Rada Zasoby

ATEmedia N° 114 Fevrier 2012

































































1
N° 114 Février 2012 13ème Année
SOMMAIRE
Editorial
De l’autre côté du Fleuve Page 2
La Provinciale
Entretien sur la Famille Salésienne Pages 3 - 4
Focus
« Don Bosco Studio Sound » Pages 5 - 6
Actualités (ATE)
Rencontre des Directeurs Pages 7 - 8
Rencontre des Professeurs Page 9
Communautés de la Province Pages 10 - 25
Etranger
Togo, Lomé Pages 26 - 27
Rwanda, Butare Pages 28 - 29
Entretien
Père Aimable MUSONI nous parle pages 30 - 31
2
Editorial
J ’écris ces lignes quand, dans le cadre de la visite provin-ciale aux confrères qui sont à Sarh (Tchad), j’ai traversé le fleuve pour rencontrer les habi-tants des villages qui se trouvent ‘de l’autre côté’. Ce sont des villages dans lesquels le travail missionnaire des confrères a permis de fonder de nouvelles communautés chrétiennes –dans lesquelles il y a encore plus des catéchumènes que des baptisés-, d’ouvrir une vingtaine d’écoles communautaires, de creuser de nombreux puits, de promouvoir la création des jardins pour la culture des légumes, etc.
D’abord la pirogue, pour croiser le fleuve, et ensuite le déplacement par les pistes sur la moto, nous avons parcouru les distances qui nous séparaient des villages dans lesquels la mission salésienne est en train de porter à réalisation de beaux projets d’éducation et d’évangélisation.
L’exercice de ‘croiser le fleuve’ pour aller à la rencontre de ceux qui sont ‘de l’autre côté’ peut être une image de la dynamique mission-naire, par laquelle le porteur du message du salut se met en route, en quittant son propre terroir qui –certainement- lui procure sécurité et confort, et accepter le défi de s’insé-rer dans un milieu différent pour y annoncer le projet de l’Évangile.
Février 2012
Dès les origines de l’histoire de l’Église, les missionnaires se sont attelés à ‘croiser’ mille fleuves, géographiques, culturels, sociaux… pour offrir le cadeau du salut à ceux/celles qui ma-nifestaient l’ouverture de coeur à la proposition de Dieu. La mission est une démarche liée aux efforts pour aller à la ren-contre de ses destinataires. Demeurer dans le propre milieu, sans se soucier de l’épanouissement de ceux/celles qui sont loin est une propension paralysante.
Notre Fondateur a fait preuve de courage pour ‘croiser le fleuve’ qui empêchait beaucoup des jeunes d’avoir accès à la foi, à la culture, à un avenir encourageant. Si d’autres per-sonnalités du XIXème siècle considéraient inutiles les efforts pour donner une chance à la jeunesse appauvrie de la socié-té industrielle naissante, Don Bosco avait estimé que ces fleuves n’étaient pas infranchissables, et qu’il suffisait de s’en-gager dans une dynamique de rapprochement de cette jeu-nesse pour lui redonner espoir et la rendre capable de gérer son propre avenir.
Nous sommes héritiers de ce géant de l’éducation de la jeu-nesse, et il nous revient de continuer à ‘croiser le fleuve’ qui maintient encore dans la pauvreté et l’ignorance les jeunes de notre temps, de traverser vers la rive où se trouvent les desti-nataires de notre mission pour les accompagner dans le par-cours qui les conduira à vivre avec une plus grande dignité, celle des enfants de Dieu.
À votre disposition
Ph. Rigobert
P. Manolo JIMENEZ
Provincial - ATE
De l’autre côté du fleuveDe fleuve
Manolo Jiménez
3
La provinciale
Février 2012
@te-media : Père Joseph KHONDE, recevez nos salutations fraternelles et nos meilleurs sou-haits pour la nouvelle année déjà en cours. Vous êtes actuellement membre du Conseil de la Province d´Afrique Tropicale Équatoriale (A.T.E.) et délégué de la Famille salésienne. Et, à ce titre, vous avez récemment (du 25 au 28 sep-tembre 2011) pris part à une ren-contre régionale (Afrique et Mada-gascar) à Addis-Abeba en Éthiopie. De quoi a-t-il été principalement question là-bas dans la Corne de l´Afrique ?
P. Joseph : Je vous salue égale-ment et vous remercie pour les voeux formulés à mon égard. Pa-reillement, mes meilleurs voeux de succès à toute l´équipe d´@te-media. La rencontre régionale d´Addis-Abeba a été essentielle-ment axée sur : le contexte ecclé-siologique de l’engagement de la Famille Salésienne selon l’esprit de Vatican II (Christifideles laici), sur la Consulte de la Famille Salésienne, son identité et son rôle ; et finale-ment, sur la nécessité de travailler en réseau à travers le partage d’information.
@te-media : En parlant de l´esprit de Vatican II dans l´engagement de la Famille salésienne, vous avez évoqué Christifideles laici (1988) l´Exhortation apostolique du pape Jean Paul II, qui insiste sur la participation « vive, consciente et responsable » des fidèles laïques à la mission de l’Église dans le monde. Comment aider les membres laïques de la Famille salésienne à intégrer cette mentalité ecclésiale ?
P. Joseph : Nous entrevoyons deux stratégies : assurer la conti-nuité dans le processus de formation des groupes de la Famille salésienne et favoriser la formation humaine, l’évangélisation et la catéchèse de la famille. Concrètement, nous comp-tons d´une part : établir des plans de formation pour les groupes de la Famille salésienne ; créer d’ici une année ou relancer la consulte provinciale de la Famille salésienne ; éri-ger des Centres locaux et provinciaux des SSCC (Salésiens Coopérateurs). Nous envisageons, d´autre part, proposer des cours de préparation au mariage ; présenter la Doctrine so-ciale de l’Eglise ; étudier au niveau de la Famille salésienne les deux Synodes africains ; créer avec les groupes de la Famille salésienne des foyers de Don Bosco ; et, soigner la formation des leaders chrétiens dans nos communautés.
@te-media : Vous venez de parler-là des membres de la Fa-mille salésienne déjà engagés dans la société. Que préconisez-vous pour ceux qui sont encore en formation initiale ou spéci-fique ?
P. Joseph : Nous pensons que dans la formation initiale et per-manente des SDB et FMA, la connaissance de la Famille salé-sienne devra être assurée : en faisant connaître la Charte de l’Identité ; en présentant l’identité propre de chacun des 28 groupes de la Famille salésienne ; en créant des moments for-
Entretien sur la « Famille SalésienneFamille Salésienne »
Ph. Rigobert
P. Joseph KHONDE,
Conseiller Provincial, Délégué à la Fa-mille salésienne
Directeur de Communauté
Interview réalisée par Paul TEGUE, sdb.
En marge de la rencontre des Directeurs de la Province ATE, nous avons exprimé au Père Joseph KHONDE, Directeur de la Commu-nauté salésienne d´Ébolowa - Institut Don Bosco, notre désir de nous entretenir avec lui. Aimable comme il sait l´être, il ne s´est pas du tout dérobé. Il a accepté de répondre à nos questions. Des questions qui ont trait à la Famille Salésienne, son secteur d´investigation au sein du Conseil provincial. Pour l´information et l´édification des confrères, l´occasion étant propice, nous avons voulu en savoir plus sur la rencontre régionale sur la Famille Salé-sienne qui s´est tenue au mois de septembre 2011 à Addis-Abeba en Éthiopie.
4
La provinciale
Février 2012
matifs entre SDB, FMA, SSCC ; en programmant des activités apostoliques en tant que Famille salé-sienne ; en organisant des rencontres des différents conseils des groupes de la Famille salésienne ; et, en présentant aux jeunes de nos oeuvres la diversité des vocations de la Famille salésienne.
@te-media : Dans le très récent message que le pape Benoît XVI a adressé le jour de l´an au monde à l´occasion de la Journée Mondiale pour la Paix, il appelle à « Éduquer les jeunes à la Justice et la Paix » puisqu´ils constituent la promesse des fruits futurs. Dans la Famille salésienne, nous avons le groupe des Anciens Élèves de Don Bosco (A.E.D.B.). Quels projets pour ce groupe ?
P. Joseph : À Addis-Abeba, nous nous sommes engagés pour les trois prochaines années, à assurer l’accompagnement et la formation des A.E.D.B., surtout les jeunes au niveau local, national et pro-vincial. Nous le ferons en créant des Unions locales dans toutes les maisons salésiennes ; en présentant l’association aux élèves de nos écoles et aux jeunes de nos oratoires ; en renforçant la formation éthique, morale et chrétienne des A.E.D.B. ; enfin, en créant l’école des leaders des jeunes pour les jeunes A.E.D.B.
@te-media : Ce sont là des projets très ambitieux. Avez-vous déjà un plan de réalisation de ces diffé-rents projets ?
P. Joseph : En se séparant à Addis-Abeba, chaque Délégué de la Famille salésienne était conscient d´avoir pour mission immédiate de transmettre (de divulguer) dans sa propre Province, l’expérience vécue au cours de ce Séminaire de formation des délégués de la Famille salésienne. Cette vulgarisa-tion passe par des actions concrètes : organiser un moment de formation des délégués locaux pour l’approfondissement personnel du contenu de ce séminaire ; trouver un moment pour présenter au Conseil provincial le contenu de ce Séminaire ; trouver une modalité convenable pour offrir aux jeunes confrères et consoeurs une formation et une expérience qui les aideront à connaître et à aimer la Famille salésienne ; et pour finir, renforcer l’ex-périence de « famille » entre nous : dans nos com-munautés respectives et entre les différents groupes de la Famille salésienne.
@te-media : P. Joseph, nous arrivons presque déjà au terme de notre interview, auriez-vous un dernier mot ou une dernière information à nous donner ?
P. Joseph : Ce sera davantage une projection de mon action dans un futur proche. Je voudrais insister sur quatre priorités pour cette année : former la Consulte de la Famille salé-sienne dans toutes nos présences ; bien accueil-lir l´urne de Don Bosco en Famille salésienne ; susciter la collaboration pour la rédaction d’un Plan provincial de la Famille salésienne (ce qui est une tâche du Délégué provincial) ; et, créer un feuillet de contact de la Famille Salésienne que nous titrerons : « Traits d´union Famille sa-lésienne ».
@te-media : Achevons par une précision au su-jet de la Consulte. Comment faire pour la for-mer ?
P. Joseph : Voici les indications claires pour for-mer la Consulte : chaque groupe de la Famille salésienne dans un lieu, doit mandater deux membres ; SDB, FMA, SSCC, HHSSCC, Anciens élèves ... Concrètement, pour Yaoundé par exemple : la Consulte sera composée de deux membres FMA, deux membres Coopérateurs, deux sdb de la Maison provinciale, deux sdb du Théologat, deux membres de Mimboman, un membre des Soeurs de Variara et un ou deux Anciens élèves (ce qui est encore à voir). Au to-tal, près de 12 membres. Pour les communautés SDB, il s´agit en fait du Délégué de la Famille salésienne et d´un autre confrère.
@te-media : Merci Père Joseph pour cette com-munication provinciale que vous venez d´assurer avec brio. Nous réalisons par cette interview la 1ère intervention du 3ème objectif de la 3ème priorité du Projet triennal provincial 2010-2013 : « Intensifier et qualifier notre communi-cation et notre partage en communauté et dans la Province selon notre esprit de famille (information, fête, etc. », p. 5).
P. Joseph : Je remercie aussi toute l´équipe d´@te-media. Mes encouragements pour la suite…
Entretien sur la « Famille SalésienneFamille Salésienne »
5
Focus
Février 2012
@te-media : Salut M. Joseph et merci de nous accorder quelques-unes de vos mi-nutes précieuses. Pouvez-vous nous pré-senter brièvement le studio.
