Rada Zasoby

Atemedia, N° 112 decembre 2011


1
N° 112 Décembre 2011 12ème Année
SOMMAIRE
Editorial
En état d’attente Page 2
Actualités (ATE)
Communautés de la province Pages 3 - 14
Etranger
Togo, Lomé Pages 15 - 16
Rwanda. Butare - Kabgayi Pages 17 - 18
Espagne. Séville - Barcelone Pages 19 - 21
Eglise
Exhortation Apostolique : « Africae munus » Page 22
Histoire Salésienne
Don Bosco, un apôtre communicateur en son temps Page 23
Benoît XVI visite l’Afrique
« Africae munus »
2
Editorial
L a parution de ce numéro de notre Bulletin numérique provincial coïncide avec le début du temps liturgique de l’Avent. Un temps dans lequel nous mettons en évi-dence la disposition spirituelle de « l’attente ». Les textes bibliques et liturgiques de ce temps nous encouragent à « espérer » la pré-sence libératrice du Rédempteur, qui est annoncée en vue de l’accomplissement des anciennes promesses. Pouvons-nous dire que toute notre vie est comme un grand “Avent”, jusqu’au mo-ment de la rencontre pleine et définitive avec le Seigneur ?
Notre continent a vécu, pendant ces derniers mois, dans l’attente du Pape Benoît XVI, qui avait annoncé son voyage au Bénin, où il vient de rendre publique son Exhortation apostolique post-synodale. C’est une attente qui s’est vue comblée par la pré-sence du successeur de Pierre en terre africaine et par la récep-tion des orientations proposées dans cette Exhortation aposto-lique. Elle sera, sans doute, objet de notre étude dans les pro-chaines semaines.
Notre Région est en at-tente d’un événement particulièrement impor-tant : la Visite d’En-semble. Dans la der-nière semaine du mois de février 2012, le suc-cesseur de Don Bosco, avec un groupe signifi-catif de Conseillers gé-néraux, va se rendre à Nairobi (Kenya), pour partager cinq jours de réflexion, d’analyse et de projection, avec les membres des Conseils
En état d’attenteEn d’attente
Décembre 2011
provinciaux des treize circonscriptions salésiennes d’Afrique et Madagascar. Un rendez-vous d’une portée capi-tale pour le présent et l’avenir de la mission salésienne de notre Région.
Et encore, notre famille pro-vinciale vit aussi en attente du pèleri-nage de l’urne de notre Fondateur dans huit maisons de notre Province. Pendant la première quinzaine du mois de mars 2012, nous allons ac-cueillir les reliques de celui qui a été l’instrument de Dieu pour la fonda-tion de notre Famille religieuse. Une attente qui va s’accompagner d’une intense préparation, surtout à partir du travail de coordination des con-sultes locales de la Famille Salé-sienne, pour mettre en valeur une occasion unique de « proximité » à Don Bosco, à son charisme, à sa sainteté.
Autant de raisons pour culti-ver dans notre coeur cet « esprit d’at-tente », pour lequel le temps de l’Avent nous offre des appuis pré-cieux. La méditation journalière des textes bibliques proposés pour la li-turgie de la Parole de ces semaines, nourrira notre attente et la rendra féconde par la présence vivante de Celui qui vient au nom de Dieu nous ouvrir le chemin du salut.
À votre disposition
Manolo Jiménez
3
Actualité ATE Centrafrique - Galabadja
Echos de Don Bosco Galabadja
Décembre 2011
Christopher B. & Eynem M.
Messe d'ouverture
de l'année scolaire 2011-2012
Le vendredi 28 octobre 2011 à 10H30, les élèves de l’École Maternelle et primaire Don Bosco ont célébré la première messe de l'année scolaire en cours. Préparée et animée par les élèves, la messe a été présidée par le Curé et Directeur de l’oeuvre, le père Agustìn CUEVAS. A la sortie de la messe, ils ont pris un chant en sango en l'honneur de Don Bosco, un chant composé par Gilbert, leur encadreur.
Initiation à l’écriture journalistique
(presse écrite)
Animée par Maguergue Ey-nem, la formation, dispensée aux jeunes de notre pré-sence, a commencé le mer-credi 19 octobre 2011der-nier. Elle s’est poursuivie les mercredis 26 octobre, 2, 9 et 19 novembre 2011. A la fin de la formation, un club me-dia sera mis sur pieds.
Les trois grandes confessions religieuses de la RCA prient pour la paix
Samedi 29 octobre 2011, à l'esplanade de la cathédrale de Bangui, les chrétiens catholiques, des Églises évangéliques et les musulmans ont prié pour la paix en République Centrafricaine. Clôturant la prière, les chefs religieux de ces trois religions et, l'assemblée, se sont tenus par les mains en les levant au ciel, pour chanter l'hymne à la paix "E ye siriri; Na ya ti kodro ti e, siri-ri; Na popo ti amara, siriri; Na ya ti be ti azo; E kwe, e ye ti gi siriri" (Nous voulons la paix...).
Du nouveau à
l’Ecole Don Bosco
de Galabadja !
Ce vendredi 11 novembre 2011, les élèves des classes du CE2, CMI et CM2 ont eu leur premier cours d’initiation à l’édu-cation physique et sportive (EPS). Le but visé est, se-lon le Directeur de l’Ecole, de permettre aux enfants d’avoir un esprit saint dans un corps sain, mais aussi de préparer ceux du CM2 à la classe de 6ème.
4
Actualité ATE Centrafrique - Galabadja
crier, mais dans la paix et la joie, pour faire la re-lance des activités. Jouer, chanter, crier et soyez contents. Je vous souhaite une bonne soirée ».
Le spectacle s’ouvre, un adolescent aux accoutrements de Mickael Jackson fait son entrée sur scène, sous une musique de Mikael Jackson, une clameur éclate dans le public. L’adolescent exécute les pas de danse de Mikael Jackson, le public pousse des cris. La musique s’intensifie, ses pas martèlent le podium, il glisse d’un bout à l’autre du podium, le public crie de joie. Le DJ, baisse le son, sa prestation prend fin, le public en réclame davantage. Mort là-bas, ici, Mikael Jack-son reste vivant dans l’esprit et le coeur des ados. A sa suite, se succèdent des groupes de danses de hip hop, de break dance, de dombolo, etc.
17H49, le Coordonnateur du Centre de jeunes, Jeanford intervient pour inviter les enfants, les adolescents et les jeunes à intégrer l’Oratoire-Centre de jeunes.
18H05, l’heure de la vérité sonne, les en-fants et adolescents retiennent leur souffle. Le jury procède à la délibération. A chaque nom, le pu-blic applaudit. Les plus méritants reçoivent un ca-deau d’encouragement.
18H10, l’obscurité couvre l’espace, la soi-rée se termine. La cour du Centre se vide. Un adolescent clôture la soirée par la prière. Tout est bien qui finit bien ! A la lueur de la lumière d’Ener-ca (société d’énergie de la RCA), luisent les visages, contents d´avoir passer un moment d’euphorie et, d’emporter un cadeau.
ReportageReportageReportage : Mort là: là---bas, ici Mickael Jackson reste vivantbas, vivant
Décembre 2011
Eynem MAGUERGUE, sdb.
D ans les coins et recoins de l’Oratoire-Centre de jeunes, les animateurs sont en place. Les décibels musicales montent. Les enfants, certains vont et viennent, d’autres courent et crient. Les jeux commencent.
Un animateur attache un fil entre deux barres. Sur le fil, sont suspendus des sachets de cadeaux. Il explique le principe du jeu : « Il faut avoir un ticket. Je vais bander les yeux de celui qui veut jouer à ce jeu et il ira, ciseaux à la main, couper le fil d’un cadeau et le cadeau lui appartiendra ». Et le jeu commence, les enfants se bousculent, le premier s’engage et passe à côté du butin, les autres s’exclament : « ô ! »
Nous quittons les lieux et progressons vers le terrain de basketball. Nous voyons les enfants viser le panier, à côté, certains se rou-lent sur l’herbe et d’autres courent pour remplir les bouteilles en transportant de l’eau dans le creux de leur main. Plus loin, au bout du po-dium droit de l’esplanade, un enfant souffle sur une série de bougies. Il arrive à les éteindre, les autres enfants applaudissent, il a gagné !
Autour de 16 H, les jeux tirent à leur fin, le DJ (disc-jockey) fait monter les décibels. Petit à petit, les enfants convergent vers le podium. Le « M.C » (maître de la cérémonie), Shingo, invite à l’ouverture du spectacle. En attendant, quelques enfants, sur le podium dansent.
A 17 H 02, le père Agustìn, Directeur de l’oeuvre, ouvre le spectacle par ces mots entrecoupés d’applaudis-sements : « Aujourd’hui, nous allons chanter, nous allons jouer, nous allons
Samedi 22 octobre 2011, à 14 H, les jeunes et enfants sont venus de tous les coins du quartier. La cour du Centre de jeunes était pleine, c’était la relance des activités de l’Oratoire-Centre de jeunes. Deux activités sont proposées pour la circonstance : une kermesse avec plusieurs jeux (jeux de pièce, de bougie, de ciseaux, de lancer franc, etc.) et un spectacle.
