RM Ressources

Etrenne 2012: Commentaire

"Conoscendo e imitando Don Bosco, facciamo dei giovani la missione della nostra vita"

Commentaire de l’Etrenne 2012
« Je suis le bon pasteur, le vrai berger.
Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis » (Jn 10,11)


A vous tous très chers
Confrères,
Filles de Marie Auxiliatrice,
Membres de la Famille Salésienne
Jeunes
Nous avons depuis peu commencé la période de trois années de préparation au Bicentenaire de la naissance de Don Bosco. Cette première année nous offre l'occasion de nous approcher davantage de lui pour le connaître de près et mieux. Si nous ne connaissons pas Don Bosco et ne l'étudions pas, nous ne pouvons pas comprendre son cheminement spirituel et ses choix pastoraux ; nous ne pouvons pas l'aimer, l'imiter et l'invoquer ; en particulier, il nous sera difficile d'insérer aujourd'hui son charisme dans la culture des divers contextes et des différentes situations. C'est seulement en renforçant notre identité charismatique que nous pourrons offrir à l'Eglise et à la société un service accompli pour les jeunes qui soit significatif et riche de fruits. Notre identité trouve sa référence immédiate dans la personne de Don Bosco ; en lui l'identité devient crédible et visible. C'est pourquoi le premier pas que nous sommes invités à faire pendant la période de trois années de préparation est précisément de connaître l'histoire de Don Bosco.

1. Connaissance de Don Bosco et engagement pour les jeunes

Nous sommes invités à étudier Don Bosco et, en relisant les événements de sa vie, à le connaître en tant qu'éducateur et pasteur, fondateur, guide et législateur. Il s'agit d'une connaissance qui conduit à l'amour, à l'imitation et à l'invocation.

Pour nous, membres de la Famille Salésienne, sa personne doit être ce que Saint François d'Assise a été et continue d'être pour les Franciscains ou Saint Ignace de Loyola pour les Jésuites, c'est-à-dire le fondateur, le maître pour l'esprit, le modèle pour l'éducation et l'évangélisation, surtout l'initiateur d'un Mouvement de retentissement mondial, capable de proposer à l'attention de l'Eglise et de la société, avec une formidable force d'impact, les besoins des jeunes, leur condition, leur avenir. Mais comment faire tout cela sans nous tourner vers l'histoire, qui n'est pas la gardienne d'un passé désormais perdu, mais plutôt celle d'une mémoire vivante qui est au-dedans de nous et nous interpelle dans la fonction d'actualiser le vécu passé ?

L'approche de Don Bosco, effectuée avec les méthodes propres à la recherche historique, nous porte à mieux comprendre et à mesurer sa grandeur humaine et chrétienne, son talent pour agir, ses dons pour l'éducation, sa spiritualité, son oeuvre, qui ne sont compréhensibles qu'enracinés profondément dans l'histoire de la société où il vécut. Dans le même temps, également au moyen d'une connaissance plus approfondie de son contexte historique, nous restons sans cesse conscients de l'intervention providentielle de Dieu dans sa vie. Dans cette étude historique, il n'y a aucun refus, effectué a priori, des très respectables images de Don Bosco que des générations de Salésiens, de Filles de Marie Auxiliatrice, de Salésiens Coopérateurs et de membres de la Famille Salésienne ont eues, c'est-à-dire du Don Bosco que ces personnes ont connu et aimé ; mais il y a et il doit y avoir aussi la présentation et la réinterprétation d'une image de Don Bosco qui soit actuelle, qui parle au monde d'aujourd'hui, qui utilise un langage rénové.

L'image de Don Bosco et de son action doit être sérieusement reconstruite, à partir de notre horizon culturel : de la complexité de la vie d'aujourd'hui, de la mondialisation, de la culture postmoderne, des difficultés de la pastorale, de la diminution des vocations, de la “mise en question” de la vie consacrée. Les changements radicaux ou “liés à notre époque”, comme les appelait le P. Egidio Viganò, mon prédécesseur, nous obligent à revoir cette image et à la repenser sous une autre lumière, pour une fidélité qui ne soit pas la répétition de formules et le respect formel pour la tradition. L'importance historique de Don Bosco est à découvrir, non seulement dans les « oeuvres » et dans quelques-uns de ses éléments pédagogiques relativement originaux, mais surtout dans sa perception, concrète et affective, de la portée universelle, théologique et sociale du problème de la jeunesse « laissée à l’abandon », et dans sa grande capacité de la communiquer à de larges groupes de collaborateurs, de bienfaiteurs et d'admirateurs.

Etre fidèles à Don Bosco signifie le connaître dans son histoire et dans l'histoire de son temps, faire nôtre ses inspirations, assumer ses motivations et ses choix. Etre fidèles à Don Bosco et à sa mission signifie cultiver en nous un amour constant et fort envers les jeunes, spécialement les plus pauvres. Cet amour nous porte à répondre à leurs besoins les plus urgents et les plus profonds. Comme Don Bosco, nous nous sentons touchés par leurs situations de difficulté : la pauvreté, le travail des enfants mineurs, l'exploitation sexuelle, le manque d'éducation et de formation professionnelle, l'insertion dans le monde du travail, le peu de confiance en eux-mêmes, la peur devant l'avenir, la perte du sens de la vie.

Avec une affection profonde et un amour désintéressé nous cherchons à être présents au milieu d'eux avec discrétion et autorité, en offrant des propositions valables pour leur cheminement, leurs choix de vie et leur bonheur présent comme futur. En tout cela nous cherchons à être pour eux des compagnons de chemin et des guides compétents. En particulier, nous cherchons à comprendre leur nouvelle manière d'être ; pour un grand nombre d'entre eux, ils sont des “natifs numériques” [nés pendant ou après l'introduction générale de la technologie numérique] qui au moyen des nouvelles technologies cherchent des expériences de mobilisation sociale, des possibilités de développement intellectuel, des ressources de progrès économique, cherchent la communication instantanée et des occasions d'être des protagonistes. Egalement dans ce domaine nous voulons partager leur vie et leurs intérêts ; animés par l'esprit créatif de Don Bosco, nous qui sommes des éducateurs, nous nous rendons proches d'eux en tant qu' “immigrants numériques” [nés avant l'existence de la technologie numérique] en les aidant à franchir le fossé qui se trouve entre leur génération et celle de leurs parents, entre leur monde et celui des adultes.

Nous prenons soin d'eux pendant tout leur chemin de croissance et de maturation, en leur réservant notre temps et nos énergies et en restant avec eux, dans les moments qui vont de l'enfance à la jeunesse.

Nous prenons soin d'eux lorsque des situations difficiles, comme la guerre, la faim, le manque de perspectives d'avenir, les portent à abandonner leur maison et leur famille et qu'ils se trouvent seuls pour affronter la vie.

Nous prenons soin d'eux lorsque, pour travailler après les études et la qualification, ils sont anxieusement à la recherche d'un premier emploi et qu'ils s'engagent à s'insérer dans la société, parfois sans espoir ni perspectives de réussite.

Nous prenons soin d'eux lorsqu'ils sont en train de construire leur monde sentimental, leur famille, surtout en accompagnant leur chemin de fiançailles, leurs premières années de mariage, la naissance des enfants (cf. GC26, 98.99.104).

Nous tient particulièrement à coeur de combler le vide le plus profond de leur vie, en les aidant dans la recherche d'un sens pour cette vie et surtout en offrant un parcours de croissance dans la connaissance du Seigneur Jésus et dans l'amitié avec Lui, dans l'expérience d'une Eglise vivante, dans l'engagement concret pour vivre leur vie comme une vocation.

Voici, donc, le programme spirituel et pastoral pour l'année 2012 :

Connaissant et imitant Don Bosco,

faisons des jeunes la mission de notre vie

Déjà de nombreux groupes de la Famille Salésienne se trouvent en harmonie avec cet engagement, qui nous enrichira tous en nous faisant tourner ensemble notre regard vers notre cher Père Don Bosco. Avançons donc de plus en plus ensemble en tant que Famille.