SDB Ressources

Mots du soir du Provincial CRO Projet “Jeunes pour les jeunes” 31 marzo 2014

Mots du soir du Provincial CRO
Projet “Jeunes pour les jeunes”
31 marzo 2014

Chers confrères,
Je saisis l’occasion pour vous saluer tous  et vous inviter à rendre grâce à Dieu pour notre centenaire de la présence salésienne en Croatie et Bosnie Herzégovine.

Les débuts et le développement de notre présence ont marché très bien de 1913 jusqu’à la seconde guerre  mondiale, après qu’une bonne partie de l’Europe Centrale et de l’Est soit tombée sous la dictature de l’idéologie communiste, qui s’est déclarée très vite contre la religion et particulièrement contre l’Église de Rome. Nous sommes restés sans nos œuvres et confinés dans les sacristies des églises, qui sont restée pour donner l’apparence de liberté religieuse.

Cependant le Seigneur a agi à sa manière. Il a envoyé des vocations dans une situation dans laquelle il était presque impossible de vivre. Du jour en jour nous avons grandi, jusqu’à la chute du mur de Berlin, lorsque nous avons eu les premières votations démocratiques en 1990. En Croatie pointaient aussi des rayons vers un avenir plus lumineux dans tous les domaines, spécialement religieux. On pouvait de nouveau confesser librement la foi sans peur et sans obstacles, et non seulement cela, il était possible de sortir des sacristies - “catacombes” pour réaliser notre travail  éducatif et pastoral. Je dois faire remarquer que les salésiens en Croatie aussi dans le système communiste depuis la fondation de la Province autonome salésienne dans les années soixante-dix, ont pu mettre en œuvre quelques initiatives de travail éducatif avec les “ministranti” (enfants de chœur).

Dans le travail pastoral ils ont réussi à introduire les colonies de vacances pour ces enfants ; ils passaient, au total dans les divers groupes, autour de 500 adolescents. En tant qu’enfant de chœur, j’ai aussi participé, et cela a été mon premier contact avec les salésiens. Jusqu’aux années quatre-vingt le travail s’est élargi aussi aux jeunes des écoles secondaire et supérieures. Le premier groupe est apparu en 1989 à Rijeka. Ensuite est venue la guerre de Serbie contre les autres peuples de l’Ex-Yougoslavie. Un tiers de la Croatie a été sous l’occupation de la population serbe. En cette situation, presque désespérée, le délégué de la pastorale des jeunes, P. Josip Stanic avec son équipe, ha organisé la première rencontre de jeunes de nos paroisses salésiennes. Avec tous les dangers de cette situation et avec toutes les peurs, j’ai réussi à organiser cette rencontre. Ils y a eu presque 290 jeunes qui sont venus à Rijeka, et la rencontre a duré deux jours. Encouragés par le résultat positif de cet événement on a programmé et réalisé la première école pour des animateurs, qui commença en avril 1994.

La formation des animateurs dura deux ans. On organisa huit rencontres des week-ends. Pour la première école ensemble avec les salésiens il y a eu 65 jeunes. Comme fruit de cette école, ont surgi des différents groupes dans les paroisses : de prière, de Caritas, groupes de sport, de musique, de théâtre et de temps libre. Les conditions de travail étaient très restreintes et difficiles. D’une part ils manquaient les espaces adaptés et d’une autre, le problème se posait parce que certains salésiens, habitués à travailler de manière individualiste et comme protagonistes solitaires, se sentaient « gênés » par cette manière de faire ; ils ne savaient pas comment s’insérer dans ce type de pastorale. Mais aussi ces difficultés de changement de mentalités ont été dépassées. De l’attitude « qu’est-ce que je fais avec eux?”, on est passé à celle de: “j’ai encore besoin de beaucoup d’animateurs pour de nouveaux projets ». L’école des animateurs s’améliorait à chaque année. Il manquait encore une bonne coordination au niveau local parce qu’il manquait l’accompagnement des jeunes, et dans ce sens on devait travailler avec les salésiens, eux-mêmes. Les choses ont marché ainsi jusqu’à l’an 2001. En cette année-là le P. Josip Krpić avec l'aide des jeunes-eux mêmes et des salésiens coopérateurs, a commencé la formation d'animateurs en dehors des oeuvres salésiennes. Au cours de l'année 2002 a demarré le projet pilote dans le diocése de Požega.