5
Actualité ATE Centrafrique - Damala
RENCONTRES SPORTIVES : BASKETBALL AVEC LES ORPHELINS DU CENTRE AMA…
Samedi, les joueurs de basketball se sont rendus pour un match amical au Centre AMA qui abrite une centaine d'orphelins. Il est 14H30 lorsque le père Chopin, directeur technique de basket-ball, démarre la voiture avec en son sein 15 joueurs et le staff technique. A 15H, la rencontre commencera par la présen-tation des différents responsables de Centres, puis celle des équipes. Vers 15H30, nous avons eu droit à un défilé « d'intimidation » de la part des enfants du Centre qui nous accueillaient. Après cette mise en place, le match sera lancé et l’on jouera 4 quarts de temps de 10 minutes. Après un début de match difficile, l’équipe du Centre Don Bosco finira par prendre l’avantage et gagnera le match par un score de 55 contre 45. C’est avec le coeur fier que nous avons pris le chemin du retour.
FOOT-BALL : LIGUE GAGNÉE, MAIS CHAMPION-NAT PERDU FACE À H. CHICAGO DE GALABADJA
Le lendemain, après une veillée au Centre, c’est accompagné du directeur tech-nique, le P. Evita et, de l’aumônier P. Chopin, que l’équipe de football se rend au stade de l’ex société « UCATEX », pour la finale du champion-nat de sous-ligue. Sur place, les joueurs ont eu droit à un mot d’encouragement du président de l’équipe, le Fr. Mathieu, et aussi de l’Assistant, le Fr. Serge. Compte tenu du mauvais temps, le match sera décalé d’une demi-heure. Vers 15H30, le coup d’envoi sera donné. Les deux équipes nous ont offert un beau spectacle mal-gré l’état du terrain. À la fin de la trentième mi-nute de la première mi-temps, le Centre Don Bosco prendra un but qui lui sera fatal pour la suite. À la deuxième mi-temps, malgré toutes les tentatives, le score restera inchangé. H. Chicago de Galabadja viendra à bout de Don Bosco Da-mala sur le score d’un but à zéro. Bien que nous ayons gagné la ligue, nous avons perdu le championnat.
Mathieu POLA, sdb.
WeekWeekWeek---end sportif au Centre Don Bosco de Damalaend Damala
Décembre 2011
FORMATION DES DÉLÉGUÉS DE CLASSE.
THÈME : « LEADERSHIP ET GESTION HUMAINE »
Le dimanche 13 novembre, s'est tenue dans les locaux du Ly-cée Don Bosco, la première formation des délégués de classe.
Les capacités humaines et le don de la grâce divine, au service des autres
Il était 7H30 lorsque les délégués ont commencé à faire leur entrée dans la cour de la communauté. La rencontre initialement prévu pour 8H00 connaîtra un petit retard à cause de la pluie qui s'abattait sur la ville ce jour-là. Vers 8H30, les délégués, la secrétaire, Mme Angela EREKPE et le P. Evita, prendront place dans la salle de classe de quatrième A. Après la prière et le mot de bienvenue, le père Evita com-mencera l´exposé de son thème. Comme premier point, il parlera de « Leadership et gestion humaine ». Il présentera un leader comme celui-là qui est pétri de qualités humaines natu-relles et même surnaturelles ; celui qui a su développer ses capacités humaines et le don de la grâce divine pour se mettre au service des autres. Il a invité les délégués à mettre à profit leurs qualités et potentiels au service de leurs cama-rades. Ensuite il a présenté Don Bosco comme un leader. Un leader spirituel, intellectuel et moral. Leadership qu'il a su mettre au service des jeunes pauvres de son époque. Nous sommes donc appelés, comme lui, à faire de même avec nos camarades. Après le thème, la place a été laissée au partage d'expériences entre délégués, aidés par le Proviseur, la secré-taire et le Fr. Mathieu. Des conseils leur ont été donnés pour les aider à mieux faire leur travail. La rencontre s'est achevée par un partage d´agapes fraternelles.
Nancy Chris DOUNGOUBE KENDJOUA, 1ère AB
Le samedi 12 et le dimanche 13 novembre a été un week-end assez chargé pour les jeunes du Centre Don Bosco de Damala.
6
Las genialidades de la Jornada Misionera en el colegio español de Malabo 2011”
Actualité ATE Guinée Eq. - Malabo
Décembre 2011
“40 JÓVENES SOLIDARIOS” AYUDAN A LOS DEMÁS CON UNA “CANTINA ALTERNATIVA”
El grupo “40 JS” (Jñvenes Solidarios) fue referente: un grupo del Co-legio, donde admiten sñlo 40 miembros y donde participan sñlo los alumnos de Bachillerato y 4º ESO. Han dado otra tonalidad organi-zando diversas actividades para ayudar a los demás que se encuen-tran en diversas zonas de riesgo o falta de alimentaciñn. Las activida-des que llevaron a cabo consistieron en una “cantina alternativa” a la habitual, donde ellos preparaban comidas y las vendìan durante el tiempo de recreo, en la semana del Domund. También pu-sieron una Feria electrñnica con videos juegos. La sensibili-dad de estos jñvenes ha ido más allá, de las expectativas del centro: ellos mismos madrugaban para venir al cole-gio y preparar las instalaciones donde harìan sus activi-dades. La entrega con que lo han hecho ha sido algo muy apreciado por el conjunto de los alumnos y profe-sores del colegio, una iniciativa y una sensibilidad que ha quedado en sus espìritus. Estas actividades no sñlo consistieron en buscar dinero, sino que ellos mismos también buscaron materiales escolares pa-ra los niðos más desfavorecidos de los poblados.
TODOS PARTICIPARON PORQUE “NADIE ES TAN POBRE QUE NO PUEDA DAR ALGO”
Además de este grupo, cada sala del Colegio se comprometiñ a ayudar, poniendo una cantidad de dinero o materiales escolares, según sus posibilidades y lo más curioso es que hasta los niðos de 1º de primaria aportaron su granito de arena a esta ini-ciativa. Ellos también piensan en los de-más que sufren en diferentes paìses. En este sentido cumple el dicho se cumple las palabras de Juan Pablo II: “Nadie es tan pobre que no pueda dar algo”.
Jeremìas ONDO MBANG, sdb.
Como todos los años, los alumnos del Colegio Español de Malabo colaboran en la Jornada misione-ra (DOMUND). Esta vez, las estrategias cambiaron en la forma de recaudar fondos para dicha ayuda.
ENTREGA DE INSIGNIAS
DE ANTIGUOS ALUMNOS
SALESIANOS DEL COLEGIO
¿Quién, quiere perder el hecho de pertenecer a una fami-lia? Tampoco, los alumnos de Colegio español del curso pasa-do, han querido cortar este vínculo que les une con el Cole-gio. En el acto estuvo el ecóno-mo provincial, P. José Mª Sabe, junto a la dirección del Centro, y los alumnos de 1º y 2º de Ba-chillerato.
El director del Colegio Padre Pergentino, matizñ en su intervenciñn que: “pertenecer al grupo de los Antiguos Salesianos esto constituìa un enorme benefi-cio y ventaja para cada uno de ellos, ya que en cualquier casa que se presenta un Antiguo Alumno, el ambiente siempre le resultara familiar y se siente co-mo si estuviera en su casa”. Al término de su intervenciñn, el director felicitñ y deseñ suerte a todos aquellos que habìan obte-nido las becas para proseguir los estudios en Espaða. El acto ter-minñ como se dice aquì “de mi-sa a mesa” con un refrigero, preparado por los alumnos de 1º, 2º de BACH y el colegio, en el que hubo tiempo para despe-didas, consejos y desearse todos buenos.
7
Vie au Centre des jeunes Don BoscoVie Bosco
Actualité ATE Congo - Pointe Noire
Décembre 2011
D ans le cadre de ses activités, et pour mieux vivre la campagne d’année dont le thème est : « Bien connaître Don Bosco et s’engager dans la société congo-laise », les animateurs et responsables des groupes de foi se sont rassemblés à la maison des jeunes le dimanche 06 novembre 2011, à partir de 9h00, pour la première formation.
Deux moments de formation ont marqué notre journée :
Premièrement c’est le père Alcide BAG-GIO qui présente la vie de Don Bosco à l’aide des diapositives ; Puis ce fut le tour du Père Xa-vier ZILLY qui avait la formation du jour. Le thème est : « Vocation et Mission des Laïcs dans la société congolaise ». Pour amener le sujet, le prédicateur a commencé par expliquer chaque terme ; partant de l’étymologie des mots jusqu’à nous dire ce que l’Eglise et la société attendent de nous. Après cette phase, il était question que 6 (six) animateurs de façon pratique présentent chacun une séance de réunion dans un groupe de jeunes ou enfants.
Après quelques remarques faites par le prédicateur, tout prit fin à 13h30, sous une grande pluie. Certains parlaient de la bénédic-tion du ciel, d’autres par contre étaient inquiets de la situation des quartiers.
INFO GABON
Le lundi 07 novembre 2011, à l'occasion de la réunion du Presbyterium, Son Excellence Mgr Basile MVE ENGONE, Archevêque de Libreville, a nommé notre confrère salésien P. Alain MACHIA MACHIA, Aumônier Archidiocésain des Universités des Grandes Ecoles. Il a été installé officielle-ment par le Vicaire Général, le jour de l'ouverture de l'an-née pastorale 2011-2012 pour l'ACUGE (Aumônerie Ca-tholique des Universités et Grandes Ecoles du Gabon).