Jojo : Le DB2S est un studio d’enregistre-ment numérique qui a pour objectifs la promotion et la production des oeuvres musicales, des documentaires et tout ce qui concerne des supports audio…et même visuels. Nous utilisons un matériel de pointe tel que CUBASE 5 (sans publi-cité) et tous les logiciels de sa généra-tion. Ce pour les prises de son, comme pour le mixage et pour le mastering. Comme tout bon studio d’enregistrement nous sommes doté d’une carte son nu-mérique de 8 pistes qui nous permet de temps en temps de faire des enregistre-ments live. Nos installations dépassent de loin celles de certains studios d’enre-gistrement de la place, car nous pouvons d’un coup enregistrer un groupe de 50 personnes (au minimum) sans que cela ne soit gênant ou contraignant pour ces derniers, d´où la salle de prise vocale
climatisée et insonorisée.
@te-media : Existe-t-il une Équipe de réalisateurs ? Si oui, parlez-nous-en.
Jojo : Oui, il existe une équipe de réalisateurs. Simple-ment que les jeunes qui s’occupent du Don Bosco studio Sound sont des musiciens, des arrangeurs, bref des tech-niciens chevronnés, qui ont traversé bien des étapes dans le domaine artistique et qui mettent leur intelli-gence au service de tous.
A la découverte du Don Bosco Studio Sound de Mvog AdaA Ada
Ph. Privat
M. Joseph NYOM (Jojo)
——-
Interview réalisée par Paul TEGUE, sdb.
Dans l´Équipe d´@te-media, nous avons pris l´initiative d´interviewer Monsieur Joseph pour un par-tage sur le Studio d´enregistrement qu´abrite la Maison provinciale ATE, sise à Mvog Ada (Yaoundé-Cameroun). Nous voulons permettre à toute la communauté provinciale de découvrir les installations du studio, ses multiples services (réalisation d'album, enregistrement de disque, mixage, programma-tion numérique et publicité), ses récentes réalisations (l´album du pèlerinage de l´urne de Don Bosco) ainsi que son personnel que nous imaginons qualifié et passionné de musique. Également, nous sommes intéressés par les projets d’enregistrement, des plus simples aux plus complexes. Nous aime-rions aussi en savoir plus sur le partenariat du studio : s´il est fait de confiance, s´il favorise une ap-proche de partenariat durable et vise l'excellence pour la réussite de toutes ses productions audio.
6
Focus
Février 2012
@te-media : Venons-en à l´initiative de l´album du pèlerinage des reliques de Don Bosco. Quel nom porte cet album ? Quel en est ou quels en sont les auteurs ?
Jojo : L’album s’intitule « Don Bosco parmi nous » et c’est le Père Miguel Angel NGUEMA qui en est le promo-teur et l’initiateur.
@te-media : Pouvez-vous justifier le choix de ce nom d´album ?
Jojo : C’est simple nous avons l’urne de Don Bosco qui visitera bientôt notre Province et pour accompagner cet évènement il est évident que l’al-bum s’intitule ainsi.
@te-media : Qui a composé la mu-sique et les textes ?
Jojo : Les Pères Miguel Angel NGUE-MA, Alphonse OWOUDOU, Benoît NZIE, le salésien en théologie Jerry MATSOUMBOU et une Chorale de Pointe Noire.
@te-media : L´album a bien évidem-ment été enregistré dans le Studio Don Bosco, mais qui l'a produit ?
Jojo : L’album a été entièrement enre-gistré au Don Bosco Studio Sound et, a pour producteur la Famille Salé-sienne AEC-ATE en CEMAC.
@te-media : Est-ce le premier album enregistré au Studio Don Bosco ? S´il y en a d´autres, quels sont-ils ?
Jojo : Ce n’est pas le premier album. Sachez simplement que nous avons déjà enregistré quelques Chorales. Tout récemment nous avons participé à la production d’un album servant à la Campagne présidentielle d’un parti politique de la place et actuellement nous sommes sur deux projets qui en principe devront sortir des bacs d’ici juin.
@te-media : Quelle est votre chanson préférée dans cet al-bum ?
Jojo : Pour un technicien de studio comme moi, je trouve que toutes les chansons sont belles, car elles ont toutes été travail-lées avec le coeur et la plus grande dévotion. Vous comprenez donc qu’il me serait difficile de choisir un titre.
@te-media : Comment avez-vous travaillé la phase de prépa-ration de cet album ?
Jojo : Nous avons dû demander aux intervenants de nous fournir les textes et des ébauches de musiques et, à base de cela, nous nous sommes attelés à ressortir notre génie artis-tique.
@te-media : Vous a-t-il été aisé de répéter avec des membres vivants en différents endroits ?
Jojo : Pas vraiment, car il fallait attendre qu’ils soient dispo-nibles par rapport à leurs emplois de temps et surtout disposés à se produire en studio car c’est pas toujours évident.
@te-media : Avez-vous déjà reçu des réactions de jeunes, de salésiens et de membres de la Famille salésienne par rapport à cet album ? Si oui, qu´en disent-ils ?
Jojo : Oui… Nous avons reçu des félicitations de nombreux salésiens et même de personnes de passage au studio.
@te-media : Pour finir, un dernier mot…
Jojo : Nous souhaitons que l’album ait un impact positif dans la communauté salésienne provinciale et que cela soit un vec-teur d’autres projets.
A la découverte du Don Bosco Studio Sound de Mvog AdaA Ada
7
Actualité ATE Rencontre des Directeurs
Rencontre annuelle des directeurs ATE 2012Rencontre 2012
Février 2012
« Le Provincial se maintiendra en contact avec les directeurs et aura pour eux une attention particulière. Il les réunira au moins une fois l’an pour traiter des intérêts généraux de la province » (Article 145 des Règlements Généraux de la Société de St François de Sales). C’est par ces phrases que le Père Mano-lo Jiménez, Provincial de l’ATE, a déclaré ouverts les travaux de la rencontre annuelle des Directeurs. Rencontre qui s’est tenue du 04 au 09 janvier 2012 au Théologat Salésien St Augustin de Nkol’Afeme à Yaoundé au Cameroun. Les Directeurs de nos 17 communautés de la province et les membres du conseil provincial étaient tous présents.
FORMATION
DES DIRECTEURS DE COMMUNAUTÉ
Pendant ces cinq jours, les travaux se sont déroulés en deux grands moments : un premier moment con-sacré à la formation et un deuxième moment réservé aux échanges et partages sur la vie et le fonctionne-ment général de province.
À L´ÉCOLE DE L´ORGANISATION ET
GESTION DES RESSOURCES HUMAINES.
OBJET COMMUN : SALUT DES JEUNES
Le premier thème de la formation a porté sur l’Organisation et la Gestion des Ressources Humaines dans une commu-nauté. Ce thème a été animé par Monsieur OKASSIE AM-BOLOU, chargé de cours et Consultant en Management des Ressources Humaines à l’Université Catholique d’Afrique Centrale (Institut Catholique de Yaoundé – Faculté des Sciences Sociales et Gestion). En pédagogue chevronné, Monsieur OKASSIE AMBOLOU, a tour à tour attiré l’atten-tion des participants sur les points importants pour une vie harmonieuse des membres d’une équipe (communauté) ap-pelés à travailler ensemble, ayant un objet commun. Et pour nous salésiens de Don Bosco l’objet commun, c’est le salut des jeunes.
PROFIL DU MANAGER, GESTION DES CONFLITS ET LEADERSHIP : DES SUJETS TRAITÉS
MAGISTRALEMENT ET EN CARREFOUR
D’une façon simple et claire, le conférencier a insisté, d’abord sur les styles de management, les qualités requises chez un manager, les rôles du manager dans une équipe de travail. Ensuite, la gestion des conflits dans une équipe et comment les prévenir, le stress au travail et comment le gé-rer. Et enfin, sur l’individu et la dynamique de groupe, la notion de management et leadership, comment gérer les personnalités difficiles au travail (anxieuse, paranoïaque, narcissique, obsessionnelle, etc.) et comment tenir une réu-nion. Signalons en passant que les exposés n’étaient pas faits uniquement d’une manière magistrale mais les partici-pants avaient la possibilité de partager leurs expériences dans les équipes de travail et lors des plénières.
CHANGEMENT DE CAP :
RÉAPPROPRIATION SALÉSIENNE
D’AFRICAE MUNUS EN AFRIQUE
Après deux jours de formation sur l’Organisation et Gestion des Ressources Humaines dans une commu-nauté, cas des communautés salésiennes de l’Afrique Tropicale et Equatoriale (ATE), le deuxième thème de formation était plus ecclésial, car il s’agissait de la présentation de l’Exhortation apostolique post-synodale Africae munus de Benoît XVI : les questions et réflexions pour une réappropriation salésienne en Afrique. Cette présentation a été faite par le Père Ai-mable MUSONI, salésien de Don Bosco et professeur à l’Université Pontificale Salésienne (U.P.S.) de Rome. Dans son exposé plus pastoral qu’académique, le conférencier a, dans un premier temps, fait un effort de dégager les liens entre l’Exhortation apostolique post-synodale Ecclesia in Africa du Bienheureux Jean Paul II et Africae munus. Ensuite il a focalisé son inter-vention sur les éléments essentiels qui constituent la clef de voûte de l’Exhortation. Notamment les prin-cipes, les chantiers et les champs d’apostolat pour la réconciliation, la justice et la paix.
RECONCILIATIO CUM DEO,
RECONCILIATIO AD INTRA ET
RECONCILIATIO AD EXTRA
En technicien averti, l’orateur a démontré aux participants que la première partie de l’Exhorta-tion met en exergue les concepts de la réconciliation, de la justice et de la paix du point de vue théolo-gique. Cependant, ce trinôme : Réconciliation – Jus-tice – Paix n’est possible qu´à la seule condition d’être nous-mêmes réconciliés avec Dieu dans Christ grâce à l’Esprit qui nous a été donné (reconciliatio cum Deo), nous pouvons nous réconcilier mutuelle-ment (reconciliatio ad intra) pour devenir enfin des vrais témoins et ministres de la réconciliation dans la société (reconciliatio ad extra). Pour faire ce triple saut, il faut puiser à la vraie source : l’écoute de la Parole de Dieu, la pratique des sacrements et spécia-lement dans les sacrements de la réconciliation et de l’eucharistie. Enfin, il a rappelé que l’Exhortation nous invite à travailler pour l’unité et dans l’unité. L’unité fait l’efficacité de notre mission.
8
Actualité ATE Rencontre des Directeurs
Rencontre annuelle des directeurs ATE 2012Rencontre 2012
Février 2012
PARTAGES
DES DIRECTEURS DE COMMUNAUTÉ
PRIORITÉS, DÉFIS, FORCE ET FAIBLESSES DE CHAQUE COMMUNAUTÉ PASSÉS EN REVUE
Comme formation rime avec information, le deu-xième moment fort de la rencontre annuelle des Di-recteurs était le moment d’échange, de partage et d’information. Celui-ci s’est déroulé en deux étapes. La première étape, consistait à faire un tour de table au cours duquel chaque Directeur présentait d’une manière succincte les activités réalisées ou réalisables tout au long de l’année pastorale (priorités commu-nautaires, défis, forces et faiblesses). Après cet exer-cice de communication et de communion de la part des Directeurs, est venu le tour du provincial et de son conseil ; tout ceci pour agrandir notre sens d’ap-partenance à une communauté provinciale qui n’a qu’une seule mission : le salut des jeunes.
EXHORTATION FINALE DU PROVINCIAL : ÊTRE TÉMOIN ET PORTEUR DE L´AMOUR DE DIEU…
Dans le mot de conclusion (remerciement), à la fin de la célébration eucharistique qu´il a présidée, le Provin-cial a tenu à rappeler que notre consécration s’enracine dans le baptême et notre formule de la profession reli-gieuse le souligne assez bien : « Dieu Père, tu m’as consacré à Toi au jour de mon baptême. En réponse à l’amour de ton Fils Jésus, le Seigneur, qui m’appelle à le suivre de plus près, et conduit par ton Esprit Saint, qui est lumière et force, moi, …… ». Comme le jour du baptême de Jésus, le Seigneur s’adresse à chacun de nous et à chaque communauté « C’est toi mon Fils bien aimé : en toi j’ai mis tout mon amour ». Soyons toujours et partout ces témoins et ces porteurs de l’amour de Dieu auprès des jeunes en Afrique et dans le monde entier. Une planète et une terre qui ont tant besoin de la réconciliation, de la justice et de la paix.
