Rada Zasoby

ATEmedia october 2012


>>> version flip <<<

1

N° 120 Octobre 2012 12ème Année

Vivre l’année de la FOI

SOMMAIRE

Editorial

Au même diapason ! Page 2

La Provinciale

Commission pré-capitulaire Page 3

Entrée au Pré-noviciat Page 4

Commission régionale pour la formation Page 5

Don Pastor visite l’ATE Page 6

Actualités (ATE)

Communautés de la province Pages 7 - 21

Etranger

Togo, Lomé Pages 22 - 23

2

L ’assemblée annuelle de notre CIVAM (Conférence des Provinces et Vice-Provinces de l’Afrique et Madagascar) vient de prendre fin. Pour la première fois, depuis sa création en 2002, elle a eu lieu hors de la géographie de notre Région, pour nous retrouver à notre Maison Générale de Rome. Ce-la nous a donnée la possibilité de ren-contrer le Recteur Majeur, ainsi que d’autres confrères du Conseil Géné-ral, avec qui nous avons pu échanger sur les différents secteurs d’animation de la Congrégation.

Dans ce sens, cette assemblée a été une première, et nous avons apprécié la possibilité de rentrer en contact di-rect avec les confrères qui ont apporté des éléments intéressants pour notre réflexion. En plus des thèmes habituels de chaque assemblée annuelle (rapports des commissions régionales de pastorale des jeunes et de forma-tion, discussion sur les sujets concer-nant l’animation régionale, communi-cations du Régionale à propos des thèmes abordés dans le Conseil Gé-néral d’intérêt pour notre Région, etc.), nous avons eu la chance de nous asseoir avec des confrères dont je fais succinctement une présenta-tion :

 avec le Recteur Majeur, qui nous a parlé du Synode sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi, auquel il prend part dans sa qualité de président de l’USG (Union des Supérieurs Généraux), et qui a partagé avec nous sa vi-sion sur l’évolution de notre Ré-gion, à partir des conclusions de la

récente Visite d’Ensemble (Nairobi, février 2012) ;

 avec le conseiller général pour la formation et régulateur du CG27 –P. Francesco Cereda-, qui a ouvert le dialogue avec nous sur le cheminement vers le Chapitre Général et sur les défis de la formation des confrères en Afrique et Madagascar ;

 avec le conseiller général pour les missions, qui venait d’arriver de l’Argentine et qui continuait son voyage vers le Japon ; lors de son bref séjour à la Maison Général (quelques heures) il s’est as-sis avec nous pour échanger sur l’évolution de la mission salé-sienne dans certains coins de notre monde ;

 avec le conseiller général pour la communication sociale et son équipe, qui a préparé cette année la journée mondiale mission-naire salésienne sur le sujet du « chemin de la foi en Afrique » ;

 avec l’économe général, qui nous a présenté la délicate situation économique de la Maison Générale et de l’ensemble de la Con-grégation, soit à cause de la crise économique mondiale, soit à cause de certains procès judiciaires qui pourraient entraîner le décaissement des sommes élevées ;

 avec le seul confrère qui travaille en Libye (P. Tadeusz, un con-frère polonais) et qui rend service comme vicaire général d’un diocèse ;

 avec le confrère qui coordonne la présence salésienne en Chine (j’omets son nom pour des raisons de prudence) ;

 avec le postulateur des causes de canonisation de la Famille Sa-lésienne et animateur mondial de l’ADMA (P. Pierluigi Cameroni).

Cette relation des rencontres parle de la richesse de cette CIVAM, qu’elle soit fructueuse pour l’épanouissement de la mission salé-sienne dans notre Région.

À votre disposition.

Editorial

Ph. Rigobert

P. Manolo JIMENEZ

Provincial - ATE

3

Échos des assises de la Commission préÉchos pré---capitulairecapitulairecapitulaire

En marche vers le 5ème Chapitre provincial ATE

Le 16 octobre 2012, la commis-sion de préparation du 5ème Chapitre Provincial a eu sa première assise à la Maison provinciale. Quelques points ont été traités pour donner des orientations aux différentes communautés de la Vice-province ATE. Il y a eu des échanges sur les principaux thèmes du 5e Chapitre Provincial à savoir : le témoignage de la radicalité évangélique, la révision du Di-rectoire Provincial et la reconfiguration de la Province.

Cette Commission pré-capitulaire se chargera d’envoyer un thème par mois aux communautés. Exception sera faite des mois d´octobre et de février, mois au cours desquels seront envoyés deux thèmes. De façon télégraphique, voici les thèmes mensuels. Octobre 2012 : Elections et 1er pôle (Mystique dans l’esprit) ; Novembre 2012 : 2ème pôle (Prophète de la fraternité) ; Dé-cembre 2012 : 3ème pôle (Serviteur des jeunes) ; Janvier 13 : Reconfiguration ; Février 13 : Reconfiguration et Directoire Provincial.

Les différentes dates de rencontres de cette commission ont été aussi revues.

Albert Sébastien RAMADAN, sdb.

4

La provinciale

Octobre 2012

Formation salésienne : Entrée au PrénoviciatFormation Prénoviciat

La journée commence dans la matinée par l’arrivée et l’accueil des hôtes à la Maison Provin-ciale de Yaoundé et de la prière d’ouverture prési-dée par le Père Provincial, Manolo Jiménez. Suite à cela, le responsable de la Formation, le Père Gré-goire Kifuayi, le secrétaire provincial, Père Privat Fouda, les équipes formatrices de Yaoundé et Mimboman , nos frères prénovices ainsi que le provincial se sont présentés pour mieux se con-naître et connaître chacun.

Le provincial a structuré son mot de bienve-nue en douze (12) points comme les douze (12) Apôtres et les douze (12) tribus d’Israël, il rappelait que c’est avec les jeunes, le 18 décembre 1859 que saint Jean Bosco a fondé la Congrégation sa-lésienne, ce pour encourager nos jeunes frères qui désormais sont associés à la communauté salé-sienne comme prénovices : « mes frères, étant as-pirants vous étiez proches, prénovices maintenant vous êtes associés et novices, vous serez dans la communauté », disait-il avec insistance. En abor-dant le volet de la formation, notre Père Provincial rappelle que le premier formateur c’est chacun, bien qu’il y ait des personnes devant pour vous y aider à cheminer. L’ouverture à la direction spiri-tuelle et les objectifs de celle-ci sont à considérer. C’est un élément privilégié du discernement à la vocation salésienne avec foi et sincérité. Ensuite, il a invité personnellement chacun à l’élaboration du projet personnel de vie, instrument qui régularise notre vie s’appuyant sur le projet communautaire. En abordant, l’aspect de l’évaluation trimestrielle, il évoque le scrutin comme un instrument, expression collégiale de la communauté qui fait grandir. Aus-si, il invite à un sens d’appartenance de la promo-tion d’où le souci de débuter ensemble cette année à la Maison Provinciale. A nos jeunes, il a voulu encore rappeler qu’au prénoviciat, il y a déjà la formation permanente, celle qui met en valeur

notre formation et nos aspirations à la vie religieuse salésienne. Et pour finir, il confie la vocation de cha-cun à la Vierge Auxiliatrice.

Le mot de bienvenue est précédé des photos de souvenir et de la préparation de la célébration eucharistique en l’honneur de Notre Dame de la Merci. La Messe a commencé à 11h38 minute. Dans son homélie, le Père provincial Manolo Jimé-nez nous rappelle que nous sommes à la merci de la Très Sainte Vierge Marie. En vivant dans cette grâce, nous vivons la joie de notre vocation en nous abandonnant totalement au Seigneur Jésus, mort et ressuscité. Nous sommes donc invités à considérer ce qui est bon et noble en chacun de nous pour pré-server notre fraternité et notre vie d’ensemble. Et ce, en se rappelant de ce beau conseil de Don Viga-no : « faites tout pour ne dire que du bien des con-frères ». Il finit son exhortation en offrant les images de Marie Auxiliatrice à chaque prénovice pour la route.

Le repas a clôturé notre rencontre autour de 13h00. A la fin du repas ce fut une occasion pour ceux d’Ebolawa de découvrir la capitale du Came-roun avant de rejoindre leur communauté d’accueil. Que Marie Auxiliatrice, Notre Mère nous aide tous à faire une belle expérience.

La Province salésienne Afrique Tropicale et Equatoriale a la joie d’accueillir quinze jeunes qui commencent leur expérience de vie religieuse salé-sienne. Lundi 24 septembre 2012 est une journée qui a été marquée par l’acte de remise confiante, dans toute toutes les communautés, à la Vierge Auxiliatrice et la cérémonie d’entrée au prénoviciat de quinze(15) jeunes venus de différents pays de la Province.

Sylvère BIYOGHO ETHO, sdb.