À cette même occasion, le père MACHIA a donné une conférence sur le thème « La Parole de Dieu dans la vie de Saint Albert le Grand et dans la vie de l'universitaire chré-tien ». Félicitations P. Alain et… du courage !!!
En définitive, il faut signaler que les animateurs sont retournés satisfaits et nous espérons que les fruits seront abon-dants.
D. Xavier ZILLY, sdb
8
Lancement de l’année pastorale 2011Lancement 2011---2012 au Centre
Actualité ATE Congo - Brazzaville
Décembre 2011
ENSEMBLE, LES DEUX COUPS D´ENVOI
DES ACTIVITÉS DE L´ORATOIRE-CENTRE DE JEUNES DON BOSCO
L’après-midi était réservé au lancement de l’année pastorale 2011-2012 à l´Oratoire-Centre de Jeunes Don Bosco. A cet effet, les préparatifs s’activaient de part et d’autre : la sonorisation, l’ajustement des filets pour le football et pour le basketball, les bâches pour éviter des chocs aux ar-tistes au moment du spectacle de danse moderne et d´arts martiaux. Les respon-sables de groupes grouillaient partout pour rassembler les jeunes et les enfants. Les pré-animateurs se bousculaient dans le bureau du Diacre Benjamin à la recherche des équipements sportifs. Dans un coin, un at-troupement d’enfants autour d’un anima-teur à la recherche de quelques jeunes et enfants qui participeront au match des in-collables. Soudain, un coup de sifflet reten-tit, le Diacre Benjamin prend la parole pour l’ouverture des activités avec un « mot du soir programme ». La nouveauté est que les mots du soir auront dorénavant lieu tous les samedis à partir de 17H avec tous les groupes réunis sur le terrain de basketball.
DANSE MODERNE, INCOLLABLES, ARTS MARTIAUX, FOOT-BALL, … DANS UNE AMBIANCE FESTIVE
Après le mot du Diacre Benjamin, c’est le début du spectacle avec le groupe de danse moderne, caractérisé par des jeunes qui dansent avec souplesse comme s’ils n’avaient pas d´os. Puis vint le match des incollables, où chaque équipe se défendait pour mieux répondre aux ques-tions devant 400 jeunes et enfants réunis. Le spectacle des arts martiaux suivra. Enfin, les matchs simultanés de football-junior et football-cadet, sans oublier le match des filles (Ndzango) ont eu lieu. On pouvait lire la joie et la gaieté sur les visages. Certains se trémoussaient au son de la mu-sique distillée par le DJ. Un rafraîchissement a été servi aux acteurs et aux petits de l’Oratoire à la fin de la journée.
Toutes ces activités se sont déroulées sous le regard bienveillant des salésiens en place et grâce à la maternelle intercession de la Vierge Marie.
D. Siméon BEKOUROU, sdb.
COMMUNAUTÉS SALÉSIENNES DE BRAZZAVILLE
SE RECUEILLENT
Le 05 novembre dernier, les deux communautés sa-lésiennes de Brazzaville se sont rencontrées à Massengo pour une récollection spirituelle animée par le père Frédé-ric MBAYANI. L’ambiance était au recueillement et à la joie des retrouvailles surtout à cause de la visite éclaire du régional Guillermo BASAÑES en transit pour l’Angola. La visite d’un supérieur est toujours une grâce.
9
Session de formation à la Cité Don BoscoSession Bosco
Actualité ATE Congo - Brazzaville
Décembre 2011
La Commission diocésaine pour la pastorale de l’enfance et de la Jeunesse a organisé une session de Formation de responsables des mouvements d’apostolat de l’enfance et de la jeunesse à la Cité Don Bosco du vendredi 11 au dimanche 13 novembre 2011.
RÉFLEXION AUTOUR DE DEUX THÈMES…
Les instructions, la présentation et le mot d’ouverture ont été dits par le père Brel DAOUDA MALELA, aumônier des Jeunes et président de la Commission diocésaine de Brazzaville. L’intervention inaugurale de la session a été diri-gée par le père André Frantz SAINT PREUX, salésien de Don Bosco, sur le thème de l’Etrenne 2011 du Recteur Majeur : « Venez et vous verrez » (Jn 1, 39) et sur « Comme le père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jn 20, 21), donné par l’Archevêque.
Père André Frantz SAINT PREUX DABEL, sdb
EUCHARISTIE, AGAPES, …
BREF, LA NOBLE TRADITION
A ÉTÉ RESPECTÉE
Quatre-vingts (80) participants ont été réunis pour cette session de for-mation. Ils venaient de toutes les pa-roisses et des mouvements diocésains d’apostolat des enfants et des jeunes de l’archidiocèse de Brazzaville. La messe de clôture a été présidée par le père Brel DAOUDA MALELA, avec pour con-célébrants les pères Fréderic MBAYANI, Directeur, et André Frantz SAINT PREUX, vicaire et économe de l’oeuvre Don Bosco. Des agapes fraternelles ont été organisées par la Commission dio-césaine pour la Pastorale de l’enfance et de la Jeunesse en l’honneur des salé-siens qui sont des fils authentiques de Don Bosco. Les jeunes de l’archidio-cèse conservent cette tradition depuis une dizaine d’années : venir se ressour-cer en profondeur dans la pédagogie et la spiritualité salésienne pour mieux suivre notre Seigneur Jésus-Christ à la manière de Don Bosco.
10
Quel bilan pour les élèves de l’Institut Technique Don BoscoQuel Bosco ???
Actualité ATE Cameroun - Ebolowa
Décembre 2011
ENCOURAGE-MENT DES ÉLÈVES S´ILLUSTRANT POSITIVEMENT DANS LES PRE-MIÈRES ÉVALUA-TIONS
Après six semaines de cours, les élèves ont subi le test de la pre-mière séquence, ques-tion de faire une évalua-tion personnelle et col-lective sur le trajet déjà effectué. De cette évalua-tion, il ressort que les ef-forts fournis par les élèves, étaient insuffisants dans l’ensemble. Mais malgré cette insuffisance constatée, les enseignants et les membres de la communauté salésienne ont encouragé et félicité au cours des mots du matin les élèves ayant fait une bonne prestation. Aussi, ont-ils demandé avec insistance aux autres de ne pas céder au dé-couragement, à la paresse ou à la tricherie ; mais plutôt de multi-plier les efforts pour relever le dé-fi : « une matière, une moyenne », voie de la réussite.
CONSEILS DES ÉDUCATEURS ET SOUTIEN SCOLAIRE DES PRÉ-NOVICES AUX ÉLÈVES
Dans les mots du soir d’une façon particulière, les salésiens ont invité les élèves internes à mettre à profit les moyens et le temps dont ils disposent pour faire de bonnes études. Ceci en commençant par l’aide mu-tuelle entre camarades, un signe de commu-nion fraternelle. Également, il leur a été sug-géré de se rapprocher de l’équipe des pré-novices de la communauté pour partager avec elle les astuces et les techniques qui peuvent les aider à bien étudier. En plus de cela, il leur a été demandé de profiter de leur présence pour avoir plus d’explications dans les différentes matières dans lesquelles ils éprouvent des difficultés. Suite à ces conseils, il s’est opéré un changement. De temps à autre, et en dehors des heures d’études régle-mentaires, les élèves constituent de petits groupes pour étudier ; question de bien pré-parer la deuxième séquence. Ils sont à la re-cherche de livres et de l’aide pour les mathé-matiques, la physique, la chimie, le français, l’anglais et souvent la philosophie pour les externes qui viennent étudier le soir à l’Insti-tut. C’est ainsi que les pré-novices sont régu-lièrement sollicités pour servir de répétiteurs.
Alors, fallait-il d’abord ces résultats insuffisants – que l’on peut qualifier de bap-tême de feu –, à ces élèves, pour qu´ils se mettent sérieusement aux études ? Seules les notes de la séquence en cours nous aideront à donner une réponse.
Charles ONANA ABOUDI
prénovice - Ebolowa
A près l’ambiance des retrouvailles entre les élèves, atmosphère qui a longuement dominée l’Institut au mois de septembre, les élèves se sont mis à l’étude pour passer une bonne année scolaire. Invités à s’adonner avec sérieux et détermination au travail, ils se sont lancés à l’étude. Certains avec volonté et bon engage-ment ; d’autres, sans conviction personnelle n’ont pas mis à pro-fit l´horaire d’étude conseillé après les cours, cela parce qu’il leur manquait la méthode et surtout l’esprit d’organisation.
11
Paroisse Notre Dame de Fatima, carrefour de jeunesParoisse jeunes
Actualité ATE Cameroun - Ebolowa
Décembre 2011
JEUNES VENANT DE PARTOUT ET RÉUNIS À N.D. FATIMA, SOYEZ À L´ÉCOLE DE JÉSUS…
Le samedi 29 octobre 2011, il était 14H quand la cour paroissiale se réchauffait de monde grâce à une ambiance juvénile. L´heure était à la pré-paration de la messe avec des chorales, les servants d´autel, les danseuses et les lecteurs. Également, il y a du sport, de la musique et des jeux populaires. Ambiance habituelle, puisque nous sommes au Centre de jeunes. Seulement, la particulari-té cette fois-ci, c´était la venue des jeunes des paroisses envi-ronnantes. Des jeunes qui ap-partiennent aux différents mou-vements et services ecclésiaux ; mais aussi ceux qui sont sans mouvements. Des élèves, des chômeurs, des débrouillards et autres ont pris d´assaut l´église paroissiale sur l´invitation du Père évêque. À 17H, la messe anticipée de la Toussaint a com-mencé. Roland AMOUGOU II, coordinateur du Centre de jeunes Don Bosco d´Ébolowa souhaite la bienvenue à Monsei-gneur ainsi qu´aux jeunes : Ro-land n´a pas oublié de mention-ner les souvenirs de la dernière rencontre évêque-jeunes lors des JDJ (Journées diocésaines des jeunes) – Fête des Rameaux 2010 au Centre Jean Paul II et à l´Institut Don Bosco. Au cours de cette rencontre, la catéchèse de l´évêque a surtout porté sur la prière : « vous devez être à l´école de Jésus, être des jeunes qui cherchent Dieu à travers la Parole de Dieu » disait-il.
