Sainteté Salésienne

Rodolphe Komorek

 

 

 

 

 

 

Début du processus: 31 - 1 - 1964; Vénérable: 6 - 4 - 1995

Prêtre ordonné dans le diocèse de Wroclaw

Rodolfo Komorek est né le 11 août 1890 à Bielsko en Silésie polonaise, alors autrichienne. Il était le troisième des sept enfants de John et Agnes Goch, deux parents véritablement chrétiens.

À 19 ans, il entre au séminaire où il est comparé à Saint-Louis. À 24 ans, il a été ordonné prêtre dans le diocèse de Wroclaw. Pendant la Première Guerre mondiale, il était aumônier militaire à l'hôpital et, à sa demande, également au front. Pendant trois ans, il est curé à Frystak, où il témoigne de la pauvreté, de la prière et du zèle apostolique. Son confessionnal est toujours encombré. Don Rodolfo est aimé et respecté par tous, en particulier par les enfants.

A 32 ans, il demande à être salésien. il devient missionnaire

À 32 ans, il demande à rejoindre la congrégation salésienne et, en 1922, il commence le noviciat. Il aspirait à être missionnaire. Pour cette raison, en octobre 1924, il fut affecté à San Feliciano au Brésil pour la pastorale d'immigrants polonais sans assistance religieuse. Il s'est distingué en tant qu'évangélisateur et confesseur exceptionnel.

"Le saint père"

Ils l'appelaient "le saint père". Il a été exemplaire dans la réalisation du vœu de pauvreté si aimé de Don Bosco. Il vivait en union avec Dieu en présence du Seigneur. Ils ont dit de lui: "Jamais un homme n'a été vu pour autant prier". Et encore: "Sa génuflexion valait un sermon et son calme à genoux sur le sol nous a persuadés de son extraordinaire esprit de pitié et de mortification". Il a traversé diverses paroisses et communautés salésiennes.

Confesseur dans la résidence étudiante

Il fut envoyé comme confesseur à la résidence étudiante salésienne de Lavrinhas, où il se distingua par sa sainteté. Il enseignait 28 heures par semaine. Le centre de santé de San José dos Campos était la dernière étape de sa mission, qui dure depuis 25 ans. Au cours des huit dernières années de sa vie, il était heureux de s'épuiser lentement et de donner à Dieu, jusqu'à la fin, le souffle de sa maladie tuberculeuse. Il assista les autres patients exerçant le ministère sacerdotal tout au long de la journée. Il a dormi sur trois planches en bois. Il a passé les derniers jours dans une prière continue. Il voulait que ses médicaments devenus inutiles soient donnés aux pauvres qui ne pouvaient pas les obtenir. Il ne voulait accepter ni oxygène ni eau.

Il est décédé à l'âge de 59 ans, le 11 décembre 1949. Il est enterré à San Jose dos Campos, où se sont forgés sa profonde piété - en particulier l'amour de l'Eucharistie -, le service infatigable des autres et son esprit de pénitence continuelle. et continuer à former des générations de fidèles.