5

La provinciale

Octobre 2012

Voilà maintenant les thèmes qui ont été à l’ordre du jour et qui ont occupé nos réflexions : Réflexion sur les statistiques de la Congrégation et de la Région ; Formation sur la maturité affective et la chasteté ; Formation des salésiens coadju-teurs ; Evaluation et indications concernant la for-mation intellectuelle durant la formation initiale ; La qualification des confrères ; Motivation pour la formation intellectuelle ; Étape du Quinquennium ; Accompagnement personnel ; Inculturation ; Éva-luation au niveau de l’Afrique-Madagascar du Plan de formation pour le sexennat-; Suggestions pour l’avenir ; Échanges avec le P. Cereda.

La méthode a été très participatives ce qui a permis un bon échange d’expériences et de ré-flexions approfondies très adaptés à nos réalités.

Josep Nyondo, confrère coadjuteur en for-mation spécifique, et Patrick Mpama, salésien diacre, nous ont entretenus sur leur expérience du-rant la formation et en particulier sur la dimension intellectuelle de celle-ci. Nous avons pris bonne note de leurs propositions et points de vue qui nous ont aidés à mieux approcher le thème.

Le dimanche après-midi nous sommes allés visiter l’Université Catholique, le Sanctuaire et les oeuvres salésiennes de Mimboman et FMA. D’une manière spéciale, nous avons rencontré les salé-siens coadjuteurs en formation spécifique à la Mai-

son provinciale. Les échanges avec eux nous ont permis de connaître mieux leur expérience de for-mation et leurs projections. Nous avons entendu leurs suggestions très riches et très opportunes sur le thème de la vocation salésienne du coadjuteur et sa situation actuelle. Ces rencontres annuelles per-mettent au niveau régional une meilleure prise de conscience des problèmes concernant la formation, l’analyse des situations, la recherche des solutions et de perspectives d’avenir en lien avec les orientations de la Congrégation.

Le dernier jour nous avons eu l’occasion de participer à la célébration, présidée par le P. Cere-da, d’institution des ministères de lectorat et acolytat à un bon groupe de confrères de la maison. Les confrères de la Maison provinciale, de Mimboman et les Soeurs de Don Variara étaient venus nous ac-compagner et célébrer avec nous.

Nous remercions le P. Cereda et le P. Chris pour leur déplacement. Ils nous ont aidés à aborder les thèmes en profondeur, forts de leur expérience au niveau mondial. Nous remercions également le P. Grégoire et toute la communauté des étudiants de théologie pour leur accueil fraternel qui nous a permis de nous sentir pleinement à la maison et dans une ambiance formative.

Commission Régionale pour la Formation

Du 4 au 8 octobre la Commission Régionale pour la Formation a tenu sa rencontre annuelle. Cette fois-ci c’est le Théologat salésien « St Augustin » de Yaoundé qui nous a accueillis. Les différents délégués de formation des Circonscriptions africaines étaient au rendez-vous autour du Conseiller mondial pour la Formation, P. Francisco Cereda et du P. Chrys Saldanha, membre de son dicastère. Le P. Manolo Jiménez, provincial ATE, était des nôtres comme Provincial délégué pour la CIVAM à la Formation.

Ph. Rigobert

P. José Manuel Nogueroles, sdb

(Délégué de Formation AFO)

6

La provinciale

Octobre 2012

L’après midi débute par la présentation de Don Gasti et Don Pastor par le Père Joseph Khonde, con-seiller et délégué provincial pour l’animation de la Fa-mille salésienne. Suite à cette présentation, il nous livre le programme général de la visite de notre hôte. Le mot de bienvenue du Père Vincent de Paul, directeur de la communauté, a fait mémoire du nombre d’an-nées de l’OEuvre et de la satisfaction de tout un chacun d’être en présence du délégué mondial de la Famille salésienne.

Avant tout, comme l’exige nos bonnes habi-tudes , nous avons pris le temps de nous présenter tour à tour. Don Pastor qui nous a transmis les salutations de Don Pascual CHAVEZ et Don BRIGOLIN.

Don Gasti, dans sa présentation nous rappelle que nous sommes là pour avoir en clair l’objectif de la Famille salésienne en partant de « La Charte de l’Iden-tité de la Famille salésienne ». Maman Marguerite, sa-lésienne coopératrice, s’est donnée la charge de faire l’historique, de rappeler la succession des responsabili-tés de la Maison de Mimboman et les différentes activi-tés qui ont marqué la Famille salésienne de Yaoundé. Dans son discours, elle relève les défis dont celui de la communauté éducative et pas-torale et de la récession écono-mique que con-naît la Famille salésienne. La soirée se poursuit

avec la présentation de « La charte de l’identité ».

Repartie en plusieurs parties (pourquoi une charte sur l’identité ? le travail et les parties nou-velles ? le contenu ? les choix de fond…)

Pourquoi ? La charte sur l’Identité est le fruit d’une expérience faite à partir de la Charte sur la communion et la Charte sur la mission. Elle a comme bienfait : le renforcement de l’unité en par-tant du sentiment d’appartenance et le caractère significatif qui la revêt.

Comment a été le travail et quelles sont les parties nouvelles ? En 1995, le Père Egidio VIGA-NO a publié la Charte sur la Communion et en 2000, le Père Juan Vecchi sort la Charte sur la Mis-sion. Tous les deux revêtent un caractère aposto-lique avec des différences apparentes de la Famille salésienne. En 2012, la Charte sur l’Identité charis-matique sort. C’est un recueillement du contenu essentiel des deux Chartes pour les unifier. Aujour-d’hui, la Famille salésienne n’a que celle-ci. Le con-tenu est dense de cinq (5) chapitres : identité et spi-ritualité, la Famille salésienne et la mission, atti-tudes et comportements de la Spiritualité salésienne, la formation et la communion. Le document re-gorge aussi quelques choix de fond à savoir : le charisme comme don de l’Esprit Saint, la commu-nion trinitaire, la vision de l’Eglise et du Concile Va-tican II, les points convergents et divergents des groupes de la Famille salésienne.

De tout ce qui précède, quelle importance revêt ce document ? C’est l’expression parfaite de notre être de salésien (communion et mission apos-tolique).

A la fin de l’exposé, Don Gasti nous rappelle tout l’amour de Don Chavez dans l’invitation au vécu de cette Charte de la Famille salésienne que nous composons et formons avec à sa tête le Christ, l’Unique Berger. Cette interpellation se trouverait explicitement à la dernière page de notre Charte.

L’exposé se solde par des questions qui révèlent nos préoccupations pour l’avancement de la Famille salésienne. Nous finissons autour d’une collation fraternelle avec un « je vous salue Marie », acte d’abandon total à l’intercession de Notre Mère. Bonne suite de la visite don Pastor.

Don Pastor à MimbomanDon Mimboman

Arrivé de Rome le vendredi 21 septembre 2012 à 04h00 du matin, Don Pastor commence sa visite de la Famille salésienne du Cameroun à 15h00 dans la communauté saint Jean Bosco de Mimboman. Etaient invités à cette rencontre les Coopérateurs, les Filles de Marie Auxiliatrice (F.M.A), les anciens élèves et les jeunes animateurs.

Sylvère BIYOGHO ETHO, sdb.

7

Actualité ATE Centrafrique - Galabadja

Messe de la rentrée scolaire 2012Messe 2012---201320132013

Octobre 2012

Le vendredi 5 octobre 2012 à 8H30 a eu lieu à l'Ecole Don Bosco St Jean de Galabadja la messe de la rentrée scolaire 2012-2013.

Présidée par le père Augustin, elle a eu lieu après la cérémonie de remercie-ment des enseignants à l'occasion de la journée mondiale des enseignantes et ensei-gnants qui leur est dédiée. Lors de cette cérémonie, les élèves du CE2 ont souhaité au nom de tous les élèves une bonne rentrée scolaire 2012 au corps enseignant et à la communauté salésienne afin que Dieu les garde et consolide leur travail, puis ils ont entonné un chant d’action de grâce et une élève a remis un bouquet de fleur au Di-recteur. Les élèves du CM1 et CM2 ont respectivement déclamé des récitations louant les mérites de leurs maîtres.

Durant la messe animée par les élèves, le père Agustín a exhorté ces derniers au travail bien fait et a remercié les enseignants pour leur dévouement. Il les a invité à avoir pour modèle Jésus le Maître par excellence.

A près une semaine de session placée sous le thème "La Famille (témoignage de foi de l'Eglise, Famille de Dieu de l'Archidiocèse de Bangui) a eu lieu ce matin la messe d'ouverture de l'année pastorale 2012-2013 à la paroisse notre Dame d'Afrique de Bangui.