LA SAINTETÉ EST POSSIBLE AUSSI POUR LES JEUNES D´AUJOURD´HUI
La messe a continué. Monsei-gneur Jean MBARGA exhortera les jeunes à la sainteté au quotidien : « la sainteté est possible aussi pour les jeunes d´aujourd´hui ». Le vécu des sacrements n´a pas été mis en marge dans un monde de charlatans et de vendeurs d´illusions. Enfin, l´évêque a invité les jeunes à faire partie d´un mouvement d´Église pour chercher Dieu avec d´autres dans la réalité d´aujourd´hui.
DIVERSITÉ DE GROUPES, DIVERSITÉ
ET RICHESSE DES CHARISMES
La prière universelle était aty-pique, dans la mesure où il s´agissait de présenter les charismes de chaque mou-vement, service, association et, implorer Dieu pour la fécondité et le rayonnement. Ainsi, tour à tour, on a vu s´exprimer avec éloquence : la J.E.C. (Jeunesse Étu-diante Chrétienne), les lecteurs, les cho-rales, les cadets of Mary, les servants d´autel, l´A.N.A.C. (Association des An-ciens et Nouveaux Catéchumènes), les scouts, les majorettes, les associations sportives et culturelles.
JEUNES, SOYEZ APÔTRES D´AUTRES JEUNES LÀ OÙ VOUS VIVEZ
Avant la bénédiction finale, l´abbé Christian Gauthier NGAMBIA, aumônier diocésain de la jeunesse et de l´enfance, a remercié l´évêque pour son engagement en faveur des jeunes et, pour avoir présidée cette célébration. Il a également remercié les jeunes venus nombreux et les parents qui sont venus prier avec les jeunes. Prenant la parole, l´évêque a invité les jeunes à être des apôtres d´autres jeunes à l´école, au quartier, en famille, etc. Cela s´est passé chez-nous à Ébolowa, la capitale du Sud Cameroun.
Pour lancer l´année pastorale des jeunes, Mgr Jean MBARGA, évêque d´Ebolawa, a choisi la paroisse Notre Dame de Fatima. C´était déjà le cas l´année dernière.
Frère Paul Marie, sdb
Au prochain rendez-vous (retraites, formations di-verses, camps de jeunes, caté-chèse, grands rassemble-ments, etc.) !
12
Colloque de l’E.T.S.C de NgoyaColloque Ngoya
Actualité ATE Cameroun - Théologat
Décembre 2011
LE RAYONNEMENT INTERNATIONAL
DU PONTIFICAT DU PAPE JEAN PAUL II
La présence du Nonce aposto-lique le 9 novembre, Solennité de la dédicace de la Basilique de Latran, n’était pas une coïncidence. Prenant la parole en premier, après bien sûr la magnifique prière préparée et réalisée par les étudiants et les monitions d’ouverture, le Nonce a instruit l’auditoire sur la charge pétri-nienne des papes, en montrant en quoi, celle de Jean-Paul II se situe provi-dentiellement sur celle de Pierre : Provenant tous deux d’un monde politique-ment et économiquement blessé et dont la pureté religieuse est douteuse, pour ne citer que ceux-là. Jean-Paul II comme Pierre va lutter pour la justice, la paix et la libération des peuples. La bonne nouvelle dont il était porteur n’était pas autre que celle laissée par le Christ et voulu par le Père : « défaire les chaines injustes, délier les liens du joug, renvoyer libres les op-primés et briser tous les jougs (…) partager ton pain avec l’affamé, héberger chez toi les pauvres sans abri, si tu vois un homme nu le vêtir, ne pas te déro-ber devant celui qui est ta propre chair» Is 58, 6-7. C’est pourquoi, confor-mément à l’esprit du Concile Vatican II, il a fait des plus pauvres, l’option préférentielle de l’Eglise. Son apport tant sur le plan religieux que sociopoli-tique est à l’origine des grands changements survenus dans le monde : la chute du mur de Berlin correspondant à l’effondrement du communisme, la dénonciation des faiblesses ou dangers du capitalisme, la chute des dicta-tures, etc.
ÉGLISE REGARDE LE MONDE, MONDE REGARDE L’EGLISE
ET L’EGLISE REGARDE TOI TOI-MÊME
Après le Nonce, deux autres intervenants : le Professeur Roger ONOMO ETABA et le Père Grégoire KIFUAYI ont respectivement entretenu l’assemblée sur l´approche historique et les fondements théologiques de la vision du monde selon Jean Paul II. Si à travers le trinôme : ecclésiologique, christocentrique et anthropologique, on peut résumer les fondements théolo-giques, il est à noter qu’avec l’historien Roger, ce sont les différentes images de Jean Paul II qui ont retenu l’attention. Pape du dialogue, homme de ré-conciliation, grand pédagogue et diplomate, … Bref, Jean Paul II a permis à l’Église de regarder le monde, le monde de regarder l’Eglise et l’Eglise de se regarder elle-même.
LE LAÏQUE, UNE VOCATION
Les débats le second jour, ont porté sur la place des Laïcs dans l’Eglise. Les intervenants ont reconnu la difficulté de l’Eglise à donner un contenu qui sied à ce terme – devenu assez polysémique – et la place à eux (les laïcs) con-fiée par le Seigneur lui-même. Ce-pendant, la définition qu’a fournie le concile Vatican II et dont on voit le dépassement dans la pensée de notre bienheureux pape, est une révolution. En effet, pour le Pape, le laïcat est une vocation.
Les intervenants du troi-sième jour ont éveillé la cons-cience de l’assistance sur l’enga-gement socio-politique de J.P. II, ses activités scientifiques, et son ouverture missionnaire. En somme, la vie de J.P. II, pour cette société souffrante est un exemple vivant qu’on ne saurait ignorer si vérita-blement on désire lutter contre les maux qui la (la société) dénaturent et l’éloignent de Dieu. Puisse son intersession nous aider dans notre marche vers le Père, pour une so-ciété nouvelle dans laquelle cha-cun aura sa place et ce qui lui est dû : une société juste.
Augustin TONTASSE, sdb
Thème : L´ÉGLISE ET LE MONDE SELON JEAN PAUL II
Ont eu lieu du 09 au 11 Novembre 2011 à l’Amphithéâtre de la Catho., les traditionnelles conférences théologiques organisées par l’Ecole Théologique Saint Cyprien de Ngoya (E.T.S.C.). Ouverte à tous sans exception, cette conférence avait pour thème : « L’Eglise et le monde selon Jean Paul II ». Neuf professeurs dont les compétences en la matière ne sauraient être su-jettes à caution, se sont succédés pour nourrir cette foule de jeunes et adultes, assoiffées de découvrir davantage les merveilles réalisées par Dieu à travers son bienheureux serviteur Jean Paul II.
13
À Nkol Afeme, Oratoire a recommencéÀ recommencé
Actualité ATE Cameroun - Théologat
Décembre 2011
L e dimanche 30 octobre 2011, a eu lieu l’ouverture officielle des activités du Centre de Jeunes Don Bosco de N’kol Afeme (Théologat). L’Oratoire-frère de Mimboman était l’invité important à cette grandiose manifestation.
Tout a commencé à 14H par l’ac-cueil des hôtes, l’animation d’ensemble suivi du mot d’ouverture. Les activités qui ont meublé cet après-midi étaient : la danse moderne, le football, le volleyball, des jeux divers, sans oublier les démonstra-tions en kung-fu-chaolin. Un cocktail a mis fin à ces différentes activités inaugurales. D’une manière générale, tout s’est passé dans une ambiance de fête et de véritable joie salésienne. Cette rencontre nous a, sans aucun doute, laissés un souvenir indé-lébile ; elle nous a permis de découvrir les talents des uns et des autres, de valoriser la richesse de la diversité, l’esprit du « vivre et travailler ensemble ». Le prochain rendez-vous de fête est fixé au 08 décembre de cette même année. La Solennité de l’Imma-culée Conception permettra de vivre à nou-veau des innovations.
Narcisse Badiata, sdb
14
Formation sur le thèmeFormation thème : « Don bosco et sa vision de l’hommeDon l’homme »
Actualité ATE Cameroun - Mimboman
Décembre 2011
LE CORPS. Don Bosco partageait les idées de son temps sur le corps humain. Cependant, il initie un mouvement pédagogique qui donne de l’importance à la pratique du sport, des jeux collec-tifs, du théâtre, de la musique, de la fête, du travail manuel.
