: proscribendum, donec corrigatur, «interdire », C'est« jusqu'à ce que ce soit correct ».

"Affirmer que la venue de Saint-Pierre à Rome", disait le rapport, "n'est pas un point de doctrine en ce sens qu'il n'a rien à voir avec un dogme de foi, c'est une erreur qui ne peut que heurter les oreilles des fidèles" . Ce fait appartient certainement avant tout à l'histoire et est établi par les règles de la critique saine; mais il a aussi une relation intime avec une vérité dogmatique, à laquelle il sert de fondement, avec la primauté du pontife romain ». "C'est une vérité de foi", a rappelé le mémorial, "que la primauté conférée à Pierre passe de plein droit à ses successeurs, les pontifes romains: le fait de la venue et de la résidence du prince des apôtres à Rome n'est pas étrangère à cette dogme ».

Nous serions allés plus loin dans cette étape, en gonflant peut-être astucieusement l'épisode. S'il n'était pas intervenu, le pape aurait fini par tout mettre dans les bonnes proportions.

"Non, pas de condamnation! "Dit Pie IX," le pauvre Don Bosco! Si dans votre livre il y a quelque chose à corriger, corrigez-le pour une deuxième édition: cela suffira ».

Le mot apaisant du Pontife trouva Don Bosco prostré: durant ces semaines de mai 1867, il vécut certainement la période la plus douloureuse de sa vie. Tout ce qu'il a accepté avec sérénité, mais pas que l'orthodoxie de sa foi a été mise en doute. Dans l’intimité, un soir, ils l’entendirent pleurer. Fermé dans sa chambre, il rédigeait un rapport à l’intention du préfet de l’Index, affirmant notamment: «L’auteur de la brochure n’a jamais eu l’idée d’affirmer que le fait de Pierre à Rome était étranger à la foi: il voulait simplement dire que ce point d'histoire ne correspondait pas à la liste des articles définis par l'Église. De plus, mille pas de brochure témoignent que l’écrivain est profondément convaincu que le Pontife de Rome est le seul successeur de Pierre et qu’il jouit de la primauté de la juridiction sur l’ensemble des Evêques ". "Je suis prêt", a conclu Don Bosco, "à modifier, corriger, supprimer, ajouter dans ma brochure tout ce qui me sera suggéré de manière concrète".

Grâce à l'intervention personnelle du pape, les déclarations de Don Bosco ont été rapidement prises en compte par l'Index, qui s'est contenté d'ordonner une correction et une suppression, clôturant ainsi un incident qui avait causé davantage de souffrances à Don Bosco.

Les épreuves de ce type lui sont plus difficiles à supporter que celles provoquées par des maladies qui, bien que très difficiles, perturbent souvent son corps.

Son apparence même révélait cette force: Don Bosco était de taille moyenne (environ un mètre soixante-cinq, comme l'indique son passeport de 1850), avec un visage rond et plein, perpétuellement
illumi,
né de son célèbre sourire. Ses cheveux châtain foncé étaient abondants et bouclés: ils n'étaient que légèrement dorés à la fin
de sa vie.

La forza dei suoi muscoli era leggendaria. Una sera che in una via deserta di Torino un grosso cane non cessava di abbaiargli alle calcagna, se ne liberò afferrandolo per la collottola e tenendolo sospeso in aria per alcuni secondi; la bestia non volle altro.

Nel 1883 — aveva quindi sessantotto anni — a pranzo in casa di amici a Parigi, si divertiva a rompere con due dita le noci portate in
tavola.

Un anno dopo, stando a letto con la febbre, il medico lo pregò di
mostrargli quanta forza gli restasse:
— Mi stringa la mano più che può, Don Bosco, non abbia paura! — Dottore, se ne pentirà! — rispose l'ammalato. E prendendo la mano del medico gliela strinse così forte che dagli occhi del dottore
schizzarono due lacrime.

Accuratissimo nella persona, di una pulizia sempre impeccabile, portava abiti dì panno a buon prezzo, ma non sarebbe mai uscito di camera senza darsi una spazzolata. I suoi ragazzi, che ben sapevano quale stima egli avesse della cura della persona, prima di entrare da lui si assestavano capelli e abiti e cercavano di spazzolarseli con il palmo
della mano.

Abilissimo con le mani, gli bastava osservare con attenzione un artigiano al lavoro per saperlo subito imitare: questa destrezza, come vedemmo, lo aveva soccorso nei tanti mestieri della sua giovinezza.

Dell'aspetto fisico di Don Bosco è stato continuamente ripetuto: «In lui tutto appariva ordinario ». « Un buon prevosto piemontese», dicevano coloro che l'avevano avvicinato. Soltanto lo sguardo tradiva il fuoco che gli divorava il cuore: quegli occhi di color bruno chiaro
ferivano e turbavano.

Verso la quarantina, la sua vista era già gravemente compromessa: lo scoppio di un fulmine che nel 1856 lo gettò a terra durante un corso di Esercizi a Sant'Ignazio gli aveva fortemente danneggiato gli occhi. Le veglie cui continuò a sottoporsi (per molti anni Don Bosco passò
sistematicamente alla scrivania una notte alla settimana per scrivere o correggere bozze) finì per rovinarglieli del tutto. Nel 1878 l'occhio
destro era definitivamente perduto e l'altro minacciava di spegnersi. I medici dovettero intervenire per vietargli ogni lavoro di penna e qualunque lettura dopo il tramonto del sole.

Fin dal 1846 gli si gonfiarono le gambe e gli vennero vene varicose; il male andò crescendo con gli anni e dal 1853 sino al termine della vita Don Bosco dovette trascinare questa « croce quotidiana », come egli stesso la chiamava, che gli rendeva il camminare immensamente penoso.

Infinite volte fu assalito da febbri di natura artritica e reumatica, accompagnate il più delle volte da eruzioni cutanee. A Varazze, nel 1871, fu ridotto quasi in fin di vita da un attacco febbrile che gli procurò anche dolorosissimi dolori reumatici alla regione del cuore. Nevralgie, mal di denti « da fargli scoppiare la testa », lo tormentarono quasi ogni giorno. Ebbe spesso emottisi gravi e nel 1884, alla fine di gennaio, le fatiche sopportate in confessionale, nella chiesa gelata, lo misero a letto con una bronchite pericolosa: l'esaurimento delle forze era al colmo e le varici alle gambe prendevano proporzioni spaventose. Si temeva per la sua vita ma ancora una volta, a poco a poco, si rimise. Proprio in quel tempo gli giunse da Roma un conto dà pagare per i lavori della chiesa del Sacro Cuore; la fattura era tanto elevata che, ancora convalescente, fu costretto a mettersi in viaggio per sollecitare l'elemosina dei Francesi. I medici, i suoi Salesiani, l'Arcivescovo stesso di Torino, lo dissuadevano dal fare quella che definivano una pazzia; ma il debito era troppo forte e Don Bosco non sapeva più a chi rivolgersi per ottenere aiuti: sentiva di dover assolutamente andare. Alla partenza faceva compassione, tanto debole e smagrito, ma Dio, pregato da tutti i suoi figli, lo ricondusse vivo alla cameretta di Valdocco.

Già a quel tempo un male terribile, una mielite progressiva, aveva cominciato a curvarlo: gli ultimi tre anni furono un martirio ogni giorno più acuto. Era divenuto l'ombra di se stesso e si era obbligati a sostenerlo quando camminava.

Altre prove durissime furono riservate a Don Bosco dai, responsabili della politica scolastica del tempo, I suoi sacrifici a favore dei figli degli umili e dei diseredati furono mal ricompensati dalle autorità scolastiche che sembravano non conoscere altro che il regolamento, da applicare per giunta con una severità degna di miglior causa. Anche
in queste occasioni, sembrava calzare perfettamente il detto del Santo: « L'Oratorio, nato sotto le bastonate, è andato avanti a forza di bastonate ».

Per aiutare tante famiglie di Valdocco, quartiere abbandonato e privo di scuole elementari, egli aveva aperto nei suoi locali alcune classi frequentate dai giovani dei dintorni. Aveva fatto le cose in buona fede, spinto solo dall'urgenza di soccorrere la miseria anche intellettuale di quella popolazione. Tra gli insegnanti della sua scuola elementare alcuni avevano il diploma statale, altri, seppure ben preparati e con una lunga esperienza di insegnamento, non lo possedevano. Avvisate dai soliti solerti informatori, nell'ottobre del 1879 le autorità vietarono la riapertura dei corsi elementari. Questo provvedimento faceva seguito ad un altro analogo. Per dare agli altri Istituti salesiani di insegnamento secondario — Mirabello, Lanzo, Varazze, Valsalice — professori abilitati, Don Bosco aveva finito col privarne Valdocco. All'Oratorio diverse cattedre non avevano il titolare. Si andava avanti come si poteva, fidando nella tolleranza dell'autorità, in considerazione dei meriti dell'Oratorio che, mantenendo e istruendo quella folla di giovani poveri e abbandonati, svolgeva un'opera sociale di prim'ordine.

I risultati dell'insegnamento, del resto, parlavano chiaro a favore della scuola di Don Bosco: su ottantadue candidati alla licenza ginnasiale che si presentarono nel 1879 nella scuola statale più vicina a Valdocco, trentuno provenivano, dall'Istituto salesiano e di essi ventotto furono promossi al primo appello. Eppure il 23 di giugno di quell'anno stesso, giunse improvviso a Valdocco l'ordine di chiusura del ginnasio. La misura seccamente legalista colpì il Santo nel vivo: la soppressione del ginnasio significava la paralisi di buona parte della sua Opera, con l'inaridimento, per giunta, della « fonte » dei futuri Salesiani. Un primo passo subito compiuto presso le autorità scolastiche locali non dette nessun risultato. Il professor Allievo, professore all'Università di Torino, ammiratore della qualità dell'insegnamento di Valdocco e Don Durando, il primo insegnante all'Oratorio, ritornarono da Roma senza avere ottenuto la dilazione richiesta. Ma Don Bosco non si arrese per questo: presa ancora una volta la penna, scrisse direttamente a Umberto I, da appena un anno salito al trono.

« Maestà», diceva la lettera, «Un Istituto tante volte soccorso dalla Vostra famiglia e anche recentemente aiutato dalla Maestà Vostra, l'Oratorio "San Francesco di Sales", il cui scopo è raccogliere i figli abbandonati del popolo, è in grave pericolo di morte. Un decreto ministeriale ordina la chiusura delle nostre scuole che stanno aperte da trentacinque anni. Sono quindi costretto a mettere sulla strada
trecento giovani che, terminando sotto questo tetto i loro studi, fra poco sarebbero stati in grado di rendere utili servigi al loro paese. Il mio cuore si rifiuta di compiere questo passo. Voglia dunque la Maestà Vostra venire in nostro aiuto e salvare da simile sventura una gioventù studiosa e priva di ogni mezzo! ».

Il Re accolse il ricorso e la validità del Decreto ebbe una sospensione. Tre anni dopo, quando il Consiglio Superiore della Pubblica Istruzione si pronunciò definitivamente sulla questione, Don Bosco aveva già potuto provvedere a regolarizzare la posizione di tutti i suoi insegnanti.

Ma la prova forse più dolorosa della sua vita, Don Bosco dovette affrontarla a causa delle incomprensioni, che durarono un decennio (1872.1882), con l'autorità ecclesiastica. Le dolorose vicende sono ampiamente documentate nei volumi delle Memorie Biografiche di G. B. Lemoyne ai quali preferiamo rimandare. La verità fini per trionfare e per risplendere meglio la santità di Don Bosco.

Nel deporre a proposito di quelle vicende davanti alla commissione incaricata di istruire il prOcesso sulle virtù eroiche del futuro Santo, il Cardinal Cagliero concludeva cosa la sua testimonianza:
« Questa croce che il Signore impose sulle spalle di Don Bosco non gli strappò mai un lamento, un moto di impazienza, una rappresaglia. Eppure, Dio solo sa il tempo prezioso che egli dovette perdere unicamente per difendersi. Egli portò questo fardello con coraggio, con serenità e umiltà, senza perdere un solo minuto la pace interna dell'anima, senza interrompere un istante il suo lavoro di apostolato. Questa allegrezza di spirito e questa inalterabile unione con Dio in mezzo alle peggiori prove sono davvero il contrassegno dei Santi! ».

CAPITOLO XIV


Sino ai confini del mondo
Nel 1875 Don Bosco ha sessant'anni e la sua missione sembra ormai compiuta. Una dopo l'altra, come provocate ciascuna da quella precedente, le sue opere si sono aperte in una splendida fioritura e possono ora accogliere il fanciullo abbandonato o pericolante e accompagnarlo per vie sicure sino all'inserimento nella vita sociale.