Lors de la messe présidée par Son Excellence Monseigneur Dieudonné NZAPALAINGA, sept séminaristes ont été ordonnés diacres et un diacre a été ordonné prêtre. Le premier ministre Faustin Archange Touadéra, quelques membres du gouvernement et autorités politiques et religieuses ont rehaussé de leur présence cette ouverture de la rentrée pastorale 2012-2013.

Le lundi 17 septembre 2012 dernier, les élèves de l'Ecole Don Bosco ont repris le chemin de l'école.

Deux moments forts ont marqué cette rentrée scolaire: la levée des couleurs ainsi que la lecture et explication du règlement intérieur. Réunis au tour du drapeau, après la prière et l’exécution de l’hymne national, le directeur de l'école a prisprendra la parole pour souhaiter la bienvenue à tous.

A l'église, le directeur a laissé le soin aux enseignants de se présen-ter. Puis, M. Gilbert, chargé de cours de religion et de musique, a lu les 13 articles du Règlement intérieur qui seront expliqués et commentés par le directeur. Vers 8H30, les élèves ont regagné les classes pour les cours qui ont pris fin à 12H.

Ce dimanche 23 septembre 2012, à 7H, Mgr NZAPALAIN-GA Dieudonnée, nouvel archevêque de Bangui a dit sa première messe après son sacre et intronisation à la paroisse St Jean de Galabadja. Après la messe, il a eu une rencontre avec le conseil élargi de la paroisse. Les questions relatives au thème de l'année pastorale (famille) ont été débattues : la dot, le mariage etc. La rencontre a pris fin vers 12H avec un cocktail et repas à la com-munauté salésienne.

Eynem MAGUERGUE, sdb.

8

Actualité ATE Centrafrique - Damala

Les activités de jeunes organisées dans l’OEuvre salésienne de Damala ont permis aux enfants et ado-lescents de déployer leurs talents. Contrairement à certains qui se tournaient les pouces à ne rien faire dans leurs maisons, une bonne partie a pris la décision de venir s’inscrire aux cours de vacances pour combler certaines lacunes en français, en mathématiques ou tout simplement venir découvrir l’outil informatique.

Chaque matin la centaine d’élèves inscrits pressaient le pas afin de ne pas rater les cours dès les premières heures de la journée. De 8h00 à 12h00, ils étaient suspendus aux lèvres des enseignants, à qui ils posaient des questions pertinentes ; cela se poursuivait même aux heures de pause : débats sur n’im-porte quel sujet.

Dans l’après-midi certains se rendaient au Centre de jeunes pour les activités sportives. Une véri-table ambiance à la salésienne se créait dans ces vastes aires de jeux. Tandis que certains remplissent les feuilles de match, d’autres sont déjà installés sur les balançoires pour débuter les activités sous les regards bienveillants des animateurs qui leur donnent des orientations.

Lorsque l’heure de la fermeture arrive, c’est la consternation de la part des jeunes et enfants qui sont surpris par le temps, puisque chez Don Bosco les jeunes ne s’ennuient pas, par ricochet le temps passe vite. Avec Don Bosco, c’est la joie !

Détente des élèves au parc du CinquantenaireDétente Cinquantenaire

Octobre 2012

Arrivés sur le site, les formalités sont remplies à l’entrée et le guide nous octroie une place pour nos activités. Nous com-mençons par la visite de ce vaste complexe sous la houlette des animateurs qui con-naissent bien les lieux, pendant ce temps d’autres s’attèlent à l’installation de la so-norisation et à l’aménagement de l’espace pour les divers jeux. Ensuite les enfants sont invités à constituer les équipes pour le sport et à s’enregistrer auprès du « DJ » pour les différentes prestations.

C’est dans une ambiance carnava-lesque que les différents groupes de choré-graphie défilent sur le podium de fortune sous les applaudissements des spectateurs.

A midi, les enfants prennent place sur la pelouse pour la distribution des sand-wichs et sachets de jus.

C’est à 13h00 que le convoi se met en route pour Damala. On pouvait lire sur les visages des enfants la satisfaction géné-rale. Le rendez-vous a été pris à l’année prochaine.

Activités de vacances au Centre Don Bosco de DamalaActivités Damala

Les élèves des cours de vacances édition 2012 se sont rendus au parc du cinquantenaire si-tué dans le quartier SICA au sud de la ville de Ban-gui. 65 ont répondu favorablement à l’annonce de la direction des cours. Ce Samedi 18 Août dès 8hoo les bus, loués pour la circonstance se mettent en route pour le parc. Les enfants dansent, crient, chantent suscitant de l’admiration des passants.

Alphonse EDOU, sdb.

9

Activités de vacancesActivités vacances : “ Les 12 apôtres en 2012”: 2012”

Actualité ATE Congo - Pointe Noire

Octobre 2012

C omme à l’accou-tumée, la com-munauté salésienne de la paroisse saint Jean Bosco de Pointe Noire, toujours soucieuse de sa jeunesse, a organisé plusieurs activités pendant les grandes va-cances dans le but de for-mer les jeunes. Parmi ces activités nous notons : le camp de formation du 11 au 15 Juillet 2012, les deux colonies de vacances du 20 juillet au 2 Août à Loango, un village situé à 25 kilo-mètres de Pointe Noire, les Jeux Olympiques dans l’enceinte de la paroisse du 6 au 16 Août 2012.

Le thème choisi pour les activités de vacances de cette année était le sui-vant : « Les douze apôtres en 2012 ». Les activités de vacances avaient deux ob-jectifs. Le premier consistait à inculquer aux jeunes la mentalité de mettre toujours l’Évangile au centre de leur vie et des différentes activi-tés organisées à leur profit. Le deuxième était de faire de tous ces participants, « des messagers de la bonne nouvelle ». Dans l’ensemble les activités avaient réuni 450 jeunes. Ceci veut tout simplement dire que Pointe Noire est un lieu où le charisme salésien pourrait encore donner de l’espoir aux jeunes qui ne savent pas quel sens don-

ner à leur vie. Au-delà des loisirs et des thèmes de formation, les enfants ont compris à la fin des activités que « l’apôtre lorsqu’il prêche l’Évan-gile doit s’élever au-dessus des liens qui le rat-tachent à une nation ou à une civilisation parti-culière et, se faisant tout à tous, parler la langue, revêtir par sympathie morale l’hu-manité même de ceux auxquels il apporte le message chrétien. Évangéliser, c’est être un informateur, c’est annoncer une nouvelle à quelqu’un. Une nouvelle dans le sens de « dernière nouvelle », non une leçon d’histoire, mais une actualité. Évangéliser, ce n’est pas raconter quelque chose qui s’est seulement passé, mais un fait qui se passe encore, qui est un élément de l’actualité, qui concerne chacun, parce qu’il concerne le monde. Évangéliser ne consiste pas seulement d’amener les autres au Seigneur, mais aussi d’aller vers eux, pour rencontrer en eux le Seigneur, et Le leur faire rencontrer ». Le slogan des jeunes à la fin des activités était : « Semons sans jamais nous découra-ger ; d’autres feront pour nous la moisson, mais qu’importe, pourvu que nous ayons fait notre devoir ».

Paterne MOUANGA, Animateur

10

Cité DB : Rentrée des Ateliers professionnelsCité professionnels

Actualité ATE Congo - Brazzaville

Octobre 2012

La rentrée scolaire s’est faite en trois étapes : d’abord la rentrée administrative le 27 septembre : elle consistait à l’assemblée des professeurs pour l’élaboration du PEPS.

Ensuite celle des anciens, le 1er octobre : après le mot de bienvenue et quelques direc-tives du directeur de l’école, le père Frédéric Mbayani, la journée s’est poursuivie par une causerie sur le travail sous l’égide de Martial Essindi. Cette causerie qui a précédé l’entretien de l’établissement avait pour thème, le travail et la dignité humaine. L’orateur a structuré son propos en trois points : le travail est une bonne chose voulue par Dieu ; le sens du travail ; le travail, l’argent, le capital et l’écono-mie. Cette causerie sur le tra-

vail et la dignité humaine avait pour but de préparer d’avance des jeunes qui se forment au monde du travail en leur montrant l’importance et le sens du travail bien fait dans un monde en proie au profit et à la facilité. L’orateur a fait comprendre aux jeunes apprentis que le travail parti-cipe à l’épanouissement de la personne. Car comme le di-sait Voltaire, « le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et le besoin ». En définitive, notre orateur, à partir de quelques textes bibliques, a montré aux jeunes apprentis que l’activité de l’homme reflète et imite celle du Dieu Créateur. Ainsi, le travail ne doit pas asservir l’homme, mais lui permettre de se développer dans toutes

La Cité Don Bosco Ateliers Professionnels de Brazzaville accueille chaque année de nom-breux adhérents. Cette année, 176 jeunes ont passé les tests le 18 septembre pour l’entrer en première année, toutes filières confondues. A la fin, 150 ont été retenus et avec l’étude de quelques cas, entre autre certains retardataires qui n’ont pas pu faire les tests, on a revu le nombre d’adhérant à 162.

ses dimensions parce qu’il doit être le lieu de l’exaltation de la dignité humaine afin de dynamiser toute l’activité hu-maine.