LA RAISON OU L’INTELLIGENCE. Elle conduit à considérer le jeune comme sujet raisonnable et acteur principal du processus éducatif. Penser juste et agir bien, voilà l’idéal proposé à chacun. Don Bosco en a parfaitement conscience. D’où son souci de veil-ler à la formation de l’esprit. Cerner méthodiquement ce qui est, arriver à discerner ce qui peut et doit être, voilà qui correspond à une authentique sagesse.
LE COEUR OU L’AFFECTION. Dans un siècle où subsistent nombre de tendances jansénistes, Don Bosco donne toute sa place au « coeur » et à l’affection. Il utilise en italien un mot – amorevolezza – difficile à traduire en français. On peut le com-prendre comme amour bienveillant, cordialité, affection. C’est ce terme d’affection que nous suggérons d’utiliser pour désigner l’intention de Don Bosco qui ne dissocie jamais l’affection de l’amour dont saint Paul disait : « l’amour prend patience, l’amour rend service, il ne jalouse pas, il ne plastronne pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de laid, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il n’entretient pas de rancune, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il trouve sa joie dans la vérité » ( 1 Co. 13, 4-7) . Cette affection, pour Don Bosco, à la suite de saint François de Sales, ne va pas sans la bonté, la douceur qui loin d’être vague sentimentalisme, est mouvement d’acceptation de l’autre, d’ouverture d’esprit et de coeur, de fermeté bien mesurée.
LE SENS RELIGIEUX. Toute l’activité de Don Bosco s’enracine dans sa foi chrétienne, dans sa relation à Dieu révélé en Jésus de Nazareth et épris de passion pour l’homme. L’incidence d’un tel enracinement évangélique est triple : tout d’abord Don Bosco reconnaît en tout être humain une personne voulue à l’image de Dieu et revêtue de ce fait d’une dignité incomparable. Puis, il est conduit à témoigner une attention particulière à qui rencontre le plus de difficultés, comme le Christ dans l’Evangile. Enfin, il me-sure la fragilité de chaque situation et entrevoit clairement la né-cessité d’un accompagnement personnalisé qui tient compte de la dimension spirituelle du jeune.
D. Florent Papin NGOUMBETI, sdb
L e week-end du 05 novembre 2011, la pastorale des jeunes dans l´oeuvre salésienne de Mimboman s´est ouverte par des séries de formations. Pour le début, le chargé de la pasto-ral a tâché de rappeler la Vision de Don Bosco vis-à-vis de l’homme et du monde. À cette occasion, il a demandé à tous les collaborateurs jeunes de suivre le chemin parcouru déjà par leurs prédécesseurs pour la réussite de l’éducation des jeunes. A cet effet, il fallait discerner la Vision de Don Bosco sur l’homme et sur le jeune en particulier. Pour lui, la personne constitue un tout dont il s’agit de prendre en compte dans toutes ses dimensions. Les dimensions de la personne humaine pour Don Bos-co ont ainsi été exposées :
15
Election de la Doyenne des étudiants de l’I.S.P.S.HElection H
Etranger Togo - Lomé
Décembre 2011
A cette course, trois candidatures ont été enregistrées. Le poste du doyen a enregistré l’unique candidature de la soeur GOUDOGLO Esther de la congrégation Sainte famille, étudiante en année de licence en science de l’éducation. Pour le poste du vice-Doyen, la deuxième année a présenté deux candidatures : celle de l’étudiant Hugues Da Silveira et de Claudine LAWSON, tous deux laïcs.
Organisée dans la transparence sous la coordination du Préfet des études et la commission électorale, cette élection fai-sait suite à une période de campagne de deux semaines. Le vote a débuté vers 12H sous l’égide du Préfet des études le père Ma-rius JIODIO qui a commencé par communiquer les informations préalables en vue de la transparence dans le déroulement du scrutin. Il a présenté la candidate doyenne à l’assemblée des étu-diants. Elle a été élue par acclamation à l’unanimité. Les deux candidats au poste de vice-doyen ont enregistré respectivement soixante dix et soixante six voix.
Paterne MODEKPO, sdb
Ainsi, une page vient d’être ouverte dans l’histoire de l’Institut. Deux étudiantes élues en cette année académique pour être à la tête des étudiants. Une première fois dans l’histoire. Leurs programmes d’action se sont fon-dus dans la visée de l’excellence intellectuelle, l’honnêteté et la fa-miliarité. Enfin, les étudiants pour-ront bénéficier du métissage d’ex-périences religieuses et laïques. Soulignons la transparence et la sérénité qui ont caractérisé la pé-riode d´avant, pendant et d´après cette élection. A la fin, le Directeur académique, le père Francis GATTERE, a pris la parole pour féliciter l’organisation du scrutin, encourager les nouvelles élues et les accueillir officielle-ment comme représentantes des étudiants.
Les étudiants ont choisi leurs nouveaux leaders pour cette année académique 2011-2012. La grande salle polyvalente de L’Institut Supérieur de Philosophie et des Sciences Humaines, a connu une fois de plus un des plus grands évènements de son histoire. Le 29 octobre à 12H, s’est tenue l’élection de la Doyenne et de la Vice-Doyenne des étudiants.
FEED-BACK
Pour leurs réactions encourageantes aux numéros Spécial va-cances 2011 et Novembre 2011, toute l´équipe d´ATE-media remercie : Mgr Luc Van Looy, Don Filiberto Gonzalez, Soeur Brigitte Bonnerave, Soeur Claudette, Sor Martha Silva, Père Morand WIRTH, Father Mike Mendl, Padre Jaime Rodríguez, Père Bertrand
16
Don Bosco reconnus comme ONG internationaleDon internationale
Etranger Togo - Lomé
Décembre 2011
Décor planté. Présence de toute la Famille salésienne
La cérémonie a commencé à 15H par les retrouvailles des représen-tants des différentes communautés salésiennes du Togo, notamment la commu-nauté Don Rinaldi de Gbodjomé (noviciat), la communauté de la paroisse Marìa Auxiliadora, celle de la Maison Don Bosco (Post noviciat) et celles des Filles de Marie Auxiliatrice de Lomé et la communauté de Kara dont le père José Luis était le principal représentant. La délégation au complet fut accueillie dans la salle d'attente du ministre puis quelques instants après installée dans la salle de conférence du ministre. Après une trentaine de minutes d'attente dans la salle de conférence, le ministre d’État OHIN, accompagné des pères Aurélien AHOUANGBE et José Luis DE LA FUENTE, a gagné la salle.
Accord et journée symboliques :
136ème anniversaire de la première expédition missionnaire
Le ministre d’État a ouvert son propos en nous rappelant cette belle citation de Saint-Exupéry : « la jeunesse est la partie la plus délicate de la société ». En cette date du 11 novembre mémorable pour la congrégation salé-sienne, il nous a rappelé que ce jour marquait le 136ème anniversaire de la première expédition missionnaire des salésiens qui partaient du Valdocco en Terre de Feu (Amérique latine). Reconnaissant en saint Jean Bosco un grand humanisme pour avoir mis sur pied une telle oeuvre. Il réitère que cet accord permet à notre Congré-gation de pouvoir soutenir le gouvernement togolais dans son action éducatrice. Dans son argumentation finale le Ministre d’État a exprimé au nom du chef de l’État, Faure GNASSIGBE ESSOZIMA et, du gouverne-ment togolais, sa gratitude a accompagné la Congréga-tion salésienne dans la réalisation de cette oeuvre éduca-trice pour la jeunesse.
Projet salésien dans la vaste programmation socio-économique du Togo : accord de siège
Le père José Luis rappelle à son tour que cette signa-ture d'accord de siège est « une réalisation d'un long
processus historique » en nous replon-geant dans l'esprit du Valdocco. Il af-firme que la formation dont rêve le saint de Turin pour les jeunes est d' « ordre transcendantal et moral ». Pour le président de l'ONG, cette si-gnature d'accord de siège prend appui sur la signature d'accord programme du 28 mai 2009. Le travail de l'institu-tion, continue le père, consiste en la lutte contre le trafic des mineurs, de l'intégration de la jeunesse togolaise dans le monde du travail, pour le dé-veloppement de la femme dans les milieux ruraux. Tout cela dans le but de rentrer dans cette vaste program-mation socio-économique du Togo. Avec cette signature, nous avons une facilitation dans le trafic national et international. Enfin, il remercie le gou-vernement et tous ceux qui ont oeuvré pour cette réalisation en particulier le président et son épouse et, promet de remplir notre mission dans le respect de la loi et des normes que prône la constitution togolaise dans ce do-maine. Ces deux discours furent ache-vés par la signature des accords mo-ments forts de cet après-midi.
Après signature : photo de
famille, cocktail, interview
Pour immortaliser la soirée, une photo de famille fut prise à l'invita-tion du ministre de tutelle son Excel-lence Monsieur le Ministre d’État OHIN. La famille salésienne présente, a aussi eu l'occasion de faire une pho-to d'ensemble. Nous avons fini la soi-rée par un cocktail offert par le Minis-tère des affaires étrangères du Togo. Ensuite une interview a été réalisée au père José Luis par les journalistes des médias togolais sur la pertinence de cette signature d'accords de siège. Nous, salésiens de Don Bosco, croyons qu'avec cette signature, c'est le Seigneur qui continue de nous montrer la voie à suivre dans la réalisation de l’oeuvre éducatrice et évangélisatrice qu’a commencé saint Jean Bosco. Car disait-il lui-même aux premiers mis-sionnaires qui partaient pour l’Amé-rique latine : « moi j'ai juste fait le brouillon, vous vous mettrez des cou-leurs. Vous trouverez l'inspiration à la source du coeur ».