L’année 2003 la Conférence Épiscopal Croate (HBK) a fait sien tous les projets de formation des animateurs sous le titre « Jeunes pour les jeunes ». Les protagonistes et réalisateurs ont été les Salésien, les Filles de Marie Auxiliatrice, les Coopérateurs et le MSJ, concrètement, il s’agissait d’un travail de la Famille Salésienne. Dans ces années  on a créé cinq diocèses ; celles-ci ont demandé de faire aussi ce projet chez eux. Une année après, trois autres encore. Après cinq ans C’est la Conférence épiscopale de Bosnie et Herzégovine qui a adhéré à ce projet. Aujourd'hui le projet existe dans presque tous les diocèses ; il y en a même certains diocèses qui sont déjà capables de le faire eux seuls tandis que d’autres ont encore aidés par le Bureau national pour la pastorale des jeunes. Il faut dire que les membres de ce Bureau auprès de HBK sont, depuis le début, justement les animateurs des premiers temps. Aujourd'hui ils sont tous des salésiens coopérateurs.

Le projet a eu un appui spécial de l’évêque responsable de la pastorale des jeunes dans la Conférence épiscopale. Ce bureau, en plus d’accompagner la problématique des jeunes, est chargé de l’organisation de la rencontre nationale des jeunes tous les deux ans. Dans les dernières années, il ce sont normalement presque de 2000 jeunes. Au niveau de notre Province de Croatie le projet est depuis 2009 divisé en deux parties : la première année pour les pré-animateurs, pour ainsi dire, et la seconde pour les animateurs. Afin de satisfaire aux besoins de l’animation on a aussi préparé des matériels adaptés pour la formation des pré-animateurs au niveau local.

Voici en bref le fruit de ce projet:

  1. les premiers destinataires sont les jeunes même. Jusqu’à aujourd’hui, l’école des animateurs a été fréquentée par presque 800 jeunes de nos communautés et, à travers le Bureau pour les jeunes, autour de 3.000.
  2. Au début, le projet a été réalisé par les salésiens ; aujourd'hui nous pouvons dire qu’il s’agit déjà d’un projet de Famille Salésienne.
  3. Grâce  à ce projet, bon nombre de jeunes ont découvert la vocation. Dans les diocèses ont été déjà ordonnés des prêtres de ce projet et certains sont entrés dans les divers ordres et congrégations religieuses masculines et féminines. Dans notre Province sont 8 les jeunes salésiens, deux parmi eux ont été déjà ordonnés prêtres. Les salésiens coopérateurs s’élèvent déjà à 20.
  4. Dans nos paroisses il y a encore une vingtaine de catéchistes ; de ceux qui sont dans les paroisses diocésaines nous n’avons pas d’information.
  5. La dimension spirituelle est remarquable: la vie sacramentelle des jeunes  a grandi (confession et communion). La dévotion mariale à travers la prière du chapelet ensemble, du 1e mai au 31 octobre dans les communautés salésiennes, les groupes de prière (adoration devant le Saint Sacrement), les veillés nocturnes (pendant la visite des reliques de Don Bosco, de16 jours de visite, nous avons organisé dans la Province une dizaine de veillées durant toute la nuit.
  6. L’engagement dans de divers groupes de sport et de temps libre à l’oratorio et dans les colonies de vacances. Chaque année on organise le Don Bosco Fest – de nouvelles chansons sur Don Bosco e sur la vie des jeunes, avec la production d’un CD.
  7. Divers types de volontariat: scolaire, paroissiale, caritatif...
  8. En matière de médias, nous avons fait une étude pour produire du matériel  vidéo et audio en vue de la nouvelle évangélisation par internet. On a aussi réalisé une application pour les cellulaires  intelligents, appelée Nouvelle Eva, justement pour la nouvelle évangélisation.
  9. Dans la programmation, il y a aussi les pèlerinages aux lieux de spiritualité salésienne : Colle Don Bosco,Turin-Valdocco, Chieri, Mondonio, Mornese...

Je finis ; je vous remercie pour votre attention et je vous demande une prière, afin que le projet “Jeunes pour les jeunes” aille encore de l’avant et porte de bons fruits. Je vous souhaite une bonne nuit !

P. Pejo Orkić, Provincial CRO