SDB Ressources

Réponse salésienne aux besoins des jeunes en Alemagne Ispettore di GER Le 2 avril 2014

Réponse salésienne aux besoins des jeunes en Alemagne
Ispettore di GER
Le 2 avril 2014
 
 
Chers confrères,
Je vous remercie de tout coeur pour l’invitation que j’ai reçue de vous donner un “mot du soir” à l’occasion du Chapitre Général. Je saisis volontiers cette occasion qui m’est offerte pour vous informer de la situation de la Province allemande qui, après la réussite en 2005 de l’unification des deux provinces antérieures, a pu définir dans son Projet Organique Provincial à quatre priorités, son oeuvre, ses propres défis et tâches. Depuis lors, petit à petit nous essayons de mettre en application ces priorités qui sont:

  1. La vie et le travail en communautés spirituelles unies entre elles (actuellement on en compte 27 avec 277 confrères, dont 216 appartiennent à la Province allemande et 61 proviennent d’autres Provinces.
  2. Le renouvellement de notre mission dans nos oeuvres, nos projets et nos paroisses.
  3. La formation continue et permanente des Salésiens et des presque 2000 collaborateurs et collaboratrices laïques dans nos oeuvres.
  4. Les conditions générales prévues pour l’avenir (structures, direction, administration et finances).

Vu le peu de temps à ma disposition, je vais me limiter à vous présenter quelques aspects inhérents à notre mission et à nos interventions en ce qui concerne les besoins des jeunes en Allemagne:
 
Nouvelles catégories d’intervention de notre mission

L’approche pédagogique dans le travail pour les jeunes défavorisés reste un point clé de notre mission. À côté de nos différentes écoles, oratoires, centres de formation pour les jeunes, pensionnats pour les jeunes en formation, nous pouvons compter dans notre Province des centres professionnels dans le domaine de l’éducation et de la formation professionnelle. Toutes ces oeuvres dans les années passées ont dû faire face à de véritables défis concernant leur développement. Je les note plus en particulier: 

L’assistance aux réfugiés mineurs
Dans  sept de nos oeuvres nous avons accueilli depuis trois ans des réfugiés mineurs provenant de pays africains et asiatiques. Ils vivent avec nous en groupes ordonnés et sont accompagnés par un personnel spécialisé. Ils reçoivent de l’aide pour l’apprentissage de la langue et sont aidés dans la mesure du possible pour s’engager dans une démarche formative. Notre maison de Helenenberg, non loin de Trèves, coordonne sur tout le territoire de l’état fédéral les interventions en faveur de ces jeunes entrés en Allemagne illégalement et sans famille dans l’espoir de trouver un avenir meilleur. Nous avons défini de grandes lignes pour le travail avec ces jeunes dans le besoin, accordant la toute première priorité à leur bien-être.
 
Projets destinés aux jeunes à problèmes pénaux
Le travail pour ce genre de jeunes a lui aussi été renforcé. Comme alternative aux amendes ou à la réclusion, les tribunaux peuvent imposer une période de service dans des instituts oeuvrant dans le domaine social. En tant que Salésiens nous offrons cette possibilité à certains jeunes (prenons l’exemple du Centre pour l’éducation ambiante et culturelle de Benediktbeuern), où l’on offre un accompagnement pédagogique spécifique dont le but est de motiver un changement de comportement. Dans notre maison de Sannerz nous avons depuis un an un groupe pédagogique pour jeunes âgés de 10 à 14 ans qui avaient déjà été accueillis auparavant dans des établissements dont ils se sont enfuis. Ces jeunes, que personne ne veut accueillir à cause de leur   conduite laissant à désirer, peuvent espérer avoir une autre chance avec nous les Salésiens. Ils sont accompagnés de façon plus intensive; ce genre de travail devient un véritable défi pour les éducateurs.

Accueil de jeunes psychiquement handicapés
Dans quelques-uns de nos centres de formation professionnelle nous accueillons depuis quelques années, avec une équipe spécialisée, des jeunes qui, à cause d’handicaps psychiques (par exemple, de jeunes autistes) ont besoin d’une plus grande attention et d”enseignants et éducateurs spécifiques qui leur permettent de pouvoir compléter un parcours formatif propre malgré leur handicap. L’accueil de tels jeunes exige une formation spécifique de la part des éducateurs et une assistance de la part de psychologues.