Et enfin, la rentrée des nouveaux adhérents le 08 oc-tobre. Après le mot du matin, l’on a rassemblé tous les nou-veaux adhérents de la Cité Don Bosco dans la salle poly-valente où le directeur leur a présenté l’établissement. Puis, M. Miakassissa Jocelyn, colla-borateur et professeur de la Cité, a fait une lecture com-mentée du Règlement inté-rieur. Après cela, le frère Mar-tial Essindi a parlé de Don Bosco, de son oeuvre et des Salésiens, afin qu’ils soient d’ores et déjà imbibés de l’es-prit salésien, tant qu’ils fré-quentent une école salé-sienne.

Somme toute, la ren-trée à la Cité Don Bosco Ate-liers Professionnels s’est bien déroulée ; beaucoup de per-sonnes n’ont pas pu s’inscrire à cause de nos capacités d’accueil limitées. On peut estimer à 300, le nombre to-tal de personnes qui ont solli-cité fréquenter à la Cité Don Bosco cette année.

Martial ESSINDI, sdb

11

Camp de formation pendant les vacancesCamp vacances

Actualité ATE Gabon - Libreville

Octobre 2012

Initialement, le camp de formation a été conçu uniquement pour les animateurs et ani-matrices du Centre des jeunes. Mais l’idée a germé, quelques jours avant sa tenue effective, de l’ouvrir aux jeunes et adolescents de la pa-roisse, désireux de passer de vacances utiles, mais pour faire quelques propositions con-crètes d’engagement à certains jeunes.

Le thème principal inspiré de l’exhortation apostolique post-synodale Africae Munus du Pape Benoît XVI, est libellé comme suit : « Jeune chrétien tu es artisan de la Récon-ciliation, de la Justice et de la Paix ». Autour de ce thème principal gravitèrent quelques thèmes de formation sur l’animation et les techniques d’animation, l’éducation à la vie et à l’amour (EVA). Ces thèmes semblent avoir rejoint les préoccupations des jeunes, à en juger le grand intérêt et l’attention qu’ils accordaient aux temps de formation, surtout les nombreuses questions et partages dans les carrefours.

Un autre aspect assez frappant : les mo-ments de prières, surtout les célébrations eu-charistiques quotidiennes préparées avec soin et vécues dans une grande ferveur. La célébra-tion pénitentielle et les confessions ont été vé-cues avec profondeur et recueillement comme un temps de remise en cause et de prise de nouvelles résolutions. Les moments de loisir et de détente étaient aussi au programme. Les soirées culturelles et traditionnelles ont été des moments de créativités et de révélation des ta-lents encore enfouis chez ces jeunes. On ne saurait oublier le sport matinal, les matchs de football avec les jeunes du village. Bref, toute chose pour agrémenter le séjour !

Du témoignage des participants, ce camp de formation aura été spécial. Certes, ils ont fait des expériences de camps par le passé,

mais celui-ci semble avoir eu beaucoup d’im-pacts positifs. Certains ont particulièrement ad-miré et mis à profit la présence d’un prêtre (P. Virgile) tout le camp durant ; ce qui n’était pas le cas avec les expériences passées! Et disons-le, sans ambages, beaucoup de fruits recueillis pour la pastorale ou l’animation salésienne ! En effet, l’un des objectifs poursuivis, en élar-gissant ce camp de formation à tous les jeunes, est de renouveler ou d’étoffer le groupe des animateurs en proposant à certains jeunes, filles et garçons, d’intégrer le groupe des pré animateurs et pré animatrices. Soyez-en rassu-rés, la récolte fut très abondante ! Un nombre assez considérable de jeunes et d’adolescents ont librement adhéré à la proposition. Les ré-sultats assez probants ont été obtenus pendant les Boskiades grâce à leur générosité et à leur sens d’engagement à travailler de façon béné-vole pour le bonheur des autres.

Ce n’était qu’un camp de formation, après tout, dirons-nous ! Mais la façon dont les parti-cipants ont intégré et intériorisé les différentes activités ne pourrait laisser indifférent.

S’il est vrai que le temps des grandes vacances chez les salésiens offre aux jeunes une gamme variée d’activités, il faut aussi admettre que toutes les activités ne bénéficient pas tou-jours du même degré d’attention de la part des jeunes ! La raison pourrait être simple : le tout dépend de l’intérêt que l’on porte à une chose ou, si l’on préfère, comment est-on saisi par une chose ou une activité. S’il y a une activité qui a positivement marqué les jeunes pendant ces va-cances, et sur laquelle l’on fait presque l’unanimité, c’est sans doute le camp de formation tenu à Kougouleu, un village situé à environ 40km de Libreville.

Casimir HONFO, sdb

12

Actualité ATE Gabon - Oyem

Rentrée scolaire peu ordinaire...

Octobre 2012

L’OEuvre salésienne d’Oyem, spécialement le Centre de Formation Professionnelle Don Bosco d’Oyem a ouvert ses portes le lundi 08 Octobre 2012 à 7h30mn, dans le cadre de la rentrée scolaire 2012-2013. La nou-velle année a commencé par une prière comme pour dire que toutes nos actions prennent leur source et leur achè-vement en Dieu. Après le père Rémy Ngomo Ngomo, di-recteur de l’OEuvre, a souhaitée la bienvenue aux sta-giaires et aux élèves. Dans son allocution, le père Rémy a invité tous les stagiaires à être les protagonistes de leur formation professionnelle en vue d’être efficaces dans le monde de travail et utiles dans la société. Car l’Afrique doit tendre vers l’excellence. L’heure n’est plus à la mé-diocrité. Les anciens stagiaires doivent être des exemples attrayants pour les nouveaux car l’enfant apprend aussi par observation.

En plus du Centre Professionnel, une innovation : la création d’un collège Don Bosco. Cette nouvelle année

Cette nouvelle année scolaire commence avec une classe de sixième.

Les anciens stagiaires doivent être des exemples

attrayants pour les nouveaux

scolaire commence avec une classe de sixième. Ainsi donc progressive-ment chaque année il y aura l’ou-verture d’une nouvelle classe. Ce collège répond certainement aux besoins des populations environ-nantes, puisqu’il n’y en a pas dans le milieu. Avec la pédagogie de Don Bosco qui réclame de l’éduca-teur l’attention, l’affection pour l’éduqué, la communauté salé-sienne d’Oyem a fait le choix d’être plus attentive aux plus jeunes élèves de la sixième et de veiller sur eux d’une manière confiante car : sans affection, pas de confiance, sans confiance pas d’éducation.

Nestor DOUFOKPIO, sdb

13

Rentrée scolaire au Colegio español de MalaboRentrée Malabo

Actualité ATE Guinée Eq. - Malabo

Octobre 2012

Rencontre fraternelle salésiensRencontre salésiens---salésiennes de Malabosalésiennes Malabo

El día 16 de septiembre de 2012, la comunidad salesiana de Malabo ha tenido una visita de las hermanas salesianas. El objetivo de esta visita era para aperturar conjuntamente el segundo año de la preparación del bicentenario del nacimiento de Don Bosco. Entre los actos de dicho en-cuentro cabe destacar la celebración de la palabra donde se reflexionó sobre Mc, 8, 27-35:”… El que quería venirse conmi-go, que se niegue a sí mismo, que cargue con su cruz y me siga. Mirad el que quiera sal-var su vida la perderá, pero el que pier-da su vida por el evangelio la salva-ra”. Es decir que estamos invitados a seguir como Don Bosco a Jesús pobre y crucificado a negarse a sí mismo, y podremos ser sal, leva-dura, alimento para la vida del mundo, de todo el mundo, que es el destinatario de la salvación. Lue-go se concluyó el acto con una co-mida fraterna.

ción. Seguido de los tradicionales discursos de nuestro señor director Don Pergentino, el em-bajador de España en Guinea Ecuatorial D. Manuel Gómez y del enviado del ministerio de educación del país. Todos los discursos trata-ban sobretodo de motivar a los alumnos que disfruten y aprovechen la calidad educativa que les brinda el Colegio Español de Malabo.

Como ya es de costumbre aquí en el colegio español de Malabo, hemos asistido el día 24 de septiembre a la apertura del nuevo curso escolar 2012-2013. La inauguración del curso comenzó con una eucaristía en la Iglesia San Juan Bosco de Ela-Nguema, en la que dábamos gracias a Dios por estar de nuevo en el colegio y también le pedíamos fuerzas para el nuevo curso escolar y para que nos ayude en él. La eucaristía fue presidida por el señor director, Don Pergentino, y a ella asistieron todos los alumnos del colegio y to-dos los profesores, también se notaba la pre-sencia de algunos padres.

