Recteur Majeur

BS 2018-03 - Le miracle continue

LE MESSAGE DU RECTEUR MAJEUR

 

PÈRE ÁNGEL FERNÁNDEZ ARTIME

zip

LE MIRACLE CONTINUE

Une lettre sur mon bureau, une écriture large et claire

et une offrande qui était une magnifique et touchante surprise.

 

 

LÉvangile est vivant. Toujours. Ainsi, il peut nous arriver de vivre une page dÉvangile dans notre vie quotidienne. Personnellement, jai souvent vécu lune des pages les plus merveilleuses de lÉvangile, celle où Jésus fait l’éloge de cette pauvre veuve qui jette dans le trésor du Temple une offrande misérable, insignifiante aux yeux des hommes, mais c’était tout ce quelle avait pour vivre. Aux yeux de Dieu, cétait une offrande totale.

Je l’ai encore vécu tout récemment, en revenant des intenses et belles Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne au Valdocco (Turin), avec la participation de 367 personnes appartenant à 22 des 31 Groupes officiels, les branches de ce grand arbre quest la Famille Salésienne de Don Bosco.

En effet, jai trouvé sur mon bureau une enveloppe avec une lettre. Elle venait dune petite ville française. Jespère que, dans le respect de son anonymat, lexpéditrice de la lettre sera heureuse que jen parle, car tout ce qui est beau et bon doit être connu. La personne en question est une très vieille dame de 92 ans, émigrée italienne, mariée et mère de famille, veuve depuis peu.

Quest-ce qui distinguait cette lettre des centaines de lettres semblables qui arrivent tous les jours ? Lexpéditrice lavait rendue spéciale par son écriture large et claire, « entièrement de sa propre main ». La lettre était accompagnée dune offrande destinée aux plus pauvres de nimporte quel endroit des Missions Salésiennes.

Rien dexceptionnel jusque-là, car il y a beaucoup de gens qui envoient leurs humbles dons aux plus pauvres et vous pouvez faire tellement de bien avec cela. Ce qui rendait spécial le geste de la dame, cétait ce quelle offrait. Cétait quelque chose de vraiment sien et dune très forte valeur sentimentale. Elle offrait les alliances de son mariage, la sienne et celle de son mari défunt, avec la custode en argent ayant servi à porter la Sainte Eucharistie dans la maison pendant sa maladie. Javoue que cela ma profondément ému. Jai relu la lettre plusieurs fois et jai contemplé les deux anneaux, signe humble et précieux de lamour de deux personnes.

Je me suis promis dapporter personnellement cette offrande, transformée en argent, dans lune de nos missions les plus pauvres. Cet argent sera utilisé pour laide alimentaire aux familles les plus démunies et pour léducation dune jeune fille afin de lui procurer un avenir plus digne et plus heureux.

Je crois quen tant que femme, la dame serait heureuse de savoir que les symboles de son amour ont été transformés en la possibilité dun avenir plus serein pour une enfant malchanceuse. Je suis convaincu que même la nourriture qui sera achetée avec ce don aura une valeur ajoutée très spéciale.

 

 

Finalement une « bonne nouvelle »

 

Nous sommes tous bouleversés par les nouvelles quotidiennes de notre monde. Il est troublant de voir avec quelle facilité nous nous sommes habitués à la mort : la mort de la nature, détruite par la pollution industrielle ; la mort dans les rues ; la mort par la violence ; la mort de ceux qui ne parviennent pas à naître ; la mort des âmes.

Il est insupportable dobserver avec quelle indifférence nous entendons les chiffres terrifiants qui nous parlent de la mort de millions de personnes affamées dans le monde et avec quelle passivité nous contemplons la violence silencieuse, mais efficace et constante, de structures injustes qui font basculer les faibles dans la marginalisation.

Et jai pensé : pourquoi un geste si profondément humain et imprégné de sentiments vrais en faveur dautrui, comme celui de la veuve dont je viens de parler, ne peut être une nouvelle ? Son message silencieux et discret est une véritable et grande «bonne nouvelle».

Lécrivain Alessandro dAvenia raconte lhistoire dun enfant qui, à lécole, avait dessiné un ciel étoilé. Admirant le dessin, la maîtresse lui demanda avec un grand sourire :

« De quoi sont faites les étoiles ?

  • De lumière, répondit lenfant sûr de lui, sans même comprendre ce quil disait.

  • Et pourquoi ? demanda lenseignante, emportée par son enthousiasme. »

    La maman regardait son fils qui la regardait aussi pour essayer de trouver une réponse à quelque chose que personne ne sait.

    « Pourquoi, André ? demanda la maman doucement.

  • Parce que la Terre est pleine dobscurité. »

Si ce monde est plein de gens qui « vivent dans le noir », la veuve française a allumé une lumière. Et je suis sûr que vous aussi, tout comme moi, vous en êtes heureux.

 

Un souhait de Timor Est

 

Jécris du Timor Oriental, parmi des gens très simples, qui vivent modestement, mais qui sont gentils et généreux, dotés dune grande foi, bien qu’éprouvés par la souffrance et les sacrifices. Nous venons de célébrer la fête de Don Bosco. Bientôt, à Fatumaca, je célébrerai avec des milliers de personnes une Eucharistie avec les membres de lAssociation des Dévots de Marie Auxiliatrice.

Et je vois que le charisme salésien continue à prendre profondément racine dans ce bon pays, religieux et accueillant. Cela aussi, cest notre monde. Et cela aussi, ce sont des nouvelles.

Je vous souhaite à tous les meilleures choses.