COMMUNICATION DIVERSIFIÉE
DU PROVINCIAL ET DE SON CONSEIL
Ainsi pour informer les participants sur plu-sieurs points d’intérêt général, les Délégués provin-ciaux ont présenté brièvement la situation actuelle de chaque secteur de notre mission (la Communication Sociale, la Famille Salésienne, la Pastorale des Jeunes, la Formation et l’Économie). Pour couronner ce moment d’échange et de partage, après avoir re-connu les efforts de chaque confrère et de chaque communauté à vouloir mener de l’avant la mission commune, le Provincial dans sa communication a voulu insister sur les maux qui risquent de détruire nos communautés : la confusion entre mission et acti-vités, le peu ou l’absence de discernement commu-nautaire dans certains cas et dans certains endroits. Notre première mission c’est le témoignage de la fra-ternité communautaire: c’est dans la mesure où nous vivons ensemble comme frères que nous serons réelle-ment des témoins de l’amour de Dieu auprès des jeunes, a-t-il souligné en subsistance.
Père Jean Pierre MUHIMA MUTAKA, sdb
9
Actualité ATE Rencontre des profs
Confection de manuels scolaires au centre des débatsConfection débats
Février 2012
Le Théologat saint Augustin de Nkol´Afeme (Nkolbisson – Yaoundé) a servi de cadre pour la rencontre tenue du 27 au 29 dé-cembre 2011. Cette session a duré trois jours. Plusieurs thèmes ont été dévelop-pés. Ils portaient sur l’amélioration de la qualité de la for-mation et de production des manuels sco-laires. Ceci pour créer une plateforme har-monisée, d’une formation professionnelle de qualité en fonction des exigences du monde professionnel.
L’ouverture de la session est présidée par père Manolo JIMENEZ, Provincial des Sa-lésiens de l´A.T.E. Suivra, le mot de bien-venue du père Miguel Angel NGUEMA, chargé de l’animation de cette session. Il est assisté par le frère David METOULE et le père Vincent de Paul NGALEU. L’exécu-tion des travaux de ces assises s´est faite en atelier. Quatre ateliers sont institués : Atelier menuiserie, Atelier électricité, Ate-lier mécanique, Atelier métallurgie. Les différentes représentations étaient : Pointe-Noire, Brazzaville, Mimboman, Ebolowa. Au sortir des travaux, tous les participants étaient satisfaits de la qualité des ensei-gnements reçus et de la bonne marche des résolutions prises à cette réunion.
Des manuels en cours de perfectionnement pour nos Écoles et Centres professionnels Don Bosco.
Jean Eric ETENDJEM, Éducateur à l´I.T.D.B.
10
Excursion des Délégues de classe et de pastoraleExcursion pastorale
Guinée Eq. - Malabo
E l periplo de la visita comenzó en el pobla-do de Baho Pequeño, donde pudimos compartir con los niños de preescolar y prima-ria la mañana, ahí encontramos a la Directora del Centro, maes-tras y algunas personas del pue-blo que nos esperaban con en-tusiasmo. El Director explicó el motivo de nuestra visita, des-pués entregamos a los niños el material escolar que teníamos previsto luego llegó el momento más deseado por los “peques,” canciones juegos y diversión. Nos despedimos con las pala-bras de agradecimiento de la Directora del Centro y de la gente del pueblo y, en corres-pondencia a sus agradecimien-tos, Padre Pergentino, Director del Colegio Español les agrade-ció la acogida que nos habían brindado. Todos contentos se-guimos nuestra ruta hacia los pueblos de Baho Grande, Bileli-pa y la playa de Balboa, donde pudimos disfrutar de un buen tiempo de convivencia.
Jeremías ONDO, sdb
Chaque année scolaire, les Délégués de classe et de pastorale accompagnés de quelques professeurs, réalisent une excursion dans les villages situés au Nord de l'île de Bioko, pour visiter des écoles et y distri-buer du matériel scolaire. Cette année a été spécial pour ces jeunes récipiendaires, puisqu'ils ont été aidés par le nouveau Directeur du Collège, le père Pergentino BORUPU et quelques professeurs, en plus de 40 élèves du Secondaire.
JOURNÉE D´AMITIÉ - Pastorale diocésaine des jeunes
Todos los años, la Pastoral Juvenil Diocesana organiza una convi-vencia para todos los jóvenes de la Archidiócesis de Malabo, en tiempo de Adviento para preparar este tiempo con más intensidad y entusiasmo, el tema de este año es “La Alegria y el Adviento”. La convivencia tuvo lugar en el Colegio de las FMA de “E Waiso Ipola” donde más de un centenar de jóvenes de todo Malabo participó con entusiasmo y alegría.
La jornada comenzó con la oración y después las dinámicas de grupo para romper el hielo y el aislamiento y los grupitos de la misma pro-cedencia que se estaban formando. Después de todo esto, el Dominico padre Edgar comenzaba la conferencia dando los tres ejes importantes del tema que consistían en: ¿Cómo vivir la alegría durante el tiempo de Advien-to?, la alegría de los jóvenes y el Adviento y por último, la alegría de un cristiano en el tiempo de Aviento. Después de la conferencia los jóvenes pudieron compartir sus experiencias en grupos y más tarde, la puesta en común, dónde expresaron con mucha alegría, sus opiniones acerca del tema. Estas reflexiones, que tanto impresionaron a los organizadores, die-ron paso a la etapa siguiente, que era, nada y nada menos, que degustar algunas cositas que habían preparado cada grupo, des-pués dimos punto final a la convivencia los chicos que-dando con las ganas de vol-ver a participar en otra que tendrá lugar en Cuaresma, y los organizadores satisfechos por el ambiente y buen traba-jo realizado.
11
Guinée Eq. - Malabo
Tras el almuerzo, se celebró la velada que daba a entender que el trimestre se estaba terminan-do definitivamente. Pero no por ello los alumnos invir-tieron menos interés y esfuerzo. El concurso consistía en la elaboración de un villancico por parte de cada curso y finalmente se enfrentaban dos cursos en un concurso de preguntas y respuestas navideñas. Los alumnos lo dieron todo en el escenario e intentaron conseguir la máxima puntuación que podían obtener del jurado. Mientras tanto, el público se lo pasó en grande con las actuaciones de los compañeros. Tam-
María Esperanza TARBAY SALOMÓN, 1º de BACH
Du 19 décembre au 22 décembre 2011, ce sont succédés différentes activités entrant dans le cadre de la célébra-tion de la nativité du Seigneur. Pendant la dernière semaine du trimestre au Collège Espagnol, la fête de Noël a été célé-brée de façon anticipée avec notre deuxième famille, celle composée par nos camarades, nos professeurs et la Direction.
La fête de Noël au CollègeLa Collège
“MOT DU JOUR”, PRIERES, COLLECTE
SOLIDAIRE, HABILLEMENT, ...LA NOEL
Desde el lunes, día 19, durante los “Buenos Días” (un “mini discurso” que nos dan todas las ma-ñanas sobre un asunto determinado) se hace una ora-ción de adviento, seguida de una canción litúrgica popular. Del día 19 al 21, los alumnos de 2º de BACH, se encargaban de montar un rastrillo solidario en el cual se vendían por un módico precio: camise-tas, pantalones, faldas, etc. Durante el día 21, algu-nos alumnos voluntarios, se ofrecían para hacer de “Bonko” para los niños de Educación primaria. La fiesta más importante se celebró el 22 de diciembre. Fue un día sin clases, en el cual la gente se vistió ele-gantemente. Predominaban los vestidos y las faldas aunque hubo gente que decidió seguir con la rutina y decidió ponerse algo más cómodo y sencillo como por ejemplo los pantalones vaqueros y las camisetas hol-gadas.
MESSE A SAINT FERDINAND – SAINT JEAN BOSCO,
REPAS PAR CLASSE DANS LA COUR
Terminados los “Buenos Días” pensados para una fecha tan especial, se celebró una misa en la Iglesia de Ela Nguema. La liturgia se caracterizó por celebrarse en un ambiente distendido y tranquilo, un ambiente que provocó una celebración más festiva, pero sin olvidar el espíritu reli-gioso de tan importante acto. Tras la celebración que ter-minó media hora más tarde de lo previsto, los alumnos se dirigieron a la biblioteca para recoger las “cestas solida-rias” que habían conseguido llenar para entregársela a las personas más necesitadas de los poblados cercanos a la ciudad de Malabo. Después de la recogida se transporta-ron a las mesas que se encontraban en el patio del Centro Juvenil, dispuestas para que cada curso, por separado, celebrase un almuerzo con lo que había traído cada alumno del curso. Este se caracterizó por un ambiente en el que todos los alumnos se encontraban alegres y con mu-chas ganas de fiesta.
PRESTATIONS AVEC DES CHANTS DE NOEL,
JEUX QUESTIONS-REPONSES ET POUR FINIR, LES BULLETINS
bién se celebró una “comilona” de comilones en el que dos alumnos de cada curso debían comer todo lo rápido que pudiesen sin bebida y sin ensuciar la mesa. Pero la fiesta no concluyó de la forma esperada ya que se tenían que entregar las notas a los padres y los alumnos de 1º de BACH “B” y los de 2º de BACH no pudieron participar en la velada. A pesar de las decepciones que se llevaron algu-nos compañeros al ver sus boletines, seguramente, esto no empañó la gran fiesta que gracias al esfuerzo y a la cola-boración de todos nosotros, se pudo celebrar para despe-dirnos, hasta el año que viene.
12
La fête de Noël en familleLa famille
Actualité ATE Guinée Eq. - Bata
Février 2012
L e 23 décembre 2011 a été pour nos secteurs pastoraux, un jour de fête et de joie. Après l'indescriptible fête de Noël en famille, les élèves du Collège Espagnol et du Centre Professionnel, n´ont pas pu cacher leur satisfaction. Le correspondant d´@te-media à Bata, Brice FOTSO, s´est entretenu avec l'élève Lorenzo MASSOKO pour permettre à ce dernier de partager avec les lecteurs d´@te-media ses sentiments les plus profonds, des sentiments sans aucun doute partagés par tous les autres élèves présents à ces festivités.
@te-media : Buenas tardes Lorenzo. ¿Cómo te ha parecido la fiesta de Navidad que aca-bamos de celebrar en familia?
Lorenzo : Muy buenas tardes Brice. Es con una profunda alegría que acepto esta entrevista. Sa-ber que la gente de 6 países, al menos, me va a leer engendra en mí una alegría grande. Pues, en cuanto a la fiesta de hoy, la compañía de los amigos y el ambiente en familia que he vivido hoy ha sido súper genial. Con la música, los juegos, los bailes, el teatro, aprendí que la ar-monía es una maravilla. Aunque el tiempo me ha parecido cortísimo, me siento colmado de alegría.
@te-media : ¿Cuáles son los aspectos positivos de una fiesta igual?
Lorenzo : He de notar que hay una serie de as-pectos positivos. Iré subrayando un aspecto que yo creo el más importante. El hecho de que cambiemos de actividades, es decir, dejar un poco lo ordinario que son las clases, y entrar en un aspecto lúdico, manifiesta el reconocimiento que el hombre es pluridimensional. Yo pienso que eso es la verdadera pedagogía de Don Bosco: la cultura de la fiesta. Aquí, en los sale-sianos, nos sentimos plenamente en nuestra ca-sa.
@te-media : ¿Lorenzo, cuáles son los consejos que tú quieres dejar aquí para tus amigos del Camerún, Congo, Gabón, Chad y Centroáfri-ca?
Lorenzo : Bueno, queridos amigos, hermanos y hermanas de África, en Guinea Ecuatorial la clausura del primer trimestre se ha realizado con mucho amor en nuestro centro de Bata. La celebración de la Navidad es lo mejor para ha-cerse amistades nuevas. No pierdan las activi-dades del año 2012 que los salesianos irán or-ganizando en tu país. Intenten realizar activida-des en grupo y me contarán cómo lo han vivido también. Cuídense y saludos a todos. Les deseo con todo mi corazón un feliz año nuevo lleno de amor.
@te-media : Muchas gracia Lorenzo.
Lorenzo : Soy yo el que te agradezco Brice.