Después de la eucaristía, se celebró con el Ac-to Académico en el polideportivo del Centro Juvenil Don Bosco que comenzó con una ac-tuación del grupo escolar “Curvas Peligro-sas” (chicas y chicos de nuestro mismo colegio y de distintos cursos) para demostrar que tene-mos que empezar el curso con alegría y emo-

Marcel MAKON, sdb

Elisabeth y José Príncipe RASO CHENE, 2ºESO

14

CENJUBOS 2012CENJUBOS 2012

Actualité ATE Guinée Eq. - Malabo

Octobre 2012

T out a commen-cé par un grand ras-semblement des participants dans l’immense enceinte du Centre de jeunes où ils ont bénéficié d’une prestation musicale faite par les animateurs suivie du mot du directeur du Centre de jeunes, le père Juan Francisco. Dans son mot d’ou-verture il a saisi l’occasion pour souhaiter la bienvenue aux parti-cipants et leur a rappeler l’objectif des activités de CENJUBOS qui est d’ offrir a tous les jeunes un grand programme des activités éducatives pour le temps libre. À cet effet, il les exhorte a profite avec grand intérêt et responsabili-té aux différentes activités du CENJUBOS et surtout à respecter les règles établies au sein du centre de jeunes. C’est suite à ce mot d’ouverture qu’il déclare ou-vert les activités de CENJUBOS 2012.

En effet, les activités se déroulent du lundi au samedi par le rassemblement de tous les par-ticipants suivi de la classe de chant et le mot du matin fait par un animateur ou un salésien suivi de jeux qui clôture le rassemble-ment pour passer aux activités académiques. Au programme sont inscrites les activités ci-après les cours de mathématiques, langue et littérature, physique-chimie, français et anglais. Cette activité concerne les jeunes âgés

Le temps de vacances est pour le salésien un temps de change-ment d’activité. C’est dans cette perspective qu’après trois rencontres préparatoires avec les animateurs, que le Centre de jeunes Don Bosco de Ela Nguema de Malabo a lancé officiellement ces activités de va-cances dénommé CENJBOS le lundi 02 juillet à 10h00.

de quinze (15) ans. Pour ceux de dix-huit ( 18 ) ans, le Centre de jeunes Don Bosco leur a offert d’autres : l’informatique, la méca-nographie, la comptabilité, le se-crétariat, la cuisine, ganate de la vida et l’hôtellerie, la mainte-nance, l’agriculture, l’autoécole, l’électricité, la production musi-cale pouvant aider les jeunes à développer leur talent et à ga-gner dignement le pain de leur propre effort. Pour la matinée les activités prennent fin à midi par le déjeuner suivi de la rencontre des animateurs pour réviser et pro-grammer la soirée. Le soir, ce sont les activités académiques comme dans la matinée suivies des activités culturelles comme disco bosco, nochetematica, chasse au trésor, le film, jeux de société, a tombola.

A ceux-ci s’ajoute un évé-nement spécial le mariage de Rei-na Balthasar animatrice au Centre de jeunes où a pris part tous les jeunes participants de CENJUBOS à la paroisse Saint Fernando et

Saint Jean Bosco couronné par une grande fête au Centre de jeune Don Bosco. Cet événe-ment était une occasion de sen-sibiliser les jeunes sur le sens et l’importance du mariage chré-tien afin qu’ils s’engagent mari-talement devant Dieu et devant les hommes.

C’est dans un climat cor-dial et enthousiaste que les acti-vités de vacances dénommées CENJUBOS édition 2012 ont pris fin le mardi 31 juillet avec la célébration eucharistique prési-dée par le père Juan Francisco, directeur du Centre de jeunes, à son côte le diacre Jérémie Lou-zolo, suivie de la remise des di-plômes aux participants.

Notons que l’assistance salésienne durant toutes ces activités a été fraternelle au milieu des jeunes. Une présence active et amicale qui favorise de leur côté toute initiative pour croître dans le bien et qui les encourage à se libérer de toutes servitudes, afin que le mal ne domine pas leur fragilité.

Levy Brad ISSENE, sdb

15

À Bata, ça bouge !

Actualité ATE Guinée Eq. - Bata

Octobre 2012

Como la tradición salesiana lo exige en nuestra provincia ATE, los meses de sep-tiembre y octubre son meses de arranque y de planificación del año. Por lo tanto, la co-munidad salesiana de Bata no se ha sustraí-do de esta bonita tradición. Ese mes de oc-tubre fue el mes que marcó momentos fuer-tes en nuestra presencia salesiana. Entre la pluralidad de actividades que tuvieron lu-gar, sería legítimo subrayar aquí con dos rayas el lanzamiento oficial del año escolar que aconteció el día 5 de octubre de 2012. Después de tres semanas de clase, la fecha de 5 de octubre fue elegida como día oficial de la apertura del año escolar. En ese día los alumnos del colegio español (enseñanza preescolar incluida) y del centro profesional pudieron participar en la misa solemne pre-sidida por el director de la comunidad sale-siana y director del colegio español en la persona de P. Francisco MORO (Paco) con la presencia del cónsul de españa. Después de la misa que empezó a las 11’00 horas y terminó a las 12’00 horas, los alumnos dis-frutaron un partido amistoso entre el cole-gio español y el centro profesional María Auxiliadora. Con las actuaciones, los alum-nos de ambos centros pudieron exponer con mucho gusto los diferentes talentos de Rap de teatro y de otras imaginaciones ar-tísticas. Es con un ambiente de fiesta y de alegría que pasó la jornada. Se podía notar en las caras el entusiasmo de empezar un año nuevo con muchas energías y más opti-mismo.

La apertura oficial del año escolar en la presencia salesiana de Bata aconteció como nunca en la historia en la medida de que un nuevo sector ha nacido. Se trata de la enseñanza preescolar. Los niños de preescolar también participaron activamen-te en ese día para dar su color al mosaico.

Que el Señor nos bendiga y que de las fuer-zas suficientes para realizar el proyecto de Don Bosco en Bata.

Brice FOTSO, sdb

16

ETSCETSCETSC : Rentrée académique 2012: 2012---201320132013

Actualité ATE Cameroun - Théologat

Octobre 2012

A près une pause, la seconde partie de la journée a consisté en la présentation de la leçon inaugurale par le Révérend Père Jean Lizengue de la Congrégation du Coeur Immaculée Conception de Marie. Autour du thème : « l’eau vive : une approche environnementale de l’éduca-tion comme plateforme pour enseigner la Christolo-gie dans le contexte d’Afrique », le conférencier, partant des réalités quotidiennes de l’Africain, a présenté son argumentaire autour du grand écart existant entre les aspirations socio-culturelles des peuples africains évangélisés et les questions chris-tologiques parfois étrangères aux us et coutumes d’un peuple à vieille tradition et dont les habitudes sont quasi annihilées du jour au lendemain par le souci de la bonne évangélisation.

Face à cette difficulté des peuples à accueillir et des missionnaires à annoncer, le Père Lizengue propose une approche d’inculturation autour de la figure de la samaritaine : une approche « dialogique » qui consisterait à entrer en dialogue avec les cultures tel que le Christ l’a fait avec la sa-maritaine ; il s’agira ainsi pour les annonceurs de la Bonne Nouvelle de descendre dans la vie des peuples, d’aller à la rencontre et à la vraie connais-sance des traditions afin de leur donner l’eau vive dont toute culture a soif !

Après ce brillant exposé riche en enseignement, la rentrée académique déjà déclarée ouverte s’est vue sur une bonne voie !

Commencée par la célébration Eucharistique présidée par Monseigneur Dieudonné Espoir Atanga-na, l’ouverture de l’année académique 2012-2013 à l’école théologique St. Cyprien de Ngoya a effective-ment eu lieu ce lundi 01 octobre 2012. Le prélat qui fut un ancien professeur de l’institut n’a manqué d’at-tirer l’attention de l’assemblée sur la figure de Job qui demeure une préfiguration de l’amour désintéressé pour Dieu qui se manifestera pleinement en la Per-sonne de Jésus Christ. En nous invitant à vivre profon-dément cette année de foi que nous propose sa Sain-teté Benoit XVI, Monseigneur l’évêque nous a convié en ce début du mois d’octobre à une sincère dévotion mariale en nous proposant comme modèle Ste Thé-rèse de la Sainte Face dont nous l’Eglise célèbre au-jourd’hui la mémoire.

