Recteur Majeur

ARTÉMIDE ZATTI SERA DÉCLARÉ SAINT LE DIMANCHE 9 OCTOBRE 2022

À l’occasion du Consistoire ordinaire public tenu dans la Basilique Saint-Pierre le samedi 27 août 2022 pour la Canonisation des Bienheureux :

Giovanni Battista Scalabrini, évêque de Piacenza, fondateur de la Congrégation des Missionnaires de Saint Charles et de la Congrégation des Sœurs Missionnaires de Saint Charles Borromée ;

Artemide Zatti, laïc profès de la Société Salésienne de Saint Jean Bosco (Salésiens),

le Saint-Père François a décidé que le rite de canonisation des deux bienheureux sera célébré le dimanche 9 octobre 2022.

Artemide Zatti est né à Boretto (Reggio Emilia) le 12 octobre 1880. Il a connu très tôt la dureté du sacrifice, à tel point qu’à l’âge de neuf ans, il gagnait déjà sa vie comme ouvrier. Contrainte par la pauvreté, la famille Zatti, au début de 1897 (Artemide a alors 17 ans), émigre en Argentine et s’installe à Bahía Blanca.

Le jeune Artemide a immédiatement commencé à travailler, d’abord dans un hôtel, puis dans une usine de briques. Il a commencé à fréquenter la paroisse dirigée par les salésiens. À cette époque, le curé de la paroisse était le salésien Don Carlo Cavalli, un homme pieux et d’une extraordinaire bonté. Artemide a trouvé en lui son directeur spirituel et le curé a trouvé en Artemide un excellent collaborateur. Il n’a pas tardé à se tourner vers la vie salésienne. Il avait 20 ans quand il est parti pour l’aspirantat à Bernal. Ce furent des années très dures pour Artemide, qui était en avance sur ses compagnons en âge, mais en retard par rapport aux études qu’il avait faites. Il a cependant surmonté toutes les difficultés grâce à sa volonté tenace, sa vive intelligence et sa solide piété.

Alors qu’il s’occupait d’un jeune prêtre tuberculeux, il a malheureusement contracté la maladie. L’intérêt paternel de Père Cavalli – qui le suivait de loin – fit choisir pour lui la maison salésienne de Viedma, où il y avait un climat plus adapté et surtout un hôpital missionnaire avec un bon infirmier salésien qui, dans la pratique, faisait office de "médecin" : Père Evasio Garrone. Ce dernier s’est immédiatement rendu compte de la gravité de l’état de santé du jeune homme et a en même temps perçu ses vertus hors du commun. Il invite Artémide à prier Marie Auxiliatrice pour sa guérison, et lui suggère aussi de faire une promesse : « Si elle te guérit, tu consacreras toute ta vie à ces malades ». Artémide a volontairement fait cette promesse et a été mystérieusement guéri. Il a accepté avec humilité et docilité la souffrance non négligeable de renoncer à son sacerdoce (à cause de la maladie qu’il avait contractée). Il ne s'est jamais plaint, ni à l'époque ni plus tard, de cet objectif non atteint.

Il a fait sa première profession en tant que confrère laïc le 11 janvier 1908 et sa profession perpétuelle le 18 février 1911. Conformément à la promesse faite à la Vierge, il s’est immédiatement et totalement consacré à l’hôpital, s’occupant d’abord de la pharmacie attenante après avoir obtenu le titre de "diplômé en pharmacie". Lorsque le père Garrone est décédé en 1913, toute la responsabilité de l’hôpital lui a été confiée. En fait, il en est devenu le directeur adjoint, l’administrateur et un infirmier expert estimé par tous les malades et par les médecins eux-mêmes, qui lui ont progressivement donné de plus en plus de liberté d’action. Tout au long de sa vie, l’hôpital a été le lieu où il a exercé sa vertu, jour après jour, à un degré héroïque.

Son service ne s’est pas limité à l’hôpital, mais s’est étendu à toute la ville, ou plutôt aux deux villes situées sur les rives du fleuve Nègre : Viedma et Patagones. Il sortait généralement avec sa blouse blanche et son sac de médicaments les plus courants. Une main sur le guidon et l’autre avec le chapelet. Il préférait les familles pauvres, mais était également sollicité par les riches. En cas de besoin, il se déplaçait à toute heure du jour et de la nuit, quel que soit le temps. Il ne restait pas dans le centre-ville, mais se rendait aussi dans les masures des banlieues. Il faisait tout gratuitement, et s’il recevait quelque chose, il le ramenait à l’hôpital.

Artemide Zatti aimait ses malades d’une manière vraiment émouvante, il voyait Jésus lui-même en eux. Il était toujours obséquieux envers les médecins et les propriétaires d’hôpitaux. Mais la situation n’était pas toujours facile, tant en raison du caractère de certains d’entre eux que des désaccords qui pouvaient survenir entre les responsables juridiques et lui. Cependant, il a su les convaincre et, grâce à son équilibre, il a réussi à résoudre les situations les plus délicates. Seule une profonde maîtrise de soi pouvait lui permettre de triompher des tracas et de l’irrégularité facile de l’emploi du temps.

Il était un témoin édifiant de la fidélité à la vie commune. Tout le monde était étonné de voir comment ce saint religieux, si occupé par ses nombreux engagements à l’hôpital, pouvait en même temps être le représentant exemplaire de la régularité. C’est lui qui sonnait la cloche, c’est lui qui précédait tous les autres frères dans les rendez-vous communautaires. Fidèle à l’esprit salésien et à la devise – "travail et tempérance" – léguée par Don Bosco à ses fils, il accomplit un travail prodigieux avec une disponibilité d’esprit habituelle, avec un esprit de sacrifice surtout pendant le service de nuit, avec un détachement absolu de toute satisfaction personnelle, sans jamais prendre de vacances ou de repos. En bon salésien, il a su faire de la gaieté une composante de sa sainteté. Il apparaissait toujours joyeusement souriant : c’est ainsi que toutes les photos qui nous sont parvenues le dépeignent. C’était un homme aux relations humaines faciles, avec une charge visible de sympathie, toujours heureux de divertir les gens humbles. Mais il était avant tout un homme de Dieu. Il le rayonnait. Un des médecins de l’hôpital a déclaré : « Quand j’ai vu M. Zatti, mon incrédulité a vacillé ». Et un autre : « Je crois en Dieu depuis que j’ai rencontré M. Zatti ».

En 1950, il tombe d’une échelle et c’est lors de cet accident que se manifestent les symptômes d’un cancer, qu’il diagnostique avec lucidité. Cependant, il poursuit sa mission pendant une année supplémentaire, jusqu’à ce qu’après avoir accepté héroïquement ses souffrances, il s’éteigne le 15 mars 1951 en pleine conscience, entouré de l’affection et de la gratitude d’une population qui, dès lors, commence à l’invoquer comme intercesseur auprès de Dieu. Tous les habitants de Viedma et de Patagones se sont rendus à ses funérailles dans une procession sans précédent.

La renommée de sa sainteté se répandit rapidement et sa tombe commença à être très vénérée. Aujourd’hui encore, lorsque les gens se rendent au cimetière pour des funérailles, ils se rendent toujours sur la tombe d’Artemide Zatti. Béatifié par saint Jean-Paul II le 14 avril 2002, le bienheureux Artemide Zatti a été le premier salésien coadjuteur non-martyr à être élevé aux honneurs des autels.