Le ministère des affaires étrangères du Togo situé au quartier administra-tif de Lomé, a abrité l’après-midi du 11 novembre 2011, la signature de l'Accord de siège entre le gouvernement togolais (à travers le ministre de tutelle, son Excellence Monsieur OHIN) et le président de l´Organisation Non Gouvernementale (salésienne), père José Luis DE LA FUENTE qu´accompagnait la communauté salésienne du Togo. Cet accord marque la reconnaissance de la présence salésienne au Togo comme une ONG internationale.
17
Etranger Rwanda - Butare
CIVAM --- FormationFormationFormation
Décembre 2011
VISITE DU
PÈRE MANOLO
Le 22 octobre 2011, la communauté du Noviciat saint Luigi Versiglia de Butare a eu la joie d’ac-cueillir le père Manolo qu’accompagnait le père Privat venus tous les deux pour une courte visite. C’est dans une am-biance de joie et d’allé-gresse que la dite visite s’est déroulée.
Marcel MAKON, sdb.
Durant le mois d’octobre, la Vice Province de l’A.G.L (Afrique des Grands Lacs), a eu la joie d’accueillir deux rencontres régionales : la CIVAM - Formation tenue du 17 au 21 octobre et la CIVAM - Assemblée tenue du 24 au 28 octobre 2011. Durant la CIVAM - Formation à laquelle, ont assisté les délégués provinciaux chargés de la formation, sous la direction du père Gianni ROLANDI (provincial A.F.E), il a été question : d’analyser les statistiques de la Congrégation et de la Région Afrique-Madagascar, de l’accompagnement personnel, de la formation mission-naire, de la formation à la maturité affective et à la chasteté, de l’évaluation de la formation in-tellectuelle, et du quinquenium…
REMISE DE LA CROIX ET DES CONSTITUTIONS
Le 1er novembre 2011, jour de la Toussaint, a été une journée de joie et de fête au Noviciat saint Luigi Versiglia de Butare. A l’occasion de cette fête, la Croix et les Constitutions ont été remises aux six novices que compte la Vice province de l’A.G.L. La cérémonie a été présidée par le père Gabriel (provincial de l’A.G.L), accompagné du père Camille (vicaire provincial), du père Joseph (conseiller provincial et maître des novices), et par un bon nombre de confrères salésiens prêtres. La célé-bration eucharistique a été animée par les confrères du post-noviciat de Kabgayi. On notait la présence des prénovices, des salésiens des diffé-rentes communautés du Rwanda (Kabgayi, Gatenga, Rango, Kimihura). Bref, c’est dans une ambiance festive, de joie, de gaieté que s’est dérou-lée la dite cérémonie.
ECHOS DU
NOVICIAT DE BUTARE
18
Etranger Rwanda - Kabgayi
CIVAM --- FormationFormationFormation
Décembre 2011
OBSÈQUES DU REGRETTE ORATORIEN,
PASCAL TURIKUNKIKO
Dans nos sociétés d’aujourd’hui, les obsèques deviennent de plus en plus l’un des rares moments où les non-chrétiens s’unissent aux chrétiens pour vivre le mystère de la mort. Dans l’après midi du 30 octobre, les animateurs de l’Oratorio saint Jean Bosco du Scolasticat de Kabgayi, accompagnés par Joseph MWEBE, confrère salésien, se sont réunis dans la salle de Muninya, prier pour le repos de l’âme de Pascal TURIKUNKIKO, jeune oratorien de 14 ans, décédé le 29 octobre 2011. Après la messe présidée par le père NGOBOKA Pierre Célestin, les groupes de jeunes, se sont rendus au cimen-tière pour soutenir la famille du défunt et dire un dernier au revoir à notre oratorien. Notre prière pour son âme, ne vient pas nier la mort, mais la situer sur cet horizon d’espérance que Dieu déploie pour lui.
L’amour qu’expérimente aujourd’hui notre jeune oratorien le soutiendra dans la mort et le fera entrer dans la communion avec Dieu. Que son départ pour la vie éternelle renforce notre espérance et notre confiance en Dieu.
Visite provinciale
La visite du père Manolo JIMENEZ, qui était accompa-gné du père Privat FOUDA, secrétaire provincial et conseiller pour la Communication Sociale, a eu lieu au Scolasticat salésien de Kabgayi, le samedi 22 oc-tobre, vers 15H de provenance du Noviciat saint Louis VERSIGLIA. À l’arrivée, les confrères et formateurs du Scolasticat les ont accueillis avec la même affection de saint Jean Bosco. Après l’accueil chaleureux et frater-nel, le père Manolo a échangé dans un entretien fra-ternel avec le confrère Rosendo RIVECHE, ainsi qu´avec le directeur de la communauté du Scolasticat et les formateurs.
Après les différents entretiens qui nous ont conduit jus-qu’aux vêpres, le père Manolo a adressé le mot du soir aux post-novices de ladite communauté, en leur souhaitant une bonne continuation sur le chemin vers la sainteté comme le fut notre fondateur Don Bosco. Cette visite a coïncidé avec la veille au soir de son an-niversaire de naissance que la communauté du Sco-lasticat a bien fêté avec lui. Joyeux anniversaire père Manolo, dans l’espoir de vous accueillir encore dans notre communauté.
RIVECHE Rosendo, Sdb
Visite des provinciaux
La visite des provinciaux et du conseiller gé-néral pour la Communication, le Père Filiberto GON-SALEZ, ainsi que des conseillers pour la Communica-tion Sociale des provinces salésiennes d’Afrique et Madagascar, a eu lieu à la maison de formation du Scolasticat de Kabgayi, le mercredi 26 octobre dans l’après midi. Le père Guillermo BASAÑES, conseiller général pour la région Afrique et Madagascar, était aussi présent.
L’arrivée de nos visiteurs dans notre commu-nauté a été pour nous un moment propice pour échanger certains aspects essentiels pour la suite de notre cheminement. Lesdits visiteurs ont été accueillis par le père Célestin NGOBOKA, directeur du Scolas-ticat, le père Raphael KATANGA, vicaire et, tout l’en-semble des confrères, tandis que le frère Diomède HABYARIMANA, formateur et économe, se trouvait au Burundi pour des affaires administratives. Après de bons moments d’échanges, nous avons conduit nos visiteurs au réfectoire pour les agapes fraternelles.
Vers 16H, ils se sont retrouvés à l’Oratorio saint Jean Bosco, où ils ont été accueillis par les ora-toriens, avec des chants d’animation, du théâtre, des danses traditionnelles et modernes. Le père Gabriel NGENDAKURIYO, provincial de la province AGL, présenta aux oratoriens les différents provinciaux et conseillers. A la fin desdites activités, le père Guiller-mo BASAÑES a clôturé avec le mot du soir.
19
Etranger Espagne - Séville
Décembre 2011
Connaître Don Bosco dans les sourcesConnaître sources
ENTREVISTA CON
DON JESÚS GRACILIANO GONZÁLEZ
Don Jesús-Graciliano es salesiano, miembro del ISS (Instituto His-tórico Salesiano), y reside en la Casa Generalizia de Roma. Ha sido du-rante muchos años catedrático de Universidad en Salamanca y en Extre-madura. Ahora se dedica estudios de historia salesiana. Sobre don Bosco y don Rua ha publicado varios libros y artículos. Junto con don J. J. Barto-lomé, actual secretario del Rector Mayor, ha cuidado la edición castellana del libro de A. Lenti Don Bosco: Historia y Carisma.
ATE-MEDIA : Don Graciliano, hoy el R.M. con vistas al 2015, insiste en que todos los salesianos conozcan e imiten a Don Bosco. ¿Cñmo se pue-de conocer hoy dìa a Don Bosco?
DON GRACILIANO : Hoy y siempre a don Bosco hay que conocerlos en las fuentes que nos lo dan a conocer. Estas fuentes son en primer lugar sus escritos, algunos de los cuales son imprescindibles para conocer a Don Bosco: Las Memorias del Oratorio, El sistema Preventivo, las biogra-fìas escritas por él, las Constituciones Salesianas etc. Vienen después las biografìas que otros han escrito sobre él; la principal siguen siendo las Memorias Biográficas, aunque hay que saber leerlas para comprender bien la figura real de don Bosco; los testimonios que de él nos han deja-do los que lo conocieron, por ejemplo los que depusieron en el proceso de canonizaciñn y que están recogidos en la Positio ; los estudios que han hecho de él historiadores, pedagogos o estudiosos de otras áreas etc.
Suite
Du 31 octobre au 1er novembre 2011 au soir, au sein de la communauté salésienne du Théologat San Isidoro de Séville, a eu lieu la présentation du second volume espagnol du libre de Lenti Arthur, Don Bosco: Historia y Ca-risma. Présentation faite par Don Graciliano González, le co-traductor avec Don Juan José Bartolomé. L'original de l'ouvrage est en anglais et en sept volumes, mais la traduction espagnole se fera en trois volumes. A l'occasion de cette présentation, ATE-media, via Arsène a accordé une interview au présentateur historien en ligne directe avec l'Étrenne et la dernière lettre du Recteur Majeur.
Acudiendo a estas fuentes se pude tener un conocimiento bueno y profundo sobre Don Bosco hoy.