Brice FOTSO, sdb
13
Actualité ATE Congo - Brazzaville
Formation permanente de quatre prêtres salésiens de la RDCFormation RDC
Février 2012
« Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous pour en gagner le plus grand nombre » (1Co. 9, 19). Sur demande du vicaire provincial de l’Afrique Centrale, père KIVUNGILA Germain, et au bon soin du vicaire de la Paroisse saint Charles Lwanga, père MASAAS Léon. Les pères Alfred ITSIEKI MANZANZA, Aurélien MUKANGWA MWANANGOY, Christian TSHALAWIKA et Pascal MUMBA-KATI. La session a commencé avec une présentation ex-haustive de chaque personnalité et une question fondamentale à savoir : Qu’est-ce que vous attendez de la formation permanente des jeunes prêtres qui ont moins de 4 ans de sacerdoce ? Ils pen-sent que cette Formation Permanente est un temps primordial de ressourcement, une sortie de la routine, un moment d’essoufflement et de méditation sur la Mission Salésienne qui fait partie de notre Identité Charismatique de sorte que l’échec de notre Mission com-
Une session de formation permanente de quatre (4) prêtres salésiens du Congo Démocratique a été organisée du jeudi 05 au samedi 07 Janvier 2012 à la Cité Don Bosco de Brazzaville en République du Congo par le conférencier père André Frantz Saint Preux Dabel sur le thème de la Lettre de notre Rec-teur Majeur Don Pascual CHAVEZ VILLANUEVA datée du 16 Août 2011 : « Insertion du charisme salé-sien dans la culture ».
Père André Frantz SAINT PREUX DABEL
P. André Frantz SAINT PREUX DABEL
Salésien de Don Bosco
Econome de Communauté Don Bosco
de Brazzaville
porterait l’échec du Charisme. Ils ont eu un temps de prières avec l’Eucharistie et l’Adoration du Saint Sacrement, les cinq (5) conférences-débats, une visite de la ville de Brazzaville by Night et des agapes fraternelles ont été offerts le vendredi 06 Janvier par la communauté de la Cité Don Bosco en l’hon-neur des quatre prêtres salésiens. Le samedi 07 Janvier 2012, ils ont regagné Kinshasa avec une joie immense et un souvenir inoubliable de ce séjour à la Cité Don Bosco à Brazzaville.
1ère Édition en ATE de la
Journée Missionnaire Salésienne
Célébration par chaque communauté (chaque oeuvre)
de la Province
Être attentif aux orientations du Délégué provincial
pour l´animation missionnaire
JOURNÉE MISSIONNAIRE SALÉSIENNE
14
Actualité ATE Tchad - Sarh
Le diocèse de Sarh fête 50 ans d’évangélisationLe d’évangélisation
Février 2012
Madjita Clement, Nontoloum Fidèle
et Nani Priscille, Coordination des jeunes
de la Paroisse st. Joseph de Kassaï
1961-2011, il y a de cela exactement 50 ans que la Parole de Dieu arrivait à Sarh comme un grain que l’on met en terre. Pour célébrer cet événement si marquant dans la vie de l’Église-Famille de Dieu pré-sente ici à Sarh, le diocèse s’est donné du temps pour une série de célébrations allant du 23 décembre 2011 au 08 janvier 2012.
Le deuxième temps fort qui viendra renforcer la fête sera le Jubilé des jeunes, du 27 au 30 décembre 2011. Ici, encore, ce sont les jeunes de toutes les paroisses du diocèse ainsi que des vicariats, encore plus nombreux que leurs petits, qui se sont taillés la part du lion. On a dénombré plus de 800 jeunes, une fois de plus réunis autour de leur pasteur pour faire le bilan du parcours réalisé et se fixer des objectifs pour l’avenir à travers trois questions fondamen-tales : Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Les réflexions ont fait le tour sur l’histoire de l’Eglise et les réalités de la société tchadienne. Comme une seule personne, les jeunes ont pris à la fin la résolution de s’engager davantage dans l’Eglise afin de la mettre debout pour continuer sa marche vers son pasteur par excellence dans la perspective des prochaines 50 années. Signalons au passage que le fruit de toutes ces réflexions avait pour finalité de fournir assez d’éléments pour l’élaboration du prochain plan pasto-ral du diocèse.
En effet, la fête des 50 ans d’évan-gélisation dans le diocèse de Sarh dénom-mée « Jubilé » a été ponctuée par trois temps forts. Le premier temps fort était le jubilé des enfants tenu du 23 au 26 dé-cembre 2011. Etaient présents, les enfants venant de toutes les paroisses du diocèse de Sarh ainsi que des vicariats. Réunis au-tour de leur évêque et encadrés par des religieux, religieuses et accompagnateurs, ils ont pu parcourir l’histoire du diocèse, prier, danser et fêter ensemble. La nais-sance du petit Jésus est venue rehausser l’éclat de ladite célébration. Tous, à la fin, se sont donnés à coeur joie le devoir de s’engager pour la vie et l’animation du diocèse dans leurs différentes paroisses d’origine, en se fixant rendez-vous dans 50 autres prochaines années.
UN JUBILÉ REHAUSSÉ PAR
LA CÉLÉBRATION DE LA NATIVITÉ
RÉFLEXIONS SUR L’HISTOIRE DE L’ÉGLISE ET LES RÉALITÉS DE LA SOCIÉTÉ TCHADIENNE
JUBILÉ DES ADULTES…ENFIN,
MESSE AVEC DIVERSES ET HAUTES PERSONNALITÉS
Le troisième et dernier temps fort fut le jubilé des adultes allant du 04 au 08 janvier 2012. Des fidèles venus de différentes pa-roisses et vicariats du diocèse ont aussi apporté leur pierre à la construction de l’édifice jubilaire à travers des conférences, des moments de réflexions en petits groupes, des soirées culturelles toujours autour du père Evêque Mgr Edmond Djitangar manifes-tant ainsi leur sens d’appartenance au diocèse et à l’Eglise uni-verselle. Le sommet de toutes ces célébrations fut le dimanche 08 janvier par une grand-messe de clôture avec la présence de 6 évêques et du Représentant du Nonce Apostolique. On a aussi noté la présence d’illustres invités, le Premier Ministre, chef du Gouvernement, représentant personnel du Chef de l’Etat avec une forte délégation, le Gouverneur de la province du Moyen-Chari, le Maire et d’autres grosses pointures du pays. Il y a aussi une forte délégation venue de la République Centrafricaine, de l’Italie, du Burkina-Faso et du Rwanda. Les fideles des autres confessions religieuses ont été invités à cette fête. L’Eucharistie qui a duré plus de deux heures était très belle, remplie de signes et de messages qui manifestaient de la joie en reconnaissance des bienfaits reçus du Seigneur, tout en lui confiant les 50 autres prochaines années. Le rendez-vous est donc fixé pour 2061. Église Famille de Dieu qui est Sarh, lève-toi et marche.
15
Actualité ATE Tchad - Sarh
Le Père Enrico Bargadano quitte SarhLe Sarh
Février 2012
Nourri de son devoir de missionnaire il s’est résolu-ment engagé pour la marche en avant de la Paroisse dont il avait la responsabilité. Par son intermédiaire, plusieurs oeuvres ont été réalisées. C’est l’exemple de la construction d’une grande salle polyvalente au Centre culturel de la Pa-roisse et d´une aire sacrée. Il s’agit aussi de la construction de l’École maternelle et primaire saint Dominique Savio financée par quelques amis Italiens. Ces derniers qui étaient représentés par les parents du défunt Samuel, ont voulu être présents à cette fête d’adieu. Samuel était décé-dé d’une mort tragique à l’âge de 11 ans. Il aimait l’Afrique mais sans l’avoir visité. C’est en sa mémoire que cette école a été construite pour l’éducation des enfants sarhois.
Clément, jeune de la paroisse saint Joseph de Kassaï
Missionnaire salésien, le père Enrico BERGADANO a fait sa première entrée en Afrique par le Tchad (plus précisément à Sarh) où il a travaillé pendant plus de 10 ans environ. Il a été Économe de sa communauté puis Directeur et Curé de la Pa-roisse saint Joseph de Kassaï.
OEUVRES PROLIFIQUES ET UNE MÉMOIRE DU DÉFUNT SAMUEL…
En ce jour du dimanche 11 décembre, le père Enrico a dit sa messe d’adieu pour rendre grâce à Dieu pour les bienfaits qu’Il a réalisés dans sa vie. Lors de cette célébra-tion, il a avoué la fraternité que les fidèles de Kassaï ont manifestée à son égard. C’est dans une ambiance joviale des enfants de Dieu que cette messe d’action de grâce s’est achevée. Le père Enrico s’en va mais son souvenir reste gravé dans nos mémoires. Nos humbles prières l’accompa-gneront dans sa nouvelle mission pour la plus grande gloire de Dieu et le salut des jeunes.
UN ADIEU EN ACTION DE GRÂCE
AU SEIGNEUR
16
Actualité ATE Tchad - Doba
Enfin, les salésiens ont désormais une paroisse à DobaEnfin, Doba !!!
Février 2012
H ier dimanche 25 décembre 2011, le jour où tous les chrétiens du monde ont fêté la naissance de notre Seigneur Jésus Christ. Mais spécialement pour nous au Tchad et plus précisément à Doba, avons fêté non seulement la fête de Noel mais aussi l’ou-verture officielle d’une nouvelle paroisse confiée aux salésiens qui a pour nom la paroisse St Domi-nique SAVIO, une paroisse qui devrait normalement voir le jour depuis deux ans et voilà mainte-nant sa présence est devenue réelle et effective.
Tout a commencé à 8h30 par une messe présidée par son excellence Mgr Michel RUS-SO, évêque du diocèse de Doba, accompa-gné de son vicaire général, l’abbé Georges, curé de la paroisse St Daniel COMBONI, le père Scaria KANNEZHATHU ; le père Clé-ment, responsable de la Radio « La voix du paysan » et le père Giorgio, curé de cette nouvelle paroisse. Il faut signaler que notre paroisse est désormais la troisième paroisse de la ville. Plus de six cent personnes étaient présentes à cette grande cérémonie.
Dans son homélie, l’Evêque a remercié infini-ment le Recteur Majeur, Pascual CHAVEZ, qui a bien voulu répondre à son attente depuis vingt ans c’est-à-dire depuis le rectorat du P. VIGANO. Il invite le peuple tchadien et d’une manière particulière les jeunes de Doba à tirer profit de la présence des salésiens qui sont à leur disposition car ils sont des spécia-listes dans l’éducation des jeunes. Les salé-siens sont là pour eux. Il se réjouit aussi de de la présence de ces deux salésiens, le frère Fernand et le père Giorgio. Toujours dans son homélie, il a fait une brève histoire de la vie de St Dominique SAVIO, qui selon lui n’a pas mené une vie extraordinaire pour devenir aujourd’hui saint, mais au contraire, il vivait comme tout le monde. C’est ainsi qu’il invite
Fr Fernand SANZE (sdb)
tous les chrétiens à prendre comme modèle St Dominique SAVIO. Pour beaucoup de chrétiens de cette localité, c’est une joie d’avoir une pa-roisse très proche. Il y avait eu à cette fête la présence de certaines autorités de la ville comme le préfet, le sous-préfet, le représentant du maire, les différents chefs de villages.
Il faut signaler que cette nouvelle paroisse re-groupe en son sein plus de vingt communautés de base : six dans la ville de Doba, quatorze dans les villages et une aumônerie universitaire. Peut être l’aumônerie au niveau de l’hôpital se-ra confiée aux salésiens car ce nouvel hôpital se situe aussi dans le territoire de la nouvelle pa-roisse.
Après l’homélie, c’était la présentation du nou-veau curé aux chrétiens et la remise du registre de baptême qui représente le livre de vie spiri-tuelle de la paroisse. Après le repas spirituel, vers 12h30, c’était le moment de partager en-semble un repas de fraternité dans le but de renforcer davantage le lien qui nous unit. Signa-lons que cette messe s’est déroulée dans une ambiance très sereine où tout le monde a bien vécu cet événement comme un don de Dieu.