D epuis le 2 septembre dernier, la communauté du théologat retrouve sa vie normale avec le retour des con-frères qui sont partis en congé et pour le stage de vacances dans d’autres communautés de la province. Plus précisément à partir du 6 septembre presque la quasi-totalité des confrères est rentrée pour la nouvelle année académique et pastorale 2012-2013. Trois activités principales ont marqué cette reprise de l’année :

La première a eu pour but de mettre les confrères dans le bain de la formation par des sessions complémentaires. (des sessions de formation en gestion et économie pour certains groupes, et la préparation à la profession perpé-tuelle pour d’autres).

La deuxième semaine nous a rassemblés pour l’élaboration de nos projets : communautaire et pastoral. Ils servent de repère pour savoir où nous allons et qu’est-ce que nous faisons. Ainsi, toute une semaine plongée dans la réflexion et voir ce que Dieu veut de notre communauté et comment nous pouvons maximiser notre force avec la présence de Dieu pour être des mémoires vivantes pour les jeunes. Aussi, nous avons accompli notre tâche d’étudiant avec notre réinscription à l’Ecole Théologique St Cyprien de Ngoya.

La troisième activité consistait à une détente de toute la communauté à Kribi pour refaire les forces et resserrer les liens fraternels. Une sortie de deux jours que nous avons appréciée pour sa qualité et son organisation. C’était vrai-ment une détente. Signalons qu’il y avait eu une récollection qui a marqué l’ouverture de l’année communautaire, faite chez les Carmes et suivie de l’accueil des nouveaux confrères avec la remise des deux mamelles de la théologie (La Bible et Les 16 documents conciliaires) très fondamentales pour la théologie aujourd’hui.

Un adage populaire du Togo affirme : « le mouton qui sera doux, c’est par sa démarche qu’on saura ». Une très bonne année communautaire, académique et pastorale à tous.

Fidélius-Marie ADJANOHOUN, sdb

Modeste GAGLO, sdb

17

Dans une liturgie simple, sobre et solennelleDans solennelle

Actualité ATE Cameroun - Théologat

Octobre 2012

La splendeur et la beauté de l´Église ser-vante se manifestent dans la diversité des carac-tères que présentent ses ministères. Ces derniers, bien qu´étant de différents types (ministères or-donnés, institués, députés ou reconnus), entre-tiennent parfois des liens très étroits. C´est dans ce sens que, les ministères institués du lectorat et de l´acolytat, normalement ministères laïcs, constituent un chemin obligé pour qui aspire aux

Le lundi 8 octobre 2012 au Théologat salésien saint Augustin de Nkol´Afeme (Yaoundé), au cours de la célébration eucharistique que présidait le Père Cereda, Conseiller général chargé de la Formation, quatre et douze salésiens étudiants en Théologie ont été respectivement insti-tués acolytes et lecteurs. Elle marquait aussi la fin de la rencontre des Délégués de Formation de la Région Afrique.

ministères ordonnés (diaconat et presbyté-rat). Dans cette optique, Alphonse Edou, Au-gustin Tontasse, Casimir Honfo, Emmanuel Thera, Frederick Okusu, Frédéric N´Tsoukpoe, Germain Plakoo-Mlapa, Jacques Nagalo, Jonathan Pouli, John Valen-tine, Mbaegbu, Modeste Gaglo et Vincent Awansi se sont engagés à se nourrir de la Parole de Dieu, à se laisser former par elle et à l´annoncer fidèlement à leurs frères. De même, Arnaud Bidouzo, Francis Zanmenou, Jerry Matsoumbou et Paul Tegue, ont de-mandé au Seigneur la grâce de grandir dans la foi et la charité pour savoir animer la prière dans l´assemblée et rester fidèles au service de table, pour l´édification de l´Église. En dehors du groupe des Délégués de Formation arrivé en fin de séjour, d´autres salésiens et des membres de la Fa-mille salésienne ont fait le déplacement pour témoigner par leur présence, de l´estime qu´ils ont pour les salésiens en formation initiale. La messe finie, des agapes frater-nelles ont réuni salésiens, salésiens coopéra-teurs, soeurs de Variara dans le spacieux ré-fectoire du Théologat.

Les 4 nouveaux acolytes

Les 12 nouveaux lecteurs

Paul TEGUE, sdb

18

Des vacances salésienne à DobaDes Doba

Actualité ATE Cameroun - Théologat

Octobre 2012

E lles étaient réparties en deux grands vo-lets à savoir : les jeux olympiques salé-siens(JOS) et les cours d’initiation à l’informatique. Les objectifs visés étaient tout d’abord d’offrir aux jeunes la possibilité d’ex-ploiter positivement le temps libre, de rompre avec les occupations ordinaires, de se rendre utiles mais aussi et surtout de passer des mo-ments agréables de vacances.

Quant aux jeux olympiques, il convient de notifier que plusieurs jeux étaient au pro-gramme à savoir : les concours de tresse, de miss, de cuisine, de dictée, de dessin, de ludo, de dame, et de danse. A cela s’ajoutent, la gloutonnerie, le tennis de table, la poésie, le marathon, le cyclisme et enfin de football fémi-nin et masculin. A la clôture, il y avait plus une ambiance de joie que mécontentement, il y a ceux qui se satisfont des performances de leurs ’’nations’’ (équipes), même si elles n’ont pas été les meilleurs, l’essentiel, disaient-ils, était de participer et ceux qui se contentent de leurs piètres résultats. Pendant ces JOS un accent particulier était mis sur les valeurs morales et humaines centrées sur le modèle du bon chré-tien et de l’honnête citoyen.

Les jeux olympiques achevés, on passait directement au bilan final. Ainsi, le lundi 30 juillet était exclusivement réservé à l’évaluation

La communauté salésienne de Doba a or-ganisé les activités de vacances pour les jeunes de la ville, comme il est de tradition dans les maisons salésiennes, dans la période allant du 07 juillet au 30 août 2012.

générale. Cette évaluation s’est tenue à Be-done, localité située à 30 km de la ville de Do-ba. Elle nous a permis de faire le point du par-cours réalisé. Pour les participants à cette éva-luation de la deuxième olympiade salésienne, les leçons à tirer sont aussi nombreuses qu’inté-ressantes dans la perspective des futurs rendez-vous.

En résumé, cette deuxième édition des jeux olympiques salésiens a été aussi impor-tante que la première (2009), car elle a connu plus de trois-cents participants répartis dans les disciplines énumérées ci-dessus. A notre humble avis, ces JOS se sont déroulés dans les meilleures conditions et sans aucun incident majeur. Ils ont été un véritable moment fort pour les jeunes de la ville pétrolière du Tchad. Si le Centre Don Bosco a servi de cadre pour un mieux vivre ensemble, matérialisé par une franche cohabitation entre chrétien en général et musulman, il convient tout aussi de notifier que les jeux olympiques ont été un moment de rencontre et brassage entre les jeunes. Ils ont contribué tant bien que mal à l’évangélisation, à l’’éducation’’, à la valorisation et à la redé-couverte de certains éléments de la culture tchadienne, enfin à l’épanouissement des des-tinataires.

Le deuxième volet d’activités a été consacré aux cours d’initiation à l’informatique. Ils se sont déroulés durant le mois d’août et ont connu un engouement considérable des jeunes, car près d’une cinquantaine d’apprenants inscrits régu-lièrement. Il convient tout de même de signaler qu’il y a eu un examen et une attestation de fin de formation sanctionnait le parcours. Bref, ces cours se sont déroulés dans une ambiance salé-sienne et dans un climat de famille.

Narcisse BADIATA, sdb

19

Des vacances animées à la salésienneDes salésienne

Actualité ATE Cameroun - Mimboman

Octobre 2012

Les Jeux olympiques Boskiades 2012

Les Boskiades 2012 ont débuté le dimanches 15 juillet avec une messe pour confier tous les athlètes au Seigneur puis, en soirée, le traditionnel défilé des dé-légations et l’ouverture des jeux par la flamme olym-pique suivi d’un méga spectacle. Pendant cinq se-maines les athlètes ont rivalisé d’adresse tout en gar-dant en l’esprit l’amour du prochain et la communion fraternelle que doivent susciter ces jeux. Les finales se sont disputées le vendredi 24 août et les primes ont été décernées aux vainqueurs après une kermesse de clôture.

Activités de

vacances au Centre des jeunes

Don Bosco de Mimboman

Nous avons débuté le 09 juillet par les cours de vacances offerts aux jeunes du primaire et du secon-daire avec une nou-veauté : sept se-maines au lieu de six comme d’habitude ; ce qui fait qu’ils se sont achevés le ven-dredi 24 aout après la traditionnelle sor-tie détente du jeudi 23.

Sortie des animateurs Kribi 2012

Comme il est de coutume après une année longue et laborieuse les anima-teurs du Centre des jeunes Don Bosco Mimboman, après la clôture des acti-vités de vacances, se sont retrouvés à Kribi du mercredi 29 août au di-manche 02 septembre. Cette sortie avait trois buts principaux : recevoir des formations, vivre un esprit de fa-mille entre les animateurs tout en se détendant et pouvoir évaluer en toute sincérité le chemin parcouru cette année pour y déceler nos forces et faiblesses.

