SDB Ressources

BonneNuit Postulatore Don Cameroni 27 Feb 2014

Mot du soir
« Proposition pastorale et spirituelle de la sainteté salésienne »
27 février 2014

 

Il faut exprimer un profond et religieux sentiment de gratitude et de louange pour la sainteté déjà reconnue dans notre Famille et pour celle qui se trouve en voie de reconnaissance. La réussite d’une cause de béatification et de canonisation est un événement d’une extraordinaire importance théologique et ecclésiale. Il s’agit en fait de réaliser un discernement sur la renommée de sainteté d’un  baptisé, qui a vécu les béatitudes évangéliques en degré héroïque ou qui a donné la vie pour le Christ. Actuellement notre Postulation accompagne 166 candidats dont 9 saints, 117 Bienheureux, 11 Vénérables et 29 Serviteurs de Dieu.
 Nos constitutions nous rappellent: « L’Église y a reconnu l’action de Dieu, surtout en approuvant nos Constitutions et en proclament saint notre Fondateur » (art. 1). « Membres de l’Église en marche, nous nous sentons en communion avec nos frères du Royaume des cieux et en attente de leur aide. Don Bosco a confié notre Société de façon spéciale à Marie qu’il a institué notre patronne principale  mais aussi à saint Joseph et à saint François de Sales, pasteur plein de zèle et docteur de la charité. Nous vénérons également comme protecteurs particuliers saint Dominique Savio, signe des merveilles de la grâce chez les adolescents, et les autres membres glorifiés de notre Famille » (art. 9). « Les confrères qui ont vécu ou qui vivent  en plénitude le projet évangélique des Constitutions nous aident et nous entraînent sur le chemin de la sanctification » (art. 25). « La foi au Christ ressuscité soutient notre espérance et maintient vivante la communion avec nos frères qui reposent dans la paix du Christ. Ils ont dépensé leur vie dans la Congrégation et plusieurs ont même souffert jusqu’au martyre, par amour du Seigneur » (art. 94).
“Une des idées fondamentales de la nouvelle impulsion que le Concile Vatican II a donné à l’évangélisation est  celle de l’appel universel à la sainteté, qui en tant que tel concerne tous les chrétiens (cf. Lumen Gentium, 39-42). Les saints sont les vrais protagonistes de l’évangélisation dans toutes ses expressions. Ils sont, en particulier, aussi les pionniers et les promoteurs de la nouvelle évangélisation: avec leur intercession et l’exemple de leur vie, attentive à la fantaisie de l’Esprit Saint, ils montrent aux personnes indifférentes ou même hostiles la beauté de l’évangile et de la communion en Christ, et invitent les croyants, pour ainsi dire, tièdes, à vivre avec joie la foi, l’espérance et la charité, à redécouvrir le « goût » pour la Parole de Dieu et pour Sacrements, en particulier pour le Pain de vie, l’Eucharistie... La sainteté ne connaît pas des barrières culturelles, sociales, politiques ou religieuses. Son langage – celui de l’amour et de la vérité – est compréhensible par tous les hommes de bonne volonté, et il les rapproche de Jésus-Christ, source inépuisable de  vie nouvelle”[1].

1. Promouvoir  le patrimoine de sainteté qui découle du charisme de don Bosco
Nous sommes dépositaires d’un précieux héritage qui mérite d’être mieux connu et valorisé. Il y a le risque de réduire ce patrimoine de sainteté à un fait liturgique et de célébration, ne valorisant à peine les potentialités de type spirituel, pastoral, ecclésial, éducatif, culturel, historique, social, missionnaire... Les Saints, Bienheureux, Vénérables et Serviteurs de Dieu sont des pépites d’or que ont été soustraites de l’obscurité du minerai pour pouvoir briller et refléter dans l’Église et dans la Famille Salésienne la splendeur de la vérité et de la charité du Christ. L’aspect pastoral touche l’efficacité de ces figures exemple réussis de christianisme vécu dans les situations particulières socio-culturelles de l’Église et de la Famille Salésienne. L’aspect spirituel implique l’invitation à imiter leurs vertus comme source d’inspiration et de projectualité. Le soin pastoral et spirituel d’une cause est une authentique forme de pédagogie de la sainteté, à laquelle nous devrons, par la force de notre charisme, être particulièrement sensibles et attentifs. Connaître et faire connaître ces figure extraordinaires de croyants génère un progressif engagement dans le propre chemin, un intérêt passionné pour leur démarches, un joyeux partage des projets et des espérances qui animèrent leurs pas, faisant naître dans la communauté chrétienne, les groupes de la Famille Salésienne, et parmi les personnes des vraies amitiés spirituelles, liées par une « sympathie » affective et spirituelle.
La sainteté représente  l’incarnation du charisme et aide à vivre de façon réaliste l’esprit salésien, dépassant la tentation et le danger des idéologies et des fausses justifications, avec l’offre de bonnes pratiques, incarnations authentiques du charisme. Il y a une apologétique de la sainteté qui montre, non pas avec des paroles ou des documents, mais avec la vie, la beauté et la vérité de l’évangile du Christ et du charisme salésien.