Le istituzioni salesiane hanno cominciato a sciamare, varcando prima i confini del Piemonte, poi quelli stessi d'Italia. La Francia, la Spagna, l'Inghilterra, stanno per adottare e inserire nella vita delle loro Chiese queste opere nuove. Una schiera di alunni, che va crescendo ogni anno, si è formata lentamente e promette di assicurare la continuità dell'Opera.

Parallelamente, lo stesso làvoro è compiuto a favore della gioventù femminile. Nate dodici anni dopo i Salesiani, le Figlie di Maria Ausiliatrice raggiungeranno presto per numero e vitalità di istituzioni i confratelli. Sembrerebbe davvero che Don Bosco abbia portato a termine la missione affidatagli e possa ormai contemplare la vigna lavorata dalle sue fatiche e sulla quale maturano frutti abbondanti.

Eppure, il cuore del Santo è inquieto, non ancora pienamente appagato. Il suo sogno migliore, il suo più antieo sogno di apostolo non è realizzato. Al di là dei mari, in ogni continente, moltitudini immense di uomini ancora aspettano l'annuncio del Vangelo. Bisogna correre verso quei popoli e condurli alla fede: allora, allora soltanto, il compito sarà terminato.

Ma chi andrà? Egli stesso? Quanto l'aveva desiderato! Sacerdote novello, avrebbe lasciato tutto e tutti per seguire una compagnia di missionari, se Don Cafasso non l'avesse trattenuto in Italia, a Torino stessa.

Eppure, per tutta la vita portetà in cuore la nostalgia delle missioni e l'ansia di conversione di popoli lontani.

Nel 1848, la sua lettura preferita era costituita dagli Annali della propagazione della fede. Un suo alunno esterno veniva a leggerglieli appena giungevano, la sera a veglia.

« Ah, se avessi molti sacerdoti e molti chierici! » mormorava Don Bosco ascoltando quei racconti « li porterei con me ad evangelizzare le terre che hanno più bisogno di missionari ».

Alcuni anni dopo, nel 1855, uno degli alunni, entrato nella sua camera, restò sorpreso nel vedere al muro un ritratto appena appeso.

— Chi è quel sacerdote, signor Don Bosco ?
— Un grande, un grandissimo missionario francese, Gabriele Perboyre, martirizzato in Cina quindici anni fa.

E come parlando a se stesso: « Come vorrei che i miei figli andassero anch'essi nell'Estremo Oriente! Se il Signore mi concedesse dieci 'preti secondo il mio cuore, partiremmo assieme! ».

E ancora al tramonto della sua vita confidava agli intimi: « Ah, se non fossi ormai cosa vecchio e debole! Prenderei con me Don Rua e partiremmo per le missioni! ».

Se' il suo desiderio di partire non poté mai realizzarsi, egli sapeva che, almeno attraverso i suoi figli, avrebbe potuto lavorare per la propagazione della fede tra i non-cristiani. Per due volte, infatti, il Cielo sembrò manifestargli la sua volontà al proposito.

La prima volta fu nel 1854, al capezzale del piccolo Cagliero ridotto in fin di vita da febbri tifoidee. Avvertito dai medici che il loro compito era terminato e che cominciava il suo, Don Bosco si avvicinò al letto del moribondo chiedendogli affettuosamente:
— Allora, Giovannino mio, che cosa preferisci? Vivere o andare in Paradiso ?
— Andare in Paradiso, signor Don Bosco! — rispose il piccolo ammalato.

— Non è ancora l'ora Giovannino! La Madonna vuole ottenerti la guarigione. Ti salverai, ti farai prete e un giorno, con il breviario sotto il braccio, ne farai del cammino!
Parole oscure di cui un giorno Don Bosco dette la chiave: attorno al letto del ragazzo aveva scorto, in una subitanea visione, una colomba che, passando a sfiorare le labbra del fanciullo, lasciava cadere sul guanciale il rametto d'ulivo che portava nel becco. Nello sfondo una turba di figure strane parevario fissare il malato con sguardo supplichevole mentre due di loro, due giganti, due guerrieri, l'uno dalla carnagione di ebano, l'altro dalla pelle color rame, si chinavano ansiosamente sul moribondo per spiarvi un segno di speranza. Per Don Bosco
il simbolo fu subito chiaro: la colomba significava la pienezza dei doni dello Spirito Santo di cui il Vescovo è colmato alla sua consacrazione, mentre i selvaggi rappresentavano coloro ai quali si sarebbero indirizzate le cure pastorali di Cagliero.

Quella prima visione era stata come completata molti anni dopo, in una notte del 1871, da un sogno che non lasciava dubbio, Don Bosco si era visto trasportare in una regione selvaggia e sconosciuta, una immensa pianura incolta su cui non si scorgeva alcuna collina. Sul fondo dell'orizzonte si profilava una catena di montagne altissime che accrescevano la grandiosità della scena. Uomini seminudi, di statura colossale e di aspetto feroce si aggiravano per quella immensità desolata. Si rassomigliavano tutti: lunga capigliatura arruffata, colorito bronzeo, sulla spalla una pelle di animale e nelle mani una lancia. Alcuni inseguivano e ferivano animali selvatici, altri portavano alla loro capanna, sulla punta della lancia, una bestia squartata e grondante sangue, altri si sfidavano tra loro, mentre altri ancora combattevano con soldati vestiti all'europea. La tragica pianura si copriva ben presto dei cadaveri degli uomini e degli animali uccisi.

«Tutt'a un tratto », raccontò Don Bosco, « apparve all'orizzonte una schiera di uomini che riconobbi subito per missionari. Si avvicinavano a quei selvaggi con volto sorridente per annunciare loro • il Vangelo. Ne fissai alcuni per cercare di riconoscere il loro Ordine e anche la loro identità, ma invano. Del resto i selvaggi non me ne lasciarono il tempo, perché subito massacrarono e fecero a pezzi quei disgraziati.

Qui a jamais, je me suis dit, qui sera jamais capable de convertir ces hordes féroces? J'ai été plongé dans ces réflexions lorsque j'ai vu un deuxième groupe de missionnaires se profiler du même côté de l'horizon. Ils n'étaient pas nombreux mais avaient une apparence gaie et sereine et étaient précédés d'une multitude de jeunes. - Ils vont aussi se faire massacrer! Je pensais que je craignais leur destin. Je les ai aussi regardés au passage et j'ai reconnu beaucoup d'entre eux: ils étaient tous salésiens et je pouvais indiquer leur nom.

J'ai fait des gestes frénétiques pour les arrêter et revenir: ils ont certainement tous couru jusqu'à la mort. Mais non, ici, quand ils s'approchent, les sauvages célèbrent inopinément: ils déposent les armes et se montrent féroces avec eux, accueillant les nouveaux venus avec les signes de la plus vive sympathie.

Voyons comment ça se termine! - J'ai dit étonné pour moi. Cela s'est très bien terminé! Les apôtres rejoignent les sauvages et commencent
à les enseigner: les fils de la plaine les écoutent attentivement, répètent leurs leçons et acceptent les avertissements avec la plus grande attention. Peu de temps après, j'ai vu les missionnaires entamer une prière puis chanter une chanson et tous ces géants ont rejoint la chorale. Et ils l'ont fait avec un tel enthousiasme et ont élevé la voix à un tel point que je ... je me suis réveillé!
Le rêve m'a fait comprendre clairement - a conclu Don Bosco que mes enfants partiraient un jour pour les Missions, mais je me demandais toujours: quels sont ceux qui devraient être les premiers à apporter la lumière de la foi en premier? ».

Le Saint aborda cette question pendant cinq bonnes années, estimant que les régions et les peuples aperçus dans le rêve avaient été identifiés tout d'abord en Éthiopie, puis en Chine, puis en Australie ou en Inde: il interrogeait des géographes, des scientifiques, des missionnaires ... Enfin la visite d'un. Le consul d'Argentine l'a mis sur la bonne voie. En décembre 1874, le diplomate alla au nom de l’archevêque de Buenos Aires pour lui proposer l’évangélisation des immenses régions semi-désertiques qui s’étendaient à l’extrême sud du continent américain: Patagonie, Terre de Feu, Iles de Magellan. Ces terres sans limites étaient habitées par des tribus primitives telles que certains partisans des théories de l'évolution de Darwin ont affirmé, au cours de ces mêmes années, avoir découvert le type intermédiaire entre le singe et l'homme. Dès les premières conversations avec le consul d'Argentine, Don Bosco a acquis la certitude que les populations de Patagonie étaient précisément celles indiquées par le rêve. L'offre de l'évêque de Buenos Aires fut donc immédiatement acceptée et toute l'année 1875 fut utilisée pour choisir, instruire et équiper une poignée de missionnaires chargés de préparer le terrain aux futurs messagers de l'Évangile.

Il y avait dix hommes courageux: quatre prêtres et six laïcs. Le chef de l'expédition était Don Cagliero, le garçon de la vision, qui mourut en 1926, à l'âge de quatre-vingt-huit ans.

Avant de laisser ses fils partir, Don Bosco a voulu leur donner les dernières instructions:
"Quel immense champ que Patagonia! "Il a dit, profondément ému" beaucoup de fois en Italie. Et quelle magnifique récolte pour une armée d'apôtres! Et tu n'as que dix ans. Peu importe, laissez la même chose. Cependant, avant de partir, écoutez les recommandations de votre père: ne vous préoccupez que des âmes et refusez les honneurs, la dignité et les richesses. Voulez-vous mériter la bénédiction de Dieu et la gentillesse des hommes? Alors avoir une tendresse particulière pour les malades, les enfants, les vieux,
le malheureux. Faites les apôtres de la dévotion à l'Eucharistie et à Marie Auxiliatrice! ». Après avoir médité un moment, le Saint ajouta dans un murmure: "Fais tout ce que tu peux et laisse le reste au Seigneur. Ayez une confiance illimitée en Jésus vivant dans l'Eucharistie et dans l'aide aux chrétiens et vous verrez ce que sont les miracles! ».

Le plus grand des miracles assurés par le Saint fut certainement le développement prodigieux des Missions salésiennes, un développement qui, dans peu de temps, allait placer la Congrégation parmi les plus grandes sociétés missionnaires de l’Église. La première équipe de travailleurs de l'Évangile fut bientôt suivie par de nombreuses autres personnes qui, année après année, réalisaient de nouveaux progrès.

Vingt ans après leur arrivée, le désert était déjà florissante: toutes
les im
table région de la Patagonie et la pampa Argentine avait été parcourue dans tous les coins et partiellement gagné dans l'Evangile. Aujourd'hui, ces régions ne sont plus un territoire de mission, mais des églises locales animées dans le corps de l'Église universelle. La création de diocèses réguliers dans ces territoires a été la meilleure reconnaissance de la qualité du travail effectué par les salésiens.

Après avoir ainsi valablement déblayé le sol argentin, les hommes de Don Bosco se sont dirigés vers le nord de la République de l'Équateur, où les tribus des Kivaros vivaient complètement sauvages.

En 1895, Rome réunit tous ces territoires sous la juridiction d'un évêque salésien. C'est ainsi que se déroulèrent le Vicariat apostolique de Mendez et Qualaquiza.

Un an plus tôt, les salésiens étaient pénétrés au cœur du Mato Grosso, au Brésil, car on leur avait dit que ces tribus, dispersées sur une immense surface, attendaient toujours l'annonce de l'Évangile. Après vingt ans de dur labeur, ce sol a été défriché, labouré et semé en partie par la parole de l’Évangile. en 1914, elle fut construite comme prélature, la prélature de Registro de Araguaya, dirigée par un évêque salésien. Après cela, d’autres régions du Brésil, le Rio Negro, la région de Porto Velho, puis le Gran Chaco au Paraguay, le Haut-Orénoque au Venezuela, ont vu le fruit de l’évangélisation salésienne invariablement, parfois au bout de quelques années. , a su transformer les habitants de régions totalement païennes en communautés chrétiennes.

Comme on peut le constater, les circonstances ont en quelque sorte "spécialisé" les fils de Don Bosco dans l’évangélisation des Indiens de l’Amérique du Sud, où, dans les régions non encore atteintes par les
Européens, ils répandaient des terres semi-désertiques et des forêts vierges authentiques. zones de mission comme les africains.

Là où l'homme blanc était déjà arrivé, les missionnaires trouvaient souvent une situation encore pire. Les indigènes avaient appris de la prétendue "civilisation occidentale" la leçon de rapacité, la soif d'or, l'immoralité, le goût de l'alcool, la passion du jeu et des armes à feu.

En 1911, un groupe de salésiens belges s’installa dans la province congolaise du Katanga, marquant le début de l’activité missionnaire en dehors du continent sud-américain. Cette nouvelle expansion conduira les salésiens, après le Congo, vers le sud de la Chine, l'Assam, le Japon, la péninsule de Malacca et d'autres lieux encore en dehors des continents européens.