Concernant les formations, deux des trois prévues ont pu être données notam-ment celle sur l’avortement faite par Ruben Peha à la fin de laquelle un travail de réflexion sur notre vision de la pratique suivie d’une restitution en séance plénière nous a été demandée.

La deuxième formation donnée par le père Rigobert (SDB) portait sur le volon-tariat salésien. Ce thème très enrichissant nous a permis d’être éclairés sur les aspects tels que sa mission, sa vocation, sa spiritualité et sa méthode. A la fin les défis qui nous attendent aujourd’hui en tant que collaborateurs de la mis-sion nous ont été présentés en laissant le soin à tout un chacun de méditer sur les interrogations tels que : Quels sont les défis actuels de la société camerou-naise ? La spiritualité salésienne peut-elle répondre à certains de ces défis

Que peuvent faire les animateurs pour créer la culture de la gratuité et de la solidarité dans leur milieux de vie ?

En ce qui concerne l’évaluation, elle nous a permis de nous remettre tous et individuellement en question et de prendre des résolutions pour l’année pro-chaine.

Tout ceci encadré par des moments de détentes commun tels que les ren-contres sportives la plage et la balade en ville

P. Florent Papin, sdb

20

Nouveau Directeur : un fils devient pèreNouveau père

Actualité ATE Cameroun - Mimboman

Octobre 2012

L’AMOUR PEUT TOUT

Sans doute, s’il y a un temps que le travailleur, l’employé, l’étudiant ou l’élève atten-dent, c’est le temps des va-cances et des congés bien mérités. Mais quelquefois ce temps est mal vécu, ce temps de repos devient ennuyeux pour les vacanciers en proie aux vices. C’est justement pour répondre au besoin d’occuper le temps libre à bon escient que la communauté de Mimboman organise chaque année des activités de temps libre pendant les vacances ; ceci avec un thème bien précis qui oriente les actions.

Cette foi-ci, le regard était focalisé sur l’esprit de famille dont l’objectif est de vivre et d’inculquer le sens de la réconciliation, de la justice et de la paix. Mais pour y parvenir, l’équipe animatrice s’est réunie pour élaborer les activités à réaliser. Parmi celles-ci, les cours de mise à niveau, les activités sportives et culturelles, à savoir les tournois de football, la lecture, la biblio-

thèque, les projections à valeur éducative et formatrice, miss-master, la musique, chorégraphie, danse, piano guitare, mais aussi les formations, le travail en équipe, l’esprit de famille. Les activités récréatives pendant les pauses ont permis aussi aux participants de vivre un temps formidable d’apprentissage dans les jeux. Les activités parallèles soutenaient la présence, la régula-rité et l’engouement au travail en ces moments très déli-cats. Elles entretenaient les activités régulières, ravivaient l’âme de la cour. Pour bon nombre de participants, ces vacances ont été particulières à cause de cet esprit de famille caractéristique des Maisons salésiennes. Celui-ci exige d’abord respect, amour, rigueur, discipline et tra-vail, responsabilité et confiance. Toutes ces valeurs res-sortaient dans les rencontres quotidiennes (mots du jour), les rencontres hebdomadaires des encadreurs-animateurs.

Nous pouvons nous réjouir car nos efforts ne sont pas vains, mais aussi et surtout nous avons participé à l’éducation et à l’évangélisation selon la vision de Don Bosco selon laquelle « pas d’amour, pas de confiance et sans confiance, pas d’éducation ».

La cérémonie a eu lieu dans la chapelle communautaire pen-dant la prière. Dans le souci de vivre cet évènement en famille, nous avons sollicité la présence des Filles de Marie Auxiliatrice, les coopéra-teurs, des jeunes animateurs et quelques enseignants du Centre Profes-sionnel. Le Père Manolo nous a rappelé la lourde charge du directeur qui est celle d’un grand frère en s’appuyant sur l’article 55 de nos cons-titutions sur le rôle d’un directeur dans une communauté salésienne. Il est à l‘image du Christ, le centre d’unité avec ses frères (Cf art 55 ccs). Comme de tradition dans pareille cérémonie, le directeur sortant et ce-lui entrant ont dit tour à tour un mot à l’assemblée après le protocole des signatures et la récitation du credo de l’Eglise catholique par le nou-veau directeur.

Dans son propos, le père Natalino a rendu grâce à Dieu pour la vocation du Père Vincent qu’il a suivi lui-même à Ebolawa sans man-quer de faire mémoire de cette expérience faite dans cette communauté comme directeur pendant six (6) ans. Il finit son mot en encourageant le nouveau directeur dans les nombreux défis qu’il doit relever ici et là.

Humblement, le Père Vincent de Paul, à son tour, en faisant l’historique de sa vocation et de la rencontre avec le Père Natalino, in-vite la communauté à se solidifier pour le grand défi à relever dans l’éducation de la jeunesse et l’animation de la communauté.

La soirée s’est achevée autour d’un agapè fraternel. Toute la famille salésienne présente a rendu grâce à Dieu pour la vocation du Père Vincent de Paul et surtout pour sa nouvelle charge exigeante mais salutaire. Nous nous remettons comme communauté sous la protection de Marie Auxiliatrice car c’est elle seule qui saura nous éclairer sur la voie de son Fils en cette nouvelle année qui commence.

Père Vincent de Paul, nouveau directeur de la commu-nauté saint Jean Bosco de Mimboman.Dans la soirée du jeudi 06 septembre 2012, le père provincial, Manolo Jimé-nez, après la première journée de formation des formateurs à la communauté saint Augustin de Yaoundé a voulu se retrouver l même jour dans la communau-té saint Jean Bosco de Mimbo-man pour procéder à la présen-tation et à la passation de ser-vice officielle du Père Vincent de Paul N’galeu qui succède le Père Natalino à la charge de directeur de l’oeuvre de Mimbo-man.

Jonathan POULI, sdb

Sylvère BIYOGHO ETHO, sdb

21

Journée Mondiale de l’EnseignementJournée l’Enseignement

Actualité ATE Cameroun - Ebolowa

Octobre 2012

À Ebolowa, cet événement s’est déroulé en trois phases au sein de l’Institut Technique Don Bosco : Une messe d’action de grâce présidée par le directeur, le père Joseph Khon-dé à l’honneur de tous les enseignants. D’abord, autour d’une table ronde, quelques questions et inquiétudes ont été évoquées par des enseignants de la localité. Puis cet événe-ment s’est poursuivi par un match de football qui a opposé les enseignants aux élèves de cet Institut et s’est achevé sur le score de 5-2 en faveur des élèves. Enfin, à partir de 13h00, fin de la cérémonie et cocktail. Rien d’étonnant : les enseignants auraient voulu présenter un plus grand éventail étalé sur un espace phy-sique plus important, mais leurs moyens n’ont pas été à la mesure de leur ambition.

Moment de formation de la communauté éducative

Après la réflexion, un bon football professionnel

C’est la Journée Internationale de l’En-seignant et après ? Ce 5 octobre 2012 au Ca-meroun, plus précisément à Ebolowa, les en-seignants n’ont pas mis en marge ce grand événement. Sur les ondes des radios, des chaînes télévisées et dans les pages des jour-naux, l’on ne cesse d’en parler pour prôner le rôle que jouent les enseignants dans les écoles.

Evrard Jasveck ECKONAMBOU

22

« Main dans la main pour un avenir meilleurMain meilleur !!! »

Etranger Togo - Lomé

Octobre 2012

Suite page 20

L a messe a com-mencé à 8h30 : Elle est célébrée par un ancien étu-diant Franciscain de l’Ins-titut (le P. Simon Pierre Kone), et a permis à tous de rendre grâce à Dieu pour les congés et la nou-velle année qui com-mence. Après la messe : prêtres, religieux (ses), professeurs et étudiant(e)s se sont rendus à la grande salle Valsalice pour la conférence inaugurale. La leçon inaugurale est pré-sentée par lui-même le père Alphonse Owou-dou, sdb. Voilà ce qu’il nous partage en résu-mé : subjectif de l’éducation salésienne.

