SDB Ressources

Jeudi de la troisième semaine de carême - "Écoutez sa voix aujourd'hui" - Rome, 27 mars 2014

XXVIIe Chapitre général
Jeudi de la troisième semaine de Carême
"Écoutez sa voix aujourd'hui"
Rome, le 27 mars 2014

 

Chers Confrères,

le Chapitre général dans lequel nous vivons aujourd'hui nous appelle à vivre une expérience d'unité dans la diversité. Les différences sont une richesse à reconnaître et à apprécier; dans le même temps, l'unité est un trésor à préserver et à faire grandir. Dans le charisme de Don Bosco, nous vivons la diversité des cultures et la pluralité des expressions. mais en même temps, nous expérimentons la communion entre confrères et le partage de choix.
Dans cette Eucharistie, nous invoquons l'Esprit du Christ pour qu'il puisse construire l'unité des cœurs et la convergence des esprits entre nous. car nous savons qu'il est plus facile de diviser que de s'unir, c'est pourquoi nous avons besoin de l'action transformante de l'Esprit. Il est l'Esprit de l'unité, ce qui ne veut pas dire uniformité, mais ramène tout à l'harmonie. L'harmonie fait du Saint-Esprit, et même du Saint-Esprit, comme le dit un père de l'Église, "l'harmonie orientale est". L’unité dans la diversité est un cadeau gratuit à accueillir et une tâche difficile à accomplir.
Dans la Congrégation, nous avons le don et la tâche de préserver et de développer l’unité charismatique, en regardant tout notre cher Père et Fondateur Don Bosco, reconnaissant le leadership de son successeur, garantissant une formation "unitaire dans des contenus essentiels et diversifié dans des expressions concrètes" (Const. 100). Dans le même temps, nous devons nous efforcer de valoriser les différences. Aujourd'hui, avec l'élection des conseillers sectoriels, nous aurons l'occasion d'apporter notre contribution en tant que chapitre à la construction d'un conseil général qui exprime la richesse de la diversité de notre congrégation, une congrégation de plus en plus interculturelle et transculturelle.
Faisons maintenant attention à ce que les Écritures Saintes de la liturgie d'aujourd'hui nous offrent pour notre méditation.

1. "Écoutez sa voix aujourd'hui"

Lors de la première lecture, le prophète Jérémie a à plusieurs reprises adressé au peuple l'invitation que Dieu lui-même lui avait adressée: "Écoutez ma voix!" Mais le peuple n'a ni écouté ni écouté; au lieu de tourner son visage vers Dieu, il lui tourna le dos. Puis Dieu, à travers le prophète, conclut amèrement: "C’est le peuple qui n’écoute pas la voix du Seigneur, son Dieu".
Nous pouvons aussi courir le risque d'être sourds à la parole de Dieu, puis notre cœur se durcit et devient obstiné. Dieu nous parle à travers les situations, la vie, les attentes et les désirs des jeunes, des confrères, des joies et des peines. Nous devons donc adopter une attitude d'écoute. L’exercice d’écoute de la Sainte Écriture dans la prière nous aide à découvrir comment Dieu nous parle également à travers les événements et les personnes qui nous placent à côté de nous. Ces jours-là, il nous a parlé de l'élection du recteur majeur et de son vicaire; Aujourd'hui, il nous parlera également lors de l'élection des conseillers sectoriels.
Dans la Congrégation, nous avons la possibilité de développer l'unité des frères des communautés, en écoutant, en méditant et en partageant ensemble les Saintes Écritures, ce qui nous incitera à avoir une communication profonde entre nous. Sans écoute commune, nous ne pouvons pas être des prophètes dans la vie et dans l'histoire; nous ne pourrons pas non plus percevoir les questions et les besoins des autres. L'écoute commune de la Parole de Dieu nous aide à sortir de nous-mêmes, à dépasser le référentiel sur soi, à écouter les besoins et les besoins des autres, en particulier des jeunes.

2. "Chaque royaume divisé en lui-même est en ruine".

Dans l'Évangile, nous voyons Jésus être attentif aux besoins d'un pauvre malade. Il restaure la capacité de parler à une personne possédée, que le diable a rendue muette. C’est un signe lumineux et provocateur de la puissance de Dieu qui sauve en Jésus, c’est la parole de Dieu qui attend d’être entendue et reçue; mais les adversaires de Jésus refusent de voir et d'écouter, ils proposent même une lecture alternative du fait: Jésus a un démon et est capable de guérir les possédés, car il agit au nom de Belezebul, le chef des démons.
Ils sont aveugles: s'ils voient, ils ne peuvent pas voir les signes de la présence de Dieu, ils sont muets: s'ils parlent, ils ne disent que des bêtises. Jésus manifeste en eux l'originalité de cette incapacité à voir les signes de la présence de Dieu et à écouter sa parole. Le diable, précisément celui qui crée la division, aveugle et met en sourdine.
Dans les puissants gestes de Jésus, le royaume de Dieu est brisé, ce qui met fin à celui de satan, l'adversaire, l'esprit de division. Jésus se révèle comme "le plus fort", ce qui élimine le gardien qui maintient l'homme esclave. Jésus triomphe de l'esprit de division et démasque la division et le conflit comme cause de ruine: "Un royaume divisé en lui-même est en ruine".
Les conflits et les divisions peuvent être un risque dont il faut être conscient. Nous devons en être conscients pour les affronter et les surmonter. "De cette manière, il est possible de développer une communion dans les différences, ce qui ne peut être favorisé que par les personnes nobles qui ont le courage d'aller au-delà de la surface du conflit et de considérer les autres dans leur dignité la plus profonde ... L'unité est supérieure au conflit" .

Nous demandons maintenant à Dieu de transformer notre "cœur", c'est-à-dire l'intériorité et la profondeur de nous-mêmes, car nous avons des yeux pour voir et des oreilles pour écouter, non pas ce que l'esprit de division nous propose, mais ce que l'Esprit de l'unité nous suggère . Aujourd'hui, nous entendons sa voix et nous verrons les signes de la puissance de Dieu.