Plusieurs décennies ont passé de l'étreinte de Don Bosco à ses premiers missionnaires: il y en avait dix puis ceux qui sont partis, il y a maintenant des milliers de salésiens des trois familles qui travaillent avec des non-chrétiens, dans dix-sept missions au Brésil, en Colombie, en Équateur , au Mexique, au Venezuela, au Paraguay, en Inde, en Thaïlande, au Congo ...

Depuis 1877, les Soeurs de Marie Auxiliatrice étaient arrivées en Patagonie, des missionnaires qui étaient parties deux ans plus tôt. Depuis lors, leur travail n'a cessé de soutenir l'action des confrères pour créer, à travers la conversion de la famille autochtone, la famille chrétienne et pour ouvrir prudemment, avec l'influence de la charité, le chemin du baptême.

douloureux, pensent certains lecteurs, il est douloureux que l'apôtre qui a lancé ses enfants sur les routes du monde ait simplement aperçu les résultats de ce travail gigantesque. En effet, Don Bosco est décédé quatre ans après l'érection du premier vicariat et de la première préfecture apostolique. S'il avait connu, s'il avait vu, encore en vie, l'extraordinaire développement de l'activité missionnaire salésienne!
Pourtant, Don Bosco avait déjà mystérieusement aperçu cette merveilleuse histoire. Un rêve, dans la nuit du 3 août 1883, l'avait fait voyager dans toutes les directions d'Amérique du Sud et lui avait expliqué devant ses yeux, du haut de la Cordillère, la multitude des peuples de ces pays.

Au cours de cette fantastique nuit, il avait "pour guide" son cher Luigi Colle (fils du comte Colle di Tolone, grand bienfaiteur de l'Oratoire), décédé à dix-sept ans dans un concept de sainteté.

"Ici", avait dit le garçon en montrant du doigt les tribus dispersées dans les plaines, au bord des rivières, parmi les forêts impénétrables, "voici des milliers d'hommes qui ont toujours attendu la parole du Christ. Allez vers eux: ce sont les gens que vos enfants évangéliseront ».

Le 9 avril 1886, un autre rêve montre au Saint les nouvelles frontières de l’apostolat salésien. La mystérieuse Dame qui, à neuf ans, lui avait apparu pour lui révéler sa mission, lui a montré quelques étapes de la marche apostolique de ses missionnaires. Cette nuit-là, Don Bosco se vit transporté aux pieds de la Cordillère, puis en pleine brousse africaine et enfin dans la capitale de la Chine elle-même. En raison de la solidité de la foi de l'apôtre, il avait du mal à croire ces merveilles. Quelles multitudes évangéliser, quels obstacles à surmonter, quelles extensions à parcourir! Et avec si peu d'hommes et de moyens si rares! Non, c'était vraiment juste un rêve! Mais alors la grande dame vint au secours de l'apôtre incrédule: "N'ayez pas peur" murmura-t-il "n'ayez pas peur! Pas seulement vos enfants,

L'intuition claire, bien que mystérieuse des dimensions de l'activité missionnaire de ses enfants, n'était pas la seule récompense divine pour le saint vieillard. En fait, presque à la fin de ses jours, Dieu lui accorda une heure de joie indicible.

Pendant plus de quinze jours, il était cloué au fauteuil en raison du mal implacable qui devait le conduire au tombeau quelques semaines plus tard, lorsqu'il fut annoncé (c'était un soir de décembre 1887) qu'il était annoncé à l'arrivée de Mgr Cagliero. L'évêque missionnaire est arrivé à Valdocco du fond de la Patagonie après quatre ans d'absence et n'est pas venu seul.

Le père et le fils étaient toujours blottis dans une étreinte bouleversée, lorsque la porte s'ouvrit et que le visage couleur bronze d'une petite fille indienne apparut sur le seuil. Les spectateurs ont fait leur chemin et le petit a couru vers le vieil homme paralysé. Don Bosco n'avait pas pu se rendre en Patagonie et c'est ici que la Patagonie lui est venue en la personne d'une orpheline recueillie lors de la première expédition en Terre de feu.

"Don Bosco, ma chérie", dit Cagliero, "voici les prémices que ses enfants lui présentent comme un ultime bus, que tu garderas du bout du monde! ». Le cœur de Don Bosco, à cette vue, était déjà envahi par une émotion extraordinaire; mais quand l'enfant, avec un accent
exotique, avait murmuré en italien les mots qu'elle répétait depuis plusieurs jours en elle-même: "Père, je te remercie d'avoir envoyé tes missionnaires pour mon salut et celui de mes frères", le Saint ne pouvait plus plus à retenir. Des larmes coulèrent de ses yeux et les mots qui voulaient exprimer ses sentiments n'atteignirent pas ses lèvres.

Les privilégiés présents sur les lieux ont avoué qu'ils ne pouvaient plus oublier la grandeur simple et sublime de la rencontre entre l'apôtre au seuil de l'éternité et cet enfant de l'Inde, prémices des jeunes églises fondées sur le sacrifice et le travail des fils de Don. Bosco,

CHAPITRE XV


Une fête de Saint
Quatre heures et demie sonnent aux clochers de la basilique Marie Auxiliatrice. " L'Angélus sonne à l'aube grise, tandis que le sommeil enveloppe encore les grands bâtiments. Une seule fenêtre s’allume là-haut, au deuxième étage de l’aile droite, au bout de la galerie qui fait le tour de la maison: Don Bosco est déjà debout. "Je ne dormirai que cinq heures par nuit", écrit-il dans ses projets de vie à la veille de l'ordination sacerdotale. Il a tenu sa promesse. La brièveté du sommeil, combinée au calme dans le travail, lui a permis d'accomplir autant de travaux gigantesques en si peu d'années.

Il est cinq heures. Maintenant, Don Bosco prie. De la prière officielle du prêtre catholique, la lecture du bréviaire, le pape lui accorde une dispense depuis quelques années. Ses yeux souffrent trop de la lecture: des deux, l'un est perdu, l'autre est sérieusement menacé. Pie IX, retirant le bréviaire, lui dit: "Rejoignez l'Eglise qui prie d'une autre manière". Et c'est ce qu'il fait maintenant, agenouillé, les mains jointes, les yeux fermés, immobiles et entièrement perdus en Dieu. Une prière brûlante, complète et riche: le Saint adore et remercie, accepte et offre, demande et écoute. Bientôt, de mille manières, il devra verser la lumière et la force de Dieu dans les âmes: à ce début de la journée, il demande au Ciel d'être rempli de cette lumière et de cette force.

La prière mène à l'action: pour Don Bosco, c'est donc comme un éperon. Ici, il est maintenant dans l’étude de nettoyer avec sa grosse écriture une minute finie la veille. C'est une note
1. La description de cette journée de Don Bosco est évidemment reconstituée avec un cirque. des salles, des actions, des conversations qui appartiennent à différents moments de la vie du saint. Cependant, chaque détail est strictement historique. L'auteur s'est limité à l'assemblage de ces détails pour tenter de proposer au lecteur l'image de l'activité qui a animé les dix dernières années de la vie de l'apôtre.

qu'il prépare, auquel il a donné le titre: Besoins urgents auxquels seul le Vicaire du Christ peut remédier.

Nous lisons dans son dos:
Les vocations ecclésiastiques diminuent de manière effrayante et ceux qui se rencontrent courent un grand risque de naufrage dans le service militaire auquel tout le monde est obligé de se soumettre.

L’opéra connu sous le nom de Maria SS est un moyen extrêmement efficace d’avoir et de préserver les vocations à la prêtrise. Aide aux chrétiens, félicité et enrichi de nombreuses indulgences par la sainteté du pape Pie IX. Son but est de rassembler de jeunes adultes qui ont de la bonne volonté et qui possèdent les qualités nécessaires à cette fin.

Il convient de noter que plus de cent jeunes hommes qui commencent leurs études, avec l’esprit de devenir prêtres, atteignent à peine six ou sept ans pour atteindre le sacerdoce; au contraire, parmi les adultes, il a été constaté que plus de cent personnes sur quatre environ atteignent le presbytère ... ».

Les pages sont ajoutées aux pages. Dans quelques jours, Léon XIII entendra la lecture et les indications de l'humble prêtre seront précieuses pour ses décisions.

Sept heures et demie. Les jeunes, après avoir terminé leur première étude le matin, se rendent à l'église pour la messe. Don Bosco les a précédés et a attendu les petits pénitents de la sacristie. Une agenouilleuse à droite, une autre à gauche, Don Bosco assis au milieu, le pénitent avec le front sur l'épaule du confesseur qui attire la tête de l'enfant vers lui. Ce matin, il y aura peut-être une cinquantaine de garçons dans l'église, tous absorbés par leur examen de conscience: l'un après l'autre, ils se confesseront
et, en peu de temps, ils auront fini. Nous parlons franchement à ce bon père dont les quelques phrases suffisent à lire au fond des cœurs.

En confession, le Saint a laissé aux pénitents la liberté la plus complète, les écoutant avec une patience infinie. Peu de questions, juste le nécessaire, aucune si la confession était explicite. Et par exhortation, trois ou quatre phrases seulement mais appropriées et de nature à rester gravées dans l’esprit du garçon qui, même en si peu de temps, était certain d’avoir été profondément compris et aimé.

Don Bosco a expliqué son style de confesseur accompli:
«Qu'est-ce qui attend un pénitent en confession? Une recette Si vous voulez un sermon, allez vous asseoir sous la chaire. Dans le confessionnal, des recettes courtes, claires et efficaces sont données. Sinon on oublie tout: et c'est un grand malheur car une recette est faite pour être appliquée au mal, et tout de suite ".

Et pourtant, cette brièveté déroutait beaucoup de gens, habitués à des exhortations sans fin. En 1867, lors d'un séjour à Rome, il dut confesser de nombreuses dames de la soi-disant "bonne société" provoquant l'étonnement, voire le scandale, parmi celles qui se dévouaient. L'un d'entre eux s'est plaint un jour à Don Francesia qui accompagnait le Saint:
- Nous sommes habitués à d'autres systèmes! Nos confesseurs non seulement nous écoutent depuis longtemps, mais nous offrent également de nombreuses considérations pieuses. Don Bosco nous a liquidés en quelques minutes!
- Mais que dit-il à quoi ça ressemble? Demanda Don Francesia.

- Oh, splendide, splendide! ... Mais avec nos confesseurs, c'est autre chose ...

Ce matin, alors que la messe se poursuit, Don Bosco élimine les rangs en invitant à cela et en expliquant pourquoi ils vont communiquer; il sait qu'ils peuvent se passer de l'absolution. «
Confessions Finite, après un certain temps souvenir de Don Bosco portant les vêtements pour célébrer sa messe. Il le dit avec dévotion mais sans lenteur, prenant environ une demi-heure. À l'autel, il est absorbé, perdu, fait naufrage en Dieu: le monde entier disparaît pour lui. Les sites de génuflexion profonds, l'accent avec lequel il prononce la prière, l'attention constante de toute la personne, parfois même les larmes qui coulent de ses yeux, révèlent à ceux qui assistent l'ardeur de sa piété et de sa foi.

Quand il sort de la sacristie, il est presque neuf heures. La récréation est la plus vivante: dès que les garçons le voient de loin, ils se précipitent vers lui et se font concurrence pour rester le plus près possible de lui. Les premiers arrivés embrassent sa main et restent serrés autour de lui, suspendus dans ses bras, exactement comme le représente la statue placée maintenant devant la basilique de Turin. Les derniers arrivés essaient de pénétrer au milieu de la houle enflée pour être vus, pour prendre un mot des lèvres du père, un sourire, pour avoir la douceur de sa main sur son front, sur ses épaules. Les derniers arrivants se pressent autour de cette masse qui vacille et cesse soudain de crier et de chanter. Maintenant, en fait, en marchant lentement dans la cour, Don Bosco parle. À un garçon, il dit un mot affectueux,

- Allez, va jouer! - il commande un garçon qui lui a longtemps échappé et qui a trouvé le courage de l'approcher ce matin.

Et ainsi dire, il parle aux autres sans laisser les doigts de l'enfant.

- Mais comment es-tu toujours là? - il dit au prisonnier. - Alors tu ne veux pas aller jouer?
La question est répétée deux ou trois fois. Don Bosco le quitte finalement. Mais le .fanciullo a maintenant compris.

- Es-tu malade? - il demande à un jeune homme du lycée.

- Non, signor Don Bosco.

- Pourtant, il me semble. Tu es si vert ...

- Mais si je me sens bien.

- Et je te dis que tu es vert!
- Je comprends pas.

- Réfléchis et tu comprendras!
Le jeune homme ne tardera pas à comprendre qu'il ressemble un peu trop au figuier dont parle l'Évangile, celui qui a beaucoup de feuilles et qui ne porte pas de fruits.