ATE-MEDIA : Generalmente cuando se habla de conocer a Don Bosco, los salesianos acuden a los libros más conocidos. Sin embargo, suelen acabar diciendo “esto ya lo conocemos todos”. ¿Qué orientaciñn bibliográfica nos puede aconsejar para un conocimiento actualizado de Don Bosco?
DON GRACILIANO : Hay que distinguir diversos niveles de lectura de Don Bosco. Estos niveles dependen de los tipos de lectores o del conocimiento que se tenga de Don Bosco. Para cada nivel existen libros sobre don Bosco que son apropiados para los lectores de ese nivel. Hay libros para niðos, para gente sencilla sin pretensiones cientìficas demasiado elevadas; hay libros para personas más cultas, que exigen un lenguaje cuidado y una presentaciñn de la vida de Don Bosco actualizada; hay libros para aquellos que ya conocen bastante bien a
20
Etranger Espagne - Séville
Décembre 2011
Connaître Don Bosco dans les sourcesConnaître sources
Don Bosco, pero quieren profundizar más en su conoci-miento; hay libros para lectores de alta cultura histñrica o pedagñgica; y hay libros para especialis-tas, historiadores o investigadores de la historia u otros as-pectos de la figura o la obra de Don Bosco.
De ahì que la biblio-grafìa que se pueda aconse-jar dependa del nivel de lec-tores para los que se aconse-ja. De tu pregunta deduzco que tú entiendes hablar de lectores que ya tienen un buen conocimiento básico de Don Bosco, que es el que encuentran en las biografìas de uso corriente, pero desean algo más profundo y actualizado. A esos lectores yo les aconsejarìa partir de libro de A. Lenti: Don Bosco: Historia y Carisma o del de don Desramaut Don Bosco en son temp; ya seguir des-pués con el libro de don Braido: Don Bosco sacerdote para los jñvenes en el siglo de las libertades, o las obras de don Stella. Y para estar siempre al dìa, leer los resul-tados de las investigaciones de los especialistas en don Bosco, que suelen publicarse en la revista del ISS Ricerche Storiche Salesiane o en las actas de los congresos que periñdicamente se hacen o ya se han hecho sobre Don Bosco o temas salesianos.
Arsène EDOU MENYE, sdb.
ATE-MEDIA : ¿Qué novedad aporta la obra de A. Lenti a la bibliografìa sa-lesiana?
DON GRACILIANO : La obra de Lenti aporta a los lectores de lengua inglesa en su ediciñn de 7 volúmenes y a los lectores de lengua espaðola en su adaptaciñn en 3 volúmenes una visiñn de Don Bosco más realista, más rigu-rosamente histñrica y más contextualizada que las existentes hasta ahora en esas lenguas. Creo que es un instrumento importante para que los lectores de una y otra lengua puedan conocer y entender más y mejor a Don Bosco.
ATE-MEDIA : Ahora, la última carta del RM insiste en la necesidad de una inculturaciñn del carisma a la multiculturalidad de la Congregaciñn. ¿Qué figura de Don Bosco debemos proponer a los destinatarios, sin traicionar la tradiciñn?
DON GRACILIANO : Hay que proponer ahora y siempre y en todas partes la figura auténtica de Don Bosco, porque como figura Don Bosco vale para cualquier tiempo y para cualquier cultura. El RM se refiere a la inculturaciñn del carisma salesiano. Se trata de inculturizar en cada lugar el verdadero espìritu de Don Bosco, es decir, lo que es esencial del carisma salesiano. Por eso es absolutamente imprescindible estudiar bien a Don Bosco para saber descubrir lo que es esencial y lo que es accesorio, lo que no puede faltar y lo que es secundario, lo inmutable y lo pasajero. O sea lo que es espìritu, que es esencial, y lo que son simples formas de proponerlo, diversos modos de actuaciñn, que pueden ser diferentes en cada cultura. El carisma o espìritu salesiano es igual para todos, el modo de actuarlo depende de cada cultura. Unidad no quiere decir uniformidad. A esto nos invita el RM: a conocer bien al auténtico Don Bosco y a inculturizar su carisma en cada una de las culturas donde actúen los salesianos
ATE-MEDIA : Alguna palabrita más.
DON GRACILIANO : Agradecerte la oportunidad que me das para saludar a todos los lectores de Atemedia y desearles que conozcan cada vez más a Don Bosco, porque asì lo estimarán más y lo imitaran mejor. Estoy seguro que la figura de Don Bosco los fascinará, porque es realmente fascinante.
21
Etranger Espagne - Barcelone
Décembre 2011
EL PROYECTO PER-SONAL DE VIDA DE CADA HERMANO : PRESENTADO,
COMPARTIDO
Y DIALOGADO
La comunidad “Sagrat Cor” del Teologado salesiano de Barcelona “Martì-Codolar” se ha dedicado a lo largo de estas últimas semanas del mes de octubre a presentar y compartir los proyectos persona-les de vida. Si en las presencias salesianas, el inicio de curso supo-ne la elaboraciñn de proyectos comunitarios que orientarán la vida y la marcha de las comu-nidades a lo largo del aðo pastoral, en la nuestra, además de realizar también nues-tro proyecto comunita-rio, nos hemos dedica-do a presentar, com-partir y dialogar sobre el proyecto personal de vida de cada hermano. De esta manera, todos, mayores y jñvenes, her-manos con muchos aðos de vida religiosa salesiana y sacerdotal junto a los que apenas comienzan a dar los primeros pasos, nos hemos dedicado a esta actividad para la cual hemos empleado varias sesiones del dìa de co-munidad para la reali-zaciñn de este ejercicio.
Compartiendo proyectos personales de vida: vieja práctica pero
RESPONSABLES UNOS Y OTROS DE LA VOCACIÓN
DE TODOS Y CADA UNO.
Es para nosotros una vieja práctica, la de realizar su proyecto personal de vida, que adquiere aquì un tinte de novedad, con el hecho de compartirlo con to-dos los hermanos: lo que antes se hacìa sñlo con el director de la comunidad o el director espiritual. Con este proceder, se trata de hacernos responsables unos y otros de la vocaciñn de todos y cada uno de los miembros de la comunidad. Es una manera de pedir la comunidad que nos ayude a crecer, a madurar para poder res-ponder con firmeza y determinaciñn a lo que Dios espera de cada uno de nosotros. Un tal hábito pone fin a los “secretismos” que muchas veces vivimos o encontramos en nuestras comunidades.
EN NUESTRAS COMUNIDADES, SER HERMANOS
Y VIVIR NUESTRA HERMANIDAD
Por eso, si hasta la fecha, el proyecto personal de vida fue siempre conside-rado como una cosa personal, un “documento ìntimo”, con esta práctica pierde todos estos calificativos. Lejos de pensar que es una intromisiñn en lo que es la inti-midad del hermano, tener que compartir su proyecto personal de vida reviste unas cuantas ventajas como puede ser: mayor apertura a los demás, mutuo conocimien-to, informaciñn sobre el estado espiritual del hermano, lo que lleva dentro y hace posible un buen acompaðamiento. ¿Dñnde ser hermanos y vivir nuestra hermandad si no es en nuestras comunidades? Esta es, una vez más, la razñn por la cual esta vieja práctica se convierte en nueva.
REALIZAR CON EL TIEMPO CUÁNTO HEMOS CRECIDO
Es al mismo tiempo, la manera objetiva de asegurarse de su elaboraciñn. Marcarse las lìneas y pautas a seguir siempre viene bien porque nos permite realizar con el tiempo cuánto hemos crecido. Compartir, presentar o dialogar sobre los pro-yectos personales de los hermanos, es por tanto un hecho que se está convirtiendo en costumbre, en tradiciñn en esta comunidad “Sagrat Cor” del Teologado sale-siano de Barcelona “Martì-Codolar”. Es una práctica que los hermanos aprecian bien y que está ayudando bastante para el discernimiento vocacional. Quizás sirva también a otros. Intentándolo, no se pierde nada.
Au cours de ces dernières semaines du mois d´octobre, la communauté “Sagrat Cor” du Théologat Sa-lésien de Barcelone “Martí-Codolar”, s´est affairée à la présentation et au partage communautaires des projets personnels de vie des confrères. Une vieille pratique empreinte de nouveautés.
D. Émile MEFOUDE, sdb.
22
Eglise Exhortation apostolique
Décembre 2011
« LA JUSTICE N’EST PAS DÉSINCARNÉE »
18. « Je vous laisse la paix, c’est ma paix que je vous donne », dit le Seigneur, qui ajoute « non pas comme le monde la donne » (Jn 14, 27). La paix des hommes qui s’obtient sans la justice est illusoire et éphémère. La jus-tice des hommes qui ne prend pas sa source dans la réconciliation par la « vérité de l’amour » (Ep 4, 15) demeure inachevée ; elle n’est pas authentiquement justice. C’est l’amour de la vérité, – « la vérité tout entière » à laquelle l’Es-prit seul peut nous conduire (cf. Jn 16, 13) –, qui trace le chemin que toute justice humaine doit emprunter pour aboutir à la restauration des liens de fraternité dans la « famille hu-maine, communauté de paix », réconciliée avec Dieu par le Christ. La justice n’est pas désincar-née. Elle s’ancre nécessairement dans la cohé-rence humaine. Une charité qui ne respecte pas la justice et le droit de tous, est erronée. J’en-courage donc les chrétiens à devenir exem-plaires en matière de justice et de charité (Mt 5, 19-20).
