Sainteté Salésienne

Élie Comini

Début du processus: 3-12-1995; Conclusion du processus: 25-11-2001

Choisi par l'archiprêtre de Salvaro

Elia Comini est né le 7 mai 1910 à Calvenzano, dans la province de Bologne, par Claudio et Emma Limoni. En 1914, la famille d'Elia s'est installée dans un lieu appelé "Casetta", dans la paroisse de Salvaro. L'archiprêtre de Salvaro, Mgr. Fidenzio Mellini, en tant que militaire à Turin, avait fréquenté saint Jean Bosco, qui avait prophétisé le sacerdoce.

Mgr Mellini a hautement estimé Elia pour sa foi, sa bonté et ses capacités intellectuelles uniques. En accord avec ses parents, il l'a envoyé à l'école salésienne de Finale Emilia, où Elia a demandé à devenir salésien. Après le noviciat à Castel de Britti, il fait sa première profession religieuse en 1926. La même année, le père d'Elia décède. À partir de ce moment, l'archiprêtre sera son deuxième père. Il a terminé ses études à Turin Valsalice, puis a obtenu un diplôme en littérature à l'Université d'État de Milan. Le 16 mars 1935, il fut ordonné prêtre.

Il incarnait la charité pastorale de Don Bosco

Le père Elia Comini était un prêtre et un enseignant, un apôtre et un éducateur de jeunes dans les écoles salésiennes de Chiari et de Treviglio. Il incarnait particulièrement la charité pastorale de Don Bosco et les traits de bonté salésienne, qu'il transmettait aux jeunes par son caractère affable, sa bonté et son sourire.

À l'été de 1944, il se rendit à Salvaro pour aider sa mère âgée et aider Mgr. Mellini. La région était devenue l'épicentre de la guerre entre alliés, partisans et Allemands, entre la terreur de la population et la dévastation presque totale. Les Salvaresi et les personnes déplacées de ces endroits ont toujours vu Don Elia à ses côtés, prêt à la confession, zélé dans la prédication, capable d'exploiter ses talents de bon musicien pour rendre les fonctions sacrées plus joyeuses.

En compagnie du père dehonien, Martino Capelli visite et sauve des rafles et des réfugiés, soigne les blessés, enterre les morts, met la paix entre la population, les Allemands et les partisans, souvent même au risque de leur vie. Dans la paroisse de Salvaro, pleine de réfugiés clandestins, on apprit qu'après un affrontement avec les partisans, les terribles SS avaient capturé 69 personnes, parmi lesquelles il y avait maintenant des mourants qui avaient besoin de réconfort.

Sous le feu de l'ennemi

Don Elia et le père Martino sous le feu prennent les huiles sacrées et marchent. Ils sont capturés parce qu'ils sont considérés comme des espions partisans et obligés de travailler dur. Ils ont été rassemblés avec d'autres otages dans une écurie. Don Elia, avec une héroïque charité pastorale, a refusé la liberté qui lui était proposée de rester près des autres prisonniers.

Coup

Il a dit: "Ou ils nous libèrent tous ou personne!" Ils ont été jugés et accusés injustement. Avant l'exécution, Don Elia et le père Martino, comme déjà Mgr. Versiglia et Don Caravario se sont confessés. Ensuite, Don Elia a prononcé l'absolution à voix haute pour les autres otages, qui ont répondu par un signe de croix. Son corps a ensuite été perdu dans le Rhin.