17
Actualité ATE Tchad - Doba
Les échos de DobaLes Doba
Février 2012
Fr Fernand SANZE (sdb)
Du jeudi 05 au samedi 07 janvier 2012 a eu lieu au Centre Diocésain pour la formation Permanente (CEDIFOP) de Doba une rencontre qui a regroupé 102 jeunes et 12 accompagna-teurs jeunes du diocèse de Doba. Tous se sont rassemblés au-tour de trois thèmes :
Le premier thème est celui de la Journée Mondiale de la Jeunesse août 2011 : « Enracinés et fondés dans le Christ ». Ce thème a été décortiqué par le père Clément, franciscain. Tout au long de son explication, il invite tous les jeunes à ne pas avoir peur de leur identité chrétienne et de s’engager d’une manière définitive dans le Christ car toute vie prend sa source en Lui. Le Christ doit être notre modèle chaque jour.
Le deuxième thème a été présenté par le vicaire général, l’abbé Georges « Jeune, prends ta part dans la société ». Il invite tous les jeunes à être sel et lumière du monde car les jeunes représentent l’avenir. Finalement le dernier thème : « jeune, prends ta part dans l’Eglise » a été exposé par la soeur Magda. Elle a beaucoup insisté sur l’engagement des jeunes dans l’Eglise en tant que vrais chrétiens.
Cette assemblée a été clôturée par une messe d’action de grâce présidée par Son Excellence Mgr Michel RUSSO, qui de son tour a invité les jeunes à se sentir responsables et membres de leur Eglise et de leur société.
ASSEMBLÉE DIOCÉSAINE
DES JEUNES DE DOBA
Il faut signaler que la commu-nauté de Doba est une com-munauté très jeune où les choses sont entrain de se mettre en place petit à petit. Notre préoccupation actuelle est de redynamiser cette pré-sence salésienne qui nécessite forcément une pastorale de proximité. La communauté avec la collaboration de cer-tains animateurs a démarré effectivement les activités au niveau de l’Oratoire/Centre de jeune depuis le 17 décembre 2011.
Nous tenons à remercierr vive-ment les confrères qui nous ont précédés et qui ont fait un tra-vail appréciable pour inculquer aux jeunes ce beau charisme de Don Bosco. La relève nous revient de continuer ce travail qui a commencé afin de pour-suivre jusqu’au bout comme dit notre saint patron Don Bos-co : « Ma vie jusqu’à son der-nier souffle serait pour mes pauvres jeunes ». C’est vrai que le travail n’est pas facile à Do-ba mais avec la grâce de Dieu, nous irons jusqu’au bout. Nous croyons que ce cours d’insertion que nous venons de terminer nous aidera à bien connaître la culture et la réalité de ce peuple afin de donner une réponse plus ou moins adéquate aux attentes « dobayennes ». Pour l’ouver-ture officielle de l’Oratoire, une grande joie rayonnait sur les visages des jeunes. Tous se di-saient : « Ouf !!!! Enfin, Don
Bosco est de retour à Doba ». Il y avait la présence des jeunes protestants, catholiques et mu-sulmans, qui sont venus jouer avec les autres. Je crois que nous avons du pain sur la planche car il y a un gros bou-lot à faire afin d’aider cette jeu-nesse tchadienne qui est en-train de se chercher dans
presque tous les domaines. Chaque samedi et dimanche, la cour de la paroisse st Domi-nique Savio est toujours inon-dée de jeunes et, certains en-fants sont même accompagnés de leurs parents pour enfin profiter de ce moment de joie avec les autres.
RELANCE DES ACTIVITÉS DE L’ORATORIO
18
Actualité ATE Centrafrique - Damala
Formation des Délégués de classesFormation classes
Février 2012
Cédric PALIKE, animateur
CONFÉRENCE SUR « LA MORALITÉ DES ACTES HUMAINS »
La journée du dimanche 15 janvier 2012 au Lycée Don Bosco de Damala a démarré par l’arrivée des 23 délégués à sept heures. Après le rassemblement dans la classe de 6ème B, ont suivi la prière d’ouverture et la présentation des deux thèmes par le Directeur du Lycée, Père Evita. Puis, nous avons eu la première confé-rence sur le thème: « La moralité des actes humains ». Elle était animée par la Secrétaire du Lycée en la per-sonne de madame Angela NGOS-SODO. Elle s’est appesantie sur les actes et comportements qui peuvent faire des délégués de bons et hon-nêtes responsables de leurs classes.
Après cette conférence, nous avons eu droit à une pause-café suivie de la deuxième conférence animée par Père Evita sur le thème: « La démocratie moderne et sa lo-gique de la représentation ». Entre temps, se sont joints au groupe des délégués, les aspirants à la vie salésienne. Pour commencer, le père a défini la démocratie comme étant le pouvoir du peuple par et pour le peuple. Il a expli-qué les formes de choix de représentants qui doivent être libres pour tout le monde par la proposition d’une per-sonne par un groupe de personnes, par un mérite de com-pétence (une bonne moralité et l’intelligence). Il a donné le profil d´un représentant et son rôle. Pour clôturer, il a de-mandé aux délégués d’être des personnes de bonne mora-lité et de veiller aux intérêts des autres. La journée s’est ter-minée par l’élection d’un représentant des délégués auprès de l’administration, élection remportée par Vinciane YA-KOUMA de la classe de seconde. C’est par la prière que s´est achevée cette agréable journée.
SEMENCES POUR UN AVENIR PLUS
DÉMOCRATIQUE...
PARLONS ARCHIVES
Voici le plan de classement des Archives établi par les Bureaux de la Maison Généralice de la Pisana, à Rome. Ce plan est proposé à chaque Province salésienne. L’ATE vient de l’adopter.
1- Société Salésienne ; 2- St Siège ; 3- Province ATE ; 4- CIVAM ; 5- Relations avec les autres Pro-vinces ; 6- Diocèses ; 7- Instituts religieux ; 8- Autorités civiles ; 9- Histoire de la Province ; 10- Mai-sons de la Province ; 11- Formation ; 12- Pastorale des Jeunes ; 13- Paroisses – Eglises publiques ; 14- Missions ; 15- Famille salésienne ; 16- Communications Sociales ; 17- Confrères ; 18- Statis-tiques ; 19- Administration (Reg 190).
Merci à chaque Directeur de Communauté, de m’adresser le nom du confrère chargé des archives de sa propre maison, et qui pourrait me faire parvenir les pièces (ou leur copie) qui correspondent à la liste ci-dessus.
Jean Baptiste BERAUD, sdb
19
Actualité ATE Centrafrique - Galabadja
Brèves de Don Bosco GalabadjaBrèves Galabadja
Février 2012
Cette présentation de voeux s’est déroulée le samedi 7 janvier 2012 à la cave Relax de Galabadja. M. Bella porte-parole du person-nel a pris la parole pour formuler les voeux de bonne et heureuse année aux salésiens.
Eynem MAGUERGUÉ, sdb.
NOËL DES ENFANTS À L’ÉCOLE DON BOSCO
Le 24 décembre 2011, à l’École Don Bosco, les enfants des différentes classes ont présen-té des chants et des sketches. Ceux de la Ma-ternelle étaient à l’honneur. Drapés dans leurs plus beaux habits, coiffés de chapeaux de Noël, ils ont arraché les applaudissements du public, composé de parents et d’autres enfants. À la fin des prestations, les parents ont retiré les carnets de notes et les enfants les plus méritants des cadeaux. Tous ont par-tagé un bout de pain et des sachets de jus d’oseille.
EMERGENCE D’UN NOUVEAU SPECTACLE JEUNE À DON BOSCO GALABADJA : BREAK DANCE.
Depuis quelques se-maines, Don Bosco Gala-badja vibre au rythme du break dance. Initié par le Centre de jeunes, les ven-dredis, de nombreux jeunes viennent participer à ce spectacle. Individuel-lement en par groupe, ils s’inscrivent et passent sur scène. Les meilleurs sont retenus pour la finale à l’occasion des fêtes. Slam, RNB, rap, danse tradi-tionnelle et autres sont au programme.
PUBLICATION : EXTRAITS DE LA VIE DE DON BOSCO À L’USAGE DES ENFANTS
Cette première édition a repris quelques extraits de la vie de Don Bosco (le pain noir, un songe à neuf ans, le petit comédien, il est devenu Don Bosco, je m’appelle Barthélémy Garelli, les grandes réalisa-tions et la chronologie de Don Bosco) sans trop de modifications. Pour la réédition, le contenu sera revu et adapté au niveau des enfants.
INITIATION À L’INFORMATIQUE
DU 22 AU 24 DÉCEMBRE 2011 À DAMALA.
Cette formation a été organisée pour les animateurs et respon-sables de mouve-ments jeunes et en-fants de Galabadja. Une dizaine de jeunes ont participé à cette formation don-née par le coopérant français Jonathan.
CÉLÉBRATION DE L’ENFANCE MISSIONNAIRE.
Cette année a été placée sous le thème : « Enfants, soyez messagers d’espérance». Cette célébration a eu lieu le dimanche 8 janvier 2012 à la Paroisse saint Jean de Galabadja. Après la messe de 9 heures, les enfants des différents mouvements d´enfants ont don-né un spectacle, suivi d’une projection de film et du partage des gobelets de bouillie.
LE PERSONNEL DE DON BOSCO GALABADJA PRÉ-SENTE SES MEILLEURS VOEUX AUX SALÉSIENS.
20
Actualité ATE Cameroun - Yaoundé
Autour de l’Etrenne 2012Autour 2012
Février 2012
Le temps passe et passera toujours. Mais, l’esprit de Don Bosco restera à jamais gravé dans les coeurs et les esprits de ses fils, enfants, jeunes et collaborateurs qui au-ront partagé avec joie l’amour de Dieu pour le monde avec le regard aimant de notre père Don Bosco. Portés par l’amour de Dieu pour la construction d’un monde nou-veau à l’imitation de Don Bosco, ses fils de la communauté saint François de Sales de N’Djamena ont ouvert leurs por-tails avec le concours de l’Oratoire Dominique SAVIO, pour accueillir les enfants et les adolescents et vivre la joie de Noël autour des activités dénommées FESTI-NOËL. Au programme : Foot-ball, soirée de Noël, jeux, chants et grand concert de Noël en plein air.
Jésus SENGA, sdb.
COULEURS DE FESTI-NOËL our le compte de l’année 2012, la Famille salé-sienne à Yaoundé s’est rencontrée pour la première fois le dimanche 22 janvier à la Maison Provinciale Don Bosco.
Avec une ponctualité inédite, tous les groupes de la Famille salésienne à Yaoundé étaient représentés : Salésiens de Don Bosco, Filles de Marie Auxiliatrice, Soeurs de Louis Variara, Salésiens coopérateurs et salésiennes coopératrices, préno-vices, aspirants et aspirantes de la Famille et jeunes. Près de 150 participants à cette journée familiale.
A 9h00, le Père Grégoire a prononcé le mot de bienvenue. Ensuite, Augustin (Salésien étudiant en Théologie) a communi-qué le programme de la journée et juste après, Paul (salésien en Théologat) a dirigé la prière d’ouverture. La journée sera marquée par trois grands moments :
Le premier moment est la présentation de l’Etrenne par Rigo-bert (Salésien, étudiant en théologie). D’abord à partir d’un PowerPoint préparé pour la circonstance, ensuite à partir de la vidéo projection de l’Etrenne. Le thème de l’Etrenne est désor-mais connu de tous les participants : « Connaissant et Imitant Don Bosco, faisons des jeunes la mission de notre vie ». Rigo-bert, dans sa présentation, insistera sur trois points : la nécessi-té d’une connaissance profonde et systématique de Don Bosco en tant que notre Fondateur, notre législateur, notre éducateur et notre guidé spirituel ; le souci d’actualiser et d’inculturer le charisme salésien en Afrique ; et les suggestions pour la mise en application de l’Etrenne. Cette première partie se terminera par le travail en carrefour et la mise en commun.
Le deuxième moment important de cette journée fut la Célé-bration Eucharistique présidée par le Père Grégoire KIFUAYI, avec la présence de plusieurs concélébrants. Le Diacre Eric ALAKOU, dans son homélie, plus que les textes du jour par-laient de l’expérience de Jonas et de l’appel des premiers dis-ciples, a insisté sur la vocation de la Famille salésienne à être disciple du Christ au milieu des jeunes, ceci par la parole et par l’exemple.
Le troisième et dernier moment de la journée fut le repas familial. Celui-ci a été préparé par un groupe de jeunes élèves de l’école hôtelière des Soeurs salésienne de Mimboman. Très appétissant, il donne vraiment envie de revenir pour un prochain rendez-vous du genre.