Ce mot « La justice n’est pas désincar-née » est nouveau pour parler de justice. Il faut retrouver dans le paragraphe N° 17 qui pré-cède ce passage les inquiétudes de Benoît VI lorsqu’il décèle les limites de l’engagement po-litique, pourtant nécessaire de la part des bapti-sés, et « l’évasion possible dans des théories théologiques et spirituelles ». En clair, attention à vos « églises pleines et à vos liturgies très belles » si elles ne s’accompagnent que de votre absence ou de votre fuite devant les pro-blèmes de vos sociétés.
EEEn feuilletant « n Africae MunusAfricae Munus »
« LA FORMATION CIVIQUE DES CITOYENS »
23. Grâce aux Commissions Justice et Paix, l’Église s’est engagée dans la formation civique des citoyens et dans l’accompagnement du processus électoral en différents pays. Elle contribue ainsi à l’éducation des populations et à l’éveil de leur conscience et de leur responsabilité civiques. Ce rôle éducatif particulier est apprécié par un grand nombre de pays qui reconnaissent l’Église comme un artisan de paix, un agent de réconciliation, et un héraut de la justice. Il est bon de répéter que, tout en distinguant le rôle des Pasteurs et celui des fidèles laïcs, la mission de l’Église n’est pas d’ordre politique. Sa fonction est d’éduquer le monde au sens reli-gieux en proclamant le Christ. L’Église désire être le signe et la sauvegarde de la transcendance de la personne humaine. Elle doit aussi éduquer les hommes à rechercher la vérité suprême face à ce qu’ils sont et à leurs interrogations pour trouver des solutions justes à leurs problèmes.
« La mission de l’Église n’est pas d’ordre politique », dit le texte, mais il ajoute : « l’Église s’est engagée dans la formation civique des citoyens ». Engagée aussi dans l’ac-compagnement du processus électoral en différents pays, son expérience est déjà révélatrice des confusions qui se multiplient un peu partout. Une jeune journaliste d´une ra-dio restait encore sous le choc. Envoyée comme observatrice dans un bureau de vote, elle s’était opposée à une dame introduisant dans l’urne plusieurs papiers à la fois. La dame, très connue dans les milieux de la paroisse catholique, lui expliquait : « Laisse, tu sais bien que nous devons voter pour ce monsieur ! ». La jeune journaliste devait se retirer rapide-ment devant l’attitude complaisante envers « madame » de tous les autres « observateurs ». Elle devait dire aussi : « Je suis contente d’avoir protesté. Je ne savais pas que c’était aussi cela être chrétienne ».
Le temps d’un regard, même jeté rapidement sur un tel texte aussi dense, lève en mes impressions quelques aperçus. En voici deux. Cherchez ensemble là où vous êtes, à travailler le reste.
Jean Baptiste BERAUD, sdb
23
Histoire Salésienne
Décembre 2011
L ´Abbé Jean Melchior Bosco (1815-1888), dans la deuxième décennie de son sacerdoce ministé-riel, connaît déjà l´apogée de son zèle pastoral. Il vient à peine de consolider l´Oratoire saint François de Sales (sa chère oeuvre qui le mettra plus tard en évi-dence), qu´il veut agrandir son rayon de destinataires en se préoccupant de la populace. Ceci d´autant plus que l´Église de Turin se trouvait menacée par l´arrivée et l´implantation des vaudois protestants. Le 29 octobre 1851, la première pierre du temple vaudois de Turin était posée et le premier numéro de « La Buona Novella » pa-raissait le mois suivant. L´union faisant la force surtout lorsque les objectifs sont partagés, le tandem Moreno-Bosco se constitue très vite. Monseigneur Luigi Moreno qui croyait à la force de la presse, avait fondé en 1848 un journal catholique : L´Armonia della religione con la ci-viltà. Don Bosco quant à lui, avait freiné le vent vaudois grâce à son petit fascicule d´Avvisi ai cattolici (Avis aux catholiques). Deux principales finalités transparaissaient dans ce projet pastoral communicationnel : servir aux pe-tits et aux pauvres une catéchèse digeste à la portée de toutes les bourses ; et, répondre aux attaques des vau-dois protestants qui provoquaient l´Église.
Ayant un grand sens ecclésial et se sentant apôtre, Don Bosco restera dans les limites circonscrites par l´Église. Il ne joue pas les francs-tireurs ; au contraire, il sollicite même depuis son exil lyonnais, l´intercession de Monseigneur Fransoni pour que son projet d´une bibliote-ca religieuse populaire bénéficia de la révision et de la couverture de l´autorité de l´Évêque d´Ivrea, Monsei-gneur Moreno. Letture cattoliche, production qui jaillira de cette collaboration, aura comme critères ce qui suit : sim-plicité de style, usage de langue populaire et contenu exclusivement catholique. Ce fascicule mensuel de 108 pages, dont le papier, les caractères et le format étaient semblables aux Avvisi ai catto-lici (qui servit d´introduction à la collec-tion), avait comme prix d´abonnement : 90 centimes par semestre (à payer d´avance). Cela consti-tuait la faible somme L. 1,
80 l´année. Une façon de concurrencer les prix des productions vaudoises.
En filigrane nous pouvons lire dans ce programme, qui avait en fait pour véri-table maître d´oeuvre Don Bosco, la volon-té de produire une information catéché-tique très accessible économiquement et globalement (le niveau de compréhension des destinataires étant pris en compte). Une communication incontestablement dé-mocratique.
Le contenu de Letture cattoliche qui cherchait à mettre en garde contre ceux qui veulent « séparer du pape et de l´Église », n´était en fait qu´une refonte amendée de la brochure Avvisi ai cattolici. On pouvait y lire des histoires édifiantes, de petits re-cueils d´anecdotes et de courts traités de vie quotidienne.
Don Bosco aura aussi été un édu-cateur-pasteur et un communicateur qui n´a pas échappé à une des règles de la nature humaine qui veut que l´on soit mar-qué par son époque. Il a été fortement in-fluencé par l´apologétique Contre-Réformiste du Concile de Trente (1545-1563) et par la tendance contre-Moderniste de Vatican I (1868-1870). Il n´aura cependant pas vécu en vain. Avec son zèle apostolique et les ressources d´alors, il a contribué efficacement à l´éveil religieux et aux mutations sociales. Que les salésiens d´aujourd´hui, ses héri-tiers spirituels, lui emboîtent le pas.
Source historiographique :
F. Desramaut, « Chapitre IX. Les premiers pas de Letture cattoliche » in Don Bosco en son temps (1815-1888), Turin, Società Editrice Internazio-nale, 1996, pp. 346-387.
Don Bosco, un apôtre communicateur en son tempsDon temps
Paul II Clark TEGUE, sdb
24
Directeur de publication : P. Manolo Jiménez * Administration : P. José María Sabe
Délégué à la communication : P. Privat Ignace Fouda
Rédacteur en chef : Paul II Clark Tegue * Maquette - Mise en page : Rigobert Fumtchum
Rédaction : P. Jean Baptiste Beraud, P. Vincent Munshya, S. Gildas Sant’Anna, Mogeste Gaglo et John Valentin Mbaegbu
@temedia Salésiens de Don Bosco * Maison Provinciale B.P. 1607,
Email : communication.sdbate@yahoo.fr *Yaoundé - Cameroun
Programme
 13 déc. Rencontre directeurs Ga-bon (13-14) à Oyem
 19 déc. Conseil Provincial SDB et FMA à Oyem
 20 déc. Conseil Provincial (20-21) à Libreville
 27 déc. Rencontre de formation des Professeurs (27 au 29) au Théologat - Yaoundé.
MESSAGE DE NOËL DE L´ÉQUIPE D´@TE-MEDIA
Il vient Le Seigneur, pour que, dans nos relations, nous mettions « l'accent sur l'attention à l'autre, la solidarité, la chaleur des relations, l'accueil, le dialogue et la con-fiance » (Ecclesia in Africa, nº 63).
Il vient Le Seigneur, pour que je répande avec Lui, « dans un monde souvent enténébré, la clarté de l’Évangile, la splendeur de Jésus-Christ, vraie lumière qui « éclaire tout homme » Jn 1,9. (Africae Munus, nº 176).
Il vient Le Seigneur, pour que ce 25 décembre 2011,oute l´Équipe d´@te-media te dise à nouveau mais avec nouveauté : Bon temps d’Avent et JOYEUX NOËL !!!
Joyeux Anniversaires
Décembre
01 D. COULIBALY Raphaël
01 P. NGALEU Vincent-de-Paul
03 S. ZANMENOU Francis
04 P. EVITA Eleuterio
09 P. KIFUAYI Grégoire
09 P. PARODI Natalino
10 P. ONA ZUE Pierre Célestin
11 L. TSAKALA Paul-Marie
20 L. AUVINET Roger
20 P. FAVARO Valentino
24 S. MAKOUMBOU Ulrich
25 P. KIPULU Emmanuel
25 S. TONTASE Augustin
27 P. MINTSA Roland
28 P. GATTERRE Francis
29 L. METOULE David
30 P. BERGADANO Enrico
31 D. ALAKOU Yawo Eric
31 P. SIANDJIKOUZOU Stéphane
DES DATES IMPORTANTES
 05 déc. Bx Philippe Rinaldi
 08 déc. Immaculée Conception de Marie
 25 déc. NOËL
 30 déc. Sainte Famille