Mais ici tout s'arrête: à quelques pas du réfectoire, Don Bosco doit se faire bien rire pour se libérer de cette foule d'enfants enthousiastes.

- Attention! - crie. - Commencez l'examen! Quel est le meilleur vin du Piémont?
- La Barbera, la Barbera! - Tous les Astigans crient en choeur.

- Non, non, c'est Barolo! - Ceux d'Alba crient.

- Et au lieu, c'est le Muscat de Canelli! - Crie une de ces parties.

- À moins que ce soit le caluso, - dit Don Bosco - vous savez: ce vin sucré, de couleur dorée, qui glisse comme un sirop ...

- Oui, oui, c'est le caluso! - Tous les garçons crient maintenant.

- Vous avez tout faux.

- Alors, quel est le meilleur vin?
- Mais, petits imbéciles! Le meilleur vin est ce qui est dans notre verre. De quoi se soucient les autres, si nous ne pouvons pas les avoir?
Et sur la farce naïve qui réjouit tout le monde, le père renvoie les enfants au jeu et pousse la porte du réfectoire.

Neuf heures: Don Bosco a à peine eu le temps de boire une tasse de café au lait qui commence déjà l'épuisante tâche des visites. L'antichambre est déjà pleine de gens de tous les pays et de toutes les conditions. La renommée de la sainteté a appelé toutes les misères du corps et de l'âme autour de l'homme de Dieu. Chaque matin, dix, vingt et trente personnes
se lèvent et disent: "Je vais le voir, je lui parle, je lui demande de l'aide."

Pendant trois heures, Don Bosco, cloué au fauteuil de la chambre à coucher, écoute ses visiteurs. Voici une vocation qui doit être éclairée; une mère avec le tourment d'un fils en grève à consoler; les créanciers à calmer; un étranger qui demande une lettre de recommandation; une misère cachée à secourir secrètement; discorde enchevêtrée de familles dont l'histoire doit être entendue; une âme au bord de l'abîme, qui doit être soustraite à la tentation du désespoir; vrais et faux nécessiteux qui demandent de l'aide; les prêtres qui demandent un sermon, un triduum, une neuvaine et exigent que ce soit celui qui les prêche; un père qui demande des conseils sur l'avenir de son fils; et aussi une infirmité incurable, un mal impitoyable, qui espère pouvoir guérir de la bénédiction de Marie Auxiliatrice.

Parfois, il lui arrive de lui faire perdre un temps précieux, même un homme d'airain qui tente de tirer parti des dons mystérieux dont la légende populaire s'est emparée. Comme ce matin-là, quand deux joueurs du lot se sont présentés à lui, ne demandant rien d’autre que les "bons" chiffres.

- Jouez à 5.10-14 et vous gagnerez à coup sûr! - le saint a répondu immédiatement.

- Oh, merci, merci, monsieur Abate!
Alors qu'ils allaient déjà se précipiter au box-office:
- Attention, - Don Bosco les a arrêtés - ce que tu gagneras sera la vie éternelle! Parce que quiconque se concentre sur les cinq préceptes de l'Église, sur les dix commandements et sur les quatorze œuvres de miséricorde, prépare un beau trésor au ciel. Garanti par la Bible!
Son sens de l'humour ne l'a pas quitté même lors de ces audiences épuisantes.

- Pauvres gens! - a répondu à ceux qui voulaient réduire ces heures de discussion. - Ils viennent de si loin! Ils sont malheureux! Ils racontent leur douleur avec tant de confiance! Ils sont tellement patients dans l'antichambre pendant des heures et des heures! Nous devons les satisfaire! Je ne peux même pas en renvoyer un ...

- Mais ne pourriez-vous pas trouver le moyen de réduire au moins le nombre de visiteurs?
- Oui, j'en connais un.

- Et lequel?
- Dire des bêtises! La voix courrait alors que les raves de Don Bosco et l'antichambre se videraient comme par magie. Mais cela
ne serait ni très beau ni très pratique, car la congrégation salésienne a besoin de tout le monde.

Et il continuait ainsi chaque matin à assumer la fatigue de l'immobilité, de l'attention constante et de la conversation: il émergeait avec une tête qui semblait éclater, presque toujours tourmentée par la migraine.

"Cette seule pénitence", écrit le père Oreglia de Santo Stefano, jésuite, "aurait suffi pour attester de l'héroïsme des vertus de Don Bosco".

À midi, quand l'Angélus joue, il y en a encore dans l'antichambre; le Saint les accepte aussi, les écoute, les avoue, les conseille. Il n'a rien mangé depuis la veille au soir, sa tête est devenue lourde, ses jambes sont engourdies mais son sourire n'a pas disparu de ses lèvres. Entre midi et demi et une heure, il peut enfin descendre au réfectoire.

Son premier morceau, au déjeuner, coïncide souvent avec le fruit de ses salésiens qui doivent immédiatement le quitter pour veiller sur les jeunes en récréation. Leur groupe est immédiatement pris par un groupe d'étudiants qui ont espionné le moment opportun pour entrer. Le meilleur atout pour la mauvaise nourriture de Don Bosco est la présence de ces garçons qui l’interrogent, qui répondent à ses questions, qui l’écoutent, qui rient ou qui l’observent: c’est aussi une occasion précieuse pour une réflexion ou une anecdote de leur part. penser.

Le son des deux à la cloche tronque la conversation et les garçons • se rendent rapidement à l'étude ou au laboratoire. Maintenant, pour Don Bosco, l’un des moments sacrés de la journée commence. De deux à trois, il n'est pour personne: c'est de deux à trois, en effet, que Don Bosco prie dans la chapelle. Tout le monde à la maison le sait et respecte le souvenir d’un homme qui a tant de choses à faire, tant d’ennemis, d’amis, de bienfaiteurs à recommander à la miséricorde de Dieu, autant de lumière à demander, tant de force à implorer, tant d’actions de grâce à susciter. ciel.

A trois heures le saint quitte la chapelle. Vous ne pouvez pas perdre de temps, il y a toute la correspondance à traiter. Dans sa chambre, il ne trouvera pas les heures calmes nécessaires pour écrire: à chaque instant, sachant qu'il est chez lui, collaborateurs, créanciers, fournisseurs, bienfaiteurs, étudiants l'interrompraient. Don Bosco prend alors son volumineux paquet de lettres, glisse du papier et une enveloppe dans ses poches et part. Il se rend dans une maison conviviale, où il est maintenant impossible de le trouver
. Parfois, il retourne aussi, cherchant refuge, chez son cher Convitto Ecclesiastico.

On sait, on sait pourquoi cela vient. Le bureau est prêt, il y a de l'encre, il y a des stylos et des timbres: jusqu'à la nuit, Don Bosco écrira.

A Don Giovanni Bonetti, insegnante nel Collegio di Mirabello, che ha trovato in poca salute e afflitto per qualche malinteso, il Santo si affretta a scrivere:
Caro mio Bonetti,
appena avrai ricevuto questa lettera va tosto da Don Rua e digli schiettamente che ti faccia stare allegro. Tu poi non parlare di breviario sino a Pasqua: cioè ti proibisco di recitarlo. Dì la tua Messa adagio per non stancarti. Ogni digiuno, ogni mortificazione nel cibo è proibita. Insomma il Signore ti prepara il lavoro, ma non vuole che tu lo .cominci se non quando sarai in perfetto stato di sanità e specialmente non darai più un getto di tosse. Fa' questo e farai quello che piace al Signore. Tu puoi compensare ogni cosa con giaculatorie, con offerte al Signore dei tuoi incomodi, col tuo buon esempio.

Dimenticavo una cosa. Porta un materasso nel tuo letto e aggiustalo come si farebbe ad un poltrone matricolato; sta' bene riparato nella persona in letto e fuori letto. Amen. Dio ti benedica.

Ora a 'uno dei suoi migliori missionari, Don Costamagna, partito pochi giorni prima a capo di una spedizione, rivolge raccomandazioni e consigli:
Mio caro figlio in Cristo Gesù, la vostra partenza mi ha straziato il cuore. Ho cercato di mostrarmi forte ma ho provato dentro un dolore grandissimo. Non ho potuto dormire mai, per tutta la notte dopo la nostra separazione. Oggi sono più calmo: Dio ne sia benedetto 1 E Dio ti benedica, mio figliolo carissimo e con te benedica tutti i tuoi compagni e Maria Ausiliatrice vi protegga e vi conservi tutti.

Ecco adesso alcuni consigli che potrebbero servire di guida a tutti i Salesiani d'America e alimentare la loro meditazione durante il ritiro che comincerete tra poco. Vorrei potervi tenere una conferenza sullo spirito che deve animare tutti i nostri atti e tutte le nostre parole. Il sistema preventivo resti in onore nei nostri Istituti ! Mai castighi severi, mai discorsi umilianti, mai rimproveri in pubblico ! Dolcezza, carità e pazienza: ecco le nostre virtù. Niente parole che feriscono e tanto meno schiaffi, anche se leggeri I
Utilisez des punitions négatives et toujours de manière à ce que ceux qui les reçoivent restent plus affectueux que jamais. Le salésien cherche toujours à être gentil avec tout le monde: pas de rancune, pas de revanche; mais une âme prête à pardonner et à oublier le passé. La douceur de la parole, de l'action, du conseil atteint toujours les cœurs ...

Voici la piste sur laquelle vous et les autres prédicateurs pouvez broder vos méditations lors de ces retraites de fin d’année.

Au revoir mon cher fils! Ici toute une multitude prie avec moi pour vous tous.

Au directeur d'une maison salésienne en Italie, il envoie des pensées qui servent de dons spirituels:
À vous: assurez-vous que toutes les personnes à qui vous parlez deviennent vos amis.

Au préfet: Des trésors de Tesaurizzi pour le temps et pour l'éternité. "
Aux maîtres, assistants: In patientia vestra possidebitis animas vestras."
Aux jeunes: communion fréquente.

A tous: Précision dans ses devoirs.

Que Dieu vous bénisse tous et vous accorde le précieux don de la persévérance
dans le bien.

Amen! Priez pour vous en Jésus-Christ ...

Un curé de Forlì, fatigué et découragé, envoie quelques lignes équivalentes à un traité: «
Très cher dans le Seigneur,
j'ai reçu sa bonne lettre et les dix-huit francs qu'elle contient. Merci: mon Dieu, vous reviendrez. C'est la manne qui tombe en relief de notre détresse. Elle est calme alors. Ne parlez pas de vous exempter de la paroisse. Y a-t-il du travail à faire? Je vais mourir dans le champ du Seigneur, sicut des miles de bonus Christi.2 Suis-je bon pour peu? Omnia possum in eo qui me confortat.3 Y a-t-il des épines? Enveloppés de fleurs, les anges tissent une couronne pour elle au ciel. Les temps sont-ils difficiles? Ils ont toujours été comme ça, mais Dieu n'a jamais manqué son aide. Christus Neri et hodie.4 Avez-vous besoin de conseils? Le voici: prenez particulièrement soin des enfants, des personnes âgées et des malades, et devenez le maître du cœur de chacun.

De plus, quand il viendra me rendre visite, nous en parlerons plus longtemps.

1. "Avec votre patience, vous vous ferez les maîtres de vos âmes" (Le., 21, 19).

2. "en tant que bon soldat du Christ" (2 Tim., 2, 3),
3. "Je peux faire toutes choses en celui qui me fortifie" (Phil., 4, 13).

4. "Christ hier et aujourd'hui" (Hébreux 13, 8).

Au curé de la paroisse de Barbania, une municipalité de la province de Turin, voici comment il est abordé:
Très cher dans le Seigneur, on
me l'a dit et je savais déjà que dans cette paroisse, il y a un malade, un honnête homme non opposé à la religion, mais flatté par l'espoir de Avoir du temps n'est pas préparé comme il devrait apparaître devant le Seigneur.

Je l'ai recommandé aux prières faites dans l'église de Marie Auxiliatrice et nous continuerons. Ensuite, pour s'acquitter de sa tâche, elle se rend chez le patient et lui dit, si nous sommes encore à l'heure, que le temps qu'il lui reste pour vivre est très court. Dieu veut que cela soit sauvé, mais je dois le faire bientôt. Il se pourrait également que Dieu, animé par le repentir et les prières des malades, lui rende la santé. C’est dans les décrets de Dieu, je ne le sais pas et je n’ai jamais vu de malades; mais elle peut facilement discerner qui est parmi ses paroissiens. Que Dieu nous bénisse tous et prie pour moi.

À un de ses clercs, il répète certains de ses conseils préférés: Mon cher enfant,
ta dernière lettre a donné la note. Faites ce que vous avez écrit et vous verrez que nous serons heureux tous les deux. mais comme je vous l'ai déjà dit, j'ai besoin de votre confiance illimitée, ce que vous m'accorderez certainement, si vous pensez aux préoccupations utilisées et que j'utiliserai de plus en plus à l'avenir dans tout ce qui peut contribuer au bien de votre âme et à la votre bien-être temporel.