Rigobert, sdb.
21
CRISE : OCCASION NOU-VELLE, DÉCISIVE DE SE REPOSITIONNER DE NOU-VEAU AUTREMENT
Les deux derniers jours, la formation a porté sur le der-nier point : la crise dans la croissance humaine. Partant de la question : qu’est-ce que la crise ? la Soeur Scolastique, principale animatrice de la session, l’a défini tout en fai-sant mémoire de la théorie d’Eric Erikson comme : un temps dans la vie, une étape où il nous ait donné une occa-sion nouvelle, décisive de se repositionner de nouveau (autrement). Parlant ainsi de crise, elle pu énumérer huit crises qui s’accompagnent chacune au moins d’une ca-ractéristique : la confiance et la méfiance, l’autonomie et le doute, l’initiative et la culpabi-lité, la compétence et l’infério-rité, l’identité et la confusion de rôle, l’intimité et la solitude, la productivité et la stagnation, l’intégrité et le désespoir.
Formation des prénovices à la « connaissance de soiconnaissance soi » (suite article de Janvier 2012)
Actualité ATE Cameroun - Prénoviciats
Février 2012
DE LA CRISE D´IDENTITÉ À CELLE D´INTÉGRITÉ, LES JEUNES PRÉ-NOVICES FERONT-ILS LE PAS ?
Relativement aux âges des jeunes pré-novices, la Soeur a souligné qu’ils traversaient en majorité la crise identitaire ; Car, disait-elle, c’est la période où ils s’interrogent chacun sur son identité : qui suis-je ? Un garçon du quartier qui se croit tout permis ou alors un jeune homme engagé dans un nouvel état de vie consacrée qui se dis-tingue des autres laïcs ? Devrais-je me couper des plaisirs sen-sibles que m’offre le monde ? Vais-je arriver au bout de ce chemin que j’ai embrassé ? Dans son exposé elle a souligné que lorsque cette crise n’est pas bien gérée, la crise de l’intégrité se vit très péniblement et celle-ci à son tour entraîne vite l’homme au désespoir. Au terme de cette étape de formation, l’objectif était d’apprendre à chacun à bien gérer chaque crise pour bâtir une vraie et digne person-nalité.
Charles ONANA ABOUDI, prénovice
22
Sortir pour découvrirSortir découvrir
Actualité ATE Cameroun - Ebolowa * Institut
Février 2012
P artie de l’Institut à 9h30, toute la communauté (salésiens et préno-vices) conduite par le père Joseph, a emprunté la route qui mène aux frontières Gui-née Équatoriale - Gabon - Cameroun. Pour les nouveaux, c’était un voyage de découverte, ani-mé par la curiosité. Il s’agissait de découvrir le Sud Cameroun (Ambam et Kyé-ossi) et si pos-sible traverser les frontières. Après une bonne distance parcourue (une heure et demie), cer-tains d’entre nous ont commencé à somnoler ; d’autres pour éviter le sommeil mimaient leurs musiques préférées ou se taquinaient par de petites blagues. A 11h 15, nous sommes arrivés à Ambam, chef lieu du département de la val-lée du Ntem. Sans faire escale dans cette petite ville située à 90 km d’Ebolowa, nous avons continué le voyage pour Kyé-Ossi. C’était fati-guant mais l’envie de découvrir nous a toujours donné la joie de continuer. A 11h 45, nous sommes arrivés à Kyé-Ossi, petite ville de transit pour se rendre au Gabon et en Guinée Equato-riale. En dépit de son niveau d’urbanisation faible, Kye-Ossi, à cause de ses activités com-merciales intenses, présente dans l’ensemble et à première vue, l’allure d’un pôle d’échanges entre les trois pays Cameroun, Guinée Equato-riale et Gabon.
Ce lundi, le 26 décembre 2011, la communauté salé-sienne de l’Institut Technique Don BOSCO d’Ebolowa a fait par car, la sortie communautaire pour se rendre aux frontières Cameroun -Gabon - Guinée Équatoriale, ap-pelés carrefour des trois frontières, dans le but de se dé-tendre après un trimestre de travail intense en commu-nauté et à l’institut.
Après une pause de quinze minutes ponctuée de négociations avec la police guinéenne, nous avons obtenu l’autorisation de visiter l’évêché d’Ebibeyin. Arrivés à la cathédrale, nous avons été reçus par le père Joachim, curé de la dite cathédrale. Après les accolades suivies d’un bref entretien, il nous a remis à la disposition du père Faustino, un ancien salé-sien, en service dans le diocèse d’Ebibeyin. Avec le père Faustino, nous avons fait une petite visite gui-dée de l’école construite près du presbytère. Cette visite s’est achevée par un rafraichissement au pres-bytère. A 13h 30, nous avons un tout petit peu visité la ville et nous avons fait quelques achats au compte de la communauté et pour les besoins per-sonnels de quelques uns d’entre nous.
Revenus à Kyé-Ossi à 14h15, nous avons pris le goûter dans une gargote avant de reprendre la route pour le Gabon. Il était A15h. C’était magni-fique de franchir une autre frontière sans tracasse-ries policières ; continuer jusqu’à Bitam, une ville du Gabon située à une vingtaine de kilomètres de Kye-Ossi. Nous avons fait une petite visite guidée au marché avant de reprendre la route pour rentrer à Ebolowa, lorsqu’il était 17h. A 19h30, nous étions déjà à Ebolowa en communauté, fatigués par le voyage, mais contents d’avoir fait une belle sortie qui reste historique pour nous.
Charles ONANA ABOUDI
prénovice salésien à Ebolowa
23
A la découverte de la clé de la réussiteA réussite
Actualité ATE Cameroun - Ebolowa * Institut
Février 2012
"Tout vient à point à celui qui sait attendre", dit l'adage, mais dans le cas des études, de l'accompagnement des élèves: éducation, instruction... les moyens pédagogiques ne manquent pas pour aller de l'avant, tout de l'avant pour former les jeunes élèves, en suscitant en eux le goût de l'effort, du travail bien fait et du respect des institu-tions: la famille, l'Etat, l'école, qui concourent tant mieux que mal à l'édification des consciences, à la formation de l'élite de demain.
A l'adage suscité, la réalité que nous vivons à l'ITDB nous amène à préférer plutôt cet autre plus parlant et même édifiant: "Qui veut aller loin, ménage sa monture". Ceci est une invita-tion à nos destinataires et aussi à nos collaborateurs (professeurs), à multiplier des efforts pour un rendement qui soit le reflet du temps passé réellement à l'étude pour les uns et le souci, l'engouement quant à la formation donnée. L'échange en classe entre professeurs et élèves aux heures des cours donne du bénéfice à la réalité des résultats: notes d'évaluations, vrai jugement sur la compréhension, l'assimilation des cours ou des matières enseignées.
L'année scolaire 2011-2012 est en cours depuis le mois de septembre. l'Institut a inscrit 450 élèves, anciens et nouveaux; un effectif très raison-nable qui facilite le travail des enseignants pour un suivi réel des élèves. Ceux-ci sont repartis dans dix neuf (19) divisions de classes pédagogiques du premier Cycle (1ère en 4ème année) et du second Cycle (Seconde à la Terminale), dans les sections ou Spécialités de Menuiserie Ebénistérie, Mécanique Auto et Electricité. Et plus ou moins 50 professeurs sont enga-gés comme permanents ou vacataires pour assurer les cours des matières d'enseignement professionnel, général et divers.
D. Albert MBEDI-BANZ, préfet des études.
D. MBEDI Albert
Préfet des Etudes - ITDB
DÉBUT DU SECOND TRIMESTRE
Une reprise très sûre après les congés de Noël. Le temps qui passe semble ne pas être à la faveur des élèves: le travail à accomplir, l'étude, les résultats attendus, comme rende-ment de l'effort de tous, c'est cela le point no-dal sur lequel nous insistons aux mots du ma-tin, pour stimuler davantage les élèves, sur-tout ceux qui se contentent du moindre effort fourni durant les évaluations séquentielles et la composition du premier trimestre.
Il faut partir à point..., mais le temps est un facteur qui pourrait jouer contre nos attentes si on se contente simplement de l'espoir que suscite la confiance... Que ceux qui s'endor-ment, s'éveillent et se mettent au travail avec méthode sûre et avec application.
Le tableau du premier trimestre à l'Institut nous montre un pourcentage de réussite, dans l'ensemble, plutôt "Très Faible" ; sans nous décevoir, c'est le moment de rebondir pour mieux faire. Les parents, les élèves, les professeurs et l'administration de l'Ecole doivent mettre les coudes ensemble pour lutter contre le fléau de la négligence, du laisser-aller, de la paresse, et, que sais-je encore. Nous devons prôner l'excellence dans cette Institution, car rien ne manque pour que le défi soit re-levé; il faut de la volonté, certes, de la part des élèves, mais aussi de la discipline personnelle, le goût du sacri-fice. Les parents et tuteurs ne doivent pas se montrer simples spectateurs, ils sont aussi des acteurs de par leur responsabilité première à éduquer; les professeurs doivent se montrer, bien sûr, comme de vrais péda-gogues - dans le sens premier du mot - ceux qui ac-compagnent, aident à grandir, et, surtout des éduca-teurs attentifs et prévenants qui orientent et font décou-vrir sans mystifier ce qu'ils enseignent.
BILAN DU PREMIER TRIMESTRE
24
A Ekié, fête du Bienheureux Luis VariaraA Variara
Actualité ATE Cameroun - Théologat
Tout a commencé à 10 heures avec la célébration eucharistique présidée par l’Abbé Paul Philémon MBIDA, curé de la paroisse Saint Michel Archange. Dans son homélie, il s’est non seulement appesanti sur les textes du jour, mais il a aussi et surtout établi un lien entre ceux-ci et la vie de Louis Variara. Au regard de tout ce que le bienheureux Louis a réalisé en faveur des lépreux de « Agua de Dios » en Co-lombie, nul ne peut douter qu’il était assisté de l’Esprit du Seigneur. Tout son travail en faveur des malades de la lèpre était le fruit de son baptême. Il a invité les fidèles à prendre pour modèle le bienheureux dans tout ce qu’ils font. Qu’ils laissent les grâces de leur baptême agir en eux pour parvenir à travers leurs activités quotidiennes à la sainteté.
Ce dimanche 15 janvier restera pour longtemps marqué dans les esprits de tous ceux qui ont participé à la fête du fondateur des Filles des Sacrés Coeurs de Jésus et de Marie. Venus des différentes communautés salésiennes de la ville de Yaoundé, les confrères ont pris part en grand nombre aux festivités.
Emmanuel THERA, sdb
LES FRUITS DE LA GRÂCE DU BAPTÊME À L’EXEMPLE DE LUIS VARIARA
EUCHARISTIE - REPAS FESTIF - MATCHS - TOMBOLA ET PRESTATIONS
Après une célébration eucharistique riche en couleurs et merveilleusement chantée par la chorale Louis Variara, la fête s’est pour-suivie d’un côté avec le repas offert par les soeurs aux invités et, d’autre part avec des matches de gala qui opposaient différentes équipes de filles, garçons et adultes. A la joie de tout le monde, les joueurs ont fait montre d’adresse et de créativité, toutes choses qui ont permis aux spectateurs de se régaler. Pour cou-ronner la journée, une tombola a été organi-sée. Tout l’après midi y a été réservé. C’est ain-si que durant le tirage, les enfants et les jeunes, venus nombreux, ont fait des prestations : danse, théâtre, chorégraphie. Pendant ce temps, les heureux gagnants du tirage de la tombola se réjouissaient pour les gros lots re-çus. Comme toute chose a une fin, il a fallu arrêter aux environs de 17 heures 30 minutes. Les enfants comme les adultes d’Ékié ont pu connaître davantage don Variara et ont par ailleurs passé une journée de partage et de fra-ternité.