Possibilité de logement et de formation pour jeunes filles mères et leurs enfants
Dans quelques-uns de nos centres l’on trouve de jeunes mères célibataires (même mineures) qui durant leur période de formation doivent faire face à un problème de grossesse. À Berlin, Burgstädt et Würzburg on a construit des groupes d’habitations pour ces jeunes mères et leurs enfants, afin qu’elles puissent poursuivre et compléter leur cycle de formation professionnelle. Leurs enfants sont gardés pendant les heures de cours et les jeunes mères reçoivent une assistance professionnelle à travers l’éducation. 
 
Nouvelle présence: Centre Don Bosco à Berlin
Suite à la fusion des deux Provinces, en 2005 la Province allemande a commencé la construction d’un nouveau centre dans le quartier Berlin-Marzahn, en territoire de l’ex-République Démocratique Allemande (RDA). Après quelques années d’existence, cette oeuvre est maintenant reconnue  comme centre agréé d’aide pour jeunes non scolarisés, désoeuvrés, sans famille ni toît. Ce centre dont nous partageons la direction avec les Soeurs de Sainte Marie Madeleine de Postel, offre grâce à divers intervenants des perspectives intéressantes dans le domaine du travail et du logement pour jeunes en difficulté, grâce à des aides provenant de l’état et des communes.

Évolution de Benediktbeuern
La fermeture de l’Université de philosophie et de théologie de Benediktbeuern en 2013 a été pour notre Province très douloureuse. Les cours d’études en pédagogie sociale sont encore beaucoup en demande. À partir de l’automne 2014 il sera possible d’obtenir un diplôme de premier niveau en pédagogie de la religion en combinaison avec les cours d’études en pédagogie sociale. Les instituts oeuvrant dans le domaine de l’éducation de la jeunesse, comme les autres qui se consacrent à la formation salésienne (JPI – Institut pour la pastorale des jeunes, ISS – Institut de la spiritualité salésienne) jouent un rôle important et poursuivent toujours leur propre but.

Pastorale et conditions particulières

Après la chute du mur de Berlin en 1989 ( il y a 25 ans déjà!) nous avons lancé des oeuvres et des projets en plein territoire communiste, là où actuellement 85% de la population déclare n’avoir aucune religion et où il n’existe que 2 à 3% de catholiques: à Berlin, Burgstädt, Chemnitz, Heiligenstadt. Dans ces oeuvres nous travaillons avec des collaborateurs, hommes et femmes, qui parfois ne sont même pas baptisés. Dans ces oeuvres là, il y a très peu de jeunes qui sont chrétiens (catholiques ou protestants). Mais, même dans nos autres maisons d’Allemagne occidentale, nous constatons qu’il y a de moins en moins de jeunes qui ont vécu une expérience dans le milieu ecclésial. Dans beaucoup de nos oeuvres, l’on trouve des jeunes musulmans, et pas seulement parmi les réfugiés. Une de nos priorités, qui nous présente en même temps un grand défi, c’est de pouvoir élaborer des plans pastoraux différenciés qui conviennent à nos jeunes, à nos collaborateurs et collaboratrices, tout en pouvant appliquer notre méthode d’approche qui voudrait qu’on “éduque en évangélisant et qu’on évangélise en éduquant”. Le profil de notre travail salésien est défini selon de grandes lignes engageantes pour tous nos collaborateurs et collaboratrices mais bien accueillies par eux, même par ceux qui ne sont pas chrétiens.  


Avenir de nos oeuvres   

Nos oeuvres ainsi que nos projets sont importants même pour ce qui concerne l’avenir. Mais en considération du nombre de confrères actifs qui diminue constamment, nous croyons important de confier un rôle de plus grande responsabilité à nos laïcs tant au niveau local qu’à celui de la Province. Pour bien les préparer à de telles responsabilités, nous offrons des cours de formation et de mise à jour en collaboration avec l’Institut pour la pastorale des jeunes de Benediktbeuern.
Pour assurer la survie de nos oeuvres, nous collaborons avec les diocèses, avec d’autres congrégations et divers partenaires qui partagent avec nous l’esprit de Don Bosco, comme aussi les responsabilités concernant les ressources humaines et économiques.
Les expériences accumulées jusqu’aujourd’hui nous encouragent à continuer dans cette direction afin de renforcer le charisme salésien en Allemagne et en Suisse germanophone.
Puisse Don Bosco nous accompagner sur notre route et nous soutenir par sa prière.
 
Merci pour votre intérêt à l’égard de notre Province et pour la collaboration avec les autres Provinces. Je termine en vous demandant une prière pour notre Province. Merci et Bonne Nuit.

 P. Josef Grünner - Provincial