En attendant, rappelez-vous ces trois avis: fuite de l'oisiveté, fuite des compagnons dissipés et fréquence des compagnons donnée à la pitié; c'est tout pour toi. Priez pour moi pour que je vous aime toujours beaucoup.

Mais voici un de ses plus fidèles bienfaiteurs qui lui a envoyé une mère avec son fils. Le Saint n'accepta pas le garçon et expliqua pourquoi:
Cher M. Baron,
cela m'a fait très mal que le jeune Rosso ait dû rentrer chez lui comme il était venu.

Il était impossible pour moi de l'admettre. Je n'ai même plus de place. De plus, la mère qui l'accompagnait était si bien habillée que je me suis demandé si je ne devrais pas baisser la main ... Je ne peux pas accepter au
milieu de mes pauvres enfants, la plupart d'entre eux complètement abandonnés, des garçons dont les parents s'habillent tellement de luxe.

J'espère que vous me comprendrez si je n'ai pas pu satisfaire votre désir et vouloir faire la charité d'une petite prière à votre plus dévoué dans le Seigneur.

Les enveloppes déjà fermées s'accumulent dans un coin du bureau. Don Bosco écrit et écrit: de son propre aveu, on sait qu'il a envoyé plusieurs dizaines de lettres par jour.

La nuit tombe, les lampes s'allument et, pour obéir à l'ordre des médecins, Don Bosco doit s'arrêter.

De retour à Valdocco, il s'arrête au sanctuaire de la Consolata. Combien de souvenirs, pour lui, dans l'ancien sanctuaire! Ses premières messes, la mère qui s'y rendait tous les jours pour prier, Don Cafasso, le pèlerinage de ses jeunes gens à l'époque de la maladie qui semblait mortelle ...

Quelques pas de plus et le Saint est à la maison, où tous les enfants l'attendent avec impatience. Il n'a pas encore eu le temps de fermer la porte
et d'allumer la lampe qui frappe déjà. Il reste encore une heure avant le dîner et il l'utilise pour éclairer, fortifier, encourager les collaborateurs
et les continuateurs de son travail, les remplir de son esprit, allumer la flamme qui brûle dans son cœur.

Huit heures: dîner. Ce soir, Don Bosco n'est pas en retard mais il bénit la table et préside. Quelques versets de l’Évangile, une brève lecture et la conversation animée entre le père et les enfants les plus proches, tous pleins de vivacité, de joie, de confiance; de simplicité.

Fra una mezz'ora, usciti i « grandi », entreranno i piccoli a prenderne il posto. Neppure un istante della giornata del Santo è stato libero e anche qui, a cena, egli è sempre l'uomo di tutti.

Ore nove: la campana suona la fine della ricreazione serale. D'un tratto le conversazioni cessano e i ragazzi si raccolgono sotto il portico. Un canto di settecento voci riempie tutta la casa e giunge ben al di là delle mura dell'Oratorio; poi, tutti assieme, recitano le preghiere. Don Bosco sta nel mezzo, inginocchiato per terra e canta con la sua bella voce tenorile che domina ogni altra. Terminata la preghiera, sale su uno sgabello e volge attorno uno sguardo di tenerezza sui giovani che lo fissano e parla, come un vero padre, familiarmente, affettuosamente. È la celebre buona notte, la sua potente « novità » pedagogica. I ragazzi lo seguono in assoluto silenzio, pendono dalle sue
Des lèvres et un remerciement formidable, cria à tue-tête, répondant à son souhait de passer une nuit paisible. Quand le Saint descend de la tribune improvisée, aidés de deux bras étendus, ils se serrent tous autour de lui pour l'embrasser une fois de plus. Certains restent plus longtemps, parce qu’ils ont une question à poser ou une phrase à laquelle se fier, ou encore parce qu’un signe de la tête s’est arrêté. Le temps des dialogues est très court, mais quelle profondeur et quelle efficacité!
- Comment allez-vous?
- très bien!
- Mais pour l'âme?
- bien! Pour cela ...

- Si je suis mort ce soir, tu serais prêt
- Pas trop ...

- Alors quand viendras-tu à avouer?
- Demain matin.

- Pourquoi pas ce soir?
- Non, je ne ferais pas les choses bien ce soir.

- Alors demain, hein?
- Oui, monsieur Don Bosco, je vous le promets. Et à un autre:
- Je vous ai fait rester, parce que je voudrais conclure un accord avec vous, je voudrais signer un contrat.

- un contrat?
- Oui, un contrat. Dis-moi: voudrais-tu toujours rester avec Don Bosco? Les yeux du garçon s'illuminent soudainement d'une nouvelle lumière.

- J'adorerais! J'y avais déjà pensé, mais je ne savais pas comment le lui dire.

- Ensuite, va chez Don Rua et dis-lui que je veux signer un contrat avec toi. Il comprendra. La Société Salésienne aura un novice de plus demain.

- Don Bosco, - un élève de quatrième année du secondaire lui a récemment confié - je voudrais demander la permission de partir demain matin: j'aimerais aller aux confessions de la Consolata.

- très bien! Mais promets-moi une chose.

- Quel est?
- Dire au confesseur ceci et cela. - Et voici que le Saint nomme des défauts très spécifiques,
- Mais alors, Don Bosco, il n'est pas nécessaire que je me confesse dehors!
- Je t'attendrai demain si tu veux.

Et le petit s'endort, heureux, le cœur éclairé.

"Regardez, monsieur Don Bosco", lui dit un garçon d'un air désolé, lui montrant une lettre. - Lire! L'économe a écrit à ma sœur parce que je ne peux pas payer les dix livres par mois.

Don Bosco lit et lorsqu'il monte les escaliers, il expose les conditions de la famille. ils sont douloureux.

Une fois dans la chambre:
- À ', prends une fiche! - dit le bon père en ouvrant une vieille tabatière sur la table sous le nez du garçon. Le garçon renifle, éternue et rit.

- Ne t'en fais pas, mon fils. L'économe n'est pas encore allé se coucher: allez immédiatement le voir. Vous lui direz que je pense à toutes vos dettes passées, présentes et futures.

- Et si le trésorier ne m'écoute pas?
- Ensuite, écoute attentivement ce que tu vas faire: tu vas quitter le concierge et retourner immédiatement à l'église! Et maintenant, va directement à l'économe et dors paisiblement.

Le garçon descend les quatre marches de l'escalier: traversant la cour, Don Bosco l'entend siffler gaiement.

Ce n'est pas fini: certains supérieurs de la maison profitent du moment libre pour dire un mot. À onze heures, le saint a encore onze ans, pour écouter, pour interroger, pour conseiller. Finalement le dernier s'éloigne et la journée semble s'être terminée.

Une fois, alors que tout le monde était endormi, il s'assit au bureau pour remplir les pages du manuscrit qui devait devenir le prochain
numéro des Lectures catholiques. Ce sont de bons moments! Maintenant, il vieillit, sa force faiblit, sa vue ne tient plus et la nuit venue, il ne peut plus travailler.

- Patience! - s'exclame Don Bosco dans un murmure. - Patience! Cela aussi est la volonté de Dieu.

Il quitte la pièce, traverse l'antichambre, pousse la porte du balcon et lève les yeux vers le dôme dominé par la statue
de la Vierge Marie. Le dernier soupir de la longue journée monte vers elle.

L'horloge du clocher est onze heures et demie. Vous. Il est temps d'aller
se coucher, mais sera-t-il capable de dormir ce soir? Un rêve peut venir, un de
ses longs rêves qui le garderont agité jusqu'à l'aube. Il semble que le ciel, ne voulant rien enlever du temps de ses jours précieux, attend le calme de la nuit pour l'encourager à poursuivre son chemin.

CHAPITRE XVI

À Paris et à Barcelone
Un jour de 1880, le Saint nota dans son cahier: "Un œil attentif remarquerait facilement le caractère très particulier des dix années écoulées depuis la fondation de l’Oratoire jusqu’à nos jours. La première (1841-1851) correspond à la période de l'oratoire itinérant; la seconde (1851.1861) est celle de la consolidation; la troisième (18611871) pourrait prendre le nom d'exparision en dehors de Turin; le quatrième (1871.1881) pourrait peut-être être qualifié de période d'expansion mondiale ".

Ces observations sont largement vérifiées par des faits.

En 1871, l’œuvre salésienne, qui compte déjà une quinzaine de Maisons italiennes, traverse les Alpes pour s’installer en France, à Nice, à Toulon, à Marseille et en Espagne à Utrera et se dirige vers l’Amérique du Nord. au sud, vers l’Uruguay et l’Argentine, s’installant à Montevideo et à Buenos Aires.

L'un après l'autre, en progression impressionnante, tous les rêves se concrétisent.

Mais ce nouvel apostolat qui envahit rapidement le monde a besoin de nombreux travailleurs et de renforts continus: comment et où les trouver?
A côté de lui, dans ses maisons et parmi les rangées de laïcs généreux qui le côtoient, parmi les artisans de ses laboratoires et entre les bourgeois et les aristocrates qui vont l'aider, Don Bosco voit «des ouvriers du sixième, du neuvième, de la onzième heure "en attente d'être appelé à travailler dans le vignoble de l'église.

C’est de cette observation de tous les jours qu'est née l’Œuvre de Marie Auxiliatrice pour vocations d’âge adulte, pour laquelle Don Bosco ouvre des cours spéciaux à l’Oratoire qui ont ensuite été transférés à Sampierdarena, encouragés depuis leur sortie de la bénédiction particulière du Pape.

En 1883, Don Bosco, qui souhaitait avoir à côté de lui une œuvre si chère à son cœur, la transféra à Mathi, dans le Canavese. À l'époque, il comptait une soixantaine d'étudiants. L'année suivante, le San Qiovannino de l'ancien Turinois a été transporté directement à Turin, dans les locaux du collège salésien érigé à côté de l'église San Giovanni Evangelista. Don Bosco voulait que les jeunes et les hommes mûrs qui se préparaient pour le sacerdoce soient immédiatement affectés au service paroissial et leur confia donc tout le service liturgique de cette église si fréquentée.

En 1884, les étudiants étaient déjà cent quarante. Des centaines de prêtres, y compris de nombreux missionnaires, sont sortis de cette maison pour atteindre ensuite leur diocèse ou rester dans la congrégation salésienne.

I risultati positivi di quel Seminario nuovo per i tempi, se sorprendevano molti non stupivano Don Bosco che ricordava che a Chieri
aveva ogni sera dato lezioni di latino al sacrestano della cattedrale, un brav'uomo di trentacinque anni, molto devoto, che ad ogni costo voleva diventare prete. La pazienza di Giovannino era riuscita a preparare l'allievo abbastanza da superare il corso di ammissione al Seminario.

Forse fu proprio questo ricordo di gioventù, mai cancellato, che sostenne l'uomo di Dio nelle difficoltà della nuova impresa.

Con l'Opera per le vocazioni adulte si chiude la lunga serie delle nuove creazioni del Santo, che ormai si dedicherà unicamente a consolidare le Opere già fondate e a diffonderle nel mondo.

È per questi motivi che nel 1883, a 68 anni, Don Bosco decide di intraprendere il viaggio famoso attraverso la Francia. Il suo corpo era estremamente logoro; le gambe non lo reggevano quasi più e spesso doveva camminare sostenuto dalle braccia dei suoi accompagnatori; la vista era ormai debolissima.

Era un vecchio sfinito ma la necessità di trovare denaro e di fare conoscere la sua opera lo spingeva verso la favolosa Ville Lumière, in quello scorcio di Ottocento al colmo della sua fama di « metropoli tentacolare » in cui si affrontavano vizio e virtù.

Partì da Torino il 31 gennaio 1883 e passò tutto il mese di febbraio a Nizza. Poi, attraverso Tolone, Marsiglia, Avignone, giunse a Lione. Dappertutto folle immense correvano da lontano per ottenere da lui una preghiera, un consiglio, una benedizione. Infermi nell'anima e nel corpo si accalcavano attorno al vegliardo, aspettando dalle sue mani e dalle sue labbra il gesto o la parola che guarisce.

Ad Avignone, il 2 aprile, il Santo non riuscì a raggiungere il suo scompartimento a causa della folla che aveva invaso la stazione e il treno dovette partire con molto ritardo. Il trionfo si ripeté a Lione, dove in un consesso di ricchi borghesi accorsi a salutarlo, pronunciò le parole (« La salvezza della società è nelle vostre tasche... ») che abbiamo riportato in parte e che fecero grande rumore.