25
Hommage à maman Thérèse EYENGAHommage EYENGA
Actualité ATE Cameroun - Yaoundé
Février 2012
Samedi 21 janvier 2012, à environ 15 Km d’Ebolowa, dans un pe-tit village du nom de Ngoazip, Maman Eyenya Thérèse, mère du confrère Alphonse OWOUDOU, a reposé dans la terre de nos aïeux. Pour cette circonstance, les salésiens et salésiennes des villes de Yaoundé et Ebolowa ont effectué sans gêne le déplace-ment pour rendre un dernier hommage à cette mère honorable par qui le Seigneur a accordé de nombreux biens à l’Eglise et à la so-ciété. Le Père Jean Baptiste BERAUD, pendant les mots d’adieux, au nom de la Famille salésienne, adresse un poème à l’honneur de la femme et de la fille africaine.
Rieuse, comme une jeune, tu m’ouvres ta maison,
Tu me reçois avec tes filles et tes garçons.
Sur ton banc, tu m’invites à m’asseoir.
A ta table, tu m’invites pour le repas.
Dans la joie de tes yeux, le signe se révèle qu’avant de le connaître,
la joie de Don Bosco, tu la vivais déjà !
Jeune maman d’Afrique, tu les accompagnas l’un après l’autre.
Tu les as vus marcher, puis aller à l’école.
Avec leur cher papa, où avais -tu puisé ce sourire intérieur
quand vous leur transmettiez le goût de la chanson et de la poésie,
de la littérature et du beau artistique ?
Quelle délicatesse de ton amour du Christ
leur faisait découvrir la joie de se donner ?
Où avais-tu trouvé dans ton humble demeure
la force qu’ils trouvaient pour rechercher plus loin ?
Jeune maman d’Afrique, tu signes dans ton coeur, comme aussi Il l’a dit :
« Oui, tout est accompli ! » (Jn 19, 30)
Maman d’Afrique, tu as voulu nous laisser en photo ton sourire.
Sourire d’une maman, la joie qui vient de Dieu !
Mamans, elles font nos familles !
Mamans, elles font notre Eglise !
Beaucoup s’agitent en haut,
Pour bâtir notre monde.
Elles, elles parlent peu.
Elles font nos pays !
Merci, maman d’Afrique,
Merci, ô ma Maman.
A l’issue des obsèques, dans le village où vivait Thérèse,
devant sa maison, j’ai eu à prendre la parole face aux
nombreuses personnes accourues, face à Mr le Curé,
et aux nombreux prêtres venus concélébrer.
« Un jour, Alphonse m’a invité ici.
Maman Thérèse m’a reçu chez elle.
Elle m’a offert de l’eau, Monsieur le Curé,
et elle m’a offert bien d’autres choses avec.
J’ai rencontré Jésus Christ dans cette maison. Je veux le dire.
Je dédie ce texte à toutes les mamans et à toutes les jeunes.
Jean Baptiste Beraud, sdb
P. Jean Baptiste BERAUD
Salésien de Don Bosco
26
Echo du NoviciatEcho Noviciat
Etranger Togo - Lomé
Février 2012
La journée de ce mercredi 28 décembre 2011 a été très courte pour les jeunes de la paroisse saint Mat-thieu de Gbodjomé. À cause de son intensité et de sa richesse. En effet, la sortie tant attendue des jeunes, aura tenu toutes ses promesses. En dépit des difficultés de déplacement qui se sont posés au départ, la jour-née s’est avérée riche en activités et en découvertes. Partis par vague, les 150 jeunes qui se sont inscrits ont tour à tour visité le port autonome de Lomé. À l’arrivée au port, le groupe des visiteurs est d’abord accueilli par une équipe du personnel du Port chargé de servir de guide à ceux-ci. Ensuite chacun se procurait un badge à porter du-rant la visite. Une fois dans l’enceinte, les différents secteurs qui constituent le Port autonome de Lomé sont présentés aux visiteurs. Ensuite, les visiteurs sont conviés à la découverte d’un bateau. La visite prend fin par un petit échange avec un responsable de la maison et l’octroi aux visiteurs de quelques gadgets. Après cette découverte du port, les jeunes ont regagné Rio Beach, un espace de détente. Là, dans le sable marin, sous un soleil des beaux jours, les jeux de société ont permis aux jeunes des moments de convivialité d’une unique richesse. La journée a pris fin avec le mot du soir et la bénédiction du Père André, qui a rappelé à tous l’importance de la mobilisation de tous dans le cadre de l’accueil de notre Père.
RÉCOLLECTION DES JEUNES
Le Samedi 17 décembre 2011 a été pour les jeunes de la Paroisse St Mathieu de Gbodjomé, l’occasion de faire "silence" dans leur vie afin de préparer la venue du Messie de Dieu. Animée par le Père Paul WOGO-MEBOU, cette récollection parlait de la venue immi-nente et l’attente pressante de Celui qui était, qui est et qui vient. Selon lui, cette attente n’est pas passive ; mais active car elle est dynamique et pousse à agir selon les exigences de notre baptême. Alors, pour mieux profiter de cette venue, il les a invités à réfléchir sur leur vie spirituelle (fidélité au Seigneur, engagement dans l’Eglise, etc.) ; leur vie de citoyen et leur vie sco-laire ou estudiantine. Après un temps de réflexion de prise de température personnelle de la présence de Dieu dans leur vie, ils se sont retrouvés dans la cha-pelle du Noviciat pour rendre grâce au Seigneur par l’Eucharistie.
Jean Paul Z., Novice
SORTIE DES ENFANTS DE CHOEUR
Les enfants de choeur de la Paroisse St Matthieu de Gbodjomé, et leurs accompagnateurs Prince et Martinien, novices salésiens, ont fait leur toute première sortie de l’an-née pastorale 2011-2012 le samedi 26 novembre 2011 à Agbodrafo dans la matinée.
Après leur arrivée et installation, les servants de messe ont tout d’abord commencé leur journée de fraternité par une grande animation.
Cette animation, faite de divers chants et jeux, a rendu les participants très joyeux dans un esprit de famille. Cette joyeuse animation les a conduits, ensuite, à la célébration eucharistique vers midi, présidée par le P. André, l’aumônier de la Pastorale des jeunes. Dans son homélie, le célébrant les a invités à une sérieuse préparation de la venue du Christ, faite de prière, de lecture, d’écoute de la Parole de Dieu et de la fréquentation régulière des sacrements de l’Eucharistie et de la Réconciliation. Aussitôt la messe terminée, ils ont passé sans transition au repas fraternel, partagé dans une aire de famille. Enfin, cette sortie de détente a pris fin avec les jeux de foot et de volley sans oublier la visite à la plage.
Les servants de messe, au nombre de 45, ont regagné leur maison vers 15h, tous comblés de joie d’avoir participé à une journée si riche en convivialité, en fraternité et en par-tage.
SORTIE DES JEUNES
Martinien A., Novice
Moïse T., Novice
27
La Famille Salésienne en fête à LoméLa Lomé
Etranger Togo - Lomé
Février 2012 es mois de décembre et de janvier sont pour nous salésiens de Don Bosco un temps de grâce, et de renforcement des liens de fraternité et de concrétisation de notre esprit de fa-mille. Et aussi, une bonne occasion de ressourcement spirituel et cha-rismatique.
En décembre, les chrétiens du monde entier se préparent et prépa-rent leur coeur à accueillir la VIE, à accueillir Dieu dans leur coeur, à l’accueillir dans leur Histoire. C’est aussi le moment où chaque fa-mille, même les plus pauvres matériellement, décante sa fortune pour mettre en évidence la joie de Noël qui découle de leur coeur préparé durant tout le temps de l’Avent à cet accueil du Verbe dans l’Histoire.
La famille salésienne de Lomé et de Gbodjomé n’est pas du reste. En effet, elle a manifesté cet esprit de famille en organisant à la Maison Don Bosco de Lomé une rencontre familiale où se sont re-trouvées les communautés de la paroisse Maria Auxiliadora, des Filles de Marie Auxiliatrice d’Ablogamé. Cette rencontre avait été ponctuée par un repas fraternel à la fin duquel le Père Ferdinand ZIGUI, directeur de la communauté Maria Auxiliadora et la Soeur Maria Teresa, directrice de la communauté des Filles de Marie Auxi-liatrice d’Ablogamé ont exprimé leur joie de voir presque toute la famille salésienne regroupée.
Dans l’optique des festivités de fin d’année, la Maison Don Bosco a organisé une rencontre avec les parents des salésiens togolais réunis en association « Maman Marguerite ». Elle s’est tenue le 08 janvier 2012. Il faut noter que cette associa-tion va grandissante chaque année ; cela est dû au nombre de vocation salé-sienne que le Togo donne à la Congrégation et à la Famille salésienne en géné-ral.
Toutes ces rencontres autour de la fête de Noël montrent la primauté que nous donnons à l’Avènement du Christ dans notre monde, dans nos vies, dans notre famille. Ainsi, l’esprit de famille tant voulu par St Jean Bosco se caractérise et se manifeste par la joie des confrères autour de ses retrouvailles.
La nuit du 31 décembre 2011 a été marquée par une messe d’action de grâce en communauté avec les fidèles. Nous ne pouvons que rendre grâce au Seigneur pour sa présence dans nos vies et demander l’aide de Marie Auxiliatrice pour l’année nouvelle avec Don Bosco qui arrive parmi nous. Quelle grâce pour une année qui commence !
ASSOCIATION « MAMAN MARGUERITE »
Sylvère BIYOGHO ETHO, sdb.
28
Etranger Rwanda - Butare
Don Bosco à ButaréDon Butaré
Février 2012
Marcel MAKON, sdb.
Depuis le 31 décembre 2011, l’Urne de Don Bosco visite la Vice Province de l’A.G.L. (Ouganda, Burundi, Rwanda). Cette visite s’est achevée le dimanche 15 janvier 2012. Le dimanche 08 janvier 2012, les commu-nautés salésiennes de Rango-Paroisse et Rango-Noviciat, ont eu la joie d’accueillir l’urne contenant la re-lique de saint Jean Bosco.
DON BOSCO ACCUEILLI AU SON DE TAMBOURS ET
D´APPLAUDISSEMENTS DE LA FOULE
La délégation partie accueillir l’urne à la Kanya-ru (frontière Rwanda-Burundi) a quitté Rango aux environs de 13h30. Après une attente à la frontière, l’urne en provenance du Burundi a finalement été remise à la délégation du Rwan-da pour le début de la visite dans ce pays de l’A.G.L., juste après l’Ouganda et le Burundi. Il sonnait 17h15 lorsque l’urne est arrivée à Ran-go. Aux sons des tambours et des applaudisse-ments de la foule, « Don Bosco » a fait son en-trée au Noviciat saint Luigi VERSIGLIA et a été déposée à la grotte mariale pour plus de visibili-té pour tous. L’installation a été suivie par une prière qui a été dirigée par le P. Gaudens MU-RASANDONYI et présidée par le P. Gaspard. La prière a fait place au film de Don Bosco que tra-duisait le P. Gaspard NTEZIRYAYO en Kinyar-wanda. Après le film, l’urne a été transférée à la chapelle du Noviciat.
EUCHARISTIE AUTOUR DU
« PÈRE ET MAÎTRE DE LA JEUNESSE »
Le lundi 9 janvier, l’urne en procession s’est dirigée vers la Paroisse saint Jean Bosco de Rango pour la messe avec la communauté paroissiale. Ladite messe présidée par le P. Gaspard a eu un événement spécial : le re-nouvellement de la promesse des salésiens coopérateurs. À 10h30 après la messe, l’urne a été remise dans la voiture en direction de Kabgayi au Postnoviciat. Bref, le passage de Don Bosco à Rango, a drainé toute une foule de personnes venues de divers horizons de Butare et ses environs, sans oublier la pré-sence de nombreux religieux et religieuses venus pour la circonstance. L’urne a reçu un accueil très chaleureux et festif et c’est dans une ambiance de joie et de recueillement que la visite de l’urne s’est déroulée.
29
Etranger Rwanda - Butare
Echos de ButareEchos Butare
Février 2012
Le 03 janvier 2012, la commu-nauté salésienne du noviciat a effec-tuée une sortie communautaire au pa-lais du roi à Nyanza. Pour la petite histoire, le Rwanda a vécu jusqu'en 1959 sous régime monarchique. Plu-sieurs rois se sont succédés au royaume du Rwanda, parmi lesquels le roi Rudahigwa Mutara III, dont nous avons visité le palais. Ce palais au-jourd’hui est devenu un site touris-tique. Le 11 janvier 2012, la commu-nauté a visité Kibuye (250 km de Bu-taré). Nous y avons visité la paroisse de Nyange qui abrite un site mémo-rial du génocide survenue en 1994. Nous avons aussi découvrert la roche de Ndaba, la paroisse saint Pierre de Kibuye. C’est dans une ambiance de joie que ces visites se sont déroulées.