La relation interpersonnelle qui change le jeune est pour lui « une base de l’éducation » et de la manifestation d’attitude religieuse. Les jeunes et les vieux africains sont plus « nous » que « je » (allocentriques) disait-il. Si l’africain utilise le « nous », est-ce cela explique qu’il ne vit pas l’individualisme ? Ou bien, il voile ce qu’il est : « il cache sa personne ». Une chose sera la question du savoir et de la connais-sance. Est-ce la connaissance suffit pour obtenir notre droit : la société ne nous donne plus ce que nous revient ; il faut passer par une con-naissance pour obtenir un travail ; où se trouve notre devoir ? L’Eglise nous donne des ouver-tures. Mais une chose : peut-on étudier la foi en psychologie ? Oui et non. Non, on ne peut pas l’étudier scientifiquement car elle ne se contrôle pas ; oui, mais l’homme cherche à voir l’atta-chement de l’autre envers son entourage ou en-vers l’Eglise. C’est pourquoi notre foi est intrin-

A l’occasion de l’ouverture de l’année académique 2012-2013, l’ISPSH-Don Bosco (Institut Supérieur de Philosophie et de Sciences Humaines) a ouvert ses activités par une messe et une conférence sur le thème : attitude religieuse, attachement et « lieu de contrôle » chez l’adolescent africain. Thème du doctorat de Père Alphonse Owoudou.

sèque (une foi responsable et mature : l’homme sait pourquoi il doit servir et à quel moment il faut demander et tout ce qu’il fait c’est pour la gloire de Dieu) et extrinsèque (l’homme ne cherche que son bien, manque de gratuité; sa prière est matérielle…). Alors nous marquons la différence entre la personnalité et la religiosité. Ce qui caractérise l’attitude religieuse chez un enfant c’est l’attachement à ses parents (confiance) : son père est le plus puissant de tous. Petit à petit l’enfant finit par comprendre que son père peut perdre, qu’il est aussi ca-pable, qu’il peut faire comme tout le monde. Progressivement, il commence par se désatelli-ser ou se satelliser du : « mon père est le centre, le maître ; mes amis aussi ». Ainsi, il trouve un ami supérieur à tous et l’enfant manifeste son attachement à Dieu unique parce qu’il dé-couvre que tout le monde cherche Dieu.

23

Etranger Togo - Gbodjomé

Première retraite spirituelle des novicesPremière novices

Octobre 2012

Attention à nous éducateurs ! L’enfant devient ce qu’il entend de ses parents : tu m’énerve, tu es bon, tu es intelligent, tu es idiot,….Quand les parents et les éducateurs enseignent des bonnes choses, l’enfant n’aura plus peur parce que ses parents ne lui font pas du mal. Quel est ton lieu de contrôle ? C’est sans raté, l’ha-bileté et les efforts (qualités et vertus) ; les autres sont lieu de contrôle externe (la chance, le hasard). Voici quelques éléments dont l’en-fant a besoin : la sécurité, la confiance et la relation. Qui contrôle ta vie ? Moi-même, mes parents, la société ou Dieu ; c’est la question que le père Alphonse pose aux adolescents, et à nous tous. En conclusion, il donne les consi-dérations finales de la traduction de l’italien en français. "Sur la formulation triangulaire de l’hypothèse générale, qui peut et doit se ré-duire à proposer une corrélation réciproque entre les trois variables. Sur l’échantillonnage : respecter les propositions de la population des pays où la recherche a eu lieu. Sur les ques-tionnaires : la plupart des tests qui existent en

Ce dimanche 23 septembre2012 à 21h a commencé la première retraite spirituelle des novices.

Animée par le père maître, le père Paul Wogomebou, elle n’avait pas de thème pré-cis mais elle était basée sur l’Evangile selon Jean, au chapitre premier des versets 35 à 39. De là sont sortis les thèmes suivants : Que cherchez- vous, venez et voyez, Dieu m’aime, suite du Christ, Esprit Saint : source de vie et de sainteté, L’obéissance, la pauvreté, la chasteté, la conversion, et l communauté. Outre les thèmes, il y avait aussi l’adoration chaque jour, l’accompagnement spirituel, le temps de réflexion et de prière personnelle. En effet, c’est par cette retraite que les novices vont entrer dans le « rythme du noviciat », passant ainsi de la phase d’acclimatation à la

psychologie de la religion sont d’origine améri-caine et protestante. Sur le Dieu des adoles-cents : on a l’impression que les adolescents africains font de Dieu une combinaison de ca-ractéristiques maternelles et paternelles. Sur le profil psychologique et surtout le phénomène de l’identification chez les adolescents est cet échantillon : on dirait, en considérant le degré de conflictualité, que les adolescents africains ne passent pas par une rupture oedipienne. Sur l’échelle d’orientation religieuse administrée à des adolescents musulmans et chrétiens : compte tenu des archétypes de référence et même de l’anthropologie et de la théologie dif-férente et parfois contradictoire de ces deux obédiences religieuses ; on s’étonne qu’une re-cherche leur propose le même questionnaire et donc les mêmes variables, tandis que plusieurs auteurs conseillent d’adapter à chaque contexte religieux les tests utilisés (Nslr : Flere et al., 2008, 12).

Lomé (suite)

phase purement spirituelle et des cours. Comme le disait le père maître, cette retraite permet aux novices de puiser l’énergie nécessaire pour une bonne expérience. Elle a duré six jours à la fin desquels les novices apparaissaient transfigurés et joyeux. Rendez-vous été pris pour février 2013.

Alain MAFOUNA, sdb

24

Directeur de publication : P. Manolo Jiménez * Administration : P. José María Sabe

Délégué à la communication : P. Virgile BIYOGUE

Rédacteur en chef : Paul II Clark Tegue * Maquette - Mise en page : Mathieu Pola et Rigobert Fumtchum

Rédaction : Jacques Nagalo, Modeste Gaglo, Gildas Sant’Anna et Fidélius Marie Adjanohoun

@temedia Salésiens de Don Bosco * Maison Provinciale B.P. 1607,

Email : communication.sdbate@yahoo.fr *Yaoundé - Cameroun

Programme

 03 nov. Commission pré-capitulaire

 09 nov. Equipe provinciale des Paroisses (Pointe Noire du 9 au 10)

 11 nov. Equipe provinciale Oratorios-CJ (Bata du 11 au 12))

 16-18 nov. Conseil provincial

 20 nov. Equipe provinciale des Ecoles (Yaoundé du 20 au 21)

 23.nov. Rencontre professeurs école prof. Yaoundé

 24 nov. Rencontre provinciale de CS (Ydé)

Joyeux Anniversaires

Novembre

01 P. SAINT PREUX André

04 L. MBACHO Merci

05 P. CUEVAS Agustín

06 S. IZUCHUKWU Offor Simon

08 S. EBODE Cyrille Cyriaque

11 S. ESSOLA Serge

18. S. YOLOTOUM Rostand

27. S. MINOUGOU Isidore

ÉDUQUER EN ÉVANGÉLISANT,

ÉVANGÉLISER EN ÉDUQUANT !

Vivre en éducateur salésien, c’est vivre le projet éducatif en référence à la Bonne Nouvelle du Christ, accueillie avec une sensibilité spirituelle inspirée de François de Sales et de Don Bosco.

L’acte d’éduquer conduit alors le jeune à com-prendre de l’intérieur qu’il a du prix aux yeux de Dieu (Isaïe 49), que Celui-ci lui fait confiance et l’aime d’un Amour inconditionnel. La communauté chrétienne de-vient ainsi signe et porteuse de cet amour de Dieu pour les jeunes, et de manière préférentielle pour les plus défavorisés d’entre eux.

Il est alors possible d’éduquer en évangélisant, en osant dire Dieu aux jeunes et d’évangéliser en édu-quant, l’acte éducatif s’appuyant sur les valeurs évan-géliques. Établir une relation éducative authentique avec le jeune, c’est, dans le même mouvement, établir une relation avec le Christ ressuscité (Mt 25,31). Se manifeste alors le sens profond du verset de l’Évangile selon saint Marc, dont toute la vie et l’oeuvre de Saint Jean Bosco constituent une illustration : « Quiconque accueille un enfant comme celui-ci à cause de mon nom, c’est moi qu’il accueille ; et quiconque m’ac-cueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. » (Mc 9, 37)

Ainsi se dessine un chemin original qui fait du projet éducatif pastoral salésien une authentique spiri-tualité : l’action éducative constitue un excellent chemin pour réaliser l’appel du Christ à devenir saint. Éducateurs et jeunes sont invités à chercher Dieu non pas dans un ciel lointain mais dans leur vie quotidienne qui se laisse travailler par l’Esprit Saint. La voie éducative est chemin de sainteté. (La pédagogie salésienne de A à Z, index)

DATES IMPORTANTES

 01 nov. Toussaint

 11 nov. 137ème anniversaire Missions Salésiennes

 13 nov. Artémide Zatti

 15 nov. Bse Madeleine Morano

 22 nov. Ste Cécile

 25 nov. Christ Roi

Des jeunes participants au Cenjubos de juillet 2012. Ils se trouvent dans la salle polyvalentes du Centre de jeunes Don Bosco de Malabo-Guinée Équatoriale. Image d´un momento de présentation du mot du matin.