C'est également à Lyon que le cocher de la voiture qui le transportait, désespéré par la foule qui assiégeait toujours le véhicule, est sorti dans la phrase restée célèbre parmi les salésiens: "Il vaut mieux prendre le diable dans une voiture plutôt que de devoir diriger un Saint! "
Samedi 14 avril, une importante session extraordinaire a eu lieu à la Société de géographie de Lyon. Don Bosco a donné une conférence devant ces érudits, se révélant comme un géographe érudit sans avoir jamais voyagé. Il a parlé de Patagonie où, pendant de nombreuses années, sa pensée a suivi le travail des enfants missionnaires. Quelque temps après, la Société de géographie décida d'attribuer une médaille d'or au conférencier hautement prisé. Cette médaille, ainsi que l’autre médaille qui lui a été décernée par la Société catholique de Barcelone, sera placée sur le cercueil de Don Bosco, lors des funérailles, en signe de gratitude pour les bienfaiteurs de la France et de l’Espagne.

Le 19 avril, le Saint arrive à Paris et s'installe chez des amis, avenue de Messine. Il avait été précédé de correspondances, de sacs de lettres qui avaient terrifié le portier de la maison. Mais ce n’était que le premier avertissement de la foule immense qui depuis ce jour aurait littéralement assiégé le bâtiment.

Cette angoisse de voir un pauvre prêtre italien il y a quinze jours une rencontre récente, dans les milieux les plus avisés et les plus sceptiques des capitales européennes, était inexplicable pour beaucoup.

Les journaux l'ont décrit comme "vieux, faible, à peine capable de se tenir debout". "C'est un homme de petite taille, d'apparence simple et modeste, sans affectation, sans pompe et sans Pctroloni", écrit "Le Figaro". "Il porte une robe d'étoffe de mauvaise qualité, il a un rythme incertain, la vue est lasse: il est dépourvu de ce que nous appelons distinction et éloquence", écrit un autre.

Également à Paris, Don Bosco a fait des miracles. Certainement moins que la voix populaire proclamée, mais toujours suffisante pour alimenter l'enthousiasme croissant de toute la capitale. Les journaux ont immédiatement saisi et diffusé dans toute la France la nouvelle
des guérisons miraculeuses de deux enfants qui avaient travaillé dans les premiers jours de son séjour.

Le journal "Le Clairon" a ainsi présenté Don Bosco au public dans un article du 30 avril: "En ces jours à Paris, on ne parle que de cet humble prêtre originaire d'Italie, précédé d'une réputation compromettante: celle d'un homme fait des miracles ».

Le 2 mai, «Le Figaro» lui a consacré un autre article: «Depuis huit jours, nous parlons de Don Bosco et de son travail. L'Italien Saint Vincent de Paul rentrera vendredi à Turin, rempli de cadeaux pour ses orphelinats. La rue où il habite depuis une semaine est bloquée par des centaines de voitures »,
écrit le Moniteur Universel du 5 mai:« Partout où l'on sait qu'il célèbre la messe ou qu'il doit parler, à la Madeleine, à San Sulpizio, à Santa Clotilde, se précipite, encombre littéralement la rue et l'église et deux heures avant son arrivée, Sarah Bernhardt ne peut se procurer aucun endroit ».

Léon Aubineau a écrit dans "L'Univers" du même 5 mai, dans un article qui est presque un résumé de la réception parisienne: "Paris est abasourdi par l'émotion manifestée dans son sein autour de l'humble prêtre turinois, qui n'a rien attrayant aux yeux du monde. Il est issu d'une famille sombre et d'une apparence modeste. Sa voix ne vient pas pour être entendue par les nombreux auditeurs. Son pas est hésitant et sa vue est faible. Pourquoi les foules courent après lui? Pourquoi la seule préoccupation de la capitale à l'heure actuelle est-elle de voir et d'approcher Don Bosco? Où? Tu fais quoi Il y a quinze jours, ce nom était à peine connu; avait été prononcé un jour dans des conférences de charité; ses œuvres étaient largement connues; et un petit livre qui avait été lu, non sans sourire, il avait dit quelque chose à un petit nombre de personnes dévouées, des merveilles de ses fondements, de leur développement et de leurs fruits. Cette connaissance ne va pas plus loin. Beaucoup de catholiques à cette époque sont abasourdis par la résonance soudaine d'un nom qu'ils avaient déjà voulu prononcer.

Et les applaudissements des parisiens sont presque unanimes, et l'attraction irrésistible qui attise la foule a quelque chose de merveilleux. En cela, il y a une réponse inconsciente, si vous voulez, mais directe et énergique, contre la proclamation de l'athéisme, que tous prétendent faire au nom du peuple. Tous ces dons sont adressés à l'homme de Dieu; il est l'homme de foi et de prière que la foule veut contempler. Les grandes églises, la Madeleine, San Sulpizio, Santa Clotilde, sont trop étroites pour contenir les fidèles qui veulent entendre la messe de Don Bosco. Ils ne lui demandent rien d'autre.

Les multitudes que nous avons vues, ou pas beaucoup, entourent le Curé d’Ars, sont allées chercher une absolution. Don Bosco ne refuse pas d'accepter les pécheurs, mais à Paris, dans le tourbillon qui l'entraîne, la multitude comprend qu'il n'aura pas beaucoup de temps pour écouter une confession et toute l'élan qui se manifeste autour du simple prêtre but d'obtenir sa bénédiction et un souvenir dans ses prières. Tout le monde désire que cette bénédiction s'abaisse sur sa misère personnelle ou sur sa douleur particulière. Le bon prêtre écoute tout le monde, s’intéresse à tout le monde, invoque avant tout la protection de Maria SS. Aide. Il n'appartient plus à lui-même, mais s'abandonne à tous ceux qui le demandent. tout leur est fait, à leurs douleurs, à leurs espoirs; console, bénisse, encourage,

Quanto più -si faceva incessante la straordinaria attenzione della stampa di ogni tendenza, tanto più aumentava il flusso di visitatori e di lettere al domicilio parigino di Don Bosco. Un giornale notava che « non si era mai vista tanta folla a Parigi attorno a un prete dai tempi di Pio VII ».

Don Rua, accorso per aiutare a sbrigare la corrispondenza, scriveva a Torino: « Qui, anche se fossimo sette segretari, resterebbero lo stesso ogni sera molte lettere senza risposta ».

Così pure, alla fine di ogni giornata, si dovevano rimandare a casa molti visitatori che non avevano potuto essere ricevuti. Per accontentare tutti, Don Bosco avrebbe dovuto passare le notti ad ascoltare persone di ogni condizione. Avrebbe fatto ciò volentieri ma verso le undici il suo corpo malato non resisteva più.

Fin dalle cinque del mattino era in piedi.

Terminata la preghiera già riceveva i visitatori dalle sei alle sette
e mezzo, quando una carrozza lo conduceva a celebrare la Messa in una parrocchia, in una comunità religiosa, in una casa privata. Dopo la liturgia, una folla lo aspettava e, in sacrestia o in una sala attigua, continuava ad ascoltare il racconto di infinite miserie, a incoraggiare, a illuminare, a consolare, a benedire. Mangiava qualcosa verso le undici
e a mezzogiorno in punto era di nuovo a disposizione di chiunque volesse parlargli; e questo per dieci ore consecutive!
Interrompeva infatti solo verso le ventidue per raggiungere i suoi segretari, firmare la corrispondenza, scrivere egli stesso qualche lettera
e finalmente verso mezzanotte, dopo una lunga preghiera, si buttava
t l• etto letto sfinito.

La casa dove alloggiava offriva uno spettacolo straordinario. Due ore prima dell'inizio delle udienze l'anticamera era già affollata. Un servizio d'ordine perfetto, assicurato dagli amici parigini del Santo, dirigeva il via vai della folla, consegnando un numero progressivo a chiunque chiedesse di parlare con Don Bosco. Molti visitatori dovettero accontentarsi di vederlo senza potergli parlare.

Un giorno venne anche Victor Hugo, il più famoso scrittore del tempo. Venne in incognito, fu ricevuto dopo più di tre ore di anticamera e discusse con il Santo su problemi religiosi, facendo professione di ateismo e rivelando il suo nome illustre solo a visita finita. « Voglio riflettere su quanto mi ha detto » disse il poeta andandosene « ma tornerò presto a trovarla ».

Tornò infatti e anche questa volta attese pazientemente il suo turno nell'anticamera. Introdotto da Don Bosco; gli prese affettuosamente le mani e disse: « Non sono più il personaggio dell'altro giorno! Le ho fatto uno scherzo pi.esentandomi come incredulo. Sono Victor Hugo e la prego di voler essermi amico. Credo all'immortalità dell'anima, credo in Dio e spero di morire assistito da un prete cattolico che raccomandi la mia anima al Creatore ».

Queste parole furono pronunciate nel maggio del 1883. Il 2 agosto dello stesso anno Victor Hugo consegnava ad un amico il suo testamento. Conteneva, tra l'altro, queste parole: « Rifiuto la preghiera di tutte le chiese, domando una preghiera a tutte le anime; credo in Dio... ».

Il segreto dell'animo del grande poeta romantico resta ancora da svelare, avvolto in parole e azioni contraddittorie.

Comunque sia, Don Bosco da quel giorno non dimenticò mai di pregare per colui che gli aveva chiesto di essergli amico.

Incoraggiato dallo stesso Cardinale Guibert, Arcivescovo di Parigi, Don Bosco predicò a favore delle sue opere alla Maddalena, la grande chiesa in stile neoclassico sulla piazza della Concordia.

Salito alle tre sul pulpito che aveva potuto raggiungere solo dopo molto tempo e grazie agli sforzi di robusti volontari che fendevano la folla in attesa da ore, Don Bosco, nel suo francese corretto ma dalla pronuncia non certo impeccabile, raccontò la storia delle sue Opere e fece appello per esse al cuore di Parigi. Non fu udito bene, fu capito appena, eppure in pochi minuti si raccolsero diecimila franchi nelle borse della questua, fatte circolare dai nomi più famosi del tout Paris.

Don Bosco quitta la capitale qui l'assiégeait et partit du 15 au 19 mai pour se rendre à Lille, où il accepta la direction d'un orphelinat masculin tenu par les Sœurs de la Charité. Même pendant ce trajet, la foule ne lui donna aucun répit: quand il passa des multitudes dans les rues, des grappes humaines suspendues aux lampadaires, des toits aux fenêtres, le cri se lança: Le Saint, le Saint! Le plus enthousiaste, armé de ciseaux, lui a coupé sa robe, le laissant souvent dans des conditions pénibles. Sans perdre trop de place devant ces scènes qui frisaient le fanatisme, Don Bosco se borna à murmurer: "Je vois très bien que tous les fous ne sont pas à l'asile!
Partant pour le nord de la France, il avait confié à ses invités de l'avenue de Messine un saphir merveilleux qu'une dame de Barcelone lui avait offert en signe de gratitude pour le rétablissement miraculeux de son mari. "Faites-lui une estimation", avait dit la femme, "puis vendez-la pour tous les billets d'une valeur de mille." Don Bosco a décidé de le mettre à la loterie. Les billets allaient comme des gâteaux chauds et, lorsque le Saint revint, le tirage au sort eut lieu en présence d'une foule nombreuse. Il a gagné avec une seule note une autre dame espagnole qui, dès qu'elle a reçu la bague, est allée chez Don Bosco et la lui a rendu, en lui disant parmi les applaudissements: "Acceptez-la de nouveau et remettez-la en ligne".

Le 26 mai, Don Bosco quitta Paris et l'affection de la grande capitale le suivit sur les quais de la gare. Reconnu par certains voyageurs au moment où il emportait le billet pour Turin, il était immédiatement entouré par la foule qui s'entassait sous la fenêtre. Quand le train est parti, tous ces étrangers ont ôté leur chapeau en signe d'hommage et de remerciement.

"Souviens-toi," dit le saint à Don Rua quand il pourrait s'asseoir, "te souviens-tu de la colline à droite de la route de Buttigliera? Sur cette colline, il y a un taudis avec une pelouse devant. C'est la maison de ma mère et sur cette pelouse, j'ai amené deux vaches au pâturage ... ».

Et après un moment de silence, avec un petit sourire ironique: "Ah, si ces bons messieurs qui m'ont comblé de compliments ont su qu'ils les avaient faits à un paysan de Castelnuovo d'Asti!" ».

Peu de temps après son retour du voyage triomphal, Don Bosco a été contraint de repartir. Cette fois pour Frohsdorf ,, en Autriche, au chevet du comte de Chambord, prétendant au trône de France, tombé gravement malade.

Don, Bosco avait tenté de résister aux sollicitations parfois indiscrètes des proches de l'aristocrate, en lui disant que sa santé
ne lui permettait pas un autre voyage, mais qu'il prierait et prierait pour lui.

Quand le comte Du Bourg arriva à Turin, envoyé expressément par Chambord, il se sentit lui aussi répondre par un autre refus poli mais ferme:
"Non, messieurs, je ne peux pas! »Répondit Don Bosco« Le voyage en France m'a enlevé toutes mes forces. D'ailleurs que ferais-je dans ce château? Ce n'est pas ma place: pour prier pour le prince, je le fais et je le fais par toute ma congrégation. Si le Seigneur veut intervenir, il interviendra également ". Mais ces gens ont continué à insister, même avec des phrases comme celle-ci: "En France, ils vont en vouloir à ce refus! ».

«Eh bien, patience! »Le Saint soupira enfin« On m'a envoyé un télégramme pour m'appeler et j'ai répondu par un télégramme. Ensuite, une lettre m'a été envoyée et j'ai répondu par une lettre. Maintenant, une personne m'est envoyée: il est donc nécessaire que je réponde avec ma propre personne ».

Le soir même, accompagné de Don Rua, il est parti en train et, après un voyage de deux nuits et un jour, il est arrivé dans les montagnes autrichiennes. Après la rencontre avec Don Bosco, le comte de Chambord a déclaré qu'il était guéri, mais, abusant peut-être trop de la santé qu'il pensait avoir retrouvée, il s'est permis plusieurs imprudences, notamment le désir d'assister immédiatement à une partie de chasse de cinq heures. il avec le fusil. Quelques semaines plus tard, il retomba dans la maladie et mourut la même année en 1883.

Déjà le 16 juillet, immédiatement après l'interview du comte, le Saint était rentré à Turin.

Don Bosco n'a certainement pas exagéré lorsqu'il a déclaré qu'il était épuisé. L'année suivante, à l'annonce de son état de santé, arrivé à Rome, le pape lui-même s'inquiétait du fardeau de la responsabilité qui pesait sur les épaules de l'apôtre.

"Le Saint-Père", écrivait le cardinal Jacobini au nom du pape à Mgr Alimonda, archevêque de Turin, "Le Saint-Père sait que la santé de Don Bosco se détériore de jour en jour. Il craint donc pour l'avenir de son institut. Votre Eminence souhaite-t-elle, avec toute la délicatesse requise, travailler avec lui pour désigner qui, en cas de besoin, pourra le remplacer ou prendre le titre de vicaire général avec droit de succession? Le Saint Père se réserve le droit de choisir entre ces deux solutions. Mais il souhaite
sincèrement que Votre Eminence remplisse immédiatement cette mission qui concerne les intérêts les plus vitaux de cet institut ».

Informé de la sollicitude de Léon XIII, le 24 octobre 1884, Don Bosco avertit son chapitre que, par le long silence avec lequel il recevait la nouvelle, il montrait qu'il avait parfaitement compris le sens triste de la disposition. Quatre jours plus tard, après avoir prié encore plus longtemps, le Saint informa ses conseillers qu'il avait choisi Don Michele Rua comme Vicaire général de la Société salésienne.

Rome a immédiatement approuvé le choix de l'apôtre et Léon XIII a ordonné que le décret conférant le droit de procéder à la nomination soit rédigé. Dix mois plus tard, avec une circulaire en date du 24 septembre 1885, Don Bosco fit cette annonce à la Congrégation en ces termes:
"Après avoir longtemps prié Dieu, j'ai invoqué les lumières du Saint-Esprit et la protection spéciale de la Vierge Aux chrétiens et de saint François. En tant que patron, en utilisant les facultés qui m'ont été accordées récemment par le pasteur suprême de l'Église, je nomme mon vicaire général, le père Michele Rua, actuellement préfet de notre société pieuse. A partir de maintenant, il me remplacera dans l'exercice complet du gouvernement de la Congrégation ".

La lettre du cardinal Jacobini à l'archevêque de Turin contient également une autre nouvelle: Léon XIII proclame l'évêque Don Giovanni Cagliero et le nomme vicaire apostolique de Patagonie septentrionale et centrale. Cette annonce était douce au cœur du Père mais ne l’avait pas surpris: depuis 1854, même en termes voilés, il avait prophétisé l’événement qui se concrétisait aujourd’hui.

La consécration du nouveau pasteur de l'Eglise missionnaire a eu lieu le 7 décembre 1884 dans la basilique Marie-Auxiliatrice.

Bien que sa santé se détériore de plus en plus, Don Bosco trouve toujours la force de s’imposer le difficile effort de retrouver, après ceux de la France, les amis et les bienfaiteurs de l’Espagne, qui lui sont chers. Il est parti au printemps 1886 et, en passant par la Provence, il est arrivé en train à Barcelone, la destination de son voyage.

Trois ans après le triomphe de Paris, la capitale catalane ne voulait pas être en reste et lui réservait un accueil triomphant. À la gare, toutes les autorités attendaient; quarante voitures ont été alignées sur la place pour l'accompagner dans une procession royale à la maison salésienne de Sarria. La foule pressée de le voir, de l'acclamer et de recevoir sa bénédiction était si nombreuse qu'il lui fallut une heure pour atteindre les wagons de train.

L'enthousiasme grandissait chaque jour; nobles, religieux, industriels, ouvriers, journalistes, écrivains, tous affluèrent à Sarri6. de tous les coins de l'Espagne. Sur la ligne de chemin de fer qui menait à la maison salésienne, il fallait doubler les courses et attaquer deux locomotives afin de pouvoir remorquer des caravanes chargées même sur le toit. Devant l'Institut, la foule bivouaquait dans la rue, ne trouvant plus de place à l'intérieur. Il était nécessaire de transmettre à ceux qui demandaient l'audience: le Saint distribuait une médaille de Marie Auxiliatrice et bénissait les visiteurs. Mais la foule est devenue telle que même ce système n'était pas suffisant et Don Bosco a dû se contenter d'apparaître à une fenêtre pour bénir la foule en liesse,
Même en Espagne, la renommée de l'homme miraculeux de Dieu n'a pas disparu. déni: beaucoup de malades du corps et de l'âme sont revenus de Sarrià complètement guéris.

À la veille de son départ, le 5 mai, Don Bosco souhaitait faire un pèlerinage d'action de grâce au sanctuaire de Notre-Dame de la Miséricorde, cher à toute la ville. Sur le seuil de l'église. attendait le président des conférences de Saint-Vincent de Paul, qui, entouré des personnalités de la ville, s'est avancé et lui a dit: «Pour perpétuer le souvenir de son passage dans cette ville, la municipalité a décidé de lui offrir la propriété du mont Tibi Dabo. afin que je puisse construire un temple au Sacré Cœur »,
Don Bosco ému aux larmes: "J'accepte de tout mon coeur", répondit-il, "et je vous remercie. Sachez qu'en ce moment vous êtes pour moi les envoyés de la Divine Providence. Dès que j'ai quitté Turin pour venir dans votre ville, je me suis demandé comment et où je pourrais construire un autre monument en l'honneur du Sacré-Cœur, maintenant que la construction de celui de Rome est sur le point de s'achever. Puis une voix résonna soudain en moi: Tibi dabo ... tibi dabo ... tibi dabo ... Oui, le Cœur Divin veut être vénéré là-bas: à Monte Tibi Dabo ».

Le lendemain, Don Bosco a quitté l'Espagne. Il s’est arrêté à Montpellier, à Tarascon, à Valence, à Grenoble: partout un peuple immense l’a accompagné en triomphe de la gare à la cathédrale.

1. Une légende catalane raconte que, sur cette colline surplombant Barcelone, le diable a transporté Jésus jusqu'à la fin des tentations, lorsqu'il lui a offert tous les royaumes de la terre pour un acte de culte: Hcec omnia tibi dabo, si ... Tutto Je te donnerai si ... ». De là, selon la légende, le nom de la colline sur laquelle se trouve aujourd'hui un magnifique sanctuaire du Sacré-Cœur, confié aux Salésiens.

Ainsi, quarante-cinq années de travail se sont terminées par de très hautes acclamations qui n'ont toutefois pas réussi à déloger l'apôtre de son humilité silencieuse.

Tout le travail accompli dont il a maintenant récolté les fruits, il l’attribue uniquement à l’aide de Marie Auxiliatrice:
«La source des bénédictions qui pleuvent sur nos travaux et les font grandir», at-il répété, «nous devons le rechercher dans le récit que Hail Mary a récité le 8 décembre 1841, fête de l'Immaculée Conception, dans le choeur de Saint François d'Assise avec Bartolomeo Garelli. Dans cette Ave Maria, j'y ai mis toute mon âme. La Sainte Vierge m'a écouté et pendant un demi-siècle, elle n’a accompli que cette prière ",

CHAPITRE XVII

Verso la rnèta
A Roma, il 16 maggio del 1887, due giorni dopo la consacrazione della chiesa del Sacro Cuore, Don Bosco celebrò la prima Messa nel nuovo Santuario, all'altare di Maria Ausiliatrice. Più di quindici volte, durante il rito, la commozione e le lacrime lo arrestarono. Non era stato visto mai tanto commosso.

— Perché Don Bosco, — gli domandarono in sagrestia — perché era così commosso celebrando la Messa ? Non ha fatto altro che piangere!
— Per tutto il tempo che sono stato all'altare — rispose il Santo — ho riveduto il sogno che feci a nove anni: quello, sapete, che ha deciso di tutta la mia vita. I birichini che offendevano il Signore, il loro trasformarsi in bestie feroci prima, in docili agnelli poi, la misteriosa e bella Signora, i suoi consigli di bontà e di dolcezza. Mi rivedevo raccontare quel sogno la mattina a mia madre e ai miei fratelli, risentivo le loro domande. Una frase in modo speciale mi risuonava all'orecchio, quella che la Signora del gregge mi aveva detto quando la supplicai di darmi la spiegazione del sogno: Un giorno, a suo tempo, capirai. Sono passati sessant'anni da allora. Adesso ho capito...

Durante quella messa, con un solo sguardo il Santo aveva abbracciato il campo di lavoro che Dio gli aveva affidato: per lavorarlo erano stati necessari cinquant'anni. E ora, a Roma, celebrava la Messa nella chiesa che egli stesso aveva costruito per assecondare un desiderio del Papa. L'operaio del Vangelo poteva piangere di commozione riconoscente, ora che aveva interamente compréso. Aveva compreso anche che i suoi giorni volgevano rapidamente al termine: le sue forze consumate glielo dicevano ad ogni passo. Non camminava più, ormai, ma si trascinava sorretto dalle braccia degli accompagnatori. Soltanto la volontà si irrigidiva ancora in uno sforzo supremo e il cuore ardeva
de l'amour de toujours pour ces jeunes qui ont épuisé toutes les énergies. "Tant qu'il me restera un fil de vie", a-t-il répété ces derniers mois, "je le consacrerai au bien spirituel et temporel de mes enfants".

Ces enfants, il les pria de rester fidèles à son enseignement: «Tu sais» leur écrivit-il de Rome à cette époque «sais-tu ce que ce vieil homme qui a consommé ses jours désire pour toi? Il veut que vous le consoliez en lui donnant l'assurance que vous ferez tout ce qu'il vous a appris pour le bien de vos âmes. Vous n'en savez peut-être pas assez sur la chance qui vous est offerte de vivre dans une maison salésienne.

Je peux l'affirmer devant Dieu: il suffit qu'un jeune homme entre dans l'une de nos maisons pour que la Vierge Auxiliatrice le prenne sous sa protection toute spéciale. Ne me refusez donc pas cette joie, car je sens que le jour approche où je vais devoir vous quitter et partir pour l'éternité ... ».

Il n'a pas été trompé.

La science l'avait au moins condamné depuis trois ans.

En mars 1884, le célèbre docteur Combal, professeur à l'université de Montpellier, était venu à Marseille à l'invitation de Don Albera pour une consultation. Après lui avoir rendu visite avec soin:
- Elle a épuisé sa vie - lui avait-elle dit - avec un travail excessif. Son organisme est comme un costume usé pour un usage excessif. Le seul remède est de le remettre dans le placard. Il faut du repos absolu.

"Mon cher docteur," répondit le saint, "son remède est le seul que je ne puisse utiliser." Il y a trop à faire. Il n'est pas possible d'arrêter la voiture!
Et la voiture est allée jusqu'à ce qu'il puisse partir.

Mais un jour il a dû s'arrêter. C'était en novembre 1887, juste après la retraite spirituelle qu'il avait voulu présider au collège de Valsalice.

Sur le seuil de l'Institut sur la colline de Turin, il avait prononcé un mot d'adieu incompris.

- Maintenant que nous avons décidé de placer ici l'étudiant en philosophie pour nos religieux, nous le verrons plus souvent, monsieur Don Bosco, n'est-ce pas? - a demandé Don Barberis.

- Oui, - répondit Don Bosco, qui devint soudain sérieux et pensif - oui, je viendrai ici et resterai ici pour surveiller.

En disant cela, il fixa le large escalier qui menait de la terrasse au jardin. C’est à cet endroit que, moins de quatre mois plus tard, sa tombe sera creusée.

La congrégation, at-il déclaré lui-même quelques jours plus tard, avait formé des hommes et pouvait partir. Les salésiens étaient déjà 768, les novices 267, répartis dans 38 maisons en Europe et 26 sur les autres continents.

Le Conseil supérieur avait récemment décidé des fondations de Londres et de Quito et le Saint avait donné la soutane à quatre postulants de trois nations différentes: les Polonais Czartoryski et Grabelski, le français Noguier de Malijay et l’anglais Johnson.

"Notre congrégation est guidée par Dieu et protégée par la Vierge Auxiliatrice", répétera-t-il avant de mourir.

A la fin de 1887, tous les faits corroborent sa certitude.

Le 3 décembre, il dut également renoncer à la messe. Jusqu'à ce jour, il l'avait célébré dans une chapelle privée voisine de sa chambre, épuisé au point de ne plus pouvoir se tourner vers le Dominus Vobiscum et de s'asseoir après la communion, tandis qu'un prêtre distribuait l'Eucharistie aux quelques personnes admises. Maintenant, il ne pouvait même plus faire cet effort et devait se contenter d'assister à la messe célébrée par le secrétaire.

Les premiers jours de décembre lui apportèrent cependant une grande joie avec ces amertumes.

Il giorno 6, nel santuario di Maria Ausiliatrice, vi fu la partenza di una nuova spedizione di missionari, la dodicesima dal 1875. Don Bosco volle scendere per presiedere la liturgia e sorretto dal segretario prese posto nella basilica durante l'omelia di Don Bonetti. La predica più eloquente era tuttavia quella che faceva egli stesso, trascinandosi penosamente nel tempio per benedire gli apostoli in partenza.

I missionari erano appena partiti che Mons. Cagliero arrivava dall'America. Il 7 dicembre, alle due pomeridiane, giungeva, come già ricordammo, a riabbracciare il Padre ormai morente.

La sera stessa di quel giorno giungeva a Valdocco il popolare Vescovo di Liegi, l'apostolo della classe operaia, Mons. Doutreloux che voleva ad ogni costo qualche salesiano per uno dei più popolosi quartieri della sua città.

L'indomani, 8 di dicembre, Don Bosco volle scendere nel refettorio della Comunità, sorretto dallo stesso Vescovo di Liegi. Fu l'ultimi volta che poté condividere il pasto con i suoi figli; una dopo l'altra, ogni pur piccola gioia gli era tolta dal male che progrediva inesorabile. Dovette cosa rinunciare anche a qualche uscita pomeridiana in carrozza. L'ultima passeggiata fu quella del 22 dicembre. Anche il
16 di quel mese aveva fatto un giro in compagnia di Don Rua e di un altro salesiano e durante tutto il tragitto aveva citato i suoi autori preferiti, latini e italiani, analizzandoli con finezza e vivacità. Quelli che l'ascoltavano non riuscivano a credere di trovarsi di fronte un vegliardo di settantadue anni, schiacciato dal peso del male. La carrozza stava ritornando a Valdocco, quando sotto i portici del corso Vittorio Emanuele II fu visto il Cardinale Alimonda. Il venerando Arcivescovo accorse subito accanto allo sportello esclamando: « Oh, Don Giovanni I Don Giovanni I » e, salito, abbracciò e baciò con tenerezza di figlio l'umile prete. Una folla numerosa, radunatasi in un attimo, contemplava e commentava quella scena affettuosa.

Qualche giorno dopo, Don Bosco volle ancora uscire per rivedere un'ultima volta la sua Torino, la città del destino, mostratagli tante volte in sogno. Questa volta si dovette trasportarlo sino alla vettura con una poltrona. Sulla via del ritorno il veicolo imboccava la piazza Maria Ausiliatrice, quando uno sconosciuto fece fermare e si presentò a Don Bosco. Era uno dei primi allievi del Santo, ún brav'uomo di Pinerolo che, di passaggio a Torino, aveva voluto salutare il vecchio maestro e per essere sicuro di incontrarlo si era appostato in un angolo della piazza attendendo il passaggio della carrozza.

— Come vanno i tuoi affari ? — gli chiese Don Bosco.

— Così così, ma potrebbero andare meglio.

— E l'anima tua come va?
— Mi sforzo di essere sempre un degno figlio di Don Bosco! rispose l'uomo con fierezza.

— Bravo! Iddio ti ricompenserà. Prega per me. E, dopo averlo benedetto, lo congedò dicendo:
— Ti raccomando la salvezza dell'anima. Vivi sempre da buon cristiano.

Alcuni metri più in là il buon vecchio scendeva dalla vettura e quasi portato dai suoi figli ritornava in camera. Era l'ultima volta che faceva quelle scale.

Gli era rimasta la consolazione di restare al servizio di tutti nell'ora delle visite o al tribunale di penitenza; ma presto anche questo ufficio di consigliere, di guida, di padre, doveva essergli tolto.

Fin verso il 20 dicembre, dopo aver partecipato' alla Messa dal letto e ricevuto la comunione, si faceva vestire, e, seduto sul piccolo divano della sua camera, riceveva i visitatori. 'In quell'anno erano
particolarmente numerosi, condotti a Torino dal Giubileo indetto da Leone XIII.. La modesta cameretta vide entrare in quei mesi il Duca di Norfolk, gli Arcivescovi di Malines, di Parigi, di Colonia, i Vescovi di Treviri, di Cafarnao, di Samaria, di Casale, di Fossano, di Cuneo e una folla ininterrotta di pellegrini d'Europa e d'America.

Benché immobilizzato nella poltrona e torturato dal male, affascinava sempre i suoi visitatori:
« Ho trattato con i più grandi sovrani » scriverà a Don Rua Monsieur Bégasse, il grande banchiere di Liegi, « e non ho avuto mai soggezione. Ma davanti a Don Bosco mi sono sentito piccolo ». Eppure egli faceva visita al Santo il 23 di dicembre, poco più di un mese prima della morte di lui. Lo trovò disfatto nel, corpo ma con l'anima sempre ardente. La sua testimonianza così continuava: « Le forze mancanti del vecchio venerando non gli permettevano neppure di stare in piedi. Appena entrai, alzò il capo che teneva reclinato e potei vedere i suoi occhi un po' velati ma pieni ancora di intelligenza e di bontà. Don Bosco parlava bene il francese; la sua voce era lenta e rivelava un certo sforzo ma egli si esprimeva con notevole chiarezza. Trovai che la sua accoglienza era di una semplicità nobile e cordiale assieme. Rimasi poi profondamente commosso nel vedere in un vecchio quasi moribondo e assediato continuamente dai visitatori una premura così simpatica e sincera per tutti quelli che lo avvicinavano. Con quanta commozione mi parlò del Vescovo di Liegi e del suo zelo per le opere a vantaggio degli operai! In Don Bosco la spada ha consumato il fodero, ma quanta forza d'animo ancora in quel debole corpo! ».

Cette audience était l'une des dernières. Si les maux lui interdisaient maintenant de faire des aveux chaque matin comme il le faisait autrefois, il se consacrait toujours à ce ministère les soirs de mercredi et samedi. Le samedi 17 décembre, une trentaine de garçons ont insisté auprès de la secrétaire pour qu’elle se confesse. En vain, ils ont essayé de les persuader que l'état du Père n'était pas de nature à leur permettre de les écouter. Les jeunes étant déterminés à entrer à tout prix, le secrétaire avertit Don Bosco. Il a d'abord trouvé la tâche supérieure à sa force, mais après un moment de réflexion, il a dit comme s'il se disait: "Et pourtant, c'est la dernière fois que je pourrai m'avouer que je suis". Indépendamment de cette phrase, le secrétaire pensa à la fièvre et à l'oppression dont souffrait le vieil homme. Mais Don Bosco a répété: "Pourtant, c'est vraiment la dernière fois que je". Et puis d'une voix plus décisive: "Dis, dis leur de venir!" ». Et il les a avoués. C'étaient vraiment les derniers aveux de sa vie.

Au cours de ces deux derniers mois de souffrances, il semble que la pensée des missions hante surtout le vieux saint: il ne fait que parler de cela.

À plusieurs reprises, il a répété à Mgr Cagliero ses recommandations: "Ne manquez pas de répéter à ML (un riche bienfaiteur) qu'il se souvient de nos missionnaires. Je me souviendrai de lui et de son excellente famille. Proclamez partout que venir en aide aux missions est le moyen infaillible d’obtenir les grâces que vous désirez de Marie Auxiliatrice ".

Le 27 décembre, il a reçu le directeur de "l'Unité catholique" et a murmuré d'une voix sourde: "Comme par le passé, je recommande la congrégation salésienne et ses missions".

Un autre jour, se sentant très mal, il appelle Don Rua et Mgr Cagliero et leur lance des avertissements qui se terminent par cette promesse: "Je me souviendrai toujours du bien que nos coopérateurs ont fait aux missions". Il confie cette commission à "son" évêque missionnaire qui souhaitait se rendre à Rome au plus vite pour rendre visite au pape; "Vous avez bien compris, n'est-ce pas? Vous devrez répéter au Saint-Père que partout où les salésiens travaillent, leur principal souci est de soutenir l'autorité du président de Pierre ». Puis, en lisant l'avenir, il ajoute avec un accent prophétique: "Confiance!" La confiance! Avec la bénédiction du pape, vous irez en Afrique, vous le traverserez, vous entrerez en Asie, en Mongolie et dans de nombreux autres endroits ».

Ces étonnantes et rapides conquêtes, il sait que ses enfants le doivent avant tout à la reine des apôtres: "Propage la dévotion à la Sainte Vierge de la Terre de feu! »Répète-t-il. «Saviez-vous combien d'âmes Marie Auxiliatrice veut gagner au Ciel par le biais des Salésiens! ».

Enfin, quatre jours avant sa mort, une soirée de massacres, il ne trouve que la force de murmurer d'un ton de voix à Mgr Cagliero agenouillé au pied de son lit: «Sauvez beaucoup d'âmes dans les missions! ».

Pendant ce temps, en dehors de l'institut, à Turin, en Italie et dans le monde entier, la prière des fidèles se joint aux supplications des enfants du Saint pour arracher au Ciel le miracle ainsi désiré. Dans de nombreuses maisons salésiennes, des adorations diurnes et nocturnes sont organisées devant les SS. Sacramento exposé.

Les coopérateurs du monde entier utilisent toutes les formes de dévotion filiale pour maintenir Don Bosco sur la terre: larmes, prières, sacrifices, promesses, vœux ...

Les journaux envoient leurs correspondants à Turin avec des télégrammes afin de publier quotidiennement le bulletin de santé du malade. Autour de l’Oratoire, une foule silencieuse attend les nouvelles. Chaque fois que des télégrammes arrivent, les directeurs des Maisons salésiennes arrivent de France, d’Italie, d’Espagne. À l'Institut du Sacré-Cœur de Rome, les princes, les évêques, les cardinaux, des gens ordinaires qui veulent connaître les dernières nouvelles se succèdent. le pape demande également à être continuellement informé. À Barcelone, pour satisfaire tout le monde, il a fallu créer trois centres d’information. Aussi, l'opéra salésien de Ménilmontant, près de Paris, est bombardé de demandes d'informations. Le malade, quant à lui, toujours parfaitement lucide, supplie souvent les médecins de lui expliquer clairement pourquoi,

Son détachement de cette terre, il la regarde calmement, ce qui équivaut à la certitude. À Don Albera, qui lui dit: "La troisième fois, Don Bosco, elle atteint le seuil de l'éternité, mais les prières de ses enfants l'ont toujours gardée. Je suis sûr que ce sera le même cette fois -ci aussi, « il répond: » Je suis sûr que cette fois -ci pas à
nouveau
à nouveau ".

Un matin, il demanda à Don Viglietti:
"Savez-vous, à la maison, que je suis si malade?"
- Oui, Don Bosco, et pas seulement ici, mais dans le monde entier. Et partout nous prions.

- Pourquoi je guéris? C'est inutile. Je vais à l'éternité. De plus, je veux aller au paradis parce que là-haut, je pourrai beaucoup mieux aider mes enfants. Je ne peux rien faire pour eux ici.

Quand il est invité à demander la santé à Dieu, il refuse, répondant invariablement: "Que cela me soit fait selon la sainte volonté de Dieu! ».

Il est clair que Don Bosco ne nourrit pas la moindre illusion quant à l'issue du mal. En cela, il partage l’opinion des médecins qui, par l’intermédiaire du Dr Fissore, s’expriment en ces termes:
"Don Bosco est fini. Il n'y a aucun espoir de le sauver. En lui tout est frappé: une maladie cardiaque le mine; le foie est attaqué; la moelle épinière a une complication qui engendre une paralysie des membres inférieurs. Il peut à peine parler plus.