Le 31 décembre 2011, les différentes congrégations reli-gieuses de la Paroisse saint Jean Bosco de Rango-Butare, se sont retrouvées au Noviciat salésien pour pas-ser ensemble le réveillon de la saint Sylvestre. Tout a commencé à 17h30 à la paroisse avec la messe prési-dée par le P. Gaspard, Curé de la paroisse. Après la messe, toutes les communautés religieuses se sont diri-gées au Noviciat pour la suite du programme : vêpres, prestations culturelles, repas, détente, adoration. À mi-nuit, on s’est souhaité la bonne année tout en se don-nant rendez-vous l’année prochaine pour un nouveau réveillon.
RÉVEILLON DE FIN D’ANNÉE
AU NOVICIAT ST. LUIGI VERSIGLIA
SORTIE COMMUNAUTAIRE
Marcel MAKON, sdb.
30
Entretien
Février 2012
@temedia : Pouvez-vous vous présenter ?
P. Aimable : Je remercie tout d’abord pour cette opportunité qui m’est offerte. Je m’appelle Aimable Musoni. Je suis salé-sien rwandais. Je suis né le 14 septembre 1966 dans le dio-cèse de Kabgayi et j’ai fréquen-té le petit séminaire du diocèse. Après le postulat, je suis parti en 1988 au Congo plus précisé-ment à Lubumbashi pour le no-viciat, le postnoviciat, le stage et la théologie. J’ai été ordonné prêtre en 1997 à Kanyanza, dans ma paroisse d’origine. Juste après l’ordination, les su-périeurs m’ont envoyé continuer les études à Rome jusqu’en 2001. Quand j’ai commencé mon doctorat, il m’a été de-mandé d’être Assistant dans la Faculté de Théologie. Je suis devenu entretemps Professeur associé. Bref, c’est depuis 1997 que je suis à l’Université Pontifi-cale Salésienne de Rome.
@temedia : Vous résidez actuellement à Rome. Parlez-nous de la vie de votre communauté et des activités qui vous occupent ?
P. Aimable : J’appartiens à une des six communautés de l’Universi-té Pontificale Salésienne, plus précisément celle du Bx Michel Rua (l’une des trois communautés pour étudiants qui sont majoritaire-ment prêtres). Je suis le vicaire du directeur de la communauté. Le directeur est P. José Luis Plascencia qui est aussi professeur de théologie dogmatique et vient du Mexique. Notre communauté est actuellement composée de 47 membres, dont la majorité est salé-sienne. Il y a en outre 3 autres religieux et quelques prêtres diocé-sains.
Pour mes activités, je suis Professeur associé en théologie dogma-tique, chargé spécialement de la chaire d’ecclésiologie et d’oecu-ménisme. En collaboration avec un exégète, le Prof. Mario Cimosa, j’assure aussi le Cours d’exégèse biblique et de théologie dogma-tique. J’interviens également dans un Séminaire de recherche pour doctorants où je présente la méthode philosophico-spéculative en théologie. Outre la direction de quelques autres Séminaires, il y a enfin un Cours qui me tient à coeur: il concerne les cultures et l’évangélisation en Afrique. C’est un cours consacré surtout à l’inculturation que je donne aux étudiants du second cycle.
Au-delà de mes activités académiques, j’ajoute qu’en décembre 2007 j’ai été nommé Consulteur de la Congrégation pour la Doc-trine de la Foi tandis que depuis juin 2009 je suis Consulteur de la Congrégation des Causes des Saints. C’est un travail intéressant et passionnant mais qui exige beaucoup de temps et de travail. Dans la mesure du possible, je fais aussi quelques activités pastorales d’accompagnement des jeunes pour ne pas être totalement décon-necté de la réalité locale.
Un expert du Synode spécial pour l’Afrique nous parle...
Ph. Rigobert
P. Aimable MUSONI
Professeur de théologie dogmatique
UPS (Université pontificale salésienne)
Salésien de Don Bosco
Interview réalisée par Modeste GAGLO, sdb.
Dans le cadre de la rencontre des Directeurs de communauté ATE et, de la formation des équipes de formateurs des Maisons de for-mation spécifique, @te-média a interviewé un des Consultants au 2ème Synode des évêques pour l´Afrique : le Père Aimable MUSO-NI, salésien-ecclésiologue et enseignant à l´U.P.S. (Rome – Italie). Il est venu à Yaoundé (Cameroun) dans le but de partager son ex-périence d´expert ayant participé à l´élaboration du produit-fini de l’Exhortation apostolique post-synodal Africae Munus. C´est dans une approche et une lecture salésienne qu´il a partagé le contenu de ce document d´Église avec toute la province ATE à travers les Directeurs.
31
Entretien
Février 2012
@temedia : Vous êtes venu ici dans le cadre de la ren-contre annuelle des Directeurs des communautés de la Province ATE et la rencontre des équipes de formation « Etape Spécifique » de certaines Provinces d’Afrique. Quelles répercussions ces rencontres pourraient avoir dans l’avenir de la mission salésienne en Afrique ?
P. Aimable : Pour la rencontre des directeurs, il m’a été demandé de présenter les résultats de la Deuxième As-semblée spéciale pour l’Afrique du Synode des Évêques surtout à partir de l’Exhortation Apostolique post-synodale « Africae Munus » du Pape Benoît XVI, en vue de stimuler une réappropriation salésienne. À la fin de chacune des trois séances, nous avons eu un carrefour d’échange très enrichissant sur la mission de l’Église Famille de Dieu en Afrique, appelée à être « un artisan de paix, un agent de réconciliation et un héraut de la justice » (Africae munus, § 23). Disons que notre réap-propriation a été envisagée dans la perspective de l’inculturation du charisme salésien en Afrique et avec la ferme volonté de ne pas vivre en marge de ce que fait l’Eglise. J’ai pu insister sur notre mission éducative qui, dans l’esprit et dans le lettre du deuxième Synode Afri-cain, jouera un rôle majeur dans les processus de ré-conciliation, de justice et de paix. En effet, l’éducation apparaît comme le nouveau nom de la paix et l’abécé-daire du développement en Afrique. Ainsi du débat des directeurs, se sont dégagées quelques pistes pour la ré-appropriation du Synode des évêques pour l’Afrique.
Pour ce qui est de la rencontre des formateurs engagés dans la phase spécifique de la formation des prêtres et des coadjuteurs, le thème développé concernait « Les aspects culturels africains de la personnalisation de la formation », dans la perspective de l’inculturation du charisme salésien en Afrique. C’est un thème urgent qui a été recommandé même au niveau de la Congrégation salésienne pour le sexennat 2008-2014. La Région Afrique, en particulier, veut orienter sa mission dans ce sens pour mieux enraciner le charisme salésien dans la réalité locale. Il est souhaitable qu’à la croissance nu-mérique des vocations à la vie religieuse salésienne en Afrique corresponde une réflexion approfondie sur l’adaptation du charisme. En effet, les salésiens doivent être en consonance avec l’univers culturel de l’africain, surtout en ce temps de passage de l’ère missionnaire à l’ère autochtone. C’est là un enjeu de taille pour l’ave-nir. J’espère au moins avoir contribué à ce débat vital pour le charisme salésien en Afrique. Aux directeurs et aux formateurs de voir les modalités pratiques de notre échange.
@temedia : C’est votre première visite dans la Province ATE. Quelles sont vos impressions ?
P. Aimable : J’ai été content de l’invitation qui m’a été faite par la Province de l’ATE à laquelle je suis très reconnaissant. Mon impression est très positive. J’ai trouvé une Province très dynamique et très vivace. Je ne m’attendais pas à voir d’aussi nombreux jeunes directeurs! J’ai senti leur ardent désir de faire vivre Don Bosco aujourd’hui en Afrique. Mon impression a été confirmée par la Communauté du Théologat St Augustin, qui in-carne concrètement l’espoir dans l’avenir. J’ai per-çu l’enthousiasme, l’envie de faire toujours mieux, la volonté d’être fidèle à l’Évangile et à la réalité des jeunes d’aujourd’hui. C’est, à mon avis, la réponse à ce que ne cesse de nous recommander le Recteur Majeur, à savoir la redécouverte de notre identité charismatique et de notre passion apostolique. C’est un signe d’espérance pour l’avenir. Ma position peut s’expliquer à partir de ce que je constate en Europe, c’est-à-dire la carence des vocations qui provoque la restructuration et la fermeture des oeuvres au moment où par contre en Afrique on est sollicité presque partout pour l’ou-verture des nouvelles présences et/ou le lancement des nouvelles activités au sein des oeuvres exis-tantes. L’envoi des confrères en mission témoigne aussi d’une Afrique attentive aux besoins des autres. Le charisme salésien est universel. Les afri-cains qui partent en mission rendent en quelque sorte hommage aux missionnaires qui ont porté l’Évangile de Jésus Christ sur ce continent. C’est aux salésiens africains de porter haut le flambeau de l’Esprit Saint afin que luise la lumière du Christ pour la gloire de Dieu et le salut du monde surtout des jeunes pauvres et abandonnés.
Un expert du Synode spécial pour l’Afrique nous parle...
32
Directeur de publication : P. Manolo Jiménez * Administration : P. José María Sabe
Délégué à la communication : P. Privat Ignace Fouda
Rédacteur en chef : Paul II Clark Tegue * Maquette - Mise en page : Rigobert Fumtchum
Rédaction : P. Jean Baptiste Beraud, P. Vincent Munshya, S. Gildas Sant’Anna, Mogeste Gaglo et John Valentin Mbaegbu
@temedia Salésiens de Don Bosco * Maison Provinciale B.P. 1607,
Email : communication.sdbate@yahoo.fr *Yaoundé - Cameroun
Programme
Février
 04 fév. Commission provin-ciale de CS - Yaoundé
 10 au 11 fév. Equipe provin-ciale des écoles - Ebolowa-DB
 14 fév. Commission provin-ciale de Formation - Yaoundé
 15 fév. Commission provin-ciale de PJ - Yaoundé
 21 fév. Visite d’ensemble - Nairobi
 24 au 25 fév. Equipe provin-ciale oratorios CJ - Malabo
 26 au 27 fév. Conseil provin-cial - Nairobi
Bonne fête de
St. Jean Bosco
En s´engageant à réduire, par la voie des mé-dias, la distance entre « le Don Bosco de l´histoire » et les diverses histoires ou biogra-phies du « Père et Maître de la jeunesse » dis-ponibles;
En actualisant, le mieux qu´elle pourra, le cha-risme salésien dans la situation du moment avec des textes et des images appropriées;
En communiquant Don Bosco comme un saint superbe et non comme une superstar, dans un style et une approche propre aux jeunes;
En préparant déjà avec soin la très imminente arrivée de l´urne de Don Bosco en ATE,
Toute l´Équipe de @te-media veut souligner de façon pragmatique la fête de saint Jean Bosco et exprimer à chacun de ses lecteurs ses voeux de connaissance approfondie et d´imitation lu-cide de Don Bosco dans le Christ.
Bonne fête à tous et à chacun !!!
Joyeux Anniversaires
FEVRIER
02 S. BIDOUZO Yédia Arnaud
09 L. LOUBAYI Serge
16 P. NDIOMO André
17 S. DOUFOKPIO Nestor
17 P. ONDO Raimundo
18 D. UMOH UKEME Nicholas
21 P. NOCONOCO Domingo
24 S. GAGLO Modeste
24 L. OUMAROU Roméo
24 S. ABAH BOLO Engelbert
28 S. AWANSI Vincent
28 S. TCHAWO Christophe
LES DATES IMPORTANTES
 01 fév. Commémoration SDB défunts
 02 fév. Journée de la Vie Consacrée
 07 fév. Bx. Pie X
 09 fév. Bse Eusebia Palomino, fma
 11 au 12 fév. Congrès Provincial Don Bosco - Théologat
 18 fév. Journée missionnaire salésienne - dans chaque Maison
 22 fév. Mercredi des cendres
 25 fév. Ss. Louis Versiglia et Calixte Caravario