2. Diffuser la connaissance, l’imitation et l’intercession de nos candidats à la sainteté

Même si nous ne manquons pas de groupes et d’initiatives qui promeuvent la connaissance et la prière d’un Saint, d’un Bienheureux, un Vénérable ou un Serviteur de Dieu, il faut que cet aspect soit mieux soigné dans nos Provinces, en communion avec les Église locales et la Famille Salésienne. Dans ce sens, il est touchant le nombre de Vénérables (actuellement ils sont 11) qui en fait pourraient être béatifiés, mais puisqu’il manque le miracle, ils restent en attente. Une donnée sur laquelle il faut réfléchir est que la dernière canonisation de la Famille Salésienne promue par notre Postulation, est celle de Saint Dominique Savio (12 juin 1954) il y a 60 ans ! La canonisation  de Saint Luis Versiglia et Saint Calixte Caravario eurent lieu par dispense du miracle, concédée par le Pape, le Bienheureux Jean-Paul II. Le responsable de la cause n’est pas seulement le Postulateur ou quelque dévot mais la communauté ecclésiale qui, dans les diverses composantes intéressées (diocèses, paroisses, congrégations, associations, groupes...), exprime intérêt, enthousiasmes et participation. Dans un tel sens, nous invitons à :

  1. Favoriser la prière avec l’intercession du Saint, Bienheureux, Vénérable ou Serviteur de Dieu, à travers des images, dépliants, livres... qu’il faut diffuser dans les familles, les paroisses, les maisons religieuses, les centres de spiritualité, les hôpitaux, pour demander la grâce de miracles ou de faveurs. Il s’avère particulièrement efficace la diffusion de la neuvaine dans les divers cas de besoin matériel et spirituel. On met en évidence deux éléments formatifs: la valeur de la prière insistante et confiante et celle de la prière communautaire.
  2. Recueillir les grâces et les  faveurs qui sont signalés. S’agissant surtout de guérisons extraordinaires il est important de recueillir urgemment et avec diligence toute la documentation médicale (précédente et suivante) et théologique relative au présumé miracle.
  3. Valoriser quelques événements tel qu’anniversaires de béatifications, de déclarations de vénérable... Demandons-nous par exemple quelle est la retombée qui a eu dans nos Provinces la béatification de Stefano Sándor, en tant que témoin de radicalité dans le vécu de sa consécration apostolique jusqu’au don de la propre vie pour les jeunes, dans la promotion de la vocation du salésien coadjuteur, dans le témoignage de la foi dans de contextes de persécution de l’Église, dans l’importance sociale et politique d’un tel témoignage. Ou bien, se demander quelle retombée a eu le centenaire de la mort de don Rua, avec la richesse de contributions qu’on a produites.
  4. Promouvoir et accompagner pastoralement et spirituellement les causes en cours, surtout dans les Provinces où nos Saints, Bienheureux, Vénérables et Serviteurs de Dieu sont nés, ont vécu ou sont  morts. Il y a une géographie de la sainteté qui est significative et qui parle de comment le charisme a été incarné dans le temps et dans l’histoire. La valorisation du lieu n’est pas une considération  extrinsèque à la foi, mais la condition de possibilité, afin que la foi puisse naître et grandir. Un tel accompagnement, programmé et organisé dans les Provinces et en communion avec la Famille Salésienne, exprime qu’on a mis en marche un processus vivant et ecclésial et non une procédure purement formelle et bureaucratique.

 

3. Discernement initial avant d’entamer une cause
Il est d’abord nécessaire, de la part du Provincial et de son Conseil, investiguer et se documenter,  aves grande diligence, sur la renommée de sainteté et des signes (fama sanctitatis et signorum) du candidat et l’actualité de la cause, afin de examiner la vérité des faits et la conséquente formation d’une certitude morale bien fondée. En plus, il est fondamental que la cause en question intéresse une considérable et significative portion du peuple de Dieu et qu’elle ne soit pas seulement une affaire de quelque groupe ou encore moins, de certains personnes. Il faut  se demander sérieusement : à qui intéresse cette cause ? Qui la promeut ? Qui souhaite vraiment ce procès ? Tout cela comporte un discernement initial bien motivé et documenté, pour éviter le gaspillage d’énergie, de forces, de temps et de ressources. Toute cause amorcée demande engagement sincère, soin et donation. Le passage du temps, le changement des personnes (postulateur, rapporteurs, vice postulateurs, collaborateurs...) ralentit souvent, ou bloque carrément le processus en marche.

4. Dans la perspective du thème capitulaire
La sainteté reconnue ou en voie de reconnaissance, d’un côté est déjà réalisation de la radicalité évangélique et de la fidélité au projet apostolique de Don Bosco qu’il faut regarder comme ressource spirituelle et pastorale, de l’autre est provocation à vivre soit le travail comme « moyen de sainteté », soit la tempérance comme condition indispensable pour la sainteté, parce que  elle génère cette liberté de l’esprit qui rend disponible pour l’amour jusqu’à l’extrême. Nos Saints, Bienheureux, Vénérables et Serviteurs de Dieu sont l’incarnation authentique du charisme salésien et des Constitutions dans le temps et dans les situations les plus diverses, ayant surmonté cette mondanité et superficialité spirituelle qui minent la racine de notre crédibilité et fécondité. Ils sont de vrais mystiques de la primauté de Dieu dans le don généreux de soi, prophètes de fraternité évangélique dans la pratique de la custode et la correction, serviteurs des frères avec créativité.
L’expérience me confirme chaque fois de plus que la promotion et le soin des causes de béatification et de canonisation de notre Famille, la célébration chorale des événements en relation avec la sainteté, sont des dynamiques de grâce qui suscitent joie évangélique et sens d’appartenance charismatique, renouvelant des propositions et des engagements de fidélité à l’appel reçu, et générant fécondité apostolique et vocationnelle.

Don Pierluigi CAMERONI SDB
Postulateur Généal des Causes des Saintsi
pcameroni@sdb.org


[1] BENOIT XVI, Homélie pour l’ouverture du Synode sur  la Nouvelle Évangélisation ; Rome 7 octobre 2012.