Recteur Majeur

BS 2019-07 - Trois étoles, trois histoires merveilleuses

LE MESSAGE DU RECTEUR MAJEUR

Père Ángel Fernandez Artime

Trois étoles, trois histoires merveilleuses et un cœur qui n’oublie pas

 

 

Nous devons nous rappeler la valeur incalculable de chaque rencontre humaine, quelle soit de courte ou de longue durée, profonde ou rapide. Chaque rencontre laisse un parfum particulier dans notre âme. Nous vivons chaque rencontre humaine dune manière particulière. Comme les trois dont je vais vous parler.

 

Chers amis et lecteurs du Bulletin Salésien,

Je vous retrouve avec joie pour notre rendez-vous mensuel dans la revue fondée par Don Bosco et si chère à son cœur. Avec le Bulletin Salésien, Don Bosco a voulu faire connaître le bien qui se fait dans les maisons salésiennes, surtout dans les missions. Et lui-même le faisait personnellement, sans craindre de tendre la main avec une immense confiance en ceux quil rencontrait, espérant en trouver beaucoup qui puissent laider à accomplir sa mission parmi les jeunes et les familles les plus pauvres du monde.

Je voudrais évoquer avec vous trois belles histoires que jai vécues lors de mes visites parmi les Salésiens à travers le monde. La protagoniste absolue de toutes les histoires est une étole.

Létole fait partie des vêtements du prêtre et du diacre pour les célébrations liturgiques. Cest cette bande de tissu de la couleur liturgique du jour que le prêtre met sur ses épaules et laisse tomber sur sa poitrine. Cest linsigne de la dignité et de la consécration du prêtre ; elle rappelle le joug facile à porter de Notre Seigneur, les obligations de létat sacerdotal et symbolise, dune certaine manière, les brebis que le Bon Pasteur porte sur ses épaules. Ces derniers mois, on ma offert trois étoles qui ont pour moi une signification affective particulière.

L’étole d’une femme anonyme

La première étole ma été offerte lors de la fête de Marie Auxiliatrice, le 24 mai au Valdocco de Turin. Cest une belle étole, brodée à la main avec un beau fil dor, réalisée en des centaines dheures de travail. Une dame dévote de Marie Auxiliatrice et de Don Bosco désirait que je la porte au cours de lEucharistie et durant la procession de Marie Auxiliatrice ce soir-là. Cette étole avait été confectionnée dans la simplicité du sacrifice, avec beaucoup de générosité et damour pour Notre Dame. Jai célébré lEucharistie avec cette étole, et je lai portée durant la procession où jai offert ma prière pour les milliers et les milliers de personnes qui étaient là, et en particulier pour cette femme (que je ne connaissais pas, car le don avait été fait anonymement), dont le cœur est plein damour pour la Vierge Auxiliatrice et de foi dans le Seigneur.

L’étole des jeunes qui vivent sous les bombes

Jai reçu la deuxième étole à Damas, en Syrie, un après-midi où des centaines de garçons et de filles étaient à loratoire-patronage. Cet après-midi-là, nous avons célébré lEucharistie avec plus dune centaine de jeunes animateurs universitaires. Nous croyions ardemment que la paix était proche et, à la fin de la messe, nous devions libérer une colombe blanche pour dire à tous que lon pouvait se réjouir pour la paix, mais non loin de nous, ont explosé de violents tirs de mortier. Eh bien ! cet après-midi-là, ces jeunes animateurs, des jeunes merveilleux, avec un regard profond et une foi vraiment vécue, mont offert une belle étole sur laquelle une broderie en arabe dit : « Souvenez-vous de nous chaque fois que vous célébrez lEucharistie ».

L’étole des jeunes incarcérés

Jai reçu ma troisième étole il y a un mois, lors de ma visite au Brésil, au Mato Grosso. À la fin dune rencontre avec les jeunes, un éducateur ma offert une étole portant au dos, écrits avec une encre indélébile, les noms et prénoms des 56 jeunes de la maison salésienne. Ce ne sont pas des garçons avec une histoire banale. Ce sont des garçons condamnés à ce quon appelait autrefois « prison pour mineurs », des jeunes privés de liberté pour avoir commis quelque délit et confiés aux Salésiens après le procès. Ces jeunes ne pouvaient pas participer à la rencontre, mais ils mavaient envoyé létole avec leurs noms, me demandant de ne pas les oublier et me promettant queux aussi se souviendraient de moi. Je peux vous assurer que je me souviens deux tous les jours à la célébration de lEucharistie.

Je crois

Je crois intensément à lharmonie et à la communion des cœurs. Je crois fermement à la prière, surtout à la prière des uns pour les autres. Cest une véritable expression damour que de prier pour dautres personnes, connues ou inconnues, mais qui viennent habiter dans nos cœurs au moment où nous nous souvenons delles. Au cours de ces années, jai compris de plus en plus clairement pourquoi le Pape François insiste pour que lon prie pour lui.

Cest pourquoi je veux vous laisser le témoignage de la valeur importante de ces trois étoles.

Je veux graver dans ma mémoire, et dans la vôtre, la valeur incalculable de chaque rencontre humaine, quelle soit de courte ou de longue durée, profonde ou rapide. Chaque rencontre laisse un parfum particulier dans notre âme. Nous devons faire en sorte que chaque rencontre humaine soit spéciale : ainsi notre vie senrichira.

Les gens sont comme des cordes de guitare, chacune est une note différente, mais ensemble elles peuvent faire entendre des harmonies inoubliables. Je voudrais rappeler comment la foi réussit à émouvoir les cœurs et la volonté. Je le vois partout dans mes voyages à travers le monde salésien.

Chaque fois, je comprends mieux ce que Don Bosco écrivait aux garçons du Valdocco, quand il était loin deux, les appelant « voleurs ». Oui, cest ainsi quil les définissait : « Oui, vous êtes tous des voleurs... » ; et puis il ajoutait : « parce que vous avez volé mon cœur. » Cest agréable de sentir que le cœur puisse vous être volé dune manière aussi affectueuse et pleine damour, quand on ne cherche que le bien des personnes.

Je vous bénis tous et vous promets que la prochaine fois que je porterai une de ces étoles, je me souviendrai aussi de vous qui avez partagé avec